Partagez | 
 

 Allez, aide-moi à chopper la grosse baleine ! [ PV Iraïd ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 390
♦ Messages : 58
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Le plus beau, le plus gentil, le plus tout : Moi.
♦ Date d'inscription : 22/02/2011
♦ Age : 23

MessageSujet: Allez, aide-moi à chopper la grosse baleine ! [ PV Iraïd ]   Sam 5 Mar - 22:24

Les invités déambulaient entre les différentes salles du manoir. Il devait y avoir une centaine, voir un peu plus, de personnes. La moitié était constituée d'étrangers, dont la plupart venaient de Khini Lao. C'est pour cette raison que j'avais été convié. Dans mon départ précipité, j'étais tout de même parvenu à laisser derrière moi une réputation d'acteur accompli. Et puis, et puis, une fête sans le Comte d'Agasthel est une fête ratée ! Tout le monde sait ça à Ishtar. Cependant, j'avais un très gros problème. Si les nobles du coin me connaissaient, moi, je ne réussissais pas à retenir plus de dix noms en une semaine ! Ainsi, il m'était impossible de me souvenir de l'hôte à qui appartenait cette grande demeure. Comtesse Amélia quelque chose... J'allais bien finir par retrouver ce nom en écoutant les conversations ça et là !

Je me mis, moi aussi, à parcourir les différents salons, un verre rempli d'alcool doux à la main. Je tâchais de ne point renverser le liquide sur ma nouvelle tenue. C'était une belle veste rouge foncée, avec des épaulettes dorées et un pantalon assorti. Le tout nef du matin-même. Hors-de-question de la détériorer ce soir ! Et j'évitais ainsi les petits groupes de nobles, attiré par un quatrième salon, duquel provenait une musique vive et entrainante. Oh ! Il allait être joué une danse de cour, parfait ! Déposant mon verre vide à l'approche d'un domestique, et me saisissant d'un autre, je me rendis à ce quatrième salon. La pièce devait être ordinairement sobre, mais avait apparemment était décorée pour l'occasion. Quelques bouquets, des bougies et hop ! Le tour était joué. C'était un point que je devais conserver pour les réceptions que j'organiserai plus tard. Quelques couples dansaient au rythme d'une valse. Me calant contre un mur, j'observai un peu la scène avant de me jeter corps et âme dans la prochaine danse. Impossible de reconnaître l'hôte des lieux. Mes yeux se brouillaient de larmes. C'était sûrement du à la fumée de la salle précédente, dans laquelle certains nobles fumaient des herbes de qualité, plus ou moins hallucinogènes. Mes yeux étaient sensibles à cela. Merde ! J'aurais du y penser. Le temps cela passe, je portai mon verre à mes lèvres.

A ma droite, un petit groupe, composé de cinq hommes discutaient bruyamment. Il était question d'un pari et de l'héritage du "gros Bouvillard". Sûrement un grand dans le coin. Il faudrait que je me renseigne sur lui. A ma gauche était disposé un petit buffet. Parfait ! Je vidai mon verre d'une traite et le posai sur la table. Soudain, une grosse femme, âgée et surchargée de maquillage obstrua ma vue. Avec ses vêtements bleus marines, elle me fit penser à une sorte de baleine, à l'aise ici, parmi ses convives, comme un poisson dans l'eau. Il s'agissait sûrement de la Comtesse. J'allai me diriger vers elle, lorsque je m'interrompis. J'avais encore oublié son prénom. Une idée lumineuse vint alors me tirer de cette situation. D'un pas sûr, je m'élançai dans la direction des musiciens. Il y en avait un qui sortait de l'ordinaire, avec ses longs cheveux roux.

" Dîtes-moi, mon ami. Je vous propose un petit jeu. Si vous répondez à ma question, je vous rapporte à boire. Alors, ca vous tente ? "

La boisson était l'appât par excellence pour compromettre un artiste.Un sourire chaleureux vint se peindre sur mes lèvres, et mes yeux pétillèrent de mon ingéniosité. Je devais avoir l'air sensiblement saoul, afin que ma question, certainement stupide à ses yeux, puisse sortir de ma bouche naturellement. Alors je souriais bêtement, espérant au fond de moi qu'il pourrait me permettre d'approcher la grosse baleine. Mais alors que le musicien choisissait sa réponse, je l'observais. Il était un curieux personnage. Pas seulement à cause de ses cheveux rougeâtres, mais il avait également un air très intelligent, l'air de ceux qui réfléchissent et interprètent. Sans doute était-ce dû à son regard brillant et quelque peu calculateur. Cependant, cela ne s'accordait pas avec ses vêtements amples. Curieux, vraiment, curieux personnage. Enfin, il allait me répondre, et je cessai immédiatement de l'observer de mon visage niais.

[ J'espère que ça ira :) ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
₳ Philosophe ₳

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 285
♦ Messages : 310
♦ Âge du perso' : 28
♦ Fiche : Laissez libre court à d'autres idées...
♦ Protecteur : La terre que vous avez sous les pieds ...
♦ Date d'inscription : 16/02/2011
♦ Age : 24

MessageSujet: Re: Allez, aide-moi à chopper la grosse baleine ! [ PV Iraïd ]   Lun 7 Mar - 19:31

Une réception ... à peu près comme toutes les autres réceptions nobles données pour on-ne-sait-quel-occasion, mais où l'on se présente quand même. Malgré ce que l'on ne connaisse pas non plus la raison de notre venue. Enfin si, Iraïd connaissait le pourquoi. Lui et d'autres compères musiciens devaient faire la musique de chambre pour des ducs, marquis, comtes et autres titres de noblesse trop long à énumérer. Bon, le philosophe n'allait pas s'en plaindre, cela payait formidablement bien. Et il pouvait toujours manger à sa faim puisque personne ne le remarque ici ... tous ces lapins bourgeois habillés de vêtements lustrés qui les étrangles ne le considéraient que comme un meuble faisant du son, aussi doux aux oreilles soit-il. Ce qui lui permettait grand bien des choses. Et puis, il pouvait discuter avec les domestiques, qui sont les personnes les plus au courant de ce qu'il se passe ici, pour récolter des dires intéressants qui pourraient lui servir...

Mais pour l'instant musique! Sa salle où il était, était somptueusement éclairé par des bougies dont les oscillations des flammes faisaient danser les ombres des convives. Sans oublier le jeu de miroir avec la lumière pour la faire paraitre encore plus grande qu'elle ne l'était. La salle de danse par excellence. Le rouquin avait dû laisser son manteau et son écharpe, cependant il portait quand même un nombre de couche de vêtement remonter au niveau de ces coudes pour ne pas gêner ses mouvements. Bien que des manches cintrées alla le couvrir jusqu'aux jointures... Il baladait ses doigts sur le manche de Lucy par automatique, perdu dans ses pensées. Son éternel sourire aux lèvres, il regarda de temps en temps les personnes danser sous les tempos du quadrille jouer. Puis repartis dans sa contemplation du sol devant lui, les yeux dans le vide. Le philosophe n'aimait pas vraiment ce genre de fête, trop bruyant, où les vapeurs d'opium, certes de très bonne qualité sortaient des salles adjacentes. Puis il préférait cent fois les habitants moyens de la ville, aux cannes laqués de maquillage et leurs maris parfumés. Ils étaient moins corrompus par le pouvoir et l'argent et moins centrés sur eux-même.

Enfin, des pieds rentra dans son champ de vision et une voix sembla s'adresser à lui. Iraïd releva la tête, clignant légèrement des yeux pour restaurer des pensées actuelles. C'était un homme à l'allure noble, assez jeune. Sa veste rouge montrait qu'il avait une certaine somme d'argent. Assez pour se payer cette couleur venant du corail si chère que tous les bourges ne pouvait se le permettre. Des cheveux fins et taillés précisément. Il faisait attention à son apparence. Il lui demanda un service ? Pourquoi on lui demandait un service à lui ? Cela titilla sa curiosité. Surtout que ce jeune homme ne ressemblait pas tout à fait à ses semblables, il avait une lueur subtile au fond du regard. Le verre passera après, Iraïd n'était pas vraiment quelqu'un de matériel - non, Lucy n'est pas un objet ... Il préférait la gymnastique d'esprit que de finir sans pouvoir tenir debout. Et puis un jeu ... Cela avait quelques choses d'intéressants.

- Oui .. Qu'est-ce que je peux faire ?

Le philosophe garda son sourire amusé en regardant le jeune aristo'. Il essaya de deviner ce qu'il souhaitait. Ses mains se baladaient toujours sur les cordes, continuant son morceau. Le rouquin devait au moins finir celui là. Ses compères musiciens s'échangèrent un regard, mais ne ce manifesta pas. Habituellement on venait les voir pour jouer telle ou telle danse. Mais cela étonnerait un peu Ira que le jeune noble lui demande une telle chose. Il n'était pas tellement le genre à ne faire que danser de toute la nuit ... quoique, on n'est jamais sur de rien. Mais attendons et écoutons ce que ce jeune homme a à dire ! Il n'avait pas toujours besoin de concentration pour jouer, surtout cette danse connue. Le Musicien connaissait les doigtées par coeur ... attentif, il écouta donc ce que la personne en face de lui; souhaitait de lui. Ce demandant de quoi cela pouvait bien s'agir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 390
♦ Messages : 58
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Le plus beau, le plus gentil, le plus tout : Moi.
♦ Date d'inscription : 22/02/2011
♦ Age : 23

MessageSujet: Re: Allez, aide-moi à chopper la grosse baleine ! [ PV Iraïd ]   Mer 9 Mar - 8:26

Et le musicien continuait à jouer, ses doigts évoluant toujours sur son instrument avec autant de fluidité. Ses compagnons avaient jeté un regard inquisiteur dans notre direction, mais je ne l'avais pas relevé. Ils avaient donc continué d'exercer leur métier. Mes yeux se déplacèrent dans toute la salle. La grosse baleine riait d'une voix forte avec ses amies de tout à l'heure et quelques nobles de plus. Les serveurs déambulaient adroitement entre les groupes attardés à discuter, et il y avait deux fois plus de couples dansant sur la piste. Il me fallait en revenir à mon intriguant interlocuteur. M'avait-il entendu ? Certainement, puisqu'il commençait à me répondre. Mon visage s'éclaira sans doute un peu trop vite, et je répondis rapidement :

" J'ai une question piège. "

Puis je me souvins qu'il me fallait conserver mon aspect bourré, alors je repris, assez lentement pour que ça ait l'air naturel, un regard vague et un sourire amusé.

