Partagez | 
 

 C'est pas fait pour tous d'être si haut dans le ciel... [Myriam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ʘ Médecin ʘ

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 651
♦ Messages : 146
♦ Âge du perso' : 0
♦ Fiche : L'élégance et la démence
♦ Date d'inscription : 24/06/2010
♦ Age : 27

MessageSujet: C'est pas fait pour tous d'être si haut dans le ciel... [Myriam]   Mar 1 Fév - 3:54

Peut-être qu'un peu de social avec ses semblables pourrait être une bonne idée ? Même si cette dernière l'agaçait et lui inspirait le dégoût ça n'était pas moins une solution comme une autre pour vaincre l'ennui et peut-être avoir quelques lumières sur certains sujets ou peut-être trouver le petit ingrédient analgésique qu'il cherchait depuis quelques jours ? On peut tout faire avec de l'argent bien que la majorité des médecins ne soient pas des gens que l'on achète, disons que le troc est une manière plus efficace de fonctionner. Lui-même cracherais sur l'argent puisque ça n'avait rien d'intéressant à son humble avis. Un Vicomte n'a pas besoin d'une telle chose et un médecin encore moins. C'est donc la raison de sa grande sortie d'aujourd'hui. Bien entendu, ce n'est pas aux lueurs du soleil que ce cher Ixart sort ! Aucun homme ou femme de science n'oseraient travailler sérieusement en plein jour... Ça serait trop étrange... De plus, son sommeil était réglé ainsi. Un peu comme un vampire.

Cette fois ce n'est même pas la peine de marcher, une calèche sera de mise et lui évitera de perdre son temps et de peut-être s'égarer sur un autre chemin. On ne sait jamais si quelque chose d'intéressant peut apparaitre devant vous et comme Grégory avait une idée bien précise il ne voulait pas se déroger à cette dernière. Et voilà le merveilleux élévateur qui mène au quartier des avancées. Loin de se soucier de l'égoïsme que représente ce moyen simple et efficace de monter. Les esclaves sont fait pour ça, alors pourquoi s'en préoccuper ? Bing. Au grand malheur d'Ixart, il n'est pas seul dans cet élévateur...

Il y a une femme aux cheveux rouge et un vieille homme aussi laid que vieux. Bravo la compagnie. Par contre, le jeune homme ne leurs montres aucunement son mécontentement. Après tout, n'était-il pas venu dans le but de sociabilisé et trouver ce satané analgésique ? Comment s'appelait cette plante déjà ? "Papaver somniferum" En rapport aux pavots... Bref, peut-être aurait-il mieux fait de simplement demander ce service à Etienne mais Ixart ne voulait pas gâcher la faveur que ce dernier lui devait d'une manière aussi inutile. Son oeil unique regarda les deux protagonistes un petit moment avant de se concentrer sur autre chose... n'importe quoi ferrait l'affaire. Tiens, sa montre... pourquoi pas ! Il est... Trois heurs et treize du matin. Ok, on a l'heur... et maintenant ?
Loin d'être nerveux, il n'appréciait cependant pas les hauteurs ni ce quartier d'ailleurs. Son petit laboratoire à sa demeure était plus que suffisant sans qu'il ne doive se déplacer plus loin.

Et voilà qu'un truc complètement imprévisible se produit. L'ascenseur ne bouge plus et il n'y a plus de lumière... Voilà trois personnes prises au piège dans un des fameux élévateurs de l'Empire. Géniale. Ixart ne panique pas d'un poil tandis que le vieille homme montre des signes évidents de stress et d'inconfort. Si bien que le vieux s'approche de la porte, la tâtonne et cherche son souffle par tout les moyens possible. Il fait quand même pas une crisse... là ? Oh... non pas vrai, c'est ça, le vieux se tape une attaque. D'ailleurs, le voila qui tourne de l'oeil et tombe en plein centre en se tordant de douleur. Le médecin ne bouge pas d'un poil et le regarde d'un oeil indifférent. Est-ce que la femme va en faire autant ? Ou bien va t'elle user de son coeur de femelle et tendre la main vers le vieux qui la regarde d'un visage suppliant et tordu par la souffrance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 127
♦ Messages : 135
♦ Âge du perso' : 28
♦ Fiche : Rouge
♦ Date d'inscription : 30/08/2010
♦ Age : 29

MessageSujet: Re: C'est pas fait pour tous d'être si haut dans le ciel... [Myriam]   Mar 1 Fév - 21:51

Ce matin il faisait beau, j’entend par la que le ciel était plomber de gros nuages gris et que la pluie menaçait méchamment de tomber en averse. Cela me mis d’une humeur que je pourrais qualifier de bonne, du moins pas trop désagréable, mes patients n’allaient pas trop souffrir aujourd’hui, du moins il fallait l’espéré ... Pour eux bien sur ! Malheureusement je découvris avec agacement que mon partenaire de la nuit était mort, sûrement après notre charmante étreinte charnelle, mort dans son propre vomi parce qu’il était fort soul. Je ne vais pas m’attarder sur les détails, juste que bon, découvrir un cadavre juste à coté de soit au réveil ce n’est pas forcément agréable. Eh bien il est rester dans mon lit parce que j’ai été décourager à l’idée de le déplacer, un mort c’est lourd et cet homme là n’était déjà pas léger en temps que vivant.

Ensuite, lorsque les effets de l’alcool se firent moins sentir (et oui, même en dormant un peut ça n’avait pas encore tout à fait passer) et bien je me rendit compte que mes dents me faisaient un mal de chien. Un genre de mal qui te vrille tout le crâne, qui donne la sensation que tes nerfs sont à vif, que si tu ne fais rien il va empirer au point d’en arriver à l’insupportable. Il me fallait donc agir rapidement et c’est ce que je fis, en prenant une pince et en m’arrachant les dents qui me dérangeaient fortement. Là encore je ne vais m’étaler à raconter la douleur que je ressentis, foudroyante, ni comment je cracha le précieux liquide rouge dans ma bassine d’eau, suivit de deux dents noire, fantastique n’est ce pas ? Afin de mieux gérés ces myriades d’émotions qui m’avaient envahis des le réveil, je m’envoya une bonne rasade d’alcool fort dans le gosier, ce qui me au début me brûla la bouche puis me mis dans un état second. Je sorti donc ainsi, dans cet état rêveur, sentant les première goutter de pluie tomber sur ma tête toute rouge.

J’avais l’impression d’être la seule source de couleur dans cette ville si grise, sous ce ciel gris, au milieu de ces gens vêtus à ce qui semblait être de gris (mais ce n’était sûrement que mon imagination). En tout cas la pluie me fit un bien fou, j’apprécie grandement la pluie, la neige, enfin tout ce qui me rappelle le Gells, ma patrie natale. Me dirigeais d’un pas vif vers les laboratoires, hôpitaux et compagnie, prête comme tous les jours a procédé à des expériences ou parfois à soigner des pauvres erres (partie de mon boulot que j’aime le moins). Soudain, voila qu’un éclair zèbre le ciel, suivit bien entendu d’un grondement sourd, le temps devenait de plus en plus intéressant. Il ne se passa que quelques instants avant que les éclairs ne deviennent vraiment violents, du genre à te brûler une maison en pleine campagne. Je ne put donc pas m’empêcher de m’arrêter de marcher et lever les bras au ciel, comme si je m’offrais aux éléments déchaînés. Je resta un bon moment dans cette position, mes cheveux d’un rouge vif plaquer sur mes joues rondes et tombant lourdement aux creux de mes genoux.

Arriva un moment donner ou mes bras commençaient à me faire mal, pendant combien de temps suis je rester dans cette position ? Assez en tout cas pour que les passants me jettent des regard bizarre, rah mais bon sang, ils ne sont toujours pas habituer à voir des illuminés ici ? Mais peut être m'ont-ils regarder de travers parce que je n’avais pas de chaussures aux pieds, à oui, j’ai oublier d’en mettre en sortant de mon trou à rats. Tant pis, je n'allais certainement pas faire demi tour juste parce que mes pauvres pieds allaient finir vert marrons de saleter hein ! Je repris alors la marche, d’un air décider, fonçant droit devant moi sans faire gaffe à ceux que je bousculais. Un vrai sanglier, manquerait plus qui me pousse des défenses, je ne serrais pas contre remarque. Finirais bien par m’en greffer un jour, après avoir tester sur des patients au préalable, je ne pas forcément envie de claquer de cette manière (en fait me suis toujours imaginer mourir empaler par les bois d’un cerfs, j’aime cette image de mon corps transpercer par cet animal en furie).

