AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Qu'est-ce que l'on peut troquer pour un bonbon ? (pv Lawrence)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Marius De l'Ombrage

Marius De l'Ombrage

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 140
♦ Messages : 1058
♦ Âge du perso' : 22
♦ Fiche : Into the Infinity of Thoughts
♦ Protecteur : Une apparente naïveté.
♦ Date d'inscription : 25/05/2010
♦ Age : 27

Qu'est-ce que l'on peut troquer pour un bonbon ? (pv Lawrence) - Page 2 Vide
MessageSujet: Qu'est-ce que l'on peut troquer pour un bonbon ? (pv Lawrence)   Qu'est-ce que l'on peut troquer pour un bonbon ? (pv Lawrence) - Page 2 EmptyDim 12 Sep - 17:03

Rappel du premier message :



Ce fut lorsqu'un marchand s'époumona pour vendre sa marchandise que Marius sortit de sa rêverie, ses songes s'estompèrent aussitôt et il cligna à plusieurs reprises des yeux. De petites tâches colorées lui voilèrent le monde, la lumière du matin l'éblouissait, et il lui fallut quelques minutes pour recouvrer une vision parfaitement claire. Il poussa un soupir en laissant sa tête basculée en arrière, cognant le mur sale contre lequel il s'était assoupi, il laissa les sons l'assourdirent. Il percevait les cris des vendeurs, le bourdonnement des acheteurs négociant un esclave, ou encore les voix criardes des enfants qu'on amenait. Le bruit de la ville lui donna la nausée, tandis que les odeurs de nourritures lui montèrent au nez ; il reconnut les épices, le parfum fort du poisson grillé, ainsi que quelque chose de beaucoup plus doux, quelque chose de suave et qu'il peinait à reconnaître. Le jeune homme connaissait certes ce parfum, mais à qui appartenait-il ? À quoi plutôt ? Il fronça les sourcils, puis haussa les épaules, il n'avait même pas d'argent et il pouvait seulement rêver de mordre dans une chair tendre et chaude. Il mordit sa lèvre inférieure et réprima un petit rire amère, les jours passaient et il comprenait — non sans un humour noir qu'il commençait tout juste à apprivoiser — qu'il se laissait aller souvent au masochisme, comme si raviver la douleur lui devenait agréable. Comme à présent, il prenait une sorte de plaisir sordide à humer l'odeur de la viande grillée et des fruits, alors que son ventre criait famine. En quelques mois — il n’es les comptaient plus, il n'accordait plus d'importance à ce genre de détails —, il avait bien changé ; ceux qui l'avaient connu en tant que nobles, prêts à tout pour satisfaire la cruauté et l'absurdité de sa famille, même jusqu'à tuer ceux qui étaient à présent comme, ceux qui l'avaient jadis connu avant le bouleversement de son existence aurait été incapable de le reconnaître.

Tout juste s'ils avaient prêté attention à la silhouette presque écroulée contre un mur, fatiguée et maigre comme un fil de fer, il était un vagabond comme les autres. Les mauvaises odeurs dut au manque d'hygiène lui était devenu aussi habituelle que la faim, pourtant une petite lueur étincelait dans ses yeux bleus, une petite lueur qu'il n'avait jamais brillé auparavant. C'était l'ombre d'un adolescent qui se tenait là, pas encore tout un fait un homme, cependant en perdant ses illusions, il avait gagné en perspicacité et volonté. Marius ne savait plus s'il avait froid au s'il avait chaud, il suait et frémissait en même temps, il aurait voulu se voir dans un miroir pour rire de lui-même. Ne devait-il pas paraître comique ? Il sourit à cette pensée, la faim et la fatigue le faisaient divaguer. Parfois, il s'enfonçait dans un marasme de souffrance, et lorsqu'il en sortait, il sentait la colère brûler sa raison. Il avait des sortes de crises où son esprit perdait le sens de ses émotions, alors s'apitoyait à cause de ses idées, ou il s'énervait sur l'aveuglément du peuple d'Ishtar. Il se rappelait finalement pourquoi il se battait, et il se calmait et cherchait à raisonner, et cherchait à survivre. Et sa volonté revenait inlassablement, réveillée par les douleurs et les promesses qu'il s'était faîte à lui-même, des promesses qu'il avait du mal à tenir.

