AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La princesse Azhran Nocturnae

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 412
♦ Messages : 117
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Petite douceur
♦ Date d'inscription : 03/11/2010
♦ Age : 31

MessageSujet: La princesse Azhran Nocturnae   Mar 9 Nov - 0:41

    Nom de Famille : Nocturnae
    Prénom(s) : Azhran
    Surnom : « Petite Douceur » mais c’est péjoratif…
    Âge : « J’ai fêté mes vingt ans il y a quelques semaines à peine. »
    Titre de noblesse : Princesse
    Province : Semini
    Orientation Sexuelle : « Arrêtez, vous allez me faire rougir ! »

Pouvoirs :

- Riche : si bien des personnes détiennent des fortunes, aucune n'égale celles de la noblesse. Accumulées sur des générations, elles comprennent surtout des bijoux, de l'or et, bien suprême : la terre. En effet, au sein des familles, rien ne vaut le droit d'hériter de la terre de son père (ou de sa mère, en fonction de la tradition patriarcale ou matriarcale).
- Empathie : dans les grandes familles se transmettent les dons pour ressentir les émotions des interlocuteurs et mieux les manipuler dans une conversation menée avec finesse.



    Faction : Ʌ Aristocratie Ʌ
    Classe : Noble
    Orientation Politique : « La politique ? Que voulez vous que je vous dise… officiellement je devrais dire que je n’y comprends pas grand-chose, que pour moi c’est finalement quelque chose de plus ou moins abstrait… je devrais aussi vous dire que j’aime l’Empire ainsi que celui qui le dirigera un jour, que l’Église de l’Ombre est tout pour moi et que le reste fait partie de mes rêves, de ces rêves doux et lisses qui peuplent mes nuits aussi bien que mes jours et qui, au final, reflètent une réalité toute autre mais tellement plus agréable que celle que je connais aujourd’hui. Je devrais dire aussi que la médecine m’effraye, que je trouve assez incroyable qu’on laisse des gens pratiquer ces horreurs sur de pauvres innocents qui n’ont rien fait, rien demandé à personne. Je devrais aussi vous signaler que les inventeurs nous rapprochent lentement mais surement d’une révolution inévitable, ils sont dangereux, un jour ils se mettront à inventer des choses qui seront faites pour détruire l’Empire ! Je devrais également protester contre l’insécurité, comment se fait-il que d’immondes terroristes comme ce Lao puissent errer dans les rues en toute impunité alors qu’ils mettent le futur Empereur et l’Empire tout entier en danger ? Je devrais vous dire également que cela m’effraie au plus haut point et que sortir seule la nuit dans les rues de la capitale en sachant tout ce qui y vit me fait peur…
    Voilà ce que je devrais vous dire… ridicule non ? Mais que voulez-vous, c’est justement à cause de la politique que je dois vous dire ça. Sinon je vous répondrais tout autrement. Bon pas tout, l’Église de l’Ombre compte bien entendu énormément pour moi, après tout elle nous a propulsé à un degrés de popularité assez élevé, et puis la religion fait partie de ma vie depuis toujours ! Après, ce que je pense de la médecine ? Je ne sais pas trop, à vrai dire je trouve ça quand même vraiment très pratique. Elle nous permet de faire disparaitre des personnes le plus naturellement du monde sans que personne ne soit au courant. De plus, nous n’avons pas de sang sur les mains puisque ces personnes ne meurent même pas, en tout cas à ce qu’il parait. C’est plutôt mon père et mes frères qui s’occupent de ça. Les inventeurs, ingénieurs et autres scientifiques des « choses » ? Ça n’est pas que je n’en pense rien, non, c’est juste que je n’ai pas vraiment d’opinion sur eux. Ils inventent des choses ridicules et des choses utiles, mais ils ne me gênent pas vraiment. Et de toute façon, s’il y en a un qui me gêne, je le ferais confier à l’un de ses collègues médecin… Cela mis à part, je dirais que la politique de l’Empire me convient, elle me permet de faire mon chemin comme je l’entends. »



