AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 "Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mort(e) tragiquement

Eleanor van Lähre

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 379
♦ Messages : 449
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Méfiez-vous de l'eau qui sommeille ...
♦ Protecteur : Personne
♦ Date d'inscription : 22/07/2010
♦ Age : 27

"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Vide
MessageSujet: "Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel]   "Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] EmptyMar 12 Oct - 9:40

Eleanor venait à peine de s’installer dans son nouvel appartement qui se trouvait tout près du centre. Elle avait une magnifique vue sur la Place des Manèges. Elle apercevait souvent une jeune fille qui s’occupait des machines. D’après ce qu’elle avait entendu, elle s’appelait Adelheid Horn. Mais elle ne s’en préoccupait guère en réalité. Eleanor appréciait beaucoup l’appartement construit sur deux étages. Ce dernier était très luxueux et surtout, très confortable. Elle pouvait y recevoir beaucoup de monde. Mais ce n’était pas du tout son intention première. Pour l’instant, elle désirait se reposer encore un peu avant de partir à Überhal. Rentrer chez elle. Parce qu’elle ne voulait pas vraiment rester trop de temps ici. Pourtant, le matin même, elle avait reçu une lettre de son père qui lui demandait d’habiter à Ishtar aussi longtemps qu’elle ne serait devenue Impératrice. Il argumentait comme quoi cela ne servait à rien de faire des allers-retours sans cesse. D’un côté, il avait certes raison. Alors Eleanor commença à réfléchir à cette demande. Elle comprenait maintenant pourquoi son père lui avait finalement acheté un appartement à la capitale.

Par ailleurs, Eleanor avait aussi entendu certaines rumeurs qui circulaient dans la ville et qui concernaient l’Empereur même. Cela faisait déjà plusieurs jours qu’Uriel d’Arken était retourné au palais et qu’il n’en était pas ressorti. Certains prétendaient qu’il avait eu honte de ce qui s’était passé et qu’il ne désirait plus voir personne. Il déclinait toutes les invitations alors cela le prouvait bien. D’autres encore parlaient d’une maladie. Et qu’Uriel serait au chevet jour et nuit de l’Empereur. La deuxième rumeur ne plaisait pas du tout à Eleanor. Tout simplement parce qu’elle n’avait pas de nouvelles et qu’elle ne savait pas si tout ceci était vrai ou faux. Elle voulait du concret. Connaître la vérité. Surtout qu’elle se sentait également concernée. D’un point certes indirect, mais concernée tout de même. Elle s’inquiétait également. Il n’était jamais bon de voir une personne malade. C’était toujours terrible. Elle ne souhaitait donc pas à l’Empereur que cela lui arrivât ! Elle avait donc décidé d’écrire une lettre au Régent, bien qu’elle sût qu’il ne répondait presque jamais. Et quand il répondait, c’était pour annoncer qu’il ne serait pas présent. Pourtant, celui qui ne tente rien, n’a rien. Alors elle essaya. Elle demanda donc au Régent quelques informations en lui expliquant bien entendu les raisons pour lesquelles elle souhaitait tout savoir. Elle ne reçut, malheureusement pas de réponses. Certes, elle fut déçue, mais elle s’y attendait.

Alors que la nuit tombait doucement sur Ishtar, Eleanor se trouvait sur le balcon de son appartement. Elle regardait le ciel. Il y avait quelques jours, il avait énormément plu sur Ishtar. Aujourd’hui, il faisait trop chaud et très humide. Un temps insupportable. Le temps s’était détraqué complètement. Personne n’arrivait à expliquer les raisons de cet événement des plus étranges. Mais la beauté du ciel empêchait Eleanor de quitter le balcon. Elle l’observait, comme s’il n’y avait rien d’autre qui comptait à ce moment. Elle ne se préoccupa donc pas de la chaleur. Elle dut tout de même rentrer quand le ciel devint tout noir. Elle ne vit aucune étoile sur le ciel, signe que le lendemain, le temps serait mauvais. Malheureusement. Tout d’un coup, elle ressentit la chaleur avec une telle intensité, qu’elle courut vers la salle de bain pour faire couler de l’eau froide avant de plonger dans la baignoire et s’y relaxer un peu. Pendant ce temps, elle avait un domestique à son service et celui-ci s’occupait de préparer le dîner. Parce que lorsqu’elle sortit de la salle de bain, elle avait atrocement faim.

Elle s’apprêtait donc à se mettre à table quand tout d’un coup, elle entendit quelqu’un frapper à la porte. Le domestique regarda Eleanor et l’interrogea du regard s’il devait ou non aller ouvrir. Il était vrai qu’Eleanor était bien surprise. Elle n’avait invité personne et personne, à part son père et le médecin, savaient où elle se trouvait actuellement. Elle ignorait donc qui pouvait être la personne qui venait frapper à cette heure-là. Peut-être le médecin mais elle ne l’avait pas appelé. Elle acquiesça de la tête et le domestique partit en direction de la porte. Il revint plusieurs minutes plus tard. Il n’avait pas d’air spécial. Eleanor se dit alors qu’il avait du renvoyer la personne. Mais il s’arrêta, s’inclina et dit :

- Le Régent, Uriel d’Arken, souhaite s’entretenir avec vous, Duchesse.

Eleanor fut encore plus surprise que tout à l’heure. Alors comme cela il n’avait rien répondu pour venir en secret, certainement, pour lui parler ? Encore une fois, elle ne connaissait pas les intentions du Régent. Comme toujours de toute façon. Elle devait s’attendre au meilleur comme au pire. Elle se rua donc dans l’entrée afin de saluer le Régent. Il ne fallait pas le faire attendre trop longtemps. Même si la surprise restait toujours et se lisait même dans les yeux de la duchesse.

- Quel honneur vous me faîtes et quelle surprise de vous voir ici, dit Eleanor en s’inclinant comme une Dame. Entrez, je vous prie. Mon domestique s’occupera de vos affaires. Avez-vous faim, mon Régent ? Je m’apprêtais justement à passer à table.

Elle lui montra la direction à suivre pour se rendre dans la salle à manger pendant que le domestique prenait toutes les affaires du Régent afin de les ranger soigneusement dans un endroit de la maison prévu à cet effet. Eleanor suivait les pas d’Uriel en se demandant la raison de cette visite inattendue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mort(e) tragiquement

Uriel D'Arken

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 620
♦ Messages : 2351
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : It's me, Uriel !
♦ Protecteur : The Emperor Protects !
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 29

"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Vide
MessageSujet: Re: "Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel]   "Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] EmptyJeu 14 Oct - 20:46

Ezhekiel était malade. Ce fait apparut à Uriel très vite comme évident. Oui, il ne l'avait pas vu depuis deux jours. Ses devoirs de Haut Prêtre l'avaient obligé à se déplacer dans plusieurs temples mineurs de la ville et à enseigner la manipulation à des novices. Son échec n'eut rien d'humiliant. Comment manipuler une énergie qui s'étiole, qui disparait, qui se meurt ? Personne ne pouvait réussir. Mais très peu de gens se rendaient compte de ce qui arrivait. Les bavardages populaires mettaient tout cela sur le dos du "sale temps" ou de "cette saison de merde" qu'était l'automne. Peut-être, oui.

