AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une Matinée qui commence bien...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 739
♦ Messages : 876
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Jeune Prince Imprévisible
♦ Protecteur : Uriel D'Arken, son mentor et l'entièreté de la Garde Impériale
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 28

MessageSujet: Une Matinée qui commence bien...   Mer 14 Avr - 21:05

La matinée était calme, un doux rayon de soleil traversait les fenêtres outrageusement grandes de la salle à manger du palais. L'une d'elle était même entre-ouverte et permettait d'entendre le chant des oiseaux exotiques importés spécialement pour le jeune héritier. Ce dernier était d'ailleurs accoudé à ladite fenêtre et observait malicieusement une de ces créatures à plumes. Particulièrement colorée, elle poussait la chansonnette, délicatement posée sur une branche de rosier. Le sourire du futur Empereur se fit plus large. L'oiseau tourna la tête vers lui, intrigué. Ezhekiel le foudroya.
Enfin, pas exactement, mais le résultat fut le même. Ce dernier avait négligemment désigné la petite bête du doigt et un filet d'énergie était venu à sa rencontre pour finalement court-circuiter l'animal.

Il s'agissait du dernier jeu du jeune maitre et cela l'amusait d'ailleurs beaucoup. Pour le prouver, il fit éclater son rire cristallin d'enfant particulièrement satisfait. C'est à ce moment que deux serviteurs entrèrent dans la salle, portant un gâteau des plus imposants qu'ils déposèrent au milieu de la table de la grande salle. L'arrivée de ce nouvel élément eut tôt fait de détourner le jeune prince de sa source d'amusement pour recentrer son attention sur cette débauche de calories. Cette marque d'intérêt fut d'ailleurs immédiatement remarqué par les serviteurs.


- Hum.. Le gâteau est prévu pour tout à l'heure, Mon Prince. Il sera pour vous et Monsieur D'Arken. Il serait bon de le préserver jusque-là.

Ezhekiel se contenta de sourire avec délice, s'éloignant de la fenêtre pour faire face à ses interlocuteurs. Il replaça l'une de ses mèches bleutées derrière son oreille, les observant avec attention. L'homme qui s'était exprimé frissonna l'ombre d'un instant. Le jeune Empereur était quelqu'un d'imprévisible et il n'aimait vraiment pas ça... Sa pensée se renforça lorsque le visage de l'Empereur prit une expression d'une extrême innocence et qu'il se mit à parler, nuançant ses propos d'une réelle inquiétude, pointé de soucis et de compréhension. Qu'importe ce que pouvait dire les autres, lui en était sûr! Ce petit n'avait rien d'un enfant. Il avait déjà ce petit quelque chose que tout les Empereurs développait au fil des années. Cette fourberie couvert d'innocence.

- Bien sûr, Monsieur Delgado. Ce serait dommage que Monsieur d'Arken ne puisse en profiter. Ne vous en faites pas. Je vais veiller sur lui.

Et voilà! Ça recommençait. La simple expression du jeune Ezhekiel était suffisante pour qu'on ait envie de se perdre dans ses bras, de lui faire confiance au plus profond de son être. Son camarade était déjà conquis et hochait vivement la tête pour lui indiquer qu'il ne doutait aucunement de sa Majesté. Lui, résigné, la secoua d'une manière bien plus lasse avant de s'en aller. En partant, ils refermèrent les portes, laissant un jeune Empereur particulièrement gourmand en présence de la tentation incarnée.

Ce dernier ne tarda pas à contourner avec délectation la grande table pour se rapprocher de l'objet de ses désirs éphémères. Sur le haut du gâteau, on pouvait observer de délicieuses petites framboises posées savamment de manière à être parfaitement symétriques l'une à l'autre. Ainsi, elles formaient un cercle parfait qui tournait autour du centre représenté, bien évidemment, par une framboise. Ezhekiel observa tout ça, silencieusement, pendant quelques instants. Le choix était plutôt difficile car il semblait évident que quoi qu'il fasse... Cela ce remarquerait. Il s'assit sur l'une des chaises, intensément concentré sur l'objet du futur délit pour finalement se saisir de celle du milieu.

Monsieur d'Arken ne lui en voudrait pas, voyons. Ce n'était pas son genre, alors, que craignait-il? Plus rien. C'est sans impunité qu'il engloutit le fruit rouge et n'entendit donc pas les portes se rouvrirent derrière lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mort(e) tragiquement

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 620
♦ Messages : 2351
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : It's me, Uriel !
♦ Protecteur : The Emperor Protects !
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 28

MessageSujet: Re: Une Matinée qui commence bien...   Jeu 15 Avr - 15:28

Il n'est certainement pas une chose facile que d'être l'Empereur, descendant de légendaires héros ayant forgé l'actuelle face du continent tout entier. Avoir tous ces gens qui veulent votre mort ou qui ne diraient pas non si on leur proposait votre place, aussi ceux qui doivent être maîtrisés, pour le bien de tous. Sans oublier tous les faux-fidèles, désirant juste profiter de votre aura fantastique. Un destin difficile, bien que quelqu'un soit obligé de l'assumer. C'est tomber sur une famille, une dynastie, à vrai dire, et rien n'y faisait.

