Partagez | 
 

 Franziscka Halbrum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
† Prêtresse †

avatar

♦ Influence : 247
♦ Messages : 313
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Un mur de glace...
♦ Date d'inscription : 31/12/2010
♦ Age : 24

MessageSujet: Franziscka Halbrum   Dim 2 Jan - 2:02

Votre Carnet d'Identité

    Nom de Famille : Halbrum
    Prénom(s) : Franziscka
    Surnom : On la surnomme souvent Franz, il faut avouer qu’elle ne l’aime pas beaucoup à cause de la connotation masculine.
    Âge : Elle a vingt ans.
    Titre de noblesse : Malgré que son grand père soit un riche comte de la province de Khini Lao, Franziscka n’a pas hérité du titre de comtesse à cause de son père. En effet ce dernier a renié ce titre et a quitté le foyer familial contre l’avis de tous. Frustré par une telle impertinence, le grand père coupa tout pont avec son fils et ignora les excuses futurs du couple.
    Province : Frickwitch
    Faction et classe : Eglise - prêtresse
    Orientation Sexuelle :Hétérosexuelle
Pouvoirs :
- Respect : qui lèverait la main sur un serviteur de l'Ombre ? Un fou, sans doute.
- Manipulation des ombres : vous pouvez rendre les ombres tangibles et vous en servir pour attaquer, vous défendre ou déplacer des objets. Il s'agit d'une technique ancestrale, basée sur les gestes et la volonté du prêtre. Ceux qui l'exercent ressemblent à des danseurs ou des adeptes d'arts martiaux. Souvent, on donne aux ombres un aspect tranchant... Mais à chacun sa technique.
- Vision



Vos opinions

Si l’on veut bien conduire le peuple, il faut connaître ses aspirations et les mouvements qui l’agitent selon Franziscka. La jeune fille se tient donc souvent au courant de l’actualité et est très attentive aux diverses intrigues qui chamboulent Ishtar. On prétend même qu’elle irait jusqu’à rencontrer des informateurs pour recueillir plus de détails. Cette manie-là pourrait être attribuée à sa grande curiosité qu’à autre chose.
Ne nous égarons pas et continuons donc à expliquer sa position au sein de la politique. Elle est bien évidemment pour la monarchie et est contre pour une quelconque réforme du système politique. La famille Royale est sous la protection de l’Ombre, par conséquent il est impensable pour Franziscka d’imaginer du changement sans l’accord de l’Empereur. Autant dire qu’elle n’apprécie pas les éclairés, surtout les terroristes qui usent de la violence pour mener à bien leur blasphème envers l’Ombre. Une bande d’ignorants qui ne mériterait que de mourir sous la torture … ce dernier point, elle le laisse au bon soin des inquisiteurs.
Franziscka n’éprouve aucune sympathie pour les hérétiques, ceux qui osent défier l’Ombre ou encore ceux qui veulent renverser un pouvoir établi depuis des siècles. De plus elle éprouve un dégoût envers les esclaves, des abominations qui ne devraient pas exister. Il faut comprendre qu’elle ne supporte aucune expérience humaine et même si elle est malade, elle ne fait pas appel à des médecins, les considérant comme des fous à éviter à tout prix. Quant aux ingénieurs, elle ne les hait pas entièrement et ne leur déclare pas une guerre ouverte. Tant qu’ils ne touchent pas aux lois établies par l’Ombres et qu’ils ne développent qu’une ou deux machines pour faciliter la vie de la population [comme des monte-charges ou autres machines mécaniques], elle ne les détestera pas particulièrement.
Quant à l’aristocratie, tant qu’ils sont bons croyants, elle sera une bonne prêtresse. Autrement qu’ils ne l’approchent pas, ils rappellent désagréablement les nombreux voyages et absences de son père et l’inflexible grand père qui n’a pas hésité un instant à la jeter à la rue. Si l’Eglise n’était pas là … Pour Franz , l’Eglise est la loi absolue, la seule vérité qu’il faut suivre. Elle ne voit donc que d’un bon œil l’ascension du haut prêtre en régent de l’empire d’Ishtar.