Les passants passaient devant lui, avec de temps un autre un regard de pitié pour ce pauvre gamin, il ne voyait que des silhouettes fantomatiques que tantôt il aimait, tantôt il méprisait. Une mère tenant la main à son petit garçon passa devant lui, elle remarqua le sourire amer sur le visage creusé de fatigue du jeune homme, elle s'arrêta et le dévisagea. Marius sentait ses petits yeux sombres se poser sur ses joues creuses, puis sur son cou et ses clavicules saillantes, sa chemise qui avait été blanche négligeaient ouverte, il savait qu'elle pouvait voir à loisir ses os qui menaçaient de déchirer sa peau. Fermant les yeux, il la laissa l'examiner d'un oeil critique et mauvais que ce soit ses vêtements sales, mal boutonnés ou bien ses cheveux gris tombant en épis sur ses épaules, pas coiffés depuis quelque temps. Il faillit lui rire au nez, mais elle partit en expliquant à son fils que s'il n'écoutait pas ses parents, ne travaillait pas bien et se montrait méchant avec autrui, il finirait comme lui. Marius fut secoué d'un petit rire bref, qu'est-ce qu'il s'en foutait désormais ! Quelques jours auparavant, il avait fini par avoir le Vicomte, ce sale type qu'il avait éborgné dans un piètre attentat où il avait rencontré la Duchesse Van Lähre. Il avait vendu les boutons en or de ses manchettes pour trouver suffisamment d'information, il avait songé les utiliser d'une autre façon, mais au moins il était parvenu à ses fins. À l'heure où il laissait la faim gagner contre sa raison, ce salopard avait rejoint l'Ombre, tandis que son corps était abandonné aux vers. Comme un enfant que se remémore une fête d'anniversaire, Marius se remémorra comment il l'avait eu. Il avait appris que ce type allait régulièrement acheter ou vendre des Objets ou Hybrides au Marché Noir, alors il avait attendu qu'il soit occupé à négocier pour lâchement l'assassiner alors qu'il ne pouvait se défendre. Un carreau envoyé soigneusement dans la nuque, transperçant sa gorge dans une explosion de sang. Il était parvenu à s'enfuir avant de se faire repérer, contrairement à ce qu'on aurait pu penser de lui, Marius n'avait ressenti aucun regret. Au contraire, il était satisfait d'avoir (enfin) réussi à tuer cette enflure. Il avait pris plaisir en entendre les rumeurs, alors que personne n'avait su qui l'avait tué.

Alors même si à cet instant il paraissait plutôt pitoyable, Marius était plutôt heureux. Oh ce n'était pas une joie saine, loin de là, c'était celle du meurtrier ayant enfin fait une victime. Pourtant, il savait qu'il lui faudrait peu de temps avant de retomber dans ses habituels tourments, mais pour l'instant, il savourait cette victoire. Elle ne serait que de courte durée, alors il en profitait. Soupirant à nouveau, Marius se releva tant bien que mal en chancelant, ses yeux venaient de rencontrer une friandise rouge et ronde, sentant bon le sucre et le miel, son ventre grogna et il haussa un sourcil. S'il ne mangeait rien, qu'est-ce qu'il deviendrait à part un squelette ? Ou un cadavre que des Scientifiques prendraient plaisir à ouvrir ; il grimaça puis s'avança vers ce même petit garçon qui tenait la friandise avec sa mère qui discutait de tout et dire avec le vendeur. S'il volait la friandise au gamin, celui-ci allait aussitôt se mettre à pleurer et il était découvert, s'il volait directement dans l'étalage le résultat serait à peu près le même. Que faire ? Avec le peu de force qui lui restait, il ne pourrait pas s'enfuir. Que faire ? Soudain, il eut une idée et chercha l'arbalète qu'il cachait sous ses vêtements, il n'eut pas le temps de trouver un carreau que quelqu'un intervint pour faire il ne savait trop quoi.

Non, il n'avait pas eu l'intention de troquer son arbalète contre la friandise qu'il, mais plutôt de créer une diversion pour s'en emparer. Au moins, personne ne pouvait lire dans son esprit, c'était déjà ça.
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Lawrence Ashford
† Inquisiteur †

Lawrence Ashford

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 357
♦ Messages : 118
♦ Âge du perso' : 28
♦ Fiche : Mort aux hérétiques !
♦ Date d'inscription : 10/09/2010
♦ Age : 30

Qu'est-ce que l'on peut troquer pour un bonbon ? (pv Lawrence) - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Qu'est-ce que l'on peut troquer pour un bonbon ? (pv Lawrence)   Qu'est-ce que l'on peut troquer pour un bonbon ? (pv Lawrence) - Page 2 EmptyLun 27 Sep - 22:32

Marius avait bel et bien compris que Lawrence n'aimait pas être remis en question. S'il lui prêtait sa veste ce n'était certainement pas pour que ce geste soit refusé. Savoir profité des occasions qui nous sont offertes est quelque chose de si simple pourtant. L'inquisiteur lui rendit un petit hochement de tête pour lui signifier que ce geste ne représentait pas grand chose et que les remerciements étaient inutiles.
Puis vint cette question. Dans le genre "Je veux te connaître plus" on fait pas mieux. Mais ce n'était pas la faute du gamin, c'était celle de monsieur Ashford qui avait un peu trop parler en disant qu'il venait d'une province bien plus froide. Normalement, il s'abstint de parler de sa personne. Nul besoin de se faire connaître par les autres et nul utilité que de transmettre des informations personnels. Toutefois, il aurait été malvenu de ne pas y répondre... et puis, que pouvait bien faire un gamin sans le sous comme Marius avec une telle information ?

- Je viens de Gells.

Tout simplement.
Cette province glaciale et peu accueillante, réputé pour son taux de mortalité toujours en hausse et ses meurtres violents. Pourtant, rien d'une enfance troublante ne paraissait sur son visage pâle mis a part un certain manque d'émotivité. Lawrence n'accordait aucune importance quant aux origines des autres. Parfois pratique pour la chasse mais inutile en terme de relation sociale. Car les préjugés ne font pas bonne entente. Aussi préféra t'il ne pas lui retourner la question et répondre à la suivant sur ce même ton neutre.

