AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 J'espère pour toi que tu trembles un peu moins que moi. [PV Uriel et Bidule]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
† Prêtre †

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 464
♦ Messages : 599
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : Grab your dick and double click !
♦ Protecteur : L'Eglise.
♦ Date d'inscription : 10/06/2010
♦ Age : 26

MessageSujet: J'espère pour toi que tu trembles un peu moins que moi. [PV Uriel et Bidule]   Mar 22 Fév - 22:28

Je pose ma fille chez moi, pour l'envoyer se coucher, il est tard, oui c'était pas grave, des collègues de boulot à papa, t'en fais pas ma puce bla bla bla. Finalement elle s'est endormit, je ne pense pas qu'elle s'en souviendra, par contre moi...
Oh putain oui je m'en souviendrai !
Je t'explique : quel est le pourcentage de chance que je revienne un jour chez moi, sachant que je vais me rendre auprès des autorités compétentes suite à mon action contre l'Eglise ? ... bah beaucoup hein ? Du coup je regarde ma fille s'endormir, vu que je vais bientôt rejoindre l'Ombre, je tiens à en profiter une dernière fois. Avec un peu de chance, personne ne lui demandera rien et elle deviendra comtesse, mon décès suffira peut être, quel intérêt de mettre à mort une gamine de cinq ans ? C'est une perte de temps.

Bon, je suis peut être pessimiste, mais qu'est ce que tu veux qu'il foute d'autre mis à part me tuer ? J'ai libéré celui qui a tenté d'assassiner l'Empereur et le Haut-Prêtre ! Un coup de pied aux couilles serait mieux passé ! Ou si j'avais fait moi même fait sauté la cathédrale ! Qu'est ce qui l'empêche de recommencer au clodo là ? Puis j'l'ai rendu à son petit copain, c'est super ! Comme ça y pourront faire ça en groupe hein ! Puis un pique-nique avec, c'est sympa un pique-nique, on emmènera les gosses, puis on pourra festoyer sur les cendres de l'Eglise et de l'Empire, ça sera cool. C'est pas la maitrise de mes pouvoirs qui me sauvera cette fois ci.

Je sors de la pièce, je ferme la porte. Je vais aller à la Cathédrale. Oui, un mec qui marche droit vers la mort comme ça, à l'heure où blanchit la campagne bla bla bla, c'est beau, mais qu'est ce que ce que tu veux que je fasse d'autre ? Aller dans une autre province sous un autre nom et biner des navets ? Je sais pas faire ça moi, l'improvisation c'est pas mon fort, je saurais même pas inventer un autre nom crédible.

Voyons... si je tombe sur un inquisiteur lambda, je me donne plus ou moins dix secondes d'espérance de vie, en fonction de l'entrainement du gonze. Si c'est Uriel... hum... il va discuter avant. Il aime bien ça, causer, je crois. J'en sais rien, j'arrive pas à l'imaginer énervé, mais franchement en pétard, le visage tout rouge et tout. Déjà, j'arrive p as à l'imaginer tout rouge. Je crois qu'à cause de sa position, j'ai un peu sacralisé le bonhomme, mais ça on s'en fout. Bon, en étant moche et con, je m'épargne au moins la peine d'un viol punitif – il paraît qu'Uriel aime bien ce genre de trucs. Réjouissons nous !
Enfin j'arrive pas à me visualiser la scène. Est ce qu'on sait déjà que c'est moi ? ... putain Zélig t'es con, qui aurait pu faire un putain de trou dans le mur hein ? Pleupleu le Novice de base ? Puis tout le monde m'a vu à l'entrée, je pensais rentrer sortir moi, pas grillé. Putain d'Amadäus, il aurait pu être plus con, moins doué, ça aurait pas tourné comme ça, je l'aurais assommé, fini, au revoir. En plus je vais porter le chapeau pour sa mort, putain de terroristes de mes couilles. J'espère que Léopold a bien fait les fesses à Mist comme il le voulait, c'est toujours ça de prit. Sales connards.

Du coup je rentre dans la Cathédrale sans trop la ramener, surpris d'être pas mort, parce que je présente quand même pas le profil type de l'inquisiteur blafard tendu comme quelqu'un qui a pas fait caca depuis très très longtemps.
Enfin bref, y a l'air de se passer un truc dans la Cathédrale, je me mets dans un coin en profitant du fait de respirer, ça va pas durer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mort(e) tragiquement

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 620
♦ Messages : 2351
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : It's me, Uriel !
♦ Protecteur : The Emperor Protects !
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 27

MessageSujet: Re: J'espère pour toi que tu trembles un peu moins que moi. [PV Uriel et Bidule]   Mar 22 Fév - 23:09

Uriel D'Arken en était à une journée assez paisible de sa vie. Levé à l'aube, il eut déjà le temps de se rendre auprès de l'Empereur. Laissant à Émile Paole le soin de s'occuper de leur affaire en Prison ce jour-ci, il se consacra à la vie du Palais impérial et aux affaires d'État, avant de passer à celles de l'Église. En effet, c'était un grand jour pour certains novices de l'Ombre, ayant suivi leur enseignement à la Capitale. En particulier trois d'entre eux. Ils allaient devenir des prêtres à part entière, recevant le droit de célébrer des festivités et dispenser des bénédictions diverses pour le bon et pieux peuple.

Certains n'allaient peut-être pas rester en ville et partiront dans d'autres Provinces ou simplement voyager, prêchant la bonne parole et convertissant ceux qui auraient perdu la foi. D'autres allaient se voir confier des responsabilités au sein même de l'Église, de son administration ou de ses institutions. Parmi les personnes présentes, il y avait notamment la jeune prêtresse Franziscka Halbrum, chargée d'assister les bibliothécaires plus expérimentés. Désormais, elle faisait partie de ces bibliothécaires, bien que son rang ne soit pas encore suffisant pour lui donner pleins pouvoirs en ce lieu de savoir et de connaissance. Un autre prêtre, assez âgé et haut dans la hiérarchie, tenait un petit plateau, avec trois bagues en argent. Simples, sans aucune inscription, elles étaient néanmoins la preuve de la prêtrise. Uriel n'avait pas enlevé la sienne depuis près de quinze ans. Aujourd'hui, il en remettait une identique à trois jeunes personnes, deux hommes et une femme. Un discours s'imposait.


"Frères, sœur. Vous voici bel et bien au service de l'Ombre. Votre travail, votre dévouement et vos talents ont porté leurs fruits et vos mentors vous ont jugés dignes de porter une de ces bagues. N'oubliez pas que votre devoir est désormais, plus que jamais, de porter la foi et les enseignements de notre Église, partout, où vous irez. On vous a guidé jusqu'ici. Maintenant, c'est à votre tour de guider les autres, les soutenir et user de vos pouvoir pour soutenir vos semblables et anéantir toute personne qui se détournera de l'Ombre et de l'Empire. En ce beau jour, mes meilleurs vœux vous accompagnent..."