Description : Qui êtes-vous et à quoi ressemblez-vous ?

Physique :
Elle est bien la fille d’un noble. Ses traits sont fins et nobles, elle se tient toujours bien droite, la tête fièrement dressée pour vous lancer des regards hautains et glacials grâce à ses yeux d’un vert émeraude hypnotisant et ses cheveux bruns allant jusqu'au bas du dos prennent de temps en temps des reflets dorés sous un beau soleil de midi. Sa silhouette est fine et forte, on peut très bien voir qu’elle ne s’écroulera pas facilement malgré la finesse de sa taille. Malheureusement le temps de Frickwitch et le malheur dont elle a été la victime eurent raison de cette grâce naturelle. Tout d’abord, elle affiche rarement un sourire et fixe continuellement un même point invisible dans le ciel. Même sa voix semble lointaine, on peut clairement comprendre qu’elle est perdue dans ses pensées. De plus les multiples nuits blanches, se succédant impitoyablement au détriment de sa santé, la rendent affreusement pâle, ressortant les cernes noirs qui se sont formés sous ses yeux. Si seulement elle pouvait dormir correctement, alors elle aurait une meilleure mine et non celle d’une malade malheureusement elle est dans l’incapacité à s’abandonner entièrement et paisiblement dans les bras de Morphée.
Heureusement ses tenues restent assez colorées, rehaussant la beauté de la jeune femme. En effet son ancien mentor a garni les placards de milles et une robe toutes aussi belles les unes que les autres. Au départ elle refusait de porter des couleurs aussi voyantes et aussi criardes mais sous les insistances de son mentor, à qui elle doit beaucoup, elle se résigna à les porter. Mais Franz ne s’avoue pas vaincu totalement et sort rarement sans avoir endossé une cape noire par-dessus sa tenue. Dernièrement elle prend goût à ses belles robes peu chères et abandonne de temps en temps la cape lugubre pour sortir avec sa robe seulement.
Quant à sa maîtrise de l’ombre, elle a d’avantage adoptait les arts martiaux que la danse. Ses gestes sont rapides et efficaces, ainsi sa maitrise pourrait s’apparenter à un couteau bien tranchant et sans pitié. Enfin elle évite de verser le sang pour une question de phobie.

Personnalité : Franziscka est une véritable déprimée de la vie. Si sa foi en l’Ombre n’existait pas, elle se serait tranchée les veines depuis bien longtemps. Elle ne trouve aucun plaisir dans les divertissements et n’arrive plus à éprouver la moindre joie. Depuis ce terrible crime, rien ne l’affecte et ne la touche si ce n’est le désespoir, la haine, la rage et la colère. Tant de sentiments destructeurs qui ont fini par l’empoisonner et la tuer. Dorénavant elle n’est plus qu’une poupée servant docilement l’Ombre, s’enfermant dans la bibliothèque à la recherche de connaissance nouvelle, de drogues nouvelles pour mettre fin à son cauchemar. En effet la même scène de crime honteux l’assaille et son esprit semble éprouver un plaisir malsain à la ressasser en boucle en ajoutant des variantes ou encore à former des cauchemars étranges et effrayants. Elle peut bien passer plusieurs nuits de suite sans avoir fermé l’œil de la nuit. Pendant ces horaires libres, elle préfère sortir et faire un tour dans la capitale après avoir longuement médité et prié en inondant ses joues de larmes. D’ailleurs il vaut mieux ne pas l’énerver ces nuits-là, étant instable et dangereuse. Evitez également de saigner devant elle, Franz perdrait tout contrôle d’elle-même et vous attaquera sans retenue pour aussitôt le regretter après. Si elle a rejoint l’Eglise, c’est pour deux raisons. Premièrement elle l’a recueillie comme si c’était son précieux enfant. Deuxièmement elle trouve un bienfait incroyable dans la méditation ou les prières.
Sinon elle tente d’être plus sociable, d’abandonner ses tendances d’antisociale, malheureusement c’est assez dur pour elle car la brunette a un mal fou d’exprimer ses sentiments et ses pensées. D’ailleurs on la considère un peu sèche ou brutale dans ses manières ou encore extrêmement lugubre ou inintéressante étant donné qu’elle est constamment perdue dans les contrées lointaines de son imagination. Elle pourrait difficilement parler devant un public, de faire un discours enflammé. Par conséquent elle s’est enrôlée dans la bibliothèque. Au moins là-bas elle peut avoir accès à des histoires intéressantes qui peuvent la distraire un moment, ou encore satisfaire sa soif de connaissance. Malgré sa froideur, elle est assez curieuse et observatrice. Loin d’être stupide ou naïve, elle sait quand on se moque d’elle ou quand on veut la tromper. Enfin Franz est d’une curiosité insatiable et avale à une vitesse hallucinante les différents parchemins ou histoires entreposés dans la bibliothèque.
Son plus grand désir serait de retrouver le meurtrier de ses parents, le tuer après avoir pris connaissance de la raison d’un tel massacre. Par conséquent elle n’hésite pas à rendre visite à des informateurs ou encore entreprendre des voyages lointains à la recherche d’indices susceptibles de la conduire aux véritables meurtriers. Afin d’arriver à ses fins, elle n’hésiterait pas à utiliser tous les moyens nécessaires.
Terminons donc ce portrait bien déprimant par le vice de la demoiselle qui est la drogue, le seul moyen d’échapper à ces images morbides qui la tourmentent et la détruisent à petits feux.


