Partagez | 
 

 Bite my shiny metal ass. [PV Suzume]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
† Prêtre †

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 464
♦ Messages : 599
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : Grab your dick and double click !
♦ Protecteur : L'Eglise.
♦ Date d'inscription : 10/06/2010
♦ Age : 25

MessageSujet: Bite my shiny metal ass. [PV Suzume]   Mer 17 Avr - 18:27

Je n'ai pas vu Suzume depuis longtemps. Je l'ai un peu cherchée après la mort d'Uriel, puis j'ai laissé tomber. Je suis parti à Khofora et... voilà. J'ai supposé qu'elle était morte, elle traînait des fois dans les bas-fonds pour son travail. Ou qu'elle était partie. Ou tout bêtement qu'elle veut pas me voir parce que je suis un grand con – c'est une raison logique pour moi. Une éventuelle Haute-Prêtresse, ça doit avoir un tas de choses à faire, et j'étais plutôt content que ça n'inclue pas de traîner avec moi. C'est pas productif point de vue prise de pouvoir de traîner avec moi. J'ai promis de lui apprendre la magie du Sang, certes, mais j'ai différé la chose tellement ça me semblait être une mauvaise idée. D'une part, je ne sais pas expliquer quelque chose à quelqu'un, d'autre part on devient difficilement Haut-Prêtre en courant à quatre pattes après les gens pour les tuer et aspirer leur substance vitale. C'est pas bon pour la com'. Du coup je me laissais le temps de « réfléchir » (« oublier » serait plus exact), et vu que Suzume n'était pas là ça simplifiait d'autant le problème.

Puis je suis déjà assez occupé avec moi même ; j'accumule les conneries et je dois pour la première fois de ma vie assumer des conséquences. Une grosse méfiance des prêtres dès que je fais mine de sortir du monastère en dehors des heures de travail, du coup, vu que dès qu'on me laisse tout seul avec une connerie à faire, ça loupe jamais, j'la fais. D'un autre coté, je suis le dernier utilisateur vivant d'une magie puissante, je guéris des grosses plaies en quelques secondes et je manipule bien les ombres, on peut pas trop me tuer ou m'enfermer. Mais ça oblige personne à penser qu'on devrait me laisser me balader à ma guise. Néanmoins – et ça m'a surpris – j'ai découvert pourquoi j'avais rarement de réels ennuis : les gens autour de moi ont la trouille que je ne sois plus d'accord. Parce que si je suis plus d'accord, je suis en capacité de foutre la merde à moi tout seul dans les grandes largeurs. Ce qui me paraît ridicule, comme raisonnement. Après avoir tué un tas de prêtres tout ça, je ferais quoi ? J'irais où ? Puis j'ai pas envie de faire du mal à l'Eglise bordel ! C'est mon camp. Enfin bref.

Là présentement, je suis dans une salle d'entraînement loin de tout et où personne ne va. Pour que e m'occupe sainement, on m'a filé six condamnés à mort qui ne doivent pas être exécutés en public. Ce sont des terroristes ou je sais pas quoi, et il faut pas qu'ils deviennent des martyrs à ce qu'on m'a expliqué. C'est violent pour le public, la mort de six personnes d'un coup, et en plus ils sont tout jeunes et tout mignons. Moi ça va, depuis le temps que je tue alors que je suis fondamentalement pas un sociopathe, j'ai développés assez de troubles psychologiques pour me dissocier de tout ça et voir les gens que je bute comme des paquets de viande endormis. Ouais j'exige que ma viande soit droguée avant que je la mange, sinon elle se débat, elle hurle, c'est chiant et ça me laisse pas le temps de réfléchir. En tout cas je suis dans une cave glauque avec deux cadavres et quatre blessés – ils ont dus passer par la torture – endormis, je me sens à peu près bien. J'ai bouffé la première personne, puis je m'amuse avec la part d'ombre du deuxième. J'ai essayé de faire comme Uriel quand il a mis à mort je ne sais plus quel terroriste, celui qui a pas de bras là. De sortir la part d'ombre des gens, comme ça. Première constatation : ça les fait exploser, les gens, quand on fait ça. Deuxième constatation : c'est très dur de maintenir entre ses mains quelque chose qui n'est pas fait pour l'être. J'arrive à maintenant vaguement une forme de boule, mais crois moi ça demande de la concentration. Et troisièmement... c'est putain de magnifique ! Rien que la proximité de cette ombre fait battre mon cœur plus fort et me rend fébrile. Rien qu'avoir mes mains à coté, ça les rend plus belle.
J'entends la porte de la salle qui s'ouvre, je lève le nez : c'est Suzume. Ça fait longtemps qu'on ne s'est pas vu, mais je suis totalement concentré sur autre chose alors je la salue comme ça :