Breef, la journée aux hôpitaux passa assez vite ... J'en sort et décide de faire un détour par les rues d’Ishtar dans le but de me refaire des réserves d’alcool. Je passe vite fais chez mon fournisseur habituel qui me refourgue son mauvais vin qui soule vite contre une bonne poigner de pièces d’ors et d’argents. Ensuite je m’en revient vers le quartier des avancées, seulement, me rend compte que j’ai la flemme de tout refaire à pied. Contre mes propres principes je prends donc les élévateurs, cela me fait monter la bile à la gorge, je crois que je vais rejeter tous les liquides que j’ai ingurgités aujourd’hui. Pas grave, au moins ceux qui on construit ses horreurs sauront ce que j’en pense de leurs monstrueuses inventions. En plus me voila obliger de supporter deux présence que j’aurais aimer éviter, les gens ils m’agaces tellement. Le temps passe, je reste dans mes pensées, lorsqu’un coup le vieux se met à avoir une attaque juste parce qua machine c’est bloquer. Par l’ombre, ce n’est pas une raison pour se faire un si gros coup de stress ! Si ? J’essaye de l’ignorer totalement, comme le fait parfaitement bien l’autre gars là mais ce corps qui gigote à coté de moi et bien je trouve ça affreusement inconfortable. Levant les yeux au ciel je m’agenouille à coté du pauvre vieux souffrant et l’empoignant avec la délicatesse d’un marin bourré, je râle :

« NAN MAIS TU VAS TE CALMER DEUX SECONDES ?? »

J’avoue, ce n’est pas une façon très conventionnel de calmer un mec qui fait une attaque, surtout que mon agressivité lui fait plus peur qu’autre chose, du coup, son état ne s’arrange pas ... Bien au contraire en fait ! Sans réfléchir, je lui colle une claque qui laisse une jolie marque rouge en forme de main sur sa joue blême. Suis plus doué à découper des cadavres ou coudre des membres en trop sur des corps encore vivant plutôt que de soigner l’attaque d’un gars qui pourrait être assez vieux pour être mon père. En plus là, j’ai la nette impression qu’il commence à perdre pour de bon connaissance, vérifie alors son pouls, il est de plus en plus faible. Enervé je le secoue, l’allonge et finalement je lâche l’affaire. Les gens ne sont pas des bêtes bien solides, surtout les débris comme ce vieil homme, pourquoi il est sorti de chez lui alors hein ? Sans raisons apparentes je lance un regard meurtrier au gars tout passif, comme si c’était de sa faute si le vieux était tout mourrant. Me vint brusquement une idée en tête et sortant des profondeurs de mes vêtements rouges vifs, ma bouteille de vin dégueulasse que j’ai acheté tout à l’heure. M’agenouillant de nouveau par terre, je force le malade à en boire une bonne gorgée, malheureusement cet idiot recrache tout et tousse comme un perdu. Bien, ba, ce n’est pas comme si je n’avais pas essayer et m’envoie à mon tour une grosse gorgée de la mauvaise boisson. Evidement, peut sociable que je suis, je n’en propose aucunement à cet autre compagnie ... Combien de temps allons nous rester enfermer ici ??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ʘ Médecin ʘ

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 651
♦ Messages : 146
♦ Âge du perso' : 0
♦ Fiche : L'élégance et la démence
♦ Date d'inscription : 24/06/2010
♦ Age : 27

MessageSujet: Re: C'est pas fait pour tous d'être si haut dans le ciel... [Myriam]   Ven 4 Fév - 0:12

Va t'elle aider ce pauvre et vieux scientifique qui ne supportait pas les endroits clos et haut ? La jeune femme ne semblait pas très encline à lui venir en aide, on dirait même qu'elle tente de l'ignorer tout comme lui. Si bien qu'Ixart crispa ses épaules vers le haut lorsqu'il entendit la voix de la femme. Loin d'être aigu et digne d'une fille, la voix de cette dernière lui arrache un sentiment de stupéfaction. Le jeune médecin en profita pour la dévisager quelques instants, le temps qu'elle secoue la vielle loque en lui gueulant dessus avec toute la délicatesse d'un camion. Particulièrement inattendu comme réaction... Grégory ne les regardait même pas du coin de l'oeil mais directement, soudainement curieux de ce qu'allait faire la madame rouge et rien aux pieds. Il va de soi que ce comportement était très originale et ne passait pas inaperçu dans un rayon de deux mètre cube... Et va-y qu'elle le secoue comme un cocotier. Pauvre type. Ixart pouvait se compter heureux que sa phobie des hauteurs ne soi pas si grave et de ne pas être à la place de la vieille branche.

C'est ça, elle allait simplement casser la pipe du mec terrorisé. On lui jette même un regard furieux. Est-ce que c'est parce qu'il ne fait rien pour venir en aide à cet homme qu'elle le regarde de la sorte ? Ou bien elle l'accuse d'être la cause de ce malaise ? Quoi qu'il en soit, le médecin ne retient pas son exaspération lorsqu'il voit cette inconnue sortir une bouteille d'alcool. Aussi délicate et douce qu'un énorme taureau... Maintenant que tout avait été tenter, Ixart décida de s'approcher à son tour et de s'accroupir près du vieille homme, vérifiant son pouls et sa respiration. Il sortit alors une seringue de sous son long manteau noir qu'il enfonça dans le bras du vieil homme. Quelque chose pour le calmer et le maintenir en vie le temps que tout s'arrange. La température exécrable de l'extérieur ne semblait pas d'accord avec l'idée de passer son chemin pour permettre aux élévateurs de reprendre leurs routes. Dommage... Prisonnier dans cet endroit tout petit avec une femme colérique et alcoolique et un mourant... Le jeune homme rangea alors son instrument au même endroit et referma son manteau.

Ça promettait d'être long ! Surtout si la madame rouge reste aussi furieuse contre le vieux et contre lui (?). Grégory la regarde un moment, loin de vouloir se présenté et partir une discussion philosophique avec une telle personne puis son oeil unique tombe sur le vieux. Pauvre petite chose, ça fait presque pitié de le voir dans cet état. Au moins, il ne bouge plus et respire doucement. On dirait qu'il dort. Maintenant que c'est fait... Le médecin s'écarte du centre et va s'adosser sur le mur le plus proche en croissant les bras sur son torse.

Pas question d'ouvrir la bouche en premier et si cette femme le fait, tant mieux. À vrai dire, elle fait un peu peur mais Ixart n'en montre rien et reste simplement neutre. Loin d'apprécier la situation et la compagnie qu'on lui offrait. Son attention se porta sur le corps endormit du vieil homme. Détaillant les rides de son visage, imaginant l'expérience que devait posséder cet ancêtre. Bref, rien de passionnant et c'était tout juste pour occuper son esprit pour ne pas lever les yeux vers le camion femelle qui se trouvait dans le même problème que lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 127
♦ Messages : 135
♦ Âge du perso' : 28
♦ Fiche : Rouge
♦ Date d'inscription : 30/08/2010
♦ Age : 29

MessageSujet: Re: C'est pas fait pour tous d'être si haut dans le ciel... [Myriam]   Dim 6 Fév - 23:38

J’ai comme la sensation d’un silence pesant depuis ma délicate intervention sur le vieux. En tout cas, celui ci doit se sentir mieux, vu que l’autre gars qui doit être un médecin s’en est bien occupé, de façon plus professionnelle que moi même. Ah, j’avoue, je ne me balade pas forcement avec des seringues pleines de sérum sur moi, puisque la plupart du temps je me fou de ce qui peut se passer autour de moi. Malheureusement dans un endroit aussi exigu, mon espace vital est quelque peut réduit, j’ai l’impression de suffoquer. Je ne suis pas particulièrement claustrophobe et je ne crains pas non plus la hauteur, mais j’ai du mal avec la présence trop proche des autres, et puis je déteste être enfermé.

