Partagez | 
 

 Cet endroit me dit quelque chose... [P.V Zélig]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ӽ Hybride Ӽ

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 233
♦ Messages : 82
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Meow ! Je te connais ?
♦ Date d'inscription : 02/08/2010
♦ Age : 26

MessageSujet: Cet endroit me dit quelque chose... [P.V Zélig]   Sam 16 Oct - 15:05

Le soleil déclinait, il parait le ciel de milles feux . Sur le sol d'Ishtar s'étiraient des ombres mollassonnes qui formaient des silhouettes effrayantes. Celles des bâtiments, comme cette cathédrale qui se dressait pour y accueuillir les adorateurs de l'Ombre, celles des quelques animaux qui se traînaient devant un chariot de bois ou se faufilaient derrière un étalage pour fuir un chat, ou encore celles des habitants de la capitale pour qui une journée de travail était en train de s'achever. Parmi les ombres des tourelles se tenait Minako. En appuit sur ses quatre membres, les griffes plantées dans la pierre, elle attendait que les fidèles sortent pour pouvoir se glisser au travers d'un vitrail brisé devant être réparer le lendemain. Selon ce qui se disait en bas, un terroriste aurait tenté d'interrompre une cérémonie du jour avec du gaz lacrymogène, surement le moins cher à fabriquer. Un incapable hérétique qui s'était fait attraper aussitôt. En attendant cela fournissait à l'adolescente une excellente issue pour entrer sans se faire voir. Au côté de l'hybride se trouvait Mathilde, la fillette imaginaires, qui balançait ses pieds minuscules dans le vide en chantonnant des notes sans suite.

« Viens, on y va pendant qu'ils sont occupé à sortir. » lança l'hybride en désignant la foule d'un coup de tête.

Mathilde hocha sa jolie tête et grimpa sur le dos du félin. Minako s'élança dans le vide en souplesse. Atterrît sur une corniche et bascula au travers du vitrail percé. L'épisode de la fuite du laboratoire était récent, mais pour le corps de Minako il commençait à se faire lointain. Ses griffes s'étaient durcies et ses muscles avaient gagné un tonus nouveau qu'il fallait nourrir par un étrange surplus de viande chaque jour. Dans la cathédrale certains sursautèrent sous le bref faiblissement de la lumière. Apparement sans plus de réaction que cela. L'adolescente se posa sur une statue de marbre à l'éffigie d'un Haut prêtre du passé. La nef était presque vide. Il ne restait que quelques humains venus se requeillir ou se lamenter pour une raison ou une autre. Mathilde était déjà en train de parcourir l'allée centrale en s'émerveillant de la colorimétrie des vitraux. L'hybride descendît de son perchoir, elle s'étonnait une nouvelle fois de la rapidité de l'enfant bien qu'elle commençait à s'y habituer. Par contre, quelque chose ici mettait Minako mal à l'aise . Il y avait quelque chose qui clochait sans qu'elle ne sache dire quoi. Les oreilles de chat perçurent l'un des murmures prieurs et cette gène s'accentua.

L'adolescente porta une main à sa tête. Les flashs reprirent. La douleur dans sa tête à se réveillait insidieusement. C'est la cathédrale qui faisait ça. Comme au laboratoire. Il y avait quelque chose dont elle voulait se souvenir... Pourquoi était-elle venue ici ? C'était familier. La cathédrale c'était là où il y avait des prêtres, là où on adorait l'équilibre de l'Ombre . Oui voilà elle devait venir allumer un lampion pour faire sa prière quotidienne. Nouveau flash. Minako crispa les doits de sa main contre son front. La douleur augmentait, l'adolescente était saisie de bouffée de chaleur malgré le contact glacé du sol sous ses pieds nus. Elle s'appuie sur l'une des larges colonnes. Mathilde remarqua que son amie ne va pas bien se précipita vers elle. L'hybride raté avait le regard fixé sur le sol et les yeux écarquillés. De nouveaux flashs saccadaient sa vue, comme si on arretait pas de cacher puis de découvrir la lumière d'une bougie, chaque fois que la lumière revenait une nouvelle image apparaissait. Les mains humaines de la minako du passé sortaient des pièces d'or d'une poche. Les glissaient dans une fente dans le mur et se saisissaient de l'une des petites bougies disposées sous la fente dans une caisse.

