AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 C'est le Malin qui grandit en toi ! [Sacha]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Á mon cerveau regretté

Mist

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 405
♦ Messages : 651
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Un gros Poney.
♦ Date d'inscription : 03/05/2010
♦ Age : 27

C'est le Malin qui grandit en toi ! [Sacha] Vide
MessageSujet: C'est le Malin qui grandit en toi ! [Sacha]   C'est le Malin qui grandit en toi ! [Sacha] EmptyMer 1 Sep - 20:49

La bouteille de vin est finie.
FINIE JE TE DIS ! PUTAIIIIIIN ! Et Sacha gueule dans la pièce après les murs, je les regarde. C'est normal qu'ils bougent puisque je tombe. J'aurais pas dû me le ver de... de la chaise ? Des genoux de Sacha ? D'un cheval ? Peu importe. Je suis par terre, je ne sais plus ce qu'elle dit.

Évidemment MODERATION ! Putain ! Où es tu modération ? Je saute dans la pièce à sa recherche, fait tomber une chaise, une table, des meubles. Je pète des verres en série, parce que j'ai décidé. DE L'ALCOOL ! MODERATION ! Modération est le dieu unique qu'on devrait tous vénérer. Sacha me prend sur son dos (le temps se distord drôlement !) et elle saute par la fenêtre. Oh mon dieu, je vais gerber, pas le saut, PAS LE SAUT. J'agite les bras. Si je pouvais, je hurlerai. JE VOOOOOOLE. On finit tous par terre. JE VOOOOOLE PLUUUUUUS ! Je roule par terre, ça me détend. Je me redresse, me met à courir, tombe, me redresse encore, re-tombe.
CASSER DES TRUCS !

Je casse une vitre, pas celle du maigrichon. A coup de poing, mollement, mais elle pète. NORMAL. Je saigne. Je cours vers Sacha, la prend dans mes bras, lui tombe dessus (peut être pas dans cet ordre là). Le monde doit être détruit ce soir, tout est un gigantesque flip et tout bouge bizarrement quand je cours. Ça m'amuse alors je cours à l'endroit, puis à reculons. Je tombe. Je me relève. COURIR A RECULONS C'EST DRÔLE. Je recommence. Mais ! MAIS ! On a pas trouvé Modération ! Elle voulait qu'on le trouve. Je l'aime, faut que je lui dise, je suis trop plein de trucs ! J'ai plus de papier ! Ou si ! On a-t-on seulement pris ? Bon bah je lui dis pas. Je lui refais un câlin. La ville est à nous ma grande ! Allons la détruire !

Je me vautre par terre dans ce bel élan, j'ai un peu envie de vomir. L'alcool c'est pervers : même quand tu bois plus, t'es de plus en plus saoul si t'as bu vite. C'est le temps que ton corps capte que t'es empoisonné tu vois. Je me précipite dans les bras de Sacha, le monde tourne... trop vite. Et on trouve pas modération ! Elle le voulait ! Et je le trouve pas ! JE SUIS TOUT NUL ! Je devrais mourir je sers à rien bouhouhou... Mes émotions sont dans des putain de montagnes russes, et à être collé contre Sacha sans avoir aucune des petites barrières mentales qu'un être humain civilisé traine habituellement, il se produit l'inévitable : j'ai une nouvelle érection (la précédente était partie quand on a sauté par la fenêtre, la peur ça te coupe les jambes c'est fou).

Je lui fais des signes désespérés, on a besoin d'alcool, et de quoi écrire ! Ensuite on se casse ! ON VA PAS RESTER DANS CE TROU POURRI PUTAIN ! Je sais que toutes les rues se ressemblent, mais quand même. Et puis il faut que je lui dise que c'est la plus belle femme que j'ai jamais rencontré, que je la veux, mais genre maintenant, qu'on fera plein de petits n'enfants handicapés (en baisant beaucoup), et le chien baleine carte bouteille orignal (là, j'ai pas compris mes pensées moi même). Comment lui dire tout ça ? Je peux pas parler ! JE VEUX PARLER !

Bah... je l'embrasse. Oui je suis con, j'ai jamais embrassé une fille mais j'ai une vague idée de la technique. Je passe ma langue entre ses lèvres, et réflexe idiot de sa part (mais bien humain) : elle ouvre la bouche. C'est mouillé, ça a un goût chelou mais pas déplaisant. Des odeurs me submergent, et comme j'ai pas l'habitude je sais pas quoi faire de mes mains (j'y pense pas en fait) alors elles restent pour tenir ses épaules. C'est très maladroit (mes dents entre en contact un peu parfois), mais dans l'ensemble je m'en sors pas si mal que ça je pense. Nos langues rentrent en contact,et je sais pour ce qu'on m'a dit que le but n'est pas d'imiter un moulin sous un ouragan, alors je vais pas vite quand je bouge la langue. C'est vachement bien en fait ! Le croque-mort que j'ai buté m'avait embrassé aussi, c'était tout naze.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sacha

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 299
♦ Messages : 531
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Tourne la page sans te brûler si tu le peux.
♦ Date d'inscription : 26/04/2010
♦ Age : 26

C'est le Malin qui grandit en toi ! [Sacha] Vide
MessageSujet: Re: C'est le Malin qui grandit en toi ! [Sacha]   C'est le Malin qui grandit en toi ! [Sacha] EmptyVen 3 Sep - 19:48

Je pense avoir négligé un détail. Seulement, j’m’en suis rendue compte APRES avoir sauté. Pendant qu’j’étais en l’air, pour préciser. Bah oui, j’ai bu. Et je tiens à signaler que quelques minutes avant mon saut, mes jambes fléchissaient de fatigue. Seulement, lorsqu’on saute, faut s’réceptionner. Duuuuuuur, la connerie que j’viens d’faire ! Surtout que, et bah, bah le sol il se tord comme des remous. Oh la la, OH LA LA, ON VA MOURIR !