- Regarde.

Je lui montre ma boule. Je reste une ou deux secondes encore à la regarder, mais là la réalité me rattrape et je prends conscience que c'est Suzume qui est dans la pièce. Ma concentration s'évapore et la part d'ombre que je tenais dans mes mains avec. Je hausse des épaules.

- C'est joli mais ça sert à rien.

Et je pars vers le lit de camp que j'ai installé dans un coin de la pièce pour enfiler des vêtements, histoire d'avoir l'air plus décent. J'suis juste avec un linge autour de la taille là. J'ai un peu tendance à détruire les fringues quand je les ai sur le dos, et ça pousse pas sur les arbres au bout d'un moment. Puis Suzume est vraiment très jeune, c'est gênant quoi. Même si elle fait plus vieille maintenant. Elle a le visage moins enfantin, moins rond, et même si elle est toujours svelte son corps fait plus adulte. J'ai du coup entamé un repli stratégique vers le lit de camp, là où j'ai installé de quoi faire des premiers secours sur moi même si jamais je m'ouvre trop les veines pendant une expérience. Merde, Suzume étant dans la pièce, moi lui ayant adressé la parole, je suppose qu'on est plus ou moins obligé de dire des trucs.

- Euh... salut. Ça va ?

Je regarde sur le coté. Je m'attend plus ou moins à un « oui bien et toi » avant qu'elle se casse. Elle a pas dû rentrer dans cette pièce en sachant que j'étais là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtresse †

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 76
♦ Messages : 268
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Moineau
♦ Protecteur : L'Ombre
♦ Date d'inscription : 29/01/2011
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Bite my shiny metal ass. [PV Suzume]   Mer 17 Avr - 20:22

Certes, Suzume n'avait pas changé ses habitudes de faire banc à part. Elle agissait seule, ne prenait ses ordres de personne, et respectait la hiérarchie que de façon polie et distincte, sans pour autant leur laisser le temps de lui donner des ordres. Bref, elle refusait de revenir au simple rang de prêtresse bonne à envoyer faire toute la basse besogne, et par chance, elle restait assez puissante pour que, bien qu'on ne lui témoigne plus autant de considération qu'avant, on la laisse tranquille, au cas où elle finirait réellement par devenir la prochaine haute-Prêtresse et qu'elle décide de se venger, une fois fait.
De toute façon, même avec son humeur au plus bas et sa continuelle expression lasse, Suzume ne trouvait aucun intérêt à s'attaquer à ses paires. Elle n'aimait pas faire les choses à moitié, et se retenir pour ne pas tuer l'agaçait au plus au point. C'était comme essayer de manger avec des moufle. Purement frustrant et inutile.

