AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il est temps de remettre de l'ordre dans tout ce foutoir [PV Zélig]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
† Prêtre †

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 168
♦ Messages : 48
♦ Âge du perso' : 32
♦ Protecteur : The Emperor Himself
♦ Date d'inscription : 25/04/2013
♦ Age : 28

MessageSujet: Il est temps de remettre de l'ordre dans tout ce foutoir [PV Zélig]   Jeu 25 Avr - 20:14

Travailler directement pour l'Empereur était une tâche qui ne devrait pas être confiée à n'importe qui. Depuis un an, Ezhekiel Walhgren était devenu un jeune homme difficile à côtoyer, dangereux, explosif. Demeurer en sa présence nécessitait beaucoup de sang-froid et une certaine habitude. Sans oublier le fait que le travail n'était pas de tout repos. Le monarque menait les affaires de l'Empire lorsque cela l'arrangeait ou l'intéressait. Le reste, les affaires les moins palpitantes, étaient déléguées plus bas, dans l'échelle hiérarchique. Environ quatre-vingt pour cent de paperasse passait ainsi par Nemesio Ponti.

Le Scribe au service de l'Empereur disposait ainsi d'un grand pouvoir politique. Et, bien que théoriquement civil, ce pouvoir s'étendait également à l'Eglise. Ezhekiel ayant personnellement tué tout ecclésiastique prêt à contester son droit de commander au clergé, son ministre n'avait aucun mal d'obtenir ce qu'il désirait au sein de ses frères et soeurs. Il transmettait les ordres du monarque à l'Inquisition et s'assurait de la collaboration des serviteurs de l'Ombre concernant les édits impériaux, notamment relatifs à la magie de la Terre. L'hérésie n'était pas quelque chose qu'il approuvait. Mais l'Empereur approuvait et cela devait être suffisant.

Aujourd'hui, une information intéressante était parvenue jusqu'à lui. Zélig Faoiltiarna, connu pour être un mage d'une puissance apparemment incroyable, était de retour à la Capitale. Aucun renseignement écrit n'était disponible au sujet de ses états de service, son rang, ses travaux. Tout ce que Nemesio ait pu apprendre était suffisant pour attiser sa curiosité : l'homme avait travaillé avec Uriel D'Arken en personne et semblait être un partisan de Suzume Zang Jian. Ces deux faits étaient toujours bons à savoir. Un inquisiteur l'informa également que Zélig ne serait pas un interlocuteur facile. Haussant les épaules, le Scribe alla à sa recherche.

Quelques questions et indications plus tard, il trouva le prêtre dans une salle d'entrainement. De sa voix calme et polie, Nemesio entama la conversation, fermant la porte derrière lui. L'endroit serait parfait, il n'y avait personne aux alentours et ils étaient seuls dans la pièce.

- Bonjour, mon frère. Puis-je vous déranger ? J'ai besoin de m'entretenir avec vous...

Le regard du Scribe parcourut la pièce. Ne trouvant pas d'endroit où s'asseoir, il resta debout, le capuchon en arrière, sur son dos, les mains glissées dans les manches opposées, sur la poitrine.

Il était impossible que cet homme ne soit pas Zélig. On le lui avait décrit. Des colosses pareils ne courraient pas les rues. Il avait la carrure d'un gladiateur et il s'en dégageait une aura de puissance magique incontestable. Nemesio avait l'habitude de la présence pure et enivrante de l'Empereur... Zélig avait en lui quelque chose de nettement plus malsain, mais non moins intriguant. Il poursuivit.

- Je m'appelle Nemesio Ponti... Et j'ai entendu beaucoup de choses à votre sujet. Je vous avoue que je suis très curieux d'en apprendre plus sur vos... recherches. J'aimerais, dans la mesure du possible, m'assurer qu'elles pourront se poursuivre.

Oui... L'Eglise se devait de continuer son oeuvre et assurer son utilité. Quelque soit l'objet des recherches de Zélig. Si le Haut Prêtre et son héritière s'y intéressaient, il devait en faire autant. La réputation de Zélig était faite de rumeurs. Il valait mieux s'assurer de certaines choses par soi-même. Son regard gris ne quittait son interlocuteur que pour chercher quelque chose à observer dans la pièce. Une salle d'entraînement tout ce qu'il y a de plus ordinaire... Seul son occupant était vraiment digne d'intérêt. Le regard de Nemesio était curieux, mais n'avait rien d'oppressant. Sans aucun doute parce que le Scribe lui-même n'était pas en mesure d'être oppressant. Il a organisé toute sa vie pour ne pas l'être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtre †

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 464
♦ Messages : 599
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : Grab your dick and double click !
♦ Protecteur : L'Eglise.
♦ Date d'inscription : 10/06/2010
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Il est temps de remettre de l'ordre dans tout ce foutoir [PV Zélig]   Ven 26 Avr - 6:52

J'étais dans une salle d'entraînement à... bah à m'entraîner, je sais pas faire grand chose d'autre. Puis j'aime ça. En général je le fais seul, les gens aiment pas pratiquer avec moi. J'ai tendance à faire des trucs qui prennent de la place et qui pourraient casser un fémur qui passerait pas là. Puis ça doit dégoûter un peu de voir un connard faire facilement ce qui devrait demander des efforts. Ça me fait pareil avec les mecs qui lisent des gros livres. Enfin bref.
Seul, je le suis pas resté longtemps. Y a un mec qui est rentré. Quand j'ai entendu la porte j'ai relâché ma concentration et je me suis tourné vers la porte. Je connais ce gars ! De vue. C'est le nouveau ministre de l'Empereur. Il était inquisiteur avant, je ne lui ai jamais parlé. On fréquentait pas les mêmes personnes, tout ça. Puis il a pas une tête qui invite à nouer des liens, plutôt à lui demander conseil pour remplir sa feuille d'impôts. Mais ça c'est pas important, l'important là c'est qu'il est maintenant super important comme gars. Un ministre ! Que le Haut-Prêtre me parle, je m'y étais plus ou moins fait, là faut que j'encaisse le choc.