L'hybride en proie à cette bataille intérieure avait un regard fou. Elle leva la tête, la douleur monte encore d'un cran. Faire comme dans le souvenir.Et la douleur s'en irait. Faire disparaître ces images incessantes. Sur sa droite, il y a, comme dans son souvenir, une fente et des bougies. Là, les flash reprirent. Minako se voient en train d'allumer la mèche cirée dans une alcove creusée dans la roche. Le souffle commence a manquer. L'adolescente s'execute comme dans ses images où elle possède des mains à cinq doigts, elle mumure les mots suivants.

« Tout ce qui est, l'est à travers l'Ombre. Toute existence est équilibre et l'Ombre en est la forme la plus parfaite. Ceux qui servent l'Ombre, servent le bien de toute l'existence. »

La douleur s'apaisa enfin. L'hybride prit une grande inspiration et expira lentement. Une petite voix résonna dans ses oreilles. C'était Mathilde qui finissait à son tour le début de sa prière. Elle était agenouillée, les mains jointes devant elle, tout comme Minako. L'adolescente s'était mise dans cette position de façon mécanique. Et d'un même murmure toutes deux enchaînaient la prière qu'elles faisaient chaque matin.
« Car s'il existe une multitude infinie d'équilibres possibles, seule celle qu'est l'Ombre est inébranlable. Si Elle disparait, c'est toujours pour réapparaitre ailleurs, ...
« Car s'il existe une multitude infinie d'équilibres possibles, seule celle qu'est l'Ombre est inébranlable. Si Elle disparait, c'est toujours pour réapparaitre ailleurs, …
« Petites ombres nées de l'équilibre d'une bougie claire et d'un trou sombre, aidez moi à maintenir l'équilibre afin de servir tourjour mieux l'ombre. »
« Petites ombres nées de l'équilibre d'une bougie claire et d'un trou sombre, aidez moi à maintenir l'équilibre afin ... »


Minako s'interrompit soudainement. Ses oreilles la prévenaient que quelqu'un se tenait derrière elle. Elle leva les yeux sur un prêtre. Elle reconnaissait l'uniforme sans prendre le temps de détailler d'avantage l'humain. La douleur revenait déjà. Le seul souvenir qu'elle avait d'un prêtre refaisait surface pour tenter de devenir plus clair. Le mal pulsait derrière son front. Cette fois elle se dressa et se retînt de porte une main à sa tête. Dans le passé elle avait laissé transparaitre sa peur et cela n'avait pas donné grand chose ci ce n'est un black-out total.

« Va-t-en » Siffla-t-elle.

Mathilde prît peur et se réfugia derrière l'hybride. Celle-ci plaça une main protectrice entre le pretre et l'enfant. Le prêtre ne pouvait la voir mais la fillette laissa dépassé un oeil pour observer cet adulte inquiétant.


Dernière édition par Minako le Dim 3 Avr - 10:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtre †

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 464
♦ Messages : 599
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : Grab your dick and double click !
♦ Protecteur : L'Eglise.
♦ Date d'inscription : 10/06/2010
♦ Age : 25

MessageSujet: Re: Cet endroit me dit quelque chose... [P.V Zélig]   Mar 19 Oct - 9:13

[HJ / Event, tout ça (ton "chaton mort de froid sous la neige").]