Donc, restant toujours volontairement hors de la hiérarchie (ce qui ne l'aidait pas nécessairement à trouvé des partisans au sein même de l'Église), Suzume passait le plus clair de son temps au quartier des ombres à la bibliothèque, pour en apprendre le plus possible sur la politique. Cela prenait du temps, ne l'amusait pas, et n'aidait en rien son humeur, mais au moins, elle s'en sortait de mieux en mieux à la cour impériale, réussissant à tenir des conversations qu'elle aurait fuits un an avant. Elle grandissait, et vite. A son grand damne.
Cependant, Suzume avait assez étudié pour aujourd'hui, raison pour laquelle elle rejoignait la cathédrale, toujours aussi bombée en cette heure, depuis le début de l'année. C'était inévitable, avec l'explosion des bas-fond, tous les pauvres et miséreux s'étaient fait plus nombreux à venir prier l'Ombre pour une clémence qu'ils n'auraient pas. Mais a par l'espoir, que leur restait-il?
Suzume comprenait. Ou du moins essayait-elle.

Prise d'une soudaine nostalgie à la pensée des effondrements des bas-quartiers, Suzume décida de rejoindre les catacombes, pour aller se recueillir devant la sépulture du dernier Haut-Prêtre. Elle évitait au maximum d'y venir, déjà parce que cela n'arrangeait rien à son humeur, mais surtout car elle ne voulait pas faire preuve de faiblesse. Ce genre d'égarement sentimental n'était pas pour elle. On ne se laisse pas aller à une quelconque peine quand on ose prétendre au titre d'héritière du Haut-prêtre. Car au moindre signe de faiblesse, ils seront nombreux à essayer de prouver qu'elle ne méritait en rien les espoirs de feu Uriel, qu'elle n'est qu'une enfant, immature, incapable de mener l'Église, et ils seront alors encore plus nombreux à revendiquer ce qu'elle convoitait depuis tant d'année. Elle n'en doutait pas.

Les catacombes étaient glaciales, humide et sombre. Si l'endroit n'avait pas été aussi glauque, Suzume aurait pu apprécier la sérénité des lieux, où les tombes des prêtres les plus importants de l'Église se suivaient, captivant son regard par leurs décorations à la fois simples et complexes. Un jour peut-être, elle aussi serait enterrée ici.... Mais cette idée ne lui apporta aucun réconfort, au contraire, elle la trouva même un peu morbide, raison pour laquelle elle détourna le regard. Ce n'était pas le moment de toucher le fond.

C'est une légère source de lumière qui fit remarquer à Suzume le petit couloir caché à sa droite, et menant à une porte bien simple et humble, comparé aux fioritures des différents tombeaux. Si une torche n'avait pas été accrochée au mur, maintenant presque éteinte, la jeune fille ne l'aurait jamais remarqué, tant l'angle avait été bien choisi. Intriguant. Assez en tout cas pour pousser Suzume à emprunter le couloir, et à ouvrir la porte. Doucement.
Et ce qu'elle y vit fut... Magnifique.

Au centre de la pièce lugubre et sale, ou l'odeur du sang planait allègrement dans l'air, se trouvait Zelig. A ses cotés un cadavre explosé qui ne capta l'attention de Suzume qu'un bref instant, avant que ses yeux ne se pose sur l'objet, la chose entre les mains du prêtre. Beau. Vraiment. Hypnotisant, presque, à tel point qu'elle en oublia ce qu'elle faisait là. Pourquoi était-elle entrée, déjà? Aucune importance. Elle aurait pu rester des heures à observer l'Ombre, sans jamais s'en lasser. Mais sans qu'elle ne sache pourquoi, elle disparue. Et tout lui sembla plus triste. Plus morne.

Inutile? Pardons? Il fallut bien quelques secondes à Suzume pour se reprendre, alors qu'elle clignait des yeux pour revenir, cherchant à comprendre ce qu'elle venait de voir et ce qu'elle venait d'entendre. Cependant, quelque chose d'autre alerta son esprit. Zelig. Il était là, entouré de morts et de sang, comme à son habitude. Suzume n'avait eu aucun mal à le reconnaître. Certes, il avait perdu en poids et sa carrure était quelque peu moins impressionnante, mais... c'était lui. A moitié nu. Suzume ne s'en offusqua pas, puisqu'elle le rencontrait presque toujours dans cet état, d'ailleurs, cette scène lui rappelait bizarrement leur première rencontre.
Car oui, fut une époque, Suzume eut le ''bonheur'' de passer un certain temps avec lui. Et pourtant, voilà plus d'un an qu'ils ne s'étaient pas croisés. Après l'incident des bas-quartier, Suzume s'était juste renseigné pour savoir s'il été toujours en vie (pas réellement par attachement, ou peut-être un peu, bien qu'au fond, ce soit surtout l'idée que le dernier prêtre de sang disparaisse qui l'avait gêné). Une fois rassurée sur ce point, elle n'avait cependant pas trouvé le temps pour aller le voir, et lui-même n'avait rien fait pour la revoir. En un mot, ils s'étaient évités mutuellement et sans le savoir.
Il était tant que ça change.