" Qui est à l'origine de cette réception ? "

Et perdant légèrement l'équilibre, j'en profitai pour me pencher vers le rouquin pour ajouter :

" Si vous répondez correctement, je boirai avec vous toute la soirée ! "


Il est bien connu que les musiciens sont tous des alcooliques sans amis. Enfin si je restais avec lui toute la soirée, je pourrais en savoir davantage sur les potins du moment. S'il n'était pas domestique, il devait au moins être itinérant, et aller de maison d'aristocrate en maison bourgeoise. Et cela valait mieux qu'une espèce de grosse baleine très mal maquillée. J'irai lui présenter mes hommages en fin de soirée, afin que mon nouvel associé ne puisse faire le lien entre ma question et mes intentions. Cela valait mieux. Oui, j'avais mis au point un plan stratégique avancé, qui me vaudrait certainement un grand nombre d'informations. Fier de moi, mon sourire étira un peu plus le coin de mes lèvres. Le menton haut, j'attendais la réponse du jeune musicien qui ne cessait de jouer. Comment s'appelait cet instrument ? Ah oui ! Luth. C'était un bel instrument, même pour quelqu'un comme moi qui n'y connait rien. Il était relativement grand, de bois relativement clair. Des arabesques étaient peintes avec une finesse et une précision qui rendaient l'instrument très joli. Pour en avoir vu quelques-uns, je pouvais affirmer que celui-ci était particulier. Mais peut-être était-ce dû à la manière dont son propriétaire le tenait ? Il semblait apporter une affection presque troublante à son instrument. Comment un père tiendrait son enfant, ou un mari sa femme, ses bras l'encadraient afin de le protéger. Cet homme n'avait certainement pas d'autres amis que son luth. S'il était itinérant, cela se comprenait. Peut-être était-il allé au Khini Lao. Ah ! Je lui poserai la question lorsqu'il aurait assez bu et que sa langue se serait assez déliée. Finalement, cette soirée serait plus intéressante que prévu.

Mais un mouvement au niveau du visage du rouquin interrompit mes réflexions. Je dégageai mon regard du bel instrument pour le fixer dans les yeux de mon interlocuteur. Il me répondait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
₳ Philosophe ₳

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 285
♦ Messages : 310
♦ Âge du perso' : 28
♦ Fiche : Laissez libre court à d'autres idées...
♦ Protecteur : La terre que vous avez sous les pieds ...
♦ Date d'inscription : 16/02/2011
♦ Age : 24

MessageSujet: Re: Allez, aide-moi à chopper la grosse baleine ! [ PV Iraïd ]   Sam 12 Mar - 12:43

Seulement quelques notes, pas particulièrement faible, elle devait résonner dans toute la salle et s'accorder avec les autres instruments à sa droite. Mais, pas forte non plus de telle sorte à ce que le musicien puisse parfaitement entendre. Malgré le fait qu'il soit complètement entouré de son plus ou moins aigus ... êtes vous déjà posez à côté d'un orchestre aussi petit soit-il? Souvent, nous nous retrouvons avec les tympans qui vibrent ... Enfin Iraïd était habitué et arrivait à « canaliser » les paroles pour les entendre. Mais nous en étions pas là ...

Le jeune homme continua ces dires, parlant d'une question piège. Cela fit légèrement hausser le sourcil du philosophe, se demandant de quoi cela pouvait s'agir. Est-ce qu'il allait lui proposer un pari ou ce genre de choses ? Ou alors un quelconque jeu dont affriolait les nobles ... Il avait l'air certes jeune face à Ira - qui ne fait pas très vieux non plus - et semblait être plus douée de sa cervelle que les autres personnes présentes. Cependant, cela n'excluait pas le fait qu'il était un noble ... Et pour le rouquin, la bourgeoisie était une des catégories de personnes auquels il fallait le plus se méfier.

Et le philosophe était donc prudent, malheureusement pour lui ou heureusement pour l'aristocrate, il fut surpris. C'est sûr qu'il ne s'attendait pas à une question aussi simple. Tellement qu'il se demanda qu'il n'y avait pas quelques choses derrières. A moins que Iraïd réfléchissait trop et il lui demandait juste, pauvre musicien complètement dépareillé de cette réception, qu'il était. La personne qui avait organisé cette soirée. C'est vrai que sur tout le monde, qu'il y avait ici, c'est sur lui qu'il fallait que ça tombe... Quoique le jeune bourge avait peut-être honte de ne plus savoir le pourquoi de sa question qu'il alla la demander au seul être humain qui n'avait l'air de ne pas être vraiment à sa place. Sauf qu'il n'avait pas vraiment la tête pour ... Du coup, il répondit sur le même ton, avec le pourcentage d'alcool en moins. Tiens c'est peut-être à cause de ça ... L'alcool ...

- Comtesse Amélia ...?


Ce n'était pas vraiment pas ce qu'il doutait, mais là, le jeune homme l'avait déconcerté. Cela le surpris tellement qu'il n'à y avait pas quelques choses derrières cette question qu'il ne fit pas attention à la perte d'équilibre du jeune homme. Et à moitié de sa phrase. Non enfaite, il n'entendit que la fin de la phrase ... ' avec vous toute la soirée! ' hein? Pardon? Son regard tomba sur le verre. A oui boire ... très bien! Vu l'état de sobriété du jeune comte. Ira pourrait vacillement le questionner sur des choses et d'autres sans que celui-ci se rendre compte le lendemain. La discrétion était une vertu pour le philosophe. Moins on le remarquait, mieux c'était pour sa personne.

Encore quelques sonorités et il aplatit délicatement les cordes de Lucy de sa paume. Le rouquin avait fini de jouer, au moins pour un moment. Les futures danses ne se prêtaient pas à son instrument. Il avait donc un peu de temps devant lui. C'était exactement ce qu'il avait besoin. De son éternel sourire doux et d'un revers de main il salua les quelques musiciens qui rentraient le remplacer et se retourna vers son interlocuteur. Lui, la comédie n'était pas son point fort, mais il savait écouter et deviner ce que l'on a envie d'entendre. Et surtout, assez bien se faire voir. Et oui, il ne serait pas à une réception comme celle-ci sinon. Certes pourtant ces plus beaux vêtements de voyage, mais présent tout de même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 390
♦ Messages : 58
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Le plus beau, le plus gentil, le plus tout : Moi.
♦ Date d'inscription : 22/02/2011
♦ Age : 23

MessageSujet: Re: Allez, aide-moi à chopper la grosse baleine ! [ PV Iraïd ]   Lun 14 Mar - 19:04

Comtesse Amélia. Ha oui ! C'était bien ce qui'l me semblait. Bon maintenant que mon problème numéro un était réglé, tout était parfait. Penchant la tête sur le côté, un sourire étirant mes lèvres, je décroisai mes bras et me penchai légèrement vers le jeune musicien. J'avais l'air ravi.

" Mes félicitations ! Vous avez gagné votre consommation gratuite pour toute la nuit. Je suis votre homme, mon bon monsieur. "

Je fis alors demi-tour avec souplesse, laissant mon parfum provenant de Khini Lao se propager à la suite de mon mouvement. J'inspirai profondément et me dirigeai vers la table de buffet. Dans mon chemin, il y avait un groupe de comtes et juste derrière... Mon œil étincela. C'était la comtesse Amélia. J'assurai ma démarche et humidifiai mes lèvres. Cela serait parfait ce soir. La laide femme parlait avec des ducs. Mon cœur fit un bond dans ma poitrine et manqua un battement. Des Ducs ! Oh la la ! Il me fallait absolument faire bonne impression. Encore cinq pas. Voilà j'étais devant eux. Trois duchesses, deux comtesses et deux ducs. Merveilleux. Arborant mon sourire le plus charmeur, et m'inclinant légèrement, je saluai la plus horrible des femmes avec élégance :

" Ma très chère Amélia. Toujours aussi ravissante. "


Oui, je l'avais déjà vu une fois, et je pouvais me permettre d'employer son nom sans la présence de son rang. Je fléchis un peu les genoux et lui baisai la main. Elle sentait ces crèmes qui rendent la peau plus grasse parce qu'elles ne pénètrent pas. Ignoble. En me redressant, je humai discrètement le col de ma veste afin de retrouver la senteur de mon parfum. Puis je poursuivis d'une voix claire, et d'un ton joyeux :

" Cette petite fête est merveilleuse, mon amie. Mais pardonnez mon intrusion dans cette conversation, je ne voulais point vous déranger...
- Allons, Amélia, présentez-nous,
intervint un des ducs. "

C'était ma chance. Inouï ! Je leur avais plu ! Un sourire charmant, et charmeur, les yeux légèrement plissés, j'écoutais la grosse dame me présenter.

" Comte d'Agasthel, le jeune, si je puis me permettre.
- Toutes mes condoléances pour votre oncle, jeune homme. Nous le connaissions bien.
"

Je hochai la tête, prenant une mine triste à l'évocation de mon oncle. Être un sentimental peut parfois avoir des avantages, et j'avais encore quelques mois avant de ne plus pouvoir montrer une douleur à ce propos. Puis la comtesse Amélia me présenta ces nobles conquêtes. Je décidai de ne mémoriser que les noms des ducs. Après tout, pourquoi s'embarrasser de personnes qui ne me serviront à rien ? Malheureusement, ils se détournèrent bien vite, parce qu'ils voulaient gouter à ces herbes à fumer du précédent salon. Ils me proposèrent toutefois de me joindre à eux. Ce que je dus refuser, prétextant un ami à aller voir à tous prix. En vérité, dès qu'ils se furent rendus dans l'autre pièce, je me hâtai au buffet, abandonnant mon verre et en saisissant deux. Le domestique dut penser que j'étais ivre, tellement mon sourire s'étirait sans fin. Des ducs ! La première porte d'entrée pour aller voir l'Empereur ! Je demandai à l'homme de conserver un œil sur le verre du musicien aux cheveux roux, et passer le remplir chaque fois qu'il serait vide. Il acquiesça sans un mot, obéissant, tout simplement. J'aimais ces pauvres domestiques et esclaves. Forcés de baisser les yeux, même, et en particulier, lors de nos erreurs. Somptueux que d'être au sommet n'est-ce pas ? J'aimais cela.