Cependant, l'imagination d'Uriel lui dépeignait déjà un monde sans Ezhekiel, sans magie, sans véritable avenir... L'apocalypse, en somme. En effet, elle n'était pas loin. Le petit garçon aux cheveux bleus avait de la fièvre et il dormait d'un sommeil agité durant des heures. Lorsqu'il se réveillait, il n'avait que quelques instants de lucidité qui précédaient toujours une nouvelle rechute. Et, invariablement, Uriel était à ses côtés. Officieusement, l'inquisition avait été mobilisée. A défaut de la magie, l'Église avait encore son armée, plus ou moins en état de marche. Le Palais a été encerclé, ses portes fermées. Les serviteurs ne pouvaient plus sortir, des agents de l'Ombre ont prévenus eux-mêmes les familles que le Prince avait besoin de ses serviteurs. Ainsi donc, aucune information concrète ne pouvait quitter le Palais. Une servante paya de sa vie, sa tentative de fuite.

Mais, en dehors de ses visions de fin du monde, Uriel était hanté par son cauchemar personnel : la fin de ses pouvoirs, leurs affaiblissement. Toute sa force résidait dans son Art. Il en gardait une maîtrise basique, mais à combien d'ennemis était-il prêt à faire face ? Surtout fatigué, somnolant juste au chevet du Prince, sans jamais dormir. Transformant la résidence impériale en forteresse temporaire, le Régent donnait naissance à une multitude de rumeurs. La santé du futur Empereur ne se stabilisa qu'après cinq jours. C'était sans doute une sorte de calme avant la tempête, mais cela permit aussi à Uriel de quitter le Palais. Il devait se détendre un peu et prendre du repos. Tout en faisant cela, il devait accomplir son devoir d'homme politique. Et il eut le temps de méditer la question. Il lui suffisait de voir une personne. Une seule. Et écrire une lettre à Ulrich, voilà tout. Enfin, si tout se passait comme il le désirait.

L'adresse de la duchesse van Lähre n'était pas inconnu de l'inquisition. Un homme, ou une femme, était toujours à ses trousses, depuis l'affaire de l'Ombrage. Marius n'était pas dangereux, sans doute pas autant que son frère. Mais il ne fallait rien négliger. Un risque persistait : celui qu'Eleanor accède un jour au titre d'Impératrice. Ce n'était pas la meilleure idée du monde, selon Uriel. Si, bien entendu, d'un point de vue politique, elle avait toutes les qualités. Belle et en bonne santé, la demoiselle pouvait donner naissance à des héritiers dignes de ce nom. Mais quelque chose en elle repoussait le Haut Prêtre qui avait sa favorite à lui. Azhran Nocturnae, comme toute sa famille, vouait un culte pas tellement à l'Ombre qu'au Dogme et donc, à l'Église. Une alliance existait, depuis des siècles, entre les princes de Semini et les ecclésiastiques. La belle Azhran ressemblait plus à son idéal de l'Impératrice.

Néanmoins, la petite van Lähre avait déjà eu le temps d'acquérir une certaine notoriété et venait d'une grande famille, généralement respectée. Et il y avait une certitude qu'elle allait l'interroger sur l'état de santé de sa Majesté. La partenaire de conversation idéale. Descendant de sa voiture, Uriel se dit que le Prince adorerait venir ici, ne fut-ce que pour venir faire un tour sur les manèges. Inventions de la technologie, ceux-ci n'avaient rien de vraiment condamnable, d'un point de vue religieux. Puis... On ne pouvait refuser certaines choses à un enfant.

C'est un Régent las et éprouvé qui apparut à la demoiselle. Impossible de cacher ses cernes, donnant à son visage un air trop cadavérique pour être charmant. Il n'était plus aussi délicat que d'habitude. Il était faible. Une fois qu'il eut confié son manteau au domestique de la duchesse, il se montra plus petit, plus mince, difficile à reconnaitre. Il avait encore une lueur très vive dans les yeux, mais son corps était manifestement à bout. Il s'inclina. Régent et Haut Prêtre, il était tout de même né plus bas sur l'échelle sociale qu'elle...


"Mademoiselle... Je vous prie d'excuser ma visite si tardive et non annoncée... M... Merci."

Il pénétra dans l'appartement, content d'être reçu sans aucun soucis d'étiquette. Une facilité de plus, pour cet homme dont seul l'esprit restait performant. Une fois assis, Uriel soupira d'aise et ferma les yeux un bref instant, comme pour se reposer, même un tout petit peu. Les deux points bleu-glace se tournèrent vers la jeune duchesse et un sourire se dessina sur ses lèvres.

"Vous êtes sur hôtesse des plus attentionnées, je vous en remercie. Je me joindrai à vous avec plaisir."

Et il ne comptait pas annoncer ouvertement la raison de sa visite. Il ne fallait pas être un oracle pour savoir ce que cela impliquerait. Non, il opta pour une solution si hypocrite qu'impossible à critiquer. La tension à la Capitale était palpable, on disait le seul Héritier du trône malade, voir mourant (ou même mort), les magiciens de tout le pays perdaient des forces. Lui-même avait l'air d'un cadavre d'un bel homme, se mouvant par miracle. Sans doute par miracle aussi, sa voix sonna comme celle d'un homme parfaitement détendu, venu rendre une visite de courtoisie à une bonne amie.

"Je constate avec joie que vous vous êtes bien installée, Mademoiselle... La Capitale vous plait-elle ?"

_________________
"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Ezhekiel "Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Zelig"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Emile"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Ulrich"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Lao
"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Chat10"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] 00410"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] 00310"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] 00212
"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Ssacho10"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Indi10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberumarbitrium.net
Mort(e) tragiquement

Eleanor van Lähre

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 379
♦ Messages : 449
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Méfiez-vous de l'eau qui sommeille ...
♦ Protecteur : Personne
♦ Date d'inscription : 22/07/2010
♦ Age : 27

"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Vide
MessageSujet: Re: "Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel]   "Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] EmptySam 16 Oct - 18:59

En s’asseyant à table en face du Régent lorsque celui-ci prit place, Eleanor remarqua enfin les traits marqués de l’homme. Il n’était pas du tout comme la dernière qu’elle l’avait vu, c’était à dire quelques semaines auparavant seulement. Dans le vestibule, elle n’avait pas fait attention et la lumière ne le permettait pas vraiment. Dans la salle à manger, tout devenait beaucoup plus clair et visible. Elle nota qu’il ressemblait à un homme beaucoup plus âgé qu’il ne l’était en réalité. Il devait être très fatigué. La duchesse ignorait la raison réelle de ce changement. Il devait s’inquiéter énormément de pleins de choses. Surtout si les rumeurs qui circulaient s’avéraient être vraies. Elle ressentit un instant de la pitié envers cet homme. Elle comprit à ce moment combien tout lui importait. Surtout l’Empereur. Bien sûr, elle ne connaissait pas la portée de ses pensées mais elle se rendait bien compte qu’Uriel ne devait pas être Régent seulement pour le pouvoir. C’était évident. Quelque chose de plus comptait pour lui, beaucoup plus.