    Physique : « Azhran ? Bien sûr que je peux la décrire physiquement… après tout je suis le couturier officiel de la famille Nocturnae, je connais par cœur chaque membres de cette grande famille… même leurs branches éloignées me demandent de faire leurs vêtements et… comment ? Ah oui, Azhran… eh bien elle a la peau très claire, d’un blanc neigeux, qui offre un contraste très net avec sa chevelure sombre, on peut en jouer avec délectation quand il faut lui confectionner une tenue d’apparat c’est vraiment agréable. Ses longs cheveux noirs aux reflets divers cascadent sur ses épaules et dans son dos tout en encadrant son visage aux traits fins et délicats, une vraie poupée. Elle a de grands yeux mauves remplis de tristesse et de toute sa personne se dégage une impression de douceur et de calme, ça tranche vraiment sur le reste de sa famille. Elle a des mouvements tout en finesse, une grande classe et me semble très réservée. Généralement vêtue de couleurs sombres, la princesse privilégie les toilettes noires mais j’ai parfois l’autorisation d’ajouter à ses vêtements une touche de couleur avec des tons violets et mauves qui s’accordent à la perfection avec ses jolis yeux. Elle a beaucoup de goût, cela m’étonne qu’elle ne préfère pas des couleurs à la mode comme la plupart des jeunes filles de son âge… mais c’est probablement dû à son caractère. Non vraiment, ce qui me marque le plus chez elle c’est sa tristesse. Une sorte de mélancolie perpétuelle vous voyez ? Elle semble constamment perdue dans des pensées qui, si elles peuvent être belles, restent teintées de chagrin. Je ne sais pas si j’explique ça bien, disons que c’est un peu compliqué mais que ça rajoute quelque chose à son charme. Il faut dire que c’est une très belle jeune fille, ça, il n’y a rien à redire là-dessus. Pour l’avoir vue dans le plus simple appareil, je peux vous assurer que sa peau claire est parfaite, qu’elle a tout ce qu’il faut là ou il faut et qu’elle n’a rien à envier aux plus belles. Elle se met simplement moins en valeur qu’elles, c’est dommage d’ailleurs, j’ai déjà essayé de lui confectionner des robes magnifiques avec des décolletés à vous redonner la vue à un aveugle… mais elle préfère faire tapisserie. Enfin non, ce n’est pas ce que je voulais dire, disons qu’elle préfère passer inaperçue, c’est mieux. Que vous dire d’autres… des défauts physiques ? Oh oui, elle en a bien un, mais à part son futur époux, je ne vois pas bien qui pourrait s’en rendre compte. Elle a une cicatrice en bas du dos. Elle n’est pas bien grande, elle doit faire environ quatre centimètres de long, mais sur un corps qui semble avoir été lissé avec de la neige, ça tranche. Vous n’allez quand même pas me demander de vous donner des détails encore plus intimes quand même si ? Se serait probablement mal vu par mes Maitres. Il faut que je retourne travailler d’ailleurs, Madame sort ce soir et elle souhaite que je lui confectionne une nouvelle toilette qui éblouisse ses amies. »

    Personnalité : « Ma nièce ? Pourquoi vous intéressez-vous à cette petite douceur ? Elle n’est pas franchement intéressante pourtant, n’importe quel autre membre de ma grande famille serait bien plus à son avantage qu’elle dans une description de personnalité… vous y tenez ? Soit. Voyez-vous, cette gamine a toujours été un peu à part, depuis toute petite déjà. Dans la famille nous avons l’habitude d’être imposants par notre seule présence, d’avoir la répartie facile et d’être un puits sans fond de sujets de conversations aussi divers que variés. Nous avons tous des caractères forts et savons nous tenir en société tout en nous tenant toujours un peu au dessus des autres, mais que voulez-vous, nous sommes puissants et souhaitons le rester ! Ma nièce quand à elle ne fait qu’être là. D’ailleurs si elle ne l’était pas on ne verrait sans doutes pas la différence, elle reste dans son coin, bêtement campée sur ses jambes, toujours dans la lune à penser à allez savoir quelles choses plus captivantes que de montrer la puissance de sa famille. Elle est ridicule si vous voulez mon avis. On ne la surnomme pas « la petite douceur » pour rien hein. Je ne voudrais pas entacher la réputation de ma sœur et de son mari, mais ils auraient dû s’arrêter de faire des enfants après leur dernier garçon. Leurs fils, eux au moins peuvent porter le nom de notre famille bien haut… elle… disons que je préfère quand personne ne me demande si je la connais. C’est humiliant quand on me demande « qui est la jeune fille là bas près du rideau, vous voyez, celle qui n’a pas bougé depuis le début de la soirée » de devoir répondre qu’il s’agit de ma nièce… »