Enfin, je retournai ensuite, plus ravi que jamais, auprès du musicien. Il était toujours plongé dans sa mélodie, mais il me sembla qu'il leva les yeux lorsque je revins. Ou peut-être les avait-il toujours eu fixés sur moi ? Possible, mais sans importance. Je posai son verre sur le sol, près de ses pieds, puis pris une chaise afin d'être installé et de pouvoir parler tranquillement. Il était sans doute aux alentours de minuit, et quelques couples dansaient encore. Beaucoup s'en était allés fumer, ou discuter dans les autres salons. Nous ne serions bientôt plus qu'une dizaine dans cette salle. Parfait. On ne devait pas trop me voir discuter avec ce genre de personnes, bien qu'un musicien soit plus fréquentable qu'un domestique. Je bus quelques gorgées et engageai la conversation avec mon jeune rouquin :

" Et voilà votre premier verre. J'imagine que dans quelques heures, nous ne pourrons plus les compter ! Alors, dîtes-moi, que faîtes-vous lorsque vous ne jouez pas de votre luth ? Je suis bien curieux de savoir à quoi un artiste occupe ses journées ! "

Magnifique soirée. La musique emmenait mes pensées un peu plus loin, vers les deux ducs dans la pièce adjacente. Enfin, il n'était pas encore question de prendre du repos ! Primo, je ne devais pas trop boire, et puis je devais récolter mes infos. Sur n'importe quel sujet ! Mais je devais en apprendre plus, et ce musicien allait m'aider.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
₳ Philosophe ₳

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 285
♦ Messages : 310
♦ Âge du perso' : 28
♦ Fiche : Laissez libre court à d'autres idées...
♦ Protecteur : La terre que vous avez sous les pieds ...
♦ Date d'inscription : 16/02/2011
♦ Age : 24

MessageSujet: Re: Allez, aide-moi à chopper la grosse baleine ! [ PV Iraïd ]   Lun 14 Mar - 22:16

Ah, le philosophe avait répondu juste. Cela l'étonna presque. Une demi seconde après sa réponse. L'idée que la question pouvait avoir un autre sens, lui vint. Le noble demanda peut être d'une façon détournée, pourquoi la comtesse organisait cette fête et pas qui.... Mais enfaîte non. Iraïd se creusait encore trop la tête. Ou poussait la réflexion un peu loin; faut dire qu'habituellement il devait faire une gymnastique d'esprit pour ne pas finir au cachot, alors discuter avec un noble ayant un peu trop bu lui changeait de tout au tout.

Tiens, d'ailleurs cette remarque lui fit penser à la Demoiselle droguée qu'il a croisé, il n'y a pas si longtemps dans les bas-fonds. Attirerait-il les personnes ayant autre chose que du sang dans leur veine ou est-ce une coïncidence ? Une odeur d'alcool lui vient aux narines quand le noble se baissa vers lui. Ainsi d'un parfum de fleur quand il s'en retourna. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas sentit une chose aussi pur. Entre ici et les vapeurs d'herbe étrange et la souillure des rues, ça lui changeait. Le philosophe resta silencieux après les quelques paroles du jeune homme gardant son sourire doux aux lèvres, ne le perdant jamais. Il suivit l'homme à la veste rouge du regard ... Ce qui était pratique quand on est musicien, c'est que l'on est toujours positionné de sorte à ce que notre musique se répande parfaitement bien. Donc logiquement, on a aussi un regard sur toute l'assemblée. Il put donc voir le noble se diriger vers la maitresse des lieux accompagnée de personnes plus ou moins influentes. Ira ne savait pas qui il était mais ... leurs habits, leur tenues, leurs mouvements ... Tout montraient qu'ils n'étaient pas de simple comtes d'une quelconque province éloignés, invité ici, car ils étaient en voyage à Ishtar...

Bien sûr, le musicien n'entendit pas un seul mot de la conversation et ne pouvait encore moins lire sur les lèvres. Ils étaient bien trop loin. D'ailleurs en parlant de la comtesse Amélia, le rouquin espérait qu'elle n'allait pas venir à ses côtés puisqu'il était un peu là pour animer sa fête ... Enfin il attendit tranquillement que l'homme au parfum fleuris revient.

Ce qui arriva rapidement... Iraïd jeta un coup d'œil au verre à ses pieds alors que ses mains fit les derniers mouvements sur les cordes de son instrument. Hum .. C'est mal, un verre au sol. Enfin passons, il posa Luzy à plat sur ses genoux, croisant ses bras sur sa cage. Rapidement le verre se retrouva entre ses longs doigts. Il en but quelques gorgées, un sourire satisfait aux lèvres. Cela faisait si longtemps qu'il n'avait pas goûté un alcool aussi bon. Un peu fort mais ... On n'apprend pas à un vieux singe à faire la grimace. Les artistes sont connus pour avec une descente facile, non? En tout cas, vu la qualité de la boisson, on ne s'embêtait pas ici. D'un coup d'œil vers le buffet, le philosophe calcula ce qu'il pouvait gratter comme nourriture avant de partir. Oui, ce n'est pas tous les jours que l'on était invité à une soirée mondaine alors au temps en profiter jusqu'aux bouts. Personne ne lui en voudra et au pire ça sera le domestique qui le regarderait avec des yeux ronds. Le musicien retourna son attention vers le jeune noble et sourit à sa question. Il y répondit en temps que musicien qu'il était, caressant le bois de Luzy du bout des doigts.

- « De mes journées ? Un artiste ne se consacre souvent qu'à son ..Art. Dans mon cas, je ne fais que jouer, tout le temps ... Et vous, Sire? Comment organisez vous vos jours quand vous n'êtes pas à des réceptions comme celle-ci? »

Une question chacun, clôturé par un sourire en coin. Iraïd ne savait pas si le jeune homme allait jouer le jeu et répondre, puis en poser une autre. Comme il ne connaissait pas son nom, non plus. Ni son grade. Alors, pour l'instant c'était « Sire » par amusement. Le noble n'avait certainement pas la hiérarchie d'un souverain, sinon Iraïd ne serait pas en face de lui. Mais cela leur plaisait toujours, aux aristocrates d'avoir du pouvoir. Et le pouvoir commence dans le nom.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 390
♦ Messages : 58
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Le plus beau, le plus gentil, le plus tout : Moi.
♦ Date d'inscription : 22/02/2011
♦ Age : 23

MessageSujet: Re: Allez, aide-moi à chopper la grosse baleine ! [ PV Iraïd ]   Sam 19 Mar - 8:26

Flatteur. Me nommer Sire. Quelle délicate intention, mais ce jeune rouquin ne savait pas que je nourrissais l'espoir qu'un jour chaque être de cette terre n'emploie "Sire" que pour parler de moi. Hé bien cet homme serait auprès de moi ! Un homme d'arts est très utile à la cour. Enfin ! Je me perdais encore dans mes songes merveilleux et palpitants d'un avenir sans doute trop lointain. Il me fallut donc revenir à la réalité et me concentrer sur la réponse que j'allais apporter à ce joueur de luth. Il caressait distraitement son instrument, d'un geste plein d'amour qui me dégoûta presque. Mais mes relations aux sentiments amoureux sont loin d'être le sujet de cette rencontre avec le musicien. Celui-ci avait donc exprimé sa passion pour son art, disant le pratiquer à chaque instant de sa vie. Cette dernière devait être très palpitante ! Passer ses journées à gratter des cordes, n'est-ce pas merveilleux ? Je trouvais cela un peu niais, mais s'il aimait cela. Pour moi, aucune journée ne devait ressembler à son lendemain ou son hier. C'est ainsi que doit vivre un homme. Un aristocrate, tout du moins. Et alors le rouquin m'avait poliment retourné la question. Ainsi il s'agit d'une discussion des plus banales. Alors nous finirions bien par en venir à un sujet banal : les potins. Qu'ils tiennent de l'Empereur ou du plus bas commerçant du coin, tout était à prendre pour s'élever ! Je répondis donc, à mon tour, conservant mon masque de l'homme sous l'emprise de l'alcool :

" Moi ? Allons ! Que peut bien faire un personnage comme moi ? Sachez, mon ami, que je passe mes journées à rôder à l'affut d'une occasion de faire la fête. Je suis comme ça, j'aime profiter de la vie ! D'ailleurs, cela m'étonne que nous ne nous soyons pas déjà croisés à ces petites réceptions. "

Naturellement, je mis en place ma nouvelle "attitude". Je m'étais beaucoup entraîné pour la réussir. Il s'agissait de boire moins que ce que l'on donne l'impression de boire. Pour ne pas finir bourré, mais donner cette impression, cela s'avère très pratique. Alors je portai le verre à mes lèvres, d'un air naturel et fis semblant de boire. En arrêtant de boire, je fis une moue étrange, comme si l'alcool avait été fort. Je revins à notre conversation.

" Et puis, vous savez, mon ami. Moi c'que j'veux... "


J'approchai mon visage de celui du rouquin, d'un air de confidence, partageant donc avec lui une haleine alcoolisée, de la petite gorgée que je venais d'ingérer. Je poursuivis plus bas :

" C'est la place de l'emp'reur. "

Avec un grand sourire, je me redressai et poursuivis d'un ton enjoué.

" Vous savez, je pense que vous pourriez m'aider. Vous êtes quelqu'un de bien. Et je sens que vous préféreriez m'avoir sur le trône ! Après tout, vous m'avez appelé "Sire"... "


Merde ! La dernière phrase était en trop ! J'étais pas sensé me souvenir de ce qu'il avait raconté plus tôt dans la soirée ! Surtout un si petit détail ! Pour me donner une contenance, je repris une gorgée, et une vraie cette fois. Je foutais tout en l'air ! Mon plan devait fonctionner. Pour manipuler quelqu'un, il suffit de lui dire la vérité en faisant croire qu'elle est fausse, ou lui mentir du tout au tout. Bon. Suivant ce que ce jeune musicien dirait, il me faudrait reprendre le fil et diriger cette conversation d'une main de maître. J'avais fait une erreur impardonnable, alors que mon rôle avait été parfaitement tenu. Quel con !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
₳ Philosophe ₳

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 285
♦ Messages : 310
♦ Âge du perso' : 28
♦ Fiche : Laissez libre court à d'autres idées...
♦ Protecteur : La terre que vous avez sous les pieds ...
♦ Date d'inscription : 16/02/2011
♦ Age : 24

MessageSujet: Re: Allez, aide-moi à chopper la grosse baleine ! [ PV Iraïd ]   Dim 20 Mar - 11:34

Oh, le jeune homme semblait ravit du terme qu'employait Iraïd pour parler de lui. Cela ne l'étonnait pas tellement. Beaucoup de personnes aiment être flattées de la sorte. Mais il aurait pût avec une tout autre réaction et être gêné. Après tout « Sire » signifie Seigneur ... et le seul seigneur ici, est l'Empereur. Cette gaité face à ce petit mot lourd de sens, glissé dans une phrase cachait bien quelque chose... Et cela mit la puce à l'oreille du musicien. Il ne savait pas de quoi cela en retourner, mais pourquoi ne pas essayer de savoir? C'était peut-être une chose qui pourrait l'aider dans ses idées de changement qui lui trottaient dans la tête. En tout cas, même s'il ne pouvait pas s'en faire un allié le comportement de son vis-à-vis c'était un bon point pour lui... Mieux alors un noble à ses côtés que dans son dos, quand on a déjà une partie de la population. Surtout quand ils ont le désagréable pouvoir de manipuler les ombres. Mais cela, l'aristocrate ne le savait pas. Ou du moins pas encore...