Mais il existait une fonction, presque aussi importante que celle du souverain et qui était bien plus exigeante, à savoir : celle du Régent impérial. Depuis des siècles déjà, il ne fallait pas faire appel à un régent. Et, pour la première fois, ce titre était porté par quelqu'un qui n'était pas du sang impérial. Il arrivait qu'un oncle assure l'intérim pour un neveu ou une mère pour sa fille. Mais, cas sans précédent, cette fois c'était le Haut Prêtre qui veillait sur les intérêts de l'Empire et de son futur Empereur. Uriel D'Arken passait sa vie, depuis près de trois ans, à s'occuper des affaires spirituelles, politiques, économiques, sociales et administratives de l'État. Étant un homme bien organisé et compétent, il n'avait pas vraiment de mal à régir tout cela. Les prêtres ont toujours été les fonctionnaires et autres scribes de l'Empire. La vraie difficulté de son travail consistait dans le fait qu'il devait aussi veiller sur le futur Empereur.

Le jeune Ezhekiel était un enfant aussi doux, intelligent, beau et charmant que chacun aimerait en avoir. Il disposait aussi de son aura impériale qui le rendait plus attirant encore, surtout pour un magicien, tel qu'Uriel. Par contre, c'était un garçon assez têtu lorsque quelque chose lui déplaisait, ayant un peu de mal avec la grande politique. Faisant officie de son ami, conseiller, serviteur, presque de père, le marquis D'Arken disposait à son égard d'une patience difficile à égaler. Et faisait de son mieux pour que l'enfant garde son sourire et demeure inconscient de la plupart des problèmes, liés à la gestion pratique de l'Empire.

Ce matin, il venait rejoindre son délicieux petit seigneur dans la salle à manger. Deux inquisiteurs, veillant à la sécurité du Prince, sortirent de l'Ombre et saluèrent leur supérieur, avant de lui ouvrir la porte de l'énorme pièce. L'Inquisition était omniprésente au Palais, tant pour veiller à l'ordre que pour informer le Haut Prêtre de tout ce qui s'y passait. Ainsi donc, peu de choses échappaient au Régent. Ce dernier se retrouvait de toute façon perdant, face à ce garçon aux cheveux bleus et aux traits si fins, si doux... Pratiquement éthérés. Lorsque la porte se ferma derrière lui, Uriel plaça sa main gauche dans la droite et, les levant ensemble, s'inclina.


"Bonjour, votre Majesté. J'espère que vous avez bien dormi... C'est une journée magnifique et j'ai pour vous de bonnes nouvelles..."

Il resta baissé quelques secondes, le temps de s'enquérir de la nuit du futur monarque. C'est en regardant par la fenêtre qu'il continua à parler. Et, en effet, quelques affaires nécessitaient l'attention d'Ezhekiel. Une attention difficile à obtenir. Mais le Haut Prêtre savait ce qu'il faisait et était convaincu qu'il suffisait juste de bien présenter les choses... Quant à la nuit de l'Empereur, il savait qu'elle fut agréable. Le Régent venait lui-même border le petit qui s'endormait parfois dans ses bras. Et c'est avec un amour sans limites que l'homme caressait le doux visage de ce cher Prince... S'approchant de lui, il posa une main sur son épaule et un petit baiser dans les cheveux bleus, au parfum si enivrant.

"Une petite promenade dans les jardins pourrait être très agréable, Majesté... Cependant, nous allons devoir nous entretenir de deux sujets qui vous raviront, je l'espère. Sans oublier qu'il faudra s'attaquer à ce petit chef-d'œuvre..."

Un regard vers le gâteau lui fit remarquer une irrégularité, qui ne ressemblait pas du tout le pâtissier impérial, juste au centre du délicieux dessert... Les yeux bleus se posèrent sur le Prince héritier, accompagnés d'un doux sourire de la part du Haut Prêtre. Il haussa un sourcil. Toute cette mine disait très distinctement qu'il savait ce qui était arrivé. A tous les coups. Il laissa un silence agréable planer, créant ainsi une occasion pour le garçon de tenter de lui mentir, tout en gardant ce sourire pour lequel plus d'une personne donnerait tout...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberumarbitrium.net

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 739
♦ Messages : 876
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Jeune Prince Imprévisible
♦ Protecteur : Uriel D'Arken, son mentor et l'entièreté de la Garde Impériale
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 28

MessageSujet: Re: Une Matinée qui commence bien...   Ven 16 Avr - 13:16

Le jeune Prince avait eu le temps de finir sa délicieuse framboise lorsque les portes s'ouvrirent. Il eut tout le temps de se retourner et d'observer le Haut Prêtre faire son entré. Un fin sourire dessiné sur ses lèvres indiquait qu'il était ravi de le voir, tout autant que d'avoir put accomplir son petit méfait sans être vu. Il lui fit une petite révérence qui provoqua une moue de mécontentement sur le fin visage d'Ezhekiel. Malgré ses nombreuses demande, Monsieur D'Arken ne pouvait se défaire de cette manie... Cependant, pour une fois, il ne dit rien car son attention avait déjà été capté par une autre information. Un scarabée très joli venait de se déposer sur la table juste à coté de lui, malheureuse bestiole, il l'avait remarqué. Du bout de son ongle, il retourna l'insecte qui commençait à se débattre afin de se remettre sur ses pauvres petites pattes, ce qui fit rire l'Empereur quelques instants avant qu'ils ne reportent à nouveau son attention sur son invité, régent, ami.. Père, en quelques sortes.