Le mec se présente, puis me parle poliment. Ça lui passera, c'est parce qu'il me connaît pas qu'il fait ça. Les « mon frère » dégoûtent vite quand on s'aperçoit de la qualité de mon génome. Je m'incline maladroitement, sans trop me pencher en avant sinon vu ma taille ça fait quand même un putain de grand mouvement et j'voudrais pas foutre un coup de boule au monsieur. En vieillissant, j'ai quand même fait des progrès. Y a cinq ou dix ans de ça, voir un ministre débarquer m'aurait tellement coupé le sifflet que j'aurais sans doute été complètement bloqué dans ma panique une dizaine de minutes. Là j'arrive à grommeler une formule de politesse vaguement respectueuse.
Au moment où je commence à me demander ce qu'il peut bien me vouloir, Nemesio Ponti me parle de mes recherches. Ah oui, ça. Le trouillomètre descend à zéro, mais là il ajoute qu'il aimerait que je puisse les poursuivre. Ah bon. Ah. J'écarquille les yeux de surprise. Ah oui faut que je réponde quelque chose là. Ouh là là. Comme ça fait deux ans que je me fais engueuler parce que je mange des gens, ça fait un peu bizarre. Il doit pas connaître toute l'affaire, faut mieux être honnête. Je tâche de lui expliquer donc, en me tripotant les doigts parce que je me sens pas trop en confiance là. Faut vraiment que j'arrête ce tic ridicule :

- Euh ben euh... Dernière illusion sur mes capacités mentales : disparue. Pour les poursuivre j'ai besoin de faire euh... des sacrifices humains. C'est pour ça que j'ai pas pu pratiquer souvent depuis les événements d'y a un an. Et euh... les résultats sont parfois incontrôlables en fait. Moins qu'avant, hein, mais il y a eu un certain nombre de euh... incidents.

Les deux dernières phrases, je les ai piqué à un gars plus malin que moi, du coup elles font un peu récitées. Ça sonne toujours mieux que « ben euh voilà je bute les gens et je mange leurs entrailles, c'est pas hyper diplomatique ces temps ci ».

- C'est plus un problème ?

Pour l'instant je peux pas trop croire que oui, mais ça me ferait bien plaisir. La magie du Sang me manque toujours beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtre †

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 168
♦ Messages : 48
♦ Âge du perso' : 32
♦ Protecteur : The Emperor Himself
♦ Date d'inscription : 25/04/2013
♦ Age : 28

MessageSujet: Re: Il est temps de remettre de l'ordre dans tout ce foutoir [PV Zélig]   Ven 26 Avr - 11:24

Nemesio plissa les yeux, concentré sur les paroles de Zélig. Il ne mit pas longtemps à comprendre ce qu'on entendait par "interlocuteur difficile". Le Prêtre en face de lui avait simplement beaucoup de mal à formuler ses pensées, sans doute pour cela il n'existait aucune trace écrite de ses travaux. Pourtant quelqu'un d'une telle puissance ne devrait pas passer autant inaperçu, au niveau de la paperasse. Cela dit, d'après ce que le scribe savait, il en allait de même pour Suzume. Il partir donc du principe, qu'Uriel D'Arken avait ses raisons pour faire disparaître certains documents. Ou s'assurer qu'ils ne soient jamais rédigés.

Les rumeurs concernant les actes cautionnés par le Haut Prêtre se confirmaient dans une certaine mesure. Les recherches sur la magie venaient s'ajouter à l'effroyable nombre de victimes faites dans les rangs des scientifiques, opposants au régime, criminels et terroristes par l'Inquisition. Des sacrifices humains... En voilà quelque chose que Sa Majesté approuverait sans doute aussi. Pas trop, mais rien de moins que ce qui sera nécessaire. Il hocha la tête.

- Je vois. Avant de me prononcer, j'ai besoin d'en savoir plus. J'ai bien compris que cela était dangereux. Maintenant, j'ai besoin d'en comprendre les avantages. Prenez votre temps.


La dernière phrase était sortie toute seule, mais elle semblait bien utile, tout compte fait. Zélig n'avait pas l'air de quelqu'un qui s'en sortirait mieux sous pression. Puis, la question devait être étudiée avec soin. Pas question de baser une décision sur un amas difforme de mots sans aucun sens. Nemesio devait comprendre la nature des recherches de Zélig. La puissance de l'Eglise ne pouvait faillir. S'il était dangereux... Il fallait le canaliser, l'aider à se stabiliser et à exploiter son don. Cela dit, Nemesio ne savait encore rien dudit don.

- Si votre... travail s'avère valoir les sacrifice dont vous me parlez, ce ne sera pas un problème. Notre Empereur n'est pas étranger au sacrifice.

Intérieurement, le ministre sourit. Les mots étaient faibles. Ezhekiel avait donné l'ordre de pulvériser un large quart de sa Capitale, avec des milliers d'innocents encore à l'intérieur. Dans un premier temps, son nouveau scribe croyait qu'il s'agissait d'un acte désespéré, perpétré sur un coup de tête. Mais l'opération était planifiée depuis des mois. Les trois ministres précédents avaient déjà débattu de la question. Seulement deux étaient prêts à faire ce qui fut fait... Et finalement, Ezhekiel dût organiser l'assainissement tout seul. Et il le fit presque avec plaisir, sans aucun remord. Un souverain comme l'Empire en avait besoin. Un souverain qui n'aurais sans doute rien contre la mort de quelques prisonniers... Après tout, une exécution demeurait une exécution, n'est-ce pas ?

Le scribe n'imaginait pas, bien sûr, l'étendue de l'horreur de ce que Zélig, et son ancien protecteur, avaient fait. Il était au courant pour les pouvoirs extraordinaires dont Uriel pouvait faire preuve. L'exécution d'un terroriste donna d'ailleurs lieu à beaucoup de spéculations sur la véritable capacité d'un homme, fut-il Haut Prêtre, à détruire une âme. Zélig pouvait-il le faire, lui aussi ? Étaient-ce là, ces fameuses recherches ? La discrète curiosité de Ponti le titillait. Si tel était le cas, la recherche devait être poursuivie. Pour le bien de l'Eglise. Et parce qu'il fallait un équilibre à l'organisation qui permit la création de l'Empire. Uriel avait le don pour maintenir l'ordre. Personne ne pouvait contester son autorité ou mettre en péril la bonne marche de l'Eglise.

Aujourd'hui, le chaos de l'assainissement se dissipait, remplacé par un ordre nouveau. Un ordre duquel émergeaient les vestiges de l'ancien. Zélig en était un. Suzume aussi. La jeune fille se gérait très bien elle-même. Zélig semblait avoir besoin d'aide. Certains avaient besoin de contrôle. La démonstration de puissance brute qu'Ezhekiel réserva aux ecclésiastiques criant au scandale, un an plus tôt, avait été impressionnante. Mais certains nécessitaient une surveillance constante. Emile Paole, par exemple. Un autre homme qui avait atteint un degré de puissance malsain, sous D'Arken. Maintenant, le seul garde-fou n'était plus là et le monstre n'obéissait pas toujours. Certes, il y avait toujours quelqu'un à tuer pour l'Inquisition. Mais s'il décidait de faire des dégâts dans son camp, il n'y aurait pas grand monde pour se mettre efficacement en travers de son chemin. Malgré les faveurs de l'Empereur, Nemesio n'avait pas le temps pour développer ses propres pouvoirs. Il était compétent, sans plus. Et il ne pouvait pas tout faire. Si Zélig pouvait l'aider, et donc aider Suzume, en son temps, c'était parfait.