    « Je pourrais vous raconter des choses sur ma sœur qui vous feraient dresser les cheveux sur la tête. De nous tous, je pense que c’est elle qui a le plus hérité de la façon d’être et de la philosophie de vie de notre famille. Elle est calculatrice et manipulatrice à souhait, elle comprend à merveille les gens et sait comment leur parler à la minute même ou ils apparaissent dans son champs de vision, elle est froide et peut-être aussi cassante que méprisante, je l’adore. Elle joue son rôle à la perfection, même moi il m’arrive d’oublier qui elle est vraiment et d’être exaspéré par cette gamine discrète qui me tient lieu de sœur. Même nos amis les plus proches se laissent avoir. Depuis qu’elle est toute petite elle fait ça, elle s’est forgée une personnalité radicalement différente de la sienne afin de paraitre le plus éloignée possible du caractère et de la personnalité types des membres de notre famille. Ça fait partie du plan… quel plan ? Si je vous le dis comment pourrait-il rester secret ? Se serait dommage, après tout le mal qu’elle se donne et même si cela semble parfois l’amuser, de révéler ses projets, ceux de nos parents et ceux de mes frères et de moi-même… d’autant qu’ils reposent tous sur elle et sur sa capacité à jouer ce rôle. »





« Pourquoi ? Ah ça c’est une grande question. Mes parents avaient essayé aussi mais n’y étaient pas arrivés, c’est retombé sur mes épaules, mais vous devez avouer que je m’en sors pas mal non ? On m’a bien tout expliqué dés mon plus jeune âge. Mon père me disais toujours « Fils, de ton sang et de celui de ta future femme devra venir celui ou celle qui propulsera notre famille sur les sièges les plus hauts placés de tout l’Empire ! ». Comme quoi nous avons eu raison, ma femme et moi-même, de mettre au monde tellement d’enfants. Quand ils sont petits, c’est plus désagréable qu’autre chose, mais quand ils commencent, vers cinq ou six ans, à réellement comprendre ce qu’on leur dit, alors là, vraiment, avoir des enfants est un plaisir. Et regardez, regardez les beaux jeunes gens qu’ils sont tous devenus ! J’ai six beaux garçons qui ne feront que sublimer notre nom, et une fille extraordinaire qui va, comme le souhait mon père, son père, et nos ancêtres, nous propulser sur les sièges les plus élevés de tout l’Empire ! »[/i]

Toute cette histoire a commencé des années et des années, des décennies même, avant ma naissance. Ma famille, les Nocturnae, étaient à la base une grande famille notre de la contrée de Semini. Ils ont, au prix de nombreux efforts, réussi à se hisser au sommet de la haute société sans omettre de s’appuyer sur quoi que se soit. Ils n’ont jamais reculé devant rien, c’est une des spécificités de ma famille : nous sommes prêts à tout. Oui mais pour quoi ? Eh bien pour le pouvoir bien sûr, le pouvoir c’est avoir le peuple dans sa main, c’est pouvoir décider de tout et de rien sans avoir à se référer à qui que se soit, c’est pouvoir faire ce que l’on veut, quand on veut… et beaucoup d’autres choses en réalité mais disons que je vous ai dis une banalité redondante mais qui sonne toujours aussi bien. Les Nocturnae sont des gens assoiffés de pouvoir. Nous en avons beaucoup, mais cela ne nous suffira jamais, ce que nous voulons, c’est LE pouvoir, le trône impérial, ou du moins celui d’à côté. Devenir l’épouse impériale est probablement gravé en lettre de sang sur les fiches de mon destin. En tout cas c’était écrit dans les désirs de mes parents, et de leurs parents avant eux. C’est tombé sur moi, heureusement d’ailleurs, je n’en connais pas beaucoup qui seraient capable de faire tout ce que je fais dans l’unique but de parvenir à mes fins…