Je regrette amèrement d’avoir eu la stupide idée d’être entré dans ses engins de malheur, ça me donne une furieuse envie de cogner quelqu’un, d’étrangler quelqu’un, de défoncer les murs également. Commence à tourner en rond, telle une grosse bête rouge en cage, essayant avec trop peut de succès de me calmer. Si cet enfermement se prolonge de trop je sent qu’il va y avoir un accident, je ne suis décidément pas une personne fréquentable et la dernière avec qui on aurait envie d’être enfermer. Retroussant mes lèvres sur mes dents jaunes et noirs (ouai sont toutes pourries), je place mes mains sur les portes fermer, posant aussi ma tête dessus, comme si j’allais la cogner avec violence. Fort heureusement je ne le fais pas mais à la place j’explose :

«HAAAAAAAAAAAAAAAAAAA ! JE DETESTE LES INGENIEURS !!!! »

Bon en fait si, me cogne la tête contre les portes, parce que la violence physique sur ma propre personne me soulage légèrement. Parfois se faire du mal ça à du bon, au moins ça remet les idées en place, ou ça les détruits, laissant les pauvre neurones s’échappés par les oreilles. Néanmoins, mon cerveau n’en est pas encore réduit à s’écouler par mes narines et j’ajoute d’une voix moins forte :

« Nan mais c’est vrai quoi, ces machines sont stupide non ? Pourquoi ... POURQUOI je suis venu m’enfermer ici moi ? Bordel de l’ombre !! »

Je n’attend pas forcement de réponse de la part des deux autres, je réfléchi juste à haute voix, me râlant dessus. Soufflant bruyamment, je m’envoie une nouvelle gorgée de vin, sachant qu’en moins d’une heure je l’aurais totalement finie. Parfois l’alcool m’endors et me rend moins agressive, parfois c’est tout le contraire, je joue à pile ou face à chaque fois que me soul. Reportant mon attention sur le vieil homme, me rend compte que dans ma rage me suis blesser, le sang coulant en abondance sur mon pâle visage. Je ne m’en préoccupe pas et préfère vérifier si le coeur de l’ancêtre bat encore, par pure curiosité et mort peut être serrait il plus utile que vivant. Gagné ! Il est mort l’idiot, mort de je ne sais quoi mais pour la première fois que suis enfermer dans cet élévateur, je souris. Un cadavre tout frais se trouve à porter de main, une bonne occupation en perspective, je suis tellement ravi, mon énervement retombe aussi sec. D’un ton détacher donc, je déclare :

« Il est mort ... On le découpe ? »

Certes, je n’y vais pas par quatre chemins, mais bon vais pas non plus sangloté comme une pauvre petite fille et puis des cadavres j’en ais tellement vu, tripotée, découpé, trituré ...Bref je n’ai aucunes raisons de m’émouvoir. Et si monsieur « n’a qu’on oeil » est un scientifique il saura tout aussi enchanté que moi par le tas de chaire vieille et morte qui se trouve entre nous. Sans réfléchir d’avantage je fouille dans mes amples vêtements rouges, à la recherche d’un scalpel ou un d’un couteau, un objet tranchant en somme. Il est tout à fait probable que je trouve soit l’un soit l’autre, car, je me prépare toujours à la possibilité de tomber par hasard sur un mort ou un gars prêt à l’être. Je pense sincèrement que tous médecins dignes de ce nom ce prépare à ces éventualités ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ʘ Médecin ʘ

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 651
♦ Messages : 146
♦ Âge du perso' : 0
♦ Fiche : L'élégance et la démence
♦ Date d'inscription : 24/06/2010
♦ Age : 27

MessageSujet: Re: C'est pas fait pour tous d'être si haut dans le ciel... [Myriam]   Jeu 10 Fév - 21:10

On ne sait jamais sur quoi on peut tomber dans la vie. Un jour c'est le grand vide et l'autre on trouve un superbe spécimen ! Et comme Ixart est loin d'être l'homme le plus baraqué de la terre il ne pouvait pas simplement frapper sa victime et l'assommé... ce qui explique facilement le fait qu'il traine seringue et sérum dans les poches de son manteau. En fait, le nécessaire du parfait petit médecin si on veux... puisqu'il s'y trouve aussi des scalpels, fil, aiguille... La vie est donc une éternel succession de surprise et d'imprévu pourquoi diable le laisser avoir par elle ? Prévoyant ce genre de situation on n'à jamais assez de matériel. Comme une femme et sa bourse, sauf que lui c'est pas tellement pour se repoudrer le nez.
Presque perdu dans les rides sinueuses du vieux monsieur, Ixart sursaute lorsque le forte voix de la femme surgit. Elle chiale contre les ingénieurs ? Ce n'est pourtant pas de leurs fautes si la température n'est pas des plus radieuses... remarque, lui aussi leurs en veut pour l'avoir coincé entre ses quatre murs étroits.

Bien que son regard est poser sur la demoiselle, Grégory n'ouvre pas la bouche un seul instant. Et voilà maintenant qu'elle se frappe la tête contre les portes. Bravo, belle solution. On s'abstient de répondre, encore une fois. Visiblement, elle n'attend pas de réponse ou si c'est le cas elle n'en recevra pas de sa part en plus, son alcool sent tellement mauvais... elle aussi quand on y pense. Un instant, la femme s'approche du vieux et constate qu'il est mort. Surprit, Grégory s'approche de quelques pas et décroise les bras pour approuver. Pourtant... il ne s'était pas trompé de seringue, non ? Enfin, peut-être... Mais ce n'est pas comme si un vieux débris allait pouvoir manquer a qui que ce soit. Conclusion : On s'en fou. En plus, madame rouge lui propose de joyeusement le découpé... ? EUH... ?! Qu'est-ce qu'on répond à ça, normalement ? "Oui ! Super ça risque d'être géniale !" ? Disons que ce genre de situation est aussi invraisemblable que réaliste et cruel.

Pourtant loin d'être venu dans le but de défigurer un vieil homme, le médecin sort de son manteau un scalpel et le tend à son homologue qui semble chercher un objet tranchant à se mettre sous la main afin de faire couler le sang de ce pauvre type qui n'avait jamais souhaité un tel sort.

- Je ne vois rien qui soit intéressant en cet homme, mais si vous souhaité vous amusé ne vous gêné surtout pas.

En gros "Je sais de quoi est fait un vieux débris, c'est pas la peine de le découper pour rien, ça va simplement tâcher nos vêtements et l'élévateur". Tellement de gens étaient passé sur sa table d'opération et le corps humain se ressemblait à chaque ouverture, celui d'un vieil homme ne devait sans doute avoir rien d'extraordinaire à lui offrir. Et pourtant, Ixart eu quand même cette étrange envie de se joindre a elle. Il avait beau vouloir chasser l'ennui de sa vie, il ne s'aidait pas beaucoup en restant dans son coin. Ce fut donc après un petit soupir que le jeune médecin se décida enfin, il s'accroupit de l'autre coté du corps et sorti un second scalpel.

- Finalement, je vous accompagne.

Avant toute chose, Grégory retira son manteau qu'il jeta un peu plus loin sans rien casser. Une chemise blanche dont il retroussa les manches et un simple veston noir, rien de spécial pour une sortie nocturne. Et voilà deux tarés en train de découper en rondelle un pauvre vieil homme malchanceux... Joli comportement de rapaces.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 127
♦ Messages : 135
♦ Âge du perso' : 28
♦ Fiche : Rouge
♦ Date d'inscription : 30/08/2010
♦ Age : 29

MessageSujet: Re: C'est pas fait pour tous d'être si haut dans le ciel... [Myriam]   Sam 12 Fév - 2:21

HAHA, j’en étais sûr, ce gars là il est aussi taré que moi et en plus il a voulu jouer au gentil minet en ne me rejoignant pas au début. Mais le fait est que lui aussi finalement il veut découper du vieux, que le sang et les tripailles ça ne le dégoûte pas un seul instant. De plus il m’a gentiment fourni un scalpel, un signe de galanterie envers une princesse des vicaires ? Hein, pourquoi pas, enfin parfois je m’imagine de ces trucs, je divague un peut là en fait. Il enlève quelques vêtements, chose que je fais également, me retrouvant en vieille chemise rouge et déjà taché de sang, mes longs et épais cheveux attaché en un chignon particulièrement mal fait. Je n’ai vraiment rien de l’incandescence de la beauté féminine d’habitude certes mais parfois moi même je me rends compte que je suis horriblement rebutante et aujourd’hui je ne suis pas particulièrement bandante. Me demande comment je fais pour attiré des femmes et des hommes, ils doivent avoir le sens de l’aventure.