Au besoin, Emile servirait à contrôler Zélig.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtre †

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 464
♦ Messages : 599
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : Grab your dick and double click !
♦ Protecteur : L'Eglise.
♦ Date d'inscription : 10/06/2010
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Il est temps de remettre de l'ordre dans tout ce foutoir [PV Zélig]   Ven 26 Avr - 17:14

Oh putain il va falloir que j'explique ce que je fais maintenant. Enfin en quoi c'est bien. Le « prenez votre temps » me calme un peu. Que le conseiller de l'Empereur me foute pas la pression me laisse le temps de réfléchir. Il ajoute que la question des sacrifices humains n'est pas à rejeter d'office, si la chose vaut le coup. Ah. Faut que j'explique suffisamment bien pour que ça sonne classe. Je sors une cigarette de ma poche, va falloir que je réfléchisse. Comment formuler. Parce que sinon la réponse, je la connais très bien : le but de la magie du Sang, dans mon cas, c'est de tuer, détruire, saccager, le faire avec un maximum d'efficacité et le plus longtemps possible. Y a la capacité de soigner, mais elle est extrêmement coûteuse en énergie. Je dois tuer quelqu'un pour chaque blessure grave soignée, donc au final c'est un peu con. A mon avis, c'est fondamentalement fait pour me soigner moi, si jamais quelque chose arrive à me blesser malgré tout ce que je peux lui lancer à la gueule et la vitesse avec laquelle je peux me déplacer. Pas autant qu'un voyage ombreux, mais plus vite qu'un mec qui court, c'est sûr. Je n'ai jamais eu l'occasion de me retrouver réellement débordé en déployant au maximum mes capacités, donc finalement la réponse restera floue. Mais... Ishtar est pas en guerre. En guerre contre les terroristes, ouais, p'tète, mais je sers à rien contre un terroriste. Ils sont tous cachés. Nan, ce qu'il faudrait c'est un régiment d'infanterie en face, je sais pas. Ou un gros tas de mages. Mais Ishtar n'est pas en guerre. Y a rien autour. Enfin j'en sais rien. Je tire une latte de ma clope avant de répondre, après avoir pris une bonne minute pour réfléchir à la question. On aborde un sujet que je connais, donc je stresse pas trop :

- Ben... c'est surtout efficace pour combattre, je pense. C'est... l'énergie des gens, elle est dans le sang quoi. C'est pas le sang en soi c'est ce qu'il y a dedans. C'est noir et lumineux en même temps et puis ça fait exploser le rouge... enfin bref. Nan, faut mieux pas tenter de décrire ça. C'est comme décrire une couleur à un aveugle. Et quand je sacrifie quelqu'un, ben je euh... je prends sa part d'ombre. Pour l'utiliser. Mais c'est pas... direct quoi, enfin... ça transforme en fait. Oh putain je suis tellement fier de l'avoir trouvé ce mot là ! Physiquement et dans la tête. Je préfère dire les avantages avant de dire « ben je me transforme en une espèce d'animal ». Sinon il va penser que le but c'est de courir après des pelotes de laine ou je sais pas quoi. Nan, le but c'est de faire gicler ses ennemis partout. Ça rend plus... plus tout. Plus grand, plus fort, tout ça, mais en restant capable d'utiliser les ombres. Et euh plus déterminé quoi. Vraiment plus. Mais euh... Et c'est là qu'on aborde la partie difficile. La forme change quoi. C'est... un genre d'animal. Ça sonne idiot mais c'est plus facile pour escalader et tout ça, et puis il y a les dents... mais c'est pas un vrai animal. Plus gros. Enfin... c'est un imaginé à partir d'un que j'avais jamais vu en vrai.

Y en a pas à la Capitale des panthères hein. Mais j'en ai vu une au retour de Khofora. Ça ressemble plus à un chat que je le pensais. Genre tout ondoyant, tout svelte avec un pelage brillant. Ma version a un pelage rêche et huileux, et des muscles plus apparent. Mais c'est pas un vrai animal qui vit en vrai, donc je peux bien faire ce que je veux, c'est ma manifestation physique. J'suis pas mage des panthères moi.
Une fois ce détail très intéressant mis en lumière, je m'aperçois quand même que ce que je viens de raconter sonne complètement délirant. Je serais le ministre, je quitterais la pièce après avoir entendu un tas de conneries pareilles.

- A entendre c'est bizarre mais je décris mal. Et je sais pas pourquoi, j'ose dire un truc de fou niveau impolitesse : Une démonstration ça serait mieux. Ouais, je sous-entend demander une faveur, ouais, mais la perspective de manger quelqu'un me tente trop.

J'ai soif d'avoir autant parlé d'un coup. Je me demande vaguement pourquoi Uriel a pas écrit un beau bouquin pour raconter comment c'est la magie du Sang, mais c'est pas important alors je m'attarde pas sur la question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtre †

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 168
♦ Messages : 48
♦ Âge du perso' : 32
♦ Protecteur : The Emperor Himself
♦ Date d'inscription : 25/04/2013
♦ Age : 28

MessageSujet: Re: Il est temps de remettre de l'ordre dans tout ce foutoir [PV Zélig]   Sam 27 Avr - 21:42

Nemesio s'efforça de rester impassible. Cela lui demandait la mobilisation de tout ce qu'il avait appris en un an, à la Cour de l'Empereur à propos de la maîtrise de soi. Il pouvait écouter des heures des récits sur la mort des gens. Après tout, il avait travaillé à consigner le travail de l'Inquisition. Il vit ses frères armés à l'oeuvre. Mais Zélig soulevait une question infiniment plus malsaine... Ainsi, Uriel D'Arken y était vraiment parvenu. Avec l'aide de cet énorme singe doté de parole, semble-t-il. Le blond avait le talent pour dénicher ses collaborateurs.

Le prêtre noir (de peau, bien sûr) poursuivit sa description... Et cela ne faisait qu'empirer. Le mage du sang ne se contentait pas d'arracher l'âme d'un être vivant à son corps. Il l'absorbait. Le concept, surtout pour un homme bien éduqué et maîtrisant la magie des ombres, était purement terrifiant. Son interlocuteur ne semblait pas s'en rendre compte. Mais la société ishtarienne, modelée par la religion vivait sa vie, souvent difficile, avec une consolation. A sa mort, tout être vivant retourne à l'Ombre pour y connaître la paix et l'harmonie. Une communion absolue avec l'Univers pour les plus imaginatifs. Un sommeil paisible pour les simples d'esprit. Qu'importe. L'existence n'avait pas de fin, elle était perpétuelle et ne faisait que changer de forme.