Je suis comme n'importe quel abruti, dès qu'il y a une couille dans le potage, je me tourne vers la religion. J'ai posé mes genoux sur un prie-dieu de la cathédrale, et retour aux sources. J'ai plus accès à ma magie, ou de façon très partielle, j'pense que c'est une bonne raison pour aller faire la grenouille de bénitier.
J'ai jamais très bien compris ce qu'il fallait faire en priant, des trucs « métaphysique » sans doute, quoi que ça puisse vouloir dire. Je prononce les paroles rituelles – heureusement que j'm'en souviens bien – et je transforme ma pensée en une bouillie d'idées décousues, mélange de ce que je souhaite ou redoute, avec des dérives bien compréhensibles sur ce que je vais manger ce soir ou la couleur du ciel. Je n'essaye pas de pratiquer la manipulation des ombres, je réfléchis tu vois, et mal. Ça fait comme nager dans de la purée (épaisse, avec des grumeaux), pas brillant donc.
Au bout d'un moment j'abandonne, j'ai jamais su bien prier je crois, parce que ça donne pas grand chose niveau équilibre des énergies, j'ai juste mal à la tête.

J'aimerais bien que Uriel m'explique, il explique bien. Pourquoi plus personne sait rien faire, et fond en larmes pour n'importe quoi. Évidemment que je suis pas le seul touché par le phénomène, j'ai trouvé un clampin en train de récurer un chandelier au beau milieu de la nuit dans un couloir avec l'air de quelqu'un qui a un truc enfoncé dans le fondement (quant à savoir ce que je foutais moi même dans le-dit couloir... me toucher la nouille, évidement). Le problème, c'est que c'est pas du tout officiel, y a rien pour confirmer qu'on est pas un gros tas de cornichons dépressifs, que c'est environnemental et que ça va passer, du coup tout le monde reste avec sa merde, ses pensées qui jouent au tas d'asticots gesticulants dans un panier, gluant, incompréhensibles, dénué de logique, et que t'as surtout pas envie de mettre la tête dedans.

Je déambule dans la cathédrale en pensant à pas grand chose, les fidèles sont peu nombreux à cette heure, malgré l'ambiance qui pèse en ce moment dans l'Empire. Croyez pas que les prêtres soient les seuls touchés ! Tu t'balades dehors, t'as à moitié l'impression d'être à un enterrement géant où on sait pas qui est mort, mais c'est vachement triste quand même : tout le monde tire la tronche. On a perdu quelqu'un de proche, notre énergie, quelqu'un a fait une jolie fosse commune, et les a tous balancé dans le trou, amen, que l'Ombre règne pour des siècles et des siècles. Comme c'est triste.

Spectacle surprenant : une hybride prie. Je pensais pas que ça les touchait aussi, j'sais pour pour moi les hybrides... j'en sais rien, je leur ai jamais adressé la parole. Pour moi, c'est comme des chaises parlantes, un peu absurde quoi, et je comprends pas bien. Bref, j'pensais pas que les hybrides avaient la foi, priait et tout. Ça m'intrigue, je regarde de plus près.
C'est une très jeune femme, très jolie (mais j'suis pas très adolescente fraîches et roses, tu m'excuseras), partageant mon avis capillaire (« c'est sur le sommet du crâne, ça pousse, moins j'm'en occupe mieux j'me porte »), mélangé avec un genre de félin (un chat sans doute, pour être original). Je hausse un sourcil, à cause de son expression. Elle a la tête de quelqu'un qui a perdu son esprit quelque part entre la commode et les toilettes, et qu'est jamais venu le chercher (le pauvre, tout seul comme ça). J'écarte mes dreadlocks de mon visage pour mieux voir ce qu'elle fout : allumer un lampion et prier devant, avec les paroles exactes et tout. C'est très bizarre je te dis, ça m'intrigue, c'est pour ça que je bouge pas mes miches de là, parce que je me demande bien ce qu'elle espère là.

Elle se retourne, ses oreilles chelou tendues vers moi, et à l'air de protéger quelque chose derrière elle (je le vois pas). Elle me dit de s'en aller. Comme j'suis pas d'humeur à tuer des trucs avec violence (ça sert à rien), j'lui réponds.

- Euh... Ça va ? J'voulais pas t'emmerder, désolé. T'avais pas l'air bien.