- Cette province est souillé... mais elle finira bien par être resplendissante.

Trop d'hérétique... mais les inquisiteurs sont là pour redresser la chose et ainsi rendre Ishtar plus calme et plus harmonieuse. L'Église et l'Ombre veille sur la prospérité de l'Empire. Sans le grand Uriel d'Arken, le petit Empereur se serait fait dévorer tout cru par les autres provinces. Donc l'équilibre était rendu grâce à la foi. Aucun doute. Toutefois, Lawrence évita d'entrer dans un grand discours qui rendait l'Ombre surpuissant. Ça serait trop marquant et briserait sans doute l'image de simple citoyen qu'Ashford se donnait. Exposer son rôle ne faisait pas partie des choses qu'il pouvait se permettre. Les Inquisiteurs ne sont que des ombres au service d'Uriel. Sortir de la masse n'était pas vraiment une bonne chose tout comme le fait de s'attacher aux simples passants tel que Marius... Si cette conversation venait à s'approfondir Lawrence devra s'écarter du jeune homme. Ne soyons pas trop curieux les amis.

Pensif, le jeune Inquisiteur croisa les bras sur son torse, ses yeux vert pommes se tournèrent vers le ciel gris. Cette contemplation était un délice mais cette fois, il tâcha de ne pas s'y perdre. La pluie -contrairement à la neige- ne faisait pas que cacher les corps morts sous d'épaisses couche de glace, elle purifiait. C'est à se souvenir qu'une nuit la version plus jeune de Lawrence avait eu la trouille de sa vie en sentant une main froide sur son petit mollet, sorti de la neige dans l'une des ruelles de sa province... Belle image, mais belle frousse aussi ! Préférant oublier ce passage humiliant de sa petite vie, il en revint vers ce jeune Marius. Un jeune homme malheureusement négligé qui semblait intelligent et trop curieux à la fois. Potentiel danger si jamais il se trouverait du mauvais coté... mais heureusement pour ce dernier, sa maladresse et ses attitudes de gamin déroutaient les sens d'Ashford. Marius n'avait pas totalement se portrait de "danger publique" sur le front. Il ressemblait d'avantage a un petit chiot abandonné sous la pluie avec un écriteaux disant "Adopt me".

- Et vous, que pensez-vous d'Ishtar ?
Revenir en haut Aller en bas
Marius De l'Ombrage

Marius De l'Ombrage

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 140
♦ Messages : 1058
♦ Âge du perso' : 22
♦ Fiche : Into the Infinity of Thoughts
♦ Protecteur : Une apparente naïveté.
♦ Date d'inscription : 25/05/2010
♦ Age : 27

Qu'est-ce que l'on peut troquer pour un bonbon ? (pv Lawrence) - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Qu'est-ce que l'on peut troquer pour un bonbon ? (pv Lawrence)   Qu'est-ce que l'on peut troquer pour un bonbon ? (pv Lawrence) - Page 2 EmptyMar 28 Sep - 19:39

- A peu prés la même chose que vous, la Capitale renferme tout ce que le monde a de plus pourrie.

Marius n'ajouta rien d'autre, considérant que sa réponse était suffisamment claire, Ishtar ne lui inspirait plus le renouveau de son enfance. A cette époque, le jeune homme avait eut beaucoup de joie à venir ici, originaire d'une minuscule province gouverné par la rigidité propre au fanatsime, il n'avait pas réellement eut le loisir de découvrir le monde. Encore aujourd'hui, Marius se souvenait de cette sombre et froide nuit d'hiver, où il avait posé un premier pied dans Ishtar. Son corps entier se souvenait de toutes ces sensations qui l'avaient envahie, une angoisse terrible annonçant les autres, ce mélange délicat de fascination et d'effroi, les rues étaient désertes cette nuit-là. Les gens étaient sans doute allé se coucher, alors que sa famille arrivait enfin à destination. Un long et fatigant voyage lui avait écrasé les épaules, pendant que ses yeux bleus n'avaient cessé d'observer ce même Grand Marché où les rares âmes errantes, étaient celles de pauvres démunis luttant pour vivre. En descendant du fiacre, son père et sa mère avaient pris cette même face de dégoût pour un artiste errant, un pauvre enfant talentueux qui ne gagnait que des crachats comme récompense pour son talent, la robe sombre de sa mère et la cape noire de son père s'étaient fondues dans les ténèbres, comme leur demeure qui ne ressemblait qu'à une grande masse informe. Cette nuit avait été semblable à toutes les autres qu'il connaissait désormais, même s'il apprenait à l'aimer, il aimait ces silences et sa douceur, ce voile noir qui cachait la peine des coeurs, masquait les veilles haines enfouies au fond des âmes. Ishtar l'avait changé, transcendé et aidé à grandir, pourtant aucun amour pour cette ville ne lui était venu, aucun sentiment positif. Détestait-il ces changements ? Pas vraiment, Marius haïssait Ishtar pour cette souillure, cette décadence, cette Église tyrannique.

