AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il était une fois, lors d'une promenade ... [PV Franz]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mort(e) tragiquement

Eleanor van Lähre

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 379
♦ Messages : 449
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Méfiez-vous de l'eau qui sommeille ...
♦ Protecteur : Personne
♦ Date d'inscription : 22/07/2010
♦ Age : 27

Il était une fois, lors d'une promenade ... [PV Franz] Vide
MessageSujet: Il était une fois, lors d'une promenade ... [PV Franz]   Il était une fois, lors d'une promenade ... [PV Franz] EmptyJeu 7 Avr - 20:35

Depuis quelques nuits la duchesse s’endormait beaucoup plus facilement. Savoir Zacharias sain et sauf et dans un état plutôt normal – elle avait cru qu’elle le retrouverait encore plus amoché qu’il ne l’était – l’avait beaucoup rassurée. De plus tout ce qui s’était déroulé entre eux la nuit où elle l’avait retrouvé occupait actuellement ses pensées jours et nuits, bien plus que les doutes et les inquiétudes. Il lui arrivait toujours et encore à penser à la disparition de Marius. C’était encore le seul « problème » qui lui rongeait l’esprit. Après tout elle savait désormais qu’elle obtenait une deuxième chance et que l’Empereur tout comme le Haut-Prêtre espéraient d’elle qu’elle cessât les combats, forcément. Oui, elle leur ferait plaisir au début. Elle se montrerait calme et tranquille. Comme une duchesse docile qui avait compris ses erreurs et recherchait simplement à se les faire pardonner. Elle n’agirait pas, du moins pas pour l’instant. En tout cas, elle refusait catégoriquement de retourner chez son père. Bien que l’idée fût alléchante mais elle avait encore beaucoup à faire dans la capitale, malheureusement. Puis elle désirait se trouver aux côtés de l’homme qu’elle aimait. Oui, de jour en jour, elle était de plus en plus que ce sentiment était tout simplement l’amour. Mais pour l’instant, elle ne l’avait pas encore revu, même si elle le souhaitait énormément. Toutes ces caresses. Ces baisers. Cette nuit dans ses bras. Franchement, cela avait été comme un rêve. Surtout que le lendemain matin, elle s’était réveillée tard dans la journée pour remarquer qu’il avait disparu. Bien sûr, il avait eu des choses à faire forcément, bien plus que de la regarder tout le matin voire presque l’après-midi, dormir. Sur le coup, elle fut déçue mais avec le recul, elle ne pouvait pas lui en vouloir. Eleanor espérait maintenant le retrouver le plus vite possible. Elle se sentait vraiment bien avec lui et il lui semblait même être en sécurité avec lui. Pensée plutôt étrange puisqu’elle se rendait bien compte également que ceci n’était qu’utopie. Bien qu’il lui promît de la protéger et de la venger, il était bien impossible qu’il y parvînt tout seul.

La duchesse pensait à tout cela alors qu’elle se promenait tranquillement et paisiblement dans le Parc des Lumières. Il devait être une heure très tôt du matin. Le soleil ne se levait qu’à peine. Mais Eleanor s’était réveillée dans la nuit et Zacharias avait tellement occupé ses pensées dès lors, qu’elle ne réussit pas à s’endormir. Elle avait donc décidé de s’habiller et faire une petite promenade dans les rues. Elle demanda à deux gardes de sa garde personnelle récemment acquise de la suivre et la surveiller mais surtout ne pas trop la coller. Elle n’avait pas non plus envie d’afficher à tout le monde qu’elle avait besoin de protection. Cela lui rappela tout d’un coup les gardes qui la suivaient comme des chiens à la demande de son père, la première fois qu’elle s’était rendue à Ishtar toute seule. Et qu’elle avait rencontré Marius … Mais cela, c’était une tout autre histoire. Après tout, cela faisait bien des lustres qu’elle se refusait de sortir de son appartement. Elle avait besoin d’air frais. Et d’ailleurs, l’air humide encore un peu froid était si agréable. Cela la fit immédiatement penser à Überhal. Mais quelque chose la tira de ses pensées car elle entendit du bruit. A une heure pareille, les personnes dormaient encore ou commençaient simplement à se réveiller. Elle n’avait pas espérer croiser quelqu’un. Et pourtant, ce n’était pas du tout un bruit d’animal quelconque. En tout cas, alors qu’elle tentait de se rendre à l’endroit où elle avait semblé entendre le bruit – oui, elle était plutôt curieuse souvent – elle contemplait encore une fois la beauté de ce parc. Elle n’y était encore jamais venue s’y promener. Quelle honte et surtout quel dommage. Elle aurait passé bien plus de temps dans cet endroit si elle l’avait découvert bien plus tôt. Elle n’avait jamais rien vu de tel. Tous ces poteaux qui généraient de la lumière. C’était tout simplement magnifique. A Überhal elle n’en avait jamais vu et surtout, l’électricité n’est pas encore chose courante là-bas.

