AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ingell Decade
Mort(e) tragiquement

Ingell Decade

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 251
♦ Messages : 73
♦ Fiche : [...]
♦ Date d'inscription : 01/05/2010
♦ Age : 27

[Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après) Vide
MessageSujet: [Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après)   [Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après) EmptyLun 20 Déc - 22:01

[Posté par Uriel D'Arken, afin d'assurer une fin héroïque à un des personnages les plus brillants d'Ishtar, malgré sa présence parmi nous tragiquement écourtée par une vie réelle bien remplie...]

Ingell Decade gisait parmi les décombres de l'aile nord du Sénat d'Ishtar. Ce lieu de pouvoir et de complots, symbole de puissance politique n'était plus qu'un géant estropié. Toujours beau, il semblait qu'il ait néanmoins perdu de sa splendeur. Et c'était peu dire. Même la personne la mieux informée de la Capitale, et Ingell pouvait prétendre à ce titre, ne pouvait prévoir cela. A ses côtés se trouvait le cadavre amoché d'un jeune homme, secrétaire d'un des sénateurs, à qui il devait remettre une lettre. Celle-ci brûla dans l'explosion, mais ne contenait que des banalités. Le jeune garçon devait empocher juste deux pièces d'or pour cette petite course rapide et facile.

Les gardes, connaissant son rôle et le nombre de ses protecteurs, le laissèrent entrer au Sénat sans trop s'en soucier. Un d'entre eux lui adressa même un sourire. Sa casquette dans la main gauche, la petite enveloppe dans son sac, il arpenta les couloirs à la recherche du bureau adéquat. Son esclave, Sacha, devait l'attendre dehors.

Je n'en aurais pas pour longtemps, reste-là.- dit-il avant de disparaitre.

Cinq minutes plus tard, une lueur verdâtre émana de la bâtisse, avant de l'éventrer. Les occupants survivants se mirent à sortir en hurlant, certains emportaient des affaires. Tant bien que mal, la garde tentait d'évacuer les civils et les nobles présents, tout en maintenant les badauds à distance. Une autre explosion restait envisageable, tout comme la possibilité qu'une partie du Sénat, affaiblie par la déflagration, s'effondre. Bientôt arrivent les inquisiteurs, furtifs, mais bien secoués par la vue d'un tel désastre. Les prêtres (la Cathédrale est toute proche, après tout !) s'approchent à leur tour et se servent de leurs pouvoirs pour maintenir la structure affaiblie et soulever les décombres, sous lesquels gémissent les blessés, coincés et immobilisés.

Un fragment d'une statue, emporté par l'explosion, percuta le jeune informateur, lui déchirant la côte. Il perd beaucoup de sang, allongé, incapable de se relever. Même si sa vision se brouille et il commence à faire froid, il distingue un visage familier au-dessus de lui. Une voix qu'il connait bien et qu'il apprécie. Il ne comprend pas tout, elle se mêle au bruit général, les gens courent, crient, pleurent, se plaignent, souffrent... Il serre son sac contre sa blessure, histoire de retarder ce qui apparait comme inévitable au premier coup d'œil. Son visage se tord de douleur, puis redevient neutre, pâle. Il a si mal que ça n'arrive plus à son cerveau. Mais ses souvenirs refont surface. Il faut que quelqu'un sache ! Il avait entendu parler de ce qui vient de se passer. Seulement, il ignorait tout de la date et de l'ampleur de la chose...

Avec es restes de ce que furent ses forces d'un jeune qui ne cherchait pas les ennuis, il attire Sacha à lui et, dans un souffle lui murmure quelque chose à l'oreille avant d'ajouter :

Je... ne veux pas qu... que Tu oublies ça... meurs deux fois...

Ce furent là ses adieux. Quelqu'un sait désormais. Quelqu'un sait qui est responsable de ce désastre et de la mort d'Ingell Decade. Une jeune esclave, sans maître, condamnée à en trouver un autre rapidement ou dépérir. On la poursuivra probablement dans le but de l'interroger. Mais qui mettra donc la main dessus ? On ne peut le dire maintenant. Mais il est certain qu'Ingell décéda à l'âge de dix-sept ans, beaucoup trop jeune, emportant pas mal de secrets avec lui...
Revenir en haut Aller en bas
Sacha

Sacha

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 299
♦ Messages : 531
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Tourne la page sans te brûler si tu le peux.
♦ Date d'inscription : 26/04/2010
♦ Age : 26

[Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après) Vide
MessageSujet: Re: [Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après)   [Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après) EmptyMar 21 Déc - 13:41

Je dois encore attendre dehors, devant l’aile nord du Sénat. Et comme d’hab’, au moment où Ingell me demande de rester là, bien sagement, je pestifère. C’est ma spécialité, en soi. Aujourd’hui, plus qu’habituellement, j’dois dire. J’ saurais pas expliquer pourquoi, mais depuis le réveil j’me sens pas bien. Un peu angoissée, un peu confuse, et résultat, un peu agitée. Ingell pense que j’suis malade, mais c’est pas ca. Je crois pas, en tout cas.

Bien que ca m’irrite d’attendre dehors, j’fais avec. J’lui suis reconnaissante à Ingell, pour tout, vraiment, mais je me sens toujours hors sujet à ses côtés. La seule chose que j’peux faire, la seule chose qui soit de mon niveau, c’est d’le protéger d’éventuelles personnes qui souhaiteraient mettre fin à sa tâche. C’est déjà pas mal, vous m’direz, mais le maigrichon se fait pas agresser tous les jours ! Non pas que j’souhaiterais que ca soit l’cas, hein ! Ahem…

Alors j’attends toujours. Et comme j’attends, je fais des vas et viens indécents devant l’entrée, si bien que les deux gardes postés devant la porte commencent à s’impatienter. J’leur fous la pression, vous croyez ? Si peu ! Quelques p’tits regards dans leur direction, un petit sourire moqueur, une langue tirée, rien de bien méchant. J’adore narguer ses petites enfl…

Le vert agresse mes yeux, l’espace de quelques secondes seulement. Mes tympans explosent. Non, pas mes tympans. La bâtisse toute entière explose, et mon cœur avec elle. Et alors que les cris de panique s’élèvent et résonnent dans l’air en combustion, je frissonne violemment. Tout le monde court, se bouscule pour sortir, et suis-je probablement la seule qui tente de rentrer dans la bâtisse. Bordel ! J’acène des coups de coudes violent et désespérés pour me frayer un passage dans tout ce chaos. Parce que mon cœur n’pense qu’à une seule personne, à m’en donner des sueurs froides : Ingell ! J’l’ai pas croisé à la sortie, il doit être encore à l’intérieur ! Oui, probablement. Il doit attendre quelque part dans l’bâtiment que j’vienne le sortir de là ! Il a dû se mettre à l’abri, il doit m’chercher, oui, Ingell est comme ca. Plus vite mes jambes, plus vite ! J’imagine déjà sa moue rassurée lorsque je serai à proximité ! Ah ah, après ca, je veux un festin de roi ! Et des nouvelles fringues ! Il pourra pas refuser, il me refuse déjà pas grand-chose de toute manière. J’ai même bravé le feu pour lui, pourtant il sait comme j’en ai peur, hein ! Je trébuche, me relève prestement. Où est-il ? Où est-il, BON SANG ?! Il y a tellement de corps éparpillés, et si Ingell était déjà sous les décombres, la main tendue, demandant de l'aide ?

Non, Sacha, continue de chercher, il doit être quelque part en train de pleurer comme un bébé ! Enfin, je distingue une silhouette bleu marine plus loin, les gestes saccadés, la course bancale, tenant son sac à missives fermement entre ses mains. Une pointe de soulagement vient se rallier à mon cœur. OUF. C’est lui, l’ombre soit lou…

Le grondement sourd qui s’en suivit n’est en rien plus naturel que l’explosion qui a fait sauter le Sénat. Mon souffle se coupe, mon cœur s’arrête, TOUT, absolument tout disparait de ma vue tandis que la statue se trouvant au dessus d’Ingell cède aux flammes, fauchant mon maitre bien aimé au passage. J’ai un haut l’cœur.


« - INGEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEELL !!»



Il n’est plus question d’réfléchir, ni de me dire qu’il pourrait m’arriver la même chose. Le ciel peut bien me tomber sur la tête, ca m’est égal. Lorsque je parviens enfin à être à ses côtés, ma gorge se noue douloureusement. J’ôte le sac qu’il tient contre sa blessure, et j’y appuie avec hargne mes deux mains, tandis que le sang continue de couler abondamment. Chaque goutte qui file entre mes doigts éloigne un peu plus Ingell de moi, je le sais, mais je peux pas m’y résoudre ! Il pâli à vu d’œil, et des cernes noires se creusent sous ses yeux. Panique ! Je dois l’amener dehors, je dois l’sortir de là, demander de l’aide !

« - QUELQU’UN ! PAR PITIÉ, IL NOUS FAUT DE L’AI... »

Une poigne m’attire contre Ingell. A la vue de ce faible corps qui est maintenant le sien, j’ai un malaise. On a pas l’temps ! Alors que j’essaye de m’extraire de sa poigne, je fini par renoncer. Jamais je n’ai vu dans le regard d’Ingell autant de détermination qu’à ce moment là. Il m’attire un peu plus à lui, je me laisse faire. Le souffle de ses paroles effleure mes oreilles, doucement.

Un nom. Un lieu. Accompagnés d’une promesse, d’une obligation et d’une libération.