— Je ne suis pas aussi optimiste que vous sur ce point de vue, finis par lâcher le jeune homme après un moment de silence. Ishtar semble avoir toujours été le tombeau des espoirs, le cercueil de la morale et la mère des esprits souillés. Cette ville n'est que corruption, folie, débauche et l'Empereur parait insensible à ce qui se passe.

Cependant, Marius se retint d'ajouter qu'il considérait cet enfant comme un pantin, il savait aussi que beaucoup songeaient comme lui. Peut-être Lawrence le pensait-il aussi, cet homme paraissait savoir prendre les choses sous différents angles, pour mieux façonner sa vision des choses. Évidemment, Marius ne doutait pas que cet homme représentait tout ce qu'il craignait et méprisait, il n'avait pas envie de le savoir au fond. Il préférait se conforter dans cette idée que Lawrence était quelqu'un de bon, calme quoiqu'imprévisible, mais certainement pas un fou furieux prêt à déchiqueter à coups de dents des êtres comme lui. Après tout, les apparences sont les premiers pans de la robe du mensonge, qui peut dire qu'un excentrique ne renferme pas un génie ? Ou encore qu'un homme de bonne maison, plutôt beau et satisfaisant les clichés de la société était réellement ça, et non un fou se régalant du désespoir de ses victimes ? Ishtar lui avait paru au début n'être que le berceau des merveilles, une civilisation plus évoluée et forte que sa petite province, le Nouveau-Monde quelque part, même si c'était un peu tiré par les cheveux. C'était aussi le cimetière des illusions, désillusion sciait à merveille à cette ville gigantesque dans laquelle les âmes fragiles se laissaient aller à la perdition, tandis que les âmes fortes profitaient de leur malheur pour s'enrichir. Sans doute Marius ne voulait pas accepter que Ishtar fût seulement ce que les hommes et femmes en avaient fait, le miroir de ce qui était véritablement humain. Peut-être était-ce naïf, fou ou stupide, mais Marius croyait que l'humain était bon, même si le contraire lui avait été montré à plusieurs reprises. Alors pour fuir cette vérité grotesque, car trop réelle, Marius rendait l'Église responsable de tout ça. Dans cette vision candide et manichéiste, le jeune homme mettait l'Église en tant que Mal Absolue, même s'il n'ignorait pas les nuances du noir et du blanc. Qui pouvait affirmer que certains Terroristes n'étaient pas des révolutionnaires aux coeurs purs, mais plutôt des amoureux du crime ? Le doute lui devenait coutumier, c'était presque bizarre lorsqu'il ne remettait pas tout en question. Au moins, Marius ne voulait pas chanceler et se forçait à croire que Lawrence était juste et bon, différent des Inquisiteurs de sa propre famille, et de ceux qu'ils avaient croisés.

[Hj : désolé, mon post est assez méiocre, je suis un peu fatiguée :/ je me rattraperai au prochain :) ]

Revenir en haut Aller en bas
Lawrence Ashford
† Inquisiteur †

Lawrence Ashford

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 357
♦ Messages : 118
♦ Âge du perso' : 28
♦ Fiche : Mort aux hérétiques !
♦ Date d'inscription : 10/09/2010
♦ Age : 30

Qu'est-ce que l'on peut troquer pour un bonbon ? (pv Lawrence) - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Qu'est-ce que l'on peut troquer pour un bonbon ? (pv Lawrence)   Qu'est-ce que l'on peut troquer pour un bonbon ? (pv Lawrence) - Page 2 EmptyMer 29 Sep - 1:14

Renfermer tout ce que le monde a de plus pourri ? Lawrence ne le voyait pas ainsi. Certes, cette terre était souillé mais les hommes comme lui sont justement là pour parvenir à cette souillure. Rendre ce monde meilleur ! La tête d'Ashford avait été si souvent remplis des mots de l'Église qu'il y manquait de la place. Il ne pouvait accepter ces monstres qui défient l'Ombre, il ne pouvait permettre au premier venu d'ébranler l'équilibre fragile de ce monde ! Un peuple si faible... Avec plus de foi il serait inébranlable. Il va de soi que Lawrence se voyait comme un homme droit et bien œuvrant dans le seul et unique but d'aider l'Ombre et ainsi aider le peuple à vivre mieux... Dans ses gestes il n'y voyait pas un meurtre, il y voyait l'oeuvre de ce qui devait être fait.

Pour lui, son arriver à Ishtar avait été des plus prolifiques. Être rester au fond de Gells l'aurait probablement transformer en simple assassin sans foi ni raison. À Ishtar, un collier invisible entourait son cou et lui disait le chemin à suivre.

Sorti de sa contemplation, il posa ses yeux couleur pomme sur son jeune ami. Que de propos pessimiste. Puis, Lawrence fronça les sourcils. Pas qu'il affectionne particulièrement l'Empereur mais qu'une parjure restait une parjure.

- L'Empereur est jeune et l'Empire est instable mais je crois que ce n'est qu'une question de temps.