Le domestique ne tarda pas à apporter les assiettes avec le dîner. Heureusement qu’il prévoyait toujours une assiette de plus. Généralement, il finissait par la manger. Aujourd’hui, il devait se préparer autre chose. Tant pis. Il partit dans la cuisine et laissa la duchesse avec le Régent. Eleanor remercia ce dernier pour la remarque qu’il lui avait faite. Cela lui faisait très plaisir. Mais tout ceci était en somme normal. Elle n’allait tout de même pas accueillir le Régent, une personne tant importante, dans des conditions misérables. C’était évident. Eleanor sourit et désirait parler. Elle ne savait pas encore vraiment si elle devait lancer le sujet de la maladie de l’Empereur. Ou plutôt des rumeurs. Elle hésita donc un instant. Un instant de trop car ce fut le Régent qui prit alors la parole le premier. Encore une fois et comme toujours, il la surprit. Le sujet abordé était si différent. Elle ne s’attendait pas du tout à cela. Alors elle fut déstabilisée une petite seconde. Mais elle comprit bien vite que ce qu’il cherchait à faire c’était de ne pas parler de ce sujet dont elle désirait connaître la vérité. Soit ne pas en parler du tout, soit un peu plus tard. Cela, elle l’ignorait. Mais elle le découvrirait bien tôt ou tard. Et de toute façon, même si lui ne désirait pas en parler, Eleanor, même si cela serait mal vu, tenterait une approche du sujet. Elle devait savoir. Tout simplement.

- La Capitale me plaît, en effet. Cela change de ma province natale. Je me suis installée car mon père souhaite que je reste désormais à Ishtar plutôt que de faire des allées et des venues entre la capitale et la demeure.

Eleanor ne savait pas vraiment quoi répondre. Elle disait seulement la vérité. Et elle se demandait si cela intéressait le Régent. Peut-être pas. Peut-être qu’il n’écoutait même pas. Eleanor dut fermer les yeux un instant et les ouvrir la seconde suivante, tout simplement pour reprendre ses esprits. Elle en avait assez de telles pensées. C’était juste qu’elle ne sût jamais à quoi s’attendre avec le Régent. La dernière fois, elle pensait avoir été convoquée à cause de ce qui s’était passé entre et Marius. Pour finalement se rendre compte qu’elle avait été conviée à un goûter. Bien sûr, elle n’y était pas que pour cette raison mais Uriel s’était gardé de le lui révéler au début. Pour la mettre en confiance. Elle le savait. Elle n’était pas naïve non plus. Donc elle se demandait à quoi elle devait s’attendre cette fois-ci. D’ailleurs, il n’avait toujours pas dit la raison pour laquelle il lui rendait visite. Et comment il connaissait son adresse. Mais une idée lui vint en tête. C’était tout à fait logique et elle le savait depuis le jour où était arrivé cet incident avec le terroriste. Elle était surveillée par les Inquisiteurs, certainement pour le compte d’Uriel. Alors il connaissait et savait tout. Elle dut s’empêcher pour ne pas déglutir. Elle frissonna pourtant. Elle n’aimait pas du tout l’idée d’être surveillée. Elle avait l’impression d’être une délinquante. Ce fut la raison aussi pourquoi, quand elle continua, elle n’avait pas un air très rassuré.

- Je n’ai pas encore visité toute la capitale et je suis sûre qu’elle regorge de nombreux endroits très intéressants. J’en ferai le tour lorsque je le pourrais.

Eleanor commença enfin à manger tout en tentant d’échapper au regard du Régent. Pour quelle raison ? Elle ne le savait pas vraiment. Mais elle ne se sentait pas très bien en sa compagnie finalement. Ce n’était pas le même sentiment que la dernière fois mais presque. Surtout que cette fois-ci, elle était seule avec lui. L’Empereur n’était pas là. La situation était donc tout à fait différente. Elle espérait que l’homme dirait autre chose pour changer un peu l’atmosphère. Elle n’y pouvait rien. En sa présence, elle n’y arrivait pas. Elle n’arrivait pas à être détendue et décontractée. Il fallait toujours que quelque chose la mît mal à l’aise. Et Uriel devait toujours le remarquer. Que pensait-il alors d’elle dans ces moments ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mort(e) tragiquement

Uriel D'Arken

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 620
♦ Messages : 2351
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : It's me, Uriel !
♦ Protecteur : The Emperor Protects !
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 29

"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Vide
MessageSujet: Re: "Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel]   "Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] EmptyMer 20 Oct - 16:16

Uriel n'était pas l'homme le plus à l'aise du monde en ce moment. Il y avait sans doute pire, mais il était si fatigué et si mal en point avec ses problèmes qu'il ne trouva qu'une maigre consolation dans le malaise de la jeune duchesse. Il ne faisait que boire de l'eau à petites gorgées et, malgré les odeurs des plus alléchantes, il ne mangeait pas. Certes, il devrait en profiter, de cet instant de répit pour reprendre des forces. Cela dit, la faim manquait cruellement à l'appel. Et, bien qu'il soit épuisé, il écoutait. Ce serait se méprendre que de croire qu'il était venu là pour autre chose que la politique. Après tout, il n'a pas vraiment besoin de demander l'aumône pour manger. Et il connait des compagnies plus distrayantes et plus... charmantes encore que la belle Eleanor.

Ainsi donc, le père mettait des moyens à la disposition de sa fille. Des moyens pour la campagne la plus importante pour la famille van Lähre depuis des siècles. Celle qui avait pour but la conquête du cœur (et surtout du trône) du futur Empereur. Chaque jour rapprochait Ezhekiel de la couronne et du choix existentiel à faire : celui de l'épouse qui devrait l'accompagner durant son règne et lui donner un héritier. L'Église, en la personne physique d'Uriel D'Arken, était la première intéressée par une succession digne de ce nom pour les Empereurs. Entre autres, pour éviter les incidents qui étaient en train de se produire. Certes, l'ainé, l'héritier restera toujours le plus important et son influence sur le monde sera la plus grande... Mais si Ezhekiel avait des frères ou des sœurs, le risque de voir la fin du monde arriver à cause de sa maladie serait pratiquement inexistant. Là, l'existence frôlait le désastre.


"Vous avez bien fait, votre père est un homme sage et suivre ses conseils c'est faire preuve de sagesse également..."

Oh oui, le gouverneur d'Überhal n'avait rien d'un imbécile. Globalement, les dirigeants des Provinces étaient des gens avisés, ayant derrière eux des générations d'experts en la matière de gouvernance et de domination de territoires plus ou moins vastes, mais toujours respectables. Si la fille était jeune et... inexpérimentée, son père était un politicien habile. Il ne fallait pas sous-estimer ces gens-là, il n'étaient pas là pour rigoler. Il y avait de l'influence à gagner et le combat allait être acharné.

Était-elle bête ? Timide et mal à l'aise ? Ou si habile ? Uriel sourit légèrement, choisissant l'option la plus plausible selon lui. Il attendait une perche de la part de la jeune fille. Au pire, il allait faire avec les moyens du bord. Après tout, la politique est l'art du possible et il est bien connu que pratiquement tout est possible. Allez... Attaquons.