On est vivants ! Par terre, vautrés, mais VIVANTS ! J’ai la tête qui tourne, et surtout, plus aucune notion de l’orientation. Faut dire, avec tous les bâtiments qui bougent, c’est dur de suivre. En plus, le soleil est sur le point de se coucher, du coup j’ai la sensation d’être à moitié aveugle. Ah bah super, maintenant avec Mist on fait la paire ! D’ailleurs, il est où celui-là ? Ah c’est vrai, il était sur mon dos ! P’t’être qu’il s’est envolé ! Non, je le vois ! Il est prêt du mur, et il casse une vitre. J’ai envie de crier, d’lui dire que c’est inutile, qu’il arrivera jamais à stopper la rébellion murale par ses propres moyens, terroriste ou pas ! Seulement, j’arrive plus à parler ! Aucun son ne sort de ma bouche, c’est terrible ! A cette allure, il va s’faire aplatir ! Trop tard, il saigne déjà, fallait pas qu’il attaque la maison, fallait pas ! Aaaaaaaah, j’ai les paupières lourdes, comme si j’avais des enclumes. ‘Tain, encore un coup d’l’alcool. Mais je faillirai pas ! ‘Tain, maintenant que j’y pense, j’aurai dû prendre des cure-dents avant d’sauter. Bah oui, pour garder les yeux ouverts sans problèmes. Attends, à la guerre, tous les moyens sont bons pour déjouer les pièges de ses ennemis ! Mais bon, vu que mes ennemis englobent la totalité de mon environnement, les cure-dents c’est p’t’être pas une bonne idée au final. Bref, en tout cas pour le moment, j’arrive ni à articuler une parole, ni à voir clairement c’qui m’entoure… Tout me semble vague, trop vague. Ya les nuages qui me lancent des regards mauvais. Ouai d’accord, c’est ma faute, j’suis responsable de tout s’qui est en train de se passer. Ya Mist qui arrête pas de courir à coté d’moi, de me prendre dans ses bras avec désespoir et tout et tout. J’le comprends, d’un coté, on va bientôt mourir. Même les pavés essayent de m’attraper la gorge, s’pour dire a quel point le monde entier m’en veut. Mais faut pas perdre espoir, il faut TROUVER MONSIEUR MODERATION ! Mais par où commencer ? J’ai une idée ! Ouai ! Ouai… J’vais d’abord ouvrir les yeux.

Je force mes paupières, et j’me fais attaquer par le contre jour. Non attends, le soleil est en train de fondre ! Il s’étale comme du jaune d’œuf ! Sa mère de l’Ombre, on va crever ! J’mettrais fort à parier que c’est l’instinct d’survie qui me fait ouvrir les yeux, là, maintenant. Et s’que j’vois, c’est Mist, planté devant moi, les mains sur mes épaules. Autour de nous, tout penche dans notre direction comme si nous étions le centre du monde. TOUT. Les nuages, les murs, les pavés. Absolument TOUT. C’est l’apocalypse, l’anarchie, la fin du monde, comme décrit dans les livres de la bibliothèque. J’ai trop peur, c’est abusé. Mes yeux n’y tiennent plus, j’les laisse se fermer. Ouai, c’est pas beau de voir la mort, j’préfère attendre qu’elle se manifeste. Parce que voir un bâtiment vous tomber sur la gueule, c’est pas très jouissif.

Mais il y a une chose à laquelle j’m’attendais pas. Une chose mouillée et chaude qui vient forcer mes lèvres. Par réflexe, j’ouvre la bouche pour contester, mais la chose se glisse jusqu’à ma langue. J’entrouvre légèrement les yeux –impossible de les ouvrir entièrement-. Mist ! Faut que j’me dégage, mais.. .mais… j’y arrive pas. Il me maintient par les épaules ! La rage ! En temps normal, un claquement de doigts suffirait pour le faire voler trois mètres plus loin. J’me sens trahie ! J’croyais c’était mon copain et tout l’tralala, mais au final il vaut pas mieux que ces gros porcs en manque de libido ! Alors à ses yeux aussi, j’suis un objet, un truc fait pour assouvir les pulsions sexuelles ? GROS DEGUEULASSE VAS !

Mais… Plus il m’embrasse, et plus j’me rends compte que c’est différent. C’est doux, s’en serait presque agréable si j’me sentais pas aussi vulnérable. J’crois que c’est la première fois qu’on m’embrasse sans qu’je me sente violée. Sans vraiment m’en rendre compte, j’ouvre un peu plus la bouche. J’en veux encore, toujours plus, de la chaleur, de l’affection, j’suis pas une poupée sans vie, moi aussi j’ai un cœur, mais il est tout vide, tout glacial. D’une main, j’attrape le poigné de Mist, et je fais descendre sa main sur ma poitrine. Encore plus prêt, un peu. Je rapproche mon corps du sien, et cette fois, je sens bien qu’il n’est plus l’seul à m’embrasser. Je l’aide … un peu, oui juste un peu hein. Je sais pas combien de temps ca dure, mais je brûle de désir. Et pas que.

Mais voilà, j’ouvre à nouveau les yeux. Les murs ne nous sont pas encore tombés dessus, mais ya une dalle qui tente de m’crever un œil. Mouvement de recul. Je lâche tout. Mist, ses lèvres, ses mains, et je tombe sur les fesses. J’ai peur, très très trèèèèèès peur, alors je lance des coups d’œil partout autour de moi. C’est oppressant, ca fait bien longtemps qu’on aurait dû être écrasés, mais, c’est comme si tout prenait un malin plaisir à retarder notre mort. Je lève la tête et je regarde Mist, d’un air suppliant, tout en levant une main vers lui.