Ne pas prendre position, bien qu'instinctivement Ashford ne faisait que prendre du coté de l'Église. Ce n'est pas ainsi que l'on réussit à dénicher les malfrats... Mais encore une fois, il avait baissé sa garde en ne voyant qu'un simple garçon à l'image de chiot abandonné. Cela faisait bel et bien parti des pans de la robe du mensonge. Toutefois, si l'évidence même ce montrerait Lawrence n'aurait aucune hésitation. La pitié ne faisait pas parti de son vocabulaire lorsqu'il s'agissait de scientifique et de terroriste. Les petits voleurs c'étaient limite et même là... La présence de Marius y avait eu un grand rôle.

- Le peuple n'est pas mauvais, il ne sait simplement pas par quoi commencer et où aller.

Tel un berger et ses brebis, se plaisait-il à penser. Si tous et chacun suivrait la doctrine de l'Église, l'harmonie serait parfait. Ce serait si simple et structuré. Chaque jour chacun travaillerais, reviendrait à la maison avec un plat chaud et une épouse aimante... Du moins, cette image parfaitement utopique venait parfois frôler son imagination. Il ne savait pas réellement ce que c'était, cette chaleur humaine... il ne pouvait que l'envier de loin.

- Mais bon... ce ne sont que mes opinons personnels.

Lawrence pensa à clore ce débat. Préférant ne pas en savoir plus de peur d'être déçu par Marius et d'être découvert par la même occasion. C'est pourquoi le ton de sa voix ce voulu sans détour. Rien ne pourrait ébranler sa foi envers l'Ombre, ni l'amour, ni l'amitié et encore moins la famille. Passivement, l'homme passa sa main gauche dans ses cheveux, les ramenant vers l'arrière et laissant l'eau s'étendre ailleurs que sur ses lunettes. Objet d'ailleurs très fâcheux en temps de pluie et d'humidité. Lawrence prit donc soin de les nettoyer avec un pan de sa chemise, d'un sérieux quasiment choquant. Que dire d'un homme qui ne semblait dégager aucune chaleur ?

- Peut-être serait-ce le bon moment pour clore notre rencontre.

Après tout, Ashford n'avait que de minces doutes quant à la réelle identité de Marius. Il ne sert plus à rien de le garder à l'oeil puisque ce dernier semblait être inoffensif. Certes, sa compagnie lui fût tout de même très plaisante mais en tant qu'inquisiteur il serait fâcheux de s'attacher si facilement aux inconnus. Ses yeux se baissèrent sur sa veste puis revint sur le visage du jeune homme. Sur l'instant une question subsistait... Devait-il lui laisser le vêtement ou le reprendre ? Si jamais il avait eu faux sur toute la ligne et que Marius s'avérait être un dangereux criminel et que sa veste était retrouver parmi ces biens... serait-il prit comme un complice ? Son esprit légèrement méticuleux le torturait et faisait en sorte qu'il choisissait la méthode la plus sure.
Sa main se tendit doucement vers son interlocuteur, comme pour lui demander silencieusement de lui remettre la veste. Du moins, si seulement Marius permettait à cette conversation d'avoir une fin...
Revenir en haut Aller en bas
Marius De l'Ombrage

Marius De l'Ombrage

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 140
♦ Messages : 1058
♦ Âge du perso' : 22
♦ Fiche : Into the Infinity of Thoughts
♦ Protecteur : Une apparente naïveté.
♦ Date d'inscription : 25/05/2010
♦ Age : 27

Qu'est-ce que l'on peut troquer pour un bonbon ? (pv Lawrence) - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Qu'est-ce que l'on peut troquer pour un bonbon ? (pv Lawrence)   Qu'est-ce que l'on peut troquer pour un bonbon ? (pv Lawrence) - Page 2 EmptyMer 29 Sep - 19:28

Marius se répéta à plusieurs reprises les paroles de Lawrence, le peuple ne savait pas où aller ? Pourtant, ne recevait-il pas de l'éducation ? N'était-il pas aidé pour s'élever vers la connaissance ? Lawrence parlait-il des brigands et autres ? Lui, il ne songeait pas que le peuple ne sut pas où aller, mais plutôt que la masse se moquait bien du savoir et ne recherchait pas non plus, elle se contentait de suivre un mouvement comme une mode, et rien d'autre. Après tout, c'était la principale caractéristique de la masse, l'important n'était pas la construction et le développement personnel de l'individu, mais de suivre le mouvement dicté par telle ou telle coutume. Marius était arrivé au point où il voyait le peuple, riche comme pauvres, sortir dans la rue avec une morue sur la tête simplement parce que le mouvement aura été lancé, et ceux qui jugeront ça stupide et grotesque seraient mis au ban de la société. C'était de la différence que naissait l'identité, enfin c'était ce que Marius pensait, en était-il aussi pour Lawrence ?