Tout comme elle n’avait jamais vu ce qu’elle aperçut de loin. Une femme était là et elle semblait s’entraîner à quelque chose. Elle était toute seule. Eleanor frissonna. Cette femme, en même temps qu’elle la révulsait, l’attirait également. En fait, c’était tout simplement explicable. La duchesse était impressionnée par ce que la femme venait de faire mais en même temps, elle ne pouvait pas savoir comment elle réagirait si elle irait la voir pour lui parler. Qui était cette femme ? Elle pouvait être une philosophe ou alors une prêtresse. Eleanor ne connaissait pas vraiment d’autres personnes qui étaient capables de maîtriser l’Ombre. Et elle se doutait bien que c’était ce que venait de faire la femme. Alors elle ignorait ce qu’elle pouvait faire. Elle avait envie de partir avant que cette femme ne la vît mais en même temps, elle désirait en voir plus. C’était si impressionnant. Si intriguant. Alors elle décida de regarder encore un peu et de s’en aller. Elle resta en retrait pendant quelques temps et au moment où elle se promit de faire demi-tour et de partir, la femme tourna la tête et sembla la repérer. Trop tard … La duchesse se raidit tout de suite et rougit. Elle ne savait vraiment plus quoi faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtresse †

Franziscka Halbrum

♦ Influence : 247
♦ Messages : 313
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Un mur de glace...
♦ Date d'inscription : 31/12/2010
♦ Age : 25

Il était une fois, lors d'une promenade ... [PV Franz] Vide
MessageSujet: Re: Il était une fois, lors d'une promenade ... [PV Franz]   Il était une fois, lors d'une promenade ... [PV Franz] EmptySam 9 Avr - 11:13

La manipulation des ombres de Franziscka pourrait s’apparenter à un coup d’épée bien tranchant et rapide. La grâce ou encore des mouvements s’apparentant à une danse ne faisaient donc pas partie de son style. Elle n’avait qu’à couper sec comme si ce qu’elle maitrisait n’était pas des ombres mais plutôt dans armes dont la lame a été forgée dans le feu.

Or ce n’était pas avec ce style qu’elle allait développer son sort. En effet il fallait qu’elle soit plus souple et d’avantage fluide. Il fallait donner l’impression que l’ombre était un partenaire de danse et non une arme, une défense contre des hérétiques. Il fallait qu’elle change toute sa perception par rapport à sa manipulation car si elle continuait à être si « tranchante », elle ne pourra pas créer le lien dont elle a impérativement besoin.
Elle aurait donc pu s’entraîner dans le monastère, dans les salles d’entrainements. Malheureusement elle se prenait des coups de sa propre ombre à cause d’un pas mal effectué et à force elle avait des bleus partout. Il y avait beaucoup trop d’ombres, trop solides et ainsi bien efficaces pour mettre KO un adversaire et son objectif n’était pas de s’assommer elle-même.

Voilà la raison de sa présence dans le parc des lumières. Il y avait tant d’éclairages que si jamais elle effectuait mal ses mouvements, elle n’aura pas mal si une des ombres se dirigeait sur elle. De plus elle pourrait même éviter sa fausse manœuvre car les ombres seraient plus faibles, plus fins et surtout plus lents. Il n’y avait donc que des avantages. Enfin actuellement ce n’était que le matin mais elle était déjà là depuis plusieurs heures –encore une insomnie et elle avait profité de son manque de sommeil pour s’entraîner- et elle commençait à fatiguer. Mais elle était plus ou moins contente, elle commençait à comprendre où mettre le pied, comment synchroniser ses mains avec le reste… petit à petit, elle apprenait.

Elle vérifia une dernière fois qu’il n’y avait personne, et attaqua à nouveau son enchaînement. Dorénavant elle devait faire sans avoir les yeux rivés sur le livre. Elle inspira profondément et souleva un de ses bras doucement, en y mettant autant de grâce qu’elle pouvait –tout en surveillant ses ombres- puis avança un de ses pieds pour au final pivoter sur place, les yeux toujours fixés au sol pour être certaine que tout va bien… et se prit encore un coup dans la cheville. Elle grimaça et se frotta la zone.