« F..F..Faut… Faut partir ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Á mon cerveau regretté

Mist

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 405
♦ Messages : 651
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Un gros Poney.
♦ Date d'inscription : 03/05/2010
♦ Age : 27

C'est le Malin qui grandit en toi ! [Sacha] Vide
MessageSujet: Re: C'est le Malin qui grandit en toi ! [Sacha]   C'est le Malin qui grandit en toi ! [Sacha] EmptyDim 5 Sep - 11:57

Elle me repousse, un peu violemment. Je tombe par terre du coup. Il faut que je me relève ! Il faut partir ! C'est elle qui l'a dit ! FUYONS ! Il faut que je... la sauve ? Oui, c'est ça, moi, avec mon physique de crevette sous-nourri, je vais la sauver, parfaitement. Elle a une force herculéenne (c'est un esclave, c'est branlé pour non ?), elle est sans doute plus intelligente que moi et plus belle, mais j'vais la sauver avec mes petits bras qui ressemblent à des baguettes, parfaitement, n'y vois aucune incohérence.

Je m'appuie sur mes bras pour me mettre très péniblement et sans élégance aucune à quatre pattes. Le monde tourne autour de moi à toute vitesse tandis qu'après maintes gesticulations je passe en position verticale. Hél as, j'ai totalement perdu le sens de l'équilibre, et je retombe de tous mon poids sur le coté, incapable d'amortir ma chute d'une quelconque façon. Ma tête rebondit sur le pavé et ça fait mal.

Okayyyy... Laissons tomber la position debout, tu veux ? Quatre pattes, c'est plus prudent je tombe de moins haut dans cette position, et puis avec quatre points d'appuie je risque moins de tomber. J'avance mes bras lentement, puis je fais glisser mes jambes sur le sol. Ça fait mal et c'est très lent, mais je vois pas comment avancer autrement. En plus j'ai mal au ventre, c'est affreux. Il faut partit pourtant ! Je rampe vaillamment dans la ruelle, avec la ferme intention d'atteindre l'horizon. Le problème, c'est que la rue elle tourne autour de moi exprès pour me faire...

Ah bah voilà, j'suis en train de vomir.

Je l'ai dit, l'alcool c'est vicieux, t'as bu t'es complètement arraché, c'est cool, et comme une bombe à retardement tu deviens de plus en plus bourré jusqu'à vomir en jet. Ça me ressort à moitié par le nez en plus, et je penche la tête de façon à pas me vomir dessus. C'est beau, ça s'expulse de moi vite et sans douleur, ça me soulage même. Enfin débarrassé ! Je n'ai plus mal au ventre ! J'ai même les idées plus clair dis donc, mon corps ayant évacué pas mal de ce poison nocif qu'est l'alcool. J'arrive même à me souvenir que j'ai un stylo et un crayon dans ma poche dis donc :

« Je me sens mieux j'ai vomi ! »

C'est ce genre de remarque classe qu'on peut sortir en état d'alcoolémie avancé. Le problème c'est que je peux pas me lever pour donner à Sacha, alors je le lance. T'as déjà essayé de lancer une feuille en papier toute minable ? Bah ça va pas loin. Elle vole un moment n'importe comment avant d'atterrir à cinquante centimètres de moi. T'aurais dû me voir la lancer ! C'était risible, dans un grand geste large et imbibé d'alcool, sur trois membres. J'ai failli me casser la gueule en lançant, d'ailleurs. Voilà mes paroles perdues à jamais pour la postérité ! Quel malheur, pleurez avec moi.

Je tombe sur le coté, parce que j'suis tout enthousiaste, mais tout fatigué en même temps. Gâchis imbécile de nutriments, j'ai vomi. J'veux dormir en fait ! Dans la rue si besoin est ! Où est Sacha ? J'l'ai embrassé et tout... je sais pas trop si je vais reconduire ça sobre, mais dans un élan de lucidité incroyable, j'me dis que j'aimerais bien tester ça sobre, mais ça va donner lieu à des conversations très gênantes et...

je sais pas trop en fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sacha

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 299
♦ Messages : 531
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Tourne la page sans te brûler si tu le peux.
♦ Date d'inscription : 26/04/2010
♦ Age : 26

C'est le Malin qui grandit en toi ! [Sacha] Vide
MessageSujet: Re: C'est le Malin qui grandit en toi ! [Sacha]   C'est le Malin qui grandit en toi ! [Sacha] EmptyMar 12 Oct - 13:29

J’pourrais presque dire que j’m’en moque. Oui, la fin du monde, tous ces événements post-apocalyptiques, après tout, il fallait bien que ca arrive un jour. Ce monde ne peut pas durer éternellement. Ah la la, c’est triste. . .

N’IMPORTE QUOI ! Comme si j’allais laisser les choses prendre cette tournure sans même bouger le p’tit doigt ! Bon, j’avoues, j’ai pas une once de culpabilité quant au fait que j’suis en partie responsable de ce chamboulement historique. En vérité, j’suis vraiment très égoïste, mais faut pas l’dire ! Seulement, j’me dit que je peux pas mourir comme ca. Et tandis que je regarde Mist tomber à quatre pattes, de nombreuses réflexions traversent ma pensée, diverses et variés. Mais j’peux pas vous dire, c’est secret professionnel –croyez le ou non-. Et voilà que le macaque libère majestueusement tout le contenu de son estomac, sans oublier les sucs gastriques –j’ai eu l’occasion de lire un livre sur l’anatomie humaine dans la biblio’ du vieux-, qui, ne trouvant suffisamment de place par la bouche, ont choisi de tester une nouvelle sortie : le nez.

Je grimace. C’est vraiment ignoble ! J’en vomirai presque, si j’n’étais pas occupée à retenir ma tête pendant qu’elle fait un tour de manège. Je la saisi avec mes deux mains. Au diable cet environnement hostile, j’vais tout péter si ca continue ! Parce que, voir les pavés faire du Oulaoup, ca donne une sacrée migraine et des envies suicidaires –presque- ! Mais voilà, juste au moment où j’me conditionne en m’disant qu’on va s’en sortir et tout, Mist s’écroule sous mes yeux. Le temps que mon cerveau soit un minimum opérationnel, que j’me glisse à ses côtés et que je trouve un petit morceau d’papier tout prêt de son corps inerte, m’a semblé durer une éternité. Je défroisse la boule de papier.