Une à une, il prit les bagues et les donna aux novices, désormais prêtres et prêtresse. Un des deux hommes put sentir que la main d'Uriel s'attarda légèrement sur la sienne. Mais il n'en fut pas surpris. S'il était là, c'était bien grâce à son travail, mais ça ne l'a pas empêché d'accepter les avances d'Uriel, il y a un bon mois de cela. Rien d'édifiant, mais ce fut agréable. Franziscka, elle n'avait pas cédé. Elle continua à se droguer, mais son travail était excellent. Du moins d'après les responsables de la Bibliothèque. Elle fuyait quelque chose, mais si ça la rendait plus travailleuse, eh bien personne n'allait en faire un drame. C'est le jour, où elle allait commettre une erreur que quelqu'un lui tomberait dessus.

La cérémonie finie, les ecclésiastiques présents applaudirent. Ils n'étaient pas nombreux. Quelques novices, jaloux ou rêveurs, et des fanatiques assidus, mais n'ayant rien d'autre à faire. Plus les aîtres des prêtres fraichement ordonnés. Lorsque ces derniers saluèrent le Haut Prêtre, il lança un regard à la salle. Dans tout cet espace sombre, une silhouette attirait toujours le regard, tellement elle n'était pas à sa place : Zélig était là, contrairement à toutes ses habitudes. Certes, il était le bienvenue, craint, respecté, pris pour un malade, mais dans les grâces du Régent l'appréciait tant. D'un geste de sa main, et sans bouger de devant l'autel, Uriel l'appela à venir plus près.


"Alors, Zélig ? Quel bon vent t'amène ?"

Personne n'a jamais jugé bon de l'ordonner prêtre... Mais à quoi bon ? Ce n'était pas son truc de parler à la foule et il avait déjà droit à un tas de privilèges que les prêtres les plus importants n'avaient pas. Et ses pouvoirs dépassaient largement la moyenne de ce qui était concevable pour la plupart des ecclésiastiques... Bref, Uriel était là, plutôt de bonne humeur, ignorant de tout ce qui s'était passé en Prison.


[Franz', c'est ton tour ^^]

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberumarbitrium.net
† Prêtresse †

avatar

♦ Influence : 247
♦ Messages : 313
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Un mur de glace...
♦ Date d'inscription : 31/12/2010
♦ Age : 24

MessageSujet: Re: J'espère pour toi que tu trembles un peu moins que moi. [PV Uriel et Bidule]   Mer 23 Fév - 0:56

Aujourd’hui était un jour particulier, en effet elle grimpait le premier échelon de la hiérarchie au sein de l’Eglise. Dans une petite heure, elle allait recevoir cette bague argentée tant convoitée par beaucoup de prêtres. Contrairement à beaucoup, elle n’était pas particulièrement joyeuse ou angoissée. Elle était neutre si on exceptait un ou deux détails qui la gênaient dans cette « promotion ».

Franziscka finit par se diriger vers l’imposante cathédrale avec une boule dans le ventre. Elle n’était pas douée en discours et dans quelques instants elle allait recevoir cette bague-là. D’un côté c’était un insigne fort prestigieux qui la rendait heureuse parce qu’elle allait servir sa Famille, mais d’un autre côté l’idée d’être peut-être en contact avec autrui l’effrayait. Et si elle ne réussissait pas et déshonorait ce beau Pouvoir? Il serait peut-être temps qu’elle trouve une solution pour ces drogues… un jour elle allait risquer gros à cause de sa consommation douteuse.

Elle priait intérieurement l’Ombre pour que tout se passe bien tout en marchant vers le centre, là où deux prêtres étaient déjà postés. A leur discours avec leurs maîtres respectifs, elle comprit qu’ils étaient là pour les mêmes raisons. Elle attendit donc docilement et sans bouge. Une véritable statue de marbre, sans expression ni ride. On annonça le Haut Prêtre et aussitôt les trois novices dont elle, se mirent en ligne et firent la révérence nécessaire.

Uriel fit ce discours où il parlait de soutient d’autrui ou encore anéantissement des hérétiques entre autre ce qui fit légèrement grimacer la prêtresse. Elle tenait difficilement debout dans sa vie alors elle hésitait sur cette notion d’aider les autres, quoique si ce n’est récité les prières et répéter des rituels, alors elle pourra en être capable. Avec un peu de chance, elle œuvrera au sein de l’Eglise et non du peuple. Quant à l’anéantissement… elle ne désirait pas prendre les armes ou user de la violence. Les paroles… dès qu’elle le pouvait, étaient amplement suffisantes à son goût.
Il passa pour distribuer les bagues en question, elle prit donc la sienne en lançant un regard bien froid à ce bout de métal. Il n’y avait pas d’ornements ni une quelconque inscription, ce qui n’était pas étonnant. Après tout en se joignant à l’Eglise, il fallait, à priori, oublier les luxes inutiles. Quant au blond, il ne la toisait pas méchamment ainsi il ne lui en voulait pas de l’avoir épuisé à la bibliothèque. Bonne nouvelle.

Des applaudissements résonnaient, ainsi la cérémonie était finie. Il n’y avait rien de spectaculaire finalement. Les deux prêtres se dirigeaient vers leurs maîtres, quant à Franziscka elle resta sur place et contempla plus en détail cette bague. Elle était à sa taille et était lisse. S’il n’y avait pas d’accident majeur, elle allait le garder toute sa vie… c’était étrange de se le dire que cet anneau allait être un fidèle compagnon sans parole ni conscience. La brune l’imaginait plusieurs années plus tard, usé par le temps et les tâches de sa propriétaire, les coins plus arrondis et des petites traces dessus. Maintenant elle allait vieillir comme elle.

Uriel appela Zelig et ce simple prénom fit réagir les plus vieux parmi l’assistance. Apparemment cet homme n’était pas la bienvenue partout et, en tant que nouvelle, elle ne comprenait pas ces murmures soudains. Elle s’écarta à temps pour laisser passer, elle était un peu sur son chemin, en lui lançant une petite excuse. Elle ne savait pas s’il l’avait entendu ou pas et cela lui était égal.