Comment voulez-vous que cela aille?

L'Église était en train de se déchirer de l'intérieur et des hérétiques se baladaient tranquillement dans Ishtar, pendant que l'empereur tenait captif le titre de haut-prêtre. Comment aurait-il été seulement possible que Suzume aille bien, dans ces conditions? Cependant, elle ne lança pas de regard agacé ou autre à Zélig, ni de répliques acerbes et vénéneuses, elle en avait cure, et il ne méritait pas sa colère. Seul l'intéressait d'en savoir plus sur ce qu'elle venait de voir. Néanmoins, ses mois à la cour lui avait appris quelques bases de politesse et de savoir vivre. Elle s'arracha donc la gorge pour reprendre, essayant en vain de sourire. Cela devait avoir quelque chose d'inquiétant, voir même de terrifiant.

Je suis cependant... Contente...? Oui, c'est ça, contente de vous voir en bonne santé. Et humain, surtout...

Rappelons que la dernière fois qu'elle l'avait vu utiliser la magie du sang, il avait soit été, aveugle et parfaitement abrutie, soit une sorte de gros chat près à lui sauter dessus, que ce soit pour la manger ou pour lui faire un câlin. Cette expérience lui avait d'ailleurs laissé un arrière-goût amer, la calmant un peu sur son envie d'apprendre la magie du sang. Raison, peut-être, pour laquelle elle n'avait rien pressé non plus quant à leur retrouvailles.
Hésitant un instant, elle reprit cependant la parole, trop curieuse pour se taire.

Qu... Qu'est-ce que c'était, entre vos mains?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtre †

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 464
♦ Messages : 599
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : Grab your dick and double click !
♦ Protecteur : L'Eglise.
♦ Date d'inscription : 10/06/2010
♦ Age : 25

MessageSujet: Re: Bite my shiny metal ass. [PV Suzume]   Ven 19 Avr - 20:13

Suzume ne se casse pas immédiatement, contrairement à ce que je croyais, elle reste pour entamer la jactance. Enfin au début elle me dit un truc qui sonne à moitié méchant alors je détourne le regard, mais ensuite elle fait un truc bizarre avec son visage et elle me dit qu'elle est contente de me voir en vie. Mais elle devrait arrêter de faire son truc avec sa figure là, c'est à moitié flippant je sais pas ce qu'elle f... AH MAIS C'EST UN SOURIRE. Oh bordel, qu'est ce qui lui est arrivé en un an, c'est terrible ! Sa personnalité est complètement et irrémédiablement altérée ! Rendez moi la gamine qui m'envoie sur les roses à la première occasion ! C'est qui cette personne là, qui me dit qu'elle est contente de me voir et qui se met à faire des grimaces là. Faut être vraiment dans un état de misère terrible pour être content de me voir. Je la regarde sourire avec les yeux écarquillés. J'exagère un peu, mais c'est vrai que ça fait bizarre de la voir sourire, ça change complètement ses traits et on oublierait presque qu'elle tue des gens. Elle ressemble plus à une nana de son âge, genre sur le point d'aller au bal du village, c'est bien. Enfin je suppose. Je trouve ça un peu flippant aussi. Ensuite elle m'interroge sur le truc que je faisais, comme si son sourire était pas un sujet de conversation plus intéressant.