En tout cas, je n’attend pas pour déboutonner la chemine du vieil homme, constatant que celui ci devait être assez riche, reconnaissant aux touchers la qualité du tissus ; de la sois sûrement, ou quelque chose y ressemblant énormément. Cela m’insiste alors à y aller avec un peut plus du brutalité, les gens qui sortent avec des vêtements aussi délicats je ne sais pas pourquoi ça m’agace profondément (je sais, je suis quelqu’un d’assez haineux). Néanmoins, j’y vais avec plus de doigté dans ma façon de passé la lame tranchante sur la poitrine de notre patient, souriant de toutes mes dents immondes en voyant le sang couler à grosses gouttes sur la peau si claire. J’aurais été seule que je n’aurais pas hésité pour le lécher ce sang, appréciant son goût et surtout le fait qu’il soit d’un magnifique rouge. D’ailleurs, je ne peux détacher mon regard sombre de la plaie que je viens de faire, je regrette soudainement ma scie. Rien qu’avec nos petits outils chirurgicaux nous ne pourrons pas atteindre le coeur en passant par le torse, c’est sur.

Tant pis, ce n’est pas non plus si grave que ça, surtout qu’au lieu de trifouillé dans le ventre nous pourrions aller explorer le crâne pour une fois. Suis sur que les murs de cet endroit sont assez solide pour pouvoir éclater la tête d’un homme, malheureusement, cette méthode risque de réduire le cerveau en miette, ce qui serrait fort dommage n’est ce pas ? Me demande soudainement quel goût peut avoir un cerveau humain et surtout si cela peut avoir des propriété intéressante ? Je réfléchi à cela tout en creusant de plus en plus profondément la plaie que je viens de créer. Au final, je suis assez satisfaite d’être tomber sur un médecin, parce qu’avec quelqu’un d’autre ça aurait été une autre paire de manches. J’imagine tout un coup que le vieux ne soit pas mort et qu’il se réveille en pleine opération, ça pourrait être assez amusant et très énervant en même temps. Cela me fais rire alors de pensé à ça, de ma gorge sort donc un son rocailleux, rien avoir avec le rire discret d’une jeune femme de bonne famille. C’est un rire qui pue la gorge abîmer par les alcools forts et les cris d’hystérique, c’est un rire qui ressemble un peut à celui d’un homme complètement bourré qui embête des serveuses dans une taverne.

Cela dure quelques secondes, bonnes secondes de pure hilarité, puis je calme enfin parce que bon, doit passé pour une folle face à l’autre gars là. J’essaye de me souvenir si je ne l’ai pas déjà croisé dans les couloirs des hôpitaux ou ailleurs, dans le cimetière par exemple. Non, je ne crois pas, en fait il à l’air trop distinguer, il n’a pas l’allure de l’illuminé qui s’amuse à déterrer des charogne un soir d’hiver à une heure ou tous les gens normaux dorment. Oui, sûrement que je l’ai croiser autre part ou alors je le confond avec une autre personne, ce qui n’est pas totalement impossible, je n’ai pas forcément la mémoire des visages et des noms. Complètement perdu dans mes réflexions, l’élévateur s’amuse d’un coup à faire de biens curieux bruits, comme si le mécanisme commençait tranquillement à perdre des boulons. Qu’est ce qui ce passe ? Qu’est ce que c’est que ce bordel ? Je regarde autour de moi, les sourcils froncer, mes épaisses lèvres rouges tordus en un rictus tout tordu. Je n’ai aucunes confiance en ces machines, il est possible que ce machin déraille et nous faces perdre à tous deux la vie. Raah, ça me gonflerait sérieusement que de mourir d’une façon aussi stupide. Fort heureusement pour mes pauvres nerfs, les sons finissent par s’estomper, rien que dans le but de me faire plaisir j’en suis sur !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ʘ Médecin ʘ

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 651
♦ Messages : 146
♦ Âge du perso' : 0
♦ Fiche : L'élégance et la démence
♦ Date d'inscription : 24/06/2010
♦ Age : 27

MessageSujet: Re: C'est pas fait pour tous d'être si haut dans le ciel... [Myriam]   Dim 13 Fév - 23:25

Sa y est, on s'enfonce carrément dans la démence du sujet. Par galanterie, Ixart laisse l'honneur à la dame d'ouvrir le bal -ou du moins, le corps. Cette fois, on se tiens en retrait en tant qu'assistant, ce n'est pas la peine de s'émoustiller pour un vieux. Le médecin plongea ses mains dans la plaie afin de la tenir ouverte pour que sa collègue puisse prendre son pied. Il est vrai que cette couleur rouge a quelque chose d'attirant tout comme sa texture et son odeur si particulière. Le corps est encore chaud, ce qui procure une nouvelle sensation de plaisir. Un médecin ne peut renier son goût profond pour la chose, sinon il ne ferrait pas ce qu'il fait. Ils étaient l'exemple parfait de la folie qu'engendrait la science. Sa partenaire avait elle aussi enlevé quelques uns de ses vêtement, démontrant une vieille chemise rouge tâcher de sang. Ixart n'aurait jamais mis le pied dehors en étant aussi sale... chez lui il ne s'en gênait pas mais à l'extérieur ça pouvait trop facilement rebuter les autres, sans parler de l'odeur. Enfin, bref... c'est pas tellement de ses affaires, la vie de cette femme ne le concerne en rien ! Si elle veux se balader attriquer comme un bucheron, c'est son choix... et pourtant ! Elle ne serait pas si mal une fois bien habiller, peigné et lavé. Rapidement, Ixart chassa cette pensé de son esprit... bien que l'image lui semblait assez attirante dans une marre de sang.

Il se surprit à regarder d'avantage la femme que la plaie du vieil homme, c'est pourquoi il baissa immédiatement les yeux vers le corps afin de ne pas se laisser distraire par ce sinistre rire. Plus d'une fois Ixart avait eu la joie de s'exprimer de cette manière mais jamais sa voix n'avait été aussi rauque et déchiré que celle-ci. Il supposa donc que l'alcool puant y jouait un rôle... Après tout, la rouge n'avait pas l'air de prendre soin d'elle autant qu'elle ne le devrait. De nouveau, il la vit vêtu d'une belle robe rouge avec un châle noir, les cheveux soignés et le corps lavé. La beauté diffère en chaque personne, Ixart aimait beaucoup les déformations mais il ne pouvait pas non plus s'empêcher de voir cette femme sous un autre jour. Ce rouge était carrément obsédant. En tout cas, le rire de sa collègue lui arrache un petit sourire. Au moins, elle a du plaisir et n'est-ce pas l'essentiel ?

Soudainement, son souffle se coupe. L'élévateur bouge et Grégory n'aime pas ça du tout. Loin d'être le seul à trouver la situation désagréable, il jette un oeil sur la femme. Elle semble dans le même état que lui. Les ingénieurs sont des gens parfaitement respectable et très intelligent, Ixart leur accorde sa confiance et pourtant il n'aime pas cette sensation des hauteurs et ce sentiment du danger imminent. Fort heureusement pour eux, les bruits cesses et sa respiration reprend en lâcha un long soupir de soulagement.

- Ceci est vraiment pénible...