Récit d'une vie

- Si tu quittes cette maison George, je te renierais pour toujours et n’accepterais plus tes excuses !

Ce furent les derniers mots d’Alexander Halbrum, comte fort riche de la province de Khini Lao, pour son indigne fils aîné George. La fierté et l’orgueil du vieil homme furent brisés et le couteau remuait d’avantage dans la plaie au fur et à mesure que la haute stature de George disparaissait de vue. Sa femme pleurait à ses côtés, agenouillée telle une martyre et accablait son mari de milles reproches. Pourquoi laisse-t-il son fils partir ainsi ? Elle le détestait, elle se détestait de ne pas pouvoir retenir cet enfant qui venait d’atteindre ses dix-huit ans. Où allait-il maintenant ? Seul l’Ombre le savait.

George arpenta tout Ishtar pour s’établir définitivement à Frickwitch, drôle de province très peu accueillante. De plus le caractère froid de ses habitants était incompatible avec le très sociable jeune homme qui avait vingt ans maintenant. Au lieu d’être découragé par cet isolement, il continua à être agréable et tentait constamment de gagner la confiance des villageois. Malheureusement on faisait peu confiance aux étrangers dans cette région et pendant une année entière, toutes ses tentatives se vouaient à des échecs cuisants. Pourtant parmi cette masse indifférente, une était touchée par les efforts de George et un soir, elle osait s’inviter dans la modeste demeure du jeune homme pour lui apporter une tarte, en guise de bienvenue. Malgré le retard de cet accueil, il l’accueillit et ils purent discuter une bonne heure. Elle s’appelait Eilin et était la fille du boulanger. La première chose qui frappa George était sa culture, en effet la jeune fille était illettrée et son père s’obstinait à l’envoyer à l’école. Il se proposa donc, en tant qu’homme cultivé, d’apporter un peu de lumière en elle et lui offrit des leçons en échange qu’elle l’introduise au village. Le marché fut conclu et tout alla pour le meilleur des mondes pour ce futur couple, en effet au bout d’une année ils se marièrent et au bout de quelques mois Eilin fut enceinte. Cette nouvelle n’enchantait pas la jeune mariée d’ailleurs et au fond, elle espérait que cette enfant meurt en couche. Pourquoi un tel sentiment de haine ? Elle avait peur de ne pas être à la hauteur d’une telle tâche et n’avait pas une confiance totale en George. Allait-il l’abandonner un jour pour le grand monde ? De plus il ne partageait pas tout avec elle et il lui arrivait d’être enfermé plusieurs jours dans sa maison sans donner de nouvelles. Quand on lui demandait ce qu’il faisait, il refusait de le dire et élucidait la question avec subtilité. Il avait hérité du beau langage des aristocrates et n’hésitait pas à séduire les pauvres villageois par la parole. Les neufs mois s’écoulèrent ainsi et au grand malheur d’Eilin, George ne changeait en rien ses habitudes. De temps en temps il tâtait rapidement le ventre arrondi pour ensuite s’enfuir vers la maisonnée.
La petite fille naquit donc un soir orageux et dès son premier souffle dans le monde, l’amour maternel lui fut refusé. Sa mère n’était pas mort en couche mais elle ne voulait pas voir l’enfant, ce démon qui l’avait tant fait souffrir et exigeait qu’on l’éloigne d’elle. Si Eilin rejetait cette enfant, George l’accueillit à bras ouvert et ne quitta pas le nourrisson de la soirée. Il écoutait la respiration rapide de la petite fille, jouait doucement avec les minuscules mains ou encore la berçait lorsqu’un semblant de pleure lui parvenait aux oreilles. On lui donna un prénom enfin et ce fut Franziscka. Un choix bien étrange surtout que le père n’appelait sa fille que sous le diminutif de « Franz». A force, même le village fini par l’appeler par ce surnom.