« Mhmm... J'ai très bien dormir! J'ai même rêvé que vous deveniez un oiseau blanc ce qui était pratique parce que je pouvais vous déposer sur mon épaule et vous transporter partout où je le voulais. N'est ce pas merveilleux ? Et puis, je vous donnais des petits biscuits, de temps en temps, quand vous le méritiez. Ha! J'aimais beaucoup ce rêve... Et vous, avez-vous rêvez, Monsieur D'Arken? »

Un sourire doux, quoiqu'un peu malicieux étirait les lèvres du jeune Prince lorsque d'Arken dépose un baiser sur sa tête. Il s'agissait bien de l'une des seules personnes avec qui il pouvait parler tranquillement et qui le comprenait. Et puis, surtout, il l'écoutait toujours, ou faisait vraiment bien semblant. Quoiqu'il en soit, ça lui plaisait beaucoup et en plus, Monsieur d'Arken était toujours très affectueux avec lui ce qui n'était le cas avec personne d'autre.

Perdu dans ses pensées, ce n'est qu'à la deuxième mention de « bonnes nouvelles » que le Prince y fit allusion. Bien qu'il aimait beaucoup les bonnes nouvelles, il se méfiait toujours de celle qu'il lui apportait, principalement parce qu'elles n'étaient pas toujours bonnes. Ils se souvenaient bien de la fois où il lui avait annoncé qu'il allait rencontré des personnes « charmantes » qui lui plairaient surement. Il avait dû se coltiner de vielles harpies désireuses de devenir son... Heu... Comment disait-on déjà? Ha oui! Épouse... Quelle drôle de mot et quelle drôle de concept. Il n'avait vraiment pas de besoin de ça. Enfin, Monsieur d'Arken lui avait dit que ce serait hélas nécessaire...
Bref, on s'éloignait du sujet... La mention du gâteau le remit de bonne humeur tout autant que le haussement de sourcil du Haut prêtre qui semblait signifier qu'il avait remarquer une anomalie.


«  Ho oui! Ce gâteau a l'air délicieux, je n'attendais que vous pour y gouter... La tentation fut rude... Mais de quoi voulez-vous me parler ? Ça m'intéresse... Vous avez... Piqué ma curiosité. »

Nier l'affaire semblait un bon moyen, non? Tandis qu'il attendait une réponse du régent, il reporta son attention sur Scrabi, le pauvre scarabée qui était tombé entre ses mains et qui était resté au même stade qu'il y a quelques minutes. D'une pichnette, il l'envoya loin. Ce dernier manqua d'ailleurs d'atterrir dans le gâteau avant de s'écraser contre le dossier d'une chaise. Il ne demanda pas son reste, ouvrit ses élytres et s'envola dans un vrombissement très peu discret.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mort(e) tragiquement

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 620
♦ Messages : 2351
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : It's me, Uriel !
♦ Protecteur : The Emperor Protects !
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 28

MessageSujet: Re: Une Matinée qui commence bien...   Ven 16 Avr - 15:11

Est-ce que le Haut Prêtre rêvait ? Ca lui arrivait, bien que la plupart de gens n'y croiraient jamais. Il rêvait d'un Empire fort, où le pouvoir impérial et religieux iraient main dans la main. Il rêvait de massacres d'hérétiques et du sang versé pour l'Ombre. Il rêvait aussi de ses multiples amants ainsi que de conquêtes à faire. Parfois, c'était l'Empereur lui-même qui venait se blottir contre lui, dans ses rêves. Cependant...

"Cela ne m'a pas été donné cette nuit, mon Prince... Mais je suis ravi que le vôtre soit si plaisant..."

L'homme, imperturbablement souriant, caressa encore les cheveux du petit. N'était-ce pas ce qui se passait en quelque sorte ? Le Régent passait la majeure partie de sa vie auprès du Prince et faisait de son mieux pour accumuler un maximum de ses faveurs. Si on voulait gagner quelqu'un, il fallait le faire dans sa jeunesse. Plus tard, cela serait impossible à faire. Pas au même niveau, en tout cas. Déjà maintenant, le lien entre le futur Empereur et son mentor était terriblement fort et rien ne pourrait ébranler la confiance d'Ezhekiel en Uriel. Ce dernier l'espérait en tout cas. D'un autre côté, il faisait tout pour le bien de l'Empire et de son souverain. Un bien subjectif, dont il avait sa vision très nette et devant être réalisée à tout prix. Ou presque tout prix. Certaines choses ne pouvaient absolument pas être sacrifiée sur l'autel de son ambition.

Leur relation unique, par exemple. Très ambiguë aussi. L'homme, deux fois plus âgé que cet enfant, était parvenu à apprendre à son jeune protégé que le contact physique était quelque chose de parfaitement normal et que les câlins, massages et baisers étaient un jeu... Un jeu auquel ils s'adonnaient tous deux avec un grand plaisir et qui ne faisait que renforcer leur lien. Il l'observa jouer avec la pauvre petite bête. Son sourire se fit plus... cruel durant un petit instant pour redevenir parfaitement normal, juste après. Il exprima son opinion sur la chose, comme toujours, dans le but de parfaire l'éducation du futur Empereur.