« Bon il semblerait que je dois lever les yeux au ciel comme l’a dit le prêtre dans son livre… maudite danse ! »

A contre cœur, elle leva sa tête vers le ciel d’un bleu pâle hésitant entre laisser sa place à la journée ou se laisser bercer encore par la nuit, et refit les mêmes gestes. A force, elle les connaissait par cœur mais ne comprenait pas où était le problème. Il faudrait peut-être qu’elle demande conseil à un prêtre et à sa connaissance il n’y avait que Suzume, Zélig et Uriel. Elle voyait mal Zélig lui apprendre des pas de danse, donc elle le raya rapidement de sa liste et s’interrogea sur Suzume. Sincèrement, elle ne connaissait pas particulièrement cette fille… peut-être à Uriel mais avait-il le temps pour une simple prêtresse ? En fait peut-être devrait-elle demander conseil à une danseuse ? N’y avait-il donc pas un prêtre, ou prêtresse, mêlant habilement les ombres avec les pas de danse ?

Frustrée pour cette raison – et également par la fatigue- elle s’attaqua encore à ses pas de danse, fixa le ciel et essaya de donner autant d’énergie qu’elle pouvait, autant de grâce que son corps pouvait donner et réussit presque pour au final s’arrêter brutalement, le souffle court. Ce n’était pas l’épuisement qui l’avait arrêté mais une jeune femme qui la fixait. Son entraînement allait prendre donc fin car elle se voyait mal faire une manipulation des ombres ratée devant une foule. Encore que cette femme ne semblait pas faire partie du bas peuple vu sa tenue et la garde qui l’accompagnait au loin. Une noble, il n’y avait aucun doute là-dessus.

Une chose attira l’attention de Franz : La couleur des cheveux. Elle était bleue… en voilà une chevelure étrange. Cette dernière continuait à la fixer, interrompant ainsi sa promenade de la matinée. La prêtresse regardait autour d’elle discrètement pour s’assurer que c’était elle qu’on fixait et personne d’autre. Effectivement, il n’y avait que ces deux femmes dans le Parc.

Elle prit son livre, abîmé par le temps dont les pages étaient jaunies, et s’approcha de la noble.

- Une belle matinée n’est-ce-pas ? Puis-je vous demander pourquoi vous me fixer ainsi ?

Directe… c’était Franz, il ne fallait pas chercher loin. Elle aurait définitivement besoin d’un professeur pour lui apprendre l’art du langage et la manière subtile d’aborder une personne, surtout si elle était noble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mort(e) tragiquement

Eleanor van Lähre

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 379
♦ Messages : 449
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Méfiez-vous de l'eau qui sommeille ...
♦ Protecteur : Personne
♦ Date d'inscription : 22/07/2010
♦ Age : 27

Il était une fois, lors d'une promenade ... [PV Franz] Vide
MessageSujet: Re: Il était une fois, lors d'une promenade ... [PV Franz]   Il était une fois, lors d'une promenade ... [PV Franz] EmptyLun 18 Avr - 9:24

Non seulement elle avait tourné la tête, mais elle commençait à marcher. Elle se mit à se rapprocher de la duchesse. Eleanor ne bougea encore moins. Peut-être était-elle tombée sur une mauvaise personne ? Une personne qui ne souhaitait pas être regardée ? En fait, ce n’était pas vraiment son principal souci. Si la femme lui voulait du mal à un moment ou à un autre, elle avait toujours ses deux gardes. Ils viendraient directement à son secours. Non, elle n’avait pas vraiment peur. Tout de même, elle aurait préféré que l’autre femme ne fît pas autant attention et qu’elle partît sans rien dire. Mais ce n’était pas le cas. Pour cette raison, le sang de la duchesse se glaça encore plus quand elle voyait l’autre se rapprocher d’elle. Elle ne savait pas quoi faire ni comment réagir. D’ailleurs, elle semblait même incapable de faire n’importe quel mouvement que ce fût. Comme paralysée. Quelque chose la retenait à cette place. Quelque chose l’empêchait de parler également. Parce qu’à ce moment, elle se serait déjà bien excusée et aurait tenté de partir ou alors de passer son chemin. Mais non, là, celui lui était impossible. De plus, elle était de plus en plus que désormais la femme lui voulait quelque chose. Que ce fût lui parler pour savoir pourquoi elle la regardait ou tout simplement la prévenir d’arrêter. En tout cas, tous les sens en alerte, la duchesse prenait cette jeune femme comme une personne « suspecte ». Une fois que celle-ci fut à sa hauteur, elle la fixait dans les yeux alors que cette dernière se mit à parler. Au moins, Eleanor remarqua tout de suite que ce n’était pas une noble. Après tout même les philosophes ou alors les membres de l’Eglise pouvaient provenir à la base d’une famille aristocrate. Mais ce n’était pas le cas de cette femme, sinon elle serait bien plus polie que cela. Elle ne lui parlerait pas sur ce ton. Et surtout, elle ne lui manquerait pas de respect. Car oui, normalement c’était considéré comme de l’irrespect envers un noble, encore plus qu’elle était une duchesse. Mais si elle appartenait à l’Eglise, Eleanor – bien que cela ne lui plût guère – préféra ne faire aucune remarque.