Huit ans avait passé et Franz vivait une enfance assez heureuse mis à part sa froide mère. En effet Eilin avait constamment peur de sa propre fille et lorsque celle-ci l’enlaçait gentiment, la mère fuyait ou repoussait brutalement les bras qui la retenaient prisonnière. Au fil des années, la relation se dégradait et finalement elles ne se parlèrent plus malgré qu’elles vivent sous le même toit matin, midi et soir. George aurait pu agir pour tout aille à la perfection entre la mère et la fille mais dernièrement il entreprenait d’incessant voyage pour demander le pardon de son père. La vie de province l’ennuyait au plus haut point et le luxe dans lequel il vivait lui manquait affreusement. Il aurait voulu emmener sa famille avec, mais Eilin avait une santé fragile et Franz était encore trop jeune par conséquent elles seraient plus un poids qu’autre chose. Durant les longues absences de George, des rumeurs peu agréables circulaient prétendant que l’époux trompait honteusement sa femme ou risquait d’abandonner sa misérable famille à tout moment pour avoir droit aux privilèges abandonnés il y quelques années. Les enfants, écoutant les commérages de leurs mères, répétaient ces propos mot par mot à Franz. Folle de rage, elle entamait une bagarre contre les vauriens qui insultaient ses parents. Ainsi au lieu d’acquérir une personnalité bien féminine et pleine de grâce, elle gagnait d’avantage de caractère et pouvait être considéré comme un garçon manqué. Elle parlait grossièrement, mangeait salement, jouait avec les garçons, se bagarrait sans retenu et était toujours couvertes de blessures. Quant à son éducation, elle n’en reçut pas tout simplement si ce n’est les bases de l’écriture et de la lecture. Eilin est peu érudit et son père était souvent absent, quant à l’école on la virait souvent pour ces manières honteuses et peu appropriée pour une fillette. Elle passait ses journées plus à traîner qu’autres choses, arpentant sans peur les sombres forêts de Frickwitch.
Un soir où elle rentrait d’une promenade, elle vit la porte de la maisonnée ente-ouverte et le petit carrosse de son père attendait à l’entrée. Folle de joie, elle accourut et poussa le reste du bâtant d’une main énergique. Malheureusement elle ne vit pas la scène habituelle, c’est-à-dire son père discutant avec sa mère au coin du feu, mais une autre scène bien plus macabre s’offrait à elle. Eilin et George étaient bien là, mais les deux avaient la tête en bas et les jambes en l’air, accrochées par une corde. Ils étaient tout simplement suspendus sur une poutre solide de la maison. Comme si cette vision n’était pas assez effrayante, il a fallut que la mort entaille profondément le cou afin que le sang coule abondamment sur le visage et le parquet. De plus les corps étaient nus et mutilés et les visages méconnaissables. En effet pouvait-on qualifier cette boucherie de corps encore ? il manquait des membres, d’autre membres étaient grossièrement cousus là où ils ne devraient pas être. Par exemple un bout de bras cousu perpendiculairement à la cuisse. Les yeux de la fillette s’agrandirent et sa bouche s’entre-ouvrit légèrement pour aussitôt se refermer. Finalement elle s’approcha lentement près d’eux et d’une voix cassée, elle souhaitait la bienvenue à son père. Elle ne savait pas comment agir, comment penser. Tout était confus dans son esprit. Incapable de supporter cette vision plus longtemps, ses jambes perdirent de leur force et elle tomba à terre, à genoux, salissant sa robe dans la flaque de sang mêlé. Deux jours passèrent ainsi, Franz fixant d’un air hébété les corps mutilés de ses deux parents. Au bout de deux jours, les paysans inquiets du silence soudain de la bruyante Franz et de la disparition soudaine d’Eilin entrèrent dans la maisonnée. Ils étaient dégoutés par ce spectacle et se bouchaient le nez par la mauvaise odeur qui se dégageait de la pièce. On retira Franz de cet endroit, n’opposant aucune résistance, elle les suivit docilement.
Tout d’abord des enterrements furent organisés pour enterrer les corps souillés et humiliés par d’odieuses mains. Chacun fixait Franz du coin de l’œil pour la voir pleurer mais à la surprise générale, elle était maîtresse d’elle-même et garder une allure très noble pour la première fois de sa vie. Des murmures comme quoi c’était une insensible, une odieuse enfant, se répandit comme de la poudre d’escampette au sein de l’assistance. Franz qui entendit des bribes de phrases les ignora.
Ensuite se posait la question de la tutelle de la fillette. Autant dire que personne ne voulait d’une bouche supplémentaire à nourrir, surtout pas une fille qui n’avait pas pleuré pour ses parents. S’ils osaient poser la question, ils ne diront plus qu’elle est odieuse. Aucune larme n’a coulé pour la simple raison qu’elle avait du mal à croire que ces corps qu’elle avait fixé et détaillé pendant deux jours étaient celui de ses parents, d’être humains normaux. Pouvait-on commettre de telles horreurs dans la vie ?
Un prêtre qui était de passage dans le village eut vent de l’affaire et s’intéressa à la fillette. Il lui posait plusieurs questions mais à chaque fois il percutait à un véritable mur. Franz refusait de parler ou plutôt elle avait momentanément perdu la capacité de communiquer à cause du choc. Pris de pitié, il accepta de s’en occuper et sa première idée fut de l’emmener auprès du riche grand père. Un long périple commença donc.