"Allons, majesté. Laissez donc cette pauvre créature. Seuls les ennemis méritent qu'on s'acharne sur eux. Cette petite chose est utile à la Nature et trop faible pour mériter d'être ainsi traitée. Venez goûter ce délice..."

L'Empereur savait être sans pitié. Surtout lors de ses multiples blagues. Il suffisait juste à lui montrer, par la suite, qui son vraiment ses ennemis. Et, un jour, il allait pouvoir déchainer ses immenses pouvoirs contre eux. Tout était dans la bonne présentation des choses, dans la façon de tourner les phrases. Un domaine dans lequel cet enfant était très habile, malgré son jeune âge. A quoi bon creuser le sujet du gâteau et de la framboise manquante ? Il était évident qu'Ezhekiel savait qu'Uriel sait et aussi ce qu'il en pense. Les mots supplémentaires étaient inutiles. Et, comme le Prince le suggéra si bien, ils avaient des choses plus intéressantes à discuter... Mais Uriel savait aussi comment parler à son délicieux interlocuteur. Dès qu'une chose intéressait le garçon aux cheveux bleus, il suffisait de jouer sur sa curiosité et faire trainer les choses, juste assez pour qu'il en redemande.

Une des chaises fut tirée par sa propre ombre et le Haut Prêtre s'y installa, appuyant un coude sur la table, restant de côté par rapport à la table. Laissant le gâteau aux soins du petit monarque, il reprit la parole, souriant et sans quitter l'adorable garçon des yeux.


"Comme je l'ai dit, nous avons là deux affaires qui demandent votre attention toute particulière. Une d'ordre public et l'autre plus privée... Laquelle vous intéresse-t-elle le plus, mon Prince ?"


Les deux derniers mots étaient empreints d'amour et de douceur. Certes respectueuses, elles auraient pu vouloir dire 'mon garçon' et le résultat serait le même...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberumarbitrium.net

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 739
♦ Messages : 876
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Jeune Prince Imprévisible
♦ Protecteur : Uriel D'Arken, son mentor et l'entièreté de la Garde Impériale
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 28

MessageSujet: Re: Une Matinée qui commence bien...   Lun 19 Avr - 21:01

Le contact de la main du Haut Prêtre provoqua un petit frisson chez le jeune Prince. Il y a fort à parier que si ce dernier avait été un chat ou même un tout autre félin, on l'aurait entendu ronronner. Malgré tout, son sourire était assez éloquent. Il écouta d'une oreille peu attentive le discours du Haut Prêtre sur le mal qui ne devait point être fait aux créatures aussi petites, cependant, la dernière remarque le fit sourire malicieusement. On lui avait souvent conté les récits de ses ancêtres, des hommes puissants, terrassant leur ennemis d'une main et déchainant le ciel pour les déchirer. Que d'histoires passionnantes! Hélas, il y avait bien longtemps qu'Ishtar n'avait plus d'ennemis à abattre avec violence, ce qui déplaisait à Ezhekiel qui aurait bien voulu accomplir des exploits tels. A défaut, il s'amusait et il était très fort pour ça, sachant qu'un jour, il trouverait quelque chose d'incroyable et terrifiant à faire, quelque chose qui marquerait les esprits à tout jamais. Ainsi, il serait lui aussi le héros d'un livre.

Son esprit remontant les eaux troubles de son imagination se reconcentra sur la réalité et c'est avec joie qu'il se rapprocha d'Uriel, afin de pouvoir partager le somptueux gâteau qui leur faisait face et qui aurait put nourrir facilement une vingtaine de convives. Ses yeux brillèrent l'ombre d'un instant avant que le doigt impérial ne plonge dans la couche supérieur du gâteau pour ensuite rejoindre la délicieuse petite bouche, elle aussi impériale. Un petit « Mhmmmm » prouva que le Prince était très satisfait.


« Quels étourdis... Ils ont oubliés de nous apporter des couverts... Je crains que nous soyons obligés de le manger ainsi, qu'en dites-vous, Monsieur D'Arken ? Je trouve que c'est très agréable comme ça. Dommage que je ne puisse pas faire comme ça tout les jours... »

Oui, il lui arrivait souvent de s'imaginer en train de plonger sa main dans les pièces montées que ses cuisiniers avaient mis des heures à préparer, particulièrement lors des réceptions pompeuses et horriblement ennuyantes auxquelles il était obligé de participer. Il s'imaginait en train d'apposer sa marque dans la crème, aux yeux de tout ce monde et de lécher impunément sa main. Bien que cela serait inconvenant, il était sûr que personne n'oserait dire quoique ce soit sur le moment.... A essayer un jour... Lorsqu'il serait Empereur.

Et tandis qu'Ezhekiel se perdait dans ses pensées, Uriel se chargeait de le faire remonter à la surface à coup de phrase bien placée, de non-dit, piquant vivement sa curiosité qui enflait doucement dans un coin de sa tête. Publique... et Privée. Ca sentait le mauvais coup à plein nez mais surtout, cela faisait apparaitre un dilemme des plus difficiles dans le jeune esprit du Prince. Quelle option choisir ? Laquelle serait la moins pénible ? Après une intense réflexion, il fut décidé que la privée serait sans doute moins ennuyantes car non-officiel et donc, il ne devrait pas être irréprochable. Cela se tenait.