« Je me sens mieux j'ai vomi ! »

Gé-nial. Vraiment super Mist ! J’l’applaudirai presque, mais… il bouge plus. Il est couché sur l’côté… Il est…mort ? J’me mets à paniquer. Oh non, oh la la, oh la la, il est mort ! J’peux pas l’croire, il peut pas claquer comme ca, si ? J’veux bien qu’il ai pas la même résistance que moi, qu’il soit tout maigrichon et tout, mais il peut pas crever dans la rue comme un rat, après avoir bu juste un peu d’alcool…


Attends, réfléchis Sacha. Qui lui a donné cet alcool ? Qui a provoqué l’apocalypse ? Ahurie, j’me montre du doigt, les yeux grands ouverts. Bingo ! Bravo, c’est toi ! Et oui, tape dans tes mains, tu as décroché l’gros lot ! J’ai des sueurs froides. Nan mais sérieusement, j’arrive même à tuer mes amis dans la joie et la bonne humeur, innocemment et sans giclée de sang ! Faut que j’vérifie, alors de mes mains moites, je tapote les joues de Mist, et voyant qu’il réagit pas, je tape plus fort. Réveille-toi, réveille-toi ! On a pas encore trouvé Monsieur Modération, t’m’avais promis que tu m’aiderai ! Traitre ! J’ai tué Mist ! Je l’ai tué ! Je pleurerai presque, si j’en été capable, or j’ai pas le souvenir d’avoir déjà pleuré un jour. De toute façon, Mist est mort, et moi aussi, j’vais bientôt m’faire écraser par une attaque murale ou d’une autre nature.


Derrière j’entends des pas, et des voix étouffées. J’tente un revers de la tête. Deux types longent la rue où le corps de Mist et moi-même sommes vautrés. ‘Faut qu’ils nous aident. Pardon, qu’ils m’aident. Là, à ce moment même, il m’a fallu une volonté inébranlable pour m’mettre debout, mais surtout pour garder les yeux ouverts. J’essai d’esquiver les coups d’traitre que fait l’sol à chaque fois que j’mets un pied devant l’autre. C’est laborieux, mais j’m’en sors pas mal je pense. Les gars sont maintenant à quelques mètres de moi…je croiiiis ? J’ai du mal à distinguer les silhouettes, parce que les yeux à demi-clos ca brouille les détails, et les reliefs, surtout. Le type qui ouvre la marche est assez enveloppé, l’autre semble un peu plus maigrichon. Bon, faut que je les aborde si j’veux les convaincre de m’aider. L’avantage, c’est que les murs ont arrêtés d’nous agresser, c’est vachement plus propice au dialogue.

Alors. J’suis pas très douée pour discuter, mais j’vais suivre le plan. Ouai, le plan c’est… encore un truc débile que j’ai lu dans un livre, mais bon, ‘parait que ca marche.
Numéro un : Saluer chaleureusement et inviter l’interlocuteur à dialoguer avec confiance.
Je lève la main dans la direction du gars, et je souris de toutes mes dents. Simple.

« Yo, Tronche de patate ! ‘Fait beau aujourd’hui, heiin ? Ah non, ‘fait presque nuit en fait ! Ah ah ah, j’suis bête ! (là, je rigole pitoyablement) Ahem. Euh… Ca va ? »

Parfois j’me dit, dans un moment comme celui-là par exemple, que j’aurai dû naitre muette, comme Mist. Surtout quand j’vois les traits du mec qui se contractent, pour dessiner une grimace pas très avenante, alors que son pote est mort de rire derrière lui. Il m’regarde, on dirait un bœuf qui va charger. Je souris nerveusement, je transpire.


« Tronche de…patate ? »

Là, le maigrichon rigole de plus belle, avant de s’manger un coup de coude en pleines dents. Ouch. Faut que j’me rattrape, vite vite vite ! Euh attends, c’est quoi après ?
Numéro deux : Ecouter son interlocuteur, et acquiescer souvent pour entretenir l’échange.


Oui bah pour ca, faudrait déjà qu’il parle. J’fais la gestuelle défensive, celle qui consiste à mettre les deux mains devant soit pour calmer l’gros et se donner des airs d’innocence.

« Tu viens de m’appeler comment sale gamine ? Tronche de patate ? »

Je force un sourire crispé et des hochements de tête.

« Oui, oui. »

On dirait presque que les veines de sa tête vont exploser.

« TU T'FOU D'MOI !?»

Là, il m’attrape par le cou de sa grosse main de patate et me soulève du sol. Ca papillonne dur dans ma tête, et j’entends mon cœur battre au niveau d’mes tempes. Mais c’est rien à coté du coup que j’reçois en pleine joue, avant de tomber un peu plus loin, sur les fesses. Bon, finalement, être sociable avec un type dans son genre c’est peine perdue. C’est vraiment d’l’arnaque ce bouquin sur la sociabilité et tout ! Et alors que j’le vois se rapprocher d’moi tranquillement, comme un ours jouant avec son gibier, j’me dit que si j’avais un couteau, j’l’aurai déjà planté, j’lui aurait ouvert l’estomac pour jeter ses organes dans un caniveau, sans l’tuer totalement, bien sur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Á mon cerveau regretté

Mist

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 405
♦ Messages : 651
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Un gros Poney.
♦ Date d'inscription : 03/05/2010
♦ Age : 27

C'est le Malin qui grandit en toi ! [Sacha] Vide
MessageSujet: Re: C'est le Malin qui grandit en toi ! [Sacha]   C'est le Malin qui grandit en toi ! [Sacha] EmptyJeu 14 Oct - 10:27