Pendant le voyage, Franz ne parlait toujours pas et il fallait la nourrir et l’habiller comme si c’était une enfant. Elle n’arrivait à rien faire d’elle-même et fixait un même point invisible d’un regard vide. Son corps était bien là mais son esprit était encore dans cette maison, face à ces macabres corps. Le prêtre ne se découragea pas et fit de son mieux pour aider la fillette. Elle allait revenir un jour de son cauchemar, il fallait seulement patienter qu’elle s’en détache. Les contrées de Khini Lao se dressaient devant le prêtre Alfred et avec une joie non cachée il prédisait un avenir joyeux à la jeune fille. En effet une famille riche et très croyante ne pouvait être qu’un bénéfice pour le rétablissement de Franz, malheureusement la dure réalité le frappa rapidement. Le comte, le grand père, refusait de recevoir sa petite fille car son fils était mort il y a bien longtemps dans cette famille et dans son cœur par conséquent une quelconque descendance n’était pas acceptée. Alfred tentait de faire appel en la pitié du comte mais ce dernier refusait inlassablement de s’occuper de Franz et demandait de manière courtoise au prêtre de quitter la demeure. Alexander ne voulait pas offenser un représentant de l’Eglise d’où sa patiente pour écouter toute l’histoire ou les revendications du prêtre, il prit donc son mal en patiente malgré sa colère et son désir de voir Franz disparaître dans l’oublie la plus totale. Déçu, Alfred quitta le manoir du marquis et continua sa route avec la petite fille. Que devait-il faire maintenant ? Il eut l’idée de la recruter pour être un membre de l’Eglise. Il n’avait pas d’autre choix car il aurait mauvaise conscience d’abandonner la fillette à une quelconque famille ou orphelinat.
Ainsi il l’emmena à Ishtar et lui procura les meilleurs soins. Trois ans plus tard, elle reparla enfin. Ses phrases étaient brèves et le vocabulaire était assez pauvre mais cela suffisait à Alfred. Franziscka guérissait et s’éveillait enfin au monde. Au bout d’un an, elle avait recouvert toutes ses capacités motrices et intellectuelles. Elle apprenait vite et était efficace dans son apprentissage ou sa maîtrise des ombres. De plus elle était une fervente croyante de l’Ombre. Elle savait qu’elle devait beaucoup à l’Eglise, c’était sa nouvelle famille maintenant, celle qui l’a sauvé des ténèbres, qui l’a protégé et l’a nourri. Son devoir est donc de la servir pour rembourser cette dette impayable avec quelques pièces de monnaie. Malheureusement ses sentiments s’arrêta à cette reconnaissance, autrement elle s’enfermait dans son cocon protecteur qu’était devenu le silence. Une connaissance allait mettre fin à ce silence.



