Partagez | 
 

 Dance with me [Pv Dante]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Dance with me [Pv Dante]   Ven 25 Mar - 20:46

Arf, c’est pas bien grave. Voilà ce que possiblement Nim se disait en regardant les bleus qui couvraient ses jambes : cuisses, mollets, rien n’était épargné. Essayez donc de monter à cheval durant plusieurs jours de suite et vous verrez, vous rigolerez moins. Surtout avec Pilgrim, bon sang, la jeune femme ne l’aurait échangé pour rien au monde mais pourquoi fallait-il qu’il soit aussi inconfortable ? Ou alors était-ce elle qui ne savait pas se tenir ? Possible. Ce n’était pas son sport favoris non plus même si cela se révélait être dès plus pratique. Il n’avait mis qu’un peu plus de deux jours pour revenir à Ishtar, et à bonne allure. Heureusement que les chevaux étaient endurants mine de rien. De retour à la Caserne, ils étaient tous rentrés impatiemment avec l’idée en tête de recevoir leur permission. Après avoir servi pendant plusieurs années sans jours de congés très flagrants, tous avait hâte de recevoir leur ordre de permission qui leur permettrait de se remettre tranquillement dans le bain de la Capitale pendant une bonne semaine.

D’ailleurs ils s’étaient déjà pratiquement tous envolés pour en profiter de diverses et manières. Mais elle, elle restait là. En fait, c’est que Nim n’avait rien qui l’attendait en dehors des murs de la Caserne. Sûrement irait-elle à la Cathédrale ce soir, et puis rejoindrait-elle dans une quelconque taverne des camarades de sa garnison qui trinquerait leur retour. Mais assez de pensées, elle ne comptait pas rester ici à se ramollir. Se redressant et étirant ses bras vers le plafond, elle croisa le beau regard de son camarade le plus proche, qui appuyé sur le mus d’en face, semblait l’observer attentivement depuis un bon petit moment. Nim ne se demanda même pas ce qu’il pouvait penser et qu’il allait l’ennuyer avec car elle connaissait déjà la réponse. Et comme elle l’avait imaginé, il sourit juste, déclara nonchalamment qu’il sortait et lui dit à ce soir. Pas besoin de lui demander où il allait, c’était évident.

Un dernier soupir s’échappant de sa voix, la jeune femme finit à son tour par se lever et quitta la petite pièce où elle se trouvait assise. Vêtue uniquement de bottes et d’un pantalon de cuir brun et d’un chemisier vert foncé qui se laçait, Nim se passa dans une autre pièce, bien plus vaste, bien plus équipés et où bien plus de monde se trouvait. Quelque part, elle trouvait à la Caserne une ambiance chaleureuse, une ambiance de sécurité qu’il n’y avait pas dans tout le reste de la Capitale. Quoique… peut-être au palais impérial… mais Nim ne pouvait pas vraiment se vanter d’en être une des occupantes.

Un coup d’œil lui permit de voir une quinzaine d’autres soldats dans cette pièce qui servaient à leur entraînement. On voyait peu de magistrat. Il n’existait d’ailleurs pas une très grande complicité entre ces deux factions de la Garde Impériale. Les magistrats avaient un peu tendance à rabaisser les soldats qui eux-mêmes les trouvait prétentieux et maniéré qui ont peur de sa salir les mains. Cela jazzait sans problème. Après, que cela vire à la bagarre était plus rare. Nim elle-même n’avait pas une très grande opinion de ces enquêteurs qui, parce qu’ils ont moins à se battre et à recevoir des ordres brutes comme les soldats, seraient plus méritants. Et le pire, c’était qu’ils se reconnaissaient à la ronde ! Et là pouvait-elle déclarer qu’il n’y en avait pas un seul sur le terrain d’entraînement. Après, il y en avait peu de manière général dans la Caserne alors.. en voir se mêler à l’entraînement des soldats, voilà qui était peu commun. Et assez risqué, pour le magistrat. Le sourire amusé qui fendait les lèvres de Nim à cet instant en disait déjà bien assez long. S’avançant prêt d’un petit dépôt d’armes, installé là pour que les soldats puissent s’entraîner avec toutes celles qu’ils voulaient, elle se mit à méditer sur son choix. Ses armes de prédilection étaient soit une épée fine soit deux longues dagues maniées dans chaque main. Mais un soldat devait cultiver toutes sortes d’armes.. c’est pour ça qu’elle s’entraînait à bien d’autres. Cependant, avant qu’elle n’eut arrêté son choix, une violente dispute éclata un peu plus loin dans la pièce.