Là... Il apprenait que les âmes humaines, l'Ombre pure et sacrée, étaient comestibles. Et qu'en plus, cela permettait à Zélig de devenir... Une créature digne d'un conte pour terrifier les enfants. L'Empereur était-il au courant ? Devait-il l'être ? Ces questions, et bien d'autres, purement techniques, se bousculaient dans l'esprit de Nemesio. D'autre part... Il ne pouvait nier que tout ceci représentait un pouvoir inimaginable. Une occasion pour redorer l'image de l'Eglise et montrer l'utilité de l'organisation aux yeux du Saint Empereur.

- V... vous pouvez me jurer que c'est la vérité ?

Difficile de ne pas demander une confirmation, après avoir entendu tout cela. Sans doute, Zélig ne sera jamais un grand orateur. Mais s'il avait raison et qu'il ne mentait pas (était-il seulement capable d'élaborer un mensonge de cette taille ?), les implications étaient gigantesques.
La voix du scribe était un faible murmure. Malgré la fermeté de son visage, il n'était pas capable de parler plus fort, encore écrasé par le poids de ce dont l'Eglise semblait capable si un homme suffisamment puissant et impitoyable se mettait à sa tête. Ezhekiel en était sans doute un. Mais il ne pouvait, et ne voulait, pas se consacrer entièrement à la religion. Zélig, lui, n'avait rien d'autre à faire.

Il sourit. Etait-ce là la tentative de son interlocuteur d'obtenir quelque chose avec subtilité ? Pas trop mal. Ponti comprit rapidement l'allusion. Une démonstration... La curiosité empêcherait le ministre de dormir, de toute façon. Même si, il s'en rendait compte, on lui demandait son accord pour perpétrer un acte de barbarie... Voire d'hérésie... Manipuler l'Ombre... Non. Il fallait qu'il voit ça de ses propres yeux.

Lentement, Nemesio hocha la tête. Il prit une profonde inspiration, avant de parler à nouveau.

- D'accord. Notre Sainte Mère l'Eglise aura sans aucun doute besoin de vous... Mais il est hors de question d'accomplir cela ici. Je suppose que vous devez connaître la Prison, n'est-ce pas ? Venez.

Si tous ces morts avaient été sacrifiés quelque part, c'était dans les cachots de l'Inquisition. Nemesio posa sa main sur la poignée de la porte, avant de s'arrêter. Une question primordiale demeurait. Sa tête, baissée, se tourna légèrement vers Zélig.

- Qui d'autre est au courant ?

Nemesio misait sur Suzume. Il était même prêt à miser gros sur le fait qu'elle maîtrisait déjà ces pouvoirs. Uriel pouvait ainsi mourir tranquille. Si Zélig ne réclamait pas sa place, Suzume serait alors la seule à pouvoir vaincre tous ses adversaires. Capable d'arracher des âmes à leurs propriétaires, elle n'aurait effectivement rien à craindre et l'héritage du blond serait assuré... Brillant. Et terriblement malsain.

Le ministre laissa Zélig lui répondre à son aise, alors qu'ils quittaient la Cathédrale pour se rendre à la Prison. La Garde les laissa passer, il en fut de même pour les étages inférieurs, occupés par l'Eglise et sa police. Désormais, la police de l'Empereur. Heureusement, Nemesio représentait justement Son autorité. On confia un condamné à mort aux deux prêtres, sans poser de questions. Le spectateur se plaça dans un coin de la cellule et invita le mage du sang à faire ce dont il était capable. Il priait aussi pour sortir vivant de cet endroit sombre et humide. Son regard, gris et passablement morne, était focalisé sur les gestes du noir. Il ne voulait rien perdre de la scène.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtre †

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 464
♦ Messages : 599
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : Grab your dick and double click !
♦ Protecteur : L'Eglise.
♦ Date d'inscription : 10/06/2010
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Il est temps de remettre de l'ordre dans tout ce foutoir [PV Zélig]   Lun 29 Avr - 8:35

Le ministre de l'Empereur me demande de jurer que ce que je raconte est vrai, en bafouillant légèrement. Je baisse le nez et je jure. Il a une voix assez douce, quoique monocorde, qui anesthésie un peu le cerveau. Ça aide à rester calme. Il pose des questions formulées simplement et il part pas dans tous les sens quand il parle, j'aime ça. C'est pas comme Suzume qui... enfin tu vois quoi. C'est pas la peine d'en parler, ni même de gaspiller mon précieux neurone à y penser. Il faudra bien que je lui apprenne la magie du Sang de toute façon, elle m'a dit qu'elle le voulait et que c'était nécessaire. Puis ça me débarrasserait de la corvée d'être le seul mage de Sang. Si j'arrive à lui faire sentir la part d'ombre des gens, elle développera sans doute ses propres techniques plus subtiles et utiles que les miennes. Elle aura la puissance nécessaire pour devenir Haute-Prêtresse, malgré son très jeune âge. Uriel aussi était très jeune aussi quand il a pris cette fonction. C'est un poste qui s'obtient plutôt après toute une vie de complot, de coup dans le dos, d'élimination des rivaux et de pratique assidue de la magie. Mais y a des gens qui sont plus rapidement qualifié que d'autres ; Suzume fera une très bonne salope.
Nemesio Ponti me propose ensuite d'aller à la prison pour lui montrer ce que je sais faire. Je regagne en enthousiasme. Youpi, je vais tuer quelqu'un et ça va me shooter la gueule. Le ministre me pose une question en partant, je réponds :

- Suzume Zhang-Jian, elle m'a demandé de lui apprendre la magie du Sang y a pas longtemps et on a commencé. Monsieur. Je sais pas si il faut l'appeler d'une façon particulière, lui, j'ai jamais parlé à un conseiller de l'Empereur. Du coup j'ai mis un truc passe-partout. Et puis quelques prêtres. Je sais pas trop. Je m'occupais pas de ces choses là.

Je hausse des épaules puis je le suis vers la Prison. Y a des salles secrètes dans les catacombes et ailleurs, mais il est p'tète pas au courant. Uriel s'occupait de tout ce qui était social, moi j'me contentais de tuer des gens et de faire des problèmes. Plein. Je me suis pas posé non plus la question de savoir si Nemesio serait bien d'accord pour que j'apprenne à Suzume à être une bête assoiffée de sang humain. J'lui ai dit direct. Ça me viendrait même pas à l'idée de mentir à un conseiller de l'Empereur. Faut toujours dire la vérité aux gens qui pourraient te punir d'avoir menti, un truc comme ça.