"Vous devriez demander à sa Majesté. Elle connait la Capitale comme sa poche. Surtout en ce qui concerne les endroits... Intéressants. Le Prince Héritier pourrait vous faire visiter un peu..."

Il lui donnait un avantage, une piste. Ezhekiel apprécierait énormément de partager ses escapades avec quelqu'un. Mais ce n'était pas là, le but de la manoeuvre. Suite à cette remarque, Uriel prit délicatement sa fourchette pour attaquer la nourriture. Chacun son tour...

_________________
"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Ezhekiel "Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Zelig"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Emile"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Ulrich"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Lao
"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Chat10"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] 00410"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] 00310"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] 00212
"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Ssacho10"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Indi10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberumarbitrium.net
Mort(e) tragiquement

Eleanor van Lähre

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 379
♦ Messages : 449
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Méfiez-vous de l'eau qui sommeille ...
♦ Protecteur : Personne
♦ Date d'inscription : 22/07/2010
♦ Age : 27

"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Vide
MessageSujet: Re: "Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel]   "Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] EmptyMar 26 Oct - 16:06

Elle crut qu’elle avalerait de travers la bouchée qu’elle venait à peine de mettre dans sa bouche quand elle entendit les paroles du Régent. Elle s’attendait à tout sauf à cela. L’Empereur, lui faire visiter les endroits de la ville. Des coins intéressants d’après Uriel. Eleanor n’en doutait pas. Et cela aurait été même avec plaisir. Mais cette remarque l’avait surprise parce que ce n’était pas le genre de choses auxquelles elle avait été habituée. Tout d’abord, ses parents lui disaient que l’Empereur était le seul héritier et il restait le plus clair de son temps au palais. Il valait mieux parfois pour lui de ne pas sortir s’il ne voulait pas se faire remarquer voire tuer. Ce serait bien tragique de perdre le seul héritier du trône. Que deviendrait l’Empire sans lui ? Certains estimaient qu’une anarchie s’installerait, du moins au début. Et que tout serait chaotique pendant de nombreux mois. Eleanor restait perplexe face à ces dires. L’Eglise réagirait et le Régent tenterait de son mieux de gérer les affaires dans ce cas. Du moins, c’était ce que la duchesse croyait. Enfin, peu importait. En tout cas, le fait d’entendre qu’Ezhekiel pouvait sortir du palais et l’accompagner partout dans la ville la surprenait.

Encore une fois, elle ne savait pas vraiment quoi dire. Valait-il mieux de se taire ? Non, certes pas. Le Régent aurait pu interpréter son silence comme celui d’une femme dont cette idée n’intéresse point. Or elle trouvait que cela pouvait être très plaisant. De plus, il la percevrait probablement comme une femme qui ne cherche que le pouvoir et la renommée. En gros, seulement le trône. Alors sur ce point là, il se tromperait totalement. Pourtant, elle savait que s’il la voit d’un mauvais œil, jamais il ne le lui dirait. Jamais il ne lui poserait des questions afin qu’elle s’expliquât. Pour qu’elle lui dît la vérité et ce qu’elle pensait vraiment. Pour qu’il sût qu’elle était totalement différente de ce qu’il croyait. Alors devait-elle lui dire qu’elle trouvait cela une bonne idée ? C’était bien la meilleure chose à faire. Néanmoins, elle avait l’impression qu’ici aussi il pouvait interpréter les choses telles qu’elles ne l’étaient pas. Elle désirait soupirer mais bien sûr, elle ne pouvait pas du tout. Eleanor se rendit soudainement compte qu’elle se préoccupait de ce qu’il pouvait bien penser d’elle. Cela lui arrivait rarement. Elle dut s’avouer que c’était probablement parce que tous ses faits, gestes et paroles comptaient en face du Régent. Surtout qu’elle le savait préférer une autre prétendante au trône. Elle ne devait donc pas faire d’erreur en face de lui. Cela augmentait donc la pression et semblait faire en sorte qu’elle fît attention à tout ce qu’elle faisait et disait. Elle le voulait le trône. Elle ne le lâcherait pas.

- Ceci est en effet une très bonne idée, mon Régent, sourit-elle gracieusement. Vous pourriez en parler à l’Empereur, je serai ravie de découvrir la capitale à ses côtés.

Elle avait voulu dire autre chose. Mais elle s’abstint. Elle estima que ce n’était pas encore le bon moment pour parler des rumeurs de la maladie de l’Empereur. En effet, elle avait eu, pendant un instant, l’intention de lancer le sujet de conversation. En déclarant ouvertement qu’il fallait pour cela qu’elle vît Ezhekiel. Et surtout, que ceci pouvait se faire à la seule condition si ce dernier en avait actuellement la possibilité. Or, Eleanor savait parfaitement que cela n’était pas le cas. Elle avait opté finalement pour ne pas provoquer le Régent. Du moins, c’était ce qu’elle avait estimé. Puisqu’elle ne considérait pas ses paroles comme provocantes. En fait, Eleanor se rendit compte qu’elle aurait voulu dire pleins de choses différentes concernant l’Empereur. Faire de petites allusions au fait qu’elle l’appréciait et qu’elle avait envie de le connaître davantage. Que finalement si elle désirait le trône, ce n’était pas seulement pour le pouvoir mais parce qu’elle avait un but précis. Elle n’était pas matérialiste contrairement à de nombreuses prétendantes. Comme la fille Azrhan, la préférée d’Uriel. Tout simplement parce que la famille de celle-ci était très fidèle à l’Eglise. Du moins, c’était les rumeurs. C’était ce qu’elle avait entendu. Enfin, en tout cas, elle ne pouvait vraiment rien dire puisqu’elle craignait que ceci soit mal interprété ou mal vu par le Régent. Elle s’abstenait alors de parler. Alors la seule possibilité pour elle d’oublier, c’était de continuer à manger.

Par ailleurs, elle avait aussi remarqué que le Régent ne mangeait pas beaucoup lui. Il ne faisait que boire. Cela lui parut étrange et elle désirait poser la question. Mais ne le fit pas. Toutefois, elle pensait que si tout ce qu’on disait était vrai, alors l’un des remèdes contre la fatigue était de manger. Elle ne comprenait donc pas pourquoi il n’en avait pas envie. Mais, elle ne changea pas le sujet de conversation tout simplement parce qu’il arrivait parfois qu’une personne ait envie de manger moins ou plus. Selon les périodes. Ce n’était pas trop son cas, bien que celui lui fût arrivé, mais elle connaissait de telles personnes. Eleanor leva les yeux de son assiette pour regarder le Régent. Elle attendait qu’il répondît parce qu’elle, elle n’avait plus rien à dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mort(e) tragiquement

Uriel D'Arken

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 620
♦ Messages : 2351
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : It's me, Uriel !
♦ Protecteur : The Emperor Protects !
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 29

"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Vide
MessageSujet: Re: "Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel]   "Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] EmptySam 30 Oct - 14:03

Qu'elle était tendue ! Uriel s'en amusait, sans l'afficher pour autant. Chose facile en somme, si on tenait compte de son état de santé et son apparence cadavériques. La joie malicieuse qu'il tirait de la déstabilisation de son interlocutrice ne pouvait être cachée que par la souffrance que le Régent éprouvait de par l'affaiblissement général de l'équilibre énergétique de ce monde. Pauvre fille... Elle avait le sang aussi bleu que cela est possible sans faire partie de la famille impériale, mais cela ne suffisait pas. Pas en face d'Uriel D'Arken, précepteur du Prince Héritier. L'homme en blanc décida de passer à l'offensive. Ayant gouté à la viande et au pain, encore frais et chaud, malgré l'heure tardive (elle ne se privait de rien, la duchesse en herbe), il reprit la parole, dans cette conversation qu'il menait.

