Partagez | 
 

 Nouvelle soirée, nouvelle rencontre. [ PV Eleanor ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 390
♦ Messages : 58
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Le plus beau, le plus gentil, le plus tout : Moi.
♦ Date d'inscription : 22/02/2011
♦ Age : 23

MessageSujet: Nouvelle soirée, nouvelle rencontre. [ PV Eleanor ]   Ven 25 Mar - 17:33

Quatrième jour de la semaine.

J'étais une fois de plus convié à l'une de ces soirées mondaines, exclusivement réservées à l'Aristocratie. Cette fois, je savais chez qui je me rendais. Il s'agissait d'un des deux ducs que j'avais rencontré lors de la réception en la demeure de la comtesse Amélia. C'était d'ailleurs ce soir-là que j'avais fait la rencontre d'un étrange personnage. Le rouquin. Ce dernier m'avait vu en état d'échec total. Heureusement, j'avais su reprendre le contrôle de la situation. Mais aujourd'hui, j'étais bien décidé à ne pas refaire la même erreur. Je ne me dévoilerai pas. En aucun cas. Ma cible, ce soir, était une duchesse. Van Flänte. J'avais bien appris son nom. De ce que j'en savais, il s'agissait d'une riche personnalité, et on l'a disait d'une relation spéciale à l'Empereur. Il fallait que je compte parmi ses amis, c'était vital. Je savais que je la reconnaîtrai à ses cheveux bleus. Je me préparais donc pour cette rencontre.

Dix-neuf heures.

J'avais revêtu des vêtements bleu nuit qui s'accordaient avec mes yeux, bien qu'ils soient plus clairs. Je devais aller dans le sens de ma cible pour la séduire. Si elle avait des cheveux bleus, c'était qu'elle aimait cette couleur, et donc, je devais la pousser à croire qu'il était de même pour moi. Cela me changeait du rouge que je portais habituellement lors de ce genre de soirées. Avant de m'habiller, j'avais pris un bain, soigneusement peigné mes cheveux et m'étais enfin parfumé. J'avais opté pour une senteur mystérieuse, charmant la gente féminine à la perfection. Et en dernier lieu, j'avais chaussé des bottes à lacet de cuir noir. Leur forme rappelait celles des cavaliers de l'Armée que l'on voyait sur certains tableaux, et me présenterait comme un homme distingué et fort bien éduqué. Pour plaire, il ne peut y avoir de place aux défauts physiques. Je devais être parfait. Pour ce qui est de la faiblesse, elle peut apparaître lors d'une gaffe forcée, ou quelque chose de la sorte, afin de montrer que le séducteur a, comme la cible, des défauts. En lançant un dernier sourire au miroir, je me rendis compte que j'avais omis un détail très important. Rapidement, je me saisis d'un petit flacon dont je vidai quelques gouttes sur un coton. Je l'appliquai sur mes dents afin de les blanchir davantage. Ce remède miracle était tout droit sorti d'un laboratoire dont j'avais financé le projet. C'était merveilleux. Un dernier regard dans la glace. Voilà. J'étais parfait et fin prêt. Beau, séduisant. Oui, parfait.

Dix-neuf heures cinquante-cinq.

J'abandonnai une fois de plus mon bien immobilier à mes domestiques. La voiture vient d'arriver dans la rue. Hors de question qu'un noble de ma catégorie se présente à cette soirée sans un fiacre qui l'attendre toute la nuit. De plus, la résidence du duc se trouvait à vingt minutes au moins, à pied. Or il faisait nuit, et les rues ne sont pas sûres pour un Aristocrate. Après avoir indiqué ma direction au cocher, je montai dans la voiture. Les roues avançaient difficilement sur les gros pavés. Enfin, nous arrivâmes bien vite. Et je demandai au cocher de m'attendre là pendant quelques heures. Il serait bien payé.

Vingt heures dix.

Début de soirée. A peine fus-je entré dans la résidence qu'un groupe de jeunes nobles m'accosta. Je feignis de les reconnaître et discutai de banalités à leurs côtés. Je parvins ensuite à leur fausser compagnie. Il y avait de la musique. Parmi les instruments joués, je percevais le son d'un luth. ARGH ! Je n'étais pas venu là, ce soir, pour croiser le rouquin. Je devais me concentrer sur mon objectif. Je pris donc la très ferme et excellente résolution de ne pas me rendre dans la pièce où jouaient les musiciens. Seulement, plus je progressais dans la demeure, et plus je présentais de ne pouvoir respecter cette décision. Et alors que la prochaine porte devait me mener au salon d'où provenait la musique, je la vis. La duchesse aux cheveux bleus. Avec rapidité, je la jaugeai d'un œil expert : maquillage raffiné, vêtements chics témoignant de son rang, véritablement jeune et dégageant une sorte d'"aura" spéciale. D'un imperceptible haussement d'épaules, je décidai de ne pas prêter attention à ce qui ressortait de cette personne. Cela était certainement dû au fait que la duchesse avait mon âge. J'avais pour habitude de séduire d'énormes et hideuses vieilles, ou des gamines de treize ans. Pour la première fois, cela s'annonçait intéressant. Je jetai un regard aux musiciens. Pas de rouquin. J'allai donc chercher deux verres, me recoiffai d'un geste de la main et m'avançai vers ma cible aux cheveux bleus, avec mon habituel sourire charmeur.

Vingt heures vingt.

A partir de cet instant, le reste de la soirée ne fut plus réglé comme une horloge. J'avançais, mes deux verres à la main, avec mon plus beau sourire. L'adrénaline commençait à prendre possession de mon corps. L'enjeu était important. Très important. Je ne devais pas perdre de vue mon objectif. Séduire. Je m'inclinai sensiblement et dit avec distinction à la jeune femme, qui était seule :

" Puis-je me permettre de vous offrir un verre ? Je suis certain que son contenu vous ravira. "


Et je lui donnai le verre. Je bus une gorgée du mien, ne cessant de plonger mon regard dans le sien. Le jeu commençait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mort(e) tragiquement

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 379
♦ Messages : 449
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Méfiez-vous de l'eau qui sommeille ...
♦ Protecteur : Personne
♦ Date d'inscription : 22/07/2010
♦ Age : 25

MessageSujet: Re: Nouvelle soirée, nouvelle rencontre. [ PV Eleanor ]   Dim 27 Mar - 15:30

La lettre d’invitation lui était parvenue et elle était incapable de refuser. En réalité, elle venait de la part de son père qui ne pouvait pas se déplacer à cette soirée et il y envoyait sa fille bien aimée. Comme elle ne lui avait encore pas écrit et qu’il ne savait rien du tout de tout ce qui s’était déroulé dans la capitale, notamment le fait qu’elle était en disgrâce à la Cour, il ignorait que bien des nobles ne supportaient plus sa présence. Les rumeurs circulaient vite. Elle était beaucoup critiquée par les autres. Mais personne ne la connaissait vraiment en réalité. Par ailleurs, de plus en plus elle entendait qu’ils regrettaient la chance que l’Empereur lui laissait de retourner dans sa province natale. Alors forcément, quand elle avait reçu la lettre de son père, Eleanor n’avait pas été contente du tout. Ni ravie. Mais c’était très important pour ce dernier et pour les relations qu’il entretenait avec cette famille. Ce qu’il ignorait, c’était que de toute façon, si c’était elle qui se présentait, cela ne changeait pas grand-chose. La relation se dégraderait sans précédent. Elle s’en voulait de lui causer autant de tord. Elle savait que pour certains, elle avait souillé le nom de sa famille et cela aurait des conséquences considérables sur les relations avec les familles nobles d’Ishtar. Mais elle avait fait un choix. Elle l’assumait totalement. Si jamais un jour il la reniait – très possible – elle ne lui en voudrait pas et comprendrait la raison. Mais pour l’instant, elle préférait encore ne rien lui révéler. En tout cas, elle hésita énormément à y aller. Toutefois, elle ne savait pas vraiment si cette famille-là – qu’elle avait du voir une ou deux fois à Überhal seulement – pensait comme les autres ou pas. Parce que oui, certains la plaignaient aussi ou se disaient neutres. Ceux à qui elle répugnait, étaient tout simplement ceux qui étaient avides de rumeurs, de potins et les plus hypocrites de la noblesse. Une aberration.

Pourtant la duchesse finit par décider de faire un petit effort pour son père. Elle ne perdait pas vraiment grand-chose au final. Elle avait donc réservé un cocher qui devait se présenter à une heure précise en bas de chez elle. Elle en profita pour se maquiller légèrement et s’habiller dans une de ses robes blanches. Certains y verraient peut-être une envie d’incarner la pureté comme si elle voulait prouver son innocence. En réalité, elle avait tout simplement mis la robe la moins décorée tout en restant présentable. Elle n’avait pas non plus envie de porter une des robes les plus chères qu’elle possédait. Cela ne servait pas à grand-chose. En ce qui concernait le maquillage, elle n’avait pas non plus vraiment envie de plaire à qui que ce fût. A ce moment-là de ses réflexions, elle repensa à Zacharias et en frissonna même. Non, non. Ce n’était vraiment pas le moment de se souvenir de ce qui s’était passé. Même si c’était un très bon souvenir, il valait mieux le mettre dans un coin de l’esprit pour qu’il ressortît à la fin. Elle ne demanda aucune aide de ses servantes pour se préparer. Lorsque l’heure arriva pour elle de partir, elle ne dit au revoir à personne et sortit tout simplement de l’appartement. Le cocher était en effet en train de l’attendre déjà. Elle lui indiqua l’adresse de la résidence dans laquelle elle devait se rendre avant que celui-ci ne l’aidât à monter dans la calèche. Pendant tout le long du chemin, elle se demandait bien dans quelle famille de duc elle se rendait. Après tout, elle ne se souvenait pas de toutes les personnes qui venaient dans son palais lors des soirées mondaines organisées par son père. Elle ne pouvait pas définir les visages ni de l’homme ni de la femme qui portaient le nom inscrit sur la lettre. Etait-ce de très bons amis de son père pour que cette soirée eût une telle importance ? Probablement. Ou alors son père désirait tout simplement leur montrer qu’il pensait encore à eux avant qu’ils ne décidassent par eux-mêmes de rompre le lien. Ceci aurait pu être beaucoup plus préoccupant. Alors elle ne savait vraiment pas à quoi s’attendre.