- Ah euh ça euh... c'est rien, c'est la manifestation physique de la part d'ombre d'un humain. Mais ça sert à rien, ça me demande beaucoup d'énergie rien que de la tenir là quelques secondes hors d'un corps humain. C'est juste pour me concentrer sur quelque chose pour pas euh... perdre le contrôle de mes nerfs on va dire. Parce que c'est sur ça que je travaille, là, en fait. Le mec que j'ai buté serait ravi d'apprendre qu'il sert à rien, en fait. De pas être euh... et de pas avoir enfin euuuh... je vois pas trop comment expliquer sans paraître complètement fou ce que ça fait, la magie du Sang. Pas sans utiliser des mots sales en tout cas. Enfin de... pfff nan c'est pas descriptible, laisse tomber.

Je hausse les épaules et je vais me rouler une cigarette. La magie du Sang est relativement agréable à vivre pour l'utilisateur. Quand on se laisse aller à elle, on a l'impression de sentir du feu couler dans ses veines tellement c'est puissant. Même la mort devient sexuelle. Mais je dois pas sombrer là dedans sinon je fais n'importe quoi. Du coup c'est mieux de changer de sujet, en fait.

- Et sinon depuis le temps euh... tu continues ce que tu faisais ?

En fait c'est la façon timide de dire « sinon le boulot de Haute-Prêtresse ? Hein ? Hein ? Ça devient quoi hein ? Ou tu te contentes de continuer à tuer des gens comme une connasse sans ambition ? ». Uriel m'a dit qu'il fallait que Suzume le devienne, c'est ma façon d'être fidèle : lui poser très vaguement la question. Et je suppose qu'elle est pas venue pour me demander de lui apprendre la magie du Sang, ça serait suicidaire de sa part. Mais comment elle m'a trouvée ? Cette pièce est quasiment pas connue, je sais qu'elle est là uniquement parce que je venais jouer ici étant gamin et les autres prêtres préfèrent les grandes pièces mieux aérées plus haut. Enfin on s'en fout, c'est pas intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtresse †

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 76
♦ Messages : 268
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Moineau
♦ Protecteur : L'Ombre
♦ Date d'inscription : 29/01/2011
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Bite my shiny metal ass. [PV Suzume]   Dim 21 Avr - 10:05

Devant son effort de politesse, la seule réaction de Zélig fut de la regarder avec de gros yeux, probablement par incrédulité, aussi Suzume cessa tout net de sourire, rosissant même légèrement. Si c'est là toute la récompense de ses efforts. Heureusement, Zelig lui donna enfin les explications qu'elle attendait, lui permettant ainsi d'oublier son agacement pour quelque chose de bien plus intéressant et important: l'Ombre.
''Rien'' lui semblait être totalement déplacé dans cette phrase. ''Rien''. Dire que la partie d'Ombre que chacun possédait en soit n'était ''rien'' avait un arrière-goût blasphématoire que Suzume ne pouvait ignorer, tiquant même légèrement. Mais c'était Zelig en face d'elle, aussi mit-elle cela sur son manque de vocabulaire flagrant et ses capacités intellectuelles limitées. S'il était en parfait harmonie avec l'Ombre, il n'en restait pas moins loin d'être une lumière Quelle ironie.

La manipulation lui semblait inachevé. Pourquoi pouvait-on le faire si cela ne servait à rien? Involontairement, Suzume commença à y réfléchir Dans le débat opposant les favorables à la magie du sang et ses opposant, la prêtresse avait fortement été partagée durant l'année écoulée, chacun voulant connaître son point de vue. Son admiration pour Uriel l'avait poussé à trouver la chose merveilleuse, quand bien même elle aliénait son utilisateur à petit feu, mais ce qu'elle avait vu avec Zelig... L'en avait plutôt dissuadé. Plus que tout, c'était cette folie dévorante, qui lui faisait peur. Comment pourrait-elle un jour espérer redresser l'Église si elle n'était plus bonne qu'à manger des viscères, enfermé à vie dans une cage où on lui jetterait d'ici et là des cadavres pour qu'elle ne décide pas un jour d'aller chasser par elle-même? Elle avait vu le pire et le meilleur de cette magie, et pourtant, elle restait indécis...
Quand bien même ce qu'elle venait de voir ne quittait plus son esprit, l'obligeant à se poser des questions.