« -Je n’oublierais pas. »

Ses doigts libèrent un à un le col de ma chemise, il pousse un dernier soupir, ses yeux s’éteignent. D’un geste de la main, je les ferme pour toujours.
Alors, ma vue se brouille, les larmes inondent mon visage, tandis que les soubresauts malmènent mon corps toujours assit aux côtés de mon défunt maitre. Je pleure, pour la première fois depuis le début de ma non-existence. J’hurle, pour tout vous dire. J’hurle si fort dans l’espoir d’enlever cette pointe qui saigne mon cœur depuis tout à l’heure. J'aurai dû être là. J'aurai dû être là ! Si j'avais été plus rapide ! Tout s'est joué à quelques minutes seulement ! Qu’est-ce que j’dois faire maintenant, peut être que.. je devr…

*

Ma tête est douloureuse, j’ouvre les yeux difficilement. J’ai dû m’assoupir quelques minutes. Je suis couverte du sang d’Ingell. Sans surprise, puisque je me suis endormie sur son corps. Sauf que quelque chose cloche. Il n’y a plus aucune couleur nulle part. Tout, absolument tout, est noir, blanc ou gris. Serait-ce les effets secondaires qui arrivent lorsqu’on pleure ? Ou bien mon cœur a si mal qu’il ne peut plus percevoir les couleurs ? Étrange.
Mes yeux se posent sur mon défunt maitre.


« - Que devrais-je faire, Ingell ? »

Je susurre. De mes mains ensanglantées, je saisi doucement sa casquette et la pose sur ma tête. Il ne la mettra plus à présent. Une sorte de flashback me sort de ma torpeur. Ce nom qu’il m’a confié, il ne l’a pas fait par hasard.

« - Je sais ce qu’il me reste à faire. Soit tranquille. »

Je fouille une de ses poches, et m’empare du petit couteau qu’il gardait toujours sur lui –et dont il répugnait à l’idée de s’en servir-.

« - Je t’emprunte ca. »

Seulement, au moment où je me mets debout, je comprends enfin. La raison pour laquelle les couleurs ont foutu le camp de mon champ d’vision. Et la raison pour laquelle je tremble comme une vieille branche. Je suis une esclave sans maitre ! Et pour le coup, je risque d’avoir des difficultés évidentes pour mener à bien mon projet, si on prend en compte le fait que mon corps va se dégrader progressivement, jusqu’à s’que mon esprit lui-même me rende folle à lier. Gé-ni-al ! Vraiment ! Et voilà, je panique ! Calme toi, Sacha, calme toi ! Réfléchit. Quoi qu’il arrive, j’dois le faire. Pour Ingell !

D’abord, faut sortir de là ! C’est pas gagné. Je tente de mettre un pied devant l’autre. Bien. Avoir la tremblote et pas voir les couleurs handicape un peu, mais tu peux l’faire ma grande ! Du nerf ! Allez, on y v…. Et alors que je chute joyeusement vers l’arrière, mes mains réussissent à saisir quelque chose. Ou quelqu’un ?

Un bruit de déchirement, et je me retrouve sur les fesses avec un morceau de tissu entre les doigts. Oups. Peu de gens apprécieraient qu’on leur vole un p’tit morceau de leurs fringues, non ? J’ose pas regarder, j’préfère faire genre j’ai pas compris ce qu’il se passait. En plus, dans un endroit comme celui là, tout le monde pense d’abord à avoir la vie sauve… pas vrai ?
Revenir en haut Aller en bas
Aleksandr Droski
♥ Ouaf-Ouaf ♥

Aleksandr Droski

♦ Influence : 262
♦ Messages : 301
♦ Âge du perso' : 24
♦ Fiche : Depuis quand un Chien Galeux est-il Sénateur ? et Les Dossiers de ♥️ Ouaf-Ouaf ♥️
♦ Protecteur : Je protége Hayden N.Loyd.
♦ Date d'inscription : 19/10/2010
♦ Age : 28

[Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après) Vide
MessageSujet: Re: [Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après)   [Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après) EmptyMar 21 Déc - 16:52

Encore une journée comme une autre. Parfois, j'me d'mande si quelque chose peut pas v'nir griller ce quotidien. Chaque matin, j'me lève avec l'idée de d'voir supporter mes confrères, et consœurs du Sénat. J'vais être franc, ça d'vient lourd...tous semblent comploter dans leur coin, et moi j'suis là : à observer, attendre, analyser. J'suis censé être attentif, et contrecarrer toutes actions qui nuiraient à la belle province de Gells. Et me v'là, dans les couloirs du Sénat. J'dois être entre l'aile Ouest, et l'aile Nord pour l'coup...Tiens, Rib Ery s'pointe ! Qu'est-ce qu'il m'veut encore l'gratte-papier ?

"Sir ! Sir Droski, attendez !
- Tu m'veux quoi Rib ?
- Vous avez reçu une lettre de son Excellence le Prince de Gells. Ten...Ah ! Mince ! Je....je l'ai oublié ! Je vais de ce pas la récupérer !"


Et le voilà repartit...Une lettre de Dorian ? Que m'veut-il ? j'espère que c'est pas encore une histoire de vêtements pour une potentielle damoiselle de chambre ! Non car bon, j'ai donné pour ce rôle : je laisse la place à Kaar Ambar la prochaine fois !
Soupirant, j'me met en route vers l'aile Nord. C'est par là que Rib vient d'partir, il a du la laisser dans une quelconque salle. Quel idiot, une vraie passoire sa mémoire à celui là. Hein ? Que...
Le vert semble envahir les lieux. Mes yeux sont agressé par cette fichue couleur. Soudain, un bruit d'explosion. Un bruit, le sol qui tremble, j'me sens tomber en arrière. Ma tête touche le sol...et alors que le Sénat semble s'effondrer, je sens...je sens les ténèbres m'enveloppait.


"Fait...Chier..." ai-je le temps de murmurer, avant d'être happé par la nuit précoce.

Aïe...qu'est-ce qu'il vient de se passer bordel ?! Je me redresse, j'ai mal au crâne p'tain ! J'passe mes doigts derrière ma tête, ils sont poisseux d'sang. Fait vraiment chier, tout tourne autour d'moi.
J'ouvre les yeux, et m'aide avec des gravats à m'relever. Là, j'vois ce qui était un couloir...J'insiste sur le "était". Les lieux sont comme dévasté. Les statues tombés, des morceaux du toit aussi. C'est vraiment un coup d'pot que j'm'en sorte avec juste du sang coulant d'ma tempe ! Merde !


"Rib...Kaar...Fait chier..."

D'un pas pas trop assuré, j'ai l'impression d'être sur un bateau en fait...et un pas stable...je me dirige vers l'aile Nord. Plus j'avance, plus le décor est sombre. Des personnes sont ensevelies sous les décombres. Les lieux, ils sentent la mort, le sang, la destruction. J'peux pas m'empêcher d'revoir cette scène...celle qui m'a fallu ma sale gueule. C'est pareil, avec une échelle de catastrophe bien pire encore.
J'sais bien qu'j'voulais quitter la monotonie...Mais merde ! C'est qui l'taré prés à sacrifier autant d'personnes ? Et pourquoi ? Le Sénat n'est-il pas du côté du peuple ? N'est-il pas là pour l'peuple ? J'suis ici pour l'bien de gells, pour l'bien de ses habitants...j'suis pas un monstre qu'on doit faire sauter avec un bâtiment merde ! Quel humain est assez fou pour ça ?!

J'continue d'avancer, m'aidant du mur et de ce qui m'passe par la main. J'avoue...j'suis inquiet pour les deux zouaves. Un cri, j'entends un cri...déchirant de tristesse. C'est l'même genre de cris que celui de quelqu'un venant de perdre un être cher...j'ai l'impression tout du moins. J'ferme les yeux, et tente de savoir d'où ça vient.
Plus de voix ? Suis-je sur le bon ch'min ? Des yeux, je cherche Kaar et Rib. Surtout ce-dernier...C'est alors que je vit une forme, au milieu d'une marre de sang. Une de plus...sauf qu'elle, elle se mouvait. Rib ? Non...la forme s'relève, et enfonce une sorte de casquette sur ses cheveux. Cette casquette, j'lai déjà vu. Ingell Decade ! Le coursier...il avait toujours cette fichue casquette sur l'crâne, les rares fois où j'l'ai vu.

J'm'avance, de ce pas toujours un peu tanguant. Alors que j'allais poser la main sur l'épaule de ce qui semblait être une jeune fille, la voilà qui tombe en arrière. Pour l'heure, j'étais vêtu d'une chemise ample noire...et ben, pour l'coup, j'ai perdu un bout d'la chemise. bah, poussiéreuse comme elle l'est. Dans tout les cas, plus par réflexe qu'autre chose, je l'ai attrapé avant qu'elle ne se crash au sol.
J'la tiens dans mes bras, et l'allonge. J'pose ma main sur son front : brûlant. Bon sang, j'ai pas l'temps d'm'occuper d'elle ! j'dois retrouver Rib ! Que font les secours aussi ?! Et merde, au grand maux, les grands remèdes !


"Hey ! Réveilles-toi ! Mouflette !"

J'lui tapote les joues, tentant d'la réveiller. J'dois savoir si elle a b'soin d'aide, ou si son état est pas urgent. Si elle est pas grav'ment blessé, alors, j'la laisserai là et repartirez faire mes recherches.
J'me retrouve donc là, avec une gamine dans les bras, la chemise en lambeau laissant voir mes cicatrices, mon visage en partie recouvert d'mon sang. Mon crâne me vrille, mais j'm'en fout...Y'a plus important pour l'coup. Que s'est-il passé au final ?!
Revenir en haut Aller en bas
Sacha

Sacha

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 299
♦ Messages : 531
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Tourne la page sans te brûler si tu le peux.
♦ Date d'inscription : 26/04/2010
♦ Age : 26

[Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après) Vide
MessageSujet: Re: [Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après)   [Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après) EmptyMar 21 Déc - 19:37

Réveilles-toi ?