Eleanor arriva pile à l’heure. Après tout la duchesse détestait arriver en retard et elle trouvait cela d’un irrespect total. Mais lors d’une soirée comme celle-ci cela n’avait pas vraiment d’importance. En tout cas, elle entra et fut accueillie par des servantes qui prirent son manteau et une autre qui la conduisit dans la pièce où se trouvaient déjà quelques personnes. Elle s’inclina avant de s’en aller, probablement s’occuper de nouveaux arrivants. Alors que la jeune femme regardait les personnes déjà présentes, elle ressentit un mal à l’aise très profond. Quelques têtes s’étaient tournées vers elle, d’autres ne se préoccupaient pas du tout d’elle. Bientôt, les bouches murmureraient. La duchesse van Lärhe avait osé se présenter à la soirée. La nouvelle ferait le tour de la maison puis plus tard, de toute la capitale. Elle rougit un peu et ne sut pas vraiment ce qu’elle pouvait faire. Elle se sentit de trop et se demanda si finalement s’était vraiment une bonne idée que de venir. La maîtresse de maison vint à sa rencontre, certainement pour la détendre un tout petit peu. Elle se présenta et se dit heureuse de la revoir.

- Vous n’étiez qu’une petite fille de 10 ans la dernière fois, ma belle, dit-elle. Il est certes regrettable que votre père ne put venir mais sachez que vous êtes la bienvenue en ces lieux. Que vous avez grandi ! Vous êtes si belle. Comme votre mère.

La duchesse frissonna encore une fois. Elle détestait être comparée à sa mère dans ce genre de situation. Surtout quand les personnes ne souhaitaient seulement être gentilles mais en aucun cas ne le pensaient vraiment. De plus cela lui rappelait le souvenir de sa mère. Une bonne et une mauvaise chose à la fois. Mais Eleanor ne la releva pas et continua à l’écouter tout simplement. Puis, la musique commença à s’entendre dans l’une des pièces et pendant que la maîtresse de maison partit pour accueillir une nouvelle personne, la duchesse entra dans la salle et contempla les musiciens. Elle trouva un canapé dans lequel elle s’assit pour les écouter. Pour l’instant, elle ne connaissait pas encore vraiment toutes ces personnes. Après tout, elle n’avait pas été présente à de nombreuses soirées depuis son arrivée à Ishtar. C’était quelque chose qu’elle n’avait pas vraiment fait. Elle ne savait donc pas avec qui elle pouvait parler. Elle fut d’ailleurs très surprise quand une personne vint l’aborder avec un verre. Etonnée, et encore bouche bée, elle prit le verre et le remercia. Il devait avoir à peu près le même âge qu’elle alors elle se dit qu’elle ne le connaissait vraiment pas du tout. Alors pour quelle raison lui offrait-il un verre ? Aucune idée. Elle lui sourit et pour lui faire plaisir but une gorgée. Elle ne buvait pas très souvent après tout.

- Il me semble ne pas vous connaître, finit-elle par lui dire pour rompre le silence, faire connaissance avec lui et alimenter la discussion. Dans ce cas, je suis enchantée de vous rencontrer.

Bon, avouons que pour l’instant ce n’était que des politesses qu’on s’échangeait toujours dès le début.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 390
♦ Messages : 58
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Le plus beau, le plus gentil, le plus tout : Moi.
♦ Date d'inscription : 22/02/2011
♦ Age : 23

MessageSujet: Re: Nouvelle soirée, nouvelle rencontre. [ PV Eleanor ]   Sam 2 Avr - 18:29

Elle avait bu. Première victoire. Je pouvais désormais mettre mon plan à exécution. Je regardais toujours cette jeune femme. Ses yeux étaient relativement envoutants. Déstabilisant. Il me faudrait faire attention à ne pas me perdre dedans, et à savoir y rester quand il le faudrait. Une femme, et en particulier de son rang, a toujours conscience de ses qualités. Bien, elle avait également ajouté qu'elle était ravie de me rencontrer. Je décidai de la jouer classe :

" Oh oui ! J'en ai même oublié de me présenter. Comte d'Agasthel. Il n'est pas étonnant qu'une femme comme vous n'aie jamais entendu parler d'un homme comme moi ! "


J'avais ajouté cette dernière phrase avec un sourire amusé, puis j'avais bu une autre gorgée. L'alcool était peu fort. J'étais venu vers elle. C'était donc à moi de poursuivre. En réalité, je ne savais rien d'elle. Je jetai un rapide regard autour de nous. Beaucoup nous regardaient. Enfin, ils la regardaient en fait. Ils critiquaient. Je le savais. Leurs visages étaient fermés, sensiblement dégoûtés, et leurs lèvres s'agitaient bien vite. Ainsi, cette relation "spéciale" à l'Empereur n'était peut-être pas si positive. Une ennemie ? Si tout le monde le savait, elle ne se présenterait pas en ces lieux. Non, ils étaient jaloux. Voilà tout. Il était temps d'engager la conversation. J'usai de mon unique détail à son sujet, et de mon intelligence. Elle avait un nom à consonance d'Überhal. Je pris un air détaché pour poursuivre :

" J'ai cru comprendre que vous aviez vécu quelques temps hors d'Ishtar, vous aussi ? A Überhal, n'est-ce pas ? J'ai entendu dire que c'était une province calme et revigorante. "

Et à partir de cet instant, j'avais gagné du temps. Je laissai alors libre cours à ma réflexion. Bien, je devais poser mon esprit. Que pouvait-elle m'apporter ? Une place très rapprochée de l'Empereur. Comment pouvais-je y parvenir ? En la séduisant. Pas d'alliance, pas de mari. Elle ne semblait pas avoir une relation quelconque. Comment la séduire alors ? Très simple. J'avais sur moi un objet fantastique ! Dans une petite poche, cousue à l'intérieur de ma manche droite, se trouvait un petit tube. Celui-ci était composé d'un liquide jaunâtre et un peu rosé, fait à base d'herbes pilées et liquéfiées. Miracle scientifique ! J'avais donc toujours cette petite fiole sur moi. Après tout, il peut être intéressant de contrôler quelqu'un. Ce "médicament" permet de droguer le sujet, mais de façon progressive, ce qui se trouve être réellement pratique. Je pouvais tenter de lui plaire, en mettant toutes mes qualités en avant, quelques défauts aussi bien sûr. Et ensuite la laisser boire un autre verre, et finir par l'emmener chez moi, ou je pourrais lui soutirer bon nombre d'informations. Ensuite j'inventerai une raison de sa venue à la maison, et elle deviendrait dépendante de moi. Oui, ce plan était parfait. Je l'avais mis au point le temps de la réponse de ma ravissante duchesse. Quel homme parfait je faisais !

Je bus encore quelques gorgées de mon verre, maintenant mon regard dans le sien. Je n'aimais pas cette phase de la séduction, car elle m'empêchait d'observer le reste de la scène. Les autres convives, les gestes de mon interlocutrice. Je trouvais désagréable de ne pas avoir une vue d'ensemble du sujet. Enfin, je devais passer par là, si je voulais un jour obtenir le trône. Le trône. J'empêchai un sourire enfantin de se glisser sur mon visage. Je devais me concentrer maintenant. Sur la duchesse aux cheveux bleus. La belle duchesse qui avait tout juste mon âge, et qui allait m'aider à obtenir ce que je désirais le plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mort(e) tragiquement

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 379
♦ Messages : 449
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Méfiez-vous de l'eau qui sommeille ...
♦ Protecteur : Personne
♦ Date d'inscription : 22/07/2010
♦ Age : 25

MessageSujet: Re: Nouvelle soirée, nouvelle rencontre. [ PV Eleanor ]   Dim 3 Avr - 21:38

La famille Agasthel. Elle n’en avait vraiment jamais entendu parler. Elle ne se souvenait pas non plus que ses parents le lui en parlassent ni ne lui présentassent des membres d’une famille de noble qui portait ce nom. En tout cas, ce n’était pas impossible de connaître des comtes. Le père d’Eleanor fréquentait toutes les familles possibles et donc tous les statuts de la hiérarchie aristocratique possible. Mais si le comte le disait clairement qu’elle ne pouvait pas le connaître, ni lui ni sa famille, alors il devait y avoir une raison. Ce qui montrait notamment que son père n’avait aucun lien avec cette famille. Mais ce qui dérangeait un tout petit peu la duchesse, c’était justement le fait que lui semblait la connaître. Du moins de nom, de physique et surtout, quelques bribes de sa vie. Notamment en ce qui concernait sa vie à Überhal. Non, elle n’y avait pas vécu un certain temps. C’était sa province natale. Elle y avait vécu toute sa vie avant d’arriver à Ishtar. Elle se doutait tout de même que tout cela devait provenir de toutes les rumeurs qui circulaient à son égard. De plus, en voilà un nouveau qui lui posait la question sur sa province natale. A croire que vraiment personne ne connaissait rien des provinces de l’Empire. Parfois elle avait tout simplement envie de leur répondre d’aller voir par eux-mêmes, de voyager un peu et de sortir de leur trou, à savoir leur maison douillette dans la capitale. Non pas que cela l’énervait mais cela l’irritait tout de même un peu. Les gens rataient tellement de belles choses à rester cloîtrés chez eux, dans le confort et dans toutes leurs petites manigances. C’était pathétique. Vraiment beaucoup trop pathétique pour la duchesse. Mais personne ne la comprendrait si elle le leur disait. Il la regarderait tout simplement comme si elle était folle. Elle but une bonne gorgée de la boisson avant de se décider à parler.

- Très calme, naturelle et bien plaisante, répondit-elle en poussant d’abord un petit rire puis en se mettant à sourire. Je suis née là-bas et j’y ai vécu toute ma vie avant de m’installer à Ishtar. Et pour vous dire la vérité, ma province me manque, vous ne pouvez pas savoir à quel point. J’aimerai tellement m’enfuir de tous les problèmes existants dans la capitale pour pouvoir tout simplement me reposer et retrouver la paix avec moi-même.