« Vous n’imaginez pas à quel point ma fille était une gamine éveillée. Elle a mit un peu plus de temps que mes autres enfants à apprendre à lire et à écrire par exemple, mais désormais elle manie le verbe avec brio. N’est ce pas formidable pour une mère que de voir son enfant évoluer de la sorte ? Il est dit qu’on fait ses enfants à son image. Moi je pense que je les fais à l’image de ce que je veux faire. Mon mari et moi voulions faire des enfants qui pourraient grimper sur le trône impérial, et ma fille, mon unique fille, ma cadette, est exactement celle qui conviendrait pour le futur Empereur ! Regardez-la, n’est-elle pas magnifique ? Elle a une peau sublime, des yeux parfaits, des cheveux incroyables, elle a l’air douce et gentille… bon, ça n’est qu’une façade, je le sais bien, mais cette façade n’est-est pas absolument parfaite ? »

Depuis ma naissance, ou du moins depuis que je sais parler, je me dirige vers l’aboutissement de mon but, et de celui de toutes les générations de Nocturnae pures avant moi. Dés que j’ai compris ce que mes parents attendaient de moi, j’ai su que la chose la plus importante, et la plus difficile que j’aurais à faire, serait de paraitre différente d’eux. Ils sont froids, tenaces, obsédés par leurs désirs et leurs buts particuliers, ils sont imposants, impressionnants, ils n’ont peur de rien ni de personne, sont impitoyables et ont tendance à effrayer les gens, ils ne reculent devant rien pour se faire mousser, et sont, en société, les premiers présents lors de réceptions et les premiers à faire leurs entrées de façon magistrale. Il a donc fallu que je face autrement. Depuis toute jeune, je me tiens à l’écart, je reste silencieuse, je prends l’air pensive et mes sourires sont doux. Les gens me trouvent gentille, mystérieuse, ils pensent que j’ai souvent l’air triste que je dois être mélancolique, mais que je suis « si mignonne ».


« Oh ben j’vous racont’rais bien des p’tites choses mais j’sais point si mes maitres s’raient d’accords. J’m’occupe d’c’te gamine depuis sa naissance. J’lui ai point donné l’sein, Madame a tenu à l’faire elle-même pour chacun d’ses sept enfants, mais c’te puce là c’mon trésor. Elle était toute menue ‘vec ses p’tites jours roses et ses jolis yeux. Bébé, elle f’sait d’grands sourires dés qu’elle me voyait, c’tait un plaisir d’s’occuper d’elle. Ses frères étaient comme ça aussi p’tits, mais ils sont d’venus comme les aut’ membres de c’te famille étrange. Elle c’mon trésor, ma perle. Elle a toujours été gentille et tout. C’vrai qu’elle sourit pas trop, mais elle est si mignonne que c’pas grave. D’temps en temps j’ai eu l’impression qu’elle dev’nait comme les aut’… mais en fait non. C’était p’têt’ ben passager comme qu’on dit chez moi, ou alors c’moi qu’ai dû rêver. En tout cas elle a mieux tourné, faut pas écouter les gens d’sa famille, mon trésor elle est sur’ment bien plus intelligente qu’eux tous réunis. Elle passe pas son temps à essayer d’dev’nir quelqu’un d’plus haut placé elle, elle s’en fiche, depuis qu’elle sait lire elle passe son temps dans plein d’bouquins. Quel genre ? Ah j’saurais point vous renseigner, j’sais pour aligner les lettres dans ma tête pour en faire des mots, j’ai jamais apprit ça moi, j’viens d’un p’tit village loin d’ici. »

