Partagez | 
 

 N'oublie pas ton sourire pour ce soir si tu sors, un jury t'attend ! Pas le sort ! [PV Eleanor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: N'oublie pas ton sourire pour ce soir si tu sors, un jury t'attend ! Pas le sort ! [PV Eleanor]   Jeu 16 Sep - 19:24

Steack sur ma gueule.

Je suis... très fatigué. Et j'ai un coquard d'une taille conséquente. Assis au bord du fleuve, je regarde l'eau coulé d'un œil, parce que l'autre est trop occupé à me faire mal pour que je puisse voir avec. N'étant pas en mesure de fournir les sacs à vomi, je ne décrirai pas comment cela met arrivé, mais sache que certains aiment frapper et/ou étrangler leurs partenaires.
Attention, à ce stade, je tiens à préciser que je ne suis pas un pauvre martyr victime de la décadence ambiante et mes pauvres ailes blanches arrachées, offertes sur l'autel de la luxure bla bla bla... j'ai treize mois et six jours* bon sang ! J'ai passé l'âge de jouer au petit minet. Franchement, je vis plutôt bien le fait de me faire visiter les fesses pour de l'argent, de la même façon que tu supportes d'être entretenu-e, de te faire ramoner l'usine à Suchard parce que politique, pognon, ou autre connerie. C'est que tu l'assumes pas toi, c'est tout.
Ouais mais bon, je suis humain, j'avais pas signé pour me faire refaire la tronche non plus.

Enfin si, mais c'est pas la partie la plus agréable non plus de la chose – enfin si tu me poses actuellement la question, cette fameuse partie, je la cherche encore. Je suis de mauvaise humeur quoi, en plus, du gratin a demandé à me voir (hors du boulot, gros sale), la duchesse Eleanor je crois, je ne connais pas tous les titres par cœur, surtout quand ils ne vont pas au Fabula Onis (elle n'y a sans doute pas été invité, pas encore). Je sais qu'on provient du même endroit, et que ça a un vague rapport mais... c'est pas limpide. Je suis un peu stressé parce que je ne porte pas les vêtements qu'il convient lorsqu'on converse avec une duchesse, c'est-à-dire que je suis sapé comme au boulot. Si je voulais faire une description précise de ce que je porte, sache que c'est calculé pour faire « je suce mais pas pour un cookie ça coûte cher cher cher même qu'on voit ma fesse droite parce que c'est déchiré mais pas trop non plus c'est fait exprès mais en fait non je suis vulgaire mais pas obscène et même que je coûte cher mais je suis beau mais cher mais ta gueule ».
Autant dire que l'emballage vaut plus que le contenu. Surtout que j'ai un superbe œil au beurre noir

Oui, effectivement, comme tu peux le constater, je suis de mauvaise humeur, mais vraiment. Ça fait voir tout en noir faut que j'arrête. Euh... le fleuve il est joli ? Oui il est joli, je ne le vois pas souvent, quand il passe dans la ville il devient sale et boueux. Un peu à l'écart de la capitale, c'est bien, c'est bleu/vert avec des arbres autour et des cygnes. C'est beau un cygne, même si je me demande comment ça peut ne pas mourir avec un cou pareil.

Je me roule une cigarette, puis je l'allume. Ça rend les dents jaunes et c'est pas bon pour le business, mais j'en ai vraiment trop envie. Je savoure le bruit du papier qui se consume en crépitant quand je tire dessus, et la sensation de plein dans mes poumons à cause de la fumée.

J'me demande ce que je ferais quand je serais vieux... enfin « vieux », moins baisable disons – ça arrivera, ne t'inquiète pas. Ce qu'il me faudrait, c'est quelqu'un vraiment à fond sur moi au boulot, comme ça il m'entretiendra après. C'est ça ou je vis au crochet de mon frère ainé, qui a peut être autre chose à foutre de son argent.
Peu importe, la question ne se pose pas maintenant de toute façon.