"Je n'omettrai certainement pas d'en informer sa Majesté. Je suis certain que cela lui fera plaisir."

Banal, poli. Le terrain devait être préparé. Le père d'Eleanor ne laisserait sans doute pas sa fille seule avec cet homme blond aux yeux bleus de glace. Puisqu'elle ne voulait pas aborder le sujet, il allait en aborder un autre. Un sujet plus dangereux, plus désagréable. Et il le fit sur un ton plutôt désinvolte, avec un léger sourire, qui laissaient entendre qu'il n'y avait même pas de vrai danger dans l'histoire. Comme si elle ne risquait rien, étant donné qu'elle soit de mèche avec les ennemis de l'Empire, donc hors de leur atteinte... Un regard glacial, inquisiteur. Des paroles lourdes de sens.

"J'espère que vous n'avez plus été inquiétée par des individus... Non recommandables ? L'Église vous assure une certaine... Protection depuis ce temps..."

Il laissa planer un silence et s'intéressa de nouveau son assiette. En général, ce genre de propos indiquaient une certaine surveillance de la part de l'inquisition. Et ce n'était jamais une très bonne chose, bien qu'on ne pouvait la refuser. Comment se plaindre d'être suivi par de véritables ombres ? Et refuser la protection contre des ennemis de l'Empire dont on veut devenir l'impératrice ? Uriel mangea encore. Le sujet de la maladie de l'Empereur pouvait être reporté à plus tard. Le Haut Prêtre allait jouer encore un peu plus. Et pas qu'un peu en fait. Le visage serein, fatigué, mais satisfait, il annonça une chose en plus.

"Cependant, le responsable de votre agression fut aisément identifié... Grâce vous, il eut le châtiment mérité. Je me suis dit que cela vous réjouira et vous rassurera aussi..."

Oui... Essayez donc de ne pas vous réjouir de la mort d'un criminel. Marius de l'Ombrage était très bien connu de l'inquisition et activement traqué. Par son propre frère, entre autres. Si Uriel n'avait aucune preuve de sa mort qu'il ne mentionna pas, il la laissa juste entendre), il se dit qu'il pouvait l'annoncer à la jeune duchesse. Si elle se montre triste ou indignée, il pourra s'indigner à son tour et la faire couler dans son estime et parmi d'autres impérialistes aux convictions extrêmes. Une ennemie de l'Empire ne montera jamais sur le trône. D'un autre côté... Si elle croise un jour Marius, elle ne pourra l'annoncer à Uriel. Mais peut-être qu'elle le fera, se piégeant elle-même. En attendant cela, l'homme reprit un air détaché et changea radicalement de sujet.

"C'est vraiment délicieux... Quelle joie que d'être reçu de la sorte."

_________________
"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Ezhekiel "Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Zelig"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Emile"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Ulrich"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Lao
"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Chat10"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] 00410"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] 00310"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] 00212
"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Ssacho10"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Indi10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberumarbitrium.net
Mort(e) tragiquement

Eleanor van Lähre

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 379
♦ Messages : 449
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Méfiez-vous de l'eau qui sommeille ...
♦ Protecteur : Personne
♦ Date d'inscription : 22/07/2010
♦ Age : 27

"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Vide
MessageSujet: Re: "Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel]   "Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] EmptySam 6 Nov - 19:26

Les mots fusèrent dans l’air et atteignirent la duchesse de plein fouet. C’était comme si elle pouvait sentir tous les battements de son cœur avec précision. Comme un sixième sens qui lui permettrait d’arrêter le temps pendant quelques instants. Parce qu’elle croyait vraiment que le temps s’était arrêté pendant un quart de seconde. Bien sûr, elle ne put le montrer au Régent. Il aurait tout de suite noté sa réaction. Puis, elle le savait, c’était justement pour apercevoir une réaction de sa part qu’il disait cela. Mais cela faisait tout de même de l’effet d’entendre de telles paroles. Tout simplement parce qu’elle ignorait si c’était réellement la vérité ou il disait cela pour lui tendre un petit piège. Elle se devait de ne pas réagir de la manière dont il l’attendait. Elle comprit aussitôt qu’elle ne pouvait même pas vérifier la réalité de ses dires puisqu’elle était surveillée et le Régent saurait tout de suite qu’elle s’inquiétait.

Oui, elle s’inquiétait. Parce que Marius ne lui avait pas semblé aussi dangereux que le prétendait le Régent. Mais peut-être avait-elle tort. Elle l’avait plutôt vu comme un homme courageux mais qui n’était en aucun cas fait pour le métier de terroriste. Non, il était trop faible pour cela. Pendant des jours et des nuits, Eleanor avait réfléchi à un moyen de le dissuader et de faire en sorte qu’il se remit dans le droit chemin. Mais elle laissa tomber finalement puisqu’elle comprit qu’elle n’y parviendrait pas. Tout simplement parce que c’était son choix mais aussi qu’elle ne connaissait rien de cet homme. Ni sa vie, ni ses relations. Rien. S’il était terroriste, il devait y avoir une raison pour cela. C’était certes triste pour lui, du point de la duchesse, mais tel était son choix. Eleanor ne s’opposerait jamais à son choix. A ce moment-même, la duchesse n’avait plus qu’une seule manière de s’en sortir. Elle devait mentir et entrer dans le jeu du Régent. Elle, qui ne désirait jamais mentir … Elle était en train de faire exactement ce que lui avait conseillé Marius : mentir. Elle s’était battue avec cette idée. Elle ne voulait pas mentir. Pourtant, elle arriva au moment crucial de faire ce choix et de mentir, pour la première fois de sa vie. Malheureusement.

- Vous me voyez bien aise d’entendre ceci, tenta-t-elle de sa voix la plus calme possible tout en montrant un minimum d’enthousiasme. Les terroristes ne méritent pas de vivre puisqu’ils ôtent la vie d’innocentes personnes. S’il a eu le châtiment qu’il méritait, cela me va parfaitement. Je vous suis très reconnaissante.

Eleanor sourit et fit comme si de rien n’était. Elle se sentait pourtant très mal d’avoir mentie. Elle pardonna intérieurement à sa mère pour avoir manqué à son devoir. Ensuite, elle continua de manger. Elle savait bien sûr que le Régent ne s’arrêterait pas là. Il dirait au moins une phrase concernant les paroles de la duchesse. Elle attendait tout simplement ce qu’il lui dirait. Elle essayait aussi de voir ses réactions pour savoir s’il avait cru ou non ce qu’elle venait de lui dire. Elle doutait qu’il en fût convaincu totalement. Maintenant, elle se devait de toute façon de lui montrer à quel point elle « haïssait » les terroristes. Bien qu’en réalité, elle ne se posât pas vraiment la question. A quel point elle était heureuse que Marius fût capturé. Bien qu’en réalité, elle ne s’en réjouissait pas le moins du monde. La seule façon de savoir la vérité, était bien évidement de demander au Régent. Eleanor n’avait pas envie de lancer le sujet, mais elle se sentit un peu obligée.