Les mains du philosophe était en effet sur son instrument et il avait l'air de maintenir l'attention de beaucoup de personnes quand celui-ci parlait à quelqu'un. Il l'avait remarqué. Et s'en servait abondamment. Ça lui permettait d'observer autrui sans qu'il ne sent rend compte; voir ces mouvements de sourcils, de paupières, de mains... TouS. Pour permettre de deviner les pensées. Les explorer par rapports aux mouvements trahissant. Tiens? Sa relation avec Luzy n'avait pas trop l'air de lui plaire.. Tant mieux! Le noble ne devait pas trop s'intéresser à lui ... Personne ne devait trop s'intéresser à lui. Iraïd avait toujours mit une barrière entre lui et les autres. Pour ne pas trop qu'ils ne pénètrent dans sa vie. Alors, oui, il faisait croire, qu'il ne passait que son temps à jouer, qu'il n'y avait que son instrument dans son esprit - ce qui était un peu le cas . Alors que l'a réalité était légèrement différence. Certes, il passait une bonne partie de la journée. Mais le reste, il s'arrangeait pour avoir quelques informations. Quel terroriste avait attenter à la vie de l'Empereur ? Quels nobles avaient fait une légère gourde ? Qui avait prononcé des propos hérétiques ? Tout genre de choses. Ainsi que deux autres occupations premières... Chercher une faille dans l'église et s'entrainer à la manipulation de la terre...

Il faut dire que la dernière est parfois difficile à entretenir, il y a des yeux partout et ce n'est pas sur la place public que le rouquin ira s'amuser à faire de château de terre ... En tout cas, le jeune homme avait l'air de le croire. Mais cela était peut-être dût à son ivresse. En effet, l'alcool l'avait bien arrangé durant cette soirée.

Sa réponse ne le surpris pas vraiment. Et elle était digne d'un noble, alors le musicien ne s'attarda pas dessus. Reprenant une gorgée, il continua d'observer son interlocuteur, intéressé. Iraïd aurai bien aimé savoir ce que le comte cachait dernier son sourire alcoolisé. Et cela ne tarda pas à arriver. Il se pencha une autre fois vers le philosophe et murmure à son oreille, ses intentions.

Non, ce n'est pas vrai! Ira pensait avoir mal compris, ou alors mal entendu... La personne en face de lui voulait la place de l'empereur ? L'alcool lui était monté à la tête ou quoi ? Quoique c'est justement dans des cas comme cela que l'on dit la vérité. Iraïd ne savait pas s'il plaisantait ou non. Si c'était vraiment le cas, cela l'arrangeait plus qu'il n'en demandait. Pas qu'il n'avait jamais porté le jeune Empereur dans son cœur. Mais il se méfait de lui comme de la peste. Une impression lui disait, qu'il serait capable de choses que l'on n'avait jamais vu auparavant. Et pas forcement dans le bon sens du terme.

Ah bah voilà qu'il confirme ces dires en plus .. Il se rappellera de son « Sire » et le ressortait maintenant. Le rouquin leva un sourcil, alors comme cela c'était vrai ? Le jeune aristo voulait vraiment le trône. C'était intéressant. Mais sur le coup, Ira ne savait pas vraiment comment réagir. Devait-il montrer sa joie et son intérêt pour le jeune homme ? Ou alors faire semblant de ne pas le croire? Après tout, cela pouvait être une connerie dit par l'alcool. Quoique c'était vraiment trop gros pour être une simple plaisanterie. En tout cas, il fallait qu'il réagisse à cette déclaration. Portant son verre encore une fois à ses lèvres, histoire de se laisser encore un peu le temps de refflechir. Il ne devait pas encore dire de but en blanc que lui aussi voulait des changements, c'est encore trop tôt. Mais il devait montrer que ce qu'avait avoué le jeune homme l'avait intéressé. Déjà demander ce que le noble à d'autre dernière la tête, dans le « vous pourriez m'aider » et puis aussi lui rappeler, qu'ils ne sont pas vraiment seul dans cette salle.. Que les murs ont des oreilles et qu'il n'est pas sage de balancer de telles paroles comme des confettis festifs.

- Oh ? C'est un vaste programme ... Mais je voudrais savoir comment je pourrais vous aider ..

Ah et puis avant tout... La prudence est une vertu. Surtout en ce moment où l'ombre est partout. Sans parler des inquisiteurs. Alors, bon... une parole pouvait être une parole de trop. Le rouquin se releva à son tour, s'articulant pour la première fois réellement et se pencha à son tour au-dessus du jeune noble, avant de lui glisser à l'oreille, d'une fois qu'il en dirait long ... d'expérience. En espérant que l'alcool donc l'aristocrate était imprégné n'aggrave pas les choses .

- ah ... et éviter de dire de telle chose à voix hautes .. Vous risqueriez avoir quelques ennuis et moi aussi. L'Ombre a des oreilles partout et je doute qu' elle aimerai ce que vous venez de dire ..

Puis, il se rassit en face du jeune, toujours le même sourire paisible au lèvres. Comme si de rien n’était.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 390
♦ Messages : 58
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Le plus beau, le plus gentil, le plus tout : Moi.
♦ Date d'inscription : 22/02/2011
♦ Age : 23

MessageSujet: Re: Allez, aide-moi à chopper la grosse baleine ! [ PV Iraïd ]   Lun 21 Mar - 17:19

Evidemment que je compte bien faire attention à ma peau ! Mais c'est sorti tout seul... J'ai horreur de ne pas me contrôler. Je me dégoûte. C'est vrai, un homme doit pouvoir être maître de chacune de ses inspirations, et s'il n'y parvient pas alors il ne vivra pas très longtemps. J'avais fait une énorme erreur ce soir-là. Il fallait absolument que j'efface mes dernières paroles, ou au moins que je les tourne à mon avantage. Seulement, l'alcool commençait à me déstabiliser. Pourquoi donc avais-je bu ce verre si rapidement ? Soudain, le musicien me répondit. Je fus surpris de ce qu'il se maintienne calme. Et s'il avait été un espion à la solde de l'Empereur ? Quel ignorant ! Décidément, je ratais toutes mes occasions de réussite ce soir. Cela était sûrement dû à ma rencontrer avec ces deux ducs. Ainsi, mon interlocuteur se demandait de quelle manière il pouvait me venir en aide. Moi-même je ne le savais pas. Mais il me fallait des amis bien placés, comme ces ducs, et d'autres pour m'apporter des renseignements. J'avais l'argent, il en avait sûrement besoin. Oui, voilà, il fallait que je recommence à réfléchir. Je repoussai l'emprise de l'alcool et me concentrai sur le rouquin qui s'était levé pour me glisser quelques mots d'une manière très ingénieuse. Il savait se débrouiller, pour observer, écouter, et parler. Un espion parfait ! Ce jeune homme me prodiguait une mise en garde des "oreilles" de l'Empereur. Et de de l'Ombre.

Je gardai mon regard perdu quelques instants sur le sol, près des pieds du joueur de luth. Mon visage était impassible, neutre, ne laissant rien transparaître. Mon interlocuteur se rasseyait pendant ce temps. Durant ces secondes, je réfléchissais d'une vitesse époustouflante. Je devais tirer profit des qualités de cet homme. Comment le convaincre ? Il fallait jouer subtilité. Si tout ce qui intéressait cet individu était son instrument, je devrais le prendre par ses sentiments pour ce luth. Et que faire pour y parvenir ? Je ne le connaissais que depuis le début de soirée. J'avais pu repérer ses qualités, son point faible. Mais je n'en savais pas plus sur lui.

Il s'était rassis. Bien. Je devais apporter une réponse. A voix basse, je lui dis qu'il avait raison et que je m'étais égaré, sans doute à cause de l'alcool. Maintenant je devais trouver les mots pour affirmer ma pensée, sans paraître arrogant, ni trop engagé. Alors, je demandai à ses collègues :

" Allons ! Jouez ! Une mélodie qui fasse tourner les jupons ! "


Et les instruments redoublèrent, attaquant le rythme d'une danse virevoltante. Magnifique. Personne ne nous entendrait discuter.