HS:désolé pour la qualité T.T. Et j'espère que ca convient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtre †

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 464
♦ Messages : 599
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : Grab your dick and double click !
♦ Protecteur : L'Eglise.
♦ Date d'inscription : 10/06/2010
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: J'espère pour toi que tu trembles un peu moins que moi. [PV Uriel et Bidule]   Mer 23 Fév - 6:29

J'attendis dans l'ombre qu'Uriel ait fini d'officier. C'était l'ordonnance de nouveaux prêtres, de nouveaux trous du cul pour bien faire de la merde. C'est con mais ce truc là, je l'ai jamais fait moi. J'arrive pas à me rappeler si on m'y a convié et que je suis pas venu, ou alors que tout le monde s'en est battu les noix plutôt que de s'emmerder avec des trucs comme ça. Enfin dans tous les cas, je suis content de pas être ordonné, ça fait des responsabilités en plus et tout, moi j'ai envie de convertir personne. Ou de parler dans un bâtiment chelou à des gens que je connais pas. Non sérieux, je suis très bien où je suis.
Enfin jusque là.

Une fois la cérémonie finie, je m'avance un peu, et Uriel me voit. Il a pas du tout la tête de quelqu'un qui va me tuer. JE LE SAVAIS ! Il peut pas avoir l'air en colère, parce qu'il a tout le temps le contrôle, du coup rien peut lui échapper suffisamment pour qu'il pète un câble. En fait là il va dire un truc du style « ah ah ah c'était un test... tu es recalé » et moi j'aurais l'impression du gars qui se jette d'une falaise et qu'on rattrape au vol. Ou je vais mourir quand même, mais c'était calculé, on a trouvé un génie qui peut manipuler les ombres en se curant les doigts de pied. Du coup je sers à rien.
Ou alors, Uriel est pas au courant.

Ce qui est assez aberrant, parce que quand il m'a appelé en me demande quel BON vent m'amène, les autres trous du cul du fond ont eu l'air de comprendre, eux. Peut être qu'ils ne me blairent juste pas, c'est p'tète ça les murmures, mais j'en doute. Mis à part que je suis con, y a pas grand chose à potiner, je baise une fois la décennie, il m'arrive rien. Nan, les murmures, c'est parce que j'ai aidé à faire évader un terroriste dang... un terroriste à moitié crevé.
Et Uriel qui me demande quelle merveilleux truc m'amène.
C'est vrai que je serais pas venu spontanément me cogner une cérémonie aussi plate. Youhou, l'Internationale des connard s'élargit, allons fêter ça en mettant des petits anneaux d'argent ! Enfin je regarde le Haut-Prêtre avec pas l'air très bien, parce que ce gars qu'est pas au courant, j'vais devoir lui dire moi même tu vois du coup. Puis faut que j'arrive à causer sur van Lähre en passant, parce que ça c'est de la trahison de compet'... pas pire que la mienne, certes.
Je cherche mes mots, je vois pas comment annoncer ça. J'ouvre la bouche, mais je vois pas par où commencer. Mon regard s'égare sur les ex-novices, bonne chance les gars. Désolé de foirer votre grand jour hein.

- J'ai merdé.

Ouais voilà, au moins ça résume. Allez, on continue par le gros morceau.

- Mist n'est plus en prison. Amadäus est mort.

Encore mieux, c'est le festival ! J'ai envie de m'enterrer dans un grand trou et d'y crever. Je vois pas comment raconter précisément ce qui s'est passé, parce que ça fait toujours un peu mal de s'auto-condamner à mort. La bref vision de moi la tête sur un billot me traverse la tête, je ferme les yeux devant la violence de l'image. Uriel va me détester ! Ça j'en ai pas envie parce que je l'aime bien, moi, mais si je voulais pas que ça arrive, j'avais qu'à pas merder !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mort(e) tragiquement

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 620
♦ Messages : 2351
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : It's me, Uriel !
♦ Protecteur : The Emperor Protects !
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 27

MessageSujet: Re: J'espère pour toi que tu trembles un peu moins que moi. [PV Uriel et Bidule]   Mer 23 Fév - 11:35

Les murmures... Uriel les accueillait toujours avec amusement. Généralement seuls les jaloux et les gens sérieux à en mourir murmuraient sur le passage de Zélig. Et pour cause, cet homme-là jouissait de la protection du Haut Prêtre et de ses faveurs. Les rumeurs les voulaient confidents, voire amant (ce qui était excessif, pour une fois). Mais le Régent laissait tout couler, qu'ils jasent, après tout. Zélig était un homme en-dehors de toute hiérarchie autre qu'Uriel lui-même. Ses talents étaient si extraordinaires, qu'il n'était absolument pas question d'être pointilleux sur le protocole, les usages ou d'autres futilités. L'Église avait besoin de gens aussi doués.

Franziscka était restée à ses côtés. Elle contemplait sa nouvelle bague et semblait quelque peu perdue. Ca tombait bien, le Haut Prêtre avait l'une ou deux instructions pour elle. Certes, il n'oubliait pas qu'il avait encore une petite vengeance personnelle à accomplir sur elle, mais cela allait venir plus tard. En attendant, il fallait se montrer juste et féliciter celle qui méritait de l'être. Le temps que Zélig arrive (il trainait vraiment des pieds, aujourd'hui...), il eut le temps de dire ce qu'il voulait.


"J'ai entendu beaucoup de bien à ton sujet, Franziscka. Le travail que Tu as fourni jusqu'à présent est considérable. De part ton rang actuel, Tu seras officiellement Bibliothécaire. Un de tes supérieurs te désignera responsable d'une section particulière de la Bibliothèque."

Voilà, c'était dit. Déjà la jeune prêtresse s'écartait pour faire place à son ainé. La carrure de Zélig rendait un peu... plus petit même le charismatique personnage qu'était Uriel. Cela dit, le blond ne s'attendait à rien de tel. Bon, le visage du prêtre en disait long sur le problème, mais le marquis D'Arken ici présent connaissait ce sorcier depuis longtemps. Les boulettes, il en avait fait plus d'une et son supérieur avait toujours nettoyé et étouffé ce qu'il fallait pour le protéger. Ainsi donc, la première annonce n'altéra pas le sourire bienheureux du prêtre vêtu de blanc, comme à son habitude.

Par contre, les deux autres petites phrases eurent un effet pour le moins foudroyant. Que le sourire ait disparut, vous vous en doutez. Mais de plus, le petit homme anémique tout entier se glaça. Si un aristocrate pure souche s'était présenté, et s'il avait le malheur de toucher à l'esprit d'Uriel en ce moment, il sentirait son propre crâne se recouvrir de givre.


"Pardon ?"

Le ton fut à peine plus élevé qu'à l'accoutumée, mais la tension était palpable. Le Régent bouillonnait de l'intérieur. Comment était-ce possible de créer un désastre pareil alors que tout ce qu'on vous demandait s'était de parfaire votre maîtrise des ombres et rester un tant soit peu discret ? Les ombres dans un rayon de dix mètres semblèrent trembler, s'assombrir. Le silence revint et toute l'attention était concentrée sur les trois personnes debout, à l'avant de la salle. Zélig n'était pas assez malin pour mentir et il 'avait pas envie de se faire découper en morceau en faisant une blague. Ainsi, il ne restait qu'une solution : il disait la vérité. Après quelques instants de silence, de tremblements des mains, et de lutte contre soi-même, le Haut Prêtre parvint à dire ce qu'il voulait :

"Qu'est-ce... Que s'est-il passé, Zélig ? Parles !"