- Je serai d’autant plus ravie si vous me racontiez quand et la façon dont sa capture s’est déroulée et surtout, depuis combien de temps a-t-il reçu son châtiment.

Oui, la seule manière d’en connaître davantage. Elle ignorait si tout cela était vrai ou faux, mais elle faisait comme si elle croyait le Régent. C’était plus que nécessaire. Parce qu’elle le savait, désormais, elle n’aurait plus aucun moyen de rencontrer Marius et de lui parler s’il était encore en vie et en liberté … Elle était impatiente de savoir la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mort(e) tragiquement

Uriel D'Arken

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 620
♦ Messages : 2351
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : It's me, Uriel !
♦ Protecteur : The Emperor Protects !
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 29

"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Vide
MessageSujet: Re: "Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel]   "Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] EmptyJeu 11 Nov - 20:03

Elle ne s'en sortait pas mal. Son père lui donna une bonne éducation. Cela dit, Uriel était tout de même d'avis que son ami Ulrich et son serviteur Émile, pourraient lui apprendre plus de choses encore. Les deux albinos lui enseigneraient sans doute ce qui était nécessaire pour régner et pour vivre parmi les nobles. La cruauté et la perversion, sous toutes ses formes. Le Haut Prêtre doutait de l'authenticité de cet intérêt d'Eleanor pour le sort de Marius de l'Ombrage. D'autres se réjouiraient de la souffrance d'autrui. Comment monter sur le trône et regarder le peuple, alors qu'on compatit ? Il y a de quoi devenir malade. Non... Il faut rester indifférent, mais cela n'est pas naturel. Alors, le malheur des autres devient plaisant. Pour finir, on prend goût aux tortures et à cette domination qu'on exerce sur ceux qui nous entourent. L'Église prônait la loi du plus fort. Les siècles de paix ont transformé les sorciers assassins en scribes, mais Ishtar était régie par la Loi de celui qui savait se montrer fort. Ezhekiel était un Walhgren, un descendant de l'Ombre, un saint, un être exceptionnel. Et son plus fidèle conseiller ne voulait pas d'une demoiselle si douce et gentille à ses côtés. Le Prince Héritier lui-même avait la tête pleine d'histoires de combats et de batailles, menées par ses ancêtres. Son règne s'annonçait difficile, mais plein se voulant glorieux. La violence allait sans doute être utilisée. Et il était hors de question de laisser une personne si gentillette trainer dans les pattes du monarque.

Si elle était telle qu'il la voyait, c'était vraiment mal parti pour elle. Mais la duchesse se défendait bien. Elle voulait maintenant savoir ce qui était véritablement arrivé. L'expérience du Haut Prêtre en la matière était suffisante pour inventer une centaine histoires crédibles. Mais il savait qu'elle ne voulait pas connaitre les détails. Elle n'était pas cruelle à ce point. Et on était en train de manger, même si cela causait à cet homme pas mal de soucis. Sa fatigue était vraiment importante. Mais le jeu devenait intéressant et il fallait continuer. Uriel sourit encore, s'imaginant Émile expliquant, ou montrant, mieux encore, à la duchesse ce qu'on faisait aux terroristes capturés... Zélig pourrait sans doute manger en regardant, Uriel y prenait pas mal de plaisir. Mais une fille de la haute noblesse, jamais venue à la Capitale ? Trêve de plaisanteries. Uriel répondit donc.


"Nous sommes à table, mademoiselle. Ainsi donc, je vous dirai uniquement que cela eut lieu il y a trois jours. Et que sa famille le renia. Heureusement que son frère ait pu racheter les crimes de cet être damné. C'est lui-même qui le retrouva et le renvoya à l'Ombre. Il s'agit d'une famille respectable et ce n'est pas une pomme pourrie dans leur verger qui va les empêcher d'accomplir leur devoir envers l'Empire..."

Le Régent but encore un peu dans son verre. Les de l'Ombrage étaient effectivement une famille des plus respectables et Salomon était un grand inquisiteur, bien connu et efficace. Il tuerait sans doute son frère. Aucune importance en ce moment. Marius était un être furtif, rapide, mais peu dangereux, au final. C'était le genre à essayer et à ne pas réussir. Pas comme cette satanée créature au masque à gaz... Celui-là, on aurait jamais dû lui rendre sa liberté. Mais les yeux doux d'Ezhekiel empêchèrent le Régent de faire ce qu'il jugeait juste. Peut-être que le garçon avait envie de jouer, d'avoir des ennemis à combattre pour plus tard ? Si oui, une impératrice compatissante allait être un boulet à sa cheville et certainement pas un soutien.

Revenons à nos moutons. Uriel passa à l'attaque. Baissant la tête, s'intéressant à son assiette et avant de prendre une nouvelle bouchée, il présenta une autre demi-vérité, sur un ton plutôt détaché, à la duchesse :


"Je crains ne pas être fait pour diriger ce pays. Notre Prince a heureusement sa vision de notre avenir à tous et il aura tous les pouvoirs pour débarrasser notre Empire de ce genre d'individus qui le pourrissent... Quel dommage qu'il ne soit pas très en forme en ce moment... Enfin, il sera remis bien avant son couronnement..."

Et voilà, le sujet crucial venait d'être abordé.

_________________
"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Ezhekiel "Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Zelig"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Emile"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Ulrich"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Lao
"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Chat10"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] 00410"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] 00310"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] 00212
"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Ssacho10"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Indi10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberumarbitrium.net
Mort(e) tragiquement

Eleanor van Lähre

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 379
♦ Messages : 449
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Méfiez-vous de l'eau qui sommeille ...
♦ Protecteur : Personne
♦ Date d'inscription : 22/07/2010
♦ Age : 27

"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Vide
MessageSujet: Re: "Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel]   "Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] EmptyVen 10 Déc - 17:08

Spoiler:
 

Ils étaient à table. C’était pour cette raison que le Régent ne voulait pas lui dire le sort qui avait été réservé à Marius. Bien sûr, Eleanor imaginait bien pourquoi. Elle n’était pas naïve. Un terroriste méritait le pire sort : la mort. Certainement même par la souffrance. Et il y avait de nombreux moyens pour qu’un homme souffrît avant la mort. Eleanor reconnut qu’il n’était probablement pas le moment pour le Régent de lui raconter une des manières dont un homme avait pu mourir. La duchesse ne l’aurait pas supporté. Elle détestait voir les autres souffrir et la mort de sa mère lui avait suffit. Depuis, elle ne peut pas écouter les autres qui parlent de cela, en réalité. Surtout à table. Elle hocha la tête pour comprendre et en même temps peut-être, remercier Uriel de ne pas passer dans les détails. Toutefois, elle ne fut pas vraiment satisfaite de la réponse de ce dernier. Il ne disait pas grand-chose. Mais elle apprit tout de même qu’il possédait un frère inquisiteur et surtout, que sa famille était très croyante. Il lui sembla tout d’un coup comprendre un tout petit peu la raison pour laquelle il était devenu terroriste. Enfin, elle n’en était pas sûre et ne pouvait pas non plus le savoir vraiment, mais une hypothèse avait fleurie dans sa tête. Elle se promit alors de le lui demander si jamais elle le croisait encore un jour. Parce que non, elle n’y croyait pas du tout à son arrestation. Elle comprenait la manipulation du Régent. Et quelque part, cela commençait vraiment à la dégoûter. Elle se souvint de ce que sa mère lui avait apprit : dans la noblesse, les manipulations et les trahisons étaient très fréquentes. Eleanor savait que sa mère détestait cela car elle lui racontait à quel point les personnes qui complotaient étaient mauvaises. Mais également que l’Eglise ne semblait pas aussi « réglo » qu’elle ne le disait.