Cette fois-ci, il n'osa lui poser la question, intimidé par les précédents propos de l'homme, il espérait que ce dernier ne fasse pas partie de ces groupes où l'uniformité formait les esprits. Son esprit était certes rigide, il était froid et consciencieux, mais peut-être qu'il était capable de penser par lui-même, quoique Marius eut l'impression qu'il ne cherchait pas à défendre son propre point de vue, mais plutôt le rôle de l'Église dans Ishtar (comme il avait défendu l'Église tantôt, Marius l'avait simplement déduit). Lawrence serait donc pour l'Église, Marius mordit sa lèvre inférieure, la vérité revenait inlassablement le frapper, et inlassablement Marius la rejetait avec violence. S'il défendait certes l'Église, ça ne faisait pourtant pas de cet homme un Inquisiteur ou un Prêtre, le jeune homme préférait le garder en tant que bibliothécaire, répondant lui-même aux stéréotypés qu'il cherchait à combattre, pourtant c'était ce que son âme jugeait préférable. La vérité était trop vive, trop réelle, trop cruelle aussi, Marius préférait l'abandonner lâchement dans un coin de son cerveau, se bercer encore un peu dans ses illusions, c'étaient plus faible et lâche, mais au moins il ne se sentait plus vulnérable.

C'était ça les beaux esprits se cachant derrière leur morale, leur pseudo force éthique, c'était que dés que quelque chose les dérangeaient, les tourmentaient et leur étaient insupportable, puisque ça les concernait directement, ils se cachaient derrière tout un tas de pensées qui se voulaient comme une doctrine philosophique : pour vivre heureux, ils vivaient cachés. La fuite leur était chose aisée, car presque naturelle, c'était souvent un don chez eux, un talent prodigieux qui leur permettait de survivre dans un monde où morale se mêlait parfaitement à sexe et décadence, ils ne voyaient pas tout de façon très claire, ils usaient d'un voile merveilleux qui les accommodaient et les entraînaient dans leur morale toujours plus superbement inexistante. Marius était de ces beaux esprits lâches et courageux, et tant que le jeune homme ne pouvait accepter cette part de lui-même qui aimait voir cette débauche, et désirait même parfois s'y mêler aveuglément et passionnément, il n'arriverait pas à voir Ishtar et le monde avec vérité et perspicacité.


— Euh...

Il fallut quelques secondes à Marius pour sortir de sa rêverie, Lawrence lui tendait la main et dans un premier temps, le jeune homme l'avait effleuré du bout de ses doigts avant de comprendre ce que l'homme voulait ; la pluie venait de cesser, le ciel était toujours gris, mais le froid était moins palpable. Lawrence voulait-il mettre fin à leur conversation ? En tout cas, c'était ce qu'il semblait, alors Marius enleva la veste de ses épaules avec des gestes plutôt délicats, craignant dans un mouvement trop brusque de la froisser, il la rendit dans un sourire à Lawrence et le remercia une nouvelle fois. La rigidité de l'homme avec laquelle il avait nettoyé ses lunettes lui donna une impression de froideur encore plus grande, Lawrence s'était pourtant montré humain. Ça voulait donc dire que sans vraiment le vouloir, Marius avait touché par on ne sait quel miracle toucher le coeur de son bienfaiteur ? Il passa une main sur son visage encore un peu humide, déçu de quitter Lawrence si vite, parler avec lui était loin de lui avoir été désagréable, au contraire. Ça ne lui était pas arrivé depuis un moment de faire une chose aussi simple que de discuter avec quelqu'un. La plupart du temps, Marius vivait dans une solitude quasi religieuse ; il s'était habitué au silence, essayant d'acquérir diverses qualités lui permettant de tuer ceux qui nuisaient à son idéale. Qu'allait être sa future victime ? Ses mains tremblaient rien qu'à cette pensée.

Allait-il revoir un jour Lawrence et racheter la dette qu'il avait contractée auprès de lui ? Marius l'espérait sincèrement, n'osant pas s'aventurer dans des retrouvailles tragiques où chacun découvrirait la véritable nature de l'autre ; Lawrence son ennemi, ça le rendrait malade. Pas lui... en quelques heures, Marius s'était attaché à cet homme froid et mystérieux, il ne pourrait pas accepter ce fait, à moins qu'il ne soit devenu totalement fou d'ici là... Non, il voulait des retrouvailles plus humaines, moins brutales et barbares, comme des amis ? Quelque part oui, et ainsi il pourrait lui rendre la pareille. Immédiatement, le jeune homme songea à le rembourser, mais partager quelques bons, c'était plus que ça, n'est-ce pas ? Oh, et puis il avait un peu de temps devant lui, il trouverait bien un moyen, une question qu'il ignorait sans doute encore fut : et pour rendre sa dette à Lawrence, devrait-il abandonner tout ce à quoi il croyait ? A ces idées de révolutions ?

Revenir en haut Aller en bas
Lawrence Ashford
† Inquisiteur †

Lawrence Ashford

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 357
♦ Messages : 118
♦ Âge du perso' : 28
♦ Fiche : Mort aux hérétiques !
♦ Date d'inscription : 10/09/2010
♦ Age : 30

Qu'est-ce que l'on peut troquer pour un bonbon ? (pv Lawrence) - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Qu'est-ce que l'on peut troquer pour un bonbon ? (pv Lawrence)   Qu'est-ce que l'on peut troquer pour un bonbon ? (pv Lawrence) - Page 2 EmptyMer 29 Sep - 21:55

Effectivement, la pluie commençait a doucement ralentir la cadence jusqu'à ne devenir que de fines gouttelettes. Une belle petite averse qui avait su laver les rues et ruelles de l'empire. Le sang des victimes devaient sans doute se déverser dans les caniveaux et le rendre encore plus putride. Lawrence pensa un instant qu'il serait bien d'engager des gens pour ramasser les corps laisser par les fous et les inquisiteurs. C'est d'ailleurs plutôt marrant de mettre ses deux classes dans le même sac... et cela avait tendance à lui arracher un dégout profond. Savoir qu'ils n'étaient pas si différent.