Un peu de parole, pourquoi pas ? Leurs rencontres ne pourrait tout de même pas se passer d'échange ? Certes, ils se regardaient de temps a autres et semblait facilement communiquer sans prononcer le moindre mot. Comme quoi les médecins ont une manière de penser particulièrement similaire. Après ce petit interruption dans l'opération, le jeune scientifique se repencha sur le corps du vieux monsieur. Lentement le sang de ce dernier s'était étendu jusqu'à ses genoux et il ne l'avait même pas remarquer. Comme quoi ça n'avait aucune importance une fois les mains baignant dans la couleur du vice. Ce n'était surement pas la peine de faire de signe à la femme, sans doute allait-elle continuer et reprendre tout naturellement le petit jeu de sadique auquel ils s'adonnaient. Il releva distraitement les manches de sa chemise blanche avant de reprendre la plaie et de l'ouvrir d'avantage pour avoir plus de terrain.
Un peu plus et ça devenait excitant ! Jamais Ixart n'avait partagé un tel moment avec quelqu'un d'autre -Ok, peut-être son père mais c'était pour le lui apprendre-.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 127
♦ Messages : 135
♦ Âge du perso' : 28
♦ Fiche : Rouge
♦ Date d'inscription : 30/08/2010
♦ Age : 29

MessageSujet: Re: C'est pas fait pour tous d'être si haut dans le ciel... [Myriam]   Jeu 17 Fév - 2:17

Et bien faut croire que je ne suis pas la seule à ne pas aimer ces engins, dans un sens cela me rassure et m’indique également que ce gars là possède une bonne dose de bon sens. Souriant alors d’un air carnassier, je réponds que oui c’est fortement désagréable d’être coincé ici et qu’en plus les ingénieurs sont vraiment des imbéciles. Certes, je n’étais pas obliger de rajouter ça mais ce fut plus fort que moi et puit n’ais je pas raison ? Mais bon, ce n’est pas très intéressant de ce pencher plus longuement la dessus et je me replonge donc dans l’exploration du corps vieilli par les années. Me doutes bien que l’on trouvera guère de choses intéressante toutefois, cela m’amuse quand même beaucoup, puis le temps passe bien plus vite de cette manière. Mon scalpel vint alors ouvrir avec grande délicatesse le ventre de l’homme âgé, libérant une odeur dont se serrait passé en fait, les vieux ça pu plus que les jeunes gens, c’est prouvé scientifiquement.

J’identifie cette odeur comme étant celle des âges passé ainsi qu’une bonne dose de renfermer et bien d’autres choses en fin de compte, ont va finir étouffer. Finalement, je vais peut être m’abstenir d’aller farfouiller dans les tripes de notre patient. N’empêche que je ne me gène pas pour plonger une main dedans, celle ci allant se perdre parmi les organe, le corps étant encore chaud c’est tout à fait agréable. J’aime lorsque la chaleur de la vie se trouve encore confiner au sein d’un cadavre, cela donne la sensation de plonger ses mains dans une sorte de nid douillet. Mon sourire tout en dentition s’agrandit encore plus et je lance un regard de pure démence à mon compagnon d’infortune. Je remarqua ainsi pour la première fois qu’il n’est pas mal dans son genre, distinguer avec de la classe (j’ai pas pour habitude de rencontrer de tels hommes, couchant plus souvent avec des hommes ressemblant à des bêtes). Il doit être du genre à sortir dans des soirées mondaines, à fréquenter des nobles ou des sénateurs et à habiter dans une grande maison (voir un château). L’opposer de moi, ce qui n’a rien de dérangeant, je me fiche royalement de la façon de vivre des gens, même de ceux qui sont infiniment plus riche que moi.

Mon père avait du mal lui avec les gens riches, me demande même si les cadavres qu’il ramenait ne faisait pas partie de la bourgeoisie du coin ou l’on habitaient tous deux. Probable, cela remonte à des éons cette époque, désormais je me retrouve là en face du gars le plus élégants que j’ai jamais rencontrer, mes mains plonger dans une charogne. D’ailleurs, je trouve que cette situation à quelque chose de plus en plus surréaliste, comme si ce que nous faisions n’avait pas lieu d’être dans un tel lieu. Ce n’est pas faut dans un sens, néanmoins ce n’est pas ce genre de détail qui va m’arrêter (même morte je continuerais à découper des cadavres, j’en suis sur). Faisant preuve de doigtée, je sort lentement le foie du vieux à l’air libre, l’organe en question est dans un état assez mauvais. Aurait il été du genre alcoolique ? Ce n’est pas impossible, l’alcool ça n’a rien de très sein pour le corps. J’aurais été seule, je l’aurais goûter, mais là j’hésite un peut tout de même. Ainsi, l’air de rien, je lance de ma voix rauque :

« Vous avez déjà goûter à de la chaire humaine ? »

Sérieusement je suis réellement tenté par ce bout de viande que je tiens entre mes mains. Enfin ... peut être pas pour ce foie tout malade en fait, mais au moins par d’autres parties plus charnues et appétissante. Après tout, la science n’est elle pas faite d’expérimentation ? Je ne sais trop en quoi manger un homme la ferra avancer, mais qui ne tente rien n’à rien n’est ce pas ? Cependant, je repose l’organe au sol, dans le but de le ramener chez moi afin de l’installer dans un joli bocal qui ira rejoindre mon amusante collection d’organes. Si nous étions pas dans un espace aussi confiner, j’aurais eu le plaisir d’ouvrir l’estomac et de voir de ce fait ce que le vieux à manger au cour de la journée. Mais j’ai un peut peur de l’odeur là, à l’air libre je dis pas ayant subis pire, finalement je commence à m’intéresser de plus prêt à la tête. Disséquer un cerveau c’est de suite plus intéressant que de constater que le vieux était sûrement un pilier de bar. La question est de savoir comment l’ouvrir ce crâne, j’aurais du garder ma bonne vieille scie sur moi, elle me manque là d’un coup. Un marteau ça aurait été formidable aussi mais un tantinet plus barbare ... Hé malheureusement on a pas toujours ce que l’on veux hein ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ʘ Médecin ʘ

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 651
♦ Messages : 146
♦ Âge du perso' : 0
♦ Fiche : L'élégance et la démence
♦ Date d'inscription : 24/06/2010
♦ Age : 27

MessageSujet: Re: C'est pas fait pour tous d'être si haut dans le ciel... [Myriam]   Ven 18 Fév - 17:31

En plus de ne pas aimer ce genre d'engin, elle lui indiqua son dégout pour les ingénieurs. Et pourtant ! Ils étaient les frères des médecins, non ? Ils n'ouvrent pas les corps mais bien des machines, ce qui n'est pas si différent sur le plan technique. Certes, un humain c'est une vie, c'est chaud et c'est réellement salissant de s'en débarrasser... Une machine aussi dans le fond. Les deux se tenaient côte a côte dans le domaine de la science et c'est pourquoi Ixart pouvait les respecter et admirer leurs travails sans se plaindre. Quoi que parfois certain de leurs engins demande d'être améliorer ! Le parc des lumières est toutefois l'un des endroits les plus splendides. Il ne s'agit que d'opinons personnel, n'est-ce pas ? Donc, nous revenons à notre bon vieux monsieur dont l'odeur nous démontre encore une fois son état de décomposition avancé. Il est pourrit de l'intérieur ?! Grégory ne peux s'empêcher de froncé les sourcils et de retenir sa respiration quelques instant, le temps que l'odeur se dégage un peu. Puis, la femme se gêne pas et plonge dedans avec un gros sourire.

Normalement, une femme serait dégoûter par la chose et prendrait ses jambes a son coup pour fuir ce genre d'expérience. Pas celle-ci, au grand contraire elle prend son pied ! En plus, son regard est aussi fou que le sien lorsqu'il se retrouve devant un corps passionnant. Elle était bel et bien une des rares femmes de la médecine. Les hommes étaient majoritaires dans le domaine, si bien qu'Ixart se surprenait toujours de voir le sexe opposé être si enthousiasme a l'idée de découper quelqu'un. Elles sont toutes aussi cinglées, pas de doute. Son attention se lève quelque instant sur l'organe que sa collègue retire du corps. Encore une fois, c'est loin d'être dans un bon état... mais c'est justement ça l'âge. Le vieux à pas fait la belle vie à son foie du moins ! Et voilà que son homologue lui sort la phrase la plus drôle de la journée. "Manger de la chair humaine" ?
Une question si simple pouvait laisser entendre que l'envi d'y gouter la prenait. C'est une expérience comme une autre mais Ixart avait toujours été dégoûter par ce désir. Généralement ses cobayes n'étaient jamais un exemple de propreté et de fraicheur. Peut-être qu'une fois lavé et bien cuit ça pourrait être délicieux. Que devait-il lui répondre ? S'il lui disait que jamais il n'avait oser le faire, ça pourrait lui donner l'envie de tenter l'expérience... et si au grand contraire Ixart raconte que ça a un goût atroce elle renoncera peut-être ? Pourquoi donc ce soucier de ce qu'elle pourrait bien ingurgiter ? Après tout, cette femme semble avoir un estomac d'acier pour pouvoir avaler un tel poison que son alcool à l'odeur de chaussette.

- Non, pas encore... mais le goût ne doit pas être si différent des autres animaux.