* Vingt six ans en sacrificien.
Revenir en haut Aller en bas
Mort(e) tragiquement

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 379
♦ Messages : 449
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Méfiez-vous de l'eau qui sommeille ...
♦ Protecteur : Personne
♦ Date d'inscription : 22/07/2010
♦ Age : 25

MessageSujet: Re: N'oublie pas ton sourire pour ce soir si tu sors, un jury t'attend ! Pas le sort ! [PV Eleanor]   Sam 9 Oct - 8:41

Les nouvelles vont toujours vite au pays. Enfin à Überhal en fait. La duchesse Eleanor était rentrée au palais et avait été tout de suite tenue au courant de toutes les nouvelles. Parmi celles-ci une concernant une famille du nom d’Eis. Ce n’était pas la première fois qu’elle entendait ce nom. Mais elle ne connaissait personne de cette famille. Ils n’étaient jamais venus au palais. Son père ne les avait invités. Il ne les avait jamais reçus pour une affaire quelconque non plus. Elle savait toutefois qu’ils n’habitaient pas très loin du village. La nouvelle la bouleversa tout autant qu’elle l’aurait été si cela était arrivé à une autre famille. En tout cas, tout ceci était bien tragique. Elle apprit aussi, mais seulement par la suite, qu’un des fils Eis vivaient à Ishtar. La capitale même. L’endroit d’où elle revenait. Elle sut aussi que le jeune n’avait pas encore été prévenu. Pour la simple et bonne raison que personne ne connaissait vraiment l’endroit où il habitait et/ou travaillait. Eleanor compatit. C’était vraiment triste. Elle espérait tout de même qu’il serait rapidement trouvé et avertit. Il devait tout de même connaître ce qui s’était passé.

Lorsqu’Eleanor fut priée par son père de retourner à Ishtar, elle se promit de ne pas partir sans avoir trouvé le jeune homme. Elle devait le rencontrer et en même temps lui annoncer cette terrible nouvelle. Une fois arrivée à Ishtar, elle commença donc ses recherches. Elle contacta quelques nobles qu’elle connaissait vaguement et qui habitaient la capitale. Elle n’obtint pas de réponse positive. Voire parfois pas de réponse. Elle se demanda bien pourquoi. Mais bon, après tout, l’homme en question pouvait très bien avoir déménagé. Ou il vivait tranquillement et travaillait honnêtement. Elle ne se posa donc pas plus de questions et continua ses recherches. Ce fut le jour où elle visita le nouvel appartement que son père lui avait acheté près du centre, qu’elle apprit enfin où il habitait. Ou plutôt, travaillait. L’homme qui l’avait renseignée lui avait également dit qu’elle devait faire attention de ne pas se faire voir à aux côtés de cet homme. Cela pouvait lui porter préjudice dans ses futures intentions de devenir Impératrice. Elle ne comprit pas vraiment pourquoi. Mais elle se promit de faire attention tout de même et être prudente. Parce qu’elle n’avait pas envie d’abandonner et le laisser dans l’ignorance.

Eleanor envoya alors une lettre à l’attention du jeune Eis au Fabula Onis. Elle n’avait aucune idée de ce qu’était cet endroit. Mais elle avait juste entendu que beaucoup de nobles le fréquentaient régulièrement. Pour le plaisir. Elle n’avait pas cherché à en savoir davantage. En tout cas, elle avait donné une date, une heure et un lieu. Le lendemain, vers midi au fleuve. Endroit à l’extérieur de la ville. C’était mieux ainsi. Quand elle arriva enfin sur le lieu, il était déjà là, assis à regarder le fleuve. Il avait un œil au beurre noir et des vêtements étranges. Eleanor fit abstraction de tout cela bien qu’elle fût préoccupée par l’œil au beurre noir. Elle vint s’asseoir à côté de lui.

- Vous allez bien ? s’inquiéta-t-elle. Au fait, bonjour. Je suis la duchesse Eleanor van Lähre, ajouta-t-elle par la suite. Ravie de vous rencontrer.

L’était-elle vraiment ? En tout cas, c’était une formule de politesse. Que tous les nobles, sans exceptions utilisaient. Puis pour l’instant, elle réfléchissait à la meilleure façon de commencer la conversation. Si elle révélait ce qu’elle désirait dire tout de suite, elle ignorait comment il réagirait. Cela pouvait le révolter. Il valait mieux attendre quelques minutes avant de le lui annoncer. Enfin, c’était ce qu’Eleanor pensait. Pendant ce temps, comme toujours, elle souriait. Elle souriait toujours pour faire une bonne première impression sur chaque personne qu'elle rencontrait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: N'oublie pas ton sourire pour ce soir si tu sors, un jury t'attend ! Pas le sort ! [PV Eleanor]   Sam 9 Oct - 13:22