" Vos camarades ne pourront pas jouer indéfiniment. Si vous désiriez en savoir plus, je descendrai à trois heures. Retrouvez-moi, ou oubliez tout ce que je viens de vous dire. Sachez, en tous cas, que si vous décidiez de me faire du tort, vous auriez à le regretter. Nul ne peut s'attaquer à un noble. J'ai de l'argent, et je connais quelque mercenaire qui trouverait la besogne bien simple. Trois heures. "

Plein de mystères, certain d'avoir trouvé les mots parfaits, je me levai et disparus dans la foule. Il était déjà une heure. Le temps était passé à une vitesse inouïe. Je traversai le salon empestant les fumées et passai devant mes deux ducs, que je saluai. Au bout d'un couloir, je trouvai deux comtesses, bien occupées à bavarder. J'avais de quoi discuter jusqu'à l'heure dite. Cependant l'impatience grandissait en moi. J'avais pris des risques, d'énormes risques. Et s'il me suivait jusque chez moi ? Je devrais peut-être partir tout de suite ? Et s'il était réellement à la solde de l'Empereur ? L'avais-je trop effrayé ? Je n'écoutais qu'à moitié les conversations anodines de ces deux femmes, souriant de temps à autre. Pour la première fois depuis quelques années, je ressentais de l'excitation et une pointe de peur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
₳ Philosophe ₳

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 285
♦ Messages : 310
♦ Âge du perso' : 28
♦ Fiche : Laissez libre court à d'autres idées...
♦ Protecteur : La terre que vous avez sous les pieds ...
♦ Date d'inscription : 16/02/2011
♦ Age : 24

MessageSujet: Re: Allez, aide-moi à chopper la grosse baleine ! [ PV Iraïd ]   Mer 23 Mar - 22:53

Une expression étrange passa sur le visage du noble, qui fit lever un sourcil au philosophe. C’est vrai qu’il a un peu balancé comme cela une histoire où il serait sur le trône et que cela avait légèrement fait tourner des têtes. Surtout qu’il avait énoncé la présence d’Iraïd dans ses paroles et que c’était pas une chose très bonne pour passer inaperçu. Mais sa réaction montrait qu’il ne plaisantait pas ...Qu’il voulait apparemment réellement prendre la place de l’Empereur. Intéressant. Cela intéressait vraiment le philosophe. Ainsi que ce qui avait poussé cet aristocrate à avoir une pensée et une volonté la dessus. La plus part du temps, on en voulait à l’église pour ses actions fermées et radicales , parfois à l’Empire directement, qui n’était pas toujours mieux dans un sens. Et quelques fois à la noblesse qui ne faisait que se saouler des plaisirs de la chair et de la bonne buverie à longueurs de journée et de nuit, ignorant que certains habitants à quelques centaines de mètres d’eux se nourrissaient de galettes faites en terres. Cela donnait naissance à des attentats proférés par des terroristes ou autre rebut de la société assez courageux pour se soulever.
Mais un noble, qui avait apparemment une belle vie. Ne portait pas de trace d’une quelconque torture, ou du moins n’en avait pas l’air. Ne semblait pas non plus à court d’argent … Ni de personne à ses cotés vue le charme qu’il dégageait. Lui, semblait en vouloir au trône de l’Empire? C’était assez surprenant. Peut être est-ce juste une envie de pouvoir et de domination sur tout le monde qui prenait le jeune homme ? Ou était-il un minimum conscient de ce qu’il se passait dernière les murs des beaux quartiers … Le philosophe n’avait strictement aucune idée , mais ça l’intéressait grandement.

D’un coup, le jeune se remit a bouger après un moment d’absence. Ce qui fit sursauter Iraïd; Ai- je dit qu’il était du genre anxieux ? Un mouvement aussi busque juste à coté de lui avait tendance à lui faire faire un mouvement de recul. Le calme paisible du rouquin n’avait jamais été d’une façade et pendant une seconde vingt, il se trahissait à son tour. Il n’avait jamais été vraiment peureux, sinon il ne serait pas complètement pro-philosophe .. Mais son expérience et son passé lui avait apprit qu’il fallait être prudent, doublé de sa paranoïa qui évoluait. « Sire » parlait aux autres musiciens, les intimant de jouer. Ce qu’ils firent rapidement et quelques couples rejoignit la place de dance.

Le son de la salle avait doublé de volume maintenant avec cette musique, plus les voix des convives et le bruit de leur talons. Iraïd dût s’approcher un peu plus pour entendre ce que le noble lui annonça la deuxième fois. Un rendez-vous à trois heures, dehors -Ira jeta un coup d’œil à l’horloge visible, il était déjà une heure - soldé de quelques menaces si jamais le rouquin avait de mauvaise intention à propos du jeune homme. Des mercenaires à ses trousses ? Il a déjà la garde et l’inquisition, je pense que c’est assez suffisant. Le philosophe savait fuir et se planquer. Combattre qu’en dernier recourt, n’aimant pas particulièrement utiliser le peu d’énergie terrestre qu’il savait manier pour éliminer des gens. En tout cas, les dires de son interlocuteur avait le don de lui plaire . Il allait en savoir plus et était ce qu’il voulait. Peut-être aussi s’en faire un allié. Cela commençait à manquer et Iraïd ne pouvait pas continuellement d’agir seul. Il fallait qu’il rejoigne un groupe…

Maintenant, il avait deux heures devant lui à réfléchir… s’installant à coté des autres musiciens, il reprit le pas de la musique. Ses doigts se baladant à nouveau sur les cordes de son instrument. De temps en temps, il jeta un coup d’œil à la pendule, mais restant la plus part du temps dans ses pensées. Que faire ? Y aller, bien sur. Après on avisera avec ce qui dira le jeune noble…

2h50

Bon, Ira quitta son petit groupe de musicien. Il passa près de Dame Amélia pour la remercier de l’avoir invité - et payé- pour cette réception avant de sortir. Mais où l’attendre? Le philosophe resta un peu en décalage de l’entrée principale; Par la suite, ils iront sûrement dans un endroit un peu moins fréquenter mais avant retrouver le noble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 390
♦ Messages : 58
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Le plus beau, le plus gentil, le plus tout : Moi.
♦ Date d'inscription : 22/02/2011
♦ Age : 23

MessageSujet: Re: Allez, aide-moi à chopper la grosse baleine ! [ PV Iraïd ]   Mar 29 Mar - 17:06

Je discutai encore et encore avec ces deux comtesses. J'étais parvenu à me calmer et à écouter plus attentivement la conversation. Il s'agissait de fleurs, de printemps, de loisirs, et d'une relation étroite entre une certaine Eleanor Van Lähre et l'Empereur. Cela pouvait être intéressant. C'était une duchesse, et apparemment une connaissance des deux ducs que j'avais rencontrés quelques heures auparavant. Discrètement, je jetai un coup d'œil à la grosse montre dépassant d'une des poches d'un de ces chers Aristocrates. Deux heures quarante-cinq. Il était temps. Je m'excusai auprès de ces dames, m'inventant une raison de les quitter si tôt. L'une me prit par le bras et me supplia de rester. J'insistai en lui disant de passer me voir dans la semaine, si l'envie lui prenait. Et je partis. Enfin ! J'allai passer aux choses sérieuses, quitter tout masque et m'exprimer comme... Non. Je devais maintenir un masque pour le moment. Même avec un allié. Il pouvait ne pas venir, ou être un ennemi. Je ne devais pas m'emballer. Rapidement, je descendis un escalier de bois foncé, et dans le noir, je sortis de la résidence de la comtesse Amélia.

Bien, il n'était pas encore là. Rapidement, je remis ma veste comme il fallait et me recoiffai d'un geste de la main. C'était presque devenu un tic. Il faisait nuit noire. Il n'y avait personne devant l'entrée. J'étais seul. Il faisait froid. Personne ne trainerait dans les rues à cette heure-ci. J'avais en tête d'emmener mon musicien se balader, dans un quartier fort peu apprécié, qui se trouvait non loin de là et que je savais neuf. Soudain, je le vis. Il se tenait dans l'encadrement de la porte, et j'avais reconnu ses longs cheveux. Je jetai un ultime regard autour de moi. C'était la première fois que je jouais à ce jeu. Il était venu. Qu'allais-je lui dire ? Je pouvais lui proposer de l'argent, en échange de renseignements ? Je fis un signe, pour lui montrer ma présence. Le rouquin vint vers moi, et nous quittèrent définitivement la propriété. Je m'engageai dans une ruelle peu éclairée et partis en direction du quartier que j'avais en tête.

Je ralentis mon pas. Personne ne nous observait, j'en avais la certitude. Je décidai de commencer à parler.

" Bien. Nous allons pouvoir discuter un petit peu. "

Je ralentis encore. Afin de poursuivre et d'être clairement entendu de mon interlocuteur :

" J'espère que si vous êtes venu, c'est que vous m'avez bien compris. Rien de ce qui sera prononcé ce soir ne doit être répété. Comme je vous l'ai dit, l'argent permet d'obtenir des moyens rapides d'étouffer les rumeurs... et les hommes. Enfin je ne suis pas là pour vous menacer. J'ai besoin de vous, et vous avez besoin de moi. Je le sais. "

Là, je marquai un arrêt. Un homme titubant comme une barrique passa auprès de nous. Il était fortement alcoolisé, et semblait vivre dans les rues. Je réprimai une grimace de dégoût et continuai une fois qu'il se fut éloigné :

" Je vous propose un travail. Je vous paye en échange de vos services. Vous me semblez bien placé pour récupérer quelques informations lors de ce genre de soirées, et j'aimerai me créer un groupe d'amis prêts à servir ma cause... et celle du peuple. Je ne désire que la justice. "

Cette dernière phrase pouvait sembler un peu théâtrale. Enfin, il fallait que je paraisse humain. J'ajoutai une ultime proposition, afin d'allécher mon musicien :

" Evidemment, cet emploi vous placerait sous ma protection, vous pourriez bénéficier d'argent, mais également d'un toit ou d'autres choses que vous désireriez. "


Un sourire, invisible dans la nuit, se dessina sur mon visage angélique. Je jouais les nobles très gentils, mais surtout prêts à tout pour atteindre son objectif.

[ Désolée, RP un peu long à venir, mais j'étais en compet tout le week end :/ ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
₳ Philosophe ₳

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 285
♦ Messages : 310
♦ Âge du perso' : 28
♦ Fiche : Laissez libre court à d'autres idées...
♦ Protecteur : La terre que vous avez sous les pieds ...
♦ Date d'inscription : 16/02/2011
♦ Age : 24

MessageSujet: Re: Allez, aide-moi à chopper la grosse baleine ! [ PV Iraïd ]   Jeu 31 Mar - 15:14

Ah, le noble était là, avec sa veste rouge. Iraïd le reconnu grâce à sa silhouette et sa présence malgré le peu d’éclairage qu’il y avait devant la propriété de la comtesse. C’était une nuit sans lune et l’obscurité était vraiment visible. Le philosophe n’avait jamais beaucoup aimé ce genre de nuit, cela le rappelait ces semaines passées dans les cachots de l’église. Pas très joyeuse il faut dire, ou l’Ombre régnait partout. Sauf que cette nuit c’était complètement différent : il avait trouver un noble vraiment intéressant. Enfaîte c’était plutôt le contraire. C’était le noble qui ai venu le chercher. En arrivant à cette soirée, le rouquin ne pensait pas du tout que cette réception allait se dérouler comme elle à fait. Il en pensait pas d’un noble, dirai de lui-même qu’il veut le trône du jeune Empereur, devant lui. Enfin ça l’arrangeait particulièrement bien, puisque quand on à l’inquisition derrière, il est toujours mieux d’avoir un protecteur aristocrate. Celui –là, bien que jeune et d’un rang ignorer par le philosophe avait l’air d’avoir une idée derrière la tête. Et une idée qui pourrait avantager celles du mage de la Terre.

