AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'archer va au bois [PV Asgeir]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous


L'archer va au bois [PV Asgeir] Vide
MessageSujet: L'archer va au bois [PV Asgeir]   L'archer va au bois [PV Asgeir] EmptyMar 7 Juin - 13:54

    La vie à Ishtar était radicalement différente de celle que Kyle connaissait à Frickwitch. Et on ne parlait pas seulement du fait qu’il était maintenant soldat et non plus un simple chasseur. Tout était différent ici, des cultures qui s’entremêlent, une vie bourdonnante et bien plus intense mais aussi… pas mal d’opportunités. Kyle était maintenant assez bien dans la garde, il s’entendait bien avec les camarades de son unité, ses supérieurs lui tenaient une assez bonne estime pour le moment et ses capacités à l’arc forçaient le respect. D’ailleurs, en parlant de ca, il avait demandé la permission exceptionnelle de se fournir son armement lui-même et on lui avait accordé tant que cela n’avait pas un impact négatif sur son travail. Les arcs fabriqués pour la garde n’étaient pas mauvais mais c’était des armes faites à la chaine, de manière à être produites rapidement et en grand nombre. Kyle était un chasseur, il préférait avoir une arme qui lui était propre, un objet dans lequel il y aurait un morceau de son… âme si on peut dire. Son arc était de belle facture et de conception solide, idéal pour les tirs rapides qu’il exécutait mais surtout il était adapté à sa main. Un bon tireur ne peut pas se battre efficacement s’il n’a pas une arme apte à donner la pleine mesure de son talent. Son arme était fait dans une variété de bois issu de Frickwitch, fabriqué pour lui mais il commençait à s’user, il allait bientôt devoir s’en fabriquer un autre. Il en était capable même si travailler le bois n’était pas son fort.

    Voilà pourquoi il avait besoin de quelqu’un qui pourrait le conseiller et pourquoi l’aider à trouver une essence de bois plus adapté à ce qu’il voulait faire. Certes il savait que sa province fournissait une grande partie du bois de l’empire mais il y avait bien d’autres essence d’arbre ailleurs, ca valait le coup de se renseigner et puis, on était à la capitale de l’empire, la grande ville où l’on peut trouver tout ce qu’on veut ou presque, il suffisait pour cela de s’adresser tout simplement à la bonne personne. Encore assez nouveau en ville, il avait demandé à ceux qu’il fréquentait chaque jour s’ils pouvaient l’orienter vers quelqu’un et il avait finalement obtenue une réponse valable. L’un d’entre eux connaissait un menuisier dont on disait qu’il faisait ce qu’il voulait du bois. Bon, un menuisier, ca ne fabrique pas des arcs mais il pourrait au moins lui faire autre chose et surtout, s’il était aussi bon que l’on disait, il serait au moins capable de lui donner de bons tuyaux.

    Un jour qu’il n’était donc pas en service, voilà notre jeune archer en quête de l’atelier en question. Il sortait toujours avec son arc et ses flèches, questions de principes et surtout de prudence. Il tourna dans les rues un moment avant d’arriver à trouver l’endroit en question. Il avait eu quelques difficultés mais ca venait sans doute du fait que le lieu n’était pas visible. Il fallait vraiment le voir cet atelier, la pancarte tombait en morceau, on y lisait à peine le nom du magasin et pour un peu, on aurait pu croire que ce commerce était abandonnée depuis bien longtemps. Mais il décida tout de même de vérifier et poussa la porte, il vit immédiatement que quelqu’un vivait et travaillait là. Le magasin n’était pas très entretenue mais montrait des signes d’activités, ne serait-ce que les copeaux de bois encore frais qui trainaient partout. Mais personne à l’horizon.

    Bonjour, il y a quelqu’un ?

    Simple mais efficace, si c’était ouvert, c’était qu’il y avait forcément quelqu’un dans les parages, ou alors le patron n’était guère prudent…
Revenir en haut Aller en bas
Asgeir
♦ Travailleur ♦

Asgeir

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 193
♦ Messages : 151
♦ Âge du perso' : 46
♦ Fiche : Un homme fait de sève et d'écorce.
♦ Protecteur : Une planche de bois.
♦ Date d'inscription : 30/01/2011
♦ Age : 27

L'archer va au bois [PV Asgeir] Vide
MessageSujet: Re: L'archer va au bois [PV Asgeir]   L'archer va au bois [PV Asgeir] EmptyMar 7 Juin - 15:19

Un coin sombre et aussi lugubre que le grand homme qui l'habitait, l'arrière de ton atelier paraissait encore plus vide et sale que le reste ; tu avais perdu l'habitude de prendre soin de toi, et de ton atelier qui était aussi ta maison, à quoi bon ? N'était-ce pas une chose futile et sans le moindre intérêt ? Faire le ménage pour enlever la poussière accumulée depuis des années, c'était une chose qui ne t'était jamais venue à l'esprit. Tu passais juste parfois un coup de balai, mais habitué aux endroits sombres et froids, tu ne songeais pas que ça peut être important, ce genre de chose, et par ailleurs tu ignorais que c'était tout de même un facteur important pour la clientèle. Les gens venaient... s'ils avaient besoin de toi, ou s'ils avaient envie de venir, tu ne les forçais pas à l'achat, c'était même le contraire, mais bon... tu avais quarante-six ou quarante-cinq ans, si bien que c'était impossible pour toi de changer. Tu étais trop vieux, et tu étais comme mort à l'intérieur, toute chose disparaissait autour de toi, tu ne prenais plus goût à rien, sauf au chagrin qui te hantait sans cesse.

Dans l'arrière de ton atelier, tu frappais machinalement le bois, imaginant que ce marteau tapait contre tes propres os, ce genre d'hallucinations te venaient de plus en plus souvent, tu mélangeais sans cesse réalité et rêves, si bien que tu mettais du temps à entendre ce qu'on te disait. Tu martelas le bois avec le marteau, serrant les dents, te souvenant de la douleur que tu avais eue, lorsque cette pierre s'était écrasée contre ton pied, te rendant boiteux. La prison, ça changeait un homme, et la peine aussi. Tu soupiras et une fois que terminas le cadre d'une fenêtre qu'on t'avait demandé, tu allas le ranger dans un coin, la pièce était sombre, contrairement au reste de ton atelier éclairé par la lumière du jour. Seule une petite bougie t'aidait dans tes travaux, et même si tes yeux peinaient à voir ou discerner correctement ce que tu faisais, tu t'en sortais, habitué malgré toi à l'obscurité.

Tu retournas vers une table sur laquelle était disposé toute sorte d'outils, tu pris un petit objets fins et qui te permis de graver dans le bois toutes sortes d'ornements, pourquoi continuais-tu à travailler ? Alors que tu pouvais te laisser mourir de faim ? Ne serait-ce pas plus simple, d'ailleurs ? Constamment hanté par ce genre de pensées macabres, tu faisais peu attention à ce qui pouvait arriver dans ton atelier, si bien que tu oubliais souvent de fermer à clef, les gens entraient et venaient comme ils le voulaient, du moment qu'ils ne montaient pas à l'étage, ça ne te dérangeait pas. Et puis bon... en général, ils se contentaient de jeter un oeil à l'intérieur, puis repartaient sans demander leur reste ; seuls tes clients « habituels » restaient longtemps dans ton atelier, connaissant ton talent comme ton problème avec le mot « parler », problème que tu avais de naissance d'ailleurs. Alors... tu entendis certes une voix, demander l'éternel « il y a quelqu'un », mais tu mis un moment avant de te rendre compte qu'on était venu chez toi, sur ton territoire de bois et de poussière.

Tu fronças tout de même les sourcils, et secouant la tête, tu terminas les ornements sur une table qu'on t'avait commandée, et tu la soulevas sans le moindre mal pour la déposer près du mur, avec le reste. Tu marquas quelque chose sur une liste, rayant surtout ce que tu venais de faire, et d'un pas malade, tu sortis de cette pièce sombre sans éteindre la bougie. Tu frottas tes yeux fatigués et les posas sur un jeune homme, nouveau froncement de sourcils. Habillé comme un Garde, tu remarquas son regard vif et le carquois qu'il portait, un archer sans doute... et tu en fus surpris, tu n'étais pas habitué à voir des soldats ou des hommes de guerre venir ici.

D'habitude, c'était plutôt des bourgeois ou des nobles venant arranger leurs appartements, tu haussas les épaules et l'observas sans curiosité, juste étonné. Au ventre de ton atelier trônait une grande planche de bois qui avait pour habitude de te servir de table, et sur laquelle on pouvait voir une pierre rouge, prés d'un petit cheval de bois, cadeau d'Iraïd pour te remercier de la restauration gratuite de son luth, tu ne l'avais pas touché depuis le départ du jeune homme, n'osant pas tout simplement. Tu t'y intéressas un moment avant de retourner ton attention sur le jeune homme, et de ta voix grave, tu lui demandas un simple :


— Oui ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


L'archer va au bois [PV Asgeir] Vide
MessageSujet: Re: L'archer va au bois [PV Asgeir]   L'archer va au bois [PV Asgeir] EmptyMer 8 Juin - 16:19

Kyle inspecta un petit moment le curieux magasin où il venait de mettre les pieds. C’est sûr, vu de dehors, ca ne paie pas de mine… vu de l’intérieur non plus au passage, c’est l’atelier d’un homme qui a visiblement oublié les notions tel que « ménage » et « rangement ». Mais il était très doué à ce qu’on disait et les artisans de grands talents étaient souvent des excentriques à ce que l’on racontait. Cependant, si on regardait aux bons endroits, on se rendait compte qu’il y avait de l’activité ici, il y avait des meubles et autres œuvres fraichement taillées et démontrant le travail d’un homme particulièrement doué. A voir maintenant s’il allait accepter la demande Kyle, qui aurait au moins le plaisir d’être un minimum original.