Le trajet jusqu'à la prison se passe sans incident notable, et après on nous mis dans une pièce tranquille et la victime nécessaire arriva peu de temps après. J'ai oublié combien c'était facile quand on avait un mec important avec soi. Le-dit mec va se mettre dans un coin au fond de la pièce, et du coup c'est à mon tour. Je ne sais pas trop si Nemesio Ponti a déjà vu beaucoup de gens mourir. Il a jamais dû assister à une scène de cannibalisme bestial en tout cas. Mais je peux pas me cacher pour cette étape du processus, elle est importante. Je suppose qu'il ne souhaite pas que je ménage sa sensibilité en me mettant dos à lui. Donc je commence.
J'attache mes cheveux, je chope un couteau et j'enlève mes fringues pour pas les détruire en me métamorphosant. Ensuite j'égorge l'offrande et je bois son sang. Normal. La routine quoi. Je préfère pas lever les yeux pour voir la tête du ministre en même temps. Puis au bout d'une longue minute où on entend seulement des bruits de succion dégueulasse et de liquide éclaboussant le sol, le mec crève enfin. A partir de là ça va assez vite, je lâche les rênes de la magie et dans une grosse explosion de noir je me transforme. Enfin !

Je me tiens devant l'ecclésiastique, sur quatre pattes. Je me souviens plus trop de ce que je fais ici, mais j'ai bien retenu qu'il était important de montrer mes pouvoirs à cet homme, sans lui faire du mal. Les mots d'Uriel à propos du culte de l'Empereur, de l'importance d'aider Suzume et tout ça tournent dans ma tête comme un mantra, pour m'empêcher de sortir dehors faire n'importe quoi. J'ai pas l'habitude d'être dans une pièce, à l'intérieur, à rien faire. Mais on me regarde pour me laisser peut être tuer des hérétiques, et c'est bien. Je fais osciller les ombres dans la pièce, juste pour prouver comment je suis trop fort, et j'essaye d'avoir l'air le plus imposant possible. Je redresse la tête, j'ouvre la gueule pour qu'on voit mes dents, je contracte les muscles et j'essaye d'être le plus grand possible. Le plus gros. Le plus fort. Utiliser le plus de magie possible, dégager une sensation de puissance brute, faire sentir mon avidité à annihiler tous les ennemis de l'Eglise et de l'Empereur, tout ça. Les ombres sont un peu en bordel dans la pièce parce que j'essaye de mobiliser beaucoup de magie, juste pour avoir la classe. J'espère que l'humain va me dire qu'on va tuer des gens maintenant, j'aime pas être immobile. Faut jamais que je m'ennuie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtre †

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 168
♦ Messages : 48
♦ Âge du perso' : 32
♦ Protecteur : The Emperor Himself
♦ Date d'inscription : 25/04/2013
♦ Age : 28

MessageSujet: Re: Il est temps de remettre de l'ordre dans tout ce foutoir [PV Zélig]   Ven 3 Mai - 15:53

Suzume était au courant, bien sûr. Ça, c'était prévisible. "Quelques prêtres" ? Des partisans d'Uriel sans doute. Ou alors ceux qui s'occupaient des soins aux blessés du chantier de la Nouvelle Ville. A vrai dire, le ministre voulait principalement savoir qui savait que Zélig était à même de manipuler l'âme des gens. Par expérience, il savait que les gens n'allaient pas tous chercher la source d'un tel pouvoir. Ils se contentaient de savoir qu'il pouvait refermer les plaies et ressouder les os.

Nemesio resta là, dans son coin, pétrifié, les yeux écarquillés. De nombreuses idées lui venaient en tête, la plupart impliquant la fuite ou des hurlements. Aucun son ne parvenait à sortir de sa bouche. Des frissons glacés lui secouaient le corps, alors que l'espèce de rituel se déroulait devant lui. Passons sur le fait qu'un homme se faisait égorger pour que sa curiosité soit satisfaite. Il était un prêtre de l'Eglise de l'Ombre et savait parfaitement qu'on arrive à rien sans sacrifices. L'idée d'une exécution ne lui était guère étrangère.

Cependant, c'est autre chose qui se déroulait devant lui. Sans être un grand magicien, Nemesio était... bon. Sans plus, mais compétent. Il avait vu de nombreuses personnes plus fortes que lui à l'oeuvre, le Haut Prêtre compris. En présence de Suzume ou d'Emile Paole, il ressentait leur supériorité brute. Avec Zélig, cela n'avait aucun rapport avec une meilleure technique ou plus d'heures passées à s'entraîner. Cet homme, s'il en était encore un, jouait dans une autre ligue. Naïvement, Nemesio avait toujours cru que l'Empereur seul était capable de déployer une puissance aussi assourdissante. C'est un bon mot, ça, "assourdissant". Ses sens, développés inconsciemment par tous les magiciens, étaient étourdis par l'immensité de ce qui se déroulait devant lui. C'en était presque insupportable d'être dans la même pièce, une si petite pièce, que ce monstre.

Zélig était sans aucun doute le sorcier le plus puissant que Nemesio n'eut jamais l'occasion de croiser... Pendant un instant, il se dit qu'il aurait dû demander à des inquisiteurs de l'accompagner. Mais au final, cela changerait-il quelque chose ? Il n'avait pas l'impression que quoique ce soit pourrait s'opposer à l'immense félin fait d'ombres et de muscles. Uriel lui-même a-t-il jamais disposé d'un pareil pouvoir ? Peut-être. Mais son corps ne lui avait pas permis d'en jouir longtemps. L'admiration terrifiée de Nemesio, envers le défunt petit blond ne cessait de croître. Il devait être une sorte de génie terriblement chanceux pour pouvoir maîtriser Zélig et Paole. Et trouver du temps pour toutes ses autres affaires et amants.

Il a fallu un moment à Nemesio pour se rendre compte que Zélig l'attendait. En tout cas, il semblait attendre quelque chose, se présentant sous tous les angles. Au moins, il se souvenait que lui, il ne devait pas le manger. Une bonne chose. Le scribe reprit lentement son souffle. Quelques détails techniques méritaient d'être débattus.

- Cela va durer longtemps ? Je veux dire... Ce n'est pas indéfini ?

Non... L'énergie devait s'épuiser. Mais le monstre en face de lui donnait l'impression d'une créature faite pour durer. Ils avaient largement plus de temps que cinq minutes. Nemesio, un peu pâle, se rapprocha.

- C'est fascinant... Y a-t-il des effets secondaires ?

Un corps humain ordinaires était-il seulement capable de supporter tout cela ? Il n'était plus question d'entraînement physique classique, pratiqué par tous les prêtres. Pas question de nourriture saine, de méditation, de sommeil et d'exercice physique. Zélig avait aspiré l'âme d'un autre et il la brûlait pour prendre la forme d'un animal monstrueux. Si cela était aussi dangereux que ça en avait l'air... Eh bien, il aurait préféré ne pas avoir connaissance de l'existence de son interlocuteur, en fait.

Et que faire ensuite ? Ils ne devraient pas sortir comme ça. Même pour monter en voiture directement. Rentrerait-il dans une voiture, seulement ? Ou alors avait-il déjà l'habitude de courir les rues, du temps d'Uriel.