J'essaye de me rappeler comment ça fait d'être sobre, et d'un, coup j'm'en souviens, alors là, vautré par terre comme une baleine échouée, je décide d'être sobre, maintenant. Ça tombe bien, Sacha est en train de me tabasser, c'est vraiment le moment de se réveiller. Mais je suis tellement fatigué... ma constitution physique ne me permet pas une grosse résistance à l'alcool, déjà qu'avant c'était la misère...
Je lève la tête (elle pèse cinquante kilos, la pute), et je vois Sacha en face de types qui ont pas l'air trop aimable. Le problème, c'est que j'suis trop dans le pâté pour arriver à lire sur leurs lèvres, et en plus de ça il fait très sombre, ce qui n'arrange rien. Oh mon dieu je suis tout seul dans ma tête, vite, achevez moi. J'espère que personne n'a rien d'important à dire, sinon on est pas sorti du sable.

Et là, j'ai pas trop compris ce qui c'était passé, mais un Grand Machin a attrapé Sacha pour commencer à l'étrangler doucement, ou peut être autre chose. Elle a dû les insulter, vilaiiiiin alcoool. Moi, la voir comme ça, ça me donne une giclée d'adrénaline dans le cerveau, et je me relève (péniblement). Je me dirige vers les deux gars, ils me disent des trucs mais je comprends pas, je suis même pas sûr que ça me soit adressé. Il fait trop sombre pour dire, et j'ai l'impression de marcher sur un sol en éponge, c'est pas facile. Je crois que c'est mes jambes qui lâchent en fait, j'ai tellement envie de dormir... mais je suis pas aussi ruiné physiquement qu'on pourrait le croire, fais gaffe, fais très gaffe.

C'est étonnant qu'ils me laissent approcher autant sans même faire mine de me déconnecter la gueule du reste du corps, faut dire que je suis pas très impressionnant, j'ai une tête de cadavre avec mes pommettes saillantes et mes yeux enfoncés dans mes orbites (nan en fait c'est juste des méga cernes, mais tu vois l'idée). Bon, si j'étais blanc, je serais blême (avec les veines bleues et tout), mais je le suis pas du coup j'garde quand même un teint regardable (enfin pas tellement, en fait, vu que ma coloration m'a dégouliné sur la gueule). Je tends la main comme pour mendier, tandis que le monde oscille autour de moi et que les visages prennent des dimensions qu'on pourrait qualifier de diabolique, vu les dessins étranges que forment les ombres. Les hommes me prennent pour un clodo à peu près propres, ils ne s'inquiètent pas. J'étais en train de dégueuler dans le caniveau, une activité normale pour un clodo, et puis j'ai pas vraiment une carrure de tueur.

Ce qu'il a pas calculé, c'est que j'ai un couteau à ma ceinture.* Des années d'entrainement me permettent de le dégainer facilement et promptement malgré un état d'alcoolémie avancé, de bondir en avant, et de le planter... ah merde raté, en dessous du cœur. D'une brusque poussée, je le remonte en haut, en raclant et pétant les côtes, pour que le cœur du gros connard explose. L'autre s'est enfui devant tant de violence, et je suis bon pour un autre bain. Je laisse le couteau dans lui – la flemme de le tirer - et je m'éloigne. C'est pas propre, mais Sacha se fera pas tuer sauvagement par ce mec chelou... PARCE QU'IL EST MORT. Je m'assois.

J'ai déjà tué des gens, mais j'ai jamais profondément kiffé ça, puis j'suis fatigué. J'espère que Sacha va pas me détester, j'aimerais bien ouais. Elle est encore plus jolie en mode flou. J'appuie l'arrière de ma tête contre le mur et je me gratte la joue, la croute de la plaie me fait mal, ça tire, et j'ai pas l'habitude d'être mal rasé, ça gratte.

* Je suis incapable de me rappeler si Mist à remis son couteau à sa ceinture ou pas au début du rp après son bain, alors on va dire que oui parce que ça m'arrange.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sacha

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 299
♦ Messages : 531
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Tourne la page sans te brûler si tu le peux.
♦ Date d'inscription : 26/04/2010
♦ Age : 26

C'est le Malin qui grandit en toi ! [Sacha] Vide
MessageSujet: Re: C'est le Malin qui grandit en toi ! [Sacha]   C'est le Malin qui grandit en toi ! [Sacha] EmptyLun 27 Déc - 19:52

J’me suis foutue dans un sacré merdier. La droite que je viens d’me prendre a eu un point positif : j’me sens un peu plus sobre.

Le mec que j’ai traité d’patate, par contre… Il est toujours aussi furax. Nan mais, pourquoi j’l’ai traité de patate au juste ? C’est vrai qu’avec la vue brouillée, c’était assez dur de le voir autrement, sans les reliefs et tout et tout, mais… Bref, s’pas le sujet là ! La patate en question est sur le point de mettre fin à ma p’tite personne !

Non, attends. J’ai l’impression d’oublier un détail super important. J’me sens pas de taille à réfléchir mais, depuis qu’mon cerveau est victime du breuvage de la décadence, j’ai la sensation d’avoir mis de côté un truc primordial. Ouai, mais quoi ? Le géant s’approche de plus belle, il est grand, il est gros, il est fort…

Fort ? J’regarde mes mains –je sais pas pourquoi hein-, puis j’lève ma tête pour regarder Tronche de patate. J’suis vraiment une abrutie ! J’ai beau être toute frêle/maigrichonne/fine et tous les synonymes qui s’y rapportent, ma force n’en est pas moins importante. Huhu! Un sourire confiant se redessine sur mon visage. Ce gros tas pourrait bien être aussi large que l’bâtiment, il fait pas l’poids ! Ah ah, décidemment, j’suis géniale ! Et alors que j’m’apprête à me relever, une silhouette cachée par le crépuscule se rapproche de nous.