Non, il ne jurait pas. Mais il était à deux doigts de tuer toute personne dans son champ de vision. Certains prêtres présents quittaient déjà la salle. D'autres reculaient ou regardaient, espérant entendre quelque chose de cette affaire.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberumarbitrium.net
† Prêtresse †

avatar

♦ Influence : 247
♦ Messages : 313
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Un mur de glace...
♦ Date d'inscription : 31/12/2010
♦ Age : 24

MessageSujet: Re: J'espère pour toi que tu trembles un peu moins que moi. [PV Uriel et Bidule]   Mer 23 Fév - 23:28

Deux petites phrases suffisent pour exciter la curiosité de Franz et la retirer de sa rêverie sur sa bague argentée, brillant sous les rayons du soleil filtrant à travers les vitraux ou fenêtres de la cathédrale. En un instant, ce prêtre aux dreads dont elle se fichait royalement avait réussi à devenir un sujet fort intéressant.

Plusieurs questions défilaient dans son esprit et elle avait l’horrible impression que son sang allait bien trop vite, bloquant toutes ses capacités d’analyse. Il fallait qu’elle emmagasine l’idée que le terroriste qui a intenté à la vie de l’Empereur et du Régent ai réussi à fuir la prison et qu’un inquisiteur réputé soit mort.
Après avoir tout compris et encaissée, elle en conclut qu’il y avait là un gros problème et un paradoxe. Tout d’abord les rues ne pouvaient plus être considéré comme sûres avec un tel phénomène se baladant librement. Il pouvait recommencer. Quant à l’inquisiteur, comment avait-il pu mourir ? Pas d’une banale crise cardiaque certainement. Il fallait plus que lui pour qu’un tel homme puisse tomber et passer de l’autre côté. Enfin, et surtout, comment allait réagir Uriel face à une telle nouvelle dite sans détour, tact ou délicatesse ?

Sa question trouva vite une réponse grâce à son ombre vacillante qui finit par opter une forme autre que la silhouette de Franziscka. Elle n’était pas la seule « victime » car dans un rayon assez large, tout s’assombrissait étrangement, anormalement et la moitié de l’assistance commençait à fuir. Judicieuse décision. Elle aurait pu avancer mais elle ne réussit pas à bouger. D’une part elle était curieuse de connaître la suite de la conversation et d’autre part elle avait peur. Toute bravoure pouvait disparaître surtout si on n’avait pas les capacités nécessaires pour se protéger en cas d’imprévu.

Elle entendit le Haut Prêtre ordonnait à Zélig de parler. Franziscka se décida à regarder le blond. Il gardait des traits assez calmes, un peu trop même si on se referait à sa voix. C’était mauvais. Une personne qui gardait cet air impassible dans un tel cas ne pouvait qu’être imprévisible dans ses actes non ?

Certaines inconscientes comme elle s’obstinaient à rester avec l’avantage d’être loin du champ d’action d’Uriel. Elle était un peu aux premières loges, resté à savoir si c’était bon ou pas.

- Si je peux me permettre. Vous devriez vous calmer mon prêtre… notamment pour les ombres.


Elle parlait doucement, sans être trop froide, ni trop attendrissante. Une chose fort surprenante pour Franz car d’habitude elle parlait peu et surtout elle donnait la nette sensation que chaque parole qu’elle prononçait était une véritable corvée. Cette fois-ci, c’était fort agréable. Le sentiment de danger avait un réel effet de stimulant pour casser les habitudes. Peut-être que Zélig n’était pas effrayé mais il avait au moins la capacité de se défendre au cas où un mauvais coup partirait, les manipulations des ombres étaient délicates et l’Ombre sait seul combien de fois elle s’était blessée par manque de contrôle. Alors qu’elle était faible. Elle avait été promue mais cela ne voulait pas dire qu’elle était puissante.

Ce prêtre avait réellement merdé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtre †

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 464
♦ Messages : 599
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : Grab your dick and double click !
♦ Protecteur : L'Eglise.
♦ Date d'inscription : 10/06/2010
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: J'espère pour toi que tu trembles un peu moins que moi. [PV Uriel et Bidule]   Jeu 24 Fév - 12:41

Oh oui putain j'ai merdé.

J'ai vu le visage du Haut-Prêtre s'écrouler et il m'a adressé un regard que je pensais réservé aux hérétiques. Enfin j'aime pas l'avoir sur moi, je préfère regarder ses pieds ça fait moins peur. C'est horrible de mourir, je pensais pas que ça serait si long et terrifiant. Enfin je ferais peut être mieux de cracher le morceau sinon il va continuer de me regarder... en plus il fait trembler les ombres parce qu'il est sous le coup d'une grosse colère. Moi j'me retiens de faire ça parce que ça va le foutre encore plus en boule, mais j'ai bien envie de faire remuer les ombres aussi, ça coulerait tout seul. Comme mon envie d'me chier dessus en fait.

Même l'ex-novice se sent pas rassurer, parce qu'elle dit une connerie. Moi à sa place je partirai, parce que Uriel, c'est pas un mec tendre et conciliant. Pour des remarques comme quoi il se laisse un peu aller au niveau des émotions, elle peut se faire crever les yeux. A sa place, je fermerai vraiment ma gueule. Surtout que c'est moi qui va prendre, alors j'tiens pas à me rajouter de la peine tu vois. Si je pouvais alléger un peu le truc en genre foutant pas plus Uriel en boule, ça serait bien. J'tiens pas à finir en carte blanche au main d'un inquisiteur qui se demande à quoi ressemble des tripes, merci bien.
Enfin ouais... Zélig il devrait parler là.

- C'est... y avait la duchesse Van Lähre, un albinos et pis un mec à cheveux gris et... c'est Mist qui a tué Amadäus et pis... Enfin avant y a j'sais pas qui qu'est venu chez moi pendant que je m'entrainais ici et il a pris ma fille en otage et...

Et je fais une pause. Et ouais, qu'est ce qu'il a fait ce gros abruti de Zélig hein ? Ce GROS GLAND ? Qu'est ce qu'il a fait le roi des cons hein ? IL LES A AIDE ! Hé ouais. Alors tu vas avouer ducon ? Ça sert à quoi de faire durer hein ? Ta mort va expier que dalle, mais au moins tu seras plus là pour voir les résultats de ta connerie immense. Un putain de soulagement pour le monde.