- Euh... Hmm... Pouvez-vous être discret ? Ne pas vous faire voir, aller très vite ? Si oui... Nous pourrions nous donner rendez-vous à l'Arène. J'aimerais bien vous voir... A l'oeuvre.

Nemesio n'aime pas non plus l'idée que Zélig puisse rester là à s'ennuyer. Il n'y avait pas vraiment de gens qu'on pourrait regretter ici, mais inutile de perpétrer un massacre par manque de prévoyance. Il espère que cette idée pourra être mise en pratique. Sinon... Il n'a pas vraiment de meilleure idée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtre †

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 464
♦ Messages : 599
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : Grab your dick and double click !
♦ Protecteur : L'Eglise.
♦ Date d'inscription : 10/06/2010
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Il est temps de remettre de l'ordre dans tout ce foutoir [PV Zélig]   Ven 3 Mai - 18:15

Je fixe l'humain. Dans ma tête il ne se passe pas grand chose, mis à part une vague frustration à propos de cette chasse qui ne vient pas. Je ne dois pas manger Nemesio. Je dois l'écouter. C'est dur. J'ai pas l'habitude de devoir me concentrer sur ce que dit ma bouffe. Et j'en ai strictement rien à foutre de son angoisse, je ne la perçois même pas. Les expressions du visage n'ont plus aucune signification pour moi. Mais j'entends son cœur battre, et il bat vite.
Le conseiller de l'Empereur... me pose une question. Merde, je m'y attendais pas à celle là. Je me suis jamais occupé de faire des bruits avec ce corps là. Mais j'y vois pas d'objection. Faut juste que je trouve comment faire, et quoi dire. C'est très dur de penser à autre chose qu'à tuer des trucs tu sais ? J'aimerais mieux être ailleurs hein. J'ai rien à faire en intérieur, déjà. C'est plein de murs. Ça sert à rien de mettre un truc super gros à l'intérieur hein, il manque d'efficacité. J'aimerais mieux courir après un cœur en train de battre, et le faire s'arrêter. Je m'agite,en piétinant un peu sur place. Il faut rester sur place et parler ! Pour l'Eglise. Mais l'Eglise, ce ne sont que des humains alors que les ombres sont toujours là. Et elles ne parlent pas. Mais les histoires de mortels sont intéressantes parce que... à long terme on peut manger des gens ?
J'essaye de parler. Je n'ai pas une voix humaine, trop dur. Je ne sais pas le bruit que font les panthères habituellement, donc c'est pas ça non plus. C'est plutôt un mélange de sifflements et de grondements. Glauque et flippant à la fois, comme un oracle énoncé avec une trachéotomie. En plus, j'arrive pas à synchroniser les mouvements de la bouche avec les sons, ce qui rend un effet assez bizarre. D'un coté, les bouches de chat, c'est pas fait pour.

- Longtemps ? Oh ouiiiii... si je mange.

Le ministre s'approche de moi pour m'examiner d'un peu plus près. Pas trop. Tant mieux, je saurais mieux me tenir si il garde son délicieux sang loin de moi. Il me demande si il y a des effets secondaires à mon état. Comme si c'était une maladie avec des à cotés désagréables. Il n'y a que des bons cotés ! J'ouvre la gueule plus largement, c'est une sorte de sourire, mais avec plus de mauvaise haleine. Mon souffle sent le fer et la décomposition.

- Effet secondaire... j'ai faim, j'ai faiiiim. Une petite pause pour lui laisser le temps d'intégrer cette idée essentielle : pomper l'énergie vitale des gens, ça fait plaisir. L'Arène ? Oui, je vous y rejoindrai. Rapide. Discret. Et j'y mangerai.

Je me suis enveloppé d'ombres et je suis parti. Arriver à l'Arène sous la forme d'un monstre géant sans se faire voir est pas évident, même si je passe par les toits. Je connais le moyen de sortir de la prison par la porte de derrière, et les environs sont assez vides du coup, mais après... j'espère qu'être entouré d'ombres me fera passer pour un sort de prêtre bizarre. C'est mieux d'être un nuage de magie à la con qu'un cannibale démoniaque hein. Donc je grimpe sur le premier toit venu à l'aide de la magie et de mes petites pattes et hop. J'arrive à l'Arène sans incident notable, genre un ramoneur au mauvais endroit au mauvais moment ou des trucs comme ça, et je rentre dans le monument par le haut. J'ai dû faire des détours pour ne pas me faire voir, et même si j'ai couru et sauté partout, le conseiller de l'Empereur est arrivé avant moi. Tant mieux, il m'a mis plein à manger dans l'Arène.

Je saute dans le sable, prêt à bouffer. Et là, ça devient une grosse boucherie. A ma grande joie, ils m'ont servie des géno combattants. Ils se défendent ! Je peux jouer avec ! Le problème, c'est que eux, plus le temps passent et plus ils fatiguent, alors que moi à chaque fois que je tue l'un d'entre eux avec mes crocs, je regagne en énergie. D'ailleurs, la première chose que je fais en arrivant c'est d'en faire croustiller un en le prenant à la gorge. Les vertèbres aiment pas bien, et il meurt rapidement dans ma bouche. Je sens l'entrée d'énergie dans tout mon corps, et ça me motive encore plus. Comme il y en a beaucoup et qu'ils m'attaquent tous avec leurs facultés diverses, je me paie le luxe d'en tuer avec les ombres même si ça ne m'apporte rien, puisque je n'ai pas accès direct à leur sang de cette façon. Quelque fois, il y en a un qui arrive à me toucher, mais je me soigne rapidement. Je suis trop excité pour sentir la douleur de toute façon. Il y a une femme devant moi, j'utilise ma technique favorite : sauter dessus pour la renverser et fourrer mon museau dans la première zone de peau qui passe. Ici, le ventre. Y a des tripes et d'autres organes bizarres qui commencent à voler partout, puis je repars en galopant buter quelqu'un d'autre. Ils sont moins nombreux, alors je joue un peu. Genre les faire voler en donnant des coups de patte dedans. Puis recommencer. Et encore. Et encore. Jusqu'à ce que ce soit plus drôle de jouer parce qu'il y a trop de morceaux. Ce qui est flippant, c'est que non seulement je massacre un tas de gens, mais en plus j'y prends un plaisir obscène. J'y mets beaucoup de créativité. A un moment je lance quelqu'un en l'air et je le dégomme en plein ciel avec de l'ombre, un autre je le fais exploser de l'intérieur par la magie aussi, juste pour l'effet visuel. Comme un feu d'artifice en viande. L'ombre est rentrée par la bouche et est sortie par tous les cotés en même temps. J'ai piqué l'idée à Uriel, il m'a enfoncé de l'ombre dans la gorge une fois et c'était pas très agréable. J'imagine qu'exploser ne l'est pas non plus, mais j'en ai un peu rien à foutre. J'en ai rien à foutre des hurlements, de l'odeur, des corps humains déchiquetés. Rien à foutre. Complètement. Aucune connexion émotionnelle, aucune signification.
Certains combattants résistent plus longtemps que d'autre. Comme cet homme invisible dont je n'ai noté la présence qu'à la toute fin, à cause de son cœur qui bat. Il y en a un qui tirait bien à l'arc aussi, il m'a pas mal emmerdé à courir partout en tirant pendant que j'étais occupé avec les autres, je me suis pris deux flèches dans le lard à cause de ce con. J'ai soigné, mais quand même. Note pour plus tard : les archers, c'est chiant. Y avait aussi un gonze volant, mais il a pas fait long feu celui là, même si je vole pas. Il aurait dû voler plus haut, voilà.
Mais au bout d'un moment, tout le monde est mort quand même.