J'me sens super con parce que j'ai jamais parlé à un hybride et je sais pas si ça sait communiquer ou pas, ou des trucs comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ӽ Hybride Ӽ

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 233
♦ Messages : 82
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Meow ! Je te connais ?
♦ Date d'inscription : 02/08/2010
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Cet endroit me dit quelque chose... [P.V Zélig]   Mer 5 Jan - 17:27

Elle n'aurait pas du voir quelque chose, pas encore. Trop tôt mais pourquoi ? Visiblement ce prêtre semblait simplement s'inquiéter pour elle. Quoi de plus normal en soit, son rôle était de conserver la foi dans l'Ombre chez les fidèles. Minako se détendit et laissa retomber sa mains contre son corps.

« Ah.... »

Elle coucha les oreilles cherchant quelque chose à dire pour en savoir plus sur les intentions de ce prêtre à la peau sombre. Le sol devint soudain très intéressant. Que devait-elle lui dire ? Les non humain avait-il le droit de se tenir ici ? Elle n'en avait pas remarqué énormément dans la foule. Tous avaient des visages graves, ces gens au teint pâle, maladif pour certains, qui se traînaient hors de la cathédrale comme à contre cœur. Tient, elle n'en avait jamais vu d'humain comme ça. Une peau sombre, pire qu'un paysan qui aurait passé toute la belle saison à bêcher douze heures par jour. Minako estimait qu'il fallait au moins passer trois été d'affiler pour réussir à cramer de la sorte. Mais ce n'était pas possible. Son mal se calma. Bon signe ça. Cela voulait dire qu'elle n'avait pas vu d'autres personnes à la peau sombre.

« J'ai eu heu... ce n'est rien mon seigneur j'ai seulement des maux de têtes. »

La connaissait-il ? Cette question la hantait. Ces inconnus étaenit-il vraiment des inconnus ? N'était-elle jamais venue ici ? Dans cette capitale qu'était Ishtar. Minako sentit une petite main inquiète se couler dans la sienne. L'hybride fit un pas en arrière. Les griffes de son pied cliquetèrent sur le marbre usé. Après la douleur voici la paranoïa. Pourquoi était-il venue lui parler ? N'avait-il rien d'autre à faire ? Peut être venait-il vérifier que tout le monde était sortit afin de fermer la cathédrale pour la nuit. Et si il avait été mis au courant que ces hérétiques de scientifiques la recherchaient ? Cherchait-il a gagné du temps pour que la garde arrive ?! Elle jeta un regard en biais à sa petite soeur et serra sa main pour la rassurer. Non. C'était un prêtre il devait guider les fidèles c'est tout... Vraiment ?

« Avons-nous le droit d'être ici ? Ma soeur et moi voulions juste venir un instant nous recueillir. »

Les prêtes ne étaient peut être pas aussi digne de confiance qu'elle le croyait. Qu'avait-elle vu ce jour là ?! Par l'Ombre ! Elle ne savait rien. Mais elle ferait payé à ce prêtre ce qu'il lui avait fait. Attend un peu qu'elle se souvienne de son nom et elle l'étriperait avec bonheur. D'une façon ou d'une autre cet hérétique était responsable de son état. Ce lieux n'aidait pas à retrouver ce nom maudit, il servait seulement à faire exploser son crâne en une ribambelle de morceaux. Lorsque les cloches avaient sonné le rassemblement des fidèles, Minako avait hurlé à s'en déchirer la gorge - le bruit assourdissant des coups métalliques n'aidant pas – car une armée de souvenirs en relation avec ce contexte qui lui avaient transpercé le cerveau sans pour autant réussir à devenir qu'elle que chose de clair et précis. Rien que d'y repenser, de regarder cet uniforme, cela recommençait.

« Votre peau, mon seigneur, je n'ai jamais vu de personne telle que vous. Puis-je vous demander d'où vous venez ? »

Oui, calmer la douleur en se concentrant sur ce détail inconnu et indolore. Elle pourra ainsi s'enfuir ne pas le tuer comme ses villageois ,comme le badaud de qui elle tenait son manteau, et comme d'autres qu'elle avait oublié. Si la douleur était trop forte elle devrait s'y résoudre. C'était de sa faute si la douleur se réveillait. A cause de cet homme en face qui lui faisait face qu'elle souffrait. Oui si il ne s'écartait pas elle devrait s'enfuir au plus vite ou le tuer.