En entendant du bruit derrière moi, j'ai balancé mon steack dans le fleuve. Déformation professionnelle. De même, sans même la connaître, ou sans savoir pourquoi elle voulait me voir, j'ai plaqué un grand sourire sur mon visage tuméfié (parce que c'est toujours la joie de voir un micheton), et j'me suis immédiatement levé pour faire une révérence (même si j'ai l'impression d'avoir fait du rodéo sur une baleine à bosses tellement j'ai mal au cul). Ouais bah c'est une duchesse, un grade carrément au dessus du mien, puis le micheton aime bien qu'on reconnaisse sa toute puissance (certes, elle n'en est pas un, mais déformation professionnelle te dis je). Comme elle a l'air inquiète devant mon œil, je pose bêtement ma main devant pour le cacher.

- Je vais très bien, ne vous inquiétez pas, excusez moi, un bête accident de mansarde.

Premier truc qui m'est passé par la tête niveau mensonge. J'ai même calé des excuses au milieu pour avoir offensé ses yeux (magnifiques, faut bien le dire). Elle correspond bien à tous les clichés de ma province natale au niveau du physique, jusqu'aux cheveux d'un bleu léger. Des hanches superbes, une taille fine et une poitrine qui a l'air d'ignorer les effets de la gravité (et puis un visage tout mignon, accessoirement). Tu veux du potin secret que peu de personnes au monde sont au courant ? Je suis hétérosexuel, mais chuuuuut. C'est pour ça que je relève ces courbes magnifiques, et viens pas faire de parallèle avec mon emploi, ça n'a strictement rien à voir ! C'est du boulot ! Mais c'est vrai que je vais pas trop me vanter de ça au Fabula Onis, quand même. Ça ferait une peu désordre. Somme toute, je suis ce que tu veux, mais une bite ça m'a jamais fait rêver (ben oui, ça arrive).
Bref, je me lance dans les salutations d'usage quand tu es face à une duchesse en passe en devenir Impératrice (quand le morveux grandira et tout l'afflux d'hormones qui en découlera), qu'on pourrait synthétiser comme ça : « ravi également de vous rencontrer mademoiselle Van Lähre, puis je vous lécher les pieds tellement je suis impressionné de votre magnificence ? Votre beauté sculpturale doublé de l'intelligence qui suinte des trois phrases que vous avez dit me rend tout chose »*. Question d'habitude, ne sois pas admiratif, je suis un super bon lèche-boules. Quand on a qu'un seul talent, autant l'utiliser à fond.
J'utilise mon expression faciale numéro 34, un sourire mi-gêné mi-séduit avec regard par en dessous. La main sur l'œil en plus, ça devrait me donner l'air vulnérable. Ne m'en veux pas de me comporter comme ça, c'est une question d'habitude, je suis pas méchant. Si j'en avais une, je le ferait avec ma grand mère aussi tu sais. Puis je suppose qu'Eleanor est au courant que je suis pute, elle ne m'en tiendra pas rigueur, on attend d'une pute d'être maniérée à fond (ainsi que d'avoir une fesse et le nombril à l'air, mais bon, sur ce coup là je me sens pas de me vanter).

Je me demande tout ce même ce qu'elle me veut (je n'ose imaginer quelque chose de sexuel), je suppose que c'est à propos de notre province commune, je vais tenter une ouverture dans ce sens :

- Vous apportez des nouvelles d'Uberhäl ?

J't'avouerai que le coté inattendu de la rencontre me rend pas très volubile, mais laisse moi un petit tour de chauffe et c'est toute la puissance de mes bavardages incessant qui va te tomber sur le coin de la gueule.