Puis, alors qu’elle buvait une gorgée d’eau, le Régent changea de sujet. Il parla enfin de la maladie de l’Empereur. Ce qu’Eleanor attendait depuis le début. Pour connaître enfin la vérité. Mais elle comprit tout de suite qu’elle ne pourrait pas saisir tout car le Régent ferait probablement en sorte de révéler quelques informations mais pas toute la vérité non plus. L’Empereur n’était donc pas en forme. Il s’était vraiment passé quelque chose. Les rumeurs étaient fondées. Mais à quel point ? C’était désormais ce qu’elle essaierait de savoir bien qu’elle sût qu’elle ne découvrirait pas tout. Mais elle fut tout de même un tant soit peu surprise qu’il passât aussi facilement et soudainement à ce sujet. Elle faillit même s’étouffer avec l’eau. Quand elle réussit à reprendre un minimum ses esprits et pouvoir dire quelque chose, elle regarda le Régent en souriant un tout petit peu. Elle ne voulait pas paraître pour quelqu’un qui se réjouissait de la maladie de l’Empereur. Non, ce n’était pas le cas. Seulement sourire pour sourire. Quelque soit la situation. Comme tous les nobles le faisaient toujours.

- J’ignorai totalement que l’Empereur ne se sentait pas bien, dit-elle avec une voix qui inspirait la pitié et la compassion. J’espère que ce n’est pas trop grave. Qu’il s’en remettra rapidement. Cela pourrait être mauvais pour l’Empire, je suppose.

Elle tentait d’être la plus directe possible. Pour que le Régent comprenne qu’elle désirait en connaître plus. Et surtout les bons détails. Mais bon, elle ne pouvait pas non plus le contrôler donc il pouvait très bien lui dire ce qu’il souhaitait. De plus en plus, elle comprenait qu’elle ne pouvait pas retirer trop de choses de cet homme. Il n’était pas comme tous les autres qui racontaient toujours tout. Il n’était pas comme tous ces imprudents. Bien sûr, c’était tout à fait normal. On lui avait forcément expliqué et apprit à se méfier et surtout, à ne pas dire trop de choses. Sinon, il avait apprit tout seul. De toute façon, ils ne vivaient pas dans le même monde. Ce n’était pas parce qu’ils faisaient partis des « riches » qu’ils pensaient exactement la même chose, que leur vision de l’Empire était la même et qu’ils agissaient de la même manière. Non, au contraire. Il semblait à la duchesse tout d’un coup de saisir beaucoup plus la vie royale. Pour devenir Impératrice, elle devait être beaucoup plus maligne. Plus forte. Si elle voulait atteindre son but et introduire une nouvelle vision dans l’Empire, changer les choses qui devaient l’être, elle devait jouer d’abord. Elle devait faire croire des choses. Alors qu’elle savait, malheureusement, qu’elle était encore trop faible pour cela. Tout simplement parce qu’elle tenait à certaines choses très importantes pour elle. Qu’elle avait promit à sa mère de respecter pour toujours. Quand elle rencontra Marius, tout changea. Aujourd’hui, elle était obligée de rompre ses promesses si elle voulait un monde meilleur. C’était encore un sujet sur lequel elle devait réfléchir davantage.

- Le plus important, c’est sa santé. Sans l’Empereur, ce serait l’anarchie.

Et encore un sujet glissant mais important évoqué. Ou plutôt, une petite « menace ». Il était important que l’Empereur ne meure pas. Sans héritiers pour monter sur le trône, les conséquences pour l’Empire seraient tragiques. L’anarchie s’installerait dès le début et même si quelqu’un d’autre est choisi pour prendre le pouvoir, il ne réussira pas à combattre cette anarchie à moins d’utiliser les militaires. Une guerre serait déclarée avec des morts à la clé. Personne ne souhaitait de telles conséquences. Enfin, ni Eleanor, ni le Régent.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mort(e) tragiquement

Uriel D'Arken

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 620
♦ Messages : 2351
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : It's me, Uriel !
♦ Protecteur : The Emperor Protects !
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 29

"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Vide
MessageSujet: Re: "Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel]   "Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] EmptyJeu 16 Déc - 23:48

Spoiler:
 

Petite menteuse va. Est-ce que Papa aurait-il quand même appris à raconter de pareilles histoires à sa fi-fille ? Difficile à dire. Mais nier que quelque chose ne va pas avec le Prince Héritier... Tout le monde le savait, tout le monde le sentait. Ezhekiel était l'Empire ! Tout être vivant de ce contient devait se soumettre aux lois magiques de ce monde. Uriel et ses prêtres souffraient le martyr, de concert avec les philosophes, pour une fois. Leurs pouvoirs étaient terriblement affaiblies. Lui-même, le plus grand magicien de tout le pays, comme le voulaient la rumeur et son arrogance personnelle, avait du mal avec les mouvements de base... Alors les simples mortels devaient se sentir bien mal. Non... elle se doutait certainement de quelque chose. Il fit donc ce qu'il fallait : il s'enfonça dans son histoire à lui, celle dont lui seul pouvait prouver la véracité.

"Oui... Sa Majesté, le Prince Héritier fut blessé lors d'un de ses cours d'escrime. Rien de grave, mais il en gardera sans doute un souvenir, comme beaucoup de jeunes nobles."

Mauvais pour l'Empire ? Pauvre petite sotte ! Sans lui, il n'y aurait plus d'Empire ! Oui l'anarchie, c'est cela. Le chaos absolu et la fin du monde pour la plupart des théologiens. Un cataclysme, rompant l'équilibre du monde entier. La fin de l'existence... Mais elle ne pouvait pas le comprendre. Trop loin de l'Église et de la magie, elle n'était qu'une noble de province. Très noble, mais de province quand même.

"Ne vous inquiétez pas, il est hors de tout danger. Ce qui n'est pas votre cas..."

Il fit une pause. Encore une gorgée d'eau, une petite bouchée. Mal en point, épuisé et plus affaibli que d'habitude, Uriel commençait à suer. Des gouttelettes se formaient sur son front et collaient à ses belles mèches d'or ou coulaient vers le bas du visage. Il sorti un mouchoir de poche pour mettre un terme à cet aspect physiologique désagréable et reprit la parole, avec plus de détachement, mais une voix qui trahissait qu'il était à bout de forces. Il se demandait d'ailleurs s'il allait pouvoir retourner à son carrosse par ses propres moyens...