Je suis allé vers Nemesio Ponti dans les gradin. Je sais pas comment il a prit tout ça, mais j'ai tué beaucoup de gens, et je les ai tué bien, je suis chargé en énergie magique et heureux. Je m'assois en face du ministre. Il y a une lourde odeur de fer, à cause du sang sur moi.
Je le fixe du regard et je me mets à ronronner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtre †

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 168
♦ Messages : 48
♦ Âge du perso' : 32
♦ Protecteur : The Emperor Himself
♦ Date d'inscription : 25/04/2013
♦ Age : 28

MessageSujet: Re: Il est temps de remettre de l'ordre dans tout ce foutoir [PV Zélig]   Mar 7 Mai - 11:30

Zélig parlait avec davantage de difficulté, mais ses réponses étaient cohérentes. Bien qu'effrayantes. Le scribe aurait bien aimé savoir comment fallait-il faire alors pour interrompre ce processus ? Le colosse n'allait tout de même pas manger jusqu'à la fin des temps pour rester dans cet état ? Non, probablement pas. S'il avait une expérience de cette magie, c'est qu'il s'arrêtait parfois de manger pour revenir à la normale. Mais Nemesio devait reconnaître qu'il n'avait strictement aucun moyen pour l'arrêter, si les choses tournaient mal. Alors que l'autre sortait tel un nuage d'énergie, le scribe considéra la question d'un soutien. Faire quérir Suzume ne semblait pas être une mauvaise idée.

Finalement, il décida d'aller à l'Arène et s'y assurer qu'aucune victime "libre" ne serait à déplorer.

Sur le chemin vers la sortie de ces lieux lugubres, le ministre dut reconnaître qu'il était très stressé par tout ceci. Sa propre curiosité lui semblait être malsaine et il se sentait souillé par ce qu'il cautionnait. Et ce qu'il allait encore permettre. Il se jura qu'après l'Arène, cela devait prendre fin. Une fois dehors, il monta dans son carrosse privé, mis à la disposition par le Palais et indiqua au cocher la nouvelle destination. Comment, par l'Empereur, Uriel faisait-il pour assurer sa main-mise sur un monstre pareil ? Certes, Zélig semblait avoir un sens aigu de l'autorité et de la hiérarchie... Mais tout de même. Se rendait-il compte qu'il était probablement l'une des... trois personnes les plus puissantes dans cette ville ? Probablement l'une des deux les plus puissantes, d'ailleurs ? Oui, il devait en avoir conscience. Pourtant, il pratiquait la magie pour le plaisir de la pratiquer, comme s'il s'agissait d'une friandise. Ou d'une drogue.

Nemesio eut un frisson glacé.

Le trajet ne fut guère long. Par la grâce de l'Ombre, l'Arène était déserte, si on ne comptait pas la dizaine d'hybrides et d'objets s'entraînant sous l'oeil vigilent d'un maître d'armes. Ce dernier devait être écarté du sable... Inspirant à fond, Nemesio monta dans les gradins, dans l'une des loges de la noblesse. Il aurait probablement pu s'installer dans celle de l'Empereur mais un brin de discrétion ne lui ferait aucun tort. Sans parler du fait que les systèmes de sécurité à désactiver autour du trône réservé au souverain et à ses suivants étaient plus complexes et Nemesio n'avait pas toutes les clefs avec lui. Il convoqua le maître d'armes d'un geste et lui exposa la situation. Ses combattants allaient devoir faire face à un nouvel animal, créé par Exodum. Lui-même était remercié de ses services pour aujourd'hui et, en récompense, allait recevoir un petit plus en or. Pour les services rendus au peuple d'Ishtar et à l'Empire. Ensuite, il raconta une histoire similaire à voix haute, à l'attention des esclaves qui l'écoutèrent tête baissée. Ils étaient là pour combattre et pour mourir.

Pourtant, l'arrivée de Zélig poussa Nemesio à un élan de compassion. Il pria pour ce qui resterait des âmes des combattants génétiquement modifiés. Sans doute pas grand-chose. Le monstre était là pour manger. Il n'y aurait pas grand-chose, sinon rien, qui pourrait rejoindre l'Ombre, une fois qu'il aurait fini. Le scribe se fit néanmoins la réflexion que cela impliquait que même les esclaves avaient des âmes. Intéressant, d'un point de vue théologique.

Le spectacle était digne des prières les plus compatissantes que l'Eglise ait jamais pu concevoir. Un massacre effroyable, fait de sang, de violence et de magie, décoré de joie pure et malsaine de son auteur et acteur principal. Aucun pouvoir de la science ne semblait résister à Zélig. Ses blessures se refermaient sous les effets de sa magie, sa force dépassait celle des muscles d'Objets, sa magie déchirait les corps comme s'il s'agissait du papier.

- Monstrueux...

Il le dit, à voix haute, pour lui-même. Ce seul mot résumait bien toute la situation et se perdit dans le vacarme de la bataille, dont l'issue était en fait connue d'avance. Toute cette horreur était presque aussi traumatisante que les implications philosophiques et magiques de la connaissance que Zélig était le dernier à détenir en ce monde... Finalement, le monstre vint près de lui, après avoir achevé son oeuvre de destruction alimentaire. Il avait l'air largement satisfait. Son bonheur était simple et sincère. Un gros chat, ayant mangé et prêt à se rouler en boule. Devait-il organiser un massacre similaire souvent ? Ou c'était juste parce que depuis un an personne ne le couvrait plus ?

La présence du monstre n'était pas moins écrasante. Nemesio se crispa dans son siège.

- Je... présume que ça va mieux ? Évitons d'autres victimes pour aujourd'hui...