De la viande c'est de la viande, non ? Un mammifère reste un animal et l'être humain fait partie de cette catégorie, alors pourquoi n'aurions nous pas le même goût qu'un poulet ? Probablement peut de personne on tenter d'y goûter peut-être était-ce par peur d'en apprécier le goût et d'en redemander ? Par humanité ? Son paternel y avait peut-être goûter et trouver le goût aussi amer que le reste ? La saveur d'un aliment diffère avec l'environnement et l'humain avait un rythme de vie complètement différent les uns des autres. On ne sait jamais sur quoi tomber, d'où le risque d'être déçu par le repas. Mais peut-être qu'un jour où son esprit sera en pleine divagation tentera t'il l'expérience ? Ouvrir une proie, lui découper soigneusement la chair et la faire cuir pour ensuite la déguster avec une petite sauce à l'orange ? Qui sait. Pour le moment, Ixart n'avait pas cette curiosité et préférait se concentrer sur le corps encore chaud du vieillard et sur l'organe gentiment déposer sur le coté que s'adonner a du cannibalisme.

- Et quant à tenter l'expérience, je dirais qu'un jeune corps en bonne santé serait l'idéal...

Ixart ne paraissait pas dégoûter par la conversation, il semblait même le prendre au second degré. Comme si ça n'avait rien de très spéciale et qu'il ne s'agissait que d'un vulgaire morceau de viande. Son attention de nouveau vers la première plaie du monsieur, le jeune homme plissa légèrement l'oeil et approcha son visage de quelques centimètres et finalement et plongea une main puis l'autre muni du scalpel. Il découpa certain tissu pour en sortir une vieille clé... Ce mec devait avoir quelque chose à cacher pour mettre ce genre d'objet à l'intérieur de son corps ! Car il faut supposé qu'il était médecin, ou encore qu'il avait eu affaire à l'un d'entre eux pour y avoir mis une clé a cet endroit. Ixart resta sans voix en observant la chose... puis... Il se mit a rigoler ! Ce n'est pas tout les jours qu'on tombe sur quelque chose d'aussi inusité !

- C'est n'importe quoi, encore heureux que ce ne soit pas ça qui l'ai tué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 127
♦ Messages : 135
♦ Âge du perso' : 28
♦ Fiche : Rouge
♦ Date d'inscription : 30/08/2010
♦ Age : 29

MessageSujet: Re: C'est pas fait pour tous d'être si haut dans le ciel... [Myriam]   Dim 20 Fév - 0:18

Une clé !! hahaaha, qu’est ce que ce gars voulait tant caché ? Où menait cette clé ? Ou encore qu’est ce qu’elle pouvait bien ouvrir ? C’est une boite au trésor ce vieux monsieur, cela me donne envie de le découper encore plus histoire de trouver des surprises moi aussi. Cela m’étonnerait par contre qu’il ait quoi que se soit de caché dans son cerveau, me paraissant assez difficile d’introduire un objet dans cet endroit là, néanmoins ce n’est pas une raison pour ne pas aller y voir. Je lâche un petit rire à la réflexion de mon homologue, qui finalement est assez sympathique, et examine de plus prêt le petit objet en argent. Elle est jolie, toute simple et sans décorations inutiles, un objet que l’on trouverait chez un riche bourgeois, ce qu’il était sûrement. Dommage dans un sens que le vieil homme soit mort en fin de compte, parce qu’il aurait aisément pu nous éclairé sur ce mystère. Or, nous n’aurons plus qu’à nous débrouiller seul lorsque nous sortirons enfin de cette infernal boite.

Cette dernière d’ailleurs recommence à grincer, me rendant quelque peut nerveuse et en plus j’ai l’impression d’entendre des voix. Elles sont lointaines, pourtant je suis sur qu’elles existent, à moins que je perde la tête ou que l’alcool était coupé avec des produits bizarres. Je n’ose encore me prononcer la dessus et préfère me reconcentré sur l’essentiel, c’est à dire la boite au trésor faite de sang, de chaire et d’os vieilli par les ages. Cependant, avant je ressort ma bouteille afin d’en boire une bonne rasade, en fait, je la finie complètement. Voila, suis soul, toutefois je ne suis pas sur qu’une personne ne me connaissant pas puisse faire réellement la différence, parce que soul ou pas, j’ai toujours l’air d’une folle sauvage. Voyant légèrement en double, je m’apprête enfin à m’occuper de cette tête, elle commence à m’énerver sans raisons aucunes. Mes mains sont un peut moins sur, mais j’assure quand même, enfin j’en ai l’impression, hé l’alcool sa rend pas plus agile dommage.

Je coupe alors tendrement la peau du crâne, assez profondément pour que l’on puisse apercevoir le blanc du crâne. Le crâne, obstacle presque infranchissable, pourtant je reste persuadé que l’on va bien trouver une solution à ce petit problème. Malheureusement les voix se font de plus en plus proche, ce qui m’étonne, est il possible que des gens se trouvent en dessus de l’élévateur et cherche à sauver ceux qui se trouvent coincé à l’intérieur ? Ce serrait gênant non qu’ils nous retrouvent en train de disséqué un pauvre vieux, quoique personnellement je m’en moque, mais peut être que l’élégant homme qui m’accompagne accorde plus d’importance à sa réputation ou image. Peut importe, vais pas m’appesantir la dessus n’est ce pas ?

Surtout que je viens de me rendre compte que j’essaye, depuis plusieurs minutes, de découper le crâne à l’aide de la petite lame de mon scalpel. C’est idiot, je vais finir par l’abîmer et ensuite pourrais plus m’en servir !! Distraitement je replonge mon autre main dans le corps, qui commence à ce refroidir, et sent alors quelque chose qui ne devrait pas s’y trouver. C’est du papier, ou je délire une fois encore, je sors donc la chose en la regardant avec grand étonnement. Haha, je dois dire que je suis satisfaite d’avoir fait également une drôle de découverte. Cela ressemble à un tout petit rouleau de parchemin, je le déroule et y trouve de curieux symboles inscris dessus. Je ne suis pas inculte, je sais lire, néanmoins ces écrits me sont totalement inconnus. Je tends le papier à mon cher camarade en demandant :

« Pouvez vous déchiffrez ça ? »

Le mystère autour du vieux s’épaissit donc de plus en plus, ce n’est déplaisant, excitant en fait. En tout cas, il n’était pas clair du tout l’ancêtre, il y a des chances qu’il soit encore plus cinglé que nous deux réunis. Oui, parce que caché une clé et un parchemin sur sois ce n’est pas un signe d’esprit sain je dirais. Commence à avoir chaud, l’énervement ? L’enfermement ? L’alcool ? Je n’en ais aucune idée, or, je trouve pas ça agréable, la chaleur me mettant plus ou moins mal à l’aise. Du coup, je remonte mes manches puis déboutonne le haut de ma chemise. Dévoilant ainsi le début de ma poitrine, en restant encore assez descente. Attendant une réponse, me replonge dans le problème du crâne, étant fortement décider à le découper d’une manière ou d’une autre ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ʘ Médecin ʘ

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 651
♦ Messages : 146
♦ Âge du perso' : 0
♦ Fiche : L'élégance et la démence
♦ Date d'inscription : 24/06/2010
♦ Age : 27

MessageSujet: Re: C'est pas fait pour tous d'être si haut dans le ciel... [Myriam]   Mer 23 Fév - 21:28

Sa collègue ne semble pas plus insister sur le cannibalisme, elle n'en dit rien. C'est un peu dommage mais rassurant aussi donc il n'y a pas de problème. Donc, il trouva la clé et la prêta à la femme à ses cotées pour qu'elle puisse bien l'Examiner à son tour. Un peu plus et Ixart eu l'impression que cette petite chose métallique ressemblait a une chasse au trésors. Le seul truc zarb était le corps du vieux monsieur. Peu importe.
Soudainement, la machine dans laquelle ils se trouvaient bougea. Ce qui raidit le médecin et lui fit serrer les dents. L'élévateur n'était pas un problème, mais la hauteur si ! Ce n'était pas réellement une peur mais disons que l'idée de s'écraser au sol comme une fourmis ne faisait pas parti de ses projets ! Il y avait encore tant de chose a faire et à découvrir avant de songer à la mort. En plus il y avait des voix pour accompagnés le tout, peut-être cherchaient-ils à les sortir de ce guêpier ? Il ne songea pas à l'image que pouvait donner ces deux médecins agenouiller devant la pauvre dépouille du vieux mec coffre au trésors... Probablement parce qu'au final il avait bien du plaisir a partager cet expérience avec quelqu'un.