- Oui, belle matinée pour se promener tranquillement dans le parc, répondit d’abord Eleanor. Néanmoins, je vous fixe ainsi tout simplement parce que ce que vous faites m’impressionne énormément. Je souhaitais simplement contempler.

Elle réussit à prononcer cette réponse, comme si plus ne l’enchaînait et ne la bloquait. Elle pouvait enfin parler aisément. Toutefois, elle n’avait pas une grande envie que de rester avec cette femme si impolie. Et surtout, qui maîtrisait les forces de l’Ombre. De ce fait, Eleanor lança un petit regard pour apercevoir où étaient ses gardes. Simple mesure de précaution. Puis, elle se rendit compte de la bêtise de sa pensée. Ses gardes ne pouvaient pas être assez puissants contre l’utilisation de l’Ombre si elle venait à s’en servir pour les blesser. Elle frissonna, tout d’un coup se sentant un tout petit moins en sécurité. Ce qui lui donnait encore plus envie de partir. De passer son chemin puis de continuer un tout petit peu sa balade avant de rentrer définitivement chez elle pour la journée entière. Enfin, un petit détail l’attira et la curiosité la prit tout d’un coup. Le livre. Ainsi donc elle lisait. Elle avait été éduquée assez pour apprendre à lire, et probablement à écrire. Pas comme tout le monde en Ishtar. Lire et écrire étaient souvent perçu comme des privilèges. En tout cas, ce qui intrigua davantage la duchesse, ce fut le titre même de celui-ci. Elle ne se souvenait pas d’avoir un jour dans sa vie rencontré un tel livre. Il devait alors provenir d’un endroit auquel elle n’avait pas accès. Et le livre devait être unique dans son genre.

- C’est un livre unique que vous avez en votre possession, me tromperai-je ?

Alors qu’elle avait eu envie de partir la seconde précédente et de laisser la jeune femme toute seule, pour se retrouver toute seule – tout de même suivie par ses gardes pour une meilleure sécurité – elle avait posé une question à celle-ci. Ainsi, elle avait lancé un sujet de conversation. Ainsi, elle montrait finalement un brin d’intérêt et surtout, elle ne pouvait plus se dérober pour l’instant. Si la femme lui répondait et ne disait rien derrière, peut-être elle aurait une chance de la quitter tout de suite après. Si, au contraire, cette dernière se mettait à lui parler encore plus, Eleanor était coincée et devrait rester. Parce qu’elle n’aimait pas s’en aller, comme cela, comme une fourbe. Elle trouvait cela bien impoli.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtresse †

Franziscka Halbrum

♦ Influence : 247
♦ Messages : 313
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Un mur de glace...
♦ Date d'inscription : 31/12/2010
♦ Age : 25

Il était une fois, lors d'une promenade ... [PV Franz] Vide
MessageSujet: Re: Il était une fois, lors d'une promenade ... [PV Franz]   Il était une fois, lors d'une promenade ... [PV Franz] EmptyVen 29 Avr - 16:57

Franz était surprise par la réponse mais son visage ne se déridait pas, seulement une petite moue de la bouche qui indiquait qu’elle n’était pas du même avis. En effet depuis le début de son entraînement elle avait droit à bleus causés par ses propres ombres. C’était humiliant… enfin heureusement la noble est arrivée vers la fin et au moment où elle réussissait « passablement » les exercices c’est-à-dire répéter les gestes mécaniquement sans la grâce et la souplesse exigées.

- Merci du compliment.


C’était un compliment après tout malgré l’aspect craintive de la noble et son ton assez distant. Même son corps était étrangement figé et bougeant que très rarement. Tiens ses yeux bleux finirent par bouger et Franz suivait donc ce regard pour voir à qui il était destiné. Apparemment c’était pour les gardes.
Inconsciemment, les sourcils de la brune s’arquèrent. Qu’espérait donc la noble avec ces petits soldats sortant tout fraîchement de leurs bataillons pour la suivre fidèlement ? Et de quoi avait-elle peur pour s’assurer qu’ils étaient bien là, armés ? La noble craignait-elle donc Franz ? Cette idée lui parut étrange car après tout elle ne s’était pas montrée hostile, un tantinet franche mais c’est tout. Quant à ses ombres, elles restaient à leur place, bougeant au rythme des mouvements du corps, adaptant son volume et sa taille par rapport aux rayons du soleil… Elles étaient normales en somme, sans une ondulation étrange et aucun pic ou tentacule ne sortait d’elles.