Je me souviens, un jour, je devais avoir sept ou huit ans, un de mes cousins a décidé qu’il me détestait, que j’était trop… différente, qu’il ne fallait pas que je sorte pour que personne ne voit que, dans notre famille, il pouvait y avoir des gens « invisibles ». D’après lui je n’étais qu’une pièce rapportée, ma mère avait dû m’adopter dans le secret pour pouvoir dorloter une fille parce qu’elle n’avait eu que des fils, et je n’avais pas à porter le même nom que lui. Il a même voulu me poignarder. Il m’a ratée mais son poignard est quand même un peu rentré dans ma chaire, j’en conserve d’ailleurs une très nette cicatrice en bas du dos. Dans tous les cas cet idiot a finalement très vite comprit que je n’étais pas celle que je semblais être. Je lui ai expliqué à l’aide de quelques gifles et de mots bien sentis que s’il s’approchait de moi encore une seule fois, je lui expliquerais de façon bien plus éloquente ce que je pensais de son facies de rat croisé avec une truie. Heureusement que mon père est passé à ce moment là, il a attrapé mon cousin par la nuque et l’a emmené dans son bureau. Je n’ai jamais revu ce garçon, il devait avoir quatre ou cinq quand de plus que moi. J’imagine qu’il est toujours vivant, quelque part, servant de cobaye à un scientifique fou… cette cicatrice me sert à me souvenir que je dois garder mon calme quelle que soit la situation. J’excelle dans ce domaine maintenant, mais ce petit rappel peut toujours être utile… et je suis certaine que l’Empereur, quand il verra cette cicatrice, la trouvera adorable…

« Azhran ? Quand mes frères et moi étions plus jeunes, nous ne restions pas beaucoup en sa compagnie. Étant l’ainé, je me devais de guider mes frères sur le chemin d’une vie masculine digne de notre nom, et ma sœur devait rester le plus loin possible de tout ça. Je crois que jusqu’à ses dix ans, elle n’a jamais assisté à nos jeux, ne nous a jamais accompagné à des fêtes d’anniversaire et n’a jamais même émit ne serait-ce que le désir de passer du temps avec nous. Elle est très forte n’est ce pas ? Après son anniversaire de dix ans elle a commencé à se joindre à nous, de plus en plus souvent. Officiellement c’étaient mes parents qui la forçaient à se sociabiliser, en réalité c’était elle qui voulait nous suivre. Elle le souhaitait pour deux raisons : à la foi pour apprendre à comprendre les gens et pour paraitre différente aux yeux de tous. Il ne fallait pas seulement que les gens entendent parler de notre petite sœur calme et mélancolique, non, il fallait qu’ils la voient de leurs propres yeux, qu’ils confirment la rumeur pour qu’elle se répande plus vite, plus fort et plus loin. Elle voulait que, sans qu’elle donne l’impression d’y être pour quoi que se soit, les plus hauts placés de tout l’Empire entendent d’ors et déjà parler d’elle. Elle nous a ainsi suivis jusqu’à ses quinze ans je crois, après elle a fait cavalier seule. »

J’adore mes frères, ils sont tous incroyables. Ils portent notre nom encore plus haut que mes parents ne le font déjà, ils ont superbement investi les différentes sphères de la société et, contrairement aux rumeurs, ça n’est pas dû à la notoriété de nos parents, ils sont juste nés pour ça et particulièrement doués. J’aurais probablement fait comme eux si je n’avais pas suivit une route différente. Quand on était plus jeunes, je les suivais un peu partout pour comprendre comment fonctionnait la société. Il faut dire que pendant mon enfance, j’étais plutôt occupée à peaufiner mon rôle, à lire des histoires relatant des faits particuliers, comme des romans parlant de trahisons, de complots etc… j’adorais ce genre de livres. Ma pauvre nourrice, comme elle ne sait pas lire je n’avais de cesse de lui raconter que mes livres étaient des contes pour enfants, des romans d’amour ou autres bêtises de ce genre. Mais ce que je préférais restait quand même d’être avec mes frères. Je les regarder faire la cours à des jeunes filles un peu idiotes mais dont les parents étaient hauts placés, ils brillaient dans ce domaine et semblaient être en compétition alors qu’ils s’aidaient mutuellement. Je me souviens encore de nombreuses discussions que nous avions une fois seuls dans l’une de nos chambres privées, nous parlions de telle ou telle fille, ils m’amusaient en racontant la façon dont elles embrassaient, je leur donnais des idées de choses à leur dire pour les séduire et ainsi de suite. Mine de rien nous avons toujours été très proches les uns des autres… mais je crois que même ma nourrice ne s’en est jamais rendu compte...