Un moment après que Kyle ait appelé, il y eut enfin du mouvement. Visiblement, le patron travaillait seul, ce qu’il lui manquait ? Un employé pour faire la gestion courante… et le ménage. Celui qui vint voir Kyle était un véritable colosse, d’une carrure qui lui rappelait l’imposante armoire centenaire que sa famille conservait depuis des générations, vous savez, le genre de meuble fait d’un seul morceau et certainement fabriqué en même temps que la maison car sinon on serait incapable de dire comment on a pu le rentrer dedans.

Cependant, malgré sa haute taille et sa carrure imposante, il avait les traits d’un homme brisé, son corps semblait jalonné de cicatrices dont une particulièrement visible en forme de croix sur son front. Par quoi en était-il passé ? Certes un travail manuel comme le sien abîme les mains mais pas le corps à ce point ? Un ancien soldat peut-être ? Espérons que ces yeux ait plus de vie quant il travail. En tout cas, Kyle était sans doute l’une des rares personnes qui n’avaient pas peu de lui, il avait beaucoup de sang-froid, surtout après l’histoire du massacre de sa famille. Visiblement du genre peu loquace, Kyle prit la parole sur un ton calme et poli.

Messire Asgeir je présume ?

Et bien oui, il s’était un minimum renseigné avant de venir, histoire de savoir qui il allait trouver.

On dit que vous êtes capable de plier le bois à votre volonté et de ce que j’en vois ici, ca semble être vrai.

En effet, les meubles et autres œuvres autour d’eux démontraient que ce n’était pas le premier venu qui avait fait tout ca, c’était le travail d’un homme d’expérience qui connaissait le bois ainsi que les différentes façons de le plier à sa volonté… pour peu qu’il lui en reste un minimum, ca, ca ne semblait pas gagné. Espérons que la demande originale de Kyle lui donne un peu de motivation.

J’aurais une commande particulière à vous passer. Des objets simples mais nécessitant des caractéristiques précises. Qui plus est, je recherche des renseignements sur des essences de bois particulières. Je suppose que vous devez connaitre de nombreux bois différents…

Ce qui lui semblait logique, un menuisier de sa réputation devait certainement avoir eu l’occasion de se faire les crocs sur beaucoup de matériaux, à voir maintenant s’il arriverait à l’aider. Kyle n’en avait pas trop dit jusque là, histoire de voir un peu la réaction de l’individu…
Revenir en haut Aller en bas
Asgeir
♦ Travailleur ♦

Asgeir

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 193
♦ Messages : 151
♦ Âge du perso' : 46
♦ Fiche : Un homme fait de sève et d'écorce.
♦ Protecteur : Une planche de bois.
♦ Date d'inscription : 30/01/2011
♦ Age : 27

L'archer va au bois [PV Asgeir] Vide
MessageSujet: Re: L'archer va au bois [PV Asgeir]   L'archer va au bois [PV Asgeir] EmptyMer 8 Juin - 21:46

Un mot.... un mot qui ne te laissas pas de marbre franchit les lèvres de ton interlocuteur, un mot que tu n'aurais pas pu connaître, car c'était bien la première dont on te qualifiait ainsi. Ce mot te choqua presque, il te secoua et sur le coup de la surprise, tu eus un léger mouvement de recul, déconcerté. Ce n'était pas possible... tout de même ! Tu avais plus ou moins conscience que parfois, tu étais la victime de quelques hallucinations, mais ce mot... était bien réel ? Un Garde Impérial venait-il de t'appeler « messire » ? Et surtout ce que te déconcerta davantage, c'était qu'il connaissait ton nom ; certes, ton travail était assez connu dans Ishtar, mais les gens n'articulaient jamais ce nom « Asgeir » , ils se contentaient le plus souvent de dire : « le Menuisier » ou « l'espèce de géant qui ressemble à un arbre mort », était-ce si insultant que ça de savoir que les gens ne prenaient même pas ton nom en compte ? Et que pour eux tu n'étais que ce menuisier, ce grand homme toujours fatigué et qui pourtant avait autant de force qu'un ours ?

Toi... tu en avais l'habitude, alors ça ne te faisait rien. C'était juste pour expliquer ta surprise, lorsqu'il t'appela « Messire Asgeir », comme si tu étais quelqu'un, comme si tu valais presque autant qu'un noble. Tu ouvris la bouche, les sourcils toujours froncés, plus plis se formèrent sur ton front lorsqu'un compliment germa dans la bouche du jeune homme. Encore plus surpris, tu te contentas de hausser les épaules comme réponse, tu étais toujours aussi sociale qu'un ermite, Asgeir. Que répondre ? Franchement ? Que répondre ? Tu ne savais pas, plus habitué aux insultes et à la torture qu'à un éventuel signe d'humanité. Tu observas longuement le soldat, voyant déjà son arc, sa figure dure et pourtant volontaire, ainsi que sa taille fière, il était jeune... mais à son âge, tu avais été père, toi. Recevoir « chez toi » un Garde Impériale te donna un peu d'angoisse, la dernière visite des autorités que tu avais reçue... t'avait assez chamboulé, même si tu trouvais encore que ce Prêtre noir était bien étrange.


Il te posa quelques questions... des questions qui entrèrent vite dans ta tête, tu continuas de le regarder, ou plutôt tu l'étudiais, lui et ce regard plein d'une sombre détermination. Une commande particulière ? De quoi un soldat aurait besoin ici ? Tu ne faisais pas d'arme, tu travaillais certes le bois, mais ça ne voulait pas dire que tu pouvais construire une lance parfaite, aussi dure que légère à manier, mais faire des meubles, ou escalier, voir ce qui conviendrait mieux à tes clients et à leur intérieur, c'était plus ton domaine. Seulement, tu avais bien réussi à restaurer le Luzy, le luth si précieux d'Iraïd, d'ailleurs sa pierre n'avait pas bougé de place depuis son départ, tu n'osais simplement pas y toucher. Tu approuvas machinalement, haussant les épaules, détaillant toujours le jeune homme et l'arc dans son dos, simple et particulier ? Ça devait être... dans tes cordes — sans mauvais jeu de mots —, n'est-ce pas ? Alors tu soupiras et d'un geste presque automatique, tu pris une feuille et un crayon pour noter ce que désirait le jeune homme. Tu ne savais pas pourquoi il ne demandait pas de l'aide à un fabricant d'armes — car c'était pour ça qu'il était là, non ? —, tu avais certes la carrure d'un forgeron et compagnie, mais tu n'étais pas habitué à fabriquer ces horreurs, ces armes, ces donneuses de mort. Pourtant tu ne le renvoyas pas, comme tu aurais pus certes le faire, tu notas quelque chose sur une feuille, les questions surtout du jeune homme. Enfin, tu fis l'effort de parler, Asgeir :

— Vous voulez un nouvel arc, non ?

Pas un mot de plus, et surtout pas mal de mots en moins ; toujours aussi peu bavard, tu trouvas alors la raison de la présence du jeune homme dans cet atelier. Le bois dans lequel son arme de prédilection était construite semblait avoir connu des jours meilleurs ; un peu comme l'escalier que tu avais toi-même construit qui montait à l'étage, le bois s'était usé, il y avait bon nombre de raisons à ça, notamment l'humidité qui avait la mauvaise habitude de s'infiltrer dans le bois pour le pourrir. Tu n'allas pas pour autant vers le jeune homme, tu étais certes un professionnel, mais tu avais toujours trouvé déplacé de venir vers quelqu'un et lui prendre des mains son bien le plus précieux, car c'était ce qu'il semblait être pour ce soldat : à la manière d'un épéiste, cet arc était son bras, son fidèle, son allier. Désarmer un épéiste, c'était comme l'amputer d'un bras, pas que tu remis en question les capacités du jeune homme, mais comme pour Iraïd qui était venu ici, tu avais deviné que ce jeune homme était attaché à son arc. Ou du moins, il semblait partir du principe qu'il n'était rien, ou peu de chose sans un arc. Après tout, un archer était comme un aigle, et enlever la vue à ce rapace, c'était le condamner.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


L'archer va au bois [PV Asgeir] Vide
MessageSujet: Re: L'archer va au bois [PV Asgeir]   L'archer va au bois [PV Asgeir] EmptyVen 10 Juin - 9:33

Aux yeux de Kyle, il n’y avait absolument rien d’anormal à l’appeler ainsi. Même si c’était un chasseur issu d’une province éloignée et techniquement un simple homme du peuple, cela ne signifiait pas qu’il n’avait pas appris le minimum de politesse utile. Tout garde qu’il était, il demeurait un simple citoyen de l’empire, il n’avait rien d’un noble, ce qui le mettait sur un certain pied d’égalité avec l’homme qu’il était venu rencontrer, il l’avait donc appelé de la seule manière qu’il estimait correcte pour le moment. Ou peut-être aurait-il du dire « maître Asgeir ». Après tout, on pouvait appeler les artisans de renom ainsi. Mais bon, il n’était pas pour faire de la dissertation philosophique sur la façon d’appeler un artisan la première fois que l’on vient dans sa boutique. Il était là pour des affaires sérieuses. L’homme n’était pas très social mais peu importait, il était doué, c’était suffisant pour avoir droit à un minimum de respect. Parlant peu, il sentit que le regard du colosse se perdait sur son uniforme de garde et surtout sur son arc, le menuisier s’était tout de suite intéressé à son arc, arme en bois. Visiblement, les mots de Kyle faisaient leur effet, l’homme sembla regagner un vif intérêt pour lui, finalement, il y avait encore de la flamme là-dedans. L’homme alla chercher un papier et un crayon et commença à noter des choses, ce que lui disait son client. Enfin, il parla, demandant si Kyle voulait un nouvel arc. Il était vrai que le sien commençait à s’user, malgré les traitements, l’humidité commençait à l’attaquer, il devrait bientôt en changer.

Pas spécifiquement, je me doute bien que la conception d’un tel objet n’entre pas vraiment dans vos spécialités.

Et bien oui, un menuisier, ca fait avant tout des meubles, pas des arcs, ca nécessite des connaissances spécifiques, quoiqu’on dise qu’un véritable maître artisan est capable de faire ce qu’il veut.

Mais il vrai que le miens est usé. Je viens de Frickwitch voyez-vous… on a là-bas tout le bois qu’il faut mais maintenant que je suis à la capitale je cherche voir si je peux trouver autre chose.