Ce denier s’avança vers le jeune homme pour qu’il le reconnaisse. Une fois fait, Iraïd remit sa large capuche sur sa tête cachant sa chevelure rousse, son plus gros signe particulier. Certes, il y avait Luzy qu’il gardait toujours avec lui, mais il n’était pas le seul joueur de musique de la ville. A Ishtar, on est jamais trop prudent, surtout dans ce quartier de noble. Il était connu que certain prêtre avait aussi un rang dans la noblesse. Ça serait presque dommage de se faire remarquer ici, dans un moment si intéressant, et plutôt décisive pour les deux hommes. Son instrument à la main, le philosophe suivit le noble sans rechigner, s’adaptant à son allure. Il posa lui aussi son regard aux alentours pour voir s’il n’y avait pas d’oreille vagabonde d’un informateur dans le coin, ou quelqu’un susceptible de répéter ce qu’il entendra. Le jeune noble rentra directement dans le vif du sujet, faisant imaginer à son interlocuteur ce qu’il pourrait arriver s’il parle de ses intentions. Aucun risque la dessus, dans le cas d’Ira, à qui il pourrait le répéter sans risque de se faire lui aussi tuer ? Il failli le lui dire, mais préféra que le jeune comte finisse tout ce qu’il à a annoncer avant.

D’après ses dires, ça s’annonçait plutôt bien question volonté. Ce jeune homme avait l’air d’être près à tout pour arriver à son but. Mais était t’il près à endosser les responsabilités de ses dires ? prendre sous sa protection un ennemi d’église et surtout gérer les problèmes qui ça pourrait entraîner ? Ira ne fit pas très attention au ton de justicier et les mots voulant la paix, ayant un peu du mal à le croire. Lui aussi voulait la paix, mais il savait que cela ne pouvait pas s’obtenir aussi facilement que la destruction. Et puis un noble qui parle gentiment, ça sonne presque faux. Ça y est, il avait fini. Ira sourit. Le noble n’avait pas un doute sur le statut de la personne en face de lui, pour lui proposer de telle chose ? Il avait exactement dit ce que Iraïd avait besoin. Un toit, quelqu’un pour payer ses frais si jamais il avait besoin les services d’une autre personne, et surtout d’une protection.

- Ne vous inquiétez pas, je suis plutôt du genre à écouter qu’avoir la langue pendue. Cela pourrait m’apporter d’autres ennuis que ceux que vous pensez. Et puis si j’arrive à entrer dans ce genre de réception, c’est que l’on m’y invite, tout comme vous … en quelque sorte …

Oui, car à quelques exception près, comme la soirées de la comtesse Amélia où il avait été payer pour jouer. Cela ne changeait pas grand chose. Et puis à la différence du noble, lui n’était pas grand chose, au mieux un meuble. C’est pour cela qu’il arrivait facilement à écouter les conversation. Mais avait t’il compris d’après les dires du philosophe qui il était ? après tout, allons droit au but et demandons directement. Non sans méfiance. Déjà il fallait voir qu’il le noble était un bon croyant.

- La paix .. seriez vous près à protéger un "hérétique" pour elle ?

Paix et hérétique n’allait pas ensemble en temps normale. Sauf pour quelqu’un qui connaissait la corruption de l’Eglise.. et étant intéressé par les dires d’un philosophe. Mais pour l’instant, le rouquin était toujours aussi méfiant et même si la sous-entendu pouvait être bien compréhensible, il ne lui annonça pas directement qu’il était philosophe.

( ce n’est pas grave x), je suis un peu occupé aussi de mon coté ..)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 390
♦ Messages : 58
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Le plus beau, le plus gentil, le plus tout : Moi.
♦ Date d'inscription : 22/02/2011
♦ Age : 23

MessageSujet: Re: Allez, aide-moi à chopper la grosse baleine ! [ PV Iraïd ]   Mer 6 Avr - 18:01

Hmm Bien. Il tiendrait sa langue. Apparemment, ce jeune homme avait quelques ennemis. Et s'il était là, c'est que ces ennemis étaient vraiment mal intentionnés, et l'étaient aussi pour moi. Pourquoi s'en prendre à un pauvre musicien ? Parce que ce musicien n'est pas si inoffensif que cela. Il était sûrement un informateur, pouvant se rendre n'importe où. Oh ! Si c'était le cas, j'avais touché le gros lot ! Puis il fut question de "paix" et d'"hérétique". Tiens ? Etrange n'est-ce pas ? Ces deux termes, presque antithétiques, mis ensemble dans une même question. Vraiment étrange. Le rouquin devait avoir quelque chose derrière la tête. D'ailleurs, vue la tournure de son interrogation, il semblait soudainement prendre position, et s'affirmer hérétique. Avec un sourire, je répondis vivement :

" Bien sûr. Pour la paix et la justice, je suis prêt à tout. Même à héberger le pire des meurtriers et des violeurs. Bien sûr, j'espère que vous ne tenterez pas de m'assassiner dans mon lit ! "

Je réprimais le clin d'œil habituel qui accompagnait ce genre de boutade débile. Débile, mais qui plaisait assez aux nobles et aux jolies femmes. Enfin, il n'était pas question de séduction ce soir-là, mais de sérieux. Je repris :

" Sachez que pour moi, un hérétique est simplement un homme qui assume ce qu'il pense. "


Si mon homme était bien celui que je pensais, j'allais le toucher, le persuader de rejoindre ma cause. Evidemment, quand le trône m'appartiendra, les hérétiques auront tous la tête tranchée, afin d'éviter qu'un homme comme moi me prenne ma place. Enfin, cela, mon futur associé n'était pas obligé de le savoir ! Je ne voulais pas avoir l'air trop pressant avec mon homme. Je gardai donc un instant le silence. Le visage rivé sur la rue qui défilait au rythme de notre démarche. Puis je tournai à l'angle, et enfin nous arrivâmes à ce quartier en construction. Là, je m'arrêtai devant une maison à la devanture masquée par les échafaudages. Je plongeai mon regard dans celui du musicien, et je lui posai la question fatidique :

" Alors. Acceptez-vous mes conditions ? "


J'aurais voulu ajouter qu'il aurait tout ce qu'il désirerait s'il me rejoignait, que je pourrais lui offrir tout ce que l'argent permettait. Mais je ne le fis pas. Orgueil, peut-être. Prudence, sûrement. Cependant une chose était sûre, il était hors de question que je ne m'affirme pas dès maintenant. J'avais posé mes conditions, c'était à son tour de poser les siennes, de lui-même, si mon offre lui faisait réellement envie. J'étais prêt à me détourner s'il refusait. A ce moment-là, je me souviens que mon cœur résonnait dans ma tête, comme si mon corps était vidé de sa force et de son plein, comme s'il n'y avait plus que le sang battant mes tempes. Je reconnais que j'avais peur. Mais surtout, et plus que tout, j'étais excité de l'avenir qui avait désormais une chance de se profiler. Alors, j'attendais la réponse de mon homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
₳ Philosophe ₳

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 285
♦ Messages : 310
♦ Âge du perso' : 28
♦ Fiche : Laissez libre court à d'autres idées...
♦ Protecteur : La terre que vous avez sous les pieds ...
♦ Date d'inscription : 16/02/2011
♦ Age : 24

MessageSujet: Re: Allez, aide-moi à chopper la grosse baleine ! [ PV Iraïd ]   Ven 8 Avr - 17:21

Iraïd plissa légèrement les yeux, gardant un visage plutôt neutre. Il était en train de réfléchir et son habituel sourire s’était un peu effacé. Mais vu l’obscurité de la nuit, le noble n’allait pas y voir grand chose. Comment faire confiance à cet homme ? il était si jeune...-le rouquin devait presque avoir dix ans de plus que lui- donc si inexpérimenté. Et puis que connaissait t’il de la vie ? pas celle ou l’on se parfume, l’on ordonne aux domestiques de faire à manger puis finir sa journée à se pavaner dans une soirée. Mais la réalité, celle où tu dois travailler, parfois dur pour avoir un peu de pain. Ou il faut lutter pour avoir un toit, voir finir par dormir dehors. Tout en faisant attention aux hordes de chiens errants qui devaient avoir aussi faim que soi. Connaissait t’il les journées ou l’on devait rentrée jusqu'à chez soi, sous une pluie battante parce que l’on avait pas d’argent à dépenser dans un fiacre ? Connaissait t’il la soupe à l’eau dont goût qui approchait légèrement celui du choux mais qui au moins réchauffait. Savait t’il combien de fois par semaine, une personne du peuple pouvait t’il se laver ? Connaissait-il les hivers neigeux, les toits troués et les murs sans isolation ? Ce n’était même pas sur qu’il est déjà épluché un fruit tout seul…

Et surtout que connaît t’il de la guerre …? Avait -il déjà tuer un homme de ses mains ? Il est facile de faire faire cette tache à quelqu’un d’autre après tout. Mais avait t’il déjà vu un cadavre ? Surtout quand la personne gisante dans son sang se trouve être un ami et allié. Connait t’il l’amertume de la défaite et voir tout ses efforts réduits à néant ? Avait -il déjà gouté à la trahison? L’humiliation ? Le désespoir de cause ? La torture ? Ou d’un quelconque refus ? Bon, le jeune homme restait un aristocrate … Ce n’était pas sur lui que ce genre de chose pouvait tomber mais ce n’était tout de même pas en ordonnant que l’on gagne la bataille des idées… Le philosophe espérait que le noble était conscient de cela. Qu’il s’engageait sur une pente raide et qu’il avait au moins une attache pour se retenir de tomber si jamais on le bouscule. Détrôner l’Empereur … Pour lui, cette personne était bien inconsciente. C’était comme si l’on s’attaquait de front à la Garde Impériale. Iraïd espérait vraiment que son interlocuteur ai un plan derrière la tête autre que dire de but en blanc ses intentions au premier passant - ou presque- qui avait l’air de savoir à peu près réfléchir de lui-même. Bien que le rouquin ignorait pourquoi le brun s’était tourné vers lui pour lui dire ceci.

