Partagez | 
 

 La danse des escargots nains philanthropes [pv Odon puis Nem']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
♦ Informateur ♦

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 99
♦ Messages : 16
♦ Âge du perso' : 21
♦ Fiche : Lewe
♦ Date d'inscription : 28/07/2013
♦ Age : 26

MessageSujet: La danse des escargots nains philanthropes [pv Odon puis Nem']   Lun 12 Aoû - 15:15

Spoiler:
 

Lewe courait, comme d'habitude : elle était en retard. On lui avait confié une mission au dernier moment et elle ne se retrouvait qu'avec un laps de temps un peu trop court pour l'exécuter. Normalement, elle devait transporter des colis, des choses comme cela à bon port...mais aujourd'hui, la jeune fille devait se charger d'un individu nouvellement arrivé à Ishtar, comme elle, il y avait quelques années de cela. Elle savait qu'il s'agissait d'un homme de l'église et qu'elle devait le guider jusqu'au palais impérial, jusqu'à l'appartement de Nemesio Ponti, c'était du moins ce que son supérieur lui avait demandé.

Ces derniers temps, elle avait souvent affaire à l'église et ses principales courses étaient rémunérées grâce à cette institution. D'abord Zélig, et puis cet homme...elle en était heureuse, parce qu'elle aimait bien ces gens et qu'elle les trouvait vraiment très aimable. L'air était frais, de bon matin, et elle foulait le sol à rythme accéléré. Devant elle, les passants s'écartaient, au risque de se prendre un boulet de canon dans la tronche. Elle avait chaud, elle transpirait et avait l'impression que ses vêtements collaient à sa poitrine, à son dos...pourtant, elle n'était pas bien couverte : une jupe qui s'arrêtait au dessus des genoux, assez large pour ne pas gêner ses mouvements, et un haut de couleur claire, léger. Il n'empêchait qu'elle était en sueur.

Elle s'arrêta soudainement en haut des bâtiments, ayant décidé depuis dix minutes que traverser Ishtar par les toits était plus facile, avisa la direction qu'elle devait prendre et se remit à courir. Certains habitants d'Ishtar devaient entendre des bruits de pas au-dessus de leur tête, mais franchement, elle n'en avait pas grand chose à faire, puisqu'elle était en retard. L'avantage à la destruction des bas-fonds, c'était qu'elle ne pouvait pas se permettre cela lorsqu'ils étaient entendre présents : il suffisait qu'elle mette son pied au mauvais endroit et paf, elle finissait par tomber et se faire affreusement mal.

Finalement, une vingtaine de minutes plus tard – oui, Ishtar était vraiment grande et elle se trouvait originellement à l'autre bout – elle parvint au point de rendez-vous. Elle redressa son col, dépoussiéra rapidement ses vêtements et souffla un bon coup : maintenant, elle avait rendez-vous avec un type qu'elle ne connaissait pas et il allait falloir le reconnaître...par chance, les gens de l'église n'avaient pas pour habitude de mettre des habits flashy.

La jeune informatrice avait très précisément rendez-vous aux alentours de la capitale, juste à côté de ses portes pour pouvoir guider l'homme. Elle ouvrait grand ses yeux pour le trouver, le point qu'on lui avait donné était très proche de celui-ci...et ne tarda pas à le trouver. C'était un homme au teint clair et aux cheveux bruns. Pendant qu'elle s'approchait, elle parvenait à distinguer de beaux yeux verts qui lui mirent le sourire aux lèvres et se dépêcha encore plus de l'approcher. Serait-il aimable, gentil avec elle ? Auraient-ils une discussion pendant qu'ils marcheraient vers le monastère, ou bien resterait-il muet comme une carpe ? Elle se planta devant lui et le salua respectueusement :

« Sous le ciel et le soleil, Monsieur. »

Elle releva la tête pour lui parler.

« Je suis Lewe Obrian, je suis coursière ! Pardonnez mon retard conséquent, mais on vient de me délivrer cette mission. Je suis chargée de vous accompagner jusqu'à... », elle regarda la fiche avec les notes concernant la mission, « ...Monsieur Nemesio Ponti... »

Elle lui sourit de nouveau, lui faisant signe de la suivre.

« Voulez-vous que nous louions des chevaux ou préférez-vous que nous y allions à pied ? »

Lewe s'avança jusqu'à l'endroit où les chevaux pouvaient être loués, plus en avant vers la gigantesque porte qu'ils seraient amenés à traverser. Puis, avide et curieuse, elle s'avança de nouveau vers Odon, contente de rencontrer de nouveau un membre de l'église.