« Mhmm... Je me méfie de vos bonnes nouvelles, Monsieur d'Arken mais soit... L'affaire privée. »
Il plongea une nouvelle fois son doigt dans le gâteau « Vous ne mangez pas ? Vous devriez vraiment, il est vraiment délicieux. Je vous conseille les framboises »

Cette dernière remarque fut accompagnée d'un sourire entendu. Ezhekiel savait qu'Uriel savait qu'il savait et ainsi de suite car Monsieur d'Arken était l'une des seules personnes qui savait ce que pouvait penser l'Empereur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mort(e) tragiquement

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 620
♦ Messages : 2351
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : It's me, Uriel !
♦ Protecteur : The Emperor Protects !
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 28

MessageSujet: Re: Une Matinée qui commence bien...   Lun 19 Avr - 21:38

En effet, le petit ne se trompait pas. Pas l'ombre d'un couvert, dans toute la salle à manger. Peut-être avait-on prévu ce dessert pour plus tard ? Même s'il suffisait d'élever la voix pour voir arriver une armée de serviteurs, prêts à apporter absolument n'importe quoi, Uriel savait qu'il allait assister à un des ces rares spectacles de mauvaises manières qui faisaient taire la plupart des aristocrates. Il faut une classe héritée sur des générations et des générations, et une éducation absolument parfaite, sans oublier le charme naturel à toute épreuve, pour faire preuve de mauvaises conduite avec autant de grâce et séduction dans chaque geste. Probablement, seul Ezhekiel le pouvait. Il avait poussé cela au rang d'un art. A chaque fois, que l'occasion se présentait, il en profitait pour échapper au pouvoir professoral dont disposait le Haut Prêtre.

Et puis... Il avait une façon de faire... Si Uriel ne le savait pas puceau, il dirait qu'il s'agit de la tentation. Dépourvu de la connaissance de luxure ou quelque chose de similaire, le Prince Héritier devait prendre ces poses et ces moues naturellement. Le marquis D'Arken se félicita d'avoir "engendré" un être aussi pervers et innocent à la fois. Certaines notions étaient inconnues du futur souverain, d'autres étaient juste perturbées. Comment faire pour avoir l'air aussi séduisant en mangeant avec les mains ? Comment être un appel au viol pareil, juste en se léchant le doigt ? Ezhekiel était vraiment impressionnant. Mais l'homme qui dormait avec lui et qui le vit déjà dans pratiquement toutes les situations avait une maîtrise de lui hors du commun. Il en fallait bien plus que cela pour le faire déstabiliser. Il se contenta juste d'adresser un regard entendu à son protégé et ajouta, avec sourire :


"Puisqu'il le faut... Sacrifiez-vous donc, Majesté. Sachez que je suis de tout coeur avec vous dans votre souffrance. Je sais à quel point vous aimez les fourchettes, couteaux et cuillers..."

Une blague parmi tant d'autres que les deux hommes faisaient. Car Uriel D'Arken se montrait intransigeant en public. Une fois seul, l'Empereur se conduisait comme bon lui semblait, ou presque. Les deux manipulateurs menaient bien leur part de la conversation. Ezhekiel n'était pas dupe. Les bonnes nouvelles étaient une façon de parler. Le Régent savait combien son interlocuteur haïssait les affaires officielles. Mais cette fois, s'il pensait qu'une affaire privée puisse être moins exigeante au niveau de la conduite, il allait être déçu. Celle, dont le Haut Prêtre voulait s'entretenir avec lui, était de la plus haute importance. Et nécessitait tout le tact dont ils savaient faire preuve.

En attendant de se lancer dans le sujet, Uriel hocha la tête et se pencha vers le gâteau. Avec une délicatesse des plus raffinées, il s'empara d'une des framboises et la plaça dans sa bouche, sans avoir à se lécher les doigts. Ils étaient parfaitement propres. Probablement, lorsqu'on s'habille toujours de blanc, on apprend à ne pas se salir. Savourant le fruit, il hocha encore la tête, regardant son délicieux petit Prince.


"Hum... Certes. Elles sont exquises... Quant à notre affaire, elle est plaisante, mais vous allez sans doute devoir faire preuve de beaucoup de patience. Je me dis que la demoiselle de Hautbois devrait venir vous rendre visite. Je veux dire... Vous devriez l'inviter... Ne fut-ce que pour le gâteau et une promenade dans les Jardins."

Ah... Eleanor de Hautbois. Une des très rares princesses, ayant l'âge pour plaire à Ezhekiel. Une jeune fille remarquable et pouvant faire une excellente impératrice, d'après beaucoup de monde, le Haut Prêtre en tête. Mais il fallait que le futur Empereur soit d'accord pour cela... Il fallait qu'il s'habitue à elle et qu'il passe du temps en sa compagnie. Une telle après-midi n'allait pas être de tout repos à organiser. Sans doute non. Ceci dit, la réaction du garçon allait sans doute être intéressante.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberumarbitrium.net

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 739
♦ Messages : 876
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Jeune Prince Imprévisible
♦ Protecteur : Uriel D'Arken, son mentor et l'entièreté de la Garde Impériale
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 28