Tant mieux si Marius le classait comme un simple bibliothécaire ! Après tout, ce n'était pas si loin de la vérité parce que Lawrence avait commencer par là avant de se faire remarquer par un vieil inquisiteur. Classer des livres, des parchemins et même les lires... Ça n'avait pas été désagréable mais pourtant ça ne lui manquait pas. Préférant de loin agir avec conviction que de rester cacher derrière des bouquins vieillissant. Si l'Illusion du jeune garçon pouvait duré ainsi il n'y aura aucune confrontation. Et cette délicate amitié pourra continuer même si dans le fond il n'y avait aucun avenir.

Lawrence esquissa un petit sourire à son jeune ami lorsqu'il vit ce dernier retirer sa veste avec un grand soin. C'était apprécier. Comment dire... avait-il peur de la froisser ? Ou bien n'était-ce que de la simple précaution en vu d'une colère de la part de son homologue ? En tout cas, il lui répondit d'un petit mouvement de tête avant de s'emparer du vêtement et le suspendre à son avant bras droit comme le ferrait un serveur de grand restaurant avec sa serviette blanche. Pas qu'il dédaignait Marius... mais... le gosse il est pas vraiment propre voyez vous... et euh... bon... Pas plus d'explication sur la chose.

Les séparations s'était pas trop son truc a vrai dire. Surtout qu'une part de lui se sentait confortable avec Marius. Il va de soi qu'il y aura une seconde rencontre. Que ce ne soit que par la force du destin ou parle qu'il fait parti du tableau de chasse. Peut-être pensaient-ils d'une manière très différente mais Lawrence aimait bien connaitre les points de vues des autres. Tout comme il se plaisait d'écouter les Éclairés parler d'une vie meilleur sans effusion de sang. Très utopique à son avis mais quand même assez intéressant à entendre.

- Ce fut un plaisir et j'espère que ce plaisir pourra se reproduire à nouveau.

L'inquisiteur s'inclina légèrement en signe de respect et de salutation puis leva les yeux vers son jeune compagnon.

- Penser a prendre soin de vous.

Ashford n'avait jamais vraiment eu ce genre de relation. Quand il n'était qu'un petit morveux il n'avait droit a aucun ami à la maison. Une bâtisse très froide et décorer pour plaire à l'Ombre (supposément). Devait-il lui ébouriffer le cheveux comme il lui arrivait de le voir entre certaine personne ? Était-ce un signe de bonne relation et de confiance ? Visiblement très mal à l'aise à l'idée de poser l'une de ses mains sur la tête du jeune homme il retint son idée.

- À la prochaine, Marius.

Puis, le voilà qu'il s'écarte doucement et que ses pas régulier et précis reprirent une cadence d'automate. Avant de réellement quitter la rue dans lequel il se trouvait, Lawrence jeta un regard vers son jeune ami afin de s'assurer que ce dernier était bel et bien réel. Garder cette image simple et dépourvu de violence. Peut-être était-ce leur dernière rencontre en tant que "bonne relation". Toutefois, ce n'était qu'un vague pressentiment. Certes pas agréable mais fort possible. Suite à ce dernier regard, l'Inquisiteur quitta les lieux et s'engouffra dans la foule qui s'était remis à grouiller après l'averse.

[ HJ :: Falais quand même pas trainer en longueur XD / C'est plus marrant si sa fait ami-ami puis qu'après sa éclate *O*]
Revenir en haut Aller en bas
Marius De l'Ombrage

Marius De l'Ombrage

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 140
♦ Messages : 1058
♦ Âge du perso' : 22
♦ Fiche : Into the Infinity of Thoughts
♦ Protecteur : Une apparente naïveté.
♦ Date d'inscription : 25/05/2010
♦ Age : 27

Qu'est-ce que l'on peut troquer pour un bonbon ? (pv Lawrence) - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Qu'est-ce que l'on peut troquer pour un bonbon ? (pv Lawrence)   Qu'est-ce que l'on peut troquer pour un bonbon ? (pv Lawrence) - Page 2 EmptyJeu 30 Sep - 19:14

Marius ne fut pas très étonné de l'attitude de Lawrence lorsqu'il reprit sa veste, il le comprenait et lui-même n'avait pas l'habitude de traîner ces odeurs de transpirations et de boue, mais les circonstances étaient telles que s'occuper de ce genre de détail n'était plus de son ressort. Pourtant la pluie l'avait un peu nettoyé, parfois le jeune homme aurait donné ses propres vêtements pour au moins prendre une douche, les gens ne comprenaient pas leur bonheur, ce simple juste était beaucoup. C'était comme la pluie — comme l'avait souligné Lawrence — ça purifiait le corps, l'âme et le coeur, ça permettait d'avoir aussi les idées plus claires. Se laver de tout ce qu'on avait de mauvais en soi, c'était si simple pour les autres, plus compliqué pour lui. Ce n'était pas que l'eau ne lui était pas accessible, mais qui irait se laver dans les égouts ? C'était un coup à choper une maladie et grave, finir à l'hospice ou comme expérience pour un quelconque scientifique fou furieux, amoureux de la chair putréfiée et des organes en décomposition. Marius grimaça face à ses propres pensées funestes, songer à sa propre mort n'était pas quelque chose d'agréable, Aniya lui avait dit un jour que l'on quittait l'enfance, lorsqu'on prenait conscience qu'on était mortel. Ishtar n'accouchait donc pas de bambins, mais de petites grandes âmes déjà adultes.