« Vous êtes prêtre ? Vous verrez, Ishtar, c'est génial et foisonnant de vie ! »


Dernière édition par Lewe Obrian le Lun 12 Aoû - 18:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Inquisiteur †

avatar

♦ Influence : 42
♦ Messages : 6
♦ Âge du perso' : 25
♦ Date d'inscription : 05/08/2013
♦ Age : 31

MessageSujet: Re: La danse des escargots nains philanthropes [pv Odon puis Nem']   Lun 12 Aoû - 17:23

Le matin s’était dressé bienveillant et salvateur. Un arbre l’avait protégé pour la nuit et les rives du fleuve  non loin de là lui servirent pour un brin de toilette. Les gifles de l’eau glacée assurant à son teint un peu de vigueur ; ciel que les voyages savaient éprouver les apparences. Odon aimait errer mais il n’avait rien contre un peu de confort. Cette arrivée en ville se voulant rapide et discrète, il n’avait donc eu le luxe d’atteindre les étapes en auberge et cela faisait une journée pleine qu’il s’était débarrassé de son cheval. Ses vêtements se faisaient désormais poussiéreux mais nul ne lui en tiendrait rigueur. Après  avoir contemplé en quelques prières la grandeur de l’Ombre, il se dressa sur ses jambes de moins en moins robustes et s’engagea pour la dernière ligne droite de son mois de transit.

L’horizon dessinait cette belle cité et il restait encore du chemin, il y serait pour le rendez-vous, c’est ce qui importait. Le jeune homme voyageait léger. Dans son sac, il avait logé quelques vêtements et un journal. Il n’avait pas le moindre sous ni même de réserve de nourriture. Il pouvait bien avoir l’allure d’un simple vagabond mais son pas était sans doute plus décidé que celui d’un mendiant. De plus, malgré la pellicule de crasse qui s’y était déposée, ses vêtements gardaient une coupe de très bonne confection et il suffisait de passer la main en quelques revers pour redécouvrir la teinte profonde de son noir originel.

Cela ne faisait pas plus d’une heure qu’il longeait la grande route lorsqu’une voiture s’arrêta à sa hauteur pour lui proposer de l’emmener. Odon accepta et se hissa aux côtés du conducteur. L’homme, bien en chair et incarnant une certaine bonhomie se présenta comme propriétaire d’une échoppe dont toute la ville parlait, il revenait de chez un de ses fournisseurs en farine. Odon quant à lui se présenta comme un neveu de passage, venu porter main forte à une tante à la santé fragile. Le commerçant fit une petite moue en coin et n’insista pas. Finalement, la journée n’était qu’à son Zénith quand ils foulèrent les allées de la grande cité. Odon se fit offrir un peu de pain et un saucisson pour qu’il n’arrive les mains vides chez sa logeuse. Il remercia de bon cœur le généreux et se promit une prière favorable pour lui.

Odon avait alors quelques heures avant de retrouver son guide. Il pensa d’abord à le précéder et à se rendre vers la Cathédrale, il ne l’avait encore aperçue et les citoyens ne pourraient pas l’égarer mais il pouvait aussi s’accorder une brève visite avant qu’on ne lui confie trop de missions. Aussi, il redescendit l’allée principale de ce marché dit de la Nouvelle Ville pour s’approcher d’un champ de ruines au charme contestable. Des hommes travaillaient tels des forçats à briser les pierres qui jonchaient le sol et deux gardes discutaient sans trop se soucier du reste du monde. Odon s’enfonça dans quelques ruelles  sans vraiment se cacher mais l’odeur eut raison de sa curiosité et il entreprit rapidement de rejoindre les rues plus conventionnelles.  Ses vêtements étaient déjà bien imprégnés par l’effort de son voyage, il allait leur épargner les poux et relents d’urine.

Aussi il retourna aux abords du marché et écrivit quelques réflexions sur son journal et rejoignit lentement les portes de la ville. Il griffonnait encore lorsqu’une voix féminine vint enfin à sa rencontre. Il ferma avec douceur ses pages noircies avant de se redresser et d’offrir à la jeune demoiselle son attention pleine. Son accent était plaisant et il le compara au sien, sans doute plus sec et tranchant tel le froid de ses contrées natives. Il lui répondit d’un généreux hochement de tête bien que son expression ne dessina le moindre émoi.

« Le voyage fut long, ils penseront que je me suis égaré. Bien à vous Dame Lewe, ainsi se prénomme la première personne qui m’attendait ici. Je suis Odon si tel est le nom de celui que vous êtes venu accompagner. »

La jeune femme proposa les services de quelques canassons,

« Je préfère compter mes pas, soyons discrets voulez-vous ? »

L’œil de la jeune femme se fit un tantinet plus brillant et sa langue plus précise. Odon lui répondit par un sourire crispé.