Décidément cette femme était aussi suspecte que sa chevelure bleue. Effectivement craindre d’office une prêtresse ou encore faire sa promenade matinale avec des gardes n’étaient pas chose courante. Généralement les gens se montraient respectueux et si c’était pas le cas, ils prenaient la peine d’être un peu agréable mais c’était rare qu’ils jettent tout de suite un regard à leur arme ou à d’éventuelles objets qui les protègent.

Enfin elle n’allait pas s’éterniser et compter donc partir après un salut des plus simples mais la noble l’arrêta encore une fois. Il semblerait que le livre ait attisé sa curiosité. Ce n’était pas étonnant. Tout d’abord l’auteur était mort depuis bien des années et il n’avait écrit là qu’un livre. Ce dernier fut exposé dans la bibliothèque et flânant souvent dans ce lieu depuis toute petite, elle le trouva, le retira de son étagère poussiéreux et commença à l’étudier. Mine de rien les études faites par cet érudit étaient fortes intéressantes.

- Effectivement… Il est unique. Quant au sujet… il concerne la maîtrise des ombres, rien d’intéressant pour vous en conséquent Mademoiselle.


Cette présentation n’était pas là pour la blesser, c’était seulement la strict vérité. Comment un noble peut-il comprendre un tel ouvrage sans avoir conscience de la manipulation des ombres alors que Franz avait mis des années à fouiller et à comprendre chaque ligne ? Autant éviter des explications farfelues, compliquées et longues qui ne mèneront à rien si ce n’est à une perte de temps.

- Si ce n’est pas indiscret, puis-je savoir qui vous êtes ?


Il serait bon de mettre un nom à la figure et aussi un titre avec afin de savoir comment lui adressez la parole. Elle espérait seulement que cette spectatrice du matin ne s’offusquerait pas que Franz ne la connaisse pas. Malheureusement il existait des nobles, très imbus de leurs personne, qui pensaient que tout le monde les connaissaient. Pour sa part elle ne connaissait qu’un noble et encore, elle ne lui avait jamais adressé la parole malgré leurs liens familiaux. Disons que la noblesse, ce n’était pas sa tasse de thé malgré les origines nobles de son père, le titre encore d’actualité de son grand père et la place de son oncle au Sénat… malgré tout ca, elle était une étrangère dans cette Cour.

- Si vous désirez connaître mon identité avant de donner la votre, soit... Je me présente: Franziscka Halbrum, prêtresse au service de l'Eglise.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mort(e) tragiquement

Eleanor van Lähre

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 379
♦ Messages : 449
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Méfiez-vous de l'eau qui sommeille ...
♦ Protecteur : Personne
♦ Date d'inscription : 22/07/2010
♦ Age : 27

Il était une fois, lors d'une promenade ... [PV Franz] Vide
MessageSujet: Re: Il était une fois, lors d'une promenade ... [PV Franz]   Il était une fois, lors d'une promenade ... [PV Franz] EmptyJeu 12 Mai - 14:15

Tout comme Eleanor s’y attendait – pour son plus grand malheur apparemment – la femme répondit à sa question. Elle approuva par la même occasion ce que la duchesse lui avait demandé. Mais de toute façon à cet instant ce n’était plus du tout ce qui la préoccupait le plus. Non, elle n’avait presque pas écouté la réponse au final. Elle était bien plus en train de se demander comment elle pourrait faire pour fuir maintenant. Quelle solution elle trouverait pour s’en aller tranquillement et continuer sa balade dans le parc avant de retourner chez elle. Vraiment, elle ne savait pas quoi faire ni quoi dire. Or, elle le savait. Elle s’était mise dans ce pétrin toute seule, à l’instant même où elle avait posé la question. C’était horrible. Elle s’en voulait tout de même un peu. Quelle idiote elle avait faite en espérant que la femme ne lui répondrait pas. Même une personne désagréable répondrait quand on lui poserait une question. Pas forcément par une réponse intelligible. Même un juron ou un grognement pouvaient être signes de réponse. Enfin peu importait. Elle n’avait pas le choix selon elle. Elle devait tout simplement continuer à être figée, ne plus bouger et toujours regarder cette femme. Elle attendait. Après tout, elle se rendait bien compte qu’elle ne terminerait pas du tout sur ce livre. Elle ne cesserait probablement pas la conversation et lui poserait de nouvelles questions. A moins que vraiment, par un grand miracle, elle décidât finalement de partir et de laisser la duchesse toute seule. Mais Eleanor en doutait. Malgré ses prières et toutes ses espérances, elle n’était tout de même pas naïve. Le miracle ne se produirait pas, de cela elle en était totalement sûre et certaine.