L’homme devait souvent avoir travaillé avec du bois venu des forêts de Frickwitch, apprécié pour les charpentes mais aussi en menuiserie.

En fait je voulais savoir si vous connaissiez une essence de bois qui répondrait à certain critères, je cherche un bois à la fois robuste mais qui dispose d’une certaine… comment dit-on déjà ? Ha oui, élasticité, un bois qui supporte bien la torsion sur un usage répété tout en restant robuste.

Kyle demandait des choses vraiment spécifiques mais un artisan de son calibre devait facilement voir où il voulait en venir, il devait surement connaitre une essence de bois qui ferait l’affaire. En attendant, il valait mieux demander à l’homme ce pourquoi il était venu en premier. Kyle sortit une flèche de son carquois et la posa sur la table.

Ce dont j’aurais besoin, c’est de corps pour mes flèches, les miennes sont usées. Il s’agit d’un morceau de bois de la proportion que vous voyez. Eux, j’aurais besoin qu’ils soient faits dans un bois à la fois léger mais en même temps solide. L’idéal, c’est d’avoir un tube légèrement alourdi vers l’arrière afin de compenser le poids de la pointe en métal et garder une bonne stabilité. Cela est-il dans vos cordes ?
Revenir en haut Aller en bas
Asgeir
♦ Travailleur ♦

Asgeir

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 193
♦ Messages : 151
♦ Âge du perso' : 46
♦ Fiche : Un homme fait de sève et d'écorce.
♦ Protecteur : Une planche de bois.
♦ Date d'inscription : 30/01/2011
♦ Age : 27

L'archer va au bois [PV Asgeir] Vide
MessageSujet: Re: L'archer va au bois [PV Asgeir]   L'archer va au bois [PV Asgeir] EmptySam 11 Juin - 9:25

Sans regarder le jeune homme, tu continuais d'écrire tout ce qu'il te disait, rajoutant parfois des commentaires qui pourraient t'aider à le renseigner du mieux que tu pouvais. Parfois tu rayais une mention pour en ajouter une autre en dessous, une façon de procéder que tu avais gagnée dés ton plus jeune âge ; fils de menuisier, tu avais souvent pris l'habitude enfant d'écrire rapidement ce que les clients de ton père voulaient, et dés qu'une personne entrait dans ton atelier, tu prenais une feuille et notait toutes les informations qui te paraissaient importantes. Alors que Kyle parlait, ton crayon s'agitait sur la feuille, salissant le papier, répandant parfois une faute ici et là, mais personne ne t'avait encore fait de reproche là-dessus, qu'importe si tu savais bien écrire ou non, hein ?

Dés l'instant que le client avait ce qu'il voulait, tout allait bien dans le meilleur des mondes. Et tu t'aperçus rapidement et sans la moindre once de difficulté que le soldat s'y connaissait assez pour employer quelques thermes plus techniques, qui habituellement ne sortaient pas de la bouche de tes clients, ou clientes parfois. Tu approuvas tout en continuant de noter, tu ne le regardais pas, tes yeux restaient fixés sur le crayon, alors que tu prenais en compte tout ce qu'il disait. Au bout d'un moment, il vint poser ses flèches sur la table, tu laissas le crayon glisser entre tes doigts et tu vins prendre une flèche. Tu l'observas un moment, avant de la tordre pour vérifier le bois, la souplesse ou la rigidité, tu observas la pointe avant de poser ton index dessus, et tu la reposas pour reprendre tes notes. Bois de Frickwicht, bonne qualité, mais qui avait fait son temps. Tu réfléchis un moment, avant de reprendre la parole :

— Hum... habituellement, on utilise du bois d'If pour faire des arcs, il est souple et solide, mais l'essence de bois change en fonction du type d'arc.

Pas un mot de plus, ni de point d'interrogation dans ta bouche, mais c'était une question en quelque sorte. Sans prendre soin à la manière dont tu maniais les mots, tu venais de demander à ce jeune homme quel type d'arc il voulait, arc long, arc court, même si les arcs plutôt traditionnels étaient faits avec de l'if, et parfois même du bambou... même si celui-ci était fragile simplement parce qu'il était creux. Tu repris une des flèches pour noter des choses que tu n'avais pas vu une première fois, ce travail estimait un bon sens de l'observation et aucune hésitation quant à voir, et revoir le moindre petit détail. Faire des erreurs, ce n'était pas dans tes cordes, et tu avais toujours éprouvé un besoin de perfectionnisme dans ce que tu faisais du bois. Sans doute parce que désormais, cet atelier aussi vide et sale que son propriétaire était tout ce qu'il te restait ; d'ailleurs, tu étais plutôt satisfait de parler avec ce soldat, au moins il parvenait à chasser des souvenirs par la connaissance qu'il avait de son sujet. Tu passas ta grande main carrée dans ta nuque pour délier les noeuds, tu avais un peu mal à ta jambe aussi, mais tu restas debout et levas les yeux au ciel pour contempler le plafond. Tu fouillas dans ta mémoire, puis tu dis au bout d'un moment :

— Et pour les flèches... je dirais du cornouiller, ou encore le noisetier.

Tu... ne donnas pas la moindre explication pour le choix, en fait tu n'y pensas tout simplement pas. Le cornouiller restait sûrement le plus bon choix, solide et léger, il pouvait bien s'accorder avec la pointe sans perdre l'équilibre, ou ne pas filer vers sa cible en chancelant, ce qui pouvait être le cas du noisetier. Tu observas un moment le jeune homme, puis tu rajoutas quelques notes, notamment qu'éventuellement, ce serait plus un arc de combat qu'il lui faudrait, à moins qu'il comptât chasser les terroristes comme on chassait un lapin. Tu secouas la tête, passas encore ta main dans ta nuque et remuas ton épaule. Tu posas à nouveau ton regard sur lui, et après un petit moment de réflexion, tu demandas :

— À moins que vous vouliez rester dans le bois de Frickwicht, qui n'est pas mauvais.

Même plutôt bon, mais il était rare qu'on te demandât des commandes « spéciales » provenant de cette province-là. Les gens connaissaient trop les rumeurs et les légendes de cet endroit pour accepter l'idée de s'y aventurer, tu ne savais rien de la manière dont c'était gouverné, mais tu te souvenais que ce n'était pas forcément le lieu idéal pour passer ses vacances en famille. Ishtar... non plus d'ailleurs, l'Empire n'était qu'une fange de tarés, de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


L'archer va au bois [PV Asgeir] Vide
MessageSujet: Re: L'archer va au bois [PV Asgeir]   L'archer va au bois [PV Asgeir] EmptyLun 13 Juin - 12:27

Kyle lui parlait, expliquant simplement ce qu’il recherchait, il ne devait pas être le type de client qu’on reçoit tous les jours. En règle générale, les soldats utilisaient leur équipement de dotation mais la garde n’avait que des armes standards, fabriquées à la chaine, sans âme. Kyle voulait quelque chose de plus personnalisé, quelque chose qui lui permettrait de mieux tirer partie de son talent. Du bon matériel entre les mains d’un débutant ne sert à rien mais un bon archer sans matériel adapté à son style ne peut exprimer ses capacités. Alors qu’il lui parlait, il observait un petit peu l’homme. Bon, c’était vrai, ce gars-là ne respirait franchement pas la joie de vivre mais il avait l’air d’avoir encore une certaine flamme en lui. Alors qu’il lui parlait, il notait tout, captait tout, il avait l’air d’avoir la passion de son métier, quelqu’un de mentalement mort ne fait qu’agir machinalement, sans vie, sans passion. Kyle avait un bon pressentiment avec cet artisan, il avait vraiment l’air de savoir quoi faire et comment le faire efficacement. Il était reconnaissant à ceux qui lui avaient indiqué l’adresse, il allait pouvoir se refaire son équipement à neuf. Et temps pis si ca lui coutait un petit peu cher, à long terme, ca serait utile.

Revenant à leurs considérations matérielles, l’homme lui évoqua le bois d’if pour fabriquer un nouvel arc. Kyle en avait entendu parler, un bois idéal mais malheureusement non présent dans les forêts de Frickwitch. Dans un certain sens il lui demandait ce qu’il cherchait comme arc. Kyle savait qu’il lui en faudrait un plus adapté à la guerre qu’à la chasse. Le gibier ne porte pas d’armure, on peut se permettre moins de puissance de pénétration et un peu moins de précision mais face à un humain, les considérations changeaient. Surtout que Kyle n’était pas un tueur dans l’âme, il préférait neutraliser si possible mais pour toucher les bon points du corps, il fallait quelque chose de précis et d’assez puissant. Non en fait, il fallait quelque chose de personnalisé.

Je vous fais confiance pour l’essence. J’ai un style de tir très particulier, mon arc devra être capable de supporter plusieurs tirs rapides à la suite, sans perdre en puissance et en précision. Comme arc, après, je cherche quelque chose qui soit à ma taille. Les bons arcs sont fabriqués en fonction de la taille de l’archer et de celle de ses bras, avoir un arc adapté à son allonge est bien plus efficace.

Visiblement, travailler sur l’arc en lui-même ne semblait pas gêner l’homme qui le conseillait fort bien pour le moment. Puis ils passèrent aux flèches, Kyle en posa sur la table et le menuisier l’étudia sous tous les angles, rien ne semblait pouvoir lui échapper, il avait l’œil vif et expert pour tout ce qui touchait au bois. Il lui conseilla alors deux essences avant de demander à Kyle s’il comptait rester dans le bois de Frickwitch.

Je cherche avant tout l’efficacité, le bois de Frickwitch est bon mais s’il existe d’autres possibilités offrant de meilleurs avantages, je suis preneur.