Elle parlait, elle parlait. Comme d’habitude, comme la pipelette qu’elle pouvait être de temps en temps. De plus, elle semblait tout simplement révéler au comte certaines choses qu’elle ne devrait pas. Des pensées bien trop personnelles. Mais elle, elle lui disait tout comme si elle le connaissait depuis longtemps et qu’elle parlait tout simplement avec un ami de longue date. Elle s’en rendit soudainement compte et se promit d’en dire beaucoup moins la prochaine, notamment en tout ce qui concernait ses pensées et ses projets. Parce que tout cela pouvait encore une fois lui porter préjudice à la fin. Et elle en avait assez pour l’instant de s’empêtrer dans des affaires louches. Elle avait besoin d’une pause. Elle avait besoin de disparaître quelques moments. Pour calmer les rumeurs. Pour calmer les dirigeants de l’Empire. Elle pourrait ensuite se remettre dans le bain en faisant beaucoup plus attention. En tout cas pour l’instant elle cherchait à être loin de tout cela. Elle avait besoin de temps pour retrouver, comme elle l’avait dit, la paix avec elle-même. Sans être à Überhal cela allait être bien plus difficile qu’à Ishtar mais elle savait qu’elle y arriverait finalement. Oui, elle y parviendrait. Il y avait Zacharias désormais à ses côtés. Elle n’était plus seule. Et il l’aimait. Son amour pour elle semblait lui donner de nouvelles ailes. Elle se sentait parfois protégée, en sécurité sans cesse, alors qu’elle savait parfaitement que ce n’était pas du tout le cas. Elle savait que grâce à la présence de l’informateur près d’elle, elle pourrait se sentir beaucoup mieux dans les prochaines semaines. Et cela la rassurait beaucoup. Elle mettait moins de temps à s’endormir maintenant. Elle dormait beaucoup mieux et faisait beaucoup moins de cauchemars. Si ce n’était pas une amélioration alors elle ne savait pas du tout ce que cela pouvait être !

Tout d’un coup, la duchesse détacha son regard du comte pour regarder les autres. Certains les regardaient et ils murmuraient. Elle se doutait bien de tout ce qu’ils disaient. Elle en avait conscience. Et en fait, cela la dérangeait un tout petit peu, notamment pour le comte. Elle n’avait pas envie de lui porter préjudice à lui. En effet certains verraient forcément la duchesse d’un mauvais œil. Ainsi, traîner avec elle n’était certainement pas une très bonne idée. Surtout pour sa réputation. Ses yeux se posèrent à nouveau sur le comte Agasthel, dont elle ne connaissait même pas encore le prénom. Et il valait mieux pour elle qu’elle ne le sût pas si dans quelques secondes elle se séparerait de lui. Elle ne pouvait pas rester avec lui pour ne pas lui salir sa réputation auprès des autres.

- Veuillez m’excuser, c’était bien sympa de vous rencontrer mais je pense qu’il vaudrait mieux pour moi de vous laisser. Ma présence à vos côtés ne vous apportera que de mauvaises choses.

Elle se leva en souriant pour lui montrer à quel point elle avait été contente de faire sa connaissance. C’était déjà un miracle que quelqu’un eût accepté de lui parler ne serait-ce qu’un tout petit peu. Elle fit un pas et … ne s’attendait pas du tout à la réaction du comte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 390
♦ Messages : 58
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Le plus beau, le plus gentil, le plus tout : Moi.
♦ Date d'inscription : 22/02/2011
♦ Age : 23

MessageSujet: Re: Nouvelle soirée, nouvelle rencontre. [ PV Eleanor ]   Dim 17 Avr - 16:10

Ainsi, elle ne désirait pas rester dans la région. Magnifique. Une mélancolie, un manque, une blessure dans l'âme. Que demander de plus pour s'emparer de cette femme ? Je pouvais lui faire croire n'importe quoi, pourvu que je puisse la ramener dans son pays de manière diplomatique. Et de cette manière, je pourrais également lui prendre sa place. Tous les plans du monde se dessinaient dans ma tête, mon esprit voyait se profiler l'ombre d'un chemin, d'une route à la fois sombre et si officiellement lumineuse. Je savais qu'au fond se trouvait le trône. Et que sur cette chaise tout simplement irrésistible, se trouvait moi. Et apparemment, les dernières nouvelles de l'Empire ne la mettaient pas très à l'aise. Sans doute ces regards. Je ne savais rien, j'allais sûrement en apprendre beaucoup, ce soir. Enfin. Il ne fallait pas trop y penser. Tout ce dont j'avais rêvé ne s'était pas encore réalisé, parce que je l'avais trop espéré. Je chassai à nouveau ces doux songes pour me consacrer à ma belle demoiselle. Malheureusement, son visage sembla s'assombrir, et quelque chose se mit en place. Très rapidement, la jeune femme aux longs cheveux bleus se leva et s'excusa. Surpris, j'observai en un éclair qui, autour de moi avait pu la chasser aussi vite. Sûrement un duc, l'Empereur ? Non, seulement ces autres imbéciles qui allaient foutre mon plan en l'air. A moins que ? Promptement, je lui saisis le poignet. Le temps d'une demi-seconde, je me mordis les lèvres, fermant à moitié les yeux, signe de regret... Et d'intense réflexion. Qu'avais-je fait ? Si tous les convives parlaient d'elle avec des regards aussi noirs, c'était sans doute que je n'étais qu'un ignorant. Ou un véritable chanceux. Mais alors que je serrais ce poignet si fin, il me brûla. Était-ce parce qu'il était glacé ou brûlant ? Je n'en savais rien, mais quelque chose d'étrange émanait de cette femme. Quelque chose qui me glaça le sang. M'empêchant toute réflexion. Je ne sentais plus que mon cœur battant ma poitrine, comme voulant en sortir. Et Merde !

...

Je retirai vivement mes doigts de ce corps. Ah ça allait mieux, j'arrivais à penser. Vite, il fallait que je dise quelque chose ! Subtilement, me vint l'idée du mouchoir. Je regardais le visage de la jeune femme, cherchant une quelconque émotion. Et de ma manche, je sortis ce mouchoir de soie, sur lequel étaient brodées mes initiales. Il était imbibé de chloroforme. Elle savait que ce n'était pas le sien. Je savais qu'elle le prendrait.

" Madame la Duchesse. Votre mouchoir. "


Je m'inclinai légèrement pour le lui remettre, en prenant soin de ne pas toucher sa peau. Je savais que les regards étaient tous sur nous. Sur moi. Et alors revint cette scène, comme chaque fois que j'étais le centre d'attraction. J'étais au Khini-Lao, c'était la première représentation de notre comédie. J'étais superbe dans ce costume. J'étais le roi, ils étaient mes sujets, et tous me regardaient. Tous buvaient mes paroles, pour s'en souvenir. J'étais le roi, j'avais le rôle principal. Et je réussissais. Il en était de même ici. Il fallait que j'aie des paroles mémorables, un texte parfait. Inventé en quelques secondes. Le choix était difficile. Comment allais-je la retenir auprès de moi ? Les mots sortirent d'eux-même, je n'avais plus aucun pouvoir :

" Si vous le permettez, je vais vous raccompagner jusqu'à votre voiture, afin de m'assurer que vous quitterez bien ces lieux. "


Je m'étais redressé. Je la fixai droit dans les yeux. Je savais mes joues sensiblement rougies par le regard de mes spectateurs. Ma phrase n'avait rien d'exceptionnel, mais au moins, elle saurait rester dans les mémoires. J'attendais désormais la réplique finale, celle de la Duchesse...

[ Ohlàlààà J'suis vraiment désolée j'ai mis un max de temps à répondre, mais j'ai eu des oraux ces deux dernières semaines :( Désolée désolée !! ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mort(e) tragiquement

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 379
♦ Messages : 449
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Méfiez-vous de l'eau qui sommeille ...
♦ Protecteur : Personne
♦ Date d'inscription : 22/07/2010
♦ Age : 25

MessageSujet: Re: Nouvelle soirée, nouvelle rencontre. [ PV Eleanor ]   Mer 20 Avr - 13:58

Sa main sur le poignet d’Eleanor fut tellement soudaine, que la duchesse tourna la tête avec une rapidité étonnante. Elle avait les yeux écarquillés et resta un instant bouche bée. Elle fixait alors le visage du comte mais finit par baisser les yeux vers le contact physique. Elle ne s’attendait vraiment pas à cela du tout. Elle leva à nouveau les yeux, tout en ressentant une certaine chaleur en pensant au fait qu’il la tenait. Il était près. Trop près même. Beaucoup trop alors qu’elle ne le connaissait pas du tout. Elle ne se laissait jamais toucher aussi facilement. Mais elle ne dit rien. Non seulement par politesse pour n’offenser personne dans cette histoire mais aussi parce qu’elle se doutait que la réaction avait été rapide et soudaine. De ce fait, elle admettait qu’il n’avait pas forcément eu envie de la retenir de cette manière-là. D’ailleurs, pourquoi cherchait-il à la retenir ? Elle ne comprenait pas du tout. Elle s’était excusée pourtant et lui avait expliqué que c’était pour son bien. S’il restait avec elle, sa réputation en ressortirait salie. Tous les nobles – ou du moins la grande majorité – le regarderaient comme un complice de la duchesse ou un fou. Elle n’avait pas envie de faire plonger le jeune homme dans de telles rumeurs. Elle lui pourrirait sa vie et ce n’était vraiment pas du tout son attention. Puis enfin il enleva sa main du poignet de la femme, ce qui lui permit d’abaisser son bras. Mais alors qu’elle voulait à nouveau partir, alors qu’elle remarqua par la même occasion que de nombreuses personnes les fixaient tous curieux de savoir ce qui se déroulait, le comte sortit un mouchoir de sa manche et le lui donna comme si c’était celui d’Eleanor. Bien sûr, elle se douta tout d’un coup que tout ceci était un coup monté parce qu’elle possédait le sien bien rangé. Avec une pointe d’expression de colère sur son visage, elle prit le mouchoir tout de même, en se demandant vraiment où il voulait en venir. D’abord il la retint, ensuite il lui proposait son mouchoir, probablement pour la revoir après. Mais ne comprenait-il pas que cela mettait en danger sa réputation ? Non, certainement pas. S’il ne désirait saisir les paroles de la duchesse et se fier aux mauvaises rumeurs, c’était qu’il semblait aimer le danger. Mais à quoi cela servait-il vraiment ?

A nouveau le comte Agasthel se mit à parler. Voiture. Accompagner. Quitter. Assurer. Bien. Ces quelques mots piquèrent à nouveau la duchesse et l’irritèrent un brin. Il ne comprenait toujours pas. C’était bien agaçant. A ce moment-là, elle se rendit soudainement compte qu’elle ne pouvait plus avoir de relations sociales avec les autres. Ceux qu’elle connaissait encore pouvaient rester à ses côtés. Mais les inconnus, il valait mieux s’en éloigner. Pour leurs biens à tous. En tout cas, elle comprit encore une fois que ce dernier désirait rester encore près d’elle. Il ne paraissait vraiment pas vouloir comprendre que cela ne servait pas à grand-chose. Encore une fois, Eleanor regretta de s’être présentée à la soirée. Puis, un autre détail la fit réagir. Le comte pensait qu’elle avait envie de partir. Même si c’était le cas, elle ne l’avait pas pensé à cet instant. Elle avait simplement voulu s’éloigner du comte. Notamment pour aller prendre un morceau à manger.