Le philosophe était méfiant, ne faisant pas des alliances à la légère. Qui c’Est-ce qu’il pourrait arriver si l’aristocrate le dénonçait pas la suite à l’inquisition? Et puis vouloir prendre le trône à l’Empereur, c’est faste comme idée. Iraïd espérait que son interlocuteur ai une idée comment procédé … Mais il avait tout de même besoin de lui. Au moins pour les frais qu’il pourrait avoir pour on-ne-sais-quel raison, il est connu que l’humain est corrompu par l’argent… si on ne peut pas atteindre une personne par les idées, autant le faire avec une carotte. Mais le rouquin avait surtout besoin de protection. Courir à droite à gauche pour éviter l’inquisition ça va bien quelques jours mais ça ne menait à rien. A par de se rapprocher de la mort. Il lui fallait la protection d’un noble et celui qu’il avait en face de lui, lui offrait la sienne. Comment refuser ? De plus, cela n’avait pas l’air d’être importe quel noble, ce qui permettait de se hisser à plusieurs soirées et croiser la petite et la haute société. Ce qui lui permettrait d’avoir des informations

Ira resta un moment silencieux, ses mots l’avait beau avoir touché. Apres ces deux années passée en prison avant d’avoir fini dans un laboratoire d’un chirurgien dément; Sans oublier les crasses que l’on lui a faite à cause de son statut de philosophe ainsi que les courses poursuites avec toute personne aimant l’Eglise et l’Empire. Il ne faisait pas confiance facilement. Surtout à un noble…. Mais comme il se le répétait depuis le début, l’un avait besoin de l’autre pour arriver à ses fins.


« - hum … J’accepte si vous endossez les miennes… Elles sont assez simple. Je voudrais la protection contre quiconque et la prise en charge totale de mes frais .. »

Ses mots voulait paraitre un peu exigent, mais cela n’avait pas vraiment été le cas. Comme toujours sa voix était douce et lancinante pour ne pas paraitre autoritaire. Il avait l’habitude de parler de cette façon, pour qu’on écoute ce qu’il annonçait. Pourtant, pour ses quelques mots, il avait été un peu plus ferme montrant bien ce qu’il souhaitait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 390
♦ Messages : 58
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Le plus beau, le plus gentil, le plus tout : Moi.
♦ Date d'inscription : 22/02/2011
♦ Age : 23

MessageSujet: Re: Allez, aide-moi à chopper la grosse baleine ! [ PV Iraïd ]   Ven 22 Avr - 16:14

Intense réflexion. Mon futur associé se perdait certainement dans le fil de la machination humaine. Je voyais le cheminement perturbé de ses pensées, évoluer au rythme des expressions de son visage. Ou bien peut-être l'imaginais-je ? Une idée me perturba. Il était plutôt bel homme. Quand on ne prêtait pas attention à ses longs cheveux rouges. Enfin ! J'espérais que son travail ne lui donnerait pas l'occasion de ramener grand nombre de filles, sales et débauchées, dans ma demeure luxuriante. Je ne voulais pas ternir ma réputation ! Ce musicien vivrait sous mon toit, certes, mais j'avais déjà inventé nombre de raisons pour expliquer cet hôte. Celle que j'avais retenu était la plus simple et la plus évidente : j'avais décidé d'aider cet homme pour son talent. Aimant les arts, je voulais entendre sa musique chaque soir. Et puis il eut un léger mouvement et sa voix, toujours très douce, me sortit de mes songes. J'écoutai attentivement ses exigences. Bien. Parfait. Rien d'infaisable. Je réprimais un sourire ravi en répondant :

" Parfait. J'accepte vos conditions. "

Nous avions dit oui. Tous deux. Engagés pour une même cause, avec les mêmes risques, tout aussi élevés. Comme pour un mariage. Cette dernière idée vit passer l'ombre d'un sourire sur mes lèvres finement dessinées. Après tout, nous vivrions sous le même toit ! Ah ! J'allais enfin commencer à établir de véritables plans, hérétiques et malsains. Mais avant toute chose, je devais mettre fin à cette soirée. Il me fallait rentrer chez moi, et lui allait découvrir qui j'étais et où je vivais. Le risque était aussi considérable que la cagnotte. Pouvais-je réellement lui accorder ma confiance ? Pouvais-je seulement lui donner mon prénom ? Je fermai les yeux, quelques secondes, certainement sous le regard ahuri de mon nouvel associé.

Silence.
Noir.

Je vois l'homme. Je le dessine dans mon esprit. Ses longs cheveux roux, ses vêtements amples, son teint, ses yeux. Honnête ?

Lumière.

J'ouvre les yeux. Si cet homme avait été employé par l'Empereur ou les Inquisiteurs, il aurait de suite informé la garde pendant la réception. Ou m'aurait pris la main dans le sac dès maintenant. Or ce n'était pas le cas. Or c'était vers lui que j'étais allé, sûr de son honnêteté. Dès son arrivée au Manoir, je le surveillerai. Mes domestiques sur le coup, ce serait très simple. Et alors je saurai. Je lui souris en pensant qu'il me suffira de le faire tuer s'il est un informateur à la solde de mon ennemi. J'ajoute, toujours ce sourire en coin éclairant mon visage :

" Bien. Laissez-moi vous offrir une voiture afin que vous récupériez vos affaires. Nous nous rendrons ensuite chez moi. "


Je n'avais rien dévoilé, ni identité, ni adresse. J'étais doué, très doué. Je hochai la tête pour lui signaler que j'étais prêt à retourner dans un quartier plus passager pour apprêter un fiacre. Je me mis en route, silencieux, fermé sur mon idéaliste imaginaire. Je savais le rouquin derrière moi. Nous marchions d'un bon pas, et puis une voiture arriva à notre hauteur. D'un geste de la main accompagné d'un " Holà ! ", j'incitai le cocher à s'arrêter. Nous entrâmes dans le véhicule et, avant de passer ma tête par la fenêtre pour indiquer notre destination au chauffeur, je demandai, un peu trop rudement, à mon jeune interlocuteur :

" Où allons-nous ? "

[ Vraiment désolée d'avoir mis tout ce temps :/ ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
₳ Philosophe ₳

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 285
♦ Messages : 310
♦ Âge du perso' : 28
♦ Fiche : Laissez libre court à d'autres idées...
♦ Protecteur : La terre que vous avez sous les pieds ...
♦ Date d'inscription : 16/02/2011
♦ Age : 24

MessageSujet: Re: Allez, aide-moi à chopper la grosse baleine ! [ PV Iraïd ]   Lun 25 Avr - 0:16

Le noble avait accepté. Très bien ! Enfin, pour l’instant Iraïd ne savait pas si s’était réellement une bonne chose et ne préférait pas se prononcer sur le sujet. Pesant le pour et le contre, encore. Certes il avait la sécurité maintenant, il n’y n’aurai plus à jouer à cache-cache avec la Garde, ou bien moins - L‘inquisition c‘est autre chose. Mais il devra être la personne d’Art de ce noble et jouez ce rôle. Du moins assez peu pour ne pas se faire démasquer, ni lui, ni l’aristocrate. Qui était autant en danger que lui pour ses idées, voir plus. Parce qu’Iraïd ne voulais pas la mort de l’Empereur, mais juste que ce régime de terreur change. Avec ce jeune homme, il était peut-être encore plus en danger ? Apres tout ce dernier lui a bien annoncé de but en blanc ses réelles intentions et s’il faisait la même chose avec quelqu’un de moins penché sur le philosophie que le rouquin.
Enfin, cela serai un des pires qu’a de figure et le noble n’avait pas l’air aussi stupide. Dans cette soirée, il l’avait bien laisser échappé sous l’emprise de l’alcool. Euh… d’ailleurs elle est passé ou l’ivresse? Enfin le musicien ne préféra pas savoir. Pour le moment, il se contenta de garder son sourire habituelle et son air doux. La meilleur façon de ne pouvoir décrypter ses pensées.

Là par contre, le noble avait eut de rouquin de court. Il ne pensait pas que celui-ci l’invitait directement dans sa demeure mais plutôt lui payer 4 murs et un lit dans un quartier lointain d’Ishtar. Pourquoi ? Parce que le rouquin n’était pas sous son meilleur jour, bien qu’il l’avait fait exprès pour pas que l’on s’intéresse a lui durant la soirée. Après tout, il était venu joué - et récupéré quelque informations. Alors il ne devait pas capturer les regards aristocrates comme tout bon philosophe doit le faire. Lors de ce genre de réception et que l’on voulait se faire entendre, il faut avant tout se faire regarder. Et pour cela, il faut être présentable voir même plus, charmant. La, cette nuit, il était avec des habits du voyages poussiéreux. Il avait mis cela pour ne pas se faire interpeler, bien que cela n’a pas vraiment fonctionné puisque le jeune homme est venue lui parler. Et malgré tout, le noble l’invitait quand même chez lui ? Bien sur à partir de maintenant, il allait s’habiller autrement et sortir ses tenues du soir pour les réceptions ou il accompagnerai l’aristocrate. Mais en attendant, ces fripes amples n’avait pas l’air de désenchanté son interlocuteur. Bas tant pis, il aurai moins de liberté, bien moins même mais aurai le luxe. Le musicien médita encore, il allait devoir rester longtemps avec lui? Ce n’est pas que cela le déplaisait. Mais Iraïd était un musicien nomade, il n’avait pas souvent l’habitude de rester toujours dans un même lieu. Enfin cela ne va pas lui faire de mal de changer un peu.

Et puis quand aux affaires c’était facile, il logeait sur place. Pour les mêmes raison que précédemment. Comtesse Amélia lui avait ouvert le gite pour quelques jours jusqu’à sa réception. Celle la se terminant, il avait rien prévu de particulier mais je brun a la veste rouge résolu son problème.

«  - il n ‘ a pas besoin d’aller très loin, mes affaires sont chez la comtesse. Je vais aller les chercher. »

Aussitôt dit, le musicien pénétra à nouveau dans le pavillon, navigua un moment entre les convives jusqu’à aller plus profondément dans la maison, et ressortir quelques minutes plus tard avec un espèce de sac accroché à l’épaule. Pensant que le noble l’avait gentiment, il réapparu rapidement.

Arf… Il devait monter dans le fiacre maintenant. Iraïd n’aimait pas particulièrement cela. Cependant, il fit tout pour que cela se remarque le moins pénétra dans le cube sur roue accompagner d’un soupire. Après, un rapide coup d’œil aux quartes coins du plafond son regard vert clair alla se poser dehors. Il n’était pas enfermer, il n’était pas entre 6 planche de bois dur qui l’empêchaient de sortir … Claustrophobie? Hum… surtout reste d’une enfance enfermé dans un cachot de prison. Cela à de quoi marquer.