Seulement, le jeune homme ne pouvait comprendre l'obsession de cet femelle à vouloir ouvrir le crâne... puisque c'est visiblement ce qu'elle tente de faire. Y'a jamais rien de très intéressant dans un cerveau et certain son plus petit et inexistant que d'autre. Tout comme celui de sa collègue qui devait être bien noyée dans l'alcool putride qu'elle avait avalée un peu plus tôt et dont elle gardait l'odeur. Grégory préféra ne pas s'en soucier d'avantage puisque de toute manière elle ne pouvait ouvrir ce crâne sans les outils nécessaires à l'opération. Cette femme finira bien par retourné au corps du sujet, ce qui finalement arriva. Le résultat en fut d'ailleurs plus que surprenant, elle eu aussi la chance de trouver un objet inhabituel dans le corps... Vraiment étrange le vieux débris... quel genre de mec planquerait une clé et un parchemin dans son corps ?! Il faudrait vraiment à tout prix garder ces deux choses hors de la vue des gens aussi curieux qu'eux pour penser cacher ça là.

À son tour maintenant de voir ce qu'il peut y avoir d'écrit. Machinalement Ixart essuya ses mains rouge sur ses vêtements pour tenir le petit parchemin. Plissant les yeux pour tenter une lecture, sans succès. Peut-être une sorte de code personnel ? Après tout, en tant que médecin au service de la science... il avait lui-même un système de placement de document particulièrement étrange. Rien dans un simple ordre alphabétique, pour les autres c'était un foutoire total mais pas pour lui qui s'y retrouvait avec une simplicité déconcertante. Bref passons ! Sa collègue l'avait tirer de ses penser en tentant de nouveau une percé dans ce foutu crâne de vioc. Franchement exaspérant... pour peu de temps car son regard s'arrêta un moment sur la poitrine de la jeune femme. Vraiment bien. Jolie et ronde tout comme il le faut. Était-ce là l'angoisse ou la chaleur qui lui montait à la tête pour penser ainsi ? A moins que ce ne soit l'odeur du sang mélangé à cette crainte des hauteurs ?

- Ça ne sert à rien de s'acharner sur la tête, on ne peut pas l'ouvrir sans les outils.

Qu'elle casse son scalpel, il n'en avait rien a foutre mais ça l'agaçait profondément de la voir si entêter face a un problème qui ne pourra être résolus.

- Et pour le bout de parchemin, je n'y comprend rien moi non plus... faudrait étudier ça d'un peu plus près une fois sorti d'ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 127
♦ Messages : 135
♦ Âge du perso' : 28
♦ Fiche : Rouge
♦ Date d'inscription : 30/08/2010
♦ Age : 29

MessageSujet: Re: C'est pas fait pour tous d'être si haut dans le ciel... [Myriam]   Ven 25 Fév - 22:40

Malheur de malheur, jamais je n’arriverais à découper ce crâne, d’une part parce que je n’ai pas les outils adéquat et également parce que j’ai la net impression que j’en aurais pas le temps. En effet, les voix se sont rapprochées, devenant vraiment distincte, des gens qui parlent de nous sortir d’ici. Maintenant je n’ai plus du tout envie de sortir de cet élévateur moi, suis bien là découper de la chaire morte en compagnie d’un parfait inconnu, je ne voix pas de meilleures façon de passé ses nuits. D’ailleurs, fait il encore nuit ou le jour à t il daigner se lever ? Il faut dire aussi que l’ont perd facilement la notion du temps dans un endroit pareil, à en devenir fou limite. Ce n’est pas le problème, le problème est qu’il serrait peut être judicieux de refermer monsieur coffre au trésor avant que les portes de la machine ne s’ouvrent. Quoique ce n’est pas réellement un crime en soit que de découper un mec, enfin si aux yeux de l’église si, mais quoi on va pas nous mettre dans des cachots tout de même hein hein ?

En tout cas, cette soudaine distraction m’a totalement enlever de l’esprit ce crâne, ce cerveau mais non pas le parchemin ainsi que la petite clé, il faut absolument les caché quelque part. Sans ménagement je reprend alors le petit papier et le cache simplement dans mon soutien gorge, on je pourrais pas trouver mieux, a part peut être dans mes autres sous vêtements, qui oseraient chercher en ces endroits précis ? Certainement des petits ignorants qui ne savent pas à qui ils ont affaire, désormais il serrait temps de refermer le vieux, je remarque d’un coup que l’odeur et la chaleur commencent à devenir doucement infernals ici. Néanmoins, je préfère auparavant demander l’avis de mon cher collègue, car, à la différence de ma charmante personne, il n’est pas soul comme une barrique. D’une voix, que je m’efforce de faire douce (aller savoir pourquoi d’ailleurs) je dis :

« D’un instant à l’autre nous allons être libéré d’ici, d’après ce que j’entend dehors, je pense que vous aussi l’avez remarquer ... Refermer notre gentil patient serrait une bonne idée non ? »

Un sourire, qui aurait pu être charmeur si je n’avais pas les dents aussi jaunes, se dessine sur mon rond visage. J’ai envie de vomir, l’alcool me monte à la tête et je n’ai plus réellement l’esprit en place, peut importe, ais vécu bien pire comme situation finalement. Quelqu’un gueule à l’extérieur qu’il va ramener une échelle, bonne initiative mon gars, je n’aurais pas trouvé mieux pour nous faire descendre. En fait, je ne sais exactement à quelle hauteur nous nous trouvons, sautez serrait alors possible comme option. J’imagine alors que nous nous écraserons lamentablement au sol, réduisant nos corps à un chaos de chaire d’os et d’autres choses inidentifiable, ce qui pourrait être drôle dans un sens si l’on possède un solide estomac.

Or, ce ne serrait certainement pas le cas, je me demande si je reverrais cet homme, me rend compte que je ne connais même pas son nom. Il ne sait pas le mien non plus remarque. Deux personnes normales auraient trouver bien de se présenter, nous ont à trouver mieux, découper un corps en duo ça te rapproche de suite beaucoup plus vite n’est ce pas ? Des coups sur les portes désormais, ont tente de les défoncer ma parole ! Les sourcils froncer, je regarde les dites portes, m’attendant à voir à chaque instant des fissures apparaître dessus. Je ne sais pas si c’est très malin de faire ça, les ingénieurs, ils ne vont pas être content que l’on abîme leur jouet. Tranquillement, je demande :

« Reverrons nous afin de percer le mystère du parchemin et de la clé ? »

Ce ne serrait pas désagréable, de ce fait ferrions nous plus amples connaissance, ensuite lorsque le mystère ne serrait plus et bien ... On se perdra de vue, ce qui est inéducable mais pas une mauvaise chose, on ne se ressemble pas assez pour s’entendre sur une longue durée je pense. Pensivement mon regard se plonge de nouveau dans la charogne pourrissante, ce pauvre vieux, s’il savait ce qu’on fait de lui en ce moment même. Certainement qu’il n’apprécierait pas la plaisanterie. M’en fiche, il n’avait qu’à ne pas mourir aussi, mais quelle drôle d’idée de claquer dans un élévateur ? Ha, les gens sont de profonds idiots parfois. Surtout ceux de l’extérieur, ils veulent nous sauver (haha la bonne blague) mais aucuns d’eux n’à daigner poser la question de savoir si nous allons bien ou pas, en fait, il est possible qu’ont soient tous mort à l’intérieur. Qu’est ce qu’ils en savent en fin de compte ? Rien de rien, ça m’énerve un peut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ʘ Médecin ʘ

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 651
♦ Messages : 146
♦ Âge du perso' : 0
♦ Fiche : L'élégance et la démence
♦ Date d'inscription : 24/06/2010
♦ Age : 27

MessageSujet: Re: C'est pas fait pour tous d'être si haut dans le ciel... [Myriam]   Lun 28 Fév - 15:12

Les bruits extérieurs se faisaient plus insistant et démontrait clairement qu'on tentait de les sortir de cette petite boite de sardine. Galère, en plus avec une scène si clairement démentiel du savoir des médecins... Ixart ne fut pas surprit de voir la femme s'emparer du bout de parchemin, elle l'avait trouver alors normal que ce soit maintenant à elle, quant à lui il glissa la clé dans l'une des poches de son veston. Comme ça, ils avaient tout deux une pièce du puzzle. Son oeil unique se baissa a nouveau sur le vieille homme lorsque son homologue lui proposa de le refermé... pas bête mais un peu inutile vu tout le sang qu'il y a sur le sol, la discrétion était déjà impossible. Toutefois, Grégory alla chercher à son manteau de quoi refermer la vieille peau fripé. Une aiguille et du fil de soie. Particulièrement habile en la matière et complètement sobre contrairement à sa collègue, le petit médecin s'afféra à la tâche sans attendre. Encore quelque minutes et cette porte allait s'ouvrir, il serait agréable d'en avoir fini avant.