Kyle était attaché à sa province natale, même si ce n’était pas la plus charmante ou accueillante de l’empire mais pas au point de vouloir absolument tout faire à partir de son bois, ce serait idiot, la capitale offrait des opportunités, à lui de les saisir pour réussir. Et pour un garde archer, ca commençait par se procurer arc et flèches dans le meilleur bois possible en la matière…
Revenir en haut Aller en bas
Asgeir
♦ Travailleur ♦

Asgeir

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 193
♦ Messages : 151
♦ Âge du perso' : 46
♦ Fiche : Un homme fait de sève et d'écorce.
♦ Protecteur : Une planche de bois.
♦ Date d'inscription : 30/01/2011
♦ Age : 27

L'archer va au bois [PV Asgeir] Vide
MessageSujet: Re: L'archer va au bois [PV Asgeir]   L'archer va au bois [PV Asgeir] EmptyMer 15 Juin - 18:04

Eh bien... Ce jeune homme était plutôt consciencieux, il semblait prendre la performance et la réussite au premier degré, et le placer au-dessus du reste. Tu continuas de noter ce qu'il te disait, pensif, ton crayon souillait de noir la feuille, tandis que tes sourcils se fronçaient parfois, en fonction du ton et des mots qu'il employait. Tu écrivais chaque parole, chaque sens que sa bouche articulait sur un ton placide, eh bien... tu ne pensais pas avoir été comme ce jeune à son âge, enfin à son âge tu étais déjà père, sans doute. Prenait-il le temps de vivre ? Et d'oublier tous ces combats qu'on mettait sur son chemin ? Enfin, tu n'étais pas mieux le placer lorsqu'il s'agissait de conseil, toi-même, tu ne vivais plus ; trop occupé à travailler, trop occupé à effacer de ton crâne tous ces souvenirs qui te hantaient depuis des lustres.

Le temps... c'était quoi ? L'âge... c'était quoi ? Le tien, tu en gardais un souvenir approximatif, allais-tu avoirs quarante-six ans cette année ? Ou bien quarante-sept ans ? Oh... peut-être, qu'importe puisque tu ne savais plus la date de ta naissance, un fils d'artisan ne se préoccupe pas de ce genre de détails. Seulement, tu écoutais, tu notais, et le monde ne semblait pas avoir la moindre emprise ; Asgeir... savais-tu que Geralt XIII était mort ? Et que ce n'était plus Alarin qui dirigeait l'Église ?


Tu ignorais bien des choses sur ce qui se passait en dehors de ton atelier, des choses qui n'avaient pas d'importance de toute façon. Tu étais si pour travailler, et non pour déblatérer un flot de paroles ressemblant vaguement à une opinion politique, le Peuple n'avait pas besoin, il devait faire ce qu'on lui demandait. Tu faisais partie de la masse, et la masse se devait de suivre le mouvement sans jamais faire preuve d'autonomie, tu étais né pour contribuer à cette putain de société, vendant dans les bars un corps fait d'excréments de rêves, sans sens, et qui perdait sa raison dans des dialogues ennuyeux. Sais-tu ce que tu étais, grand Asgeir ?

Mis à part ce grand arbre mort, fait de bois et de chagrin qui tenait ici sans savoir comment ? Tu étais la face du peuple qu'on refusait de voir, cette face hideuse et repoussante, car trop vraie ; tu étais cette face qui brûlait les yeux des autres, car ce visage criblé de cicatrice, ce visage fatigué affichant une mine misérable, c'était le monstre qu'on ne voulait pas voir, celui de la faim et du manque d'argent. Pourtant, tu mangeais à ta faim — quand tu pensais à t'acheter un peu de nourriture —, pourtant, tu vivais bien, lorsque tu avais une pensée parfois superficielle, germant dans ton crâne.


— Je vois... et donc...

Et donc... et donc... quoi ? Oh bien sûr, tu avais commencé une phrase, mais comme à chaque fois, le moindre petit mot devenait un caillou tombant dans ta gorge pour exploser ton estomac ; c'était difficile d'être toi-même mine de rien. Tu devais dire quoi, exactement ? Le renseigner encore ? Mais il te semblait que ce jeune soldat ne te demandait pas que ça, finalement ; lui qui était venu glaner des informations pour son arc, ne semblait pas vouloir partir avant de faire affaire. Du moins, c'était ce que ton pauvre cerveau paraissait croire, pourquoi ? Une intuition, un morceau de ton sens de l'observation refaisant soudain face dans le monde réel, tu ne savais pas très bien. Et donc... et donc... et donc si tu accomplissais un miracle ? Un vrai miracle... comme... dire plus de quatre mots ? On pouvait dire que ceux qui parvenaient à faire ça, c'était des artistes dans leur domaine, de même qu'un artisan n'était rien d'autre qu'un artiste. Et donc qu'attendait Kyle de toi à cet instant ? Il avait parlé de mesure, non ? Un arc de sa taille, non ? Ce qui voulait dire... ? Tu étais un peu confus, et tes pensées filaient entre tes doigts sans jamais te donner l'occasion de les saisir.

Et puis bon... ne prenais-tu pas cette situation comme un défi ? De même lorsque tu avais soigné Luzy, le luth d'Iraïd, alors que jamais tu n'avais pansé les blessures d'un instrument de musique, tu prenais tout ça comme un défi. Chose qui n'avait jamais changé chez toi, c'était la sorte de plaisir que tu prenais en faisant ce que tu faisais, notamment lorsque tu tapais, ponçais, peignais le bois... c'était une chose qu'il était dur d'expliquer avec de simple mot, car tu étais tombé dans ce métier depuis tout petit. C'était tout ce que tu savais faire, et tu essayais de le faire bien, au moins pour gagner un peu d'argent, et de quoi te nourrir.

— Et donc... vous voulez que j'essaye de vous en construire, un ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


L'archer va au bois [PV Asgeir] Vide
MessageSujet: Re: L'archer va au bois [PV Asgeir]   L'archer va au bois [PV Asgeir] EmptyLun 20 Juin - 11:14

    Bien sûr que Kyle était attaché à la performance. Pour lui, avoir du matériel valable lui permettait d’exprimer le plein potentiel de son art. Car le tir à l’arc peut être une forme d’art, celui de la recherche du tir parfait, celui qui fait exactement ce qu’attend l’archer. Kyle avait ce don depuis la naissance et la chasse lui avait permit de l’exprimer. Seulement, il était soldat maintenant, on ne se bat pas comme on chasse. Un animal blessé, on peut le pister pour l’achever même si Kyle n’aime pas faire souffrir.

    Mais avec les criminels, ce n’est pas la même chose, Kyle évite de tuer s’il en a l’occasion. Certes, sa venue à la capitale et son enrôlement dans la garde impériale découlent de la destruction de sa famille par un terroriste mais fort heureusement, le jeune homme n’avait pas sombré dans la rage aveugle. Un simple criminel devait être jugé, c’était la règle. Pour attraper un criminel avec un arc, c’est relativement simple, il suffit de le clouer au mur par les vêtements, Kyle était de ces archers capable de faire de telles choses, l’accrochage au marché avec l’inquisitrice en était la preuve. Face à un adversaire trop dangereux, une flèche dans l’épaule peut désarmer un homme, une dans la jambe l’empêcher de fuir. De tels tirs demandent de la précision. Une flèche qui dérive peut atteindre un point mortel au torse. Pareil aux jambes, Kyle en connaissait assez de la morphologie humaine pour savoir qu’il y avait une artère importante dans la cuisse et qu’une mauvaise blessure pouvait entrainer une hémorragie mortelle.

    C’est bien pour tout ca que Kyle cherche à avoir le meilleure matériel, il ne faut parfois pas grand-chose pour faire la différence entre un tir efficace et un tir raté. Or le jeune soldat est un homme consciencieux qui veut faire les choses bien, même s’il ne cherche pas à faire de la lèche à ses supérieurs. Voilà pourquoi le jeune homme se montrait aussi précis avec l’artisan qu’il était venue voir, il ne venait à l’origine que pour quelques renseignements et un travail simple mais l’homme semblait s’intéresser à son cas, il y avait une légère flamme qui dansait dans ses yeux, malgré son apparence, c’était un maître artisan, cela se sentait, on ne peut pas improviser ce genre de chose. L’homme lui proposa de lui en faire un. Kyle réfléchit un instant, oui, ca valait le coup, un artisan de sa trempe arriverait bien à quelque chose. Le jeune garde sourit, ce qui était rare sur son visage parfois glacial.

    Si vous vous sentez de le faire, alors ce sera avec plaisir. Je vais juste avoir besoin de votre aide pour mesurer mon allonge, j’ai changé depuis l’époque où on m’a fabriqué mon arc actuel.

    Il datait de son adolescence, or, il avait encore grandi, de pas grand-chose mais assez pour refaire le calcul, il était consciencieux et voulait que l’arc soit parfaitement adapté à sa taille pour en tirer l’efficacité optimum.

    Vous n’aurez qu’à vous occuper du corps de l’arc si vous acceptez de le faire, la corde et le reste, j’en fais mon affaire.

    C’était un homme de bois, s’il pouvait faire la partie la plus délicate, la création du corps en bois dans les bonnes proportions, il aurait fait les trois quarts du travail et Kyle s’occuperait de régler le reste.
Revenir en haut Aller en bas
Asgeir
♦ Travailleur ♦

Asgeir

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 193
♦ Messages : 151
♦ Âge du perso' : 46
♦ Fiche : Un homme fait de sève et d'écorce.
♦ Protecteur : Une planche de bois.
♦ Date d'inscription : 30/01/2011
♦ Age : 27

L'archer va au bois [PV Asgeir] Vide
MessageSujet: Re: L'archer va au bois [PV Asgeir]   L'archer va au bois [PV Asgeir] EmptyMer 22 Juin - 11:31

Oui... cette petite lueur dansa l'espace de quelques secondes dans ton regard, une lueur allumée par le sentiment de défis qui te prit, lorsque le jeune homme te parla de son arc. Certes, tu avais peu de connaissance dans ce domaine, mais tu étais avant tout un amoureux du bois, et travailler autre chose que des meubles intérieurs pourrait te permettre d'oublier un petit moment cette vie morne, ou du moins chasser les souvenirs de la prison qu'Iraïd avait fait rejaillir. Tu espérais simplement que le Prêtre noir, venu il y avait de ça un moment maintenant, ne revienne pas mettre le bazar ici, tu avais horreur lorsqu'on touchait à tes affaires, ou qu'on venait perturber ta petite vie tranquille de Menuisier. Tu aimais le bois, tu adorais le travailler, et lorsque quelque chose d'inédit se présentait à toi concernant cette matière, tu prenais du plaisir à voir comment tu pouvais faire ; selon, le bois avait toujours été un art qui pouvait aussi bien passionné qu'ennuyé, et toit ça t'avait passionné depuis l'enfance.