Le rouquin se tourna à nouveau vers l’aristo’ avec le même sourire qu’au début, arrivant facilement à feindre son angoisse quand on faisait pas tellement attention. Il était avec un noble, alors même s’il ne connaissait pas encore son nom - question vite répondu dans ils seront arrivés chez le jeune homme. Donc politesse obligé.

«  - je vous remercie de m’inviter chez vous. Je ferai attention à se qu’il en résoudra…. »

Encore une phrase à plusieurs sens… son vis-à-vis pouvait la comprendre comme il voulait. Mais pour Ira, cela signifiait qu’il installerai comme une petite distance entre eux deux. Le philosophe fera attention a ne pas tacher la réputation du noble, mais que celui si ne soit pas trop proche de lui non plus et qu’il le laisse une certaine liberté …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 390
♦ Messages : 58
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Le plus beau, le plus gentil, le plus tout : Moi.
♦ Date d'inscription : 22/02/2011
♦ Age : 23

MessageSujet: Re: Allez, aide-moi à chopper la grosse baleine ! [ PV Iraïd ]   Mer 27 Avr - 19:27

Le musicien avait ses affaires chez la comtesse. Bien peu à priori. Quelques vêtements, peut-être d'autres instruments, guère plus. Je l'attendis dans la voiture. Peu de temps à vrai dire. Il devait réellement avoir peu de bagages. Ma vue me le confirma, il venait de réapparaître et ne possédait qu'un sac et son luth. Bien, cela me laissait une certaine marge pour le soudoyer avec quelque mobilier de son choix. J'allais lui offrir une vie grandiose. Pour un musicien errant, bien sûr. Je n'allais pas non plus me ruiner pour cet homme ! Ce dernier était entré dans le fiacre. J'avais au préalable indiqué notre destination au cocher, afin de maintenir le secret jusqu'à l'arrivée de mon associé. Je voyais au dehors la nuit bien entamée. Il devait être cinq, pet-être six heures du matin. Pfiou ! J'allais faire une bonne grasse matinée suite à cette nuit très agitée et pleine d'émotions. Je sentais déjà mes yeux s'alourdir à l'idée de mon lit. Ah ca ! Des oreillers et des draps bien chauds ! Je secouai légèrement la tête : Il venait de me parler.

Il me remerciait de l'accueillir en ma demeure et me promettait de faire attention à tout ce qu'il adviendrait à partir de cet instant. Je souris dans le noir de notre petite voiture, puis je me tournai vers le musicien :

" Je compte beaucoup sur vous, mais je sais que vous ne me décevrez pas. "

Je serrai les dents pour m'empêcher de bailler. Je ne tenais pas à discuter plus longtemps avec mon associé. Après tout, nous aurions tout le loisir de papoter dans ma demeure. Heureusement, le fiacre arriva rapidement devant le Manoir. Je le trouvais singulièrement effrayant, la nuit. Les fenêtres semblaient masquer des créatures bien sombres. Mais chaque fois, je repoussais ces angoisses, renonçant à la paranoïa. Je descendis de la petite voiture, sortis quelques sous de ma poche intérieure et les donnai au cocher qui fit claquer ses rênes afin de trouver d'autres clients. Le musicien et moi étions seuls, dans la rue devançant ma demeure. Je décidai de la jouer confiant et, surtout parce que j'étais fatigué, je lui demandai simplement de me suivre. Marie, une de mes domestiques, la seule dont je retenais le nom, nous ouvrit la porte. J'étais ravi de voir qu'elle ne dormait pas. Nous nous arrêtâmes dans le hall. Marie me débarrassa de ma veste et je m'adressai à mon associé :

" Bienvenu au manoir Agasthel. Marie va vous montrer votre chambre. Si vous le voulez bien, nous étudierons les détails de votre contrat demain matin. J'imagine que vous devez être fort fatigué. Relaxez-vous, car vous êtes ici chez vous. Marie ? Voulez-vous bien conduire ce monsieur dans la chambre du premier, celle du fond, je vous pris, avec les papiers peints verts. Naturellement, je vous ferai visiter les autres pièces demain, si l'envie vous en prend. Hé bien, je vous souhaite une bonne nuit, monsieur le musicien. "

Je souris à mon hôte, plissant légèrement les yeux, ébloui par les chandelles de ma domestique. Je devais avoir une mine horrible à la lumière. Enfin ! Il était bien tard. J'étais pressé de me sauver dans ma chambre, afin de pouvoir retrouver Isthmaël, et lui demander de surveiller ce jeune homme cette nuit. Je ne voudrais pas qu'il me dénonce et me file entre les doigts si vite. Evidemment, je devais d'abord attendre que le musicien me renvoie la politesse...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
₳ Philosophe ₳

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 285
♦ Messages : 310
♦ Âge du perso' : 28
♦ Fiche : Laissez libre court à d'autres idées...
♦ Protecteur : La terre que vous avez sous les pieds ...
♦ Date d'inscription : 16/02/2011
♦ Age : 24

MessageSujet: Re: Allez, aide-moi à chopper la grosse baleine ! [ PV Iraïd ]   Jeu 28 Avr - 20:08

Iraïd avait laissé seul l’aristocrate dans le fiacre. Celui-ci avait pu donner l’adresse ou ils devaient se rendre sans que le rouquin ne soit au courant. Il y avait quelque chose d’angoissant à ne pas savoir ou l’on allait et chez qui on allait être loger. Car pour l‘instant, ils ne connaissaient rien de l‘autre ! Même pas leur noms ou le réel rang ils avaient. Pourtant l‘un invitait l‘autre. Et l‘inviter aurai pu être n‘importe qui, tout comme l‘autre. Après tout, maintenant que Ira connaissait ses intentions, qui avaient d‘être les véritables. Qui dit qu‘il ne le fera pas assassiner dans son sommeil une fois à la merci dans sa demeure et sans témoin. Facile à faire disparaitre apparemment, puisque avait l‘air de dormir sur l‘argent. Le musicien était bien conscient de cela, parano comme il ai. Cependant il se laissa guider par la voiture sans rien dire. Il faisait trop noir dehors pour discerner où il allait et reconnaitre la route. Alors il attendait. Mais il serai méfiant. Guettant tout ce qu’il pourrait se passer là ou il atterrira.
Pour l’instant, la fatigue commençait à prendre de l’ampleur sur la prudence et il ne regardant plus dehors, essayant en vain de savoir ou il allait. Il devait être tôt …
Le philosophe n’avait rien répondu à l’affirmation de son interlocuteur, mais émit un sourire amusé - autre que son sourire naturel. Le noble voulait t’il qu’il exécute ses ordres? Cela allait être épique car le rouquin, aussi gentil et chamallowesque qu’il a l’air, n’est franchement pas quelqu’un de très obéissant, ni n‘était pas arrogant mais juste très nonchalant. Même son tuteur, qu’il connait depuis quinze ans, il ne l’écoute que rarement. Non, Iraïd fait comme bon lui semble. S’il a envie d’obéir, il le fera. s’il a pas envie… ça sera peut-être un autre jour. De plus, l‘argent ne l‘intéresse pas. On ne peux l’acheter que par des idées… et ce qu’avait prévu le musicien avec le jeune homme en face de lui, c’est de le servir que pour son propre-intérêt. A moins que ce dernier se montre plus captivant qu’il en a l’air en cette rencontre.

Tiens! Ils s’arrêtèrent enfin. Iraïd descendit à la suite de l’aristocrate. Ils marchèrent un moment et cela ressemblait bien aux beaux quartiers. En même temps … Une personne comme le brun n’allait pas habiter dans les bas fonds. Bon, ils arrivèrent apparemment devant la demeure. Grande et oppressante. Comme beaucoup de manoir. Mais cela ne lui en disait pas plus de l’endroit où il était. Enfin, le musicien n’aura qu’à faire un tour le lendemain dans les environs… et demander par une question détourner ou il est. Une domestique arriva et la lumière de la bougie fit mal au yeux du rouquin qui s’était habitué a l’obscurité. La demoiselle les amena à l’intérieur et débarrassa son’’ maitre ‘’ de sa veste. Iraïd lui préféra que personne ne touche à ses affaires, refusant poliment tout de même.

Agasthel … Ainsi était le nom du jeune homme. Marie était la domestique et on l’envoyait dans une chambre du fond. Hum… le philosophe n’arrivait pas a savoir s’il devait se sentir en danger au non à se faire envoyer dans une chambre du fond. Cela avait l’air d’un moyen pour le mettre le plus loin possible du ventre du manoir, ce qui l’arrange d’un coté car il a bien l’intention à ce que personne de l’extérieur ne sache qu’il séjourne ici. Mais d’un autre coté, la chambre du fond est le meilleur moyen pour faire disparaitre quelqu’un. Oui, il avait du mal à lui faire confiance et savoir quelle était ses véritables intentions. Nous sommes jamais sur de rien à Ishtar…

Iraïd inclina légèrement la tête et répondit au politesse de son hôte, n’oscillent même pas a la désignation que le noble employait à son égard. En réalité cela lui allait très bien. Aprés tout, il n’était juste qu’un musicien (qui sait jouer avec l’énergie de la terre).

«  Je vous remercie de cet accueil … Il en en effet bien mieux de voir tout demain. Bonne nuit à vous aussi. ‘’Sire‘’. »

Juste comme un jeu… Ira avait à nouveau prononcé Sire pour appeler l’aristocrate. Après tout, c’est bien grâce à ce petit mot qu’il se retrouvait ici. Est-ce que celui-ci allait lui porter chance et amadoué un peu plus le fortuné? Le philosophe ne savait pas. Il allait bien voir demain. Pour l’instant il suivit Marie qu’il l’emmena dans sa chambre. Un beau manoir, un peu lugubre mais un bon terrain pour une partie de cache-cache…
Une fois arrivée dans la pièce qui lui était destinée, il scruta les lieux puis posa ses affaires dans un coin, sans les déballer. Cela, il le fera quand il sera sur qu’il ne risque rien. Luzy toujours près de lui. Ah! Avant tout vérifié quelques choses. L’invité se dirigea vers la fenêtre et l’ouvrit, regardant dehors. Magnifique, elle donnait sur le jardin … Et il n’y avait pas l’air d’avoir des maisons autour. Le philosophe y pourrait peut-être s’entrainer? Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas saccagé les plantouses et effrayer les jardiniers … Enfin si le noble ne le vend pas à l’inquisition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Allez, aide-moi à chopper la grosse baleine ! [ PV Iraïd ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Allez, aide-moi à chopper la grosse baleine ! [ PV Iraïd ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ѧ Quartier Magna Ѧ :: Résidences-