- Et j'les ai aidé.

Voilà, va y balance toi comme ça cash, c'est comme arracher un sparadrap super vite, ça fait moins mal comme ça. En fait il faudrait que je me tranche la gorge maintenant, comme ça ça serait fait, mais il faut que je dise tout à Uriel avant.... bah oui, il doit savoir, c'est Uriel. Le Haut-Prêtre. Un genre d'entité supérieure super puissante qu'on peut même pas aborder la plus simple de ses réflexions quoi, au risque de devenir fou d'intelligence.

- J'ai fait le trou dans le mur et pis... – je réfléchis, j'ai du mal à me rappeler des trucs, et à les mettre dans l'ordre – j'les ai aidé à rentrer, voilà. Mais je voulais pas qu'Amadäus il meurt ! J'ai pas su quoi faire !

Petite pause. Ne pas savoir quoi faire n'était pas une excuse, j'aurais dû savoir. J'aurais dû les buter, et me douter qu'ils étaient trop cons pour penser à pas cacher l'adresse de ma fille sur eux. Les préceptes de l'église, c'est bien, et moi je suis de la merde. Simple. Je tends d'ailleurs le papier à Uriel, je crois que j'ai jamais autant parlé en même temps de ma vie.

- C'est là qu'ils étaient. Tu vas me tuer maintenant ?

C'est une vraie question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mort(e) tragiquement

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 620
♦ Messages : 2351
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : It's me, Uriel !
♦ Protecteur : The Emperor Protects !
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 27

MessageSujet: Re: J'espère pour toi que tu trembles un peu moins que moi. [PV Uriel et Bidule]   Jeu 24 Fév - 13:47

Si une ombre, fracassée contre une autre, pouvait faire des étincelles, ils seraient déjà aveugle. A la place, le Haut Prêtre tremble en écoutant le récit chaotique de celui qui était parmi ses favoris, il y a un instant à peine. L'énergie autour de lui est comme une bassine d'eau qu'on secoue violemment. Les ombres s'accumulent, en attendant que sa colère explose.

Mais il écoute, il fait de son mieux, pour ne rien rater. Ainsi, la duchesse était là, elle avait participé à ce cirque. Au moins, il y aura quelque chose de concret à lui lancer à la figure, un de ces quatre. Uriel ignore tout de l'albinos (à moins que ce soit Émile Paole qui ai joyeusement contribué au sauvetage de la fille de Zélig). Mais l'homme aux cheveux gris doit être le frère de Salomon de l'Ombrage, Marius. Comme quoi, le terroriste héroïque de la petite Eleanor n'est pas si parfait qu'on aurait pu le croire en écoutant ces récits ridicules de jeune fille... Ce serait presque intéressant de faire part de tout ça au Prince Héritier... Mais pas tout de suite. Aucune action majeure maintenant, dans cet état.

Les pensées se bousculent dans l'esprit malade, caché par une paire d'yeux bleu-assassin. Va-t-il tuer Zélig ? Ombre, qu'il en a envie... En fait, il pourrait tuer n'importe qui, peu importe mais que quelqu'un meurt, dans d'atroces souffrances. Avec beaucoup de sang et des hurlements de terreur...


"Silence !"

Personne, parmi les personnes présentes n'a jamais entendu un cri pareil, produit par les faibles poumons du Régent. Uriel cria de toutes ses forces. Sur le moment, il ne voulait plus rien entendre. Ni les excuses ou explications pathétiques, ni douces paroles d'une droguée. Son regard se voila, alors que ses bras agirent pratiquement seuls. L'énergie déferla, canalisée par ses mouvements et sa volonté. Partant du sol, les ombres ainsi manipulées enveloppèrent les jambes de Zélig, à le soulever à un demi-mère au-dessus du marbre de la salle. Froides et noires, elles grimèrent, comme le lierre, en tentacules, pour arriver à sa bouche où elles se glissèrent. Au final, l'énergie emplit les poumons du traitre le privant de son souffle. Le petit papier tomba au sol.

Tout ceci ne dura (hélas ?) pas assez longtemps pour tuer cet espèce de sombre imbécile. Et pour cause, Uriel reprit le contrôle total de lui-même et de ses pouvoirs. La quinte de toux qui le frappa à peu près au même moment y était sans doute pour quelque chose. Laissant Zélig tomber à ses pieds, il s'appuya sur la jeune prêtresse, prise malgré elle (bon, elle l'a cherché un peu) dans les événements. Agrippant l'épaule de la femme, il finit cracher ses poumons pour enfin lancer un regard coléreux, mais fatigué, au reste de la salle. Moins fort qu'avant, mais d'un ton que personne n'aimerait contredire, il ordonna :


"Dehors ! Dehors, tous ! Et fermez les portes après vous..."

Il toussa encore, toujours appuyé sur Franziscka. Sa respiration était rapide et bruyante. Une fois tous sortis, Uriel s'assit sur le siège prévu pour lui lors des cérémonies et regarda Zélig. Que faire de lui ? De sa fille ? D'Eleanor van Lähre ? De Marius ? Et de ce Mist qui échappa à la juste mort, une seconde fois. Tout ça, couronné du décès d'Amadäus de la Rovère, un des meilleurs inquisiteurs.

"Te tuer ?" - Demanda-t-il d'une voix encore rauque. Il toussa et continua - "Tu ne le mérites pas. Il faudrait que ta fille se retrouve entre les mains d'Émile... Et que Tu regardes ça ! Ta fille... fille..."

Ce n'était plus un cri, mais un murmure très fort. Sur la fin, Uriel regarda dans le vide, sans se préoccuper du reste. De nombreuses idées se succédèrent dans son esprit, alors qu'il approchait l'affaire d'un point de vue plus pragmatique. Une fille... Oui... Et Mist était en vie ! Probablement encore en compagnie de la duchesse gentillette et son idéaliste d'acolyte. Avec un peu de chance... Tout pouvait s'arranger. Sauf la mort d'Amadäus, celle-ci était inutile et impardonnable. Le Haut Prêtre considéra son subalterne... et sourit. Ce n'était pas un sourire paternaliste, comme il en affichait un pour l'occasion de la cérémonie. Non, c'était un sourire de psychopathe que Zélig connaissait. Le Régent parla encore.

"Non... Je ne peux pas gâcher des effectifs supplémentaires de la sorte. Et sans ta fille, Tu serais inutile... Je me trompe ? Mais avant toute chose... Tu peux me confirmer qu'Eleanor van Lähre a un rapport avec ce... désastre ?"

Si ça s'avérait vrai... La survie de Mist pourrait être presque une bénédiction. Décidément, l'Ombre fut généreuse avec Zélig. Non content d'être un sorcier de génie, il avait une chance qu'il n'était sans doute pas en mesure de saisir. On passait rarement aussi près de la mort, sans la percuter de plein fouet pour autant...