MessageSujet: Re: Une Matinée qui commence bien...   Mar 20 Avr - 21:38

La bonne humeur du Prince retomba instantanément, un peu comme un soufflé... Son visage se para d'une moue passablement ennuyée, fixant de ses grands yeux le Haut Prêtre. Cela était-il vraiment nécessaire ? Il n'avait même pas besoin de poser la question, il connaissait la réponse. C'était toujours la même réponse. Esquiver ça se révélerait bien difficile et particulièrement « inconvenant ». Il soupira, faisant voleter pendant un instant une mèche de ses cheveux bleutés, à moins qu'elle ne soit turquoise ? Peut-être, si on la regardait de revers. Il la tortilla autour de son doigt, observant les reflets colorés changés au rythme de ses mouvements. C'était joli et puis ça s'éloignait durant au moins un moment de ses responsabilités. Il arrêta cependant rapidement, reportant son attention sur Uriel. Il ne pouvait y échapper.

« Mhmm... Je sais, mais que ferais-je avec elle? Je lui montrerais bien comment faire tomber les oiseaux.. Mais elle ne sait pas le faire, n'est-ce pas ? Et puis... Elle est si sérieuse, je ne sais jamais ce qui pourrait l'amuser. Enfin... S'il le faut, vraiment, alors... Je l'inviterais. »

L'idée de partager l'un de ses gâteaux avec quelqu'un d'autre que Monsieur d'Arken le dérangeait et il voyait déjà une journée harassante se profiler sous ses yeux. Toujours accompagné de sa moue boudeuse, il attrapa l'une des framboises qu'il engouffra dans sa bouche. Le gout légèrement acidulé du fruit se répandit sur sa langue, ce qui lui arracha, malgré tout, un petit sourire de contentement. Finalement, il aurait mieux valut qu'il choisisse la première option... Quoique, on pouvait s'attendre à beaucoup de choses. En y réfléchissant bien, il valait mieux ne pas savoir. Il fallait oublier et donc, faire oublier. Le sourire mutin du futur Empereur vint naitre sur ses lèvres. Doucement, une de ses mains agiles vint caresser la jour du Haut Prêtre. Sa peau était très douce et il aimait beaucoup son contact. Il fit glisser ses doigts tout le long du visage d'Uriel, profitant de chaque instant.

Il s'agissait là d'une de ses caresses préférées. Monsieur d'Arken le lui faisait souvent tout comme il lui arrivait de glisser ses doigts dans ses cheveux couleur océan ou même de déposer un baiser sur ses lèvres. C'était la seule personne qui faisait ça avec lui. Toutes les autres personnes qui habitaient le Palais ne l'approchait pas à plus de d'un mètre. Aussi loin qu'il se souvienne, d'ailleurs, seule sa mère, voir son père était aussi... Comment disait-il? Ha oui! Aussi proche de lui. Et en ce moment, Ezhekiel avait besoin de serrer quelqu'un contre lui, par conséquent, la personne la plus proche de lui.


«  Monsieur d'Arken... Vous ne voulez pas me prendre dans vos bras ? Cela fait longtemps qu'on ne s'était pas vu. Vous m'avez manqué. »

Bon... « longtemps », c'était très relatif mais Ezhekiel était sûr que sa requête serait accepté s'il présentait les choses ainsi. Il ferait d'une pierre, deux coups. Un câlin et une responsabilité en moins, elle est pas belle, la vie ? Non, bien sûr, mais il avait le droit d'y croire, ne serait-ce qu'un instant, sachant pertinemment que les problèmes et devoirs ne s'envolaient que rarement après un câlin de Monsieur d'Arken. Seules les Ombres s'estompaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mort(e) tragiquement

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 620
♦ Messages : 2351
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : It's me, Uriel !
♦ Protecteur : The Emperor Protects !
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 28

MessageSujet: Re: Une Matinée qui commence bien...   Mer 21 Avr - 12:39

Pure candeur, douceur d'enfance et beauté de la première jeunesse, Ezhekiel ne pouvait échapper à certaines choses. Ses obligations impériales, Uriel les lui montrait durant longtemps sous un mauvais jour, histoire de pouvoir s'en occuper lui-même et préserver la pureté de son petit Prince. Mais une année seulement les séparait de la couronne pour l'un et le retour à sa vie d'ecclésiastique pour l'autre. Ainsi donc, le Régent faisait de son mieux pour demeurer indispensable aux côtés de son petit seigneur, mais aussi pour le rendre un tant soit peu autonome. Il ne pouvait pas se permettre d'avoir à faire lui-même un enfant à la future impératrice. La continuité de l'Empire restait entre les douces et petites mains du garçon aux cheveux bleus, en face de lui. Il devait donc savoir se comporter en compagnie d'une dame, quelle qu'elle ne soit.

"Non, elle ne le sait pas, mon Prince. C'est une chose que vous allez sans doute pouvoir apprendre à vos enfants..."

Imaginer l'héritier du trône avoir des enfants fit sourire Uriel. Comme si un seul petit Ezhekiel n'était pas assez difficile à contenir. Enfin, il espérait seulement qu'il apprendrait à se maîtriser un minimum. Ceci dit, contrairement à beaucoup de garçons de son âge, le Prince ne pensait pas vraiment au futur, à une épouse, une famille... Non seulement sa perception de l'amour et du sexe était très différente, mais aussi il gardait un esprit d'enfant qui ne se soucie de rien qui soit plus lointain que le goûter. Heureusement, le marquis D'Arken avait une certaine autorité sur lui. Ou plutôt, il avait sa confiance. Les conseils du Haut Prêtre étaient reçus pratiquement sans discuter. Surtout ceux, où Ezhekiel sentait que l'affaire est sérieuse. Ainsi donc, le garçon consenti, malgré lui à inviter la demoiselle Eleanor. Enfin... C'est le prêtre qui s'occuperait d'envoyer le billet d'invitation officiel. Au nom de l'Empereur... Bien entendu.