- Je n’avais point l’intention de partir de la soirée, Monsieur le Comte, lui dit-elle pour simple réponse.

Maintenant elle réfléchissait tout simplement à la meilleure manière de le faire lâcher l’affaire. Elle devait s’éloigner de lui. Elle ne pouvait pas rester à ses côtés et surtout à le connaître davantage. Il valait mieux qu’elle restât seule pendant toute la soirée. Bien sûr, elle se disait désormais qu’elle quitterait rapidement les lieux de toute façon. Elle penchait entre lui dire tout simplement la raison pour laquelle ils devaient se séparer ou alors tenter une autre diversion pour le laisser seul. Mais elle trouva que la première solution était l’une des meilleures.

- Voyez-vous Comte Agasthel, si je vous quitte à cet instant, c’est tout simplement pour vous éviter les regards noirs des nobles, leurs rumeurs et une mauvaise réputation pour avoir ne serait-ce quelques instants côtoyé la duchesse van Lähre, tombée en disgrâce à la Cour.

S’il ne la comprenait pas à cet instant, elle ne savait vraiment plus quoi faire du tout. Mais en tout cas, son ventre se manifesta à ce moment précis et elle partit, sans dire un mot. Elle se dirigea vers les tables où se trouvaient de nombreuses petites choses à manger. Enfin, elle pourrait se rassasier. Ensuite, elle s’excuserait auprès de la maîtresse de maison. Elle risquait de parler quelques instants avec elle par pur politesse puis de s’en aller après. Tout en espérant toujours et encore que le comte ne l’avait pas suivie cette fois-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 390
♦ Messages : 58
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Le plus beau, le plus gentil, le plus tout : Moi.
♦ Date d'inscription : 22/02/2011
♦ Age : 23

MessageSujet: Re: Nouvelle soirée, nouvelle rencontre. [ PV Eleanor ]   Mar 26 Avr - 8:52

Alors là ! Je venais d'apprendre un tas de choses en deux répliques. Il fallait que je refasse tous mes plans, en pensant bien à inclure le nom de la duchesse. Van Lähre, pas Flänte. J'étais vraiment trop nul. Mais je devais reprendre à zéro. Elle était partie, les regards s'étaient quelque peu détournés, pour certains. D'autres attendaient ma réaction. Je fronçai les sourcils. Si elle n'était pas la bienvenue, pourquoi rester ? Les femmes sont parfois très compliquées. Je voyais son dos orné de ses longs cheveux bleus se diriger vers le buffet. Profitant qu'elle ne me voie pas, je pris d'abord un air faussement indigné et surtout très étonné. Puis, je haussai négligemment les épaules, comme si cela m'importait peu, et je me détournai vers une des fenêtres. En passant, je m'emparai d'un verre plein et, tout en regardant vers la cour, je bus à petites gorgées. Cette femme était certainement la plus difficile de mes prises. Enfin ! Elle était aussi la plus importante de mes rencontres. Une duchesse, ça se mérite ! J'étais réellement frustré de ne pouvoir l'attirer en quelques mots et verres. Ce n'était pas la première fois qu'on me refusait, mais cette fois-là, je ressentais les choses différemment. Impossible de savoir pourquoi. Alors je décidai de trouver une ultime solution.

Alors que je portais mon verre à mes lèvres pour une dernière gorgée, je laissai paraître un sourire en coin, légèrement perverti par mes sombres idées. Je repris un air sérieux, légèrement inquiet de la révélation qui venait de m'être faite. Je demandai à voix basse du poivre, à l'un des domestiques. A la vue de mon apparent sérieux, il ne posa aucune question. Il était payé pour ne poser aucune question. Il m'apporta un petit sachet de poivre tout droit volé des cuisines. Je l'ouvris sans le déverser et je me dirigeai vers les tables couvertes de petits gâteaux et de nombreux verres. Je posai le mien. Je me trouvais à la gauche de la duchesse. J'avais fait semblant de ne pas la reconnaître et, avec discrétion et subtilité, je versai un peu de poivre sur l'un des gâteaux devant la duchesse, tout en faisant mine d'en attraper un autre, un peu plus loin. Le prolongement de mon geste avait été parfait. Personne n'aurait rien vu. Seul un espion, peut-être, formé à l'oeil aiguisé des experts, aurait pu repérer la chose. Puis je me détournai, mâchant ma pâtisserie. Nul parole, nul regard. Il fallait simplement que tout agisse selon mon imagination.

Mon plan : La duchesse s'empare de la pâtisserie. En l'approchant de son visage, elle inspire la bonne odeur. Le poivre la fait éternuer. Elle s'empare du premier mouchoir venant, respire pleinement le chloroforme. S'effondre au sol. En bon gentleman et jeune inconscient de sa situation vis-à-vis de l'Empire, je lui viens en aide et propose de l'emmener prendre l'air ou de la ramener chez elle. Il ne faudra pas avoir l'air trop précipité. Juste, sachant que personne ne se dévouera, j'attendrais quelques instants avant d'apporter mon aide.

Mon plan ? Parfait n'est-ce pas ?

Désormais, je ne devais pas rester seul. Je m'approchai d'un groupe d'hommes, assez âgés, et semblant être des comtes. Je conservais mon air intrigué et perturbé. Je leur demandai alors, afin d'engager la conversation et de me couvrir de tout préjugé :

" Cette duchesse... Pardonnez mon ignorance, mais, qu'a-t-elle fait ? Certainement une chose bien grave ? "


Les hommes se regardèrent tous, l'air gênés. Apparemment, tout le monde savait ce qu'il s'était passé. C'était chose notoire. Le plus âgé, cheveux grisonnants et air sage, se dévoua pour me répondre :

" Vous êtes nouveau par ici pour ne pas savoir cela. Mais évidemment, cela explique que vous ayez osé côtoyer cette femme. Nous nous demandions si vous aviez la fièvre pour vous comporter de cette manière.
- Je ne pensais pas qu'il y ait chose si grave...
- Ah ça ! Vous n'imaginez même pas ! Cette femme a... "


Pourquoi s'arrêtait-il ? Je suivis son regard, me retournant justement dans la direction de la duchesse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mort(e) tragiquement

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 379
♦ Messages : 449
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Méfiez-vous de l'eau qui sommeille ...
♦ Protecteur : Personne
♦ Date d'inscription : 22/07/2010
♦ Age : 25

MessageSujet: Re: Nouvelle soirée, nouvelle rencontre. [ PV Eleanor ]   Mar 26 Avr - 20:25

Elle ne sut pas vraiment ce qu’elle avait réellement envie de manger. De plus, certaines préparations donnaient beaucoup plus envie que d’autres. Cela dépendait bien évidemment de la présentation. Mais également des aliments qui composaient les apéritifs, les plats ou les desserts. Devant ce panel de choix bien énorme, Eleanor hésitait. Il y avait tellement de choses à manger à la fois et tellement peu. Elle se décida finalement à se diriger d’abord vers les tables où elle pouvait prendre une assiette et des couverts. Après tout, elle ne se servirait pas avec ses doigts et elle ne mangerait tout de même pas avec ses mains. De telles manières étaient bien plus que proscrites dans la noblesse. Elle se doutait bien que cela devait être le quotidien des citoyens. Elle avait même déjà vu le terroriste Mist manger avec ses doigts, il y avait déjà quelques mois. Cela l’avait certes un peu surprise, mais les façons de faire différaient selon la position sociale. Pour cela, elle n’avait pas dit grand-chose, même si, elle avait peut-être montré un peu trop ses pensées. Enfin cela remontait déjà avant le couronnement, avant sa dispute avec Marius et avant même qu’elle mît l’Empereur en colère. Cela datait et aujourd’hui les détails n’avaient plus une aussi grande importance. Ainsi, elle ne s’attarda pas beaucoup sur ces réflexions. Elle arriva à bon port et se munit de tout ce dont elle avait besoin avant de revenir aux apéritifs. Après tout, même si elle avait faim, elle n’avait pas spécialement envie de manger un plat conséquent. Que ce fût froid ou chaud. Alors elle préféra les petits apéritifs ou même quelques parts de tarte, notamment la tarte au fromage qui l’attirait beaucoup.

La duchesse avait été tellement préoccupée par ses choix de nourriture, qu’elle ne le vit même pas passer près d’elle. Elle ne le remarqua nullement, pas même lorsqu’il fût tout près d’elle à tenter de faire diverses choses machiavéliques pour que ses plans se réalisassent. Bien sûr, Eleanor n’en savait rien du tout. Elle ne percevait aucune de ses pensées. D’ailleurs, il y en avait tellement dans tous les esprits de tous les nobles de la soirée, que la duchesse se concentrait même davantage à fermer son esprit et ne rien écouter. Parfois cela en devenait assez dérangeant. Par ailleurs, comme elle se doutait bien que les pâtisseries partiraient rapidement parce que presque toutes avaient l’air très appétissantes, et surtout que de nombreuses personnes préféraient toujours les desserts sucrés aux plats et apéritifs salés, Eleanor décida de prendre une part de gâteau sur une autre assiette. Avec tout ceci dans ses assiettes, elle se dirigea enfin vers une table vide pour manger toute seule. Encore une fois elle se sentait le centre d’attraction. Comme si elle était le centre du monde. Et elle détestait cela. Or elle avait tellement faim qu’elle ne pouvait attendre de rentrer chez elle, puis commander aux cuisiniers de lui concocter un plat, qu’elle mangerait bien assez tard. Alors elle resta encore quelques petites minutes. Elle pouvait bien faire ce petit effort-là. Encore un sacrifice tout simplement pour la réputation de son père. Eleanor était bien trop bonne et trop gentille. Elle faisait toujours passer les autres avant soi-même. Mais cela, de nombreuses personnes ne le prenaient pas en compte et marchaient sur elle. Ils pouvaient facilement l’utiliser à des fins diverses de part cette gentillesse et une générosité sans pareille. Peu de personnes reconnaissaient cette qualité. Il fallait tout de même bien avouer que la duchesse s’ennuyait beaucoup toute seule. Mais la solitude, elle y était désormais habituée et même si ce n’était vraiment pas sa tasse de thé, elle commençait à la supporter un minimum tout de même. Toutefois, c’était beaucoup plus facile chez elle lorsqu’elle n’avait pas autour d’elle autant d’yeux tournés vers elle.