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberumarbitrium.net
† Prêtresse †

avatar

♦ Influence : 247
♦ Messages : 313
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Un mur de glace...
♦ Date d'inscription : 31/12/2010
♦ Age : 24

MessageSujet: Re: J'espère pour toi que tu trembles un peu moins que moi. [PV Uriel et Bidule]   Jeu 24 Fév - 20:06

Zélig énuméra plusieurs prénoms qu’elle ne connaissait mais qu’elle nota soigneusement dans un coin de sa tête. Par contre une description lui disait vaguement quelque chose : « l’albinos ». Serait-ce cet homme qu’elle avait failli tuer en écrasant sa tête sur le sol de la prison lors d’une de ses crises ? Si c’était lui, il serait donc retourné en prison. Il était clair qu’elle n’avait pas cru et ne croyait toujours pas à cette histoire de mère grande. D’un autre côté, ce serait une trop grande coïncidence non ? Elle écarta finalement cette possibilité, après tout Ishtar était bien petit et les rencontres se révélaient redondantes.
D’ailleurs il fallait qu’elle mette la main sur ce filou, depuis cette désastreuse rencontre, d’étranges rumeurs couraient à son sujet. Certains enfants en plein apprentissages lui faisaient des grimaces en chemin, prétendant que c’était un monstre buveur de sang. A part lui, personne ne pouvait avoir sa part de folie. Quant à sa propre identité, elle était curieuse de savoir d’où il tirait ses sources. Elle devait retrouver cet albinos coûte que coûte pour faire cesser ces stupides rumeurs si c’était lui qui les avait lancés bien évidemment. Si Zélig arrivait à survivre après avoir avoué qu’il avait aidé un terroriste à s’échapper parce que sa fille avait été kidnappé, peut-être qu’elle lui demanderait de plus amples informations.

En tout cas cette fin était improbable vu la manière dont il « s’excusait ». Il avait agi parce qu’on avait kidnappé sa fille. Pour ce détail, il aurait pu falsifier l’identité ou la cacher, bref la rendre inaccessible à autrui, ce qu’il n’avait pas fait apparemment et aujourd’hui tout se retournait contre lui. Ensuite il disait qu’il n’avait pas voulu qu’Amadeus meurt, encore heureux il ne manquerait plus qu’il le veuille ardemment. Enfin il prétendait qu’il n’avait pas su quoi faire. Ce détail, il aurait dû de pas le prononcer. Il valait se garder de tout raconter fidèlement.
Il avait jeté toutes ses informations de but en blanc par conséquent il ne fallait pas s’étonner du résultat : Les ombres ondoyaient encore plus, Uriel hurla un « Silence ! » et le Haut Prêtre l’attaqua avec sa manipulation des ombres. Ce n’était pas beau à voir et Franz détourna les yeux. La violence ou les tortures ou tout ce qui touchait à la mort ne lui plaisait pas du tout et à part avoir de la nausée, elle ne ressentait rien d’autre.

Soudain tout cessa, Zélig tomba à terre et les ombres reprirent leurs postes d’origine. Uriel fut interrompu par une quinte de toux assez forte qui l’obligea même à agripper une épaule de la brune. CE n’était pas difficile de le soutenir étant donné qu’il ne s’appuyait pas férocement ou comme une brute. D’une voix moins forte que tout à l’heure, il ordonna au peu de curieux de partir sur le champ pour ensuite s’asseoir sur son siège personnel. Franz se permit de souffler et vérifia à nouveau son ombre. A son soulagement, il arborait sa silhouette.

Pr contre la suite ne lui plut pas. Zélig demandait si Uriel allait le tuer. C’était là une question fort pertinente mine de rien. Après tout il pouvait être doté d’un grand cœur et pardonnerait la bourde de son subalterne malheureusement il ne fallait pas rêver. Uriel repoussa cette possibilité pour une autre plus affreuse : livrer la fillette aux mains d’un redoutable inquisiteur. Elle ne connaissait pas particulièrement bien Emile et n’était pas plus désireuse de faire sa connaissance après avoir entendu ces exploits effroyables de diverses bouches. Décidément, elle n’aura jamais d’enfants. Le Haut Prêtre se ravisait prétendant que Zélig serait une loque sans sa fille.

Elle se demandait que faire ? L’ordre de vider la salle lui était-elle destinée ? Si c’était le cas, dommage elle aurait bien voulu connaitre le fin mot de cette histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtre †

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 464
♦ Messages : 599
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : Grab your dick and double click !
♦ Protecteur : L'Eglise.
♦ Date d'inscription : 10/06/2010
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: J'espère pour toi que tu trembles un peu moins que moi. [PV Uriel et Bidule]   Jeu 24 Fév - 23:04

Les ombres commençaient à m'escalader les jambes. A ce stade la conversation, j'étais convaincu que c'était ma mise à mort qui se déroulait là. Avoir les ombres contre sa peau, ce n'est pas du tout agréable, ce n'est pas organique, ni minéral, c'est de l'énergie froide et brute, qui ne te laisse aucune marge de manœuvre en matière de mouvement. Et ça remontait le long de ma poitrine.

J'étais au dessus du sol, mais je le captais même pas, parce qu'après les ombres ont atteint ma bouche. Le plus étonnant, c'est que j'ai pas moufté. J'aurais pu affronter ma volonté à la sienne, par instinct de survie, mais je ne l'ai pas fait. J'étais con, pas traite, si Uriel voulait me voir mort... bah j'avais qu'à crever quoi. J'aurais pu m'enfuir vers le sud, sous un faux nom, oublier tout ça mais... ce serait comme vivre sans ciel. Plutôt crever.

L'énergie coula dans ma gorge, et par réflexe j'ai levé mon visage vers le plafond, pour que mon système respiratoire fasse une belle ligne droite et accessoirement pour avoir l'impression que ma mort est un chouilla moins pénible. Je pensais pas vivre ce genre de moment dans ma vie, là, au dessus du sol, les poumons distendus. La plus grosse pipe que je taillerais à jamais de ma vie. Pas un râle, pas un haut-le-cœur. Pas la place pour ça. Pas faute d'envie pourtant. Je fermai les yeux, l'asphyxie mettait du temps à venir, et là, maintenant, la douleur dominait plus qu'autre chose, et j'avais même pas le loisir de gueuler. Je pensais que ça irait plus vite, je sais pas, qu'il me trancherait en deux.