Dites moi qu’je rêve, Mist est vivant ? Ou alors il est mort-vivant ? ! Ou un truc du style, une controverse à la nature t'sais ! Donc, Mist s’approche de nous. Ou plus précisément du méchant (oui, ca fait toujours plus héroïque dit comme ca). Par contre, sa façon de marcher laisse à désirer. On dirait qu’il a des pensées pas nettes. Le mec a pas l’air d’y prêter beaucoup d’attention. J’serai presque tentée de l’mettre en garde, du genre « Youhou, mon gros, bouge de là, j’sens que ca va chauffer ! », mais j’me résigne. C’est lui ou moi. Et comme j’suis déjà de nature super égoïste, j’opte pour que ca soit lui.

Ainsi soit-il. Voila qu’Mist lui plante violemment un couteau en dessous du cœur. Loupé. Ah, suffit d’y remédier. Alors dans un craquement sourd, il lui lacère le cœur. Ca pisse le sang à ce niveau là. Oui, s j’me souviens bien, ya un truc qui s’appelle les « Aterres », ou les « Are-terres », un truc du style, mais en tout cas, ca évacue vachement l’sang par là. Du coup, son pote, avec beaucoup de bravoure, s’enfuit en courant après être devenu tout bleu. C’est beau l’amitié. Quant à Mist, il laisse le cadavre de Monsieur Patate là, couteau planté. Même pas il prend la peine de nettoyer. Ca va encore faire un scandale ca. En plus, juste en dessous de l’appart’ à Ingell. Si jamais il l’apprend, ca risque de chauffer pour moi. Mais bon, j’suis encore toute endolorie par l’affreux alcool, s’pas ma faute !

J’décide de rejoindre Mist, qui est assit contre le mur, un peu plus loin. P’tain, j’sais pas c’que j’ai, mais j’me sens toute chose. Surtout en voyant le visage de Mist recouvert de sang. L’hémoglobine, c’est dangereux pour ma santé mentale. Moins y’en a, et mieux les autres se portent. Mais v’là, Mist il a saigné quelqu’un. Et j’ai un respect bizarre pour mes confrères bouchers. Ca m’exciterai presque. Ras l’bol de me maitriser. Merde ! J’veux d’l’anarchie moi, du vrai n’importe quoi ! A quatre pattes aux côtés de Mist, j’décide de m’rapprocher. Tellement près en fait, que j’en viens à lui lécher la joue. J’savoure chaque parcelle de peau portant le goût ferreux du sang. Ceci fait, j'entreprends de glisser ma langue jusqu'à son cou, pour le parcourir lentement.

Vive la décadence.
J’suis une pauv’ fille assoiffée d’sang et d’contact physique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Á mon cerveau regretté

Mist

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 405
♦ Messages : 651
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Un gros Poney.
♦ Date d'inscription : 03/05/2010
♦ Age : 27

C'est le Malin qui grandit en toi ! [Sacha] Vide
MessageSujet: Re: C'est le Malin qui grandit en toi ! [Sacha]   C'est le Malin qui grandit en toi ! [Sacha] EmptyLun 27 Déc - 23:10

Oh.
C'est sans doute une langue agile et humide venant frotter ma joue mal rasée qui m'a poussé à crier cette petite exclamation mentale. Qu'on se rassure, il n'y aura pas de sexe ce soir, parce que l'alcool au delà d'une certaine dose fatigue empêche bah... t'as déjà été trop crevé pour baiser ? Bah voilà. Mon corps ist total kaputt. Je sors de torture, je te signale, comme ça, en passant, j'ai crevé dans un trou puant, attends pas de moi que j'assure quoi que ce soit de physique.
Néanmoins, je bande, je suis excité, oh joie, je pensais que ces choses là étaient finies pour moi.
Sacha s'est lancé dans le léchouillage de cou, là où la peau est plus sensible et tout ça. Le cadavre du mec est à peine tiède, et elle se lance dans des préliminaires grand format. Les méfaits de l'alcool, illustration.

Je passe mes doigts dans ses cheveux, mais pas trop parce qu'ils ne sont actuellement pas dans le meilleur ordre et que je risque d'avoir les doigts coincés dedans. Mes jambes tremblent un peu parce que j'ai tué un gonze, mais je suis absolument ravi d'avoir sous mes doigts ces fins cheveux roux. Je place mon bras de façon à ce qu'elle s'appuie contre ma poitrine, et que son corps se colle un peu plus au mien. Un des moments les plus beau de ma vie là, c'est bien la première fois qu'une fille me lèche parce que j'ai tué un type sous ses yeux. D'habitude elles partent plutôt en courant, les mec aussi d'ailleurs – mais ça me fait pas rêver l'idée qu'un mec me lèche le visage, j'aurais plutôt tendance à serrer les fesses.

Il faudrait que je lui demande pourquoi ce type lui fonçait dessus, d'ailleurs, histoire de savoir si je l'ai buté pour rien ou pas. Peut être que cette nana est complètement folle, en fait, elle est sans doute totalement jetée, mais c'est pas comme si je ne l'étais pas moi même. Puis je suis quand même une petite pucelle, pour une fois qu'une nana manifeste l'envie de quelque chose avec moi, je vais pas me tirer sous prétexte qu'il lui manque une case... hum... il y a sans doute une loi contre ça. J'veux dire, c'est presque douloureux comme je bande, c'est d'la tension qui demande qu'à se libérer. J'ai peur qu'elle se libère sans me demander mon avis, d'ailleurs. Je suis bourré, et fatigué, ça peut amener à rien comme l'inverse, et ça, ça serait la honte ultime. Pouf, les yeux révulsés, les petits tremblements qui vont bien avec, Sacha qui partait juste pour nettoyer le sang de façon artisanal – on est pas forcément ergonomique, bourré - et un gros puceau qui jouit dans ses bras. J'en mourrais sans doute de honte, en attendant j'fais la Reine des Glaces et je lui caresse chastement les cheveux pendant qu'elle me lèche, alors que j'me sens vachement à l'étroit dans mon futal, quand même. Je prends en tremblant un stylo et une feuille.