"Je suis certain que vous trouverez... Je suis certain qu'elle sait jouer aux échecs... Et, le temps du gâteau et de la promenade, vous n'aurez qu'à lui parler, faire connaissance... J'ai une entière confiance en vous, mon Prince."

Et puis Ezhekiel contrattaqua. En commençant par un simple contact, mais passant bien vite à une offensive plus forte et efficace. Comment refuser quoi que ce soit à cet enfant qui a besoin de câlins ? Surtout si vous avez la chance d'être la seule personne autorisée à le faire. Mieux ! Vous êtes la seule qui est appréciée à ce point par le divin petit Empereur. Les bras minces et doux du Haut Prêtre s'ouvrirent et il serra le petit contre lui. Tout doucement, faisant glisser ses mains sur son corps d'enfant parfait. Les doigts blancs se glissaient des les cheveux, caressaient le dos, s'insinuaient sous les vêtements. Une main sous la chemise, l'autre sur la tête, Uriel serrait l'Empereur dans ses bras protecteurs. Nulle personne n'allait pouvoir s'attaquer à ce petit, sans passer sur le corps du magicien le plus puissant, connu dans tout l'Empire. Et, en effet, les ombres s'atténuaient, à l'inverse des problèmes. Au début de la Régence, le Haut Prêtre se devait de créer des monstres pour venir hanter le Prince. Des monstres qui s'approchaient de son grand lit et le faisaient trembler de peur. Des monstres qui disparaissaient dès qu'il était là, qu'il prenait l'enfant dans ses bras... Et, depuis ces jours-là, D'Arken est la personne de confiance par excellence de ce garçonnet qui a besoin de protection et de douceurs diverses... De câlins et de plaisirs.

Déposant un petit baiser du bout des lèvres sur la bouche d'Ezhekiel, Uriel reprit la parole, sans lâcher son petit protégé et baissant d'un ton :


"Vous allez certainement passer une excellente journée avec elle, votre Majesté. Peut-être qu'un jour, si vous vous connaissez bien tous les deux, vous allez vous faire des câlins, vous aussi ? Enfin, je me charge de l'invitation..."

Bien entendu... L'indispensable Uriel D'Arken garda son adorable interlocuteur dans ses bras, le berçant doucement. Il fallait savourer chaque moment en sa compagnie. Après tout, un jour, cela pourrait relever du souvenir. Mais on en était pas encore là... Pas du tout même. Il avait encore tant de choses à apprendre...

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberumarbitrium.net

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 739
♦ Messages : 876
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Jeune Prince Imprévisible
♦ Protecteur : Uriel D'Arken, son mentor et l'entièreté de la Garde Impériale
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 28

MessageSujet: Re: Une Matinée qui commence bien...   Sam 8 Mai - 22:02

Son étreinte provoqua chez Ezhekiel une sensation de bien être que seul Uriel arrivait à provoquer. Une douce chaleur qui emplissait son cœur et ses membres sans qu'il ne cherche vraiment à comprendre pourquoi. Le Pourquoi n'était pas intéressant, seul le moment l'était, point barre. Ses bras signifiaient aussi bien Tendresse, qu'Amour et réconfort. Les bras d'un père mais aussi ceux d'un Ami, d'un compagnon de jeu.
Ainsi, le Prince laissait ses mains librement courir le long du dos d'Uriel d'Arken, son visage enfouit dans son manteau blanc, son corps serré contre celui de son cher Ami. Un fin sourire se dessina sur les lèvres du futur Empereur qui ne souhaitait rien d'autre en ce moment que de rester ainsi.

Hélas, sa prière ne fut point entendue par l'Ombre. Uriel se sentit obliger de briser le silence et pour, peut être, rendre la chose moins pénible, déposa un doux petit baiser sur ses lèvres. Avant même qu'il ne se mette à parler, le visage d'Ezhekiel s'assombrit, irrité avant même de savoir ce qui venait troubler cette instant de plaisir qu'il partageait bien rarement ces derniers temps. L'idée que le Haut prêtre formula parut complètement saugrenue. Eleanor était... Sérieuse. L'une des seules conversations qu'il avait eut avec elle avait été des plus ennuyeuses. Ce n'était pas le genre de personne à s'amuser à la vue d'un oiseau carbonisé en plein vol ou d'une partie de cache-cache. Non, son visage presque impassible restait parfait en toutes circonstances, chaque détails d'elle même semblait calculé, pesé et jugé avant d'être accepté par l'ensemble du corps. Tenue par toutes les règles de bienséances et de politesse, il ne l'avait jamais aperçu rire ou se conduire de manière désinvolte. Elle l'impressionnait beaucoup et il ne savait pas vraiment comment se comporter avec elle. La serrer un jour contre lui semblait... Inconcevable.