Dernière édition par Minako le Dim 3 Avr - 10:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtre †

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 464
♦ Messages : 599
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : Grab your dick and double click !
♦ Protecteur : L'Eglise.
♦ Date d'inscription : 10/06/2010
♦ Age : 25

MessageSujet: Re: Cet endroit me dit quelque chose... [P.V Zélig]   Dim 9 Jan - 14:05

C'est bien la première fois qu'on m'appelle « monseigneur », d'habitude c'est plus « ducon ». Puis y a une histoire de sœur aussi. Je regarde partout autour, je vois pas de morveuse ressemblant de près ou de loin à Mme Les-cheuveux-j'en-fais-ce-que-je-veux. Puis... les hybrides ont de la famille ? Ah mais je te dis que j'y connais rien ! Y pourrait bien pousser comme des plantes pour apparaître que j'en saurais rien du tout ! Je jette un coup d'œil pour voir un peu derrière la nana, y a pas de morveuse. C'est marrant la posture de défense qu'elle a adopté, on aurait pu croire qu'elle planquait un truc derrière, bah non. Enfin du coup, avec les maux de tête en rab', je la classe dans la catégorie « fêlée ». Ça doit venir du regard aussi, elle a les yeux hantés.
Puis elle me sort un truc sur ma peau.
J'me mets à me tripoter le visage – le reste est plutôt couvert, ayant pas mal de cicatrices j'voudrais pas effrayer les enfants. Bon, je suis mal rasé, mais j'ai pas souvenir d'avoir des pustules ou un truc comme ça. Elle a quoi ma peau ?

- Ben euh... j'viens du coin d'la cathédrale là bas... euh...

J'pointe du doigt un recoin éloigné, avec des chaises chelou pour prier, où j'oublie tout le temps le nom spécifique pour les désigner. Puis j'recommence à me tripoter le nez comme un abruti, pour trouver un bubon dégoulinant de pus ou un truc comme ça, alors que je me lave bien tous les jours et tout. J'aurais remarqué, même si je suis pas un amoureux des miroirs – ça fait peur les miroirs. 'tète qu'elle croit que je viens d'une moissoneuse-batteuse ou je sais pas quoi. J'ai l'air déchiqueté ? Pas tellement. Ou alors c'est les dread, elle croit p'tète que c'est des tentacules collées à mon crâne. Ah mais t'as des gros bouseux de provinciaux que ça choque hein, faut jamais sous-estimer la connerie des gens... enfin c'est vrai que ça fait pas propre, surtout que ça fait un moment qu'elles sont là. J'les tripote aussi pour voir si y a pas un furet mort dedans.
Ah mais nan, elle parle peut être de la couleur, quoique je vois pas bien le rapport avec le fait que je viens de l'autre coté de la cathédrale.

- Bah euh... j'suis né comme ça, ma mère aussi... euh...

Il faut que je trouve un moyen habile de détourner la conversation sur un terrain plus compréhensible.

- Sinon t'as le droit de rester là avec ta sœur j'pense, mais faut pas manger ou des trucs comme ça j'crois, mais pour le recueillage ça va, enfin j'en sais rien et j'm'en fous. Elle est où ta sœur ?

Faut pas contrarier les fous. Et puis j'sais pas si les hybrides ont le droit ou pas de prier, j'ai jamais lu le règlement intérieur du bordel. Au pire y aura un inquisiteur qui va venir hurler à s'en péter une veine pour rien – elle dérange personne la nana. Nan mais les inquisiteurs, faut pas les fréquenter, c'est comme des gros chiens très dangereux qu'on aurait sous-alimenté exprès pour qu'ils deviennent encore plus fous, ils sont toujours sous tension ces gars là. Les prêtres aussi c'est des gars bizarres qui se sentent plus pisser parce qu'ils font parti de l'Eglise. Moi j'pense ça marche pas sur moi parce que je suis très con.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ӽ Hybride Ӽ

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 233
♦ Messages : 82
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Meow ! Je te connais ?
♦ Date d'inscription : 02/08/2010
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Cet endroit me dit quelque chose... [P.V Zélig]   Sam 2 Avr - 14:55