Quand Eleanor eût fini de manger tout ce qui se trouvait dans son assiette principale – et ainsi la plus grande – elle se leva un instant pour prendre une serviette à la table du buffet d’à côté. Elle revint à sa place et décida de croquer la première partie de son gâteau. Mais quand elle approcha son visage de celle-ci, elle sentit quelque chose d’étrange. Cela lui piqua le nez. Alors qu’elle éternua, elle put reconnaître que c’était du poivre. A nouveau, tout le monde avait les yeux rivés sur elle et cela la dérangeait plus que tout. Elle rougit instantanément. Il lui fallait un mouchoir vite. Elle se souvint alors que le comte Agasthel le lui en avait donné un tout à l’heure et elle ne lui avait pas rendu. Elle en avait eu l’intention avant de se dire finalement que ce n’était pas une bonne idée car elle n’avait plus envie de le revoir. Alors tant qu’à faire, il valait mieux utiliser ce mouchoir. Elle le prit et s’essuya immédiatement avec. Et, tout d’un coup, alors qu’elle remettait l’objet dans une de ses poches, elle sentit sa tête qui tournait. Elle ne savait pas du tout ce qui se passait. Ses yeux commençaient à voir flous alors qu’elle savait que sa vue était parfaite. Elle ne comprenait tout simplement pas du tout. Eleanor sut tout de suite qu’elle ne tenait plus en équilibre. Elle ne ressentait plus aucun membre de son corps et celui-ci n’était désormais plus soutenu par quoi que ce fût. La gravité faisant, la duchesse s’écroula sur le sol. Elle eut le temps de voir avec ses yeux que tout basculait. Et quand elle toucha le sol, ses yeux se fermèrent. La soirée était finie. Eleanor en était loin, très loin. Mais où ? Elle-même ne le savait pas.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 390
♦ Messages : 58
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Le plus beau, le plus gentil, le plus tout : Moi.
♦ Date d'inscription : 22/02/2011
♦ Age : 23

MessageSujet: Re: Nouvelle soirée, nouvelle rencontre. [ PV Eleanor ]   Sam 30 Avr - 19:35

Et là. Un miracle ? Je n'en sais rien. Mais le destin m'avait écouté, et avait ordonné à la chance de me sourire. C'était comme cela que je le voyais. Si mes précédentes tentatives avaient échoué, c'était pour que celle-ci, meilleure que toutes, réussisse. J'étais fier, que mon plan aie fonctionné. Après tout, ce n'était pas qu'une question de chance. Mon ingéniosité y était pour beaucoup. Je fronçai les sourcils et guettai les regards perplexes de mes camarades. Ils ne comprenaient pas, mais ne paraissaient pas affligés par la chute de cette demoiselle. Bon, ma réaction allait paraître étrange. La dame de ces lieux entoura vite la duchesse, suivie de tous les convives. Soudain, une brillante idée éclaira mon esprit. Je bousculai les gens autour de moi pour m'approcher de ma "patiente", en disant :

" Excusez-moi, j'ai reçu une formation de soigneur. "

Au bout de quelques efforts, j'étais parvenu auprès de la jolie demoiselle aux cheveux bleus. Elle semblait bien paisible sous le masque du sommeil. Point de soucis au pays des rêves. Je fis mine de prendre un pouls, écoutai la respiration puis posai délicatement mes mains sur son estomac. Je me relevai, annonçant mon diagnostique, l'air grave :

" Je pense qu'elle a fait une réaction à l'un de ces aliments. Pour se protéger, son corps s'est mis dans un état végétatif. Disons qu'elle est inconsciente. Si vous me le permettez, je vais la conduire chez un de mes amis, qui est médecin. "

Certains ne bronchaient pas. J'avais raconté de grosses âneries, ne sachant même pas la signification de "végétatif". Enfin, avec un peu de chance, j'avais opté pour le bon terme. En tous cas, j'avais eu l'air convaincant. Je me tournai vers ceux qui me regardaient, d'un air soupconneux :

" Ne savez-vous pas que toute personne ayant reçu une formation médicale, aussi simple que la mienne, se doit de sauver la vie de tout malade ou blessé ? Peu m'importent ses crimes contre l'Empire. Ce qui compte en ce moment, c'est sa survie. Vous pourrez la blâmer une fois qu'elle sera réveillée, si l'envie vous en prend."

Je m'étais bien gardé de prendre un air hautain et trop sûr de moi. Je devais leur apparaître comme le bon petit comte naïf et généreux. Je fis face à la dame des lieux en lui disant :

" Me permettez-vous, alors, de la conduire chez un médecin ? "


Apparemment, cette femme aimait bien la duchesse aux cheveux bleus. Elle m'autorisa. Je pris le corps de l'inconsciente dans mes bras, et, après avoir salué la propriétaire du manoir, je sortis. Je demandai l'aide d'un autre homme pour la placer dans le fiacre qui nous attendait dehors. Ainsi, je n'avais pas l'air de partir en voleur, trop rapidement. Puis j'indiquai une adresse fictive au cocher. Trois rues plus loin, je lui redonnai mon adresse. Après tout, il n'était pas vraiment question de la sortir maintenant de son sommeil.

Nous arrivâmes au Manoir. Isthmaël ouvrit la porte. Il n'était pas si tard. Il vint m'aider à transporter la jeune duchesse jusque dans une des chambres de ma demeure. Je donnai ensuite l'ordre à mon domestique de nous apporter du thé, puis de ne me déranger sous aucun prétexte. Et bien évidemment, il devait taire la présence de cette femme aux cheveux bleus.

J'étais seul avec elle. Je m'étais assis dans un fauteuil bleu roi, agrémenté de fleurs dorées. Une tasse de thé à la main, je regardais la pièce. La chambre était faite des mêmes couleurs que le fauteuil dans lequel je me trouvais. Derrière moi se trouvait un secrétaire. A ma gauche, une fenêtre dont les rideaux étaient tirés, ainsi qu'un nécessaire de toilette, un peu plus loin. Le lit, une commode. Très sobre, très pratique. Rien de trop, rien de moins. Puis mon regard se posa sur ma ravissante prisonnière. Qu'allais-je faire d'elle désormais ? La séquestrer et exiger une rançon ? Non, trop risqué. La faire chanter ? Oui, mais en échange de quoi ? J'étais perdu. Fatigué et perdu. Je ne savais plus vraiment quoi faire avec cette demoiselle. Tandis que je la regardais, je songeais que cela faisait une éternité qu'une femme ne s'était pas couchée dans ce lit. Je sentis, étrange, le désir naître. Je le repoussai en me concentrant sur ma tasse de thé. Je me brûlai. Et pourquoi pas ? Je posai le liquide bouillant sur le secrétaire, me levai et allai m'asseoir juste à côté de la duchesse. Soudain, je haussai un sourcil. Le mouchoir. Il dépassait d'un pli de son vêtement. Je me penchai pour le prendre, et elle se réveilla. Il fallait prendre une décision. Je savais qu'alors que mon visage était suspendu au-dessus du sien, mes yeux brillaient. Ils brillaient comme ceux du loup dans la nuit, lorsqu'il voit se profiler devant lui la silhouette d'une biche apeurée. Je plongeai mon regard dans celui de la demoiselle, tout en retirant le mouchoir de sa poche, et j'ajoutai, pour la distraire :

" Bonsoir, mademoiselle. J'espère que votre escapade au pays des rêves vous aura été agréable... "

[ Tout est parfait, comme je l'avais imaginé pour le coup du mouchoir. Et je pensais aussi finir par amener Eleanor chez moi héhé ;) ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mort(e) tragiquement

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 379
♦ Messages : 449
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Méfiez-vous de l'eau qui sommeille ...
♦ Protecteur : Personne
♦ Date d'inscription : 22/07/2010
♦ Age : 25

MessageSujet: Re: Nouvelle soirée, nouvelle rencontre. [ PV Eleanor ]   Mar 3 Mai - 15:40

Quelle sensation étrange que celle-ci. Celle de se sentir transportée alors qu’en même temps l’on n’était point conscient. C’était comme si le cerveau luttait pour reprendre le dessus. Qu’il voulait se défendre de la menace qui pesait sur la duchesse après qu’elle se fût évanouie. Comme s’il la protégeait pour lui indiquer tout ce qui se déroulait autour d’elle malgré tout. Comme si, par un miracle, cela la réveillerait d’un coup et qu’elle pourrait se rendre compte de qui lui arrivait à cet instant même. Pour ne pas se mettre dans une mauvaise situation encore une fois. Parce que oui, quelques minutes après qu’elle fût inconsciente, Eleanor eut la sensation tout de même de sentir des mains posées sur son corps. Des mains qui la soulevaient. Elle sentait même le vent autour d’elle à force d’être porté de la sorte. Mais elle n’ouvrait toujours pas les yeux. Elle était encore inconsciente. Comme si une partie de son cerveau était paralysée et ne bougeait pas. Et de ce fait, ne lui permettait tout simplement pas de se réveiller. Alors elle ne put réagir. Elle ne put frissonner. Elle ne put tout simplement pas refuser tout ce qui passait et rentrer elle-même chez soi. Enfin, le plus étrange c’était certainement le fait qu’elle semblait être consciente de certaines choses mais pas d’autres. Elle se sentait certes transportée mais ne savait pas pour quelle raison et dans quel but. Et surtout, où. Elle n’avait pas non plus la notion de l’espace. Seulement le vent qui venait caresser sa peau. Tout comme elle sentit la douceur d’un lit mou et confortable. Intérieurement, cela la fit sourire. Elle se croyait tout simplement chez elle, dans son propre lit. Elle bougea à un moment pour sentir plus ce lit. Ses sens commençaient visiblement peu à peu à se réveiller, tout comme elle.