Mais je suis réveillée, espèce d’abruti ! J’arrive juste pas à distinguer les couleurs, et donc j’ai un peu d’mal avec les reliefs. Et puis, n’importe qui pourrait penser que j’suis une vieille mégère tremblotante, si j’avais pas bientôt dix-sept ans, remarque tout à fait pertinente dite de cette façon. Sauf que, voyez-vous, j’apprécie moyennement le fait d’être malmenée. Personne, mis à part mon maitre, n’a le droit de m’assener des coups sans mon autorisation. Et maintenant que j’ai plus de maitre, le mot « personne » reprend tout son sens. Mais alors, qu’est-ce que j’dois faire ? Me relever d’un coup sec pour coller mon pain dans la figure du type qui a osé m’appeler Mouflette, et par-dessus tout, me mettre des baffes ?! Ou alors, j’dois le remercier pour sa présence et son pseudo-secours ?

Bien, peu importe, j’m’en tape. Il me reste pas énormément de temps avant d’être complètement amorphe, il faut que je bouge. J’ouvre les yeux. L’odeur et le bruit du feu incandescent m’empêchent de réfléchir correctement. Tout ce que j’vois, c’est le type en face de moi. Difficile de distinguer clairement son expression dans cette pénombre, et la vision dépourvue de couleurs n’arrange rien.

A partir de là, tout aurait pu aller bien, oui, je n’en doute pas. Mais c’est pas l’cas. Parce que, j’ai peur du feu, le type en face de moi est à moitié défiguré, et surtout, mon maitre, la personne que j’aimais le plus au monde, a rendu l’âme. Ce qui signifie que je vais bientôt perdre la tête, si c’n’est pas déjà fait. Je repousse le type, plutôt violemment. Résultat, il tombe en arrière. Quelle surprise ! Bref, j’ai trop la trouille. Vraiment. Ce mec à l’allure de psychopathe, j’suis trop à sa merci là ! Regardez, regardez-le, mais REGARDEZ-LE BORDEL ! Il est effrayant, et le décor n’arrange rien j’dois dire. Quelle atmosphère menaçante ! En puisant dans mes dernières forces, je bondis vers l’arrière, pour le dévisager, laissant un petit mètre entre nous.

J’ai peur, mais ca, j’crois l’avoir suffisamment dit. Ce qui m’fait le plus peur en fait, c’est ma réaction. En temps normal, j’ai jamais vraiment ressenti un truc de ce genre –sauf quand j’étais bourrée, vous en conviendrez-, alors pourquoi MAINTENANT, est-ce que j’me met dans un état pareil pour un type qui n’a même pas montré un signe d’hostilité ? Je perds la tête, voilà la raison. Mais maintenant que j’en suis consciente, il est encore plus important d’agir vite. Réfléchis Sacha, réfléchis. Pour retrouver le gars dont Ingell m’a confié le nom, ca risque de prendre du temps. Et merde, c’est justement s’que j’ai pas, le temps ! A moins que… Nan, oublies.

Après ces brèves minutes d’absence, je remarque que le gars est toujours en face de moi, à me reluquer. Bah oui, d’un côté quelle réaction bizarre j’ai eu. « Faut pas m’en vouloir », j’pourrai lui dire. Mais j’vais l’effrayer encore plus. Alors j’me tais. Et c’est bien d’se taire, parce que du coup ca m’permet de réfléchir. Ou plutôt d’essayer. Parce que c’est devenu de plus en plus difficile. J’ai l’impression que ca patauge à l’intérieur de ma boite crânienne.

Et voilà que le miracle se produit ! J’ai une idée ! Une vraie idée, une vraie de vraie ! Aussitôt, l’adrénaline parcourt mon corps, et je saisi le couteau d’Ingell. O.K., on va user des grands moyens !

J’explique. Le type en face de moi n’est pas au courant de ma condition d’esclave. Si j’arrive à lui faire dire mon mot d’obéissance, de grès ou de force, j’aurai de nouveau un maitre, et j’retrouverai mes capacités. Puis, le clou d’la chose, c’est qu’il est pas obligé d’savoir que je suis devenue son Objet, nan ? Alors j’aurai plus qu’à m’en aller bien sagement, lui dire un truc du genre « Tchao, et à jamais ! », et je pourrais mener à bien mes p'tites affaires sans souci de temps !

J’suis tellement sûre de mon coup que j’me mords la lèvre tout en souriant de satisfaction. Avec plus de difficultés qu’à l’accoutumée, j’dois l’avouer, je fonce vers le gars et, bien en face de lui, j'appuie légèrement la pointe du couteau sur sa gorge. Un plan de génie, j’vous dit ! Je le regarde droit dans les yeux, le temps presse.


« -Fais ce que j’te dis et tout s’passera bien. Dis Meurs deux fois. MEURS-DEUX-FOIS. »


Au dernier mot, je vacille vers l’avant, et je tombe sur ma victime. Le couteau s’écrase avec fracas sur la dalle un peu plus loin. Merde. S’pas grave, je suis sur lui, j’ai toutes mes chances. Je noue mes deux mains autour de son cou, et j’le regarde d’un air menaçant. Sauf que sans couteau, c’est moins convainquant. En temps normal, j’aurai pu lui briser la trachée en forçant un peu. Bordel !
Revenir en haut Aller en bas
Aleksandr Droski
♥ Ouaf-Ouaf ♥

Aleksandr Droski

♦ Influence : 262
♦ Messages : 301
♦ Âge du perso' : 24
♦ Fiche : Depuis quand un Chien Galeux est-il Sénateur ? et Les Dossiers de ♥️ Ouaf-Ouaf ♥️
♦ Protecteur : Je protége Hayden N.Loyd.
♦ Date d'inscription : 19/10/2010
♦ Age : 28

[Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après) Vide
MessageSujet: Re: [Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après)   [Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après) EmptyJeu 23 Déc - 20:31

P'tain la conne ! Alors qu'j'prend la peine de m'inquiéter pour son sort, là, entouré par les flammes...la v'là pas qui s'écarte comme-ci elle avait un psycho-bidule-chouette d'vant elle ! Merde ! Si j'avais voulu la zigouiller, j'l'aurai simplement laissé là cette mouflette. V'là bien une raison qui fait qu'j'aime pas les gamines...et les gamins aussi. Ils prennent peur d'un rien, d'ma tête surtout quand j'y pense. J'lâche un soupir d'vant une telle réaction...bah, au moins, elle est vivant la miss. Même si, pour l’coup, j’ai plutôt mal au dos. Déjà qu’mon crâne semble m’rappeler qu’la musique, c’est pas pour moi. Ben ouais quoi, c’est comme si plein-plein d’instruments non accordé avaient décidé d’jouer un concerto au cœur d’mon cerveau.

M’tenant la tête entre les mains, j’tente vainement d’calmer c’bordel. Fait vraiment chier…j’aurai vraiment du laisser cette morveuse à son sort pour l’coup. Maître Dorian a raison, j’suis trop bon comme type. Pas fait pour les priorités…ou, en tout cas, pas forcément les bonnes.
J’dévisage cette gamine. Tss…elle est plus grande qu’moi. Pourquoi l’Ombre m’a-t-elle doter d’un p’tit mètre 68 ? Bon, ok, c’est plutôt ma pute d’mère la coupable…mais bon, évitons trop dracher sur les connes d’son genre. Faut avouer qu’elle n’a pas été gâtée la pauvre nénette…en fait, elle en a chier quand j’y r’pense.
Enfin, cette fille a d’long cheveux…roux ? J’sais pas…peut-être est-ce là l’effet des flammes. J’peux pas m’empêcher d’trouver sa chevelure passionnante. Elle semble immunisée aux flammes, à la chaleur ambiante…on dirait une crinière d’feu. Quand j’pense qu’moi, mes ch’veux c’est d’la paille…ça crame aussi bien, et c’est tout aussi blond. Ironique, non ?

J’trouve son r’gard zarby quand même. C’est comme-ci elle était tiraillé par deux-trois trucs. Parfois, on la dirait ailleurs…à d’autre moment, elle semble présente et m’regarde avec un sale air. Après, on trouve qu’j’fais sociopati-quelque-chose ?! Mais r’garder là ! On dirait qu’elle est plus atteinte qu’j’le croyais. Et puis, c’est qui au final cette gamine ? Surtout qu’elle semble connaître l’autre cadavre…le Coursier Ingell. Tenez, r’gardez là !

J’suis là, droit et immobile. Un d’mes genoux est encore au sol…et j’me d’mande si m’relever ne va pas me rendre malade. J’ai sincèrement envi d’vomir, là, tout d’suite. Ces odeurs d’fumer, ce mal de crâne…bon, j’dois tenir assez longtemps pour r’trouver Rib, et Kaar. Ils sont mon but après tout…j’suis dans l’merdier sans eux moi : j’sais même pas lire et écrire correctement !
Et là v’là, souriant comme une délurée. Elle vient d’penser à quoi cette folle ?! P’tain de conne de tcharbée !!! Là voilà m’fonçant d’sus…avec un COUTEAU ?! Un putain de couteau d’merde !