Certes... ton père t'avait transmis toute cette passion, mais celle-ci n'avait jamais changé depuis toutes ces années, si bien que même lorsque tu avais passé du temps en prison, tu avais réussis à faire un peu de « construction », tu avais trouvé un morceau de bois, et de ce morceau de bois étaient né diverses figurines, et curieusement, ce petit cheval de bois et son cavalier, sans oublier sa concubine, c'étaient ce qui t'avait aidé à sortir de ce marasme de désespoir. Travailler le bois, c'était tout ce qu'il te restait, et au moins, parfois tu oubliais qui tu étais, tu devenais totalement ce grand homme de deux mètres dix, ce géant fait de sève et d'écorce qui ne vivait que pour son métier, car c'était la seule chose qui te restait.

Tu lisais autant de détermination dans le regard de Kyle, une détermination presque semblable à la tienne, mais celle du jeune homme était dirigée ailleurs. Conscieux, tu l'avais déjà trouvé ainsi, mais aussi perfectionniste, conscient de son talent, et prêt à tout pour l'armée. Avait-il le temps de vivre un peu ? Avait-il le temps de se lier avec une femme ? Ou de connaître autre chose ? À son âge, tu avais déjà fondé une famille, et lui ? Il ne semblait pas être le genre d'homme à s'attacher à ce genre de futilités, des futilités dangereuses quand on les perdait, car c'était bien à cause d'elles que tu étais devenu ce grand arbre mort. Malgré sa froideur, tu crus d'ailleurs voir un peu de sympathie dirigée vers toi, lorsqu'il te dit qu'il était d'accord de te laisser faire son arc. Ce défi... tu y tenais d'une certaine manière, après tout tu pouvais t'aventurer dans un domaine inconnu, et qui n'était pas le sien. Du reste, tu approuvas, sachant que de toute façon, fabriquer un arc était comme construire une porte : il fallait prendre des mesures, notes différentes choses, et calculer au millimètre prés ce que tu devais faire. Le détail faisait le tout, contrairement à ce que songeait la plupart du temps les gens.


Tu te rapprochas donc de Kyle, ton mètre à la main et boîtant toujours, comme si ton pied était attaché à un énorme boulet, celui qu'on appelait la vie. Tu lui fis signe d'écarter les bras, notant sur un papier les chiffres, gardant en mémoire la manière dont le corps du jeune homme se dessinait. Après tout, c'était comme faire un escalier, non ? Il fallait que celui soit de la bonne taille, soit fait pour aller au bon endroit, soit solide sans prendre trop de place... tu ramenais ce que tu faisais à la menuiserie, parfois tu lui posais des questions sur la manière de prendre son allonge. Tu avais de rares connaissances, donc tu ne pouvais pas tout connaître.

Le morceau de papier ne tarda pas à devenir une espèce de gribouillé, souillé par ton crayon, et ton écriture était si illisible que même un fou n'arriverait pas à la comprendre. Mais toi... tu te comprenais, c'était déjà ça, et tu te retrouvais, tu avais toujours eu tendance à écrire faiblement, si bien que tes lettres ne ressemblaient pas à ce qu'elles devaient être. Tu notas tout de même qu'il s'occupait de la corde, au cas où tu risquais d'oublier et de faire quelque chose qui n'était pas dans tes cordes. Tu passas ta main dans ta nuque, remuant un peu les épaules, car ton dos fatigué te lançait, si bien que tu avais l'impression de porter non pas une armoire, mais bien un rocher sur ton dos. Tes larges épaules furent secouées, et enfin tu lâchas :


— Bien... revenez dans une semaine, le corps et les flèches de votre arc seront faits.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


L'archer va au bois [PV Asgeir] Vide
MessageSujet: Re: L'archer va au bois [PV Asgeir]   L'archer va au bois [PV Asgeir] EmptyLun 27 Juin - 9:43

    Même s’ils ne le savaient pas, ces eux hommes avaient plus de similitudes qu’ils ne l’imaginaient. Kyle avait aussi perdu sa famille et ca l’avait profondément marqué, même si les circonstances étaient loin d’être les mêmes. Et puis ils avaient aussi tous deux hérité de leurs pères cette passion pour ce qu’ils faisaient. Celle d’Asgeir était son métier, cette passion à travailler le bois, celle de Kyle était l’archerie, cet art du tir qui transcendait l’âme. Mais bon, ca s’arrêtait là, le jeune archer n’avait pas l’âge d’Asgeir, il avait vécu moins de choses. Certes, il ne s’était pas encore attaché à une femme, à la notion de famille, cela viendrait peut-être avec le temps mais pas pour le moment, son regard était tourné vers le présent, sur ce qu’il avait à faire pour le moment.

    Constatant que l’homme avait l’air d’apprécier le défi de lui faire un arc, il décida de lui faire confiance. Un objet, quant il n’est pas fabriqué avec envie est vide, dénué d’âme, une arme sans intérêt pour Kyle. Or si Asgeir le prend comme un défi et y met son âme, il réalisera surement une œuvre magnifique dont Kyle saura tirer partie. Il lui laissait donc sa chance, il était venu pour quelques renseignements mais cette visite était riche de bonnes surprises.

    L’homme se dirigea ensuite vers lui avec son mètre mesureur. Kyle se laissa faire de bonne grâce. Il expliqua au maître artisan ce qu’il devait tout d’abord mesurer et comment le faire. Les calculs pour le tir à l’arc sont particuliers à cet art. Pour l’aider, il lui expliqua ensuite comment on faisait les calculs de conversion pour obtenir la taille optimale pour l’arc en fonction de l’archer, ainsi que la manière de calculer la longueur idéal des flèches. C’était bien un domaine dans lequel il était savant et le faisait partager à cet homme, vu que pour le moment, leurs passions respectives se rejoignaient.

    Kyle n’avait reçu qu’une éducation minimale, ce qui n’était déjà pas mal pour un simple chasseur de la campagne. Il savait lire, savait écrire, même si ce n’était pas de la grande calligraphie. Du moins assez pour correspondre avec quelqu’un et s’en faire comprendre. Il savait compter aussi, si au début, ce n’était que pour pouvoir s’occuper efficacement de ses finances personnelles, ca se révéla aussi très utile pour les calculs propres à l’archerie. Mais bon, le savoir mathématique du jeune homme se limitait à ca, peu utile dans d’autres domaines mais parfait pour ce qu’il faisait.

    Plus il lui donnait d’indication et plus l’homme colorait sa page de noir, il devait certainement s’y retrouver, chaque artisan a ses façons de faire après tout. Une fois les mesures terminées, il donna à Kyle un délai d’une semaine pour tout récupérer, il ne demandait pas mieux.

    Très bien. Ho ! Avant que j’oublie.

    Kyle déposa sur la table de l’homme une bourse de monnaie, une partie de ses économies et de son solde de garde.

    Voici un premier acompte pour votre travail. Je vous remercie de vous occuper de ma commande Messire Asgeir, je vous dis à la semaine prochaine alors…

    Kyle le salua poliment, le gratifiant d’un sourire au passage, il le trouvait plutôt sympathique lui. Puis le jeune archer quitta la boutique pour retourner à ses occupations de soldat, il avait une semaine à attendre maintenant, de quoi s’occuper de préparer de son côté le cordage, les pointes de flèches et l’empennage.
Revenir en haut Aller en bas
Asgeir
♦ Travailleur ♦

Asgeir

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 193
♦ Messages : 151
♦ Âge du perso' : 46
♦ Fiche : Un homme fait de sève et d'écorce.
♦ Protecteur : Une planche de bois.
♦ Date d'inscription : 30/01/2011
♦ Age : 27

L'archer va au bois [PV Asgeir] Vide
MessageSujet: Re: L'archer va au bois [PV Asgeir]   L'archer va au bois [PV Asgeir] EmptyMar 28 Juin - 9:23

Tu continuas de noter sur un morceau de papier les différents calculs que tu devrais faire pour cet arc, ainsi que les exigences que tout ça pouvait apporter, c'était un peu nouveau pour toi, et de toute façon, la seule chose que pouvait recevoir une petite partie de toi, c'était tout ce qui naissait de tes mains. Tu avais l'air certes sombre, le coeur brisé comme ton corps, tes mains ne ressemblaient plus à des mains, on aurait dit deux morceaux de bois prenant vaguement cette forme, pleine d'échardes, loin d'être douce, mais ces mains aussi laides que le reste de ton corps aux multiples cicatrices, c'étaient elles qui faisaient tout. Tu ne devenais qu'un automate alors, lorsque le bois effleurait tes doigts, mais un automate qui mettait un peu de coeur dans ses créations. Tu observas à peine Kyle, réfléchissant déjà sur ce que tu pourrais lui faire, un arc... c'était la première fois que tu faisais une chose pareille, mais pour ta passion, le sens du défi s'était un peu réveillé. Concentré à calculer mentalement les diverses mesures, tu hochas simplement la tête, lorsque le jeune homme remit la première partie de son paiement, eh bien ! Voilà quelqu'un de bien loyal, et de juste, car habituellement, les clients profitaient de ton aspect renfermé sur lui-même, et détaché de tout pour ne pas donner tout de suite leur paiement. Lorsque l'argent entrait en jeu, il était « facile » de l'oublier et de donner la première partie, et toi ?