Perdue dans ses pensées, elle n’avait pas fait attention à la vraie réponse de la femme, notamment en ce qui concernait la maîtrise des Ombres. Elle aurait tout de suite sut que c’était une prêtresse et non une philosophe. Ce qui pouvait d’ailleurs ne pas être une bonne idée pour elle de se la mettre à dos. En ce moment, la duchesse avait tout simplement envie de passer inaperçue et surtout de se faire oublier. Vivre tranquillement. Pour que tout le monde crût qu’elle avait été manipulée par le terroriste en question et que désormais elle en était libérée. Qu’elle ne ferait plus rien qui allait à l’encontre de l’Empire. Même si en réalité c’était tout le contraire. Elle attendait simplement le moment opportun pour recommencer toutes les manigances. Mais elle devait être lavée de tous les soupçons et les rumeurs qui circulaient à son sujet ces derniers temps. Et cela n’était pas facile du tout et prenait du temps notamment. Alors elle ne faisait qu’attendre. La duchesse fut quelque peu surprise d’ailleurs que la femme ne la connaissait pas du tout. Mais ce n’était vraiment rien de grave. Même, c’était mieux ainsi. Ce fut la raison pour laquelle qu’Eleanor hésitait de lui donner son prénom pour l’instant. Elle resta donc silencieuse pendant cet instant qui lui parut plutôt important. Elle réfléchissait à un moyen de ne pas lui révéler qui elle était vraiment. Elle pouvait soit mentir en lui disant un faux prénom ou alors tout simplement faire une diversion pour ne pas le lui dire. Eleanor préférait la deuxième version et pensait à une manière subtile de le montrer sans offenser la femme. Une façon où elle se mettrait à sourire. Une métaphore. Quelque chose. Mais la femme la libéra de ses pensées.

Eleanor écarquilla les yeux. Avait-elle vraiment bien entendu ? Elle se trouvait en face de la prêtresse à cause de laquelle Zacharias s’était retrouvé en prison. Elle se sentit alors déglutir et une certaine colère monter en elle. Mais elle ne pouvait tout de même la montrer parce que sinon Franziscka ne comprendrait pas pourquoi. De plus, la duchesse n’avait pas vraiment une grande envie de se la mettre à dos encore une fois. Cela excluait donc toute dispute, toute colère et haine. Elle ne savait plus du tout quoi faire. Elle avait tout de même envie de crier. Pourtant, elle se doutait bien que la prêtresse ne se laisserait pas faire et qu’elle réagirait. Si elle utilisait les Ombres, la duchesse n’avait aucune chance de s’en sortir et de les contrer. Elle frissonna un instant et cherchait vraiment ce qu’elle pouvait dire. Tout s’embrouillait dans sa tête. Elle détourna le regard un instant et soupira en même temps. Puis une nouvelle idée lui vint à la tête.

- Je suppose dans ce cas que vous connaissez Zacharias Flash, lui sourit-elle sûre d’elle.

Non pas qu’elle avait envie d’afficher qu’elle était une proche de l’informateur. Elle avait tout simplement envie de savoir certaines choses. De découvrir certaines choses. Connaître la version des faits du point de vue de Franziscka. Mais une fois cela dit, elle ne pouvait plus reculer. Et, malheureusement, elle se rendit compte qu’elle venait de faire la même erreur qu’avec Marius. Elle l’avait toujours surveillé et voulu savoir ce qu’il faisait. Elle lui en voulait à chaque fois qu’il faisait quelque chose qui ne lui plaisait pas. Et maintenant, elle sentait comme si elle avait fait la même chose avec Zacharias. Elle avait perdu Marius à force. Elle s’était promis de ne pas perdre l’homme. A nouveau, elle se sentait gênée. Mais elle n’avait plus le choix, elle devait attendre la réponse.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtresse †

Franziscka Halbrum

♦ Influence : 247
♦ Messages : 313
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Un mur de glace...
♦ Date d'inscription : 31/12/2010
♦ Age : 25

Il était une fois, lors d'une promenade ... [PV Franz] Vide
MessageSujet: Re: Il était une fois, lors d'une promenade ... [PV Franz]   Il était une fois, lors d'une promenade ... [PV Franz] EmptyDim 15 Mai - 12:55

Franz remarqua le changement que se soit dans l’atmosphère ou encore dans les traits de la noble à l’annonce de son prénom, son nom et sa profession. Elle était inquiète… pourquoi cette étrange jeune fille à la chevelure bleue plus jeune qu’elle, écarquillait ainsi les yeux ? Aussi loin qu’elle s’en souvienne, la prêtresse ne l’avait jamais rencontré. Aucune amitié ni aucune rivalité ne les liée à priori.