J’ai même pas l’temps d’comprendre, qu’elle est là…j’peux voir ses yeux fous, alors qu’j’sens la pointe de cette saloperie d’arme sous ma gorge. Pourquoi j’me suis arrêté pour l’aider cette morveuse déjà ? Ah, oui…pour lui demander si elle avait vu passer un abruti défiguré, autre qu’moi, et un autre un peu caramélisé, et assez fin…très même. Une tige couleur caramel.
Fin’bref, l’vlà qui m’ordonne un truc space au possible. Par l’Ombre, dans quoi j’me suis encore fourré, sans l’faire exprès moi ?
Bon, on va vexer la p’tiote et…et la salope ! Elle a fait tomber son couteau : cool…mais la voilà en train tenter m’étrangler ! Ne supportant plus cette connerie, j’arrive à lâcher :


« Arrête…p’tain d’merde…MEURS DEUX FOIS ! Et arrête-toi d’suite…Morveuse ! »

Ma voix, déjà assez grave, et assez euh…chaotique. J’ai prit soin d’articulationner –j’crois qu’ça s’dit comme ça- mon « meurs deux fois ». C’est zarby cette histoire. Mais, dans tout les cas, j’comprend toujours rien. En quoi cette phrase à la con va-t-elle m’être utile bordel d’merde ?!

« Mais t’es qui au final, mouflette ? …et c’était quoi ce « Meurs deux fois » merde ! » en vain-je à lâcher, dans un murmure, peu après ma première gueulante.
J’veux comprendre c’est quoi touit c’merdier au final…et surtout, j’ai plus d’temps à perdre…



[Désolée pour le retard...des affaires IRL à régler ^^'. Mais je ne t'oublie pas ! J'espère que cette réponse te plaire ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Sacha

Sacha

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 299
♦ Messages : 531
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Tourne la page sans te brûler si tu le peux.
♦ Date d'inscription : 26/04/2010
♦ Age : 26

[Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après) Vide
MessageSujet: Re: [Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après)   [Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après) EmptyDim 26 Déc - 22:16

J’appellerai ca la « Libération ». Ou alors, la « Grande libération », à voir. M’enfin, pour le coup, il a fini par les dire ces deux putains de mots d’obéissance ! Remarquez, c’est plutôt ironique de parler d’libération. C’est pas l’but à la base, le mot d’obéissance. Bah oui, c’est fait pour asservir, pour détruire tout espoir de libre arbitre chez un Objet digne de c’nom. Mais allez dire ca à mon corps, et à mes p’tits yeux qui se languissaient de n’plus voir une seule couleur. Pour l’heure, j’ai des picotements dans tout le corps, et j’ai l’impression que ma tête vient de perdre une trentaine de kilos. J’en pleurerai presque de soulagement !

Alors que j’retrouve mes esprits et que les couleurs reprennent place dans le décor, je tente d’analyser la situation actuelle. J’suis toujours sur ma victime, les doigts noués sur son cou. Et maintenant que j’ai retrouvé ma force, je pourrai aisément mettre fin à sa vie. Mais c’est vraiment débile comme raisonnement. Si j’tue le mec qui est devenu mon maitre, quel intérêt ?! Et oui, parce que quoi qu’on en dise, depuis qu’il a prononcé les deux mots magiques, j’suis sa propriété. Sa chose quoi. Et il pourrait faire ce qu’il veut de moi. Mais v’là que ca devient intéressant ! Parce que c’type, n’en sais rien du tout ! Ah ah ah ! Et à ce stade, j’ai plus qu’à déguerpir vite fait et le laisser croupir ici. Ouai, c’est comme ca que j’témoigne de ma reconnaissance. Mais voilà, faut toujours qu’y ai un hic ! Forcément. C’est ca, la malédiction des Objets, ou un truc du genre. Un truc qui nous empêche d’être libres, la mauvaise fortune, comme on dit.

Parce que, j’aurai très bien pu me casser, là, maintenant, tout d’suite. Seulement, lui, il a pas pu s’empêcher de m’demander qui j’étais, s’que j’lui voulais (tout à fait légitime, j’le reconnais), et dans la MÊME PHRASE, prononcer ce CONNARD DE MOT D'OBÉISSANCE QUOI ! Putain, c’était pas prévu ca ! Mais alors, pas du tout ! Et tandis que j’tente de réfléchir à une solution de rechange, l’inévitable se produit. Je lâche le cou de mon nouveau maitre et m’assois à côté de lui.


« Mon nom est Sacha. Je suis un Objet née il y a maintenant presque cinq ans. J’ai approximativement dix-sept ans. Les mots que tu as prononcés précédemment se nomment « mots d’obéissance », c’est un système créé dans le but de lier un esclave à son maître et d’assurer sa pleine obéissance. Autrement dit, ma vie t’appartient désormais. »

Bordel ! L’efficacité redoutable de ses trois p’tits mots m’impressionnera toujours ! Si j’avais pu plaquer ma main sur ma bouche à c’moment là, j’vous jure ! Ca m’dégoute ! J'ai tellement envie de m'arracher les cheveux que j'en grimace ! Mais qu’est-ce que j’dois faire maintenant ? Mon super plan vient de tomber à l'eau !
Bref, calme toi Sacha, respire, respire, respire. Toujours assise, je regarde le type. Il a pas l’air très brillant. Et avec un peu d’chance, il a pas vraiment saisi tout l’sens de mon baratin d’allumée. Faut que j’me tire. Je cherche le regard de mon nouveau maitre.


« Bon écoute, j’sais pas si t’as saisi, et auquel cas, j’m’en tape royalement. A l’avenir, évite de prononcer ces trois mots les uns à la suite des autres, pigé ? Ah et aussi, évite de mourir, ca m’arrangerai. »

Je me relève, secoue ma chemise tannée par la fumée.

« Si ca n’t’ennuie pas, j’ai des affaires importantes dont je dois m'occuper. Bye bye. »

Je fais volte face, et commence à m’éloigner, un pas après l’autre. Attends. C’est con. Et si il crève ? J’aurai l’air maligne. Surtout que j’lui ai dit de pas mourir, et je le laisse comme ca. Et si jamais il fait un malaise ? Zut.
Du coup, je tourne les talons et je m’arrêtes pas loin de lui. J’le regarde. Peut être qu’il va réagir.


Hj/ j'suis désolée pour la longueur ! >< Enfin, j'espère que ca convient un peu quand même !
Revenir en haut Aller en bas
Aleksandr Droski
♥ Ouaf-Ouaf ♥

Aleksandr Droski

♦ Influence : 262
♦ Messages : 301
♦ Âge du perso' : 24
♦ Fiche : Depuis quand un Chien Galeux est-il Sénateur ? et Les Dossiers de ♥️ Ouaf-Ouaf ♥️
♦ Protecteur : Je protége Hayden N.Loyd.
♦ Date d'inscription : 19/10/2010
♦ Age : 28

[Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après) Vide
MessageSujet: Re: [Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après)   [Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après) EmptyLun 27 Déc - 16:20

[H.J : La longueur convient, ne t'inquiètes pas ! ^^ J'espère que ma réponse te plaira...]

Enfin ! P'tain, elle m'avait enfin lâché la gorge. J'me permit de tousser un peu, tentant de bien r'prendre mon souffle. Étrangement, elle semblait sereine...en fait, elle est vraiment louche là, assise à côté d'moi. Elle est droite...presque...obéissante. J'ai un p'tain d'mauvais pressentiment pour l'coup !
J'suis assis sur l'sol, et j'tente de suivre ses paroles...malgré mes difficultés à respirer. Entre les fumées et cette tentative d'assassinat, j'avoue avoir vraiment d'mal à respirer, et donc à suivre ses dires.
Sacha ? Ironique pour l'coup...Maître Dorian m'a parfois appelé ainsi...c'est une autre prononciation d'mon prénom selon lui. J'la trouve jolie comme sonorité...au moins, elle a du bol : j'm'en souviendrai d'son prénom à cette mouflette !
Elle poursuit. Objet ?! Halte ! C'est quoi ce merdier ? Hoy...C'est une mauvaise blague de la part d'un péquin d'Ayana ? Non...Encore un trip d'un gars du Khini Lao ! Ou...Ou j'suis vraiment dans la merde moi. J'suis pas fait pour ordonner, ni être Maître bordel ! J'suis un p'tain d'valet qu'on a mit Sénateur sur un coup d'tête ! Ok, j'suis presque l'ami d'enfance du Prince de Gells...mais...mais un objet ?! A mon service ? C'est du délire là !!

Alors qu'elle m'expliquait l'pouvoir de ces trois p'tits mots complètement con...j'la regardais avec un air d'ahuris. J'ai du mal à en croire mes oreilles. J'connaît les Objets, et les Hybrides. J'sais qu'les premiers sont limités par une connerie d'obéissance. Mais, mais jamais j'ai cherché à en savoir plus ! Pire, j'me fout d'en posséder un ! Il est vrai qu'ils sont utiles...mais...j'ai du mal avec tous ce qui concerne les barges de scientifiques. Ils sont craignos ces types. Encore plus maintenant...car bon, j'doute que cette explosion verte soit l'œuvre d'l'Ombre : ça va s'en dire !
Elle est toujours là, assise à côté d'moi. Elle reprend son souffle, ou plutôt, on dirait qu'elle cherche à se calmer. Moi, j'essaye surtout d'comprendre toute l'implication de ces paroles. D'plus, j'me rappelle le gosse prés d'qui elle était. Decade...et si elle avait été son esclave ? On dit qu'la mort d'un Maître rend un objet fou...ceci expliquerait qu'cela, non ?
J'ai l'regard soucieux, j'le sais bien. Mais ce sont ses yeux qui m'sortent de mes pensées. Et puis, ça m'rappelle que j'dois retrouver Rib et Kaar ! Ils...ils sont cool ces deux là, ils me jugent pas comme les autres : malgré mes défauts. S'ils venaient à crever ici, j'le prendrais mal : très mal !