Et puis, bizarrement, tout est sorti, mais pas tout d'un coup. Sinon ça aurait fait un effet ventouse, j'aurais craché mes poumons et fin de l'histoire. Je me suis éclaté par terre, et l'air n'a jamais été aussi délicieux. Uriel s'est mis à tousser, et moi je m'en suis voulu qu'il se fasse du mal pour ça, alors que je venais de vivre la pire crise d'asthme de l'histoire de l'humanité. Je suis un peu con.
J'aurais pu me relever assez rapidement en fait, parce que je suis pas un petit terroriste à moitié crevé, mais je l'ai pas fait. Uriel avait pas fini sa quinte de toux, et je voulais pas paraître insolent en me levant frais comme une rose avant lui. Je préférais pas la ramener quoi. Et puis j'étais bien à ses pieds moi.

Le Haut-Prêtre commença à parler, et j'me demandais toujours si je devais passer en position verticale ou pas. Probablement que non. J'allais pas mourir en tous cas, et ma fille non plus. Uriel parla de « il faudrait », mais dans le même ton que « il faudrait que je me sorte les doigts du cul », je sais saisir ce genre de subtilité. Mais pourquoi ne le ferait il pas ? La réponse vient après : mes foutus pouvoir, si euh... important. Je vois pas pourquoi mais ils le sont, et Uriel sait – je sais pas comment – que la mort de ma fille amènerait à mon suicide ou quelque chose d'approchant. J'ai donc fait non de la tête quand il m'a demandé si il se trompait.
Et le sourire de psychopathe du Régent, je ne l'ai pas vu, parce que j'ai pas osé lever la tête, en fait. Mais j'ai répondu à sa question sans hésiter partout, c'était surtout pas le moment de la ramener à coup de bégaiement et d'incohérence.

- Oui. C'est elle qui gardait ma fille pendant que le petit copain de Mist – je tire les conclusions que je veux, et avec le stress ça sort tout seul. J'ai pas promis d'être intelligent ! Et puis un mec qui dégueule devant les offenses faites à un autre mec et qui se chie dessus pour lui, j'appelle pas ça une relation de travail utilitariste - et l'autre faisaient le cirque, je l'ai bien reconnu. Et elle avait pas l'air surprise du tout de tout ça, ni effrayée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mort(e) tragiquement

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 620
♦ Messages : 2351
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : It's me, Uriel !
♦ Protecteur : The Emperor Protects !
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 27

MessageSujet: Re: J'espère pour toi que tu trembles un peu moins que moi. [PV Uriel et Bidule]   Ven 25 Fév - 10:49

La respiration du Régent se stabilisait, sa voix redevint normale. Son esprit s'apaisa quelque peu aussi. Enfin, si une folie froide et calculatrice pouvait être considérée comme un apaisement. Il n'y avait toujours pas de grand cœur, bon et miséricordieux, mais au moins, il ne risquait plus d'abattre toute créature vivante qui croiserait son regard.

L'Équilibre. Tout était une affaire d'Équilibre. Mais comment faire en sorte qu'il soit rétabli ? L'évasion de Mist, la trahison d'Eleanor, ces deux affaires pouvaient être réglées d'une manière assez... intéressante. Le Haut Prêtre ricana dans sa barbe. Mais que faire du décès d'un Inquisiteur ? Le premier plan prévoyait la survie du terrorise, au nom de l'humiliation de la duchesse, chose à laquelle il ne voulait absolument pas renoncer. C'était là un enjeu politique trop important, à côté d'une question d'honneur du bras armé de l'Église. La solution la plus simple serait de tuer Zélig, ou sa fille. Mais là encore ce n'était pas une bonne idée. La suppression d'un excellent soldat de perdu ne pourrait être compensé par la disparition d'un sorcier exceptionnel. Ca aurait peut-être servi d'exemple, mais au final l'Église y serait doublement perdante. Passant sa main dans ses cheveux d'or, puis sur le front, Uriel reprit la parole.


"Tu es un sombre abruti, Zélig. Mais Tu es né béni de l'Ombre, comme Tu devrais déjà le savoir. L'Équilibre tend à se rétablir. La libération de cet abject créature me permettra d'atteindre la duchesse. Quant à Amadäus..."

Il laissa planer un silence. C'était un honneur de donner sa vie pour l'Ombre et pour l'Église, pour l'Empire. D'un autre côté, mourir de la bêtise d'un confrère... Voilà qui enlevait pas mal de prestige. Zélig n'était pas un hérétique en soi. Il était... Bête à manger du foin, voilà tout. Et personne ne pouvait être à l'abri de ça. C'était comme les tremblements de terre ou la pluie. Naturel, difficile à prévoir. Et parfois dévastateur. Là, quelqu'un l'a payé de sa vie. Mais le Régent se contenta de soupirer. Pour l'instant.

"... je ne sais pas. Rentre chez Toi et ne te présente pas devant moi pendant au moins une semaine. Je déciderai de ce qu'il faudra faire de Toi plus tard. Mais je te jure que si Tu ne viens pas me voir au lieu d'agir sur un coup de tête, je te ferai regretter que ces gens n'aient pas tué à ta fille vite et proprement... Hors de ma vue, maintenant." - Il n'était plus tellement en colère. Mais il avait mieux à faire et la moindre des choses que Zélig avait mérité, c'était de se faire traiter sans ménagements. Uriel se tourna vers la jeune prêtresse, encore présente. Ca tombait bien, il allait avoir besoin d'elle. - "Franziscka... Rends-Toi au palais épiscopal et demande à mon majordome de retenir notre invitée. Qu'elle m'attende pour sortir. J'ai juste une petite affaire à régler avant... Allez... file. Et avec mes félicitations, jeune fille."

Avec un sourire, et déjà prévoyant ce qu'il allait faire ou dire, Uriel se rendit, seul, dans un recoin de la Cathédrale pour méditer en paix. Le silence de la Salle fut délicieux, dès que la porte se ferma sur la jeune prêtresse. Les choses s'arrangeaient, petit à petit. Calme, rafraichi, Uriel, se rendit à sa demeure, auprès de l'unique invitée de sa demeure. Il lui sourit, s'en approcha et glissa ses doigts dans sa chevelure de feu. Ses lèvres frôlèrent presque l'oreille de la demoiselle, alors qu'un murmure se fit entendre :

"Meurs deux fois..."