« Je suis un homme pieu, il est vrai. Mais qui commence à avoir hâte de profiter d'une bonne toilette. »

Il chargea son sac sur son épaule et rétablit un pas supplémentaire entre eux deux.

« Ainsi vous devez bien connaître cette cité. Elle me semble si vaste... Sans vouloir me montrer désobligeant, je ne vous vois pas transporter de trop lourd colis. Vous arrivez à gagner votre pain à jouer aux pigeons voyageurs ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtre †

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 168
♦ Messages : 48
♦ Âge du perso' : 32
♦ Protecteur : The Emperor Himself
♦ Date d'inscription : 25/04/2013
♦ Age : 27

MessageSujet: Re: La danse des escargots nains philanthropes [pv Odon puis Nem']   Lun 12 Aoû - 20:10

L'administration de l'Empire prenait un temps fou. Une partie de ce travail fastidieux incombait à Exodum, au Maître Architecte, au Duc-Commandant, à l'Empereur lui-même. Mais les chiffres et les petites affaires, audiences et autres sottises retombaient toujours sur la même personne. La personne en question portait sur ses épaules de grise fourmi travailleuse le poids d'une bonne partie de l'Eglise de l'Ombre. Le Saint souverain d'Ishtar avait beau détenir le pouvoir officiellement, il était nettement moins intéressé par les affaires quotidiennes de la Sainte Mère.

Nemesio Ponti n'avait pas quitté les ordres. Lorsqu'on fait partie du clergé, c'est pour la vie. Mais sa mission le poussait à vivre auprès de l'Empereur, à la Cour, au Palais. C'est là qu'on pouvait le trouver la plupart du temps. Parfois, son simple travail de scribe inquisitorial lui manquait. Ecouter les cris des prisonniers et voir les horreurs commises par ses frères n'était pas toujours une tâche intéressante. Mais cela venait avec une facilité reposante. C'était la vie d'un modeste serviteur de l'Ombre.

Aujourd'hui, le prêtre n'en demeurait pas moins modeste. Cela dit, ses appartements, son bureau, son entourage, tout avait changé. Il vivait la vie d'un ministre de Sa Majesté. Entouré d'autres scribes, de messagers et d'autres représentants de l'Eglise, il faisait un travail discret, mais indispensable à la bonne marche de l'Empire et, plus précisément, de la Capitale. Petits jugements, gestion du trésor et des opérations de l'Inquisition, correspondance avec les Gouverneurs, rédaction des résumés et rapports à l'attention de l'Empereur. Tout cela occupait beaucoup de temps de Nemesio.

Le Scribe évoluait entre son bureau et les pièces voisines où il donnait des instructions, répondait au questions, apposait sa signature. Certaines choses ne nécessitaient que sa vague approbation, d'autres une étude approfondie. Il se retrouvait bien dans ce milieu de fonctionnaires impériaux. L'ordre et la bureaucratie, la documentation et l'organisation, c'était son élément. Loin de la scène politique, de l'intérêt malsain de l'aristocratie avide de faveurs de l'Empereur.

Une lettre, annonçant la venue future d'un inquisiteur de Province était parvenue jusqu'au clergé de la Capitale. En tant que représentant de l'Empereur, nouveau supérieur de la force armée de l'Eglise, il se devait de l'accueillir et lui confier son assignation. Une coursière devrait venir avec lui, normalement. Nemesio aurait une pile de lettres et de papiers à lui confier, par la même occasion.

Ils étaient légèrement en retard. Mais cela importait peu, nombre de lettres devaient encore être achevées et signées. Combien même le coursier arrivait immédiatement, il devrait attendre.

Alors, lorsqu'on lui annonça que l'inquisiteur était arrivé, Nemesio hocha la tête.

- Bien. Faites-les entrer.

Il continua de marcher entre les bureau de ses subalternes et assistants, répondant aux questions et signant les documents. Il laissa ses "invités" patienter, combien même il leur adressa un regard et un léger hochement de la tête. La fille, il était presque certain de les avoir vus... L'homme, bien sûr, non. C'était à prévoir... Après quelques minutes, il alla s'adresser à eux et les invita à entrer dans un petit salon, proche des bureaux. Ce n'était pas un lieu pour recevoir des invités de marque, mais ils n'en étaient pas. L'endroit était confortable et agréable. Calme, fonctionnel. Comme le Scribe l'aimait.

- Sous le ciel et sous le soleil. Vous devez être le frère Odon, n'est-ce pas ? Et vous... mademoiselle ?