En tout cas, j'hallucine ! Son ton...c'est vraiment plus l'même maintenant ! On dirait moi dans mes jours communs...un accent typique d'la rue. Une façon bouffer certaines lettres quant on parle quoi. Alors que, tout à l'heure, on aurait dit un ton et des mots prononcés par quelqu'un d'la bourgeoisie au moins. Un peu comme lorsque j'fais des efforts au sénat, pour bien expliciter les choses.
Sa façon d'parler d'avant d'vait v'nir de ces mots d'obéissance. J'me rend un peu mieux compte de ce qu'est ce pouvoir. Franchement, il m'fait froid dans l'dos. Elle ressemblait trop à un pantin tout à l'heure. Et là...là, on dirait une gamine de 17 piges comme une autre. Une p'tite rebelle qui veut faire entendre sa voix.

Avant qu'j'ai l'temps d'répondre quoique se soit, la voilà partit. Et bien, elle a la crinière d'feu, mais l'caractère aussi cette morveuse ! J'lâche un rire...C'ets stupide : j'en convient. Mais, elle m'fait délirer cette morveuse. Et puis, ses yeux...ils sont plus vivant qu'les miens : ça m'saoûle. Bah, j'ai pas l'temps d'chercher à comprendre ce qui manque, j'dois retrouver mes deux zouaves.
Me v'là me relevant. Bah, j'ai plus de chemise à dépoussiéré pour l'coup : elle me l'a arraché tout à l'heure. Alors qu'j'suis enfin debout, j'suis surpris par...ben, l'fait qu'elle est à nouveau d'vant moi. J'croyais qu'elle se cassait ?


"T'avais pas quelque chose d'plus urgent Mouflette ?" ne pus-je m'empêcher d'lui dire, un sourire moqueur au coin des lèvres.

Étirant quelque peu les muscles endoloris d'ma nuque, j'repris :


"Dis...Je cherche deux types de taille moyenne. Un d'eux est encore plus défiguré qu'j'l'suis...L'autre est d'couleur caramel. Ce sont mes secrétaires...ils devaient être dans l'coin lors de ce merdier."

Je la fixe dans les yeux, et lui demande alors :

"Tu n'aurais pas vu quelqu'un correspondant à leur description ? C'là m'arrangerait. Oh, et...pour tes trois p'tits mots. J't'avoue : j'en ai rien à foutre de ce que t'es."

Soudain, un grondement se fit entendre. Tss...Le bâtiment devient de moins en moins sûr. Levant les yeux vers l'plafond, j'rajoute :

"On f'ra connaissance plus tard : faut avancer. L'toit va plus trop t'nir si ça continue."

Sans lui laisser l'temps d'répondre, j'm'avance. Il est temps pour moins de retrouver mes deux idiots. J'ignore si elle m'suit...elle fait comme elle veut : j'm'en fout littéralement. Pour l'moment, j'avance un peu claudiquant. En fait, j'dois quand même être salement amoché. Bah, une cicatrice d'plus, ou une d'moins. Tout en avançant, j'lui demande :

"Au fait, qu'est-ce que tu faisais dans l'coin ? J't'ai jamais vu au Sénat...c'est pas super courant d'voir des inconnus ici. Enfin...t'as pas choisit l'bon jour pour passer on dirait."

J'ris jaune à ma réplique. Ouais, c'est pas l'meilleur jour. En fait, c'est une journée bien pourri !
Revenir en haut Aller en bas
Sacha

Sacha

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 299
♦ Messages : 531
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Tourne la page sans te brûler si tu le peux.
♦ Date d'inscription : 26/04/2010
♦ Age : 26

[Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après) Vide
MessageSujet: Re: [Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après)   [Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après) EmptyMer 29 Déc - 23:17

Il s’moque de moi ? Tsss. J’me demande ce qui m’retiens de lui en mettre une. Ah oui : c’est mon maitre, et j’suis mal placée pour lui refaire le portrait. P’tain, quand je vois ce sourire sarcastique sur son visage, ca m’mets la rage ! J’aime pas me sentir humiliée, même si c’est rien qu’un peu ! Pour répondre à sa petite remarque, la seule chose que j’trouve à faire c’est d’me mordre la joue en détournant le regard. J’suis nulle. Au moment où je décide de le regarder à nouveau (c'est-à-dire quelques secondes après), il reprend la parole. Apparemment, il cherche des personnes. Ca m’fait presque mal au cœur. Ouai, moi aussi j’cherchais quelqu’un tout à l’heure. Mais j’suis arrivée trop tard, et maintenant c’est comme si mon estomac était noué pour toujours. Bordel ! Faut qu’j’me casse… Attends, il a dit « secrétaires » ? (chacun son temps d’réaction) Mais c’est qui s’type, pour qu’il ai des secrétaires ? Et tant qu’à faire, il f’sait quoi ici, au juste ?

Il m’regarde dans les yeux. C’est vachement déstabilisant. Et c’est super désagréable, parce qu’en temps normal, ca s’accompagne d’une faveur, ou d’un ordre.
Ah bah non.

Loupé.
Try Again.

En fait il veut juste savoir si j’ai pas vu les deux gusses qui devraient être dans l’coin. Et il s’en moque. Que j’sois un Objet. Hum… J’dois prendre ca comme un compliment, ou alors pour un désintérêt total d’ma personne ? Bah, peu importe.



Nan, en fait, ca va m’travailler. Faut que j’lui demande. Alors que je m’apprête à ouvrir la bouche d’l’égocentrique que j’suis, un grondement sinistre attire notre attention à tous les deux. Ca doit v’nir de là, l’expression « le ciel nous tombe sur la tête ». Parce que même si c’est l’toit, bah ca va vraiment finir par tomber sur nos caboches. Bah, pour l’autre ca changera rien, vu comme il est déjà défiguré. Mais j’pense pas qu’il y survivra. J’ai même pas l’temps de l’ouvrir que le voilà en train d’partir. C’est surement la meilleure chose à faire, mais… Attends, j’rêve ou il compte m’abandonner ?! Bon d’accord, j’ai été la première à vouloir l’faire, mais j’suis revenue parce que j’me faisais du souci, non par intérêt personnel, et puis j’ai mis d’coté ma fierté, et… Bon, tout est complètement factice mais c’est bon pour ma conscience morale. Il parait que c’est bien d’se flatter soit même. Me demandez pas où j’ai entendu ca, j’en sais strictement rien. En fait, j’viens d’l’inventer, mais le problème n’est pas là.

En tout cas, simple constatation, mais j’pense pas que mon nouveau maitre marche au quotidien tel qu’il est en train d’le faire. J’vais le suivre. Au final, j’ai même pas l’cran de m’barrer loin d’mon maitre, de vivre « libre ». Et puis comment on fait, pour vivre libre ? J’sais pas. Mais ca m’angoisse rien que d’y penser, faut dire que j’suis pas née pour ca à la base. Donc j’peux pas l’savoir, m’en voulez-pas, et j’ai décidé que j’le suivrais, du moins pour l’instant, un point c’est tout. J’fais un pas, deux pas, et à c’moment là sa voix me fait presque sursauter. Qu’est-ce que je faisais là ? Arrête, c’est vraiment pas l’genre de question à laquelle j’ai envie d’répondre. Mais pourquoi il rit au juste ? La nervosité, j’imagine. Ya que les frapadingues comme moi qui pourraient s’marrer dans les pires situations. Mais pas aujourd’hui. J’accélère le pas et j’m’arrête juste devant lui.


« Bon, écoute ! J’me suis pas amusée à r’tenir le visage de tous ceux qui hurlaient à la mort comme de parfaits abrutis ! Parce que tu vois, j’étais bien trop occupée à chercher mon défunt maitre qui était v’nu apporter une foutue lettre à ces pauv’ gars du Sénat ! Tu l’crois ca ?! Déjà que j’ai du attendre dehors comme un vulgaire cabot, qu’j’ai du supporter le regard dédaigneux des chiffes-molles d’la garde du Sénat, voilà qu’le bâtiment se crache mystérieusement et qu’mon maitre décède sous mes yeux ! Dans quel monde on vit, tu l’sais toi ?!»

J’ressemble à un p‘tit chien perdu. Essoufflée, j’viens de débiter mon venin à la vitesse du vent. Je soupire enfin, presque de soulagement. Je cherche son regard, je fronce les sourcils tout en appuyant mon index sur son torse.


« J’vais t’accompagner. J’vais t’aider à les trouver, tes disparus. Mais en échange, m'abandonne pas. M'ordonne pas d'crever sur l'bord du trottoir ou un truc du même goût, d'accord ? D'ailleurs, j’ai quelques questions moi aussi, on a assez parlé d’moi. Mis à part l’fait que tu sois mon nouveau maitre, t’es qui au juste ? Et qu’est-ce que tu fais là ? »
Revenir en haut Aller en bas
Aleksandr Droski
♥ Ouaf-Ouaf ♥

Aleksandr Droski

♦ Influence : 262
♦ Messages : 301
♦ Âge du perso' : 24
♦ Fiche : Depuis quand un Chien Galeux est-il Sénateur ? et Les Dossiers de ♥️ Ouaf-Ouaf ♥️
♦ Protecteur : Je protége Hayden N.Loyd.
♦ Date d'inscription : 19/10/2010
♦ Age : 28

[Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après) Vide
MessageSujet: Re: [Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après)   [Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après) EmptyMer 12 Jan - 7:48

Et la r’vlà à la charge ! P’tain, elle en démord pas la mioche, ma parole !
Ouah…Au vu d’son comportement, j’pensais pas qu’elle pouvait faire pareille tirade ! Respect…j’m’en crois pas trop capable perso.
Malgré tout, j’me surprends à l’écouter. Une lettre ? Alors…Ingell Decade, The Coursier…paye l’prix fort pour un bout d’papier ? J’dis ça, mais rien m’dit que Kaar et Rib aient pas passé l’arme à gauche : pour une lettre de Maître Dorian à mon intention.