Sauf que le motif de cette attitude s’expliqua rapidement grâce à une personne : Zacharias Flash. Ainsi cet albinos s’appelait réellement Zacharias Flash et non Yan- quelque chose. Cette fois-ci Franziscka était fixée, quoiqu’elle doutait encore un peu. Il ne manquerait plus que ce félon ait également menti à la noble. Dans tous les cas, il semblerait que toute la vie de ce jeune homme était mensonge et tromperie. Un parasite. Une sangsue à brûler.
Jamais elle n’oubliera cet atroce marché qu’il avait osé lui proposer. Des informations sur l’Eglise en échange de l’arrêt total de stupides rumeurs –qui étaient bien fondées en partie-. Elle se rappelait encore de cette horrible sensation, de cette colère qui l’avait enveloppée à cet instant. Elle avait sur le point de tuer cet être stupide et couard ! Elle ne voulait pas le voir. Elle ne l’aimait pas, le détestait mais ne le haïssait pas encore suffisamment pour vouloir le tuer. D’ailleurs que lui était-il arrivé ? Elle n’avait plus gêné Uriel sur ce prisonnier, peut-être devrait-elle se renseigner si le Haut Prêtre acceptait d’en parler ? D’ailleurs elle devait bientôt le voir, elle profitera de sa visite pour poser cette question et satisfaire ainsi cette curiosité naissante. Elle aurait pu demander à cette noble mais la brune ne lui faisait pas confiance. Elle ne faisait confiance qu’à l’Eglise et à personne d’autre.

- Vous n’avez toujours pas répondu à ma question ma Dame. Je ne connais ni votre nom ni votre rang, alors que vous semblez assez me connaître, bien avant de me rencontrer grâce à ce Zacharias Flash.

C’était peut-être osé mais c’était la vérité. Franziscka avait pris la peine de faire le premier pas dans la présentation or la noble n’avait pas cherché à se présenter. Non, elle avait directement attaqué sur le sujet de l’albinos. Calmement, elle nota chaque geste et parole de la noble pour savoir si oui ou non cette rencontre était importante ou si elle pouvait retourner ses éléments contre la bleue afin d’en être rapidement débarrassée. La prêtresse avait la nette impression que cette conversation allait être éprouvante pour les deux. Peut-être devrait-elle partir ? Peut-être devrait-elle rester et ainsi enregistrer le maximum de choses qui pourrait –qui sait- aider l’Eglise ? Mine de rien, la noblesse faisait bouger tant de choses dans la haute société … Autant la tenir à l’œil étroitement.

Pour l’instant la brune essayait de comprendre pourquoi son interlocutrice avait directement parlé de ce Zacharias. L’avait-elle vu ? Etait-il extrêmement amoché ? Elle se sentit soudainement bête, et si elle avait dérangé Uriel pour rien. Pour Franz c’était une chose presque punissable. Cette manière de pensée peut bien s’expliquer par sa fidélité aveugle à l’Eglise et ce désir particulier d’être utile et non inutile. Cette fois-ci, la visite s’imposait. Il fallait qu’elle s’assure, pour qu’elle évite d’autres erreurs à l’avenir. AU contraire si elle avait bien fait, elle voudrait voir le sourire chaleureux et bienveillant du blond. En aucun cas elle ne l’imaginait fou.
Enfin elle devait savoir si elle avait à craindre ou non ce Zacharias Flash. Cet homme semblait connaître beaucoup de gens, il semblait avoir le bras long. Il fallait qu’elle se renseigne au plus vite à son sujet.

- Comment se porte votre ami ma Dame ?


Ami… elle n’en savait rien en fait, mais elle supposait et rien d’autre. Des hypothèses, des suppositions. C’était peut-être trop direct mais la finesse n’était pas son fort. D’ailleurs un certain mépris s’entendait à la prononciation de « votre ami ». Jamais elle ne lui pardonnerait cette tentative de corruption. Avait-elle une tête de traître ? Elle se droguait certes, elle devenait folle à la vue du sang certes mais … Elle était totalement dévouée à l’Eglise. Cette évidence, aucune drogue ne pouvait l’altérer ou la détruire. Elle était si ancrée en la prêtresse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mort(e) tragiquement

Eleanor van Lähre

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 379
♦ Messages : 449
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Méfiez-vous de l'eau qui sommeille ...
♦ Protecteur : Personne
♦ Date d'inscription : 22/07/2010
♦ Age : 27

Il était une fois, lors d'une promenade ... [PV Franz] Vide
MessageSujet: Re: Il était une fois, lors d'une promenade ... [PV Franz]   Il était une fois, lors d'une promenade ... [PV Franz] EmptyJeu 26 Mai - 9:13