Eh bien, tu ne disais rien, éternellement muet, éternellement toi-même, l'argent tu t'en servais pour ton matériel, et manger, boire aussi quelques fois, mais c'était tout. Tu avais perdu cette notion-là, si bien que tu avais offert à Iraïd la réparation de son luth, curieusement, Asgeir, tu savais que tu ne pourrais pas te permettre une telle chose avec Kyle, celui-ci était en effet plus difficile à convaincre. Néanmoins, tu lui fis un signe de la main, lorsqu'il te quitta, et tu retournas errer dans ton atelier, grande silhouette monstrueuse, grande silhouette détruite par le temps. Le monde pouvait bien s'écrouler, le monde pouvait bien connaître sa fin que tu ne le remarquerais pas, car bien trop pris dans tes souvenirs, et ton néant infini de douleurs. La vie n'avait plus la moindre saveur, et pourtant, ce brave jeune homme y avait allumé une petite lueur, pour toi... peut-être que tout n'était pas encore terminé. Le monde ne reprendrait peut-être jamais les couleurs, mais au moins, le gris de ta vie c’était éclaircie, un peu. Tu poussas un grand soupir, réfléchissant, toujours, pris dans tes réflexions, et le jeu que Kyle t'avait proposé. Certes, tu n'étais pas un mauvais perdant, mais pourquoi ne pas exceller dans ce nouveau domaine ? Après tout, le bois c'était une partie de toi, ta passion, tout ce qui te restait, et te maintenait en vie.

Et le temps, jolie chose sans saveur passa, et le temps vole et vit comme un oisillon apprenait à voler ; tu n'eus pas le temps de dire « ouf » que tu te rendis compte en te levant qu'une semaine était passée. Tu avais terminé l'arc de Kyle la veille, en fait, juste avant d'aller te coucher. Tu connaissais peu la fatigue, ou du moins, tu la sentais peu venir t'arracher quelques gestes maladroits. Tu sentais rarement le sommeil venir te faire fermer les yeux, et au moins, tu avais terminé dans les délais la prochaine arme de l'archer, tes yeux ne s'étaient même pas fermés lorsque tu avais mis une huile renforçant le bois. Finalement, tu avais opté pour l'if, car il te semblait que pour l'usage de Kyle, cette matière serait assez solide et souple pour tirer et résister aux situations difficiles que rencontraient les soldats. Après quelques réflexions, tu avais aussi pris du cornouiller, rien de bien original, tu n’avait pris ce qui t'avait semblé le mieux pour les flèches, et l'arc. Ce dernier reposait d'ailleurs dans l'arrière-boutique, aux exactes mesures de Kyle, il était posé sur une table, fort et souple, ainsi qu'assez simple. Kyle était un soldat, pas un homme ne trouvant de l'intérêt visiblement pour les jolies choses, même si tu avais songé à graver quelques ornements pour décorer la chose, tu avais rapidement rejeté cette idée en te disant que Kyle privilégiait l'efficacité à la beauté.

Discutant avec un client habituel, venu voir les plans que tu lui proposais pour un escalier, tu parlais d'une voix calme, toujours bien rauque, en lui montrant une grande feuille sur laquelle tu avais esquissé un escalier tournant sur lui-même. Après tout, ce fut ce qu'il t'avait demandé, l'homme approuva vivement ton travail, et mettant une bourse de cuir dans ta grande main, il te quitta et te donna rendez-vous pour commencer à édifier l'escalier. De nouveau seul, tu posas la bourse de cuir sur la table, songeant que tu mangerais un peu, ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


L'archer va au bois [PV Asgeir] Vide
MessageSujet: Re: L'archer va au bois [PV Asgeir]   L'archer va au bois [PV Asgeir] EmptyJeu 30 Juin - 12:05

    Etait-ce de la naïveté ou simplement de l’honnêteté. Chacun aurait son point de vue sa ns doute. Mais Kyle était un homme honnête et confiant, c’est pourquoi il n’eut aucune hésitation à donner un premier acompte à l’artisan pour son travail. Certes, des gens qui ne se fiaient qu’à l’apparence n’oseraient pas lui donner vu son allure mais Kyle voyait que derrière ce corps meurtri, il y avait un artisan doué et qui ferait le travail au mieux. Appelez-ca de l’instinct mais Kyle le sentait. Il aurait eu beaucoup plus de mal dans ses forêts natales s’il n’avait pas appris à se fier à son instinct plus tôt. Il salua l’homme poliment et se retira en le laissant faire son travail.

    Confiant, il passa sa semaine comme si de rien n’était, faisant son travail de garde impérial au mieux, apprenant de la capitale et de ses rues, participant à quelques accrochages, quasiment tous les temps des voleurs à la tire ou à l’étalage. Et oui, c’est ca de commencer en bas de l’échelle, on se farcit les trucs les plus sommaires, il faut prouver ses capacités et gagner la confiance de ses supérieurs pour faire des choses plus intéressantes. La nuit dernière, il avait été de garde sur les murs du sénat, vocation d’archer oblige. Certains diraient que c’est un honneur, quant il se passe quelque chose, c’est intéressant mais quant il se passe rien, c’est d’un ennuie affligeant. Heureusement qu’en tant qu’ancien chasseur, Kyle avait de la patience grâce à la chasse à l’affût. Mais bon, au moins il avait sa journée. Après sa nuit de garde, il passa la matinée à dormir, histoire de récupérer, il se leva pour le service de midi au mess. La cantine militaire, ce n’est jamais fameux mais le repas est gratuit, ca aide sans doute à faire passer.

    Une fois le repas terminé, il bailla un bon coup et se rappela que ca faisait maintenant une semaine, puisqu’il avait la journée de libre, il en profiterait pour aller voir le menuisier qui devait lui fabriquer son arc et ses flèches. Si c’était prêt, ca lui occuperait la fin d’après-midi et la soirée pour terminer de tout assembler et tester. Notre jeune homme se mit donc en route dans les rues de la capitale, jusqu’à ce qu’il retrouve l’atelier du bois. Il en poussa la porte, l’atelier était toujours aussi triste mais c’était ce qui faisait son charme, il fallait croire, même si un sérieux coup de balais ne ferait pas de mal à l’endroit un de ces jours. Des habitudes de célibataire il fallait croire, Kyle étant loin de se douter de ce que l’artisan avait comme terrible passé. De sa voix calme, il appela simplement.

    Messire Asgeir ? Vous êtes là ?

    Question de principe et de politesse plus qu’autre chose. Kyle se disait qu’un artisan comme lui devait au moins fermer la porte pour éviter les vols quant ils n’étaient pas là. Si c’était ouvert, c’était qu’il devait être là alors autant s’annoncer, des fois que l’homme soit dans son atelier, en plein travail, auquel cas, il ne viendra pas si personne n’a l’idée de lui donner signe de vie…
Revenir en haut Aller en bas
Asgeir
♦ Travailleur ♦

Asgeir

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 193
♦ Messages : 151
♦ Âge du perso' : 46
♦ Fiche : Un homme fait de sève et d'écorce.
♦ Protecteur : Une planche de bois.
♦ Date d'inscription : 30/01/2011
♦ Age : 27

L'archer va au bois [PV Asgeir] Vide
MessageSujet: Re: L'archer va au bois [PV Asgeir]   L'archer va au bois [PV Asgeir] EmptyVen 1 Juil - 10:27

Tu étais retourné d'un pas chancelant dans l'arrière-boutique, pleine d'obscurité par ailleurs, l'unique petite fenêtre se trouvant derrière toi avait un peu de mal à l'éclairer le reste ; tu poussas la poussière qui tomba aussitôt en petite pluie sur le côté, une bougie posée preste de la paperasse, tu réfléchissais encore aux plans d'intérieurs qu'on t'avait demandé. Tu pris une règle et traças un premier traits, ce n'était pas toujours facile lorsque les clients ne comprenaient pas que leurs attentes ne pouvaient pas coïncider avec ce qu'il leur fallait, ils songeaient que c'était bien plus simple pour toi. Après tout, tu faisais ton travail, et tu devais te contenter de ça sans ouvrir la bouche pour te plaindre, c'était de faire partie de la masse de travailleurs, qui n'avait aucun droit de parole sur ce qu'on leur ordonnait de faire. Tu sais ce que tu étais en réalité, pauvre Asgeir ? Tu étais la face brisée et lasse d'une société de manant, travaillant encore et encore pour une petite bouchée de pain qu'un noble gras comme un porcelet jetait devant vos pieds, tu étais l'image même de la misère humaine, et tu pouvais tirer de la prétention devant ce petit fait.

Symbole du peuple, symbole de la souffrance, tu étais le ridicule, comme tu étais le médiocre homme d'un monde corrompu et mauvais. Tu n'avais plus de rien de franchement humain, les choses te devenaient tellement peu égales que tout perdait de sa saveur, tu agissais par automatisme, mais au moins... il y avait du coeur — paradoxalement — dans ce que tu faisais. Alors lorsque ce jeune homme t'appelait « Messire », tu ressentais comme pierre de malaise tomber dans ton estomac, toi... Messire Asgeir ? Hein ? Toi le chien de cette prison, toi le morceau de chair informe sur lequel les Inquisiteurs s'étaient défoulés. Ton corps entier n'était qu'un hurlement de chagrin et de souffrance, et ton visage, un appelle au meurtre tellement il reflétait ce que les gens redoutaient ; pourquoi Kyle t'avait nommé « Messire » ?

Toi l'espèce de misérable à la grande silhouette de deux-mètres dix ? Et pourquoi ces idiots d'Inquisituers n'avaient pas coupé tes jambes ? Histoire que tu perdis quelques centimètres et que tu pus passer sous une porte sans te baisser ? Ils manquaient d'ailleurs de pas mal d'imagination, ces tortionnaires frustrés... mais bon... ce n'était que ton humble petit avis de pauvre victime.

Une voix t'appela, et tu la reconnus comme étant celle de Kyle, une voix calme, mesurée et qui était venue te demander ce fameux arc. Tu posas le crayon, passas une main sur ton visage et frottas tes yeux, le problème avec l'obscurité, c'était qu'elle avait tendance à rendre ton monde tout noir. Lorsque tu sortis de l'arrière de ta boutique, tu cillas plusieurs fois en grimaçant, rencontrer lumière après les ténèbres, c'était un peu déboussolant, et tu mis quelques minutes avant de reconnaître Kyle, ou de le voir plutôt. Des papillons aux ailes dorées avaient dansé devant tes yeux, et secouant la tête, tu saluas Kyle d'un signe de la main, tu frottas ton bras endolori, car resté trop longtemps dans la même position, et tu fis de ta voix grave :


— Oui, je suis là.