J’ai la vague sensation que la misstinguette profite d’la situation pour quelque peu m’vider son sac. Bah…j’peux pas lui en vouloir à cette mouflette quand même ! Son maître d’vait être tout pour elle…Mais, j’y pense, si l’Prince Dorian v’nait à mourir, et qu’je puisse rien faire que r’garder…comment réagirais-je ? Que ressentirais-je ?

Cette question a à peine frôlé mon esprit tortueux qu’mon r’gard s’fait plus vide. Un frisson m’parcourt alors que je sens l’horreur me parcourir. Ouais…j’peux pas imaginer rester calme. Je f’rais un bien piètre valet, confident, ami…si je ne ressentais rien.
D’une voix assez rude, un peu noué et doté d’une bonne dose d’amertume…j’répond à sa question folle :


« Un monde pourri jusqu’à la Moelle. Un truc qui d’vient ruines et qui empeste la Mort à plein nez. Pire encore qu’un putain d’bourbier. »

J’suis franc, j’pense chacun d’mes mots là ! Et d’ailleurs, ça fait une paye que j’avais rien dit à ce sujet. On attend d’moi que je permette à Gells de continuer sur sa lancée de Province Forte…pas que j’disse que l’Empire me paraît être un vrai marécage de cadavres en décomposition.
Ok…je sais. En tant que Sénateur, je devrais être moins vindi-bidule-machin-chose-chouette. P’tain ! J’arrive plus à l’prononcer ce mot à la con. Ok, je d’vrait être plus « diplomate ». Paraît que j’ai pas d’tact en fait.

Mais oh ! J’suis pressé la Gosse ! J’avais commencé à r’prendre mon chemin moi, après ta tirade. J’sais bien que si j’lui gueule dessus dans mon esprit, elle m’entendra pas…mais bon, j’avais commencé à r’marcher, avant que son doigt ne se pose sur mon torse.
Mais voilà, malgré mon agacement, je l’ai encore une fois écouté. Et là, franch’ment, j’ai halluciné. Ses déclarations ont eu l’effet d’un flash. « Crever au bord d’un trottoir » ? Tiens…ce jour là, j’avais « sauvé » celui qui désormais porte le titre de « Prince de Gells »…ceci pour ne pas le « condamner » à la dure vie des Bas-Fonds, de la rue quoi.
Et puis, en la r’gardant avec plus d’attention, j’trouvais que cette fille et moi…ben, on se ressemblait un peu. Bah, au moins, elle est plus gâtée que je ne le suis en terme de physique. Mais bon, j’ai la même crainte qu’elle. Celle d’être abandonné par mon « Maître », sauf que dans mon cas, c’est aussi mon p’tain d’meilleur ami…enfin, j’crois.

Enfin, faut bien atterrir d’temps en temps. J’revient donc sur cette bonne vieille Terre, lorsque la misstinguette en vient à m’poser des questions. Mais v’là, j’trouve que l’feu derrière nous prend d’l’ampleur, et rester dans ce coin pour blablater, c’est pas supra malin : non ? Et puis, les deux idiots doivent bien m’attendre : non ?


« Avançons… » que j’lui dit.

« Rester ici est dang’reux pour l’moment. »

Faut bien que je justifie mon p’tit mot. J’reprends mon avancé laborieuse, toujours claudiquant comme le vieux boiteux du coin. Tout en marchant, j’préfère commencer à lui répondre :

« J’suis pas l’type de salop qu’tu sembles penser. J’suis p’t’êtes chiant, con et j’en passe…mais j’suis pas l’genre de salop qui laisserai une gamine dans ton genre crever dans son coin, en maudissant tout et rien. »

Qui voudraient faire vivre à autrui ce qu’il a vécu ? Un tordu, probablement. Et, étrangement, j’le suis pas tant que ça.
Faut l’dire, j’ai vécu en connaissant la cruauté d’la rue. A l’époque j’avais même pas d’nom pour dire. Ma catin d’mère ne m’ayant jamais appelé autrement que « gamin » ou encore « morveux ». Ouais…j’étais destiné à vivre seul et à crever sur l’coin d’un p’tain trottoir. J’laisserai pas pareille connerie arrivé à cette mioche.


« Sinon…merci d’ton aide. Ces deux couillons sont d’chics types, ça m’frait chier qu’ils crèvent pour un bout d’papier. » ajoutais-je peu après.

Pour l’moment, j’avais toujours pas dit qui j’étais…Pourquoi ? Car je ne me considérer pas comme étant la priorité. Nous v’là désormais à un carrefour…
Fait chier : par où sont-ils allés ces deux cons à la fin ?! J’me stop, et la regarde en lui disant :


« J’m’appelle Aleksandr Droski…j’suis l’Sénateur de la province de Gells. Mais, pour l’heure, on va à droite ou à gauche ? Une bonne idée p’t’êtes…Misstinguette. »

Un « sourire » en coin, et un ton un brin plus léger malgré ma voix rauque. Ok, au vu d’mon sang qui, bien que s’étant arrêter d’couler de ma tempe, est toujours là…et ma cicatrice de brulure : ça doit ressembler à une grimace zarby. M’en fout, j’fais des efforts ! Nah !
Revenir en haut Aller en bas
Sacha

Sacha

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 299
♦ Messages : 531
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Tourne la page sans te brûler si tu le peux.
♦ Date d'inscription : 26/04/2010
♦ Age : 26

[Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après) Vide
MessageSujet: Re: [Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après)   [Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après) EmptyDim 20 Fév - 12:40

Les couloirs vont finir par se refermer, si on n'bouge pas. Le plafond va nous tomber sur la tête, et ils n'nous restera même pas les yeux pour pleurer. Mon nouveau maître pense qu'il est plus judicieux d'avancer, pour l'moment, alors tandis qu'il marche en boitant, j'le suis, restant juste derrière lui, à la même vitesse. Puis, il prend tout d'même le temps de me répondre. Il va pas m'abandonner, qu'il dit, un bon point pour lui, déjà. Je souffle un petit "Autant pour moi", comme pour m'excuser de mes préjugés. Le feu prend d'l'ampleur, et la fumée va finir par nous asphyxier. Quel environnement chaleureux ! Puis, alors qu'on continu notre avancée, deux choix d'route s'offrent à nous. Ca s'rait bête de s'enfoncer encore plus dans la bâtisse du Sénat, sans jamais trouver la sortie. Je pose mes yeux sur le défiguré, attendant qu'il se décide. Au lieu d'ca, il répond à ma précédente question.
Aleksandr Droski. Ah, un Sén... Un Sénateur ?! Ce type ? Je sursaute presque intérieurement en entendant ses propos. J'hausse un sourcil, en l'dévisageant. Ils choisissent vraiment n'importe qui, à Gells. J'suis certainement très mal placée pour m'avancer à c'sujet, mais qui, en voyant un type d'son acabit dans la rue, pourrait s'dire "Ce jeune homme, il est sûrement de bonne famille. Non, il est certainement Sénateur !" ?
... Pas grand monde, à mon avis. Bref, pour l'moment, inutile d'attendre sa décision quant à la direction à prendre. Lui-même n'sait pas où aller, comme ça, on aura tout gagné ! Je pousse un soupir.


"Eh dis, c'est pas toi l'Sénateur, dans l'histoire ? Tu penses pas être mieux placé qu'moi pour décider de la marche à suivre ?"


Je soupire de nouveau (ça devient une sale habitude). J'avance de quelques pas, hésitante. En dehors d'la fumée, plutôt agaçante, un grondement quelque peu sourd attire mon attention. Les murs tremblent, par secousses irrégulières, puis comme si quelque chose était sur l'point de se casser la gueule. J'fais de nouveau quelques pas sur ma gauche, puis j'm'arrête, les yeux sur l'plafond. D'un signe de la main, j'dissuade Aleksandr d'avancer plus.

"Attends..."


J'quitte pas le plafond des yeux. Puis, ce qui devait s'produire arrive. La roche calcinée cède aux fissures provoqués par l'explosion et la combustion. Par pur réflexe, j'attrape le poignet du Sénateur, et j'me jette par terre, bien plus loin sur la droite. Les secondes s'écoulent, et j'dois dire, c'est assez difficile de n'pas imaginer qu'on est sur le point de se faire écraser, quand on est au sol, les yeux fermés, et que les secousses provoquées par l'éboulement assaillent votre esprit lâchement.
Une fois le choc passé, j'me relève, Aleksandr faisant de même. J'm'autorise à tousser, vu à quel point l'air ambiant est souillé.


"Bon, bah maintenant, le choix d'la direction est vite fait."


J'suis presque ironique. Impossible de faire demi-tour, l'accès est maint'nant complètement bloqué. J'décide de progresser sur notre nouveau chemin, sans savoir si le Sénateur m'suit. Après tout, j'aimerai pas assister à une nouvelle chute de plafond. Si ca devait arriver, on serait condamnés à crever ici, à moins que quelqu’un s’bouge à nous faire sortir de là. Un drôle de contraste attire mon attention dans l’décor. Une pointe de couleur se détache du gris de la pierre. J’accélère le pas, curieuse, et m’arrête à quelques mètres, après avoir poussé une faible exclamation.