Eleanor poussa un petit soupir, comme certaines personnes lorsqu’elles se réveillent à peine, ouvrit un petit peu ses yeux et commença à s’étirer. Elle se mit alors sur le dos et regarda en direction de cette personne qui se tenait, penchée sur elle, ce qui la surprit énormément. Elle distingua ensuite que c’était un homme. De plus en plus étrange. En effet, pour quelqu’un qui se croyait dans son propre, elle n’était vraiment pas habituée à voir des visages d’hommes au dessus d’elle de la sorte. Pourtant elle ne bougea pas, elle ne fit rien et elle ne cria même pas. Elle le fixait simplement et se demandait ce qu’il faisait ici. Et surtout, qui c’était. Parce que juste après ce réveil, elle ne le reconnaissait pas encore. De plus, elle ne l’avait pas vu trop longtemps pour se souvenir de son visage avec perfection. Par ailleurs, des bribes de mots lui parvinrent lentement aux oreilles. Bonsoir. Pays des rêves. Agréable. Elle ne comprenait vraiment pas du tout de quoi il parlait. Et pourtant, c’était bien simple. Une personne qui se serait endormie correctement et se serait réveillée, aurait tout simplement sourie. Pas elle. Elle ne saisissait rien du tout. De plus, il ne fallait surtout pas oublier qu’elle avait été droguée et qu’elle n’était pas non plus dans le meilleur des états pour tout bien comprendre. Elle continuait donc à le regarder, hébétée presque. Toutes les informations qu’elle entendait ou même qu’elle voyait, étaient tout simplement trop nombreuses pour elle à cet instant. Elle avait du mal à tout mettre bout à bout, à tout coller pour enfin comprendre la situation. Mais la drogue faisait son effet et elle ne lui permettait tout simplement pas une telle chose. Enfin, elle se sentit assez forte pour prononcer quelques petits mots.

- Où suis-je ? demanda-t-elle d’une petite voix très douce, en bougeant enfin les yeux comme pour contempler le plafond.

Elle avait vraiment du mal à reconnaître tout autour de soi. D’un côté, cela était normal puisqu’elle n’était pas chez elle et que c’était la première fois qu’elle venait dans cet endroit. Alors qu’elle revint mettre ses yeux dans ceux de l’homme – ou plus précisément du comte – elle vit des yeux brillants et elle se demanda pour quelle raison. Que se passait-il ? Elle n’était pas effrayée car la drogue la calmait. Mais si elle n’avait pas été sous l’effet d’une drogue, elle aurait forcément pris peur. Elle se serait imaginé tous les scénarios possibles. Elle se sentirait en danger. Pas à ce moment. Pour l’instant elle le regardait tout simplement. En attendant la suite des événements. Parce que d’un côté, elle n’arrivait pas à bouger. Non pas parce qu’elle avait les muscles endoloris et paralysés mais seulement parce qu’il était là, près d’elle et elle s’imaginait bien qu’il la retiendrait. Il n’y avait pas d’échappatoire possible. Sauf s’il se redressait et la laissait partir …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 390
♦ Messages : 58
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Le plus beau, le plus gentil, le plus tout : Moi.
♦ Date d'inscription : 22/02/2011
♦ Age : 23

MessageSujet: Re: Nouvelle soirée, nouvelle rencontre. [ PV Eleanor ]   Mer 18 Mai - 20:25

J'étais encore penché au-dessus de ce visage à peine éveillé. Je la sentais gênée de ma présence dominante et surtout surprise de se trouver dans un lit d'une maison inconnue. La duchesse, à ma merci, sous moi, dans un de mes lits. Personne pour entendre, personne pour voir. Délicatement, je remis une de ses mèches rebelle à sa place initiale. L'idée me vint qu'elle était vraiment jolie. Sans doute était-ce dû à ses cheveux bleus, si rares ? Je me redressai enfin, tout en lui disant d'une voix sereine et chaleureuse :

" Vous vous trouvez au Manoir Agasthel, Duchesse. "

Je me levai. Nul besoin d'en faire trop, je lui dis la vérité ou presque :

" Vous vous êtes évanouie. N'ayant pas connaissance de votre domicile, j'ai jugé préférable de vous accueillir ici, afin de vous proposer le repos. "


Je m'étais approché de la commode sur laquelle se trouvaient quelques bougies. Je craquai une allumette et les entamai. Au bout de quelques secondes, l'odeur se propageait déjà. Il s'agissait de bougies provenant de Khini-Lao, et elles avaient des vertus attisant le désir et relaxant l'esprit. Je les avais quelques fois utilisées dans cette province éloignée, pour mieux posséder une femme et achever ma conquête. Je m'étais donc légèrement habitué à cette sensation qui allait bientôt déferler en la demoiselle. A son réveil, ses souvenirs seraient flous, son esprit malléable aux mensonges. Je m'approchai du fauteuil sur lequel je déposai ma veste, puis je me tins quelques instants près de la fenêtre. Dehors, la rue était sombre. Tout le monde dormait. Je finis par tirer les rideaux. Nous étions simplement éclairés par la lueur vacillante des bougies. Ce jeu d'ombres et de lumières sur ce corps presque nus sous les draps me fit frissonner. Je retournai m'asseoir au bord du lit. La senteur des bougies s'insinuait en moi, éveillant le désir. Je savais que la duchesse ressentait en cet instant les mêmes choses. Irrésistiblement, je caressai son visage. Elle semblait encore endormie, sans des effets prolongés du chloroforme. Elle n'eut pas réellement de réaction à mon geste. J'eus seulement l'impression que son regard me brûla. La machine était lancée. Délicatement, je lui pris ses mains et lui fit commencer à retirer ma chemise. Je devais d'abord lui indiquer la marche à suivre. Ses doigts finirent par s'exécuter tout seuls. Je retirai les draps qui masquaient son corps, puis je commençai à lui enlever sa robe froissée par les évènements de la soirée. Elle était belle. Ses formes avantageuses se dessinaient au grès des flammes, et je sentis le désir monter en moi. Rapidement, nous achevâmes de nous déshabiller l'un et l'autre. Nous étions nus, dans ce lit, dans cette chambre. J'étais au-dessus d'elle, et pourtant, un instant, je ne fis rien. Je savourais cette préface. J'aurais pu m'arrêter là, par exemple, la laisser nue et laisser penser que nous avions couché ensemble. Mais à quoi bon se priver du plaisir que j'allais certainement prendre en saisissant ce corps ?

Soudain, je mis mes mains à plat sur le matelas, encadrant son visage. Cet acte sexuel serait déterminant dans ma vie tranquille de petit bourgeois, et lorsque j'entrai en elle, je sus exactement quel mensonge lui serait servi à l'aube. Mais je me rendis compte d'une effroyable chose. Quelques secondes auparavant, elle était encore vierge. A vrai dire, je crois que tout se bouscula dans ma tête, mais seul le désir l'emporta, et j'entamai le mouvement des va et viens habituels. Je n'avais pas vraiment senti autant de plaisir depuis longtemps.

La lueur des bougies dansait sur nos corps dénudés, et leur parfum se mêlait au notre. Crime ou passion ? Peu importe la réponse, dans tous les cas, j'étais le meneur, j'étais le gagnant.

[ J'espère que ça te conviendra ! :) ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mort(e) tragiquement

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 379
♦ Messages : 449
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Méfiez-vous de l'eau qui sommeille ...
♦ Protecteur : Personne
♦ Date d'inscription : 22/07/2010
♦ Age : 25

MessageSujet: Re: Nouvelle soirée, nouvelle rencontre. [ PV Eleanor ]   Jeu 26 Mai - 9:40

Agasthel. Il lui semblait déjà avoir entendu ce nom de famille. Mais elle n’en avait que de très peu de souvenirs. Elle ignorait vraiment pour quelle raison. En tout cas, cela lui disait quelques chose mais elle ne savait pas encore quoi. Elle fronça justement les sourcils pour s’obliger à réfléchir et trouver la réponse à cette solution. Pendant ce temps, elle le regardait faire. Il allumait des bougies mais la duchesse n’avait aucune idée pourquoi il le faisait. Elle ne protesta pas du tout. Elle ne se posa même pas de question lorsque celui-ci se mit au dessus d’elle et sembla même l’obliger à enlever sa chemise. Elle ne comprenait rien du tout. Elle faisait des choses sans vraiment en avoir conscience. Le truc en plus, c’était qu’elle ne s’était jamais encore retrouvée dans une telle situation. Jamais elle n’avait encore déshabillé un homme. Ni un homme ne l’avait déshabillée. Probablement consciente elle aurait su où cela menait, sa mère le lui ayant tout de même raconté un minimum. Mais dans l’état actuel, c’était tout simplement impossible. Pour cette raison, elle continuait tout simplement ses gestes, sans dire quoique ce fût. Elle se laissa faire également. A un moment, elle le regarda dans les yeux avec insistance et force. Pourquoi ? Allez savoir ! Elle n’aurait même pas pu vous le dire. Le lendemain matin elle ne s’en souviendrait pas du tout. De plus, elle ne prit pas peur du tout quand il mit ses mains sur le matelas, autour de son visage, alors qu’en temps normal, elle aurait au moins fermé les yeux. Elle n’avait aucune idée de cette signification. Elle ne se sentait pas comme une proie. Elle planait vraiment et ne pouvait vraiment faire du tout pour se défendre.

Tout d’un coup, elle sentit une étrange sensation qui la transperça. Mais elle ne sut dire si c’était de la douleur ou autre chose. En effet, sa mère lui avait bien expliqué que la première fois était douloureuse. Qu’elle pouvait même saigner. Mais que de toute façon, l’homme ne la brusquerait tout de même pas autant. Le comte Agasthel au contraire était entré en elle sans aucun préliminaire et sans préparer son corps à le recevoir. Et heureusement pour la pauvre duchesse qui ne comprenait même pas ce qui se passait, qu’elle était droguée et inconsciente de la douleur. Néanmoins, son corps réagit tout de même, tout comme son cerveau. Tellement qu’elle souleva la tête en la mettant plus en arrière. En même temps, elle poussa un cri qu’en tant normal elle aurait appelé un gémissement de plaisir. Elle n’entendit même pas sa propre voix. Tout en faisant cela, elle ne se rendit même pas compte qu’elle avait laissé son cou à la merci du comte. Il pouvait en faire tout ce qu’il voulait : baisers, morsures ou autres. Elle bougea simplement sa tête parfois à gauche, parfois à droite. Elle sentait quelque chose en elle mais elle ne pouvait définir vraiment ce que c’était. Cela allait et cela venait. C’était vraiment très étrange comme sensation.