* Évidemment, il dit pas ça mot pour mot hein !
Revenir en haut Aller en bas
Mort(e) tragiquement

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 379
♦ Messages : 449
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Méfiez-vous de l'eau qui sommeille ...
♦ Protecteur : Personne
♦ Date d'inscription : 22/07/2010
♦ Age : 25

MessageSujet: Re: N'oublie pas ton sourire pour ce soir si tu sors, un jury t'attend ! Pas le sort ! [PV Eleanor]   Sam 9 Oct - 13:58

La question n’étonna pas du tout la duchesse. En fait, elle s’attendait à une telle question. D’un côté, pour quelle autre raison serait-elle là, assise près de lui ? Pour quelle autre raison aurait-elle cherché à le rencontrer ? Si elle n’avait rien de particulier à lui annoncer, elle n’en serait certainement pas là. Elle n’aurait pas eu l’idée de lui dire tout ce qui s’était déroulé à Überhal pendant son absence. Pendant qu’il se la coulait douce ici à Ishtar. Même si Eleanor plaignait ce qui était arrivé à la famille Eis, elle estimait également que cet homme avait eu de la chance. S’il était resté à Überhal, il aurait subi le même sort. On pouvait dire en quelque sorte, que la capitale l’avait sauvé. L’avait éloigné de tous les malheurs qui existaient en Überhal. Bien sûr, désormais il ne serait pas facile d’annoncer la nouvelle. Eleanor n’avait jamais eu à le faire. Elle ne savait donc pas comment elle pouvait s’en sortir. Mais il fallait bien le faire. Il fallait bien s’y lancer. Elle y arriverait, elle en était certaine. Elle espérait le lui dire tout en communiquant tous les regrets pour lui qu’elle ressentait.

- Oui, des nouvelles d’Überhal, réussit-elle à dire après avoir poussé un long soupir pour se donner du courage. Je vous ai contacté en effet pour vous donner quelques nouvelles.

Eleanor se disait bien qu’il devait recevoir des lettres de la part de sa famille, tout de même. Et lui, en envoyer. Elle savait que ce sera le seul moyen de communication avec son père lorsqu’elle deviendra Impératrice et devra vivre dans le palais d’Ishtar. Elle n’aura pas le choix. Il devait bien faire de même, non ? Toutefois, Eleanor ignorait la fréquence avec laquelle il envoyait et recevait les lettres. Parce qu’il avait peut être remarqué qu’il n’en recevait plus ? Ou peut être pas. Cela dépendait vraiment de cette fréquence.

- Recevez-vous encore des lettres de vos parents ou pas ?

Elle ne voulait pas s’attaquer à la nouvelle tout de suite. Non, il fallait attendre. Elle ne se sentait pas encore prête à tout révéler sur le champ. D’ailleurs, elle commença à ressentir un malaise accompagné de tristesse. Probablement parce qu’elle ne savait pas encore comment elle lui dirait tout. Les paroles qu’elle prononcerait. Mais peu importait pour le moment. S’il n’était pas naïf, il comprendrait certainement par cette question que quelque chose était arrivé. Ainsi, il poserait lui-même la question. Puis elle le lui annoncerait. D’un autre côté, peut-être allait-il simplement lui répondre et attendre que la duchesse poursuive son discours. Pendant ce temps, Eleanor tentait de fuir son regard. Elle observait le fleuve qui coulait tout doucement. Qui suivait le cours de son chemin. Elle ne désirait pas croiser le regard du jeune homme. Sinon, elle se rendait compte qu’elle devenait de plus en plus gênée et mal à l’aise.

Puis, fallait bien l’avouer, la façon dont il était habillé ne lui plaisait pas du tout. Elle se demandait bien quel genre de travail il effectuait pour devoir s’habiller de la sorte. Porter de tels vêtements. A moitié déchiré. A moins qu’il n’ait pas d’argent et qu’il devait vivre pauvrement. Mais Eleanor en doutait. Parce qu’il semblait propre, comme une personne qui a accès à l’eau pour se laver et il ne sentait pas mauvais comme tous les mendiants qu’on pouvait rencontrer dans les rues de chaque ville. Quand Eleanor en eut assez de regarder l’eau et le soleil qui donnait une couleur argentée à certains endroits, elle plongea cette fois-ci son regard vers la terre et l’herbe. Elle fixa un point où elle avait remarqué de petits insectes qui marchaient tranquillement, inconscients de tout ce qui se déroulait sur cette terre. Puis elle dit soudainement :

- J’ignore si vous avez remarqué ou non, mais ils ne vous écrivent plus.

Elle soupira et sentit à nouveau la tristesse l’envahir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: N'oublie pas ton sourire pour ce soir si tu sors, un jury t'attend ! Pas le sort ! [PV Eleanor]   Sam 9 Oct - 16:02

HJ / Heureusement que tu réponds pas vite genre limite il fallait annuler le rp, sinon j'aurais peur.