" Non, je ne crois pas... "

Simple murmure qui semblait vouloir clore le sujet. Il rencontrerait Mademoiselle Eleanor, jouerait peut-être aux échecs avec elle et ça s'arrêterait une fois le dessert achevé et digéré. Balayant cette futur journée de son esprit, il serra Uriel un peu plus contre lui et tenta de trouver une brèche entre ses vêtements qui lui permettrait de passer une main dessous. La peau de Monsieur D'Arken était particulièrement douce au toucher, cependant, la quantité de tissu qui la couvrait rendait la tâche particulièrement ardue.
Ses mains libérant méthodiquement sa chemise de son pantalon, Ezhekiel continue la conversation comme si de rien n'était. Eleanor n'existait plus au même titre que la conversation d'il y a quelques secondes ou que de ses douces petites mains.

«  Alors, Monsieur D'Arken, il me semble que vous vouliez me parler d'une autre chose encore... Autant en finir vite... J'espère que c'est plus amusant. »

Il avait de sérieux doutes mais soit, pourquoi pas ? Peut être que la seconde nouvelle lui ferait définitivement oublié la... Haha! Un sourire triomphant naquit sur ses lèvres. Ses mains pouvaient maintenant parcourir en long et en large l'étendue de peau estampillé « D'Arken, cent pour cent agréable au toucher ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mort(e) tragiquement

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 620
♦ Messages : 2351
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : It's me, Uriel !
♦ Protecteur : The Emperor Protects !
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 28

MessageSujet: Re: Une Matinée qui commence bien...   Dim 9 Mai - 8:52

Le plaisir de serrer l'Empereur dans ses bras était exclusivement réservé au Régent. Ce dernier se demandait d'ailleurs, tout en se félicitant pour ses exploits, s'il n'allait pas devoir aussi donner lui-même naissance à la future génération impériale. Il secoua légèrement la tête pour chasser cette pensée idiote de son esprit. Ezhekiel allait avoir une femme, ne serait-ce que pour y toucher une fois. Uriel s'était promis d'accomplir la mission première de l'Église, c'est-à-dire "protéger celui qui naquit de l'Ombre et sa descendance". Cela sous-entendait qu'il devait y avoir une descendance. A quoi bon assurer la survie du Prince, si c'était pour laisser la lignée s'éteindre ? Il était l'une des très rares personnes qui connaissaient la vraie importance de ce garçon.

Ce garçon si délicieux qui, même boudeur, était ce qu'il y avait de plus beau dans tout l'Empire. Les deux hommes avaient sans doute une vision similaire d'Eleanor de Hautbois, mais le prêtre lui voyait tout de même une utilité dont son adorable protégé ne connaissait vraiment pas grand-chose. Si beau, si doux, avec ses mimiques d'enfant, dans un corps qui était de plus en plus éthéré et adulte à la fois... Il avait beau arrêter la conversation, acte approuvé par un hochement de la tête blonde, et 'soumise' du Régent, cela finirait comme d'habitude : le 'Convenable' allait devoir l'emporter. Le tout était d'agrémenter cela de jeux et de câlins. En parlant de ça, le Prince Héritier était occupé à déshabiller son fidèle ami et serviteur qui, souriant, passait sa main dans ses cheveux bleutés.


"En effet, mon Prince. D'ici une semaine, nous allons assister à la fête de l'Équinoxe d'été... Je suis certain qu'aller faire un tour en ville vous ferez plaisir..."

Et les petites mains, d'une douceur indescriptibles vinrent caresser le torse de l'homme fort de ce régime étrange qu'était la Régence. Sa main blanche se posa plus fermement sur la nuque du garçon et l'attira vers lui, dans l'unique but de l'embrasser. Une fois écarté du pouvoir direct, Uriel allait bénéficier des faveurs de l'Empereur et, éventuellement, de ses enfants. Aller pleurer son père, histoire de se faire passer pour un bon sujet, était une bonne manœuvre, effectuée en masse par tous les nobles de la Capitale. Personne n'eut l'idée que ce n'était pas de cela qu'avait besoin le petit garçon, devant un jour monter sur le trône. Uriel D'Arken marqua autant de points avec ce coup, qu'il allait avoir de l'avance jusqu'à la fin de sa vie, dans la course à l'affection du souverain. Hum... Cette fois, leur baiser fut plus long, plus passionné. Leurs langues, encore un peu sucrées grâce au gâteau, s'entremêlèrent, dans une danse du plaisir et de jeu qui était leur. Une fois qu'il fut fini, ils restèrent ainsi, blottis l'un contre l'autre. Le souffle du prêtre caressait l'oreille du garçon. Une idée lui vint, pour continuer le sujet et pour amuser un peu ce délicieux petit, toujours en quête de nouvelles distractions.

"Venez, votre majesté. Nous allons nous promener un peu, loin de tout le monde... Devinez où..."

Et Uriel se leva, donnant la main au garçon. Ezhekiel connaissait le chemin. Comme la plupart des Empereurs, il avait trouvé le passage secret, permettant de quitter le palais, il y a fort longtemps. Et, à ne pas en douter, il s'en servait pour échapper à la vigilance du Haut Prêtre et de tous ses subalternes.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberumarbitrium.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une Matinée qui commence bien...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une Matinée qui commence bien...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ѧ Palais Impérial Ѧ-