[ J'essaie de revenir dès que j'ai un peu de temps. J'espère que ce rp peut encore être continué. ]

Tous les gestes du prêtre monopolisèrent l'attention de Minako. Les oreilles dressées, elle suivît chaque tâtonnement. Le silence de la cathédrale lui permît d'entendre avec quelques efforts le crissement dru de la barbe en repousse sous les doigts. Puis il parla, dît qu'il venait du fond de la cathédrale et pointa le dit lieu du pouce. Mouvement qui fît faire un pas en arrière à l'hybride. Cependant ses yeux ne purent s'empêcher de passer du pouce au mur du fond. La main sombre revînt sur le nez tout aussi sombre du prêtre. L'humain attrapa une mèche de ses cheveux. Il semblait ne jamais les entretenir pour qu'ils forment de telles pelotes sur la longueur ! Bizarrement Minako eut envie d'en saisir une pour savoir qu'elle texture cela avait. Puis la main retomba. Il se remît à parler.

- Bah euh... j'suis né comme ça, ma mère aussi... euh...


Il était né avec une telle peau et sa mère aussi. Il avait donc connu sa mère. Mère. Qui était sa mère à elle ? La scientifique du laboratoire ? Surement pas. Mais qui alors ? A quoi ressemblait-elle ? Minako se mît à trembler. Elle abaissa lentement ses pupilles en train de rétrécir sur ses pieds griffus. Elle n'était pas partie, la douleur, elle faisait même savoir son intention de s'enraciner profondément. Tel un char d'assaut fonçant à pleine vitesse sur une porte blindée. Ces quatre lettres potentiellement rassurantes faisaient exploser les couleurs, les odeurs et les silhouettes informes derrière ses paupières.

- Sinon t'as le droit de rester là avec ta sœur j'pense, mais faut pas manger ou des trucs comme ça j'crois, mais pour le recueillage ça va, enfin j'en sais rien et j'm'en fous. Elle est où ta sœur ?

Minako leva brusquement les yeux sur le prêtre. Sa respiration devînt irrégulière.

« M-Mathilde ? »

L'adolescente pivota sur ses talons. Elle ne sentait plus sa sœur derrière elle. La douleur avait éclipsé l'illusion de la fillette. Son regard balaya la cathédrale avec panique, alors que le mal progressait encore un peu.

« Mathilde, je suis là, montre toi ! » Murmura-t-elle avec force.

Elle eut beau dresser les oreilles, les orienter en tout sens, guetter un bruit de pas, un souffle. Rien. Pourquoi ? C'était de sa faute ! Au prêtre. Il avait un complice. Quelqu'un avait enlevé Mathilde ! Minako fit volte face. Mathilde était la seule personne à se savoir qui elle était ! A connaître une partie de ses souvenirs ! Elle tandît les bras pour empoigner le prêtre. Ils étaient tous indignes de confiance ! Il n'était pas différent de l'autre. Les yeux emplis d'une démence désespérée, l'hybride déversa un flot de questions dont la logique n'appartenait qu'à elle.

« Que sais-tu de moi ?!! Qu'as-tu fais de ma soeur ??? Qu'est ce que les citoyens ne doivent pas savoir des prêtres ??!! Qu'as-tu fais de ma soeur !!! »

A chaque question sa voix se fît plus hystérique, du murmure religieux elle passa au cri. Le tremblement qui l'habitait, augmenta, se fît plus violent, fidèle au mal sans borne qui la ronge. L'écho rebondissant sur la pierre et répétait chaque son dans un cacophonie affolante pour l'hybride.

« " Nous sommes unis, contre toute personne qui s'oppose à nous et à ceux qui nous ont confié leur vies dans le voyage qu'est la vie." Répond hérétique !! Rend moi Mathilde !! » Hurla-t-elle. Ses iris fendues plantées dans celles du soit-disant traître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cet endroit me dit quelque chose... [P.V Zélig]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Cet endroit me dit quelque chose... [P.V Zélig]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ѧ Le quartier des Ombres Ѧ :: Cathédrale-