« Je crois qu'il faudrait mieux qu'on aille dans la maison, un garde passe, on est bon pour se faire exécuter sommairement là. »

Je lui relève la tête – ouais, fini les léchouilles – pour lui mettre la feuille sous le nez. Ouais, je suis pas que con. Je m'appuie lourdement sur mes jambes pour me mettre en position verticale, et je vais récupérer mon couteau dans les côtes du type, mon cœur bat fort parce que je suis un peu au delà de mes forces, en fait. Je marche en m'appuyant sur les murs d'une main, le couteau dans l'autre, au cas où un autre trou du cul se pointe – parano forever. Puis, à cinquante centimètres de la porte – youhouhou j'ai deux un mètre cinquante tout seul ! - je m'évanouis comme une grosse dinde sur Sacha, parce que c'est chacun son tour de jouer à la princesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sacha

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 299
♦ Messages : 531
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Tourne la page sans te brûler si tu le peux.
♦ Date d'inscription : 26/04/2010
♦ Age : 26

C'est le Malin qui grandit en toi ! [Sacha] Vide
MessageSujet: Re: C'est le Malin qui grandit en toi ! [Sacha]   C'est le Malin qui grandit en toi ! [Sacha] EmptyDim 6 Fév - 18:34

Le prochain conseil que j’pourrais donner à Ingell, ça s’rait un truc du genre, me séquestrer dans l’appartement, ou bien m’attacher à un des pieds du lit, de sorte que ma folie n’perturbe pas plus le monde extérieur. Sauf qu’il faut quand même prendre en compte, qu’à la base, j’comptais seulement prendre un bain. Et donc sur c’coup là, c’est le monde extérieur, Mist, qui est v’nu à moi, ce qui m’rend clairement innocente. Mais une fois d’plus, c’est sans compter sur mon fouinage habituel, qui fait que l’alcool est tombé entre de mauvaises mains, mes mains, autrement dit. Donc finalement, le conseil que j’donnerai à Ingell, ça s’rait plutôt d’enfermer ses bouteilles à double tour, ou de n’pas en acheter du tout. Fin d’l’histoire.

Maintenant, l’plus important serait de foutre le camp d’ici, comme l’a si bien dit Mist (ou écrit, on va pas jouer sur les détails). Mais euh… L’appartement est au deuxième étage, et j’ai pas les clés sur moi. Par où j’suis passée pour sortir, déjà ? Je lève la tête, tout en me redressant sur mes jambes, tandis que derrière moi, Mist récupère son couteau sur le corps crevé. Ah, par la fenêtre ! Je soupire de lassitude, et de fatigue, alors que ma tête m’fait un mal de chien. C’est la première, et la dernière fois, croyez-moi, que j’cède à l’alcool. Plus personne n’aura l’opportunité d’me voir bourrée. En tout cas, Mist, il subit plus que moi, apparemment.

Démonstration : le voilà qui s’écroule dans mes bras. Plus par réflexe qu’autre chose, j’le hisse sur mon dos, ses bras autour de mon cou. Il est léger, moyennement étonnant. J'récupère le couteau qu'il tenait, le coince entre mes dents. L’odeur du sang et d’l’alcool donnent un vilain mélange par contre, à s’en donner la migraine. En plus, v’là que le bleu d’ses cheveux coule sur ma robe. Bah, peu importe, vu dans quel état elle est d’toute facon… Bref, j’ai d’autres priorités. Par exemple, rentrer chez mon maître sain et sauve, et tant qu’à faire, sans laisser Mist crever sur l’carreau. J’me sens en partie responsable de son état. Après avoir passé plusieurs minutes à observer la façade où s’trouve la fenêtre par laquelle on est censé rentrer (à défaut d’clé, et donc de porte), j’entreprends d’escalader la gouttière, Mist sur le dos. C’n’est pas une mince affaire, surtout qu’mes muscles sont pas trop coopératifs. Et puis, sans lumière, j’distingue difficilement les petits reliefs qui me permettent d’adhérer sans problèmes.

Ma grande avancée continue à l'aide d'une main et de mes deux pieds. L'une d'entre-elles a été réquisitionnée pour maintenir les mains de Mist autour de mon cou. J'ai peur qu'il lâche prise, et j'ai pas spécialement envie d'assister à une chute mortelle : les morts n'font pas bon ménage, et puis un meurtre est suffisant en l'espace d'une journée. Bien, toujours est-il que, je suis maintenant à mi-chemin d'la fenêtre : et à six bons mètres du sol. L'important, c'est de pas r'garder en bas. Facile. Des exclamations s'élèvent de plus bas, là où gît le corps inerte du gros balourd. Un petit groupe de curieux est en train d'se former autour du lieu-dit. Bah quoi ? Ils ont jamais vu d'cadavre ? C'est pas comme si on en voyait jamais à Ishtar, c'est aussi fréquent qu'les pigeons ou les chats, pas d'quoi en faire tout un foin. L'avantage, c'est que comme il fait noir, personne n'a l'air de m'avoir remarqué. Enfin, j'ferai mieux de pas traîner.

Enfin, je fini par passer l'encadrement d'la fenêtre.* C'est pas trop tôt ! Je m'écroule sur le sol, Mist roule sur l'côté, le couteau tombe par terre. Il à l'air complètement inconscient. P'tain, mais j'y pense, à quelle heure revient Ingell, au juste ? Peu importe, de toute facon, Mist dit le connaître, il devrait pas y avoir de problème. Excepté le fait que, on a vidé à deux la totalité d'ses bouteilles (qui étaient cachées, j'dois l'reconnaître), que Mist est couvert de sang (il porte les vêtements d'Ingell qui plus est), qu'un gars est mort juste en dessous de chez nous ( Mist tiens toujours le couteau, rien de suspect, rassurez-vous), et que... Ah, c'est tout. Enfin, c'est déjà beaucoup, en une journée, je pense. Surtout que quand Ingell revient du travail, il est toujours crevé, et pas forcément de bonne humeur.