Mais vous êtes qui, en fait ? ._.

    Comment avez-vous découvert le Forum ?
    -Par Partenariat avec le forum Dirty Prince.
    Avez-vous des conseils ou des remarques le concernant ?
    -Là je n’ai rien à dire, étant nouvelle. Je pense que si j’ai des suggestions et remarques, je le dirais plus tard.
    Votre Disponibilité (en moyenne) :
    -En moyenne, je dirais 5/7. En cas de longues absences, je préviens dans la section adéquate. Au passage, je n'ai pas eu le temps ni la motivation de me relire donc s'il y a de trop grandes fautes je comprendrais et les corrigerais du mieux que je peux ^^. Sinon j'espère ne pas avoir d'incohérences sur la fiche T_T.






Dernière édition par Franziscka Halbrum le Ven 20 Jan - 0:24, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mort(e) tragiquement

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 620
♦ Messages : 2351
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : It's me, Uriel !
♦ Protecteur : The Emperor Protects !
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 27

MessageSujet: Re: Franziscka Halbrum   Dim 2 Jan - 9:37

Bienvenue à Toi !

On avait déjà parlé par MP, je suis content que Tu aies choisi une prêtresse ^^ Zélig aura enfin une collègue...

Bref, pour ce qui est de la fiche : elle est globalement correcte, quelques fautes de frappe ou d'orthographe par-ci par-là, mais rien de monstrueux. Il faudra juste relire tes posts et ce sera nickel.

Deux choses me dérangent cependant et méritent un éclaircissement (c'est du détail, hein...).

1) Khini Lao est un marquisat... Franziscka descendrait-elle du marquis-gouverneur ? C'est pas impossible, mais je ne le voyais pas comme ça. plutôt comme quelqu'un de plus doux et de plus gai, à l'image de sa Province. Donc je propose que Tu choisisses un autre titre (forcément moins important que le marquis) au grand-père du personnage. Après tout, ctrl+f et il devient comte ou baron ^^

2) Dans la section Hors-RP : les tirets ne servent pas de séparation entre les questions. Ils sont là pour y placer la réponse selon le modèle :

Citation :
Question
- Réponse
Question
- Réponse
Question
- Réponse

Merci de faire ces deux petites corrections et ce sera parfait !

A très bientôt !