Oui... bon... le jeune homme l'avait sans doute remarqué que tu étais encore là, car tu te trouvais juste devant lui. Asgeir... tu avais vraiment, mais vraiment un énorme problème de communication, tu ne pouvais pas songer l'espace d'un instant que tes phrases étaient aussi grotesques que le bouffon qui jouait dans la rue ? Enfin... au moins, on pouvait dire que tu ne parlais jamais pour ne rien dire, c'était déjà ça ; pour cause, même pour dire des choses importantes, tu ne parlais pas, enfin pour ça... il faudrait déjà que tu puisses au moins une fois dire quelque chose d'intelligent. Ce qui pour toi allait sans doute du miracle, tu étais certes observateur, mais tu n'étais pas assez intelligent pour éviter de faire deux fois la même erreur. Tu songeas encore à ce pauvre Mist, victime de choses qui le dépassaient... et tu ne savais plus. Tu fis toutefois un signe pour indiquer à Kyle d'attendre, et en boîtant, tu revins encore dans ton arrière-boutique en cherchant l'arc des yeux. Une fois trouvé, tu le lui ramenas, enveloppé dans une étoffe de bonne facture pour éviter d'abîmer l'arc.

Tu posas les flèches sur la grande table de bois qui te servait un peu partout, et enfin, tu fis glisser le tissu pour laisser doucement apparaître l'arc en If que tu avais fait pour Kyle. Tu arrivais à en tirer un peu de fierté, mais tu ne savais pas trop si c'était dans ton droit. Tu avais réussi à faire un arc correct, mais était-il exceptionnel ? Ce serait à Kyle de te le dire. En tout cas, l'arc était à sa taille, bien simple, car tu t'étais refusé à rajouter de la décoration, ce n'était pas le style de ton client. Il était souple et solide, la courbe bien dessinée, et la poignée à la taille de la main du jeune homme. Tu lui fis signe qu'il pouvait le toucher, et tu attendis le verdict.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


L'archer va au bois [PV Asgeir] Vide
MessageSujet: Re: L'archer va au bois [PV Asgeir]   L'archer va au bois [PV Asgeir] EmptyDim 10 Juil - 11:27

    Une semaine dans cette ville, c’est tant et si peu à la fois. Peu de temps, une semaine, ce n’est rien dans la vie d’un homme, quelques jours à peine. Mais c’est également tant aussi, une semaine dans cette capitale animée, c’est beaucoup de choses qui se produisent. Ici, tout se passe vite, rapidement et il faut être prompt à réagir aussi rapidement. Ce qui rendait le travail de la garde plutôt difficile, quelque soit l’heure, de jour comme de nuit, quelque chose se passe et il faut être là pour gérer. Et dire que les inquisiteurs prétendaient avant pouvoir s’occuper de tout, tout seuls, quelle bonne blague. Remarquez, ca expliquait sans doute une bonne partie du bordel ambiant. Maintenant que la garde reprenait ses droits avec le couronnement de l’empereur, il fallait réimposer son autorité, remettre de l’ordre là où il fallait. Et le pauvre Kyle arrivait en plein milieu de ce bazar mais bon, il n’allait pas se plaindre, c’était la vie qu’il s’était choisis. En revanche, avec son travail, il n’avait pas encore rencontré grand monde en dehors de ses collègues de la garde. Il y avait bien cette inquisitrice plutôt… étrange et peu fascinante. Certes, elle avait les sales manies inhérentes à sa fonction mais elle semblait assez éloignée de l’image des fanatiques fous furieux qu’on lui avait décrit.

    Et puis, il y avait Asgeir, le menuisier, un homme brisée, ca se voyait pas seulement physiquement mais aussi mentalement. Derrière ses airs bourrus, il n’avait pas l’air bien méchant. Bon, il avait aussi de sacrés problèmes relationnels mais ca, c’était une autre histoire. Et puis, surtout, c’était un artisan passionné, Kyle était simplement venu demander des renseignements et il lui avait proposé de lui fabriquer l’arc en plus des corps des flèches. Confiant, il l’avait laissé faire avec une semaine de délai comme convenue. Et donc, la semaine suivante, l’archer débarqua, appelant l’homme qui se fit voir, toujours aussi peu loquace.

    Bonjour à vous. Une semaine comme vous me l’aviez annoncé, je suis venue voir si vous aviez fini.

    Peut-être avait-il eu besoin de plus de temps, auquel cas, ce n’était pas Kyle qui lui en voudrait, c’était la première fois qu’il concevait un tel objet après tout. L’homme lui fit tout simplement signe d’attendre, ce qu’il fit et attendit donc le retour du maître des lieux, qui arriva, posa les tubes de flèches sur la table puis sortie d’une étoffe un arc magnifique taillé dans le l’if. Kyle le prit en main quant il le lui offrit et l’examina sous toutes les coutures, arc simple, sans décoration mais malgré son apparence, il était extrêmement bien travaillé, à sa taille en suivant rigoureusement les mesures prises la semaine dernières, la poignée s’adaptait parfaitement à sa main. Il en testa doucement la souplesse et constata que l’arc déploierait une grande puissance entre ses mains. Du travail de maître à n’en point douter. Il ne lui resterait que la corde à installer et régler pour avoir son nouvel arc fin prêt. Il prit aussi les tubes de flèches et les examina dans ses mains. Taillé droit sans défaut, le poids équilibré selon ses désirs. Il sourit à l’artisan avant de lui parler.

    Vous ne trahissez pas votre réputation, c’est du travail de maître…
Revenir en haut Aller en bas
Asgeir
♦ Travailleur ♦

Asgeir

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 193
♦ Messages : 151
♦ Âge du perso' : 46
♦ Fiche : Un homme fait de sève et d'écorce.
♦ Protecteur : Une planche de bois.
♦ Date d'inscription : 30/01/2011
♦ Age : 27

L'archer va au bois [PV Asgeir] Vide
MessageSujet: Re: L'archer va au bois [PV Asgeir]   L'archer va au bois [PV Asgeir] EmptyJeu 14 Juil - 12:43

Kyle te complimenta, ce à quoi tu répondis d'un simple signe de tête, tu n'avais pas l'habitude de fabriquer des armes, ce n'était pas que tu te refusais de faire ça, c'était juste que ce n'était pas ton travail de base. Cependant, tu avais trouvé une certaine distraction dans cette autre voie que t'avais tendu le jeune homme, c'était la première fois que tu fabriquais un arc, de même qu'avec Iraïd, c'était la première fois que tu restaurais un luth, enfin un instrument de musique. Après tout, du moment qu'on mettait entre tes grandes mains de travailleur un couteau, et un morceau de bois, ça t'allait, c'était ta nature de le travailler, et c'était grâce à cette passion que tu restais encore en vie aujourd'hui. Ou bien parce que tu n'avais pas encore le courage de foutre ta vie en l'air, ou de te pendre, chose plutôt difficile avec ta taille, tu serais capable de toucher encore le sol avec tes pieds, même accroché à une poutre, mourir, ce n'était pas facile.

Tu grattas ta tête sur le côté, puis ta nuque, encore une fois, tu avais oublié de te laver, et en même temps, l'eau, ça ne coulait pas dans les rues. L'argent ? Tu le dépensais un peu dans la nourriture, beaucoup dans ta passion, et le reste te servait à finir complètement ivre au Cochon Pendu. Tu approuvas d'un simple signe de tête, le client était content, tout allait bien, tu mangeras un peu ce soir, tant mieux. Ou tu irais fêter ça avec dame Ivresse, ta seule amante le soir, noyer ton chagrin dans la bière, c'était cliché et lamentable, stéréotype du grand homme tout malheureux qui cherchait la Mort à chaque coin de vue, mais qui s'enfuyait dés qu'elle frappait à sa porte. Asgeir, tu étais un grand abruti, tu le savais, et tu ne changeais pas. À quoi bon ? Tu n'avais plus ta femme, ta fille ne savait même pas que tu existais, alors le reste, tu t'en foutais joyeusement.

On t'avait coupé le chemin du bonheur, tandis que ta famille avait commencé à se former, ça aussi, c'était cliché de vouloir être heureux avec une femme ou des enfants. Même si ta fille n'avait même pas conscience que tu existais, elle échappait à la misère, et au regard mort d'un père trop grand, trop maladroit, trop mort à l'intérieur pour ressentir les choses avec intensité. Kyle était content, toi un peu, et ça allait, parfois tu avais des surprises, d'autres non. Tu jetas d'ailleurs un autre regard à la pierre d'Iraïd, et le petit chien en bois, mal sculpté de Mist, tu avais du mal à comprendre la véritable signification de ce geste, tu ne comprenais pas, pourquoi te remercier ?

Enfin, tu étais trop con pour comprendre, et malheureusement, tu pensais trop pour te laisser vivre dans l'oisiveté, même s'il t'arrivait souvent de songer à cette époque, où tu aurais par exemple accueilli Kyle avec Eldrid dans tes bras, en train de jouer avec une poupée, Iseult cousant prés du feu, encore le cliché de la petite famille dans le petit atelier perdu dans une petite prairie verdoyante. Tu n'avais plus de désir, plus de rêves, juste du désespoir et des fantômes, les hallucinations, les illusions encore vivantes, comme le bois. Le bois ? Tu ne savais plus, tu l'entendais toujours hurler dans ton crâne, Kyle ignorait par exemple à quel point l'If avait souffert, lorsque tu avais poncé l'arc, lorsque tu avais coupé une planche de ta scie, Kyle ignorait toutes les souffrances que son arc avait dû subir pour devenir ce qu'il était.