« Oh oui je me souviens bien des enfants Nocturnae, les garçons étaient adorables, ils essayaient constamment de nous séduire mes amies et moi. Je dois admettre que les comprends, regardez-nous, ne sommes-nous pas belles ? Et sachez que nous l’étions bien moins à l’époque, ne dit-on pas quelque part que l’on se bonifie avec l’âge ? Ou peut-être est-ce le vin, je ne sais plus… oh, cela n’a pas beaucoup d’importance, ce qui est important, c’est que j’essaye de faire comprendre à Père que je souhaite devenir la fiancée de Zarhn. Je crois bien que c’est le troisième né de la famille, il est si mignon ! Il manie le verbe avec une facilité qui peut m’émouvoir aux larmes en un instant à peine, son visage est comme une statue ancienne, sublime et taillée dans l’inébranlable… c’est comme ça qu’on dit ? Oh peu importe, ce qui l’est, c’est que je veux l’épouser ! Euh non, il ne me l’a pas demandé non, mais il le fera, je sais qu’il le fera ! Il le faut… »

Alors, par ordre de naissance, il y a d’abord Quorent. Il a maintenant trente-six ans, sa femme se nomme Azalée et il a déjà deux enfants, Soranne et Zross, qui ont trois ans et quelques mois. Après lui est né mon frère Aslan, il a trente-deux ans, sa femme est morte l’année dernière d’une étrange maladie en lui laissant un fils, Doran. On l’a peut-être un peu aidée à partir dans un monde meilleurs… oui c’est possible, mais qui s’en doute ? Après eux il y a eu mon frère Zarhn, il a trente ans, n’est pas marié, mais la moitié des jeunes filles de la haute société de Semini se l’arrachent. Il faut dire qu’il est particulièrement beau et bien bâtit, je dois l’admettre. Vint ensuite Melki, vingt-six ans, il est fiancé à la fille de la cousine par alliance de l’arrière cousin au sixième degré de notre grande tante. Elle ne porte pas encore le nom des Nocturnae mais en a déjà bien largement l’étoffe. De plus, elle est très jolie et lui fera rapidement de merveilleux enfants dignes de notre famille, j’en suis certaine. Keros a vingt-trois ans, il a plusieurs filles en vue mais n’arrive pas à se décider. La première est très belle, très bête, très riche mais son père le hait, la seconde est très belle, très riche, très bête… mais sa mère lui plait. Il a toujours été ainsi. Le dernier de mes frères, Vazor, a vingt-et – un ans. Il en aura très bientôt vingt-deux mais nous avons assez peu d’écart lui et moi, c’est sans doutes pour cela que je suis plus proche de lui que des autres. Il est fiancé à une jeune fille agréable, digne de lui et de notre nom.

« Oui, je me souviens de la jeune Azhran. Ses parents pensaient qu’ils ne pouvaient pas faire grand-chose d’elle et, comme elle était très pieuse, ils nous l’ont envoyée pour voir si on trouver quelque chose qui lui conviendrait davantage qu’une vie au milieu des siens à ne pas y avoir de place précise. Elle était gentille mais très réservée, comme si elle essayait de se faire oublier le plus possible. Même lorsqu’elle a rencontré le Haut Prêtre elle n’a pas eu de réaction violente comme nous nous y attendions. La plupart des gens sont impressionnés et le montre, Azhran s’est juste contentée de baisser son petit museau vers le sol en rougissant légèrement. La première fois je crois qu’elle n’a même pas prononcé la moindre parole. Bien sûr elle a fini par se sentir plus à l’aise parmi nous, mais elle n’avait vraiment pas le tempérament que nous avons l’habitude de rechercher chez les jeunes gens que nous instruisons… nous l’avons donc finalement renvoyée chez ses parents avec toute notre affection. »