Ah... Il en oubliait presque que c'était à lui de prendre une décision. Comment quelqu'un d'autre qu'un Haut Prêtre pourrait disposer de cette créature ? Mais à défaut de quelqu'un de plus capable et mieux placé, le scribe comptait bien prendre cette charge supplémentaire sur ses épaules. Le temps de la transmettre à Suzume. Elle avait les mains liées par son grade au sein de l'Eglise et une légère tension entre elle et l'Empereur. Elle n'avait vraiment pas besoin d'une pile de cadavres exsangues dans son placard. Il soupira, s'habituant doucement à l'odeur qui contribuait à rendre Zélig terrifiant.

- Je suis convaincu que l'Eglise a besoin de vous. Et de votre savoir. Mais nous ne pouvons pas faire ça de cette façon. Faites vous discret, le temps de redevenir... présentable. Je vais vous autoriser à exécuter les condamnés à mort. Seulement certains. Pas tous. Histoire de ne pas attirer l'attention de la Garde.

Le Duc-Commandant était bien prêt à mener lui-même la chasse à un monstre pareil. La bataille serait sans doute tout aussi épique que destructrice et inutile. Non, les troubles étaient ce qui dérangeait le plus Nemesio. Le jeune Ponti était partisan des solutions simples et efficaces, discrètes. Zélig était nécessaire. D'ailleurs, s'il ne l'était pas, qui se débarrasserait-il de lui ? Quel bataillon ? Quel nombre d'Inquisiteurs ? L'Empereur en personne ? De toute évidence, il était un atout pour la puissance de l'Eglise. Il fallait juste le nourrir et garder à l'Ombre. Ni dans la lumière de l'opinion publique, ni dans les Ténèbres de l'oubli total. Intérieurement, Nemesio sourit... L'Ombre ne cessait d'être une source d'enseignements.

- Restez discret au maximum de vos possibilités, travaillez au Monastère, à la Prison, mais ne laissez personne savoir ce que vous pouvez faire. Plus de soins. Personne ne vous le demandera plus.

Cette instruction était assez lourde au niveau des implications. De toute évidence, Zélig allait coûter cher en organisation et en vies humaines. Même si la plupart des gens le traitaient comme une curiosité ridicule, il ne fallait pas prendre le risque que quelqu'un comprenne ce qu'il fait. Cela sentait des réaffectations d'ecclésiastiques au quatre coins de l'Empire. Ou des assassinats discrets. La première option était préférable, bien entendu. Pas de vagues. Il fallait encore retrouver tous ces gens qui ont travaillé au chantier... Quelle misère...

Mais ça, ce n'était plus le problème du colosse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtre †

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 464
♦ Messages : 599
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : Grab your dick and double click !
♦ Protecteur : L'Eglise.
♦ Date d'inscription : 10/06/2010
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Il est temps de remettre de l'ordre dans tout ce foutoir [PV Zélig]   Jeu 9 Mai - 11:35

Je fixe Nemesio du regard. Oui j'ai mangé et ça va mieux, beaucoup mieux. Même quand Uriel était encore en vie j'ai rarement eu l'occasion de manger autant en même temps. Ça fait beaucoup de morts d'un coup, ça serait du gaspillage. Néanmoins, je vais pas me plaindre du putain de buffet gastronomique auquel j'ai eu le droit. Une dizaine de parts d'ombre diffusent leur énergie en moi. Je me sens calme et sûr de mes pouvoirs. J'ai l'esprit à peu près clair... pour une bestiole maléfique de l'Ombre. Je n'arriverais sans doute pas à compter mes pattes et à faire la différence entre un humain qui sourit et un humain qui hurle d'agonie, mais comprendre ce qu'on me dit et y répondre semble moins de l'ordre de l'impossible. Je me pose sur mon séant et je commence à nettoyer une patte pleine de morceaux d'organes du bout des crocs. Je suis assez intelligent pour me dire que trouver ce genre de reliquat sous forme humaine me mettrait certainement mal à l'aise, et qu'il vaut mieux que je me retire ça tant que j'en ai rien à foutre. Si on me laisse une demi-heure tranquille, je pourrais m'occuper des poils et pas me réveiller couvert de sang séché en train de moisir sur mon dos, comme d'habitude. Je réponds à Nemesio, avec un poil plus de fluidité :

- Oui, c'est mieux. Je peux penser à autre chose qu'à manger.

Je reprends le nettoyage de mes pattes. La réaction émotionnelle du conseiller de l'Empereur, je m'en fous un peu, mais je suis tout disposé à écouter ce qu'il a à dire. Il m'ordonne des trucs. Je suis content, j'aime bien quand on me dit quoi faire, surtout sous forme humaine. Je ronronne encore plus fort. Ouiiii, j'aurais le droit de tuer des choses, même si c'est pas autant qu'aujourd'hui. Je n'aurais plus à soigner des pécores. Tant mieux, ça me fatiguait beaucoup. Le ministre Ponti insiste beaucoup sur la discrétion. Comme je n'ai plus faim, je réfléchis. Il ne faudra plus sortir des salles où je tue les gens, du moins pas sous cette forme là. Ça sera pénible. Mais le ministre me donnera d'autres occasions de sortir hein ? Du coup, je pose la seule question qui fait sens dans ma tête :

- L'Empereur est content ?

Bon, la question est pas à prendre au sens littéral, mais elle a le mérite d'être au présent simple et de n'être composé que de trois mots pas trop dur. J'aimerais bien qu'on me dise que je suis un gentil Zélig qui fait bien de la magie pour l'Empire et pour l'Ombre et que je vais avoir un su-sucre. Nan... en fait j'ai même pas besoin d'une récompense.

- Mais oui, discret. Bien discret. Suzume peut me voir, les autres non. Rester dans le Monastère et la Prison. Ne pas tuer n'importe qui, pas la Garde. Discret.

Je vais plus facilement m'en rappeler sous forme humaine si je le comprends bien et que je l'intègre bien maintenant. Me souvenir de ça. Sinon sous forme de vrai Zélig bipède j'ai beaucoup de mal à reconstituer l'ordre chronologique de mes actions, mais ces idées là passeront mieux. J'pense que j'm'en souviens pas parce que ce serait un peu pénible sinon, en fait. J'aimerais pas me souvenir de comment je tue sauvagement les gens.

- Je ne peux pas être présentable ici. Je suis nu. Et... là je me débats mentalement avec des concepts très compliqués pour moi. Je ne peux pas voir « ça » - je pointe d'un mouvement de tête les cadavres éparpillés – quand je suis humain. Pas... agréable. Je rentrerai à la Prison.

Je regarde Nemesio. Je suppose l'entretien fini, puisqu'il m'a vu tuer un tas de gens. J'attends poliment qu'il me congédie. C'est lui qui décide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Il est temps de remettre de l'ordre dans tout ce foutoir [PV Zélig]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Il est temps de remettre de l'ordre dans tout ce foutoir [PV Zélig]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ѧ Le quartier des Ombres Ѧ :: Cathédrale-