Maltraiter ta seule passion, voilà ce que tu faisais chaque jour, quel homme lamentable, vraiment. Au moins ces voix qui n'existaient que dans ta tête te tenaient souvent compagnie, lorsque personne n'osait entrer dans cet endroit, aussi désolé et laid que le maître des lieux. Enfin, ce n'était pas ce que semblait penser Kyle, tant mieux, sans doute, il avait eu ce qu'il voulait, et te mettait sur un piédestal, c'était étrange de ressentir un peu de... fierté ? Ah ! Tu en avais donc encore un peu ? En étais-tu réellement certain ? Mais où était-elle donc ? Où s'était-elle cachée ? Sans doute dans un endroit que tu ne pourrais jamais atteindre, bien enfoui quelque part en toi, tu ne savais plus. Tu passas une main dans tes cheveux, tu quittas enfin du regard la pierre laissée par Iraïd, et le petit chien de Mist pour retourner ton attention sur Kyle. Enfin, ultime effort de ta part, tu parlas pour dire :


— Faîtes en bon usage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


L'archer va au bois [PV Asgeir] Vide
MessageSujet: Re: L'archer va au bois [PV Asgeir]   L'archer va au bois [PV Asgeir] EmptyMar 19 Juil - 16:02

    Pour Kyle, ce fut naturel de le complimenter, il avait vraiment fait un travail de maître, le corps de l’arc était d’une facture exemplaire, taillé à sa taille comme il le fallait. Il avait ne pas avoir encore installé le cordage et fait les réglages que Kyle sentait déjà qu’il allait pouvoir donner la pleine mesure de ces capacités avec cet arc. C’était la même chose pour les flèches, il allait pouvoir en faire de bons instruments une fois terminée. S’il ne lui avait pas dit, Kyle aurait eu un mal de chien à croire que c’était la première fois qu’il réalisait un arc, un tel chef-d’œuvre semblait plutôt sorti de l’atelier d’un maître fabriquant d’arc. Ce qui ne faisait que prouver le génie de cet homme dans son métier. Même marqué par les épreuves que la vie sur son chemin, il y avait au moins une chose qu’il n’avait pas perdue finalement. L’homme lui fit l’effort de lui offrir quelques mots de plus, lui demandant d’en faire bon usage. Kyle, plutôt froid d’habitude, arriva à lui offrir un sourire.

    Tel était mon intention…

    Pour lui, c’était accomplir son devoir de garde. Kyle était différent de ceux qui tuaient pour le plaisir, donner la mort était la seule solution qui restait quand le reste échouait, autant dire qu’elle était constat d’échec à ses yeux. Il y a tellement de moyens de neutraliser un homme à l’arc sans le tuer. Et avec un arc de cette qualité, il pourrait encore mieux utiliser ses talents dans ce sens. L’Ombre accorde des dons à différentes personnes mais pour les gens comme Kyle, ce qu’ils en feraient ne regardait qu’eux. Après la mort de sa famille, la façon dont ils avaient été massacrés, il aurait été aisé pour lui de sombrer dans fureur et le désespoir et de devenir un tueur implacables, s’il savait comment neutraliser un homme, il connaissait aussi les points qui faisaient souffrir sans tuer et bien sûr les points à toucher pour tuer à coup sûr. Seulement, ce n’était pas la voix qu’il s’était choisi. C’était sa façon à lui de s’élever par-dessus les hommes qu’ils combattaient même s’il chercherait toujours justice pour les siens. Dans ce monde sombre, il avait choisi de ne pas sombrer dans les ténèbres, même si son allure générale et son regard froid semblait dire le contraire par moment. Est-ce qu’il arriverait à garder une telle façon de vivre par la suite ? Seul l’avenir le dirait, il ne regardait jamais aussi loin.

    Voici pour votre excellent travail.

    Kyle lui donna en main propre une bourse contenant le prix d’un tel arc et des flèches, il avait taillé très sec dans ses économies et son dernier solde mais à vrai dire il pouvait se le permettre, les gardes impériaux étaient logés et nourris à la caserne et comme il ne s’amusait pas, il économisait facilement malgré sa paie de trouffion, il préférait l’utiliser de manière utile, ainsi, il serait encore plus efficaces au travail. Kyle remballa l’arc dans le tissu pour le transporter et rangea avec les nouveaux tubes de flèches.

    Ce fut un plaisir de faire votre connaissance, au plaisir Messire Asgeir.

    Il le salua d’un dernier sourire amical et quitta l’atelier du menuisier, maintenant, il allait rentrer à la caserne, il devait achever l’arc, y rajouter les cordages et le régler jusqu’à ce qu’il s’estime satisfait, en gros il allait en avoir pour la nuit…
Revenir en haut Aller en bas
Asgeir
♦ Travailleur ♦

Asgeir

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 193
♦ Messages : 151
♦ Âge du perso' : 46
♦ Fiche : Un homme fait de sève et d'écorce.
♦ Protecteur : Une planche de bois.
♦ Date d'inscription : 30/01/2011
♦ Age : 27

L'archer va au bois [PV Asgeir] Vide
MessageSujet: Re: L'archer va au bois [PV Asgeir]   L'archer va au bois [PV Asgeir] EmptyVen 22 Juil - 10:01

Kyle paraissait bien content de ce que tu avais fait tant mieux, tu étais là pour satisfaire le mieux possible ta clientèle, même si depuis quelques jours celle-ci semblait vouloir te lancer quelques défis. Iraïd et sa demande de restauration de son luth, Kyle et son arc, et Mist pour sa petite statue de chien. Tu te demandais ce qu'il devenait ce garçon d'ailleurs, jamais tu n'avais vu autant de misère sur un corps, et un visage. Il était plein de cicatrices partout, on lui avait tranché la langue, il lui manquait un bras, certes remplacé par un truc en métal, mais tout de même ! Tu espérais souvent d'ailleurs qu'il ait trouvé quelqu'un pour s'occuper de lui, il ne mangeait pas à sa faim, ce bonhomme. Enfin... toi aussi d'ailleurs, ce soir allait être sans doute un grand soir, même si tu allais sans doute poser l'argent de Kyle quelque part, oubliant qu'il t'avait donné une jolie petite somme, et tu continuerais de travailler jusqu'à l'épuisement. Le jeune homme te salua d'ailleurs, semblant content de sa nouvelle arme, et tu te contentas de lever la main en signe d'adieu. Le jeune homme ne tarda pas à sortir de ton champ de vision, et le temps reprit ses droits sur ce lieu de misère et de poussière.

Tu haussas les épaules, et prenant la bourse, tu saisis entre tes grandes mains abîmées cinq pièces d'or que tu fourras dans ta poche, et d'un pas malade, tu montas péniblement l'escalier pour te rendre à l'étage. Tes yeux tombèrent sur la chambre qui autrefois, sentait le parfum du lys, qui autrefois ne connaissait presque jamais le silence. Sur ce lit aux couvertures autrefois rouges, ta femme s'était tenue assise là, cousant, ou s'occupant de votre enfant. Sa magnifique chevelure rousse était tombée sur sa poitrine, tandis que la petite s'amusait à y glisser ses doigts dedans pour connaître leur douceur. Tu poussas un soupir à fendre l'âme, Asgeir, aimais-tu te faire du mal ? Pourquoi t'enfonçais-tu souvent dans ce marasme de souvenir douloureux ? Comme si c'était la chose la plus précieuse que tu connaissais ? N'avais-tu pas le bois qui te permettait d'oublier ta misère ? Tu avalas ta salive, et en boitant, tu te rendis jusqu'à un petit meuble dévoré par les mites, tu posas la bourse dessus, et restant un bon moment immobile, tu serras les dents. Iseult te manquait. Ta femme te manquait, au point où tes yeux te brûlèrent, tu ne pleuras pas cependant, tu n'avais plus assez de larmes pour ça.

Tu te contentas juste de fixer cette petite bourse pleine d'or, imaginant les belles mains pâles d'Iseult la saisir pour aller la ranger, et faire les comptes. Tu n'avais jamais été très bon en calcul, et c'était elle qui s'en était occupée, toujours en souriant. Asgeir... parfois tu t'en voulais de l'avoir aimé jusquu'à la folie, parfois tu songeais que si elle avait été amoureuse de Tristan, Iseult serait devenue heureuse. C'était comme si tu l'avais tué de tes propres mains, c'était comme si tu étais son meurtrier, tu aurais dû la protéger, et ta générosité était devenue ton pêcher. Minable. La grande silhouette du menuisier se découpait dans le crépuscule, une grande silhouette bâtit dans un bois déjà pourri par son chagrin, cette hideuse silhouette souillait la beauté du soleil couchant, et il semblait être sur le point de s'éteindre. C'était les mains d'un homme n'ayant connu que misère et douleur qui s'étaient posé sur la commode, tremblantes de froid, et pourtant, si fortes, si douces, si... laides. Ton regard sombre était mort, comme le reste de ton âme, qu'étais-tu Asgeir ?

Tu n'étais rien d'autre que cet arbre gigantesque, voilant la beauté du monde à ceux qui avaient la bêtise de t'approcher. Tu n'avais plus de branche, ta sève était froide d'amertume, et ton écorce était si abîmée que tu semblais être sur le point de t'écrouler à tout moment, comme tu l'avais fait devant ce musicien. L'arbre bougea un peu, frémissant, lorsque l'air de la nuit glissa sur sa nuque pourrie, pleine de mite, dévorée par un temps cruel qui sans cesse, venait et allait détruire ses ramures. Il fit un pas en arrière, et se tourna vers la fenêtre, où il pouvait voir la pluie tomber en infime gouttelette, comme si c'était les larmes qu'il ne pourrait jamais verser. L'arbre péniblement se rendit jusqu'au lit, où autrefois, il avait été un homme comblé par le bonheur, et dans un soupir, il s'allongea quelque seconde pour fermer les yeux. Tu étais cet arbre Asgeir, ce minable saule pleureur qui jamais, ne cessait de pleurer ta femme, et ta fille, cette famille heureuse que jamais tu n'aurais.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




L'archer va au bois [PV Asgeir] Vide
MessageSujet: Re: L'archer va au bois [PV Asgeir]   L'archer va au bois [PV Asgeir] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

L'archer va au bois [PV Asgeir]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ѧ Rues commerçantes Ѧ :: Atelier du Bois-