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberumarbitrium.net
† Prêtresse †

avatar

♦ Influence : 247
♦ Messages : 313
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Un mur de glace...
♦ Date d'inscription : 31/12/2010
♦ Age : 24

MessageSujet: Re: J'espère pour toi que tu trembles un peu moins que moi. [PV Uriel et Bidule]   Sam 26 Fév - 16:05

Cette fuite ne semblait pas être aussi désastreuse finalement car le Haut Prêtre y trouva son compte. Franziscka ignorait tous les détails de cette affaire mais pour le peu qu’elle avait entendu, il était facile de comprendre que la duchesse était mêlée à cette évasion au grand bonheur d’Uriel. Malgré que l’histoire semblait intéressante, toute ceci l’ennuyait fortement et elle voudrait bien sortir car elle n’arrivait à suivre qu’avec un ou deux indices disséminés ici et là. C’était donc assez fatiguant. La seule chose qui l’avait réellement intéressée était cet albinos. Il fallait qu’elle intercepte Zélig et le lui demande directement, loin du Haut Prêtre naturellement. Il valait mieux ne pas trop revenir la dessus parce que même si Uriel trouva son compte dans cette affaire, il traitait durement le prêtre. C’était assez logique car il n’allait pas jeter des fleurs non plus. De plus Zélig devait réellement être béni par l’Ombre comme l’avait dit Uriel, car après une nuit pareille avec la mort d’un confrère sur le dos, avoir pu offrir ces informations étaient une véritable chance.

La conclusion était la suivante : Zélig ne devait pas paraître pendant une semaine devant le Haut Prêtre. En clair il devait faire profil bas et ne pas agir sans réfléchir. Peut-être qu’il reverra le système de sécurité de sa maisonnée et trouvera une solution pour sa fille afin que l’histoire ne se répète pas. Quant à Franz, elle reçut les félicitations, s’inclina légèrement en signe de respect et sortit pour accomplir la tâche qu’on lui avait donné soit demander au majordome de retenir une invitée.

Dès qu’elle fut aux portes de la Cathédrale, elle interpela Zélig. S’il ne voulait pas parler, elle comprendrait mais au moins elle aurait essayé.

- Zélig, au sujet de cet albinos… pouvez-vous me donner quelques informations à son sujet ?


Un nom, un prénom, un détail… n’importe. Il lui fallait un point de départ seulement et si le prêtre n’en savait rien, alors elle se rendrait directement à la prison. Après tout les gardes avaient vérifiés les identités, il fallait voir maintenant s’ils avaient gardés quoi que se soit ou s’ils avaient seulement vérifié qu’elle et cet albinos n’étaient pas des prisonniers.
On aurait pu croire qu’elle allait faire sa justicière mais ce n’était pas ses intentions. Son but était plus personnel en cherchant l’albinos qu’elle avait agressé. Si celui de Zélig et le sien ne formaient qu’une même personne, elle ne cherchera pas à le tuer pour autant. C’était une prêtresse et tant qu’elle ne recevait pas d’ordre de ce type, elle évitera de jouer le rôle d’inquisiteur. Elle voulait vérifier si c’était lui ou pas qui avait lancé les rumeurs. C’est tout et rien d’autre. D’ailleurs il ne pouvait pas trop être celui qui a tué Amadeus, la prestation dont elle avait droit la dernière fois était assez pitoyable. Un inquisiteur aguerri ne pouvait pas se laisser faire si facilement quand même. C’était tout simplement impossible et improbable.

Elle attendit donc la réponse et s’il n’y en avait pas, elle s’empressera de partir et transmettre le message au majordome d’Uriel.

HS:C'est mon dernier post à priori ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtre †

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 464
♦ Messages : 599
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : Grab your dick and double click !
♦ Protecteur : L'Eglise.
♦ Date d'inscription : 10/06/2010
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: J'espère pour toi que tu trembles un peu moins que moi. [PV Uriel et Bidule]   Dim 27 Fév - 21:21

Je n'allais pas mourir ! Ma fille non plus ! J'dois être drôlement bon sorcier pour avoir le droit à des trucs comme ça.
Enfin j'me suis pas relevé avant qu'il me dise de me casser, pas fou non plus le gars. J'étais quand même pas sorti du sable, il avait plus trop l'air de me kiffer. Comme si ma connerie était un truc nouveau ! J'étais plus dans ses petits papiers, c'est triste quand même; j'aime bien Uriel, dans le fond. J'aime mieux quand il me dit que je manipule bien, comme un chien qu'on flatte derrière les oreilles. En fait, ma plus grande ambition dans la vie c'est de trouver un très beau chenil et qu'on m'abatte proprement quand le moment sera venu. J'ai cru que ce serait aujourd'hui, mais non, je suis encore utile de toute évidence. Un jour, ce ne sera plus le cas, et il ne restera que mes défaillances qui iront sans doute en empirant avec l'âge. Comme un vieux chien qui sait plus chasser et qui fait sous lui, j'deviendrais comme ça un jour un peu.

En fait, pour redorer mon blason, il faudrait au moins que je trouve un autre sort personnel trop puissant, mais c'est pas humainement possible ça. En fait, je vois pas comment Uriel peut me non-détester, avec ma connerie magnifique. Disons que c'est l'ordre naturel des choses, ou je sais pas quoi. Mais je suis toujours en vie ! Moi qui croyait que trouver un sort personnel, ça signifiait se faire emmerder à longueur de journée... ça a des avantages finalement. Enfin Uriel me déteste quand même au final, c'est triste comme se faire abandonner par sa maman. Si j'en eu avais une et qu'elle m'avait abandonné quand j'étais en mesure de m'en apercevoir, je serais triste pareil. Et le coup est irrattrapable. 'tète dans dix ans, si je fais des progrès en ombres... paraît que le temps ça tasse les choses. Enfin ça fait chier de se faire détester par ce qui compose la majorité de ta vie quoi – parce que Uriel, c'est toute l'Eglise en lui.

Et là dessus, alors que je me casse et que je suis devant l'Eglise, l'ex-novice vient me voir pour me demander des info sur l'albinos, comme si j'en avais quoi que ce soit à carrer de ce qui l'intéresse dans la vie. Les prêtres, c'est tous des chacals fourbes et vicieux qui te volerait ton slip si ça pouvait aider. Enfin comme j'ai pas de raison de refuser de lui répondre mis à par que j'ai pris la danse de ma vie, bah j'le fais. Et en plus c'est une jolie femme – si si ça fait une raison de lui répondre gentiment ça.

- Bah euh... je sais pas moi... il parlait mal et il avait des yeux tout p'tits, j'sais pas.

J'ai dit que je répondais, mais j'ai jamais dit que je savais plein de trucs. Nan sérieux dans la confusion de l'affaire, j'ai pas tout imprimé. Du coup j'me suis tiré et j'l'ai laissé là, j'avais envie de voir ma fille dormir, parce que c'était pas passé loin que j'puisse plus jamais le faire. J'veux dire, qu'est ce qui a empêché Uriel de me faire exploser les poumons ? Une pulsion de colère de trop, et j'te raconterais pas tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: J'espère pour toi que tu trembles un peu moins que moi. [PV Uriel et Bidule]   

Revenir en haut Aller en bas
 

J'espère pour toi que tu trembles un peu moins que moi. [PV Uriel et Bidule]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ѧ Le quartier des Ombres Ѧ :: Cathédrale-