Mes paupières me font d'la résistance, j'crois que j'ai sommeil... Nan, j'peux pas m'endormir en laissant les choses comme ca ! Sinon, j'vais avoir l'droit à un réveil en fanfare, vous pouvez m'croire ! J'attrape Mist sous les bras, et je l'traîne jusqu'à qu'à la salle de bain, l'allongeant par terre près d'la baignoire. Là, j'lui ôte la chemise couverte de sang. Hum... Ca partira jamais ! Pas l'choix, j'vais devoir la jeter. Enfin, je m'en occuperai plus tard. Pour l'instant, j'me contente de plonger une serviette dans l'eau du bain qui reste. Je la lui passe sur l'ensemble du visage, du cou, la moindre portion d'peau tachée d'sang. Puis, je l'attrape de nouveau sous les bras, et je le traîne jusqu'au lit, où je l'allonge. Là, j'm'assois par terre, dos au lit. Pfff. J'suis vraiment pas douée pour prendre soin des autres, de toute façon, j'aime pas ça.

Prochaine étape. Rhabiller Mist ? Lui préparer à manger ? Allumer les cierges ? Ou encore jeter le couteau et la chemise à la poubelle ? Les brûler ? J'sais pas. Un bâillement s'échappe de ma bouche, et j'ai même pas l'temps d'cligner des yeux que Morphée me tombe dessus.


* Flemme d'ouvrir de nouveau un sujet chez Ingell, du coup on continue de poster là, ok ? :)

[Voilà, désolée pour le mega harchi retard ^^" J't'autorise à réveiller Sacha pour la suite du Rp, si ca t'vas :) ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Á mon cerveau regretté

Mist

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 405
♦ Messages : 651
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Un gros Poney.
♦ Date d'inscription : 03/05/2010
♦ Age : 27

C'est le Malin qui grandit en toi ! [Sacha] Vide
MessageSujet: Re: C'est le Malin qui grandit en toi ! [Sacha]   C'est le Malin qui grandit en toi ! [Sacha] EmptyMar 22 Fév - 13:08

J'me réveille, je crois qu'une maison m'est passée dessus, puis a fait une marche arrière sur ma gueule. Ou alors un petit être rigolo et féérique a mangé mon cerveau pour mettre des clous à la place, ce qui explique la douleur. Et dans ma bouche, c'est la panique, y a comme des vieux goûts sur ma langue – si j'avais su, j'en aurais plus profiter que ça, de sa présence. Même pour des goûts pourris.

L'étape d'après c'est de constater qu'on m'a dessapé et qu'on m'a foutu dans un lit. C'est trop trop bien. Je regarde à droite, y a Sacha qui dort, c'est sans doute elle qui m'a foutu torse nu et dans son pieu. Elle a même enlevé le sang ! Voilà une nana qu'elle est bien : elle est agressive et elle a suffisamment de force pour me porter. Dis moi qu'elle boit du métal en fusion dans le crâne de ses ennemis, et mon bonheur sera complet. C'est que j'en fréquente pas des masses, des meufs.

Je fixe Sacha, c'est la première fois de ma vie que je me réveille à coté d'une fi-fille. Ça dort pareil qu'un mec hein, là la rousse elle est en train de remuer des yeux dans son sommeil, tout ça, rien de bien exceptionnel, mais je suis hétéro alors je trouve ça trop trop bien. Rien de sexuel hein, pas avec la gueule de bois, c'est juste que c'est joli. Oui je sais je m'extasie bêtement, mais c'est la première fois que ça m'arrive un truc comme ça alors... j'me suis jamais réveillé à coté d'une fille. Oui je sais je me suis contenté de vomir partout, mais j'aime bien me faire des films genre c'était trop important dans ma vie.
Mais faut que j'y aille.

Je peux pas rester dans une maison, y a trop de murs, et j'vais me retrouver tout con sans rien à bouffer si je fais pas un peu la manche aujourd'hui. Et puis le chien, ma planque, me soigner... et puis Ingell va bien revenir à un moment ou à un autre, il faut que je me bouge le trou.
Je prends une feuille, et de ma plus belle écriture je lui dis que je devais m'en aller, et que... je sais pas, merci ? J'vais pas lui dire « on a dégueulé, c'était cool ! On remet ça gros ? ». J'en sais rien, je suppose en plus qu'en tant qu'Objet, elle n'a pas vraiment le choix sur son emploi du temps. Bah écoute, j'mets « merci », elle m'a donné à manger tout ça, c'est donc de circonstance. Je pose la feuille à coté d'elle. On se reverra sans doute, si je finis pas en taule une autre fois. Je regarde ma main, il va falloir que je m'habitue à cette phalange en moins.

Je passe par... ah bah non, la porte est fermée. Bon ben je passe par la fenêtre, non sans oublier de voler encore un peu de bouffe. On me pardonnera, c'est une question de vie ou de mort, j'vais pas chipoter pour la politesse, et puis elle le verra pas. Vu ce qu'on a bu, m'étonnerait qu'elle se souvienne des quantités précises de nourriture que j'ai englouti.
Mais allez, on se reverra, et j'lui rendrait, son putain de pain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




C'est le Malin qui grandit en toi ! [Sacha] Vide
MessageSujet: Re: C'est le Malin qui grandit en toi ! [Sacha]   C'est le Malin qui grandit en toi ! [Sacha] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

C'est le Malin qui grandit en toi ! [Sacha]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ѧ Rues commerçantes Ѧ-