Dernière édition par Nim Vengherski le Lun 28 Mar - 20:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Dance with me [Pv Dante]   Lun 28 Mar - 18:09

Paperasse à vous faire pleurez, taches d'encres parsemant l'éclat du papier, telles des fleurs exubérant leurs pétales, la plume usée à force de gratter, l'esprit embrumé par les frémissements du papier, l'odeur du pin sur les doigts à force de se vautrer sur le bureau, les dossiers s'empilant uns à uns jusqu'à vous noyez par leurs présences encombrantes, l'éclat léger de la journée à travers les rideaux grossiers, les voix rauques et goguenardes des soldats, une ambiance à vous faire craquez que je subissais sans rechigner depuis les premières heures de l'après midi. Voyez-vous, jusqu'à la Lune quitta son trône céleste, fidèle à mon poste, je terminais avec la plus grande "réjouissance " les derniers dossiers d'hier, qu'on avait la gentillesse de me fournir très tardivement, manque crucial d'organisation ou peut être de bonne volonté. si bien qu'en plein milieu, dans élan, n'ayant plus de force de bouger un de mes membres, le sommeil m'emporta aussi sec qu'une claque sur la joue.


Combien de temps m'étais-je égaré ? Peut-être une, peut-être deux. Je m'étais réveillé avec douceur. Personne n'avait eu la bonté de me secouait ou m'avait oublié complétement. La pièce était vide et dégageait une atmosphère reposante. J'aurai pu continuer de dormir. Encore quelques petites heures pour compenser cette dure soirée de labeur qu'on m'avait imposé subitement. Pourtant, me voilà déjà debout, abandonnant la plume pour errer à la recherche d'un courant d'air. J'errais dans les couloirs, saluant parfois quelques camarades, bavardant un bref instant avec mes supérieurs, fixant les ombres se dérobaient dans un tournant. Les membres engourdis, le regard débordant de fatigue, j'étais sans doute dans un tel état, mais personne n'a eu le pertinence de me le faire remarquer. Au bout d'une demi-heure, l'appel du travail fut comme une sirène dans ma tête, si bien que je me devais de faire demi-tour au plus vite car j'imaginais déjà avec horreur les piles soigneusement empilés qui me narguaient. Au passage, quelqu'un eut l'extrême gentillesse de me remettre deux-trois dossiers, urgent, disait-il.

Ainsi me voilà reparti, l'air le plus heureux du monde, dossiers sous le bras en direction des bureaux des magistrats. Cependant, faire demi-tour aurait bien trop long à mon goût, c'est pourquoi j'ai pris la peine de passer par la salle d'entrainement qui étais à mes yeux le raccourci parfait. L'odeur de la sueur et l'écho des lames étaient perceptibles à quelques mètres, bien avant de franchir le seuil. J'hésitais un peu, car effectivement, mes collègues m'avais déconseiller de me frotter de près aux soldats. Malgré tout, je me glissais par l'entrouverte de la grande porte et zigzagua entre les soldats pour me frayer un chemin, espérant une traversée sans embuche. Seulement, ma présence ne fut pas inaperçue et voilà que le plus malchanceux du monde, je me heurte à un tas de soldat, foule compact et pourvue d'armes, dont leur regard me fixe avec amusement.

"Voyez c'gringalet ? Sans aucun doute un d'ces fameux magissstrats."
ricana un des hommes. Il appuyait sur les S avec une telle instance, que je grimaçais à ce son.

Il pointa son épée sur moi d'un air provocateur et continua ses railleries en compagnie de son troupeau de mouton.

"Sans aucun doute incapable d'tenir une arme." continua t-il.

"Une fillette quoi..." constata un autre.

Quel ennui de se confronter à des gens aussi peu aimables avais-je pensais silencieusement. Ainsi, je tentais de me raccrocher à des vagues connaissances afin de fuir cet amas de brutes. Mais, les visages aux alentours ne me disait vraiment rien et en détournant le regard pour balayer la salle, cela semblait avoir attiser leur haine avoir moi. Ils s'avancèrent vers moi.

"Je ne fais que passer."
fis-je remarqué, pour tenter une percée.


C'est ainsi que tout débuta. Me voilà, mêlais à une histoire pathétique avec le rôle de victime. Tandis que leurs voix montaient dans la salle, les soldats se détournaient peu à peu de leur entraînement, pour s'intéresser à ma belle situation, je me sentais épier. Je tentais une nouvelle de les détourner. Sans succès. Et moi épris de la fatigue, je me voyais mal affronter plusieurs soldats à la fois.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 

Dance with me [Pv Dante]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ѧ Quartier Militaire Ѧ :: Caserne Centrale-