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberumarbitrium.net
† Prêtresse †

avatar

♦ Influence : 247
♦ Messages : 313
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Un mur de glace...
♦ Date d'inscription : 31/12/2010
♦ Age : 24

MessageSujet: Re: Franziscka Halbrum   Dim 2 Jan - 11:49

Je pense avoir corrigé ce qu'il fallait. :D

Pour la relecture, je ferais de mon mieux ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 299
♦ Messages : 531
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Tourne la page sans te brûler si tu le peux.
♦ Date d'inscription : 26/04/2010
♦ Age : 25

MessageSujet: Re: Franziscka Halbrum   Dim 2 Jan - 12:01

Bonjouuuuur :D

Et Bienvenue, surtout :)

Les retouches sont bonnes, les Grands Admins vont pouvoir te valider. (Et oui, moi je ne suis que la petite modératrice >:D )

J'aurai juste une mise en garde à te faire avant ta grande entrée à Ishtar ( Tadam ! ). Rien de méchant, hein xD Mais puisque ton personnage est déprimée et peu sociable, on compte sur toi pour que cette facette soit bien mise en avant dans ton Rp. En gros, qu'elle ne tombe pas amoureuse du premier venu, par exemple :)

Voilà, ca sera tout pour les remarques désagréables, maintenant je peux te dire que tu es validée ^_^
Bon jeu à toi et n'hésite pas si tu as des questions~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mort(e) tragiquement

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 620
♦ Messages : 2351
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : It's me, Uriel !
♦ Protecteur : The Emperor Protects !
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 27

MessageSujet: Re: Franziscka Halbrum   Dim 2 Jan - 12:11

Sacha a tout dit avec brio (c'est qui celui-là ?).

Tu es validée, bienvenue parmi nous !

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberumarbitrium.net

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 739
♦ Messages : 876
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Jeune Prince Imprévisible
♦ Protecteur : Uriel D'Arken, son mentor et l'entièreté de la Garde Impériale
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 27

MessageSujet: Re: Franziscka Halbrum   Dim 2 Jan - 12:16

Tout a été dit, je te souhaite la Bienvenue parmi nous \o/
Bon jeu dans les rues d'Ishtar!

Ps: L'envie de te faire un avatar m'est venue mais je ne trouve pas l'image de base (pourtant, j'ai l'impression de l'avoir déjà vu quelque part ._.). Si tu me refiles l'image de base et si tu le souhaites, bien entendu, je me ferais un plaisir de te bidouiller quelque chose ^^

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtresse †

avatar

♦ Influence : 247
♦ Messages : 313
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Un mur de glace...
♦ Date d'inscription : 31/12/2010
♦ Age : 24

MessageSujet: Re: Franziscka Halbrum   Dim 2 Jan - 16:08

Je vous comprends tous par rapport aux caractères de Franz' :D

En tout cas merci pour vos bienvenus ^^.

Empereur> J'enverrais l'adresse de l'image dès que je la retrouverais... je n'ai plus l'image de base. Sinon merci beaucoup pour la proposition, ca me fait plaisir [surtout que je ne me débrouille pas avec le graphisme T_T].
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtresse †

avatar

♦ Influence : 247
♦ Messages : 313
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Un mur de glace...
♦ Date d'inscription : 31/12/2010
♦ Age : 24

MessageSujet: Re: Franziscka Halbrum   Sam 8 Jan - 17:22

Petit double-post pour dire que j'ai fait les modifications nécessaires sur ma fiche . En tout cas, elle est plus jolie et agréable visuellement :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mort(e) tragiquement

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 620
♦ Messages : 2351
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : It's me, Uriel !
♦ Protecteur : The Emperor Protects !
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 27

MessageSujet: Re: Franziscka Halbrum   Sam 8 Jan - 17:26

Notéééé...

-20% au prochain achaaat ^^

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberumarbitrium.net
† Prêtresse †

avatar

♦ Influence : 247
♦ Messages : 313
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Un mur de glace...
♦ Date d'inscription : 31/12/2010
♦ Age : 24

MessageSujet: Re: Franziscka Halbrum   Ven 20 Jan - 0:24


OKI ! Fiche à jour également !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Franziscka Halbrum   

Revenir en haut Aller en bas
 

Franziscka Halbrum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ϩ Recensement Impérial Ϩ :: Validées-