- Humpf

Elle continuait à gémir sans s’arrêter tellement son cerveau réagissait tout seul aux vas et viens du comte en elle. Si elle avait pu avoir d’autres gestes, elle ne les eut pas. Elle ne l’embrassa même pas. Elle ne le caressa même pas. Comme si finalement son cerveau voulut ce plaisir mais d’une façon plutôt égoïste. Ou qu’il ne souhaitait pas que sa propriétaire dépassât certaines autres limites, mais en même temps il s’était résigné face à ce qui se passait. Puis, de toute façon, lui non plus ne l’embrassait pas ni ne la caressait. Pour l’instant. Comme s’il se concentrait que sur son plaisir, tout aussi égoïste que la duchesse. Mais de cela, elle n’en avait aucune idée et ne se posait aucune question. Qui savait, peut-être finirait-il par devenir moins brutal, beaucoup plus doux. De toute façon rien ne la préoccupait et elle n’en avait pas grand-chose à faire. Elle n’y faisait pas du tout attention. Elle continuait à planer, toujours sous l’emprise de la drogue.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 390
♦ Messages : 58
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Le plus beau, le plus gentil, le plus tout : Moi.
♦ Date d'inscription : 22/02/2011
♦ Age : 23

MessageSujet: Re: Nouvelle soirée, nouvelle rencontre. [ PV Eleanor ]   Jeu 26 Mai - 13:01

Hah oui ! J'avais été un vrai sauvage avec cette duchesse. Pas question d'être un gentleman. J'allais lui montrer ce qu'était la vie à cette petite ! Si j'avais eu un regard extérieur, je me serais sûrement auto-dégouté. Mais j'éprouvais tellement de plaisir, à me retrouver là, à me décharger dans ce corps inerte et consentent. Je me mordis la lèvre inférieure. J'avais l'impression que la faible lueur des bougies qui dansait sur moi provenait du feu qui m'habitait. Et puis, et puis petit à petit, au bout de plusieurs minutes, je sentis cette flamme s'apaiser, sans pour autant diminuer. J'avais pris le corps de la demoiselle. Et celle-ci m'offrait encore son cou. Un instant, je la regardai. Ses cheveux bleus frisotaient à cause de la sueur qui perlait à son front. Elle semblait éteinte et radieuse. Délicatement, je baisai cette gorge nue et exposée. Lorsque mes lèvres entrèrent en contact avec cette peau réchauffée, je sentis un frisson croître le long de mon corps. Je fermai les yeux, prolongeant ce contact si doux, et une étrange sensation m'envahit. Il me sembla que j'étais amoureux. C'était réellement bizarre.

Je crois que je n'avais jamais aimé qui que ce soit. Alors je n'étais pas vraiment sûr qu'il s'agisse vraiment d'amour. Mais je n'avais plus envie de lui faire de mal. Je n'avais plus envie de la posséder sans oser la regarder. Peut-être était-ce dû à la rapidité avec laquelle j'avais effectué cet acte sexuel ? Peut-être que l'ardeur provoquée par la senteur de ces bougies diminuait. A cet instant, je sus que j'étais perdu. Mes lèvres errèrent quelques secondes sur ce cou, puis trouvèrent celles de la Duchesse. Je l'embrassai alors, tout en entortillant une mèche de ses cheveux autour de mon index. Lorsque je cessai de la baiser, je plongeai mon regard dans le sien. Je n'y voyais pas grand chose. Je crois que j'aurais été rassuré si j'y avais vu de l'ardeur, de la passion ou quelque chose comme cela. Mais je n'y voyais rien. La drogue avait certainement un rôle à jouer dans cette histoire.

Je fus triste. Je me détournai ce visage et de ce corps que j'avais souillé de ma sauvagerie. Je m'allongeai, fatigué, à la droite de la Duchesse. J'avais remonté les draps pour couvrir la demoiselle et moi-même. J'expirai profondément afin de canaliser mes pensées. J'avais été abject. Pourquoi ? Je l'avais manipulée, droguée à deux reprises et violée. Qu'étais-je sinon un monstre ? Mais avec un certain sourire en coin, je songeai que j'avais vraiment pris plaisir à coucher avec elle, et que si elle avait été éveillée, cela aurait été encore meilleur. Je finis par m'endormir, et je crois que la Duchesse aussi.

Je m'éveillai à l'aube. Ma victime dormait toujours. Tant mieux. Je m'empressai de faire ma toilette, pendant qu'Isthmaël préparait un petit déjeuner. En revenant dans la chambre, frais comme un gardon, je vis qu'il y avait du sang sur les draps. En fronçant les sourcils, je me dis que j'aurais au moins pu prendre le temps des préliminaires... Enfin là n'était plus la question. Je retirai les draps apparents pour les remplacer par une couverture. Elle ne remarquerait pas de suite qu'elle avait saigné. Toutefois, je ne savais pas du tout si elle sentirait une différence en elle, avant et après cette nuit. Enfin, je fis appeler Marie, ma servante, pour qu'elle trouve la plus belle robe du manoir et l'apporte dans la chambre. Je m'assis sur un fauteuil, attendant que ce petit ange s'éveille. J'étais refroidi désormais. Mon premier mot envers cette femme serait un mensonge, je le savais. Mais je n'allais pas salir ma réputation par une vérité bien trop sombre. Je lui dirai qu'elle m'avait surpris, en m'attirant près d'elle et en m'embrassant, puis qu'elle avait voulu coucher avec moi, me criant son désir. Elle avait arraché ses vêtements. Ah oui ! Je me levai et entrepris de déchirer sa magnifique robe. Puis je continuais à imaginer : elle m'avait pris contre elle, et je m'étais senti, moi aussi, épris de désir. Nous avions couché ensemble, mais je me suis alors dit que ce changement d'état d'esprit devait être dû au coup. J'avais tenté de me dégager, d'arrêter l'acte sexuel, mais elle avait insisté, et finalement...

Elle s'éveillait. Je fis mine de ramasser les vêtements, déçu qu'on abîme une aussi jolie robe. Je lui tournais le dos, rassemblant dans l'ordre chaque instant clef du mensonge. Voilà. J'étais prêt à lui faire face...

[ Pas de soucis :) On abrège un peu^^ ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mort(e) tragiquement

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 379
♦ Messages : 449
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Méfiez-vous de l'eau qui sommeille ...
♦ Protecteur : Personne
♦ Date d'inscription : 22/07/2010
♦ Age : 25

MessageSujet: Re: Nouvelle soirée, nouvelle rencontre. [ PV Eleanor ]   Jeu 26 Mai - 20:52

Ses baisers dans le cou la firent tout de suite frissonner. Une nouvelle sensation forte la traversa. Cette fois-ci, ce ne fut qu’un plaisir, pas de douleur. Comme celle lorsqu’elle était proche d’un homme ou quand elle avait embrassé Zacharias. Bien sûr, de toute façon elle n’était pas consciente et de telles pensées ne lui vinrent même pas à l’esprit. Elle ne réagissait que très peu, comme si elle prenait du plaisir en silence. Mais alors à ce moment même où il l’embrassa, cette fois-ci sur les lèvres, elle agrippa son dos de ses mains et amena son corps contre le sien. Aucune idée d’un tel comportement. L’inconscience jouait toujours des tours. Et elle ne pouvait pas se contrôler, malheureusement. Elle lui avait même presque enfoncé ses ongles dans la peau du pauvre dos. Peut-être en garderait-il des marques du moins le lendemain. Elle n’avait pas idée de sa force et donc de la manière dont elle le tenait. Douce ou pas. Eleanor ferma les yeux et poussa un dernier long gémissement quand elle commença à trembler en ressentant un plaisir énorme. En temps normal, elle aurait été ravie et ce plaisir aurait eu une grande importance pour elle. A ce moment, bien au contraire, elle l’avait certes ressentie mais derrière, elle ne montra aucun signe de bonheur et de contentement. Elle était bien trop droguée pour cela. Elle ne se sentait même pas souffler comme une malade. Sa respiration était rapide et son cœur battait la chamade. Elle avait chaud. Mais elle ne le savait pas. Quand elle ouvrit ses yeux et qu’elle fixait ceux du comte – dont elle ne reconnaissait même pas la tête, encore moins que tout à l’heure à son réveil – ils étaient vides. Aucune expression. Aucun sentiment. Rien. Elle était simplement dans un état second et ce n’était pas de cette manière-là qu’elle montrerait tout ce qu’elle ressentait à cet instant-même.

Elle vit bouger et se mettre à sa droite. Mais elle n’eut aucune réaction. Elle ne bougea même pas sa tête pour le regarder ou tout simplement pour sourire. Elle ne parlait pas. Ses yeux ne voyaient plus que le plafond de la chambre. Mais elle sentit le drap qui remontait sur elle et elle en tressaillit. Tellement qu’elle tourna la tête enfin pour voir ce qu’il faisait. Elle commença à avoir la tête qui tournait doucement et la fatigue s’installa rapidement en elle. Elle ferma les yeux et s’endormit avec une rapidité qui ne lui était pas connue depuis bien des mois, finalement.

Le lendemain, quand elle ouvrit légèrement les yeux, elle était à nouveau consciente. Un mal de crâne impossible lui tenaillait la tête et elle ne comprenait pas du tout la raison pour laquelle elle avait aussi mal. Elle ouvrit complètement les yeux pour se rendre compte finalement qu’elle ne reconnaissait pas du tout l’endroit. Elle n’était pas chez elle. Mais où était-elle ? Cette chambre lui était vraiment inconnue. Tout comme cet homme qui se tenait près du lit, lui tournant le dos. Elle ignorait d’ailleurs ce qu’il faisait et était bien curieuse. Enfin elle remarqua sa nudité. Elle en poussa même un petit cri. Elle, nue ? Dans un endroit inconnu, avec un inconnu. Quelque chose d’étrange s’était déroulée la nuit dernière. Pourtant elle n’avait aucune idée de ce que cela pouvait bien être. Elle se souvenait de la soirée mais elle pensait être rentrée chez elle à la fin. Ce n’était visiblement pas du tout le cas. Elle fut plus que surprise. Elle n’aurait jamais fait une telle chose. Elle n’aurait même pas accepté de rentrer dans la maison d’un inconnu de la sorte. Il fallait bien connaître la personne avant. Un peu perdue, elle ne savait pas vraiment comment réagir. Que faire dans une telle situation ? L’homme sembla vouloir se retourner pour lui faire face. Elle eut honte de sa nudité à tel point qu’elle s’assit en une fraction de seconde et se couvrit avec les draps. Elle rougit. Mais en même temps, elle ressentit une douleur qu’elle n’avait encore jamais eu auparavant. Elle grimaça un instant. Cela ne pouvait être ses règles, ce n’était pas la période pourtant. Mais à bien y réfléchir, ce n’était pas le bas ventre. C’était encore plus bas. Entre ses jambes. Elle regarda alors l’homme avec une certaine peur et honte dans les yeux. Non, ce n’était pas possible !