Il sourit à Lawrence, content d'avoir fait la connaissance de cet homme quelque peu mystérieux, leur fragile amitié allait-elle rester comme telle ? Ou bien changerait-elle en s'approfondissant ? Ou encore, ne deviendrait-elle pas leur bourreau ? Même si Marius rencontrait à nouveau Lawrence, pas ce Lawrence qu'il connaissait et prenait pour un bibliothécaire juste et bon, mais ce Lawrence cruel et sanguinaire qu'il avait entraperçu un instant lorsque le voleur était apparut, ce Lawrence bestial et violent qu'il ne voudrait jamais connaître ; Marius ne pourrait tout bonnement pas lever la main sur lui, il ne pourrait pas prendre son arbalète entre ses mains et tirer sur son bienfaiteur, puisque l'idée de dette et de l'honorer était toujours là. Il ne pourrait pas lui faire du mal, il était encore trop faible et sensible pour ça, il n'arrivait même pas à l'envisager. Que feraient-ils dans ce cas ? Lawrence était capable de le tuer froidement, et lui de se laisser faire à cause de sa bêtise légendaire. Pourquoi y songer ? Il y avait encore du temps, peut-être une chance qu'aucun des deux n'apprennent rien sur l'autre, seulement les idées et non le passé. Les idées forment la pensée, le passé forme la personnalité, Marius était un gamin de bonne famille avec un esprit marginal ; Lawrence un homme de bonne figure, mais avec une pensée malsaine le hantant. La Religion créait des monstres, ils en représentaient chacun une facette différente. Lawrence le fanatisme et sa démence, Marius la brebis égarée ne voulant pas revenir à son troupeau. Qu'est-ce que l'avenir allait leur réserver ?

— Ne vous en faites pas, à bientôt Lawrence. Lança Marius sur un ton plutôt doux.

Il observa un moment la silhouette de l'homme se retourner vers lui, les mains derrières le dos, Marius le contempla en fronçant les sourcils, puis comme un songe, Lawrence finit par disparaître. Le jeune homme resta quelques minutes sous cet abri où ils avaient appris à se connaître, et où ils avaient discuté de tout. Encore quelques instants... Marius désirait conserver ce souvenir encore frais, encore un peu... et il le rangerait dans son coffret d'aubépine, ce précieux coffret d'aubépine où il conservait tous ses souvenirs les plus merveilleux, les moins cruelles. Puis lorsqu'il finit de se remémorer les dernières paroles de l'homme, Marius commença à marcher. Sa figure sérieuse fixait ses chaussures, ses mains toujours derrière le dos, on aurait dit qu'il imitait sans avoir conscience Lawrence, le mystère de cet homme ne le quittait pas, comme les friandises qu'ils avaient partagées. Ce même sombre pressentiment l'envahit à nouveau, pourtant il le rejetait avec toutes ces forces, il revenait toujours. Marius mordit sa lèvre, alors que sa silhouette s'enfonçait dans une minuscule ruelle qui le menant au toit provisoire. Il allait réfléchir calmement à tout ça sous un plafond détruit, les rats comme animaux de compagnie, et le vent comme couverture, mais qu'importe !

Puis vint les versets de l'Ombre, cette force mystique formant l'Équilibre du Monde, il se souvenait de tout ça, et de façon beaucoup trop claire pour qu'il puisse tirer un trait définitif sur ses croyances. Même s'il ne jurait plus sur l'Ombre, même s'il ne lui faisait pas mille promesses, Marius fit une prière. Ses lèvres se contentèrent de bouger sans prononcer un mot, muettement, le jeune homme espéra de toute son âme que cette prière soit exaucée, même avec des sacrifices. Par l'Ombre, il désirait que cette fragile amitié dure, et ne soit pas brisé par leur propre pensée.


[ hj : Oh oui Qu'est-ce que l'on peut troquer pour un bonbon ? (pv Lawrence) - Page 2 286509 ]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Qu'est-ce que l'on peut troquer pour un bonbon ? (pv Lawrence) - Page 2 Vide
MessageSujet: Re: Qu'est-ce que l'on peut troquer pour un bonbon ? (pv Lawrence)   Qu'est-ce que l'on peut troquer pour un bonbon ? (pv Lawrence) - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Qu'est-ce que l'on peut troquer pour un bonbon ? (pv Lawrence)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ѧ Quartier du Tchï Ѧ :: Le grand marché d'Ishtar-