Merci pour vos explications... Hasardeuses.

Si on pouvait appeler ça des explications. La mine pensive, Suzume suivit Zelig du regard tout en s'éloignant légèrement de la porte, faisant un pas en avant, la fermant pour de bon par la même occasion. Peut-être aurai-il été mieux pour elle de partir maintenant, de tourner de bon le dos à la magie du sang, d'en oublier jusqu'à son existence mais... Elle ne pouvait s'y résoudre entièrement, trop ambitieuse pour cela. Si l'Ombre leur avait permis de la découvrir de nouveau, pourquoi l'oublier? Suzume avait l'impression de voir quelque chose d'important, dans son choix, son orgueil l'y poussant même. Ses chances de devenir la prochaine dirigeante de l'Église était probablement supérieur à la moyenne. Si elle décidait aujourd'hui de se détourner de la magie de sang, vu la capacité de Zelig pour communiquer avec les autres, elle disparaîtrait. Elle était probablement la seule qui ferait un effort pour en apprendre plus, Malick s'étant lui aussi détourné de cette magie.
Elle avait un choix à faire, et elle n'arrivait pas à se décider.

La coupant dans ses réflexions, Zélig reprit la parole, lui posant une question plutôt floue, qui fit plisser les yeux de la prêtresse. Était-il complètement idiot? Comment aurait-elle pu continuer ce qu'elle faisait avant, sans la présence d'Uriel? A sa mort, elle s'était retrouvé seule, parce qu'il n'était pas prévu que quasiment l'intégralité du Culte de l'empereur le suive dans la tombe, par un hasard fort suspicieux. Sans alliés pour soutenir son intronisation, elle avait dû en grande partie improviser, troquant les heures d'entraînement pour des heures de mondanités.
Elle pensa bien, un instant, faire remarquer la bêtise de sa question à Zélig, mais encore une fois, elle se retint, se mordant légèrement la lèvre inférieure. Si elle voulait lui poser plus de questions après, autant éviter de l'acculer comme un chiot sur la défensive en se montrant désagréable.

J'ai du mal à comprendre votre question. Si vous entendez par là ce que je faisais il y a un an de cela -et j'entends par là tuer les ennemis du Haut-prêtre, cela va de soi que non. A la mort de feu son Excellence je fus dans l'incapacité de ''continuer ce que je faisais'', comme vous le dites si bien... Mais je continue à faire de mon mieux pour réaliser sa volonté à travers la mort. Pour l'instant, j'occupe la plus grande partie de mon temps à essayer de rendre à l'Église son indépendance, ainsi qu'a trouver des personnes favorables à... Mon point de vue.

Ce qu'elle faisait, en gros, par le billet d'un harcèlement intensif de l'empereur fantôme (comme le surnommait la cour), et par la recherche active de partisans au sien de la noblesse et de l'Église. Cependant, au vu de l'introuvabilité répétée d'Ezhekiel Ier , Suzume avait rapidement changé de méthodes, s'occupant avant tout d'assurer sa position... Histoire qu'ils soient encore plus nombreux pour faire entendre raison au jeune empereur. Et Ombre qu'elle n'était pas douée pour cela. Par chance, son passée de bonne élève la rattrapait: elle apprenait vite, mais elle n'avait aucunement la certitude que cela suffirait à empêcher l'Église de s'effondrer, alors que les prêtres continuaient à se déchirer sur l'indépendance de l'Église et la magie du sang, tandis que l'inquisition se rapprochait irrémédiablement et silencieusement de l'empereur, au grand damne de la jeune femme. S'ils venaient réellement à perdre l'inquisition, les hérétiques, philosophes et autres scientifiques, n'auraient plus une telle crainte de l'Église.
Sauf si la magie du sang venait à être officialisé.