- Où suis-je ? Que m’avez-vous fait ?

Vous. Non, il était impossible qu’elle eût fait quoique ce fût. Elle n’était pas ce genre de femme. Elle n’avait pas été éduquée de la sorte. Elle n’avait pas pu. Elle … n’aurait jamais trompé Zacharias. Surtout pas en le décidant elle-même. Elle n’y croyait pas. D’ailleurs, elle vit tout de suite sa belle robe toute déchirée et en poussa un cri énorme. Presque à déchirer les tympans. Ce n’était pas possible ! Cela devait être un mauvais rêve …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 390
♦ Messages : 58
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Le plus beau, le plus gentil, le plus tout : Moi.
♦ Date d'inscription : 22/02/2011
♦ Age : 23

MessageSujet: Re: Nouvelle soirée, nouvelle rencontre. [ PV Eleanor ]   Dim 5 Juin - 16:12

Je savais mon attitude parfaite. Alors que je passais une main dans mes cheveux encore humides, mes joues rougissaient quelque peu. Ma lèvre inférieure se retrouvait dans le même temps mordillée entre mes dents. Oui, j'avais l'air vraiment gêné. Je fis un pas en avant, tenant toujours les lambeaux de tissu dans ma main droite. Moi voix fut même hésitante. Oui, tout était parfait :

" Hum... C'est assez gênant. Je crois m'être rendu compte trop tard de ce qu'il s'était passé. "

Le silence. La dramatisation. Oui, le dialogue est un art, c'est même un art de vivre. Je poursuivis, de plus en plus gêné, sentant le sang battre mes joues :

" Vous vous êtes évanouie hier soir. Personne ne faisait quoi que ce soit pour vous réanimer ou vous ramener chez vous. J'ai décidé de le faire moi-même, mais... Je ne connaissais pas votre adresse, et il m'a semblé... que les convives ne me la donneraient jamais... Je vous ai donc ramenée ici, et j'ai fait venir un médecin. Vous aviez la fièvre. Il m'a dit que vous aviez sans doute fait une réaction allergique à l'un des gâteaux, et qu'il vous fallait du repos. J'ai tenu personnellement à vous veiller, une fois le docteur parti. Et puis, vous vous êtes réveillée. Je vous ai apporté un verre d'eau... "

Là dessus, je repassai ma main dans mes cheveux, mordillant plus encore ma lèvre inférieure. Puis je repris, plus bas :

" ... Je ne sais ce qu'il vous a pris. Vous m'avez embrassé et dit des choses assez... gênantes... Je... "


Je me raclai la gorge, et puis je poursuivis, tellement gêné que je n'osais la regarder :

" Vous m'avez exprimé votre désir de... de coucher avec moi. Je vous ai repoussé, mais vous étiez si... enfin vous avez même déchiré votre jolie robe. Je ne savais que faire. Alors je... j'ai moi aussi... succombé au désir. "


Nouveau silence. Quatre secondes. Je repris :

" Mais au matin, j'ai beaucoup réfléchi, et les regrets se sont emparés de mon esprit. Vous étiez fiévreuse, c'est la maladie qui vous a mise dans cet état, et j'aurais du davantage résister à ... cette attitude... Je vous pris de pardonner mon manque de maturité que j'ai eu dans cette situation. "

Cette dernière phrase, je l'avais prononcée en la regardant droit dans les yeux. Oui, je devais être sincère. Je l'étais, à vrai dire. Maintenant, comment allait-elle réagir ? J'espérais qu'en sachant qu'elle m'avait déjà désiré une fois, elle aurait l'envie de recommencer, et de m'aimer. La pauvre jeune femme avait l'air désemparé. Je reconnais qu'à cet instant, j'aurais aimé la prendre dans mes bras, oui. Mais je restai là, cette robe déchirée, beauté lacérée entre mes doigts, et mes yeux qui se plongeaient dans celui, qui m'apparaissait désespéré, de la Duchesse. Je crois qu'au bout de quelques secondes, je ne tins plus. Il me fallait un mouvement. J'allai ouvrir la fenêtre, laissant une bouffée d'air frais entrer dans la pièce encore chaude et poisseuse de cette nuit. Je fixai le jardin. La rosée faisait briller l'herbe. Une bonne journée s'annonçait. Peut-être était-ce ma chance ? Elle ne pouvait refuser un parti avenant comme le mien, étant donné sa situation. Aucun duc ne voudrait d'elle. Moi, même si je n'étais qu'un comte, je lui permettrai d'accéder au pouvoir. Et puis, j'avais bien eu l'impression de l'avoir comblée cette nuit, bien que j'ai eu peu d'égard pour la délicatesse...

Je lui fis de nouveau face. Il me sembla qu'elle voulut me parler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mort(e) tragiquement

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 379
♦ Messages : 449
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Méfiez-vous de l'eau qui sommeille ...
♦ Protecteur : Personne
♦ Date d'inscription : 22/07/2010
♦ Age : 25

MessageSujet: Re: Nouvelle soirée, nouvelle rencontre. [ PV Eleanor ]   Lun 6 Juin - 15:25

Elle ? Commettre un tel crime ? Une telle chose ? Elle n’aurait certainement pas dit que c’était dégoûtant car il y avait déjà pensé avec l’homme qu’elle aimerait, l’homme de sa vie. Mais surtout pas avec un inconnu. Puis même sous une fièvre lancinante comme pas possible elle n’aurait jamais agi de la sorte. Elle ne comprenait vraiment plus rien du tout. Le pire c’était qu’elle ne savait pas comment elle devait se comporter, comment réagir, que dire. Elle ignorait totalement si elle pouvait croire ce qu’il disait. Tout cela lui paraissait n’être que des mensonges. Pourtant quand elle essaya de plonger son regard dans le drap pour réfléchir, elle ne se heurtait qu’à un mal de tête horrible. Comme si sa tête était sciée en deux sans cesse. C’était horrible. Elle tentait de se souvenir. Aucun moyen. Rien ne lui revenait. Quelques bribes de la soirée organisée chez la noble mais plus la suite. Alors devait-elle avaler les paroles du comte ? L’idée vint alors à son esprit. Comme elle arrivait à entendre certaines pensées des personnes sans même pouvoir le contrôler, elle se dit qu’elle pouvait probablement y parvenir si elle forçait son esprit à le faire. Elle se concentra assez pour tenter vraiment d’extraire les réelles pensées de cet homme. Mais tout ce qui lui venait, c’était le mal de crâne dont elle ne pouvait se débarrasser. Cela la dérangeait énormément et elle ne réussit même pas à avoir une seule pensée quelque ce fût. Heureusement que cet homme ne savait pas du tout qu’elle en était capable.

Des excuses. Il lui présentait ses excuses ainsi que ses regrets pour tout ce qui s’était déroulé. Non, ce n’était vraiment pas possible. Malgré tout, Eleanor trouvait cela de plus en plus étrange. Etait-elle victime d’un coup monté ? Possible. Il ne devait pas y avoir d’autres explications. Le comte lui avait forcément fait quelque chose. Leur rencontre n’avait pas été hasardeuse. Il avait tout prévu. Elle le poignarda du regard. Quoiqu’elle pensât, de toute façon, elle ne le lui pardonnerait pas. Même s’il disait la vérité, elle resterait de marbre. Elle ne le connaissait pas du tout mais elle en était sûre et certaine qu’elle le détestait plus que tout au monde. Cet homme avait profité d’elle pendant qu’elle était dans un état incontrôlable. Que ce fût à cause d’elle ou de lui. Peu lui importait à cet instant. Mais quand elle y réfléchit encore plus profondément, elle se rendit compte que désormais elle n’était plus vierge. Que sa première fois, elle ne s’en souvenait même pas. Et que cela avait été avec l’homme qu’elle haïssait et un parfait inconnu à l’instant de l’acte. Cela la frustrait, la dégoûtait m ais la rendait également bien triste. Tout ce dont elle avait rêvé suite aux récits magnifiques de sa mère, tout s’était désormais envolé. La prochaine fois, elle en était persuadée, même si elle serait consciente, ce ne serait plus la même chose. Elle ne ressentirait probablement pas les mêmes choses. Cet homme avait tout ruiné. Les rêves, les imaginations, les fantasmes d’une pauvre vierge qui n’avait rien demandé à personne et qui attendait sagement son tour avec celui qu’elle aimerait. Elle les sentit. Les larmes qui lui montèrent aux yeux et qui coulèrent sur ses joues instantanément. Elle pleura. Croire ou ne pas croire, telle était la question. Elle se leva malgré la douleur qu’elle ressentait entre les jambes et même si elle était nue, elle ne s’en préoccupa même pas. Elle s’avança vers l’homme.

- Vous n’êtes qu’un monstre, cria-t-elle, bien en colère mais les joues baignées de larmes. Je vous hais ! Disparaissez de ma vue à jamais !!

Elle le gifla. En plus sa robe était déchirée. Elle ne pouvait donc pas s’habiller. Elle remarqua quand même une robe sur un des fauteuils et elle s’imagina que cela devait être pour elle. Sinon, tant pis. Elle la prit avec une énorme rapidité avant de l’enfiler. Elle se tourna enfin vers le comte pour plonger une dernière fois son regard plein de haine, de colère et de tristesse dans celui du jeune homme. Elle disparut ensuite de la chambre et courut pour sortir de cette maison le plus vite possible. Elle ne voulait plus le voir, ni lui parler. Elle se débrouillerait toute seule pour rentrer, même s’il s’avérait qu’elle ne connaissait pas l’endroit. Elle arriverait par rentrer chez elle. Et une fois cela de fait, elle enlèvera la robe le plus vite possible et demandera au cuisinier de la brûler. Afin de l’oublier à jamais. Afin d’enfuir au plus profond de son cœur et de son esprit ce qui s’était déroulé. Pour ne plus jamais devoir y penser …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nouvelle soirée, nouvelle rencontre. [ PV Eleanor ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nouvelle soirée, nouvelle rencontre. [ PV Eleanor ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ѧ Quartier Magna Ѧ :: Résidences-