J’ai fais un bref passage au sein de l’Église, j’y ai passé deux ans en réalité. La seule véritable raison pour laquelle je voulais tant y aller c’était le Haut Prêtre. Cet homme est actuellement l’homme le plus puissant de tout l’Empire, il fallait que je le rencontre, il fallait que je lui parle, qu’il me voit et se souvienne de moi, c’était probablement l’une des choses les plus importantes que j’ai eu à faire de toute mon existence. Mais cela a porté ses fruits n’est ce pas ? Il m’a même invitée à m’établir dans la Capitale de l’Empire… de mes dix-sept ans à maintenant, je n’ai travaillé qu’à obtenir cette « invitation officieuse »… cela a porté ses fruits. Jeune futur Empereur me voici, moi, ta future fiancée !


Hors-rp

    [b]Comment avez-vous découvert le Forum ?
    - Par un de vos joueurs (désormais inactif)
    Avez-vous des conseils ou des remarques le concernant ?
    - Non, toujours pas
    Votre Disponibilité (en moyenne) :
    - plus ou moins journalière


Dernière édition par Azhran Nocturnae le Ven 18 Fév - 14:20, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 412
♦ Messages : 117
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Petite douceur
♦ Date d'inscription : 03/11/2010
♦ Age : 31

MessageSujet: Re: La princesse Azhran Nocturnae   Mar 9 Nov - 0:42

Voilà pour l'instant, je m'occupe de l'histoire demain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 739
♦ Messages : 876
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Jeune Prince Imprévisible
♦ Protecteur : Uriel D'Arken, son mentor et l'entièreté de la Garde Impériale
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 28

MessageSujet: Re: La princesse Azhran Nocturnae   Mar 9 Nov - 20:19

Le début est prometteur, en tout cas. J'aime bien la manière dont tu l'as décrit, à travers les témoignages de ses proches, ça garde son coté mystérieux et insondable ^^
Je ne me fais pas de soucis pour la suite o/

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 412
♦ Messages : 117
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Petite douceur
♦ Date d'inscription : 03/11/2010
♦ Age : 31

MessageSujet: Re: La princesse Azhran Nocturnae   Mer 10 Nov - 3:38

Bon alors c'est pas fini, soucis techniques aujourd'hui ^^ je fini l'histoire demain et je la poste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 412
♦ Messages : 117
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Petite douceur
♦ Date d'inscription : 03/11/2010
♦ Age : 31

MessageSujet: Re: La princesse Azhran Nocturnae   Jeu 11 Nov - 4:06

Et voilà !

Bien entendu, s'il y a des choses qui ne conviennent pas je peux toujours changer ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 739
♦ Messages : 876
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Jeune Prince Imprévisible
♦ Protecteur : Uriel D'Arken, son mentor et l'entièreté de la Garde Impériale
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 28

MessageSujet: Re: La princesse Azhran Nocturnae   Jeu 11 Nov - 15:22

He bien... Parfait ^^
Rien à redire, c'est très bien. Je peux donc te valider en toute quiétude... Et cela risque d'être fort intéressant pour la suite des évènements. J'ai hâte d'observer un rp entre Azhran et Eleanor XD Et puis, entre Ezhekiel et Azhran... Et aussi entre Azhran et Le régent... Hum... Enfin, j'ai hâte de voir ce que cela va donner o/

Tu es donc, bien évidemment, validée.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 412
♦ Messages : 117
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Petite douceur
♦ Date d'inscription : 03/11/2010
♦ Age : 31

MessageSujet: Re: La princesse Azhran Nocturnae   Dim 17 Juil - 20:21

Merde... désolée, je voulais juste éditer un truc XD vous pouvez supprimer ça ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La princesse Azhran Nocturnae   

Revenir en haut Aller en bas
 

La princesse Azhran Nocturnae

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ϩ Recensement Impérial Ϩ :: Validées-