Son prénom était si important ? Son rang et tout ce qui allait avec ? Elle ne comprenait pas la raison pour laquelle Franz insistait autant. C’était pourtant elle qui s’était d’abord présentée, au cas où la duchesse ne voulait pas parler. Ce qui était d’ailleurs le cas, elle n’en avait vraiment pas du tout envie. Si elle lui révélait tout de suite son nom, elle savait que la prêtresse la reconnaitrait. Et ce n’était pas vraiment possible. Si elle était au courant de l’ordre qu’Eleanor avait reçu de retourner dans sa province natale, cela ne semblait pas être une bonne chose pour la jeune noble. Elle devait donc trouver un moyen soit de mentir soit de contourner encore une fois la question, ou du moins cette fois-ci la requête. Elle devait forcément s’en sortir. De plus, elle tressaillit quand la prêtresse prononça le nom de l’informateur. Puis ensuite elle lui parla d’un ami. Non, il était bien plus qu’un ami aux yeux de la duchesse. Mais elle ne pouvait pas non plus le lui dire. Sinon, elle était bien consciente qu’elle se mettrait encore une fois dans de beaux draps. Et elle n’en avait pas envie. Elle devait se faire silencieuse et discrète. Pour ce faire, elle pensa finalement que retourner quelques temps avant de revenir à Ishtar pouvait être une bonne idée. Elle y réfléchirait encore un peu plus, plus tard. En effet, elle se ferait un peu oublier et pourrait revenir dans la capitale pour continuer son combat contre Uriel d’Arken. Même si elle ne pouvait plus devenir Impératrice, cela n’avait aucune importance. L’Empereur n’était pas vraiment son ennemi le plus important pour l’instant, c’était le Haut-Prêtre. Mais en même temps, elle se battrait pour le peuple.

Elle resta quelques instants sans vraiment parler puisqu’elle regardait la prêtresse qui semblait l’analyser. D’ailleurs, il fallait bien qu’elle lui répondît, sinon la femme trouverait tout cela un peu étrange. Comme si Eleanor avait quelque chose à cacher. Elle en avait plein de choses à cacher. Mais elle ne devait tout de même pas montrer que c’était le cas. Alors elle prit son souffle, comme si elle voulait prendre un peu de courage pour pouvoir lui répondre.

- Je n’ai juste entendu des rumeurs bien sûr, répondit-elle en préférant finalement dire la vérité qu’à moitié. C’est un informateur et comme il avait répandu des rumeurs sur vous, il me semblait que vous le connaissiez. Mais peut-être me tromperai-je.

Elle lui sourit avec le plus grand sourire qu’elle pouvait lui sortir à un tel moment. Mais elle n’avait aucune idée si Franz accepterait cette question. Après tout ce n’était vraiment qu’à moitié la vérité. Zacharias lui avait dit qu’il avait été enfermé pour des rumeurs prospérées à l’égard de la prêtresse. Puis la vérité était qu’il était informateur.

- En aucun cas je ne le connais personnellement et donc j’ignore comment il se porte, je suis désolée.

Elle le connaissait certes, mais elle ne savait pas du tout comment il se portait. Cela était vrai. A chaque fois après qu’ils se voyaient, il disparaissait elle ne savait où et ne le revoyait pas avant un certain temps. Pour cette raison elle ignorait totalement comment il allait. Par la même occasion, Eleanor se rendit compte que désormais elle ne pouvait rien lui demander de plus sur cet homme. Mais elle n’avait pas eu le choix. Elle ne saurait finalement pas la vérité du point de vu de la prêtresse. Parce que, quelque part, elle avait eu l’impression d’un mensonge. Il lui avait dit de ne pas s’inquiéter et qu’il avait été enfermé par hasard. De cela, elle n’en était pas sûre et certaine et Franz ne le lui dirait certainement pas de son plein gré. Pour cela, la duchesse voulut terminer leur conversation tout de suite et s’en aller. Elle en avait assez. Surtout qu’elle se retrouvait à nouveau dans une mauvaise situation et elle ne souhaitait pas qu’elle se terminât mal. Cela ne lui porterait pas chance.

- Je ne suis qu’une noble parmi tant d’autres, sans trop peu d’importance alors ne prêtez pas attention à cela, finit-elle par dire. Et si vous m’excusez, je vais maintenant poursuivre ma balade. Je suis ravie de vous avoir rencontrée.

Elle essayait bien sûr de s’en sortir, mais elle pouvait bien sûr faire beaucoup mieux …

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Il était une fois, lors d'une promenade ... [PV Franz] Vide
MessageSujet: Re: Il était une fois, lors d'une promenade ... [PV Franz]   Il était une fois, lors d'une promenade ... [PV Franz] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Il était une fois, lors d'une promenade ... [PV Franz]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ѧ Quartier Magna Ѧ :: Parc des Lumières-