« Une personne ! C’est une personne, Aleksandr ! Regarde ! »


J’pointe du doigt le malheureux, à terre parmi les décombres, et je me surprends à espérer que ca n’soit pas l’un de ceux qu’le Sénateur mentionnait un peu plus tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Aleksandr Droski
♥ Ouaf-Ouaf ♥

Aleksandr Droski

♦ Influence : 262
♦ Messages : 301
♦ Âge du perso' : 24
♦ Fiche : Depuis quand un Chien Galeux est-il Sénateur ? et Les Dossiers de ♥️ Ouaf-Ouaf ♥️
♦ Protecteur : Je protége Hayden N.Loyd.
♦ Date d'inscription : 19/10/2010
♦ Age : 28

[Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après) Vide
MessageSujet: Re: [Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après)   [Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après) EmptyMer 2 Mar - 21:44

J'crois bien que ma réponse l'a surprise. Bah, j'peux pas lui en vouloir, qui pourrait croire que j'suis sénateur avec ma gueule. Enfin, j'tousse légèrement, la fumée commence à se faire connaître...P'tain, tant de chaleur...Cela réveille des douleurs sur mes cicatrices. Bah, au moins cette fois, j'ai pas cramé ce qui me reste encore de peau.
Ah, elle vient de soupirer la mouflette. Mais bon, ses paroles sont loins d'être fausses. Mais faut avouer que j'ai jamais trop fat attention au coin. J'me contentais de mon bureau, et de la salle des réunions personnellement. L'reste du temps, j'me débrouille pour pouvoir aller me balader. Et puis, car j'avais pas envi de m'faire chier à m'trouver une bicoque, je squate dans un hôtel du coin pas trop-trop cher. Son excellence paye mes frais de nourriture, de logements et de fringues : que demander de plus ?


"Pour être franc avec toi, j'connaîs que moyennement l'coin. J'ai pas trop cherché à jouer les touristes, d'puis mon arrivé y'a deux ans."

J'ai un rire gras, l'genre de rire qui vous fait savoir que j'me sens vraiment dans la merde mais que je tente de positiver. Positiver mon cul oui ! Si je fais en sorte de garder Kaar ou Rib prés de moi, c'est bien parce que je sais que cette capitale est trop...trop grande pour moi.
A Ishtar, j'me sens bien que dans ces fichus bas-quartiers. J'ai l'impression d'être un peu comme chez moi là-bas...Mais ici, au milieu du luxe et des friori-bidules-machins-choses...J'me sens pas à ma place. Si seulement j'avais fermé ma gueule lors de cette fichue assemblé, il y a deux ans !
Alors que je m'apprête à suivre la miss, j'la vois se stopper. Enfin, "voit"...J'ai la vu un peu trouble à cause de tant de fumée. Elle me pique les yeux cette saleté ! Encore une fois, je tousse...J'vais pas clamser étouffer p'tain d'merde ! Je refuse de crever maintenant...Tu m'entends l'Ombre ? J'veux pas encore te rejoindre !

A son attend à Sacha, je fronce des sourcils. Puis, je l'entends, ce bruit sourd. Par instinct, j'lève les yeux vers le plafond. Merde !!! Il est en train de s'écrouler le con !
Je voit comme au ralenti la chute de ces pierres, et j'me dit que ma fin est arrivé...Mais alors que je pense ma fin arrivée, mes jours tranquiles terminés...je sens une force me tirer d'là. J'ai pas franchement calculé, mais une fois redressé, j'commence à comprendre.
Sacha...la mouflette...elle m'a sauvé ? Mais, pourquoi ? Rien ne la forçait à intervenir en ma faveur...Alors, j'repense à ses paroles précédentes. Oui...Elle aussi, elle ne veut plus être seule. La vache, le pire dans tout ça, c'est que je la comprend parfaitement la puce.

Je ricanne à son commentaire. Faut dire que j'tousse un peu en même temps...Cela doit m'donner l'air con, plus que d'hab' quoi.
Je rétorque cependant :


"Faut croire, oui...Oh et, Merci Sacha. Rah...C'est zarb' !"

La fin, c'est surtout que j'ai pensé à voix haute. Cela me fait bizarre qu'elle porte ce prènom. C'est un des surnoms que me donne le Prince après tout. Sacha est une autre façon de dire Aleksandr...J'suis gêné, mais la voilà qui accèlére le pas. D'une marche titubante, j'tente de la suivre.
Je vais pas très droit, je toussote un peu, et j'ai quelques difficultés à respirer...mais bon, je la suis. Finalement, j'ai peut-être plus de forces que je ne le pensais...Une personne ? Dans ce bordel ? Bon sang, faîtes que se soit un d'eux et surtout, oh l'Ombre, fait en sorte qu'il soit en vie !
J'accélère la cadence, et arrive prés de Sacha. Ce qui s'offre à mes yeux...me glace d'effroi. Sur la pierre, du rouge. Le rouge du sang. Malgré la fumée, je peux sentir la forte odeur du sang...Là, sous la pierre de ce qui devait être un bout du plafond ou du Mur, une forme. On peut voir sa tête, et le haut de son torse...Je me penche, la fumée m'empêchant de bien voir. Je tousse encore une fois, et là, une fois s'élève...Une voix provenant de la forme :


"Si...Sir Dros...ki ?"

Un souffle, une toux. Le bruit du sang qu'on crache. Merde, cette voix...Kaar....C'est Kaar ! Je me met à genoux et répond alors :

"Oui Kaar, c'est moi, c'est Alek'. Tout va bien aller, on va te sortir de là : ok ?"

Je sais mon ton mal assuré...je sais que mes mains qui tâte la pierre n'arrive pas à trouver un passage pour la soulever...et surtout, je sens son souffle qui se perd, et je l'entend, le voit même, cracher du sang.
Il a soudainement un air désolé, alors qu'il me dit :


"Rib est...keuf keuf...mort. Dé...solé. Je n'ai pas put...l'ai...der."

Je sens son souffle qui se fait difficile, et merde ! A ses mots, je revoit la sale tronche de Rib, et je dois me dire que son corps est là, quelque part sous ses décombres. Non ! Putain ! Pourquoi toutes ces merdes ?!
Je sens que les larmes viennent sur l'bout de mes yeux. Non, j'dois pas chialer ! J'suis pas une putain de femmelette : si ? Comme pour me convaincre, je répéte inlassablement, tout en commençant à pousser les morceaux de roche. J'ai plus trop conscience de la chaleur des lieux, ni même de cette fumée qui me fait tousser pour l'coup.


"Tout va bien s'passer. J'vais t'sortir d'là Kaar...Et on ira r'trouver Rib dehors. D'accord ? Tout va bien s'passer...Hein Kaar ?"

Mais voilà, alors que j'avais enfin dégager la dernière pierre, les larmes aux yeux, je vit et comprit que la réalité est plus souvent amère qu'autre chose. Sous ces roches, le bas du corps de Kaar était visible. Mais surtout, ses jambes et son abdomen...ils sont littéralement broyé. L'odeur et la vue du sang était impossible à ignorer...sa jambe avait même une fracture ouverte...Mais je suppose que son dos a du prendre aussi, et qu'à présent, il ne sent plus le bas de son corps.
Face à cette vue d'horreur, je commence à comprendre, je commence à assimiler que Rib' ne sera plus là pour me tenir compagnie avec sa gueule aussi explosé que la mienne. Je me rend surtout compte que sauver Kaar est impossible. Les larmes aux yeux, je sens mes jambes qui lâchent alors que je me retrouve à genoux à côté de lui. Je sens les larmes de dépit couler sur mes joues, mais merde quoi ! Pourquoi cette journée banale tourne-t-elle aussi mal ? Ok, j'voulais que la monotonie cesse mais fait chier quoi ! J'voulais pas que se soit dans pareil situation merde !
Soudain, je sens une main poisseuse de sang prendre la mienne, Kaar a un sourire désolé, alors qu'il me dit :


"J'ai per...du votre...let...tre. Déso...lè. Je ne peux pas vous...sui...vre. Par...don Alek'...Je vous...confie Alek'...Miss. Il est pas...méchant. Jus...te timi...de. Enco...re par...don.
- Hé...Kaar ! Hoy ! KAAAAAAAAAAAAAR !!!!!"


Le voilà qui ferme les yeux, un sourire désolé sur le visage ! Non, Kaar ! Tu peux pas m'faire ça bon sang ! Je hurle dans l'coin...J'en avais même oublié Sacha...Est-ce que c'est ça, ce qu'elle a ressentir lorsque Decade est mort ?
Moi...Sans Kaar et Rib, je servais pas à grand chose. J'écris et je lit comme une brêle...Sans ces deux mecs de confiance, je sais que j'aurais beaucoup de mal à atteindre et exaucer les souhaits de son Excellence...Mais surtout, j'en était venu à apprécier la franchise de Kaar, et les blagues vaseuses de Rib'.
Je suis là, avachit, les larmes aux yeux...J'me sens mal. merde, j'ai échoué ! J'avais dit que j'les protégerait, et au final, ils seront mort comme ça, parce qu'ils ont eu l'idée d'être secrétaires de la Noble et Forte Principauté de Gells. Tu parles qu'on est fort...Des terroristes ont assez de force pour nous tuer sans même qu'on ne soit prompt à répliquer de suite...Sommes-nous si insignifiant ? Il est beau l'Empire, aussi faible !
J'ai cesser d'hurler. Mes larmes ne sont plus celle de tristesse, mais celle de rage. Je ne peux pas laisser leur Mort impunis : jamais !
Je me redresse, tant bien que mal...Et après avoir fermé ses paupières à Kaar, fidèle à l'Empire, à l'Ombre et surtout : à Gells.
Là, d'une voix profonde de rage, et de colère maintenue, je lance à Sacha :


"J'ignore qui sont les enfoirés derrière tout ça...mais ils paieront Sacha. Ils doivent payer..."