Elle a le regard fuyant, elle fait exprès d'éviter le mien (je fais attention à ce genre de détail, oui). Je sais pas comment interpréter ça parce que d'habitude, je suis pas avec des gens très subtils dans leurs intentions. Ma main (indéniablement masculine, mais avec les ongles manucurés) glisse sur ma nuque pour tripoter la sangle du collier de chien que je porte (j'vous jure hein). Eleanor a pris soudain une expression contrite. Sa gêne ne provient donc pas d'une copulation qu'elle aurait du mal à amener sur le tapis, elle a l'air... plutôt triste.
Elle me pose une question sur mes parents, j'abandonne mes poses et je la regarde d'un air mi-étonné mi-interrogateur. Mes géniteurs, c'est pas vraiment une question que j'aborde souvent avec un autre noble.

- Oui euh... bien sûr, la dernière date d'un mois.

J'leur écris pas si souvent que ça, d'une parce que je peux pas montrer des liens si importants avec mes parents (leur réputation tu comprends), et de deux quand tu peux pas parler du boulot qui te prend vingt trois heures par jour, ça limite fortement la conversation. « Ouais machin m'a péter la rondelle, c'était atrocement douloureux, j'ai l'anus en chou fleur et tout l'arrière défoncé déchiré au bélier ! Mais j'ai touché un gros paquet ! Et je parle pas que d'argent ! Et vous ça va ? », tout de suite, ça peut être gênant. En général je commente les nouvelles qu'ils me donnent (mes neveux sont un sujet qui me passionne). Mais bref, c'est vrai qu'un mois, c'est long l'un dans l'autre (surtout que j'ai pas spécialement d'amis à la Capitale) et surtout... elle me dit ça sur ton...

- Oh.

Petite syllabe toute triste. Je fronce les sourcils d'un air alarmé, et je m'assois sur le tronc renversé. Je sens que la suite des événements me donnera raison sur ce dernier acte : les trucs tristes se réceptionnent mieux quand on a pas en plus à géré la station debout. Un petit blanc s'installe, je suppose qu'elle attend que je pose la question, pour ne pas avoir à me l'annoncer tout d'un bloc. Faisons lui plaisir :

- C'est par rapport à... mon travail ? Ils ne veulent plus me parler ? Ils m'ont renié ? Déshérité ? - oui parce que je suis censé pas sortir les mains dans les poche à leur enterrement – c'est quelque chose en rapport ? Devant son air perdu, j'en conclu que c'est pas ça. Ou alors l'un d'eux est mort ? Ou mon grand frère ? Mes neveux ? MAIS QUOI BORDEL ?

Devant l'effondrement que subit son visage, je prends l'air de plus en plus effaré au fur et à mesure que je parle pour finalement finir avec toute la détresse du monde au fond des yeux. C'est son expression faciale qui m'amène à ça, putain d'empathie de merde développée à force d'essayer de deviner qui est passif et actif. Je me lève, et après quelques cent pas nerveux, je la prends par les épaules pour la secouer comme un prunier (vu les circonstances, tu m'excuseras hein). Je comprends pas encore, j'ai pas envie de comprendre, mais y a un vieux suspens qui s'installe et une pierre qui me tombe lourdement au fond des entrailles. C'est plus le temps de rire, je le devine, et tous mes petites activités déconnectées du monde n'ont plus aucune réalité, je deviens l'homme traqué qui va se prendre un gros pain dans la gueule sans savoir d'où ça va venir.

- MAIS PUTAIN VOUS ALLEZ LA CRACHER VOTRE PASTILLE !

Je lâche mes doigts crispés de ses épaules. Je suis à peu près sûr qu'une lois quelque part me condamne à mort pour avoir secoué comme un furieux la Duchesse van Lähre éventuelle future Impératrice.
Revenir en haut Aller en bas
Mort(e) tragiquement

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 379
♦ Messages : 449
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Méfiez-vous de l'eau qui sommeille ...
♦ Protecteur : Personne
♦ Date d'inscription : 22/07/2010
♦ Age : 25

MessageSujet: Re: N'oublie pas ton sourire pour ce soir si tu sors, un jury t'attend ! Pas le sort ! [PV Eleanor]   Sam 9 Oct - 17:33