"Nous ignorons toujours si ce terroriste avait des complices. Ainsi donc, vous serez encore sous la protection de l'Ombre quelques temps... Le temps de mettre la main sur d'éventuelles menaces pour votre vie..."

Il mentait encore. En ce moment, personne ne surveillait Eleanor. Ou personne en particulier n'en avait l'ordre. Mais le Régent avait déjà une personne bien particulière en tête. Une personne très particulière en laquelle il pouvait avoir confiance. Elle ne se laisserait pas berner par des idées révolutionnaires ridicules. Et elle s'occuperait bien du cas de la petite duchesse et, surtout, de son ami. Nul terroriste n'allait avoir la chance d'approcher l'Empereur pour la seconde fois, sinon démembré. Ni physiquement, ni avec ses pensées impures. Il but encore de l'eau et respira à fond. Bon, c'était maintenant, où il n'allait plus pouvoir se lever. Se mettant debout, appuyé sur le bord de la table, et ayant dit ce qu'il avait à dire, le Haut Prêtre adressa encore quelques mots à la maîtresse des lieux.

"Veuillez me pardonner, duchesse... Il me semble que je sois quelque peu indisposé, malgré vos bons soins... Permettez-moi de me retirer, afin de ne pas vous créer d'ennuis... Je vous remercie pour tout. Et ne vous inquiétez ni pour vous, ni pour notre Prince. Tout ira bien..."

Il sortit, titubant, après qu'elle lui ait dit ce qu'elle avait forcément à dire. Il s'endormit (ou s'évanouit) sur son siège, à peine assis dans sa voiture. Par l'Ombre, que le Prince guérisse rapidement...

_________________
"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Ezhekiel "Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Zelig"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Emile"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Ulrich"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Lao
"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Chat10"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] 00410"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] 00310"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] 00212
"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Ssacho10"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Indi10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberumarbitrium.net
Mort(e) tragiquement

Eleanor van Lähre

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 379
♦ Messages : 449
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Méfiez-vous de l'eau qui sommeille ...
♦ Protecteur : Personne
♦ Date d'inscription : 22/07/2010
♦ Age : 27

"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Vide
MessageSujet: Re: "Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel]   "Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] EmptyVen 17 Déc - 19:35

Quoi ? Blessé lors d’un de ses entraînements d’escrime ? Non, ce n’était vraiment pas possible. Le Régent mentait de plus en plus. Eleanor le remarquait de plus en plus. Et plus il mentait, plus cela l’irritait. A quoi cela lui servait de lui cacher la vérité ou du moins, tenter de la cacher ? Vraiment à rien. Enfin, c’était le point de la duchesse. Mais le Régent forcément ses raisons personnelles. Pourtant, la jeune femme se doutait de plus en plus que ce dernier ne l’appréciait pas du tout et que quelque chose le dérangeait en elle. Et malgré une certaine colère et haine envers le Régent qui commençaient à monter en elle, elle ne pouvait le montrer. Elle devait se contrôler et paraître calme. Bien que ceci fût difficile, elle s’en sortait très bien puisqu’elle savait le faire depuis très longtemps. C’était des choses que l’on apprenait chez les nobles. En plus de tous ces sentiments, elle fut surprise lorsqu’il lui annonça qu’elle était en danger. Ils cherchaient des complices. Non, Marius n’en avait pas. Du moins, Eleanor n’en était pas sûre. Mais elle en était tout de même convaincue. Ce n’était pas possible. Alors leurs recherches, si elles étaient vraies, ne servaient vraiment à rien. Mais la jeune femme ne pouvait rien dire non plus sous peine d’être questionnée et soupçonnée encore plus qu’elle ne l’était déjà.

Tout d’un coup, Eleanor le vit passer un mouchoir sur le front. Ainsi, de la sueur coulait de son front. Cela intrigua la duchesse et piqua au vif sa curiosité. Bien qu’elle n’osât poser aucune question. Cela montrait soit qu’il transpirait très vite, parce qu’il ne faisait pas très chaud dans la pièce, soit qu’il tombait peu à peu malade. Eleanor s’en préoccupa un tout petit peu et était même prête à l’aider. Un instant maternel sembla se réveiller en elle et elle avait l’intention de le prendre sous son aile et lui prodiguer des soins si nécessaire. Mais bien sûr, le Régent restait un homme. Il refuserait probablement. De part sa fierté et son honneur. Il ne voulait tout de même pas paraître faible. Surtout pas devant les autres et encore moins devant Eleanor. C’était un brin vexant à chaque fois que les hommes se comportaient de la sorte. Uriel d’Arken se leva et s’excusa auprès de la duchesse. Il allait partir, c’était sûr et certain. Il ne se sentait plus très bien en présence de la jeune femme. Pourquoi ? Parce qu’il mentait ? Ou parce qu’il était vraiment trop malade et aussi fatigué qu’il le paraissait déjà ? La duchesse l’ignorait. Mais il était aussi certain qu’elle ne pouvait pas se permettre de le retenir plus longtemps. Même si elle désirait en savoir plus. D’un côté, le fait qu’il s’en allait, était probablement une bonne chose. Au moins, Eleanor n’aurait pas à subir encore tous ses mensonges et ses manipulations, qui commençaient à devenir trop voyants. La duchesse se leva également. Elle l’accompagna jusqu’à la porte d’entrée.

- Je n’en doute pas, mon Régent, dit-elle avec une voix douce et un sourire un brin malicieux. L’Inquisition fait toujours son travail avec perfection. Nous n’avons rien à craindre, ceci est certain.

Lécher les bottes. Rare pour la duchesse Eleanor. Mais elle en avait tellement assez de tout cela, qu’elle se devait de le faire tout de même. Une fois que le serviteur avait apporté les affaires du Régent et que ce dernier sortît de l’appartement, Eleanor passa dans le salon dont la fenêtre donnait sur la rue. Elle aperçut alors la calèche royale puis le Régent qui montait dedans. Quand la calèche partit, la duchesse soupira. Elle s’affala alors dans le canapé. Tout d’un coup, il lui semblait qu’elle était trop fatiguée. Pourtant il n’était pas encore trop tard. A cette heure-là, elle allumait en général la cheminée et prenait un livre pour lire. Mais à ce moment-là, elle ne s’en sentait pas capable. Elle demanda à une servante de lui faire couler le bain puis ensuite de l’appeler avant de commencer à préparer le lit pour qu’elle puisse s’endormir. Même si l’eau chaude la reposa, Eleanor pensait toujours et encore à cette visite très surprenante. Ce fut pourquoi elle eut du mal à s’endormir par la suite et surtout qu’elle se réveilla le lendemain avec une impression de grosse fatigue. Elle avait mal dormi également. Et elle pensait encore à la veille. Maintenant, elle était décidée après de longues réflexions. Elle devait retrouver Marius, peu importaient les conséquences.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Vide
MessageSujet: Re: "Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel]   "Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

"Que dire, que faire ? Vous me surprenez ... !" [PV Uriel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ѧ Le Quartier des avancées Ѧ :: Place des Manèges :: Appartement van Lähre-