Nemesio laissa sa phrase en suspens, dans le but évident d'entendre le nom de la coursière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Informateur ♦

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 99
♦ Messages : 16
♦ Âge du perso' : 21
♦ Fiche : Lewe
♦ Date d'inscription : 28/07/2013
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: La danse des escargots nains philanthropes [pv Odon puis Nem']   Lun 12 Aoû - 20:38

L'homme était drôlement poli, mais au moins, il avait des manières. Lorsqu'elle lui dit son nom, elle jeta de nouveau un coup d'oeil au papier qu'elle tenait dans sa main droite et hocha la tête. C'était bien ça, Odon...elle répéta ce prénom plusieurs fois dans sa tête pour pouvoir le retenir comme il le fallait, et puis fit signe au nouvel arrivant de le suivre. Lorsqu'ils seraient arrivés en centre-ville, ils passeraient sûrement par la cathédrale, ce serait une occasion de lui montrer.

« Très bien, allons-y à pied. »

Il devait y avoir une demi-heure de marche d'ici au Palais Impérial, mais ils se hâteraient et Lewe lui ferait prendre toute sorte de raccourcis. Elle hâtait déjà ses pas, de telle sorte que la mission soit réalisé le plus correctement possible et écoutait Odon, tandis qu'ils marchaient...arrivait-elle à gagner son pain grâce aux courses ? Honnêtement, non, pas vraiment...si elle n'avait pas de petits boulots à côté, si elle n'était pas informatrice, elle ne gagnerait pas de quoi payer son loyer mensuel et serait comme la plupart des citoyens d'Ishtar obligée de voler pour se nourrir.

« J'ai livré mon dernier gros colis il y a vingt minutes dans le quartier des avancées et puis juste après, un collègue m'a prévenu que je devais aller vous chercher...alors j'enchaîne les missions pour gagner de l'argent, même si ça ne suffit pas vraiment. », elle sourit, honnêtement. Après tout, ce qu'elle faisait n'était pas hors-la-loi, « J'ai beaucoup de boulots et puis comme je vois traîner beaucoup d'infos, je suis également informatrice à mes heures perdues, ça récolte plus d'argent que n'importe quoi, mais c'est également plus dangereux, faut faire attention aux clients chez qui on va. Généralement, je ne le dis pas à n'importe qui, mais vous êtes un homme de Foi alors...je vous fais confiance. »

Elle avançait, lui faisant prendre des petites rues sombres, parfois un peu coupe-gorges, mais il faisait trop jour pour qu'il leur arrive quelque chose. Elle n'avait pas l'habitude de confier à quelqu'un le fait qu'elle était informatrice, mais étant donné qu'il lui avait posé la question...elle ne se voyait pas mentir, encore moins à un Homme de l'Ombre. Ce n'était un secret pour personne. À droite, et puis encore à gauche...quinze minutes étaient passées, là, et ils revenaient au Marché, voyant la Cathédrale se dresser. Lewe la montra du doigt pour le nouveau venu, lui souriant. Ils avaient de la chance d'avoir un monument aussi beau aussi.

Ils finirent par arriver au Palais Impérial, et montra la lettre qu'elle avait reçu pour entrer ici au Garde. On les escorta vers les appartements de Nemesio Ponti, et Lewe ne cessait de garder les yeux grands ouverts, tandis qu'ils marchaient. Les bâtiments étaient tellement beaux, tellement grandioses et elle savait qu'elle était vraiment chanceuse de pénétrer ici...ils finirent par arriver devant la porte desdits bureaux où le garde les laissa. Elle avança dans au milieu des bureaux, essayant de chercher Ponti du regard...ha, c'était le monsieur aux vêtements sombres qui était occupé un peu partout...Elle qui avait l'habitude de faire mille choses à la fois, elle se retrouva à danser d'un pied à l'autre, un peu mal à l'aise.

Lorsque Ponti leur fit signe de venir dans le salon, elle laissa échapper un soupir de contentement et le suivit, jetant un coup d'oeil à Ponti.

« ...Lewe ! Lewe Obrian, je suis une coursière ! Sous le ciel et sous le soleil, je vous salue ! »

Elle lui adressa son plus beau sourire, faisant une légère révérence. Lewe attendait qu'il lui dise qu'ils pouvaient s'asseoir. En attendant, elle tendit au scribe les papiers à signer pour ce transfert et disant combien de pièces la course devait être payée.

« Vous êtes Monsieur Ponti, c'est ça ? », elle était vaguement impressionnée par la présence de cet homme, alors se tentait de se faire toute petite, ouvrant ses yeux toujours au maximum pour observer tous les détails de cet endroit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La danse des escargots nains philanthropes [pv Odon puis Nem']   

Revenir en haut Aller en bas
 

La danse des escargots nains philanthropes [pv Odon puis Nem']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ѧ Palais Impérial Ѧ-