Il pose les questions. Les mauvaises. Mais il se rapproche de la vérité. Tout doucement. Eleanor, pourtant n’arrive toujours pas à ouvrir sa bouche. Elle voudrait parler mais aucun son ne sortira, elle en était totalement sûr et certaine. Pourtant, elle savait aussi qu’elle devait lui dire. Elle n’avait jamais pensé que cela pouvait être si dur à dire. Cela lui remémorait cette nuit horrible où elle-même avait perdu sa mère. C’était pour cela aussi qu’elle se trouvait dans l’incapacité de parler. Plus il posait des questions, plus son visage s’assombrissait. Eleanor fixait toujours la terre. Avec une telle intensité qu’on aurait pu croire qu’elle désirait entre-apercevoir les entrailles même de la terre. Mais l’homme se leva et fit les cents pas. Puis, il ne put tenir plus longtemps. Il prit la duchesse et la secoua. Eleanor ne réagit pas. Elle sentit tout d’un coup les larmes qu’elle refoulait jusque là lui monter aux yeux. Elle fixa pour la première fois les yeux du jeune homme. Elle ne détourna pas le regard cette fois-ci. Comme si elle le défiait. Mais ce n’était pas du tout un défi.

Elle ne savait pas s’il l’avait lâchée parce qu’il avait aperçu les larmes. En tout cas, il avait du se rendre compte que son acte n’avait pas été approprié. Qui aurait l’audace de secouer une duchesse ? Voire une future Impératrice ? Personne. Mais lui, il l’avait fait. Eleanor ne lui en voulait pas du tout. Elle comprenait la situation et savait que c’était un moment très difficile. Les paroles prononcées également. Ce n’était pas du tout important pour Eleanor. Elle ne s’en préoccupa pas du tout. Elle ne commenta pas. Elle n’avait pas l’intention de commenter. Puis soudainement, elle soupira, baissa la tête pour regarder à nouveau la terre. Une larme coula et tomba sur l’herbe.

- Votre famille est morte.

Un nouveau spasme. De nouvelles larmes. Eleanor n’arrivait pas à se contrôler. Elle n’avait jamais imaginé qu’elle réagirait de la sorte une fois devant lui. Quand elle avait apprit la nouvelle, elle avait été très touchée. Elle s’était renseignée. Mais elle n’avait pas pleuré. Aujourd’hui, les larmes venaient tout simplement. Elle n’y pouvait rien. Elle s’essuya avec un mouchoir qu’elle possédait sur elle toujours. Son maquillage avait du couler puisque sur celui-ci, il y avait des tâches noires. Tant pis. Peu lui importait à cet instant. Elle pleura à nouveau. S’essuya encore une fois.

- Je … je suis désolée, arriva-t-elle à balbutier pendant qu’elle sanglotait. Mes sincères condoléances.

Le plus dur était passé. Il ne lui fallait plus que raconter comment tout cela était arrivé. Bien sûr elle trouvait cela déjà plus facile à annoncer. Mais pour l’instant, elle préférait attendre un petit instant. Le temps qu’il digérât un peu la nouvelle. Trop concentrée sur ses larmes et sur la terre qu’elle regardait, Eleanor ne remarqua pas la réaction du jeune homme. En tout cas, un grand silence s’installa entre eux. Un silence qui pesait lourd. Eleanor n’aimait pas du tout ce genre de silence. Mais elle n’avait pas encore le courage de se lancer dans le récit qu’il attendait probablement. Devait-elle attendre tout simplement qu’il posât la question ? Elle ne savait pas vraiment. Elle tentait tant bien que mal à se contrôler et à arrêter les larmes. Une fois qu’elle réussit à se calmer un peu, elle était prête à lui raconter.

- Je suppose que vous serez intéressé de savoir comment cela s'est passé ?

Question idiote, certes. Mais elle en avait besoin pour se donner encore plus de courage qu'elle n'en avait à cet instant. De plus, elle nécessitait le besoin que cet homme dît quelque chose. Elle ne savait pas pourquoi, mais c'était ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: N'oublie pas ton sourire pour ce soir si tu sors, un jury t'attend ! Pas le sort ! [PV Eleanor]   

Revenir en haut Aller en bas
 

N'oublie pas ton sourire pour ce soir si tu sors, un jury t'attend ! Pas le sort ! [PV Eleanor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ѧ Alentours de la capitale Ѧ :: Fleuve-