Soudain, un bruit se fait entendre...Des voix proviennent d'un peu plus loin : probablement les secours.
Je me retourne vers celle que je peux qualifier de sauveuse, et de compagne d'infortune. Là, j'avoue que j'la détaille plus. Elle semble plus forte qu'moi en fait. J'ai mes yeux noirs qui montrent de la détermination, la première fois d'puis longtemps maintenant qu'j'y pense. Dans tout les cas, j'lui demande, avant que les secours ne soient complètement arrivé...avant que la séance de "soins" ne prévaut sur notre situation à tout les deux.


"M'aideras-tu...?"
Revenir en haut Aller en bas
Sacha

Sacha

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 299
♦ Messages : 531
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Tourne la page sans te brûler si tu le peux.
♦ Date d'inscription : 26/04/2010
♦ Age : 26

[Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après) Vide
MessageSujet: Re: [Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après)   [Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après) EmptyDim 6 Mar - 14:45

Ce sont des jours comme celui-ci, qui semblent n'tenir qu'à un fil, ou être le fruit d'une abominable fatalité. Par exemple, Ingell aurait très bien pu être malade ce matin, incapable de bouger du lit. Ou alors, la personne l'ayant chargé de ce travail aurait pu, pour différentes raisons, retarder sa demande d'un jour. De même que, l'homme gisant sous les décombres en ce moment même, n'aurait peut être pas eu ce destin si la fameuse lettre qu'il mentionne n'était pas arrivée aujourd'hui.
Entre autre, Aleksandr et moi n'aurions pas eu à pleurer. Malgré la fumée, c'n'est pas difficile de distinguer les traits du Sénateur, alors qu'il dégage les décombres avec l'espoir de sauver l'malheureux. En vain, c'est évident.

Tandis que Droski est en proie à la panique, le décor change sous mes yeux. La fumée disparaît, et tout devient noir, brouillé. Ses cris prennent le timbre d'une voix familière : la mienne. Et je me vois, là, accroupie aux côtés d'Ingell, les yeux gonflées par les larmes. Ma gorge se noue tandis que l'autre "moi" secoue le corps inerte d'Ingell. De mes yeux, je balaye les alentours. Où s'trouve la sortie de cette foutue illusion ? Du noir à perte de vue, et toujours les deux protagonistes de la scène, devant moi. J'ressemble à un chien perdu, à un petit enfant, en y regardant de plus près.

"Ingell est mort." "Tu es arrivée trop tard." "Pitoyable fille." 'Tu es toute seule."

C'est faux !, j'parviens à laisser échapper, peu assurée.

L'autre Sacha tourne la tête dans ma direction, avant d'se lever. J'écarquille les yeux. Mais qu'est-ce que c'est qu'ce gros délire ?! Elle s'avance vers moi, s'arrêtant tout près, les sourcils froncés. D'une main, elle m'attrape par le col, la fureur déformant son visage.


Faux ? Mais rien ne t'retiens maintenant, pauvre conne ! Butons-les tous, TOUS, tous, absolument TOUS !

Elle s'met à rire affreusement. Cette fille, c'est pas moi. Ca n'peut pas être moi, pas dans un moment pareil. Tous les tuer ? C'est une idée intéressante, mais complètement idiote. Et puis, tuer qui ? Dans quel but ? Venger Ingell ? Oui, c'est vrai qu'en mettant fin à la vie de tout l'monde, je finirai forcément par tuer le responsable. Quel raisonnement puéril et limité. Je sais à quel point mon cerveau est dérangé, mais là, c'est du grand n'importe quoi.
L'autre arbore toujours un visage de perverse. J'aime pas. Cette partie de moi est répugnante. Ni une ni deux, avec un peu d'élan, j'lui écrase mon poing dans la figure. Une fois par terre, elle m'regarde, inexpressive.


Ta gueule, salope. Tu sais pas d'quoi tu parles. Je hais probablement l'Empire et sa population, Ingell était sûrement le seul que j'aimais, mais toi et moi on procède pas d'la même façon. Et puis, quelqu'un a besoin d'moi.

J'ferme les yeux, et en les rouvrant, l'illusion s'évapore comme un mauvais rêve. La fumée reprends sa place dans l'décor, ainsi que les bruits ambiants, marquant la fin du délire.

"...ront Sacha. Ils doivent payer... "


Oui. Il y a en effet, quelqu'un qui a besoin d'moi. Je regarde Aleksandr, laissant un sourire à peine discernable s'glisser sur mon visage.


"Je pense être en mesure de t'aider, d'une façon où d'une autre. Mais pour le moment, allons-nous en d'ici."


Le visage du Sénateur est marqué par l'chagrin et l'air incandescent. J'dois pas en être loin non plus. Des voix s'élèvent un peu plus loin, à travers les débris. Dans quelques minutes, on sera dehors.
Revenir en haut Aller en bas
Aleksandr Droski
♥ Ouaf-Ouaf ♥

Aleksandr Droski

♦ Influence : 262
♦ Messages : 301
♦ Âge du perso' : 24
♦ Fiche : Depuis quand un Chien Galeux est-il Sénateur ? et Les Dossiers de ♥️ Ouaf-Ouaf ♥️
♦ Protecteur : Je protége Hayden N.Loyd.
♦ Date d'inscription : 19/10/2010
♦ Age : 28

[Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après) Vide
MessageSujet: Re: [Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après)   [Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après) EmptyVen 11 Mar - 23:05

J'observais avec attention cette fille, cette silhouette fine qui me semblait, pour l'heure, plus solide et forte que la roche de ce bâtiment miteux s'étant fait soufflé comme d'un rien. Alors que j'attendais sa réaction, observant son regard de feu, tentant de ne pas me laisser emporter par la fumée qui s'étendait, le bruit des secours s'rapprochaient. Mais voilà, j'en avais que faire...Et, pour l'heure, je n'en aurais encore rien à faire si elle ne m'avait pas répondu.
Elle, cette petite fille a qui j'demande de l'aide par dépit, ou par une intuition incompréhensible, elle était prêtes à m'aider ? Pourquoi suis-je si surpris ? C'est un Objet ayant perdu son Maître avec cette histoire...Et moi, j'suis un blasé qui a perdu ses supports, ses pilliers...les gars qui lui donnait la motivation d'se bouger l'cul et d'aller aux réunions d'merde du Sénat quoi.
J'soupire, fortement, profondément. Quelle foutoir de merde au final.


"Hum...Ouais, t'as raison..." répondis-je, la voix rauque à cause de cette bordel de *bip* de fumée.

Ah, tiens, les voilà.
Les voix fortent hurlant à tout va : "y'as des survivants ?" se font entendre. J'peux enfin voir des silhouettes dans cette opacité d'merde. J'ignore si j'dois sourire, être soulagé, ou enragé qu'ils ne se pointent que maintenant.
J'regarde encore une voix en arrière, alors que les péquins de coin se ramènent, nous ayant apperçut. Là, j'mate l'corps sans vie de ce p'tit Kaar, et j'lui fait un sourire amicale en lui murmurant :


"A la prochaine l'ami...Réserve bien l'absinthe pour nos r'trouvailles avec Rib'."

J'sais qu'j'dois avoir l'air con, mais j'ai b'soin de ces p'tits mots pour continuer de bouger mon sale cul de chien galeux bâtard.
Oh, les "secours" sont d'vant nous, je tousse et voilà pas un de ces médecins cheloux qui commencent à nous sauter d'ssus. J'écarte sa main, qui allait se poser sur mon épaule, d'un mouvement vif. J'le fussille du r'gard en lui disant :


"Toi, ne m'touche pas."

Je jette un regard à Sacha, et lui demande alors...tout en me dirigeant vers elle.

"Tu permets ?"

J'lui laisse pas trop l'choix, et j'm'appui un peu sur elle. Puis, j'pense que j'me suis déconnecté d'la situation et laisser guider vers l'dxtérieur. Simplement, sans trop chercher à faire attention aux environs.
Il faut dire que, pour l'heure, une seule chose tourne en boucle dans ma tête. Cette p'tain de couleur verte, et cette ambiance d'merde. Qui est derrière tout ça merde ?! Je r'garde Sacha, me laissant tôtalement guidé par elle, lui donnant toute ma confiance pour la peine....Car j'suis faible. J'suis un gars qui a besoin d'un support pour se sentir "utile", "vivant"...J'suis une brêle juste bonne à écouter, analyser et rapporter à son maître. Comment que je maudis cette situation, cette faiblesse de ma part ! Je m'en rend compte, j'me suis trop reposé sur Dorian, Rib et Kaar...cela doit cesser...Mais, pour l'heure, permet-moi petite poupée d'feu, d'me reposer un peu sur toi...Ouais...Après tout, tu l'as dit non...qu'tu pouvais m'aider, moi, le bâtard du Sénat...
Dans tout les cas, j'sens l'brouillard autour d'moi. Sommes-nous sortis ? Que se passe-t-il ? J'en sais rien...et pour l'heure, j'demande une chose : du repos. Oui, du repos puis, à mon réveil, un hurlement : un appel sauvage à la vengeance, non, à la Justice !



[Je te laisse faire comme tu le désires...Pour l'heure, j'dois dire que je considère Alek' un brin das les vappes...donc, à la merci de tôtal de qui bon te semble, comme bon te semble. Je suis nulle pour clôturer, donc, excuse ce bien piètre rp ^^'
Voili, voilou...A toi d'voir ^^']
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




[Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après) Vide
MessageSujet: Re: [Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après)   [Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

[Event-Attentat] La fin d'une légende (PV Sacha et qui voudra après)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ѧ Quartier Magna Ѧ :: Sénat-