Grégory était loin de douter de son habileté et honnêtement il était bien content que pour une fois quelqu'un d'autre que Shane le voyait à l'oeuvre. Ça ne dura qu'une dizaine de minute mais tout juste assez pour ne pas être déranger. Une fois l'homme refermer comme un bon sac poubelle, le scientifique se releva et alla chercher son manteau qu'il revêtit aussitôt. Heureusement qu'il tenait un mouchoir de poche sur lui, ce qui lui permit d'enlever un peu du sang qui tâchait ses mains et son visage. Tant pis pour les genoux, les miracles n'existes pas. C'est alors que la voix rauque de la femme vint à lui avec une proposition assez amusante. Une chasse au trésor ! C'est alors qu'Ixart remarqua un détail... il n'avait aucune idée du nom de cette femme ni de son identité... remarque c'est pas tellement important mais sur le coup c'est toujours drôle de se rendre compte de cet oubli. Le corps avait été décidément bien plus passionnant que de simple échange d'information.

Un sourire vint étirer ses lèvres. Rien d'exagérer, juste... joueur.

- Une chasse au trésor ! Très bonne idée.

Pas la peine de prendre les coordonnés de l'autres, leurs prochaines rencontres se ferra aussi naturellement que celle-ci et la flamme de la curiosité les emportera ! Non ? Sinon, il ne sera pas bien difficile de retrouver cette femme en rouge avec son style de gros camion elle est assez dur a manquer.
Un son vraiment désagréable se dégagea de la porte de l'élévateur. Une fissure, des voix et des visages. Parfait ! Ils allaient sortir d'ici ! Mais surtout, ils ne devaient pas s'attarder parce que sinon les questions de ces sauveurs allaient devenir gênantes, dans le sens où il serait désagréable d'y répondre et d'avoir a se justifier.

- À la prochaine, Lady Red.

Ixart sorti de la boite sans attendre, démontrant une certaine impatience plutôt fausse. Il n'engueula même pas les messieurs pour avoir conçu une machine aussi défectueuse que celle-ci, aucun remerciement non plus. Un simple geste de la tête reconnaissant mais presser. Tout juste pour leurs faires comprendre qu'il n'était pas intéressé à rester là plus longtemps. Et hop ! on s'éclipse assez facilement et on disparait sans laisser de trace... ou presque... une légère odeur de sang le suivait, mais c'est tout, on lui ficha la paix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 127
♦ Messages : 135
♦ Âge du perso' : 28
♦ Fiche : Rouge
♦ Date d'inscription : 30/08/2010
♦ Age : 29

MessageSujet: Re: C'est pas fait pour tous d'être si haut dans le ciel... [Myriam]   Lun 28 Fév - 23:25

Et voila, c’était enfin terminer le calvaire, je pouvais sortir de ce sordide lieu ! Quoique, je dois dire que finalement j’étais plutôt contente d’ouvrir un vieux avec l’autre gars là, qui est parti d’ailleurs sans dire mot à nos sauveur, lui au moins n’était pas du genre à s’étaler en remerciement. J’aime cette façon de ce comporter, il n’était pas un hypocrite ou une chialeuse, ce qui prouvait que c’était un mâle un vrai. Ou alors ça prouve simplement que je suis tellement bourré que je m’imagine n’importe quoi, c’est fort probable, je suis tellement soul d’ailleurs que je ne fais pas qu’imaginer n’importe quoi, mais j’agi aussi de façon complètement incohérente. Parce que se cassé le dos à vouloir transporter un cadavre fraîchement refermer c’est un peut louche, mais comme on l’aura remarquer depuis longtemps, je ne suis pas une personne qui se soucie vraiment de ce pense les gens d’elle.

Je ne sais pas pourquoi je veux absolument emporter le mort avec moi, surtout qu’on commence à me regarder avec suspicion, j’invente une histoire de parent décéder dans l’élévateur, il faut que je l’enterre n’est ce pas ? Parce que voyez vous, je suis sa petite nièce et il est mort dans ce terrible endroit construit par ses idiots d’ingénieurs, il le droit à avoir une sépulture descente ! On continu de me regarder avec des regards bizarre, je m’en moque, je ne sais pas, je veux ce corps, c’est essentiel nom de l’Ombre. C’est une idée qui vient de s’installer chaudement dans ma tête toute rouge, et qui ne partira pas tant que je n’aurais pas posé gentiment la charogne dans mon lit. Pourquoi dans mon lit ? Je ne sais pas, peut être parce que n’ai guère de place dans mon trou à chats. En tout cas j’arrive enfin à hisser le tas de chaire morte sur mes épaules, je sens que je vais me taper un sacré mal de dos après ça, puis je sors à mon tour de l’élévateur. Voyant que la sortie se trouve être une échelle à la con, je révise soudainement mon envie délirante d’emporter le vieux avec moi.

Je ne vais pas pouvoir descendre avec ça sur le dos, impossible, manque d’équilibre, trop de poids sur moi je vais surtout me casser la gueule en beauté. On me lance des regards de plus en plus éberluer lorsque je repose la tas de viande à l’intérieur de l’élévateur, du coup je leur fais un grand sourire, charmeur le sourire je précise. Je ne pourrais deviner ce qu’ils pensent exactement de mon état mental, sûrement qu’il doit être défectueux (comme la machine un peut), néanmoins ce n’est guère mon problème. Nan, le problème désormais se situ dans la façon que je pourrais descendre, l’alcool sa t’enlève tous sens de l’équilibre ainsi que de la hauteur. Ma tête tourne, je voie double, suis pas sur que je m’accroche réellement à une échelle là. On décide de m’aider, on s’imagine que j’ai été émotionner par tous ce qui c’est passé dans cette grosse boite. Je rejette violemment les bras qui m’entoure la taille et épaules, j’agis à la manière d’une bête blesser, toute façon, je suis une bête ! Doucement je descend la mince échelle en bois, me concentrant entièrement sur ce que je fais, tentant de ne pas trop me laisser distraire. Malheureusement, lorsque tes veines sont plus remplient de mauvais vins plutôt que de sang, ces genres d’exercice se révèlent pratiquement impossible.

Tout ça pour dire, qu’au final, j’ai manqué un barreau et que j’ai donc fini la descente à la façon d’un gros sac de chaire molle. Fort heureusement je n’ai rien de cassé, juste très énervement, me relève alors et braille des insultes à qui veux l’entendre, sur les ingénieurs. Ensuite je reprend la marche, peut sur de moi de la destination, cependant je m’en fiche royalement. J’ai pas le courage d’aller jusqu’à chez moi, vais me trouver un coin ou m’étaler (les terroristes le font eux, pourquoi pas moi ?). Je trouve assez rapidement un coin qui m’a l’air accueillent ma foi, il est presque vide, y a juste un autre gars qui semble encore plus soul que moi, ronflant comme un ours, adosser contre un mur. Je m’installe à coté de lui, va faire une drôle de tête en voyant une nana toute en rouge ronfler avec lui demain matin, je n’ai pas peur de me faire violer ou attaquer. Parce que cela m’importe peut, si un homme me trouve assez bonne pour que je lui face son affaire, je trouve ça plutôt flatteur. Je me sens trop confortablement installer de toute manière pour bouger, je m’endors presque instantanément. M’inquiète seulement au sujet du petit parchemin, j’espère vivement que l’on ne va pas me le voler .... Or, avant que je ne m’inquiète de trop, mes ronflements retentisse en concert avec ceux du poivrot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: C'est pas fait pour tous d'être si haut dans le ciel... [Myriam]   

Revenir en haut Aller en bas
 

C'est pas fait pour tous d'être si haut dans le ciel... [Myriam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ѧ Le Quartier des avancées Ѧ :: Élévateurs-