Et vous, qu'avez-vous donc fait? Je présume que la mort de feu son Excellence n'a pas dû vous faciliter la tâche. Je m'étonne même qu'on vous laisse continuer ce genre de... Pratiques.

Cela ramena d'ailleurs de nouveau le regard de Suzume sur les cadavres de la pièce, remarquant alors qu'une partie d'entre-eux semblait encore respirer. Probablement étaient-ils juste drogués. Par confort. Cependant, elle n'arrivait pas à savoir si c’était pour celui de Zelig ou pour le leur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtre †

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 464
♦ Messages : 599
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : Grab your dick and double click !
♦ Protecteur : L'Eglise.
♦ Date d'inscription : 10/06/2010
♦ Age : 25

MessageSujet: Re: Bite my shiny metal ass. [PV Suzume]   Dim 21 Avr - 20:22

Suzume ne m'engueule pas franchement, mais il faudrait être encore plus stupide que moi pour croire qu'elle apprécie quand je parle. Elle trouve mes explications hasardeuses et ne comprend pas mes questions. Je baisse le nez. Elle aurait pu me traiter de pauvre abruti et ne pas s'encombrer de précautions oratoire, ça aurait été plus rapide. Et ça fait trop de gens qui me le disent, trop souvent, je ne sais plus que me crisper face à ça et l'endurer plus ou moins bien. Même des jeunes filles de quinze ans plus jeunes que moi viennent me parler comme ça, voilà l'ampleur du proiblème. Et ce qu'on dit pas, c'est que si j'avais un cerveau, ça aurait été beaucoup plus simple ; j'aurais pu prétendre au titre de Haut-Prêtre et on en serait peut être pas là.

- Oui je sais.

Ensuite elle m'explique grosso modo qu'elle cherche à être Haute-Prêtresse, mais en utilisant des mots qui font pas gros chacal de l'ambition. J'aime beaucoup le « rendre à l'Eglise son indépendance », c'est très fin comme formulation. Ça fait dévoué. Ensuite elle me pose des questions sur ce que je fais, comme si c'était intéressant. Mais elle a bien deviné : ça devient difficile de tuer des gens au sein de l'Eglise ces temps ci. Je réponds à sa question quand même, parce que moi quand on me demande de faire un truc et bah je le fais, et sans poser de question :

- Ben c'est exceptionnel en fait. Ceux là c'est des terroristes dont ils savaient pas quoi foutre, mais sinon je fais plus beaucoup de recherche. Après... après tout ça, tu sais, ils m'ont juste envoyé soigner des gens dans les gravats pendant genre un mois, puis après je suis parti à Khofora et je suis revenu et ils me font encore soigner des gens. Mais ils me foutent un peu plus la paix là, je suis fatigué. C'est pas une magie qui s'utilise six heures par jour, six jours par semaine. Surtout sans tuer de gens.

Je hausse les épaules, et j'arrête de parler après être venu à bout de mon monologue chiant. Je sombre quelques instants dans des pensées du style « t'façon tu pourras dire ce que tu veux, ça sonnera toujours comme de la merde » et autre « tu te fais battre en rhétorique par une gamine sociopathe de quinze ans plus jeune que toi ». Assailli par la conscience de ma propre médiocrité sur le plan intellectuel, j'essaye d'évacuer la pression en posant la seule question qui puisse être utile à l'Eglise venant de moi :

- Tu es venue pour apprendre la magie du Sang ?

Transmettre mes connaissances inutiles à quelqu'un, puis mourir ou un truc comme ça. Voilà un bon plan. Y a plus que ça à faire de toute façon. Inanna a plus trop besoin de moi. Les temps changent, je me suis jamais trouvé très intelligent, mais j'ai jamais envisagé le suicide non plus. Depuis que l'Eglise est en disgrâce, j'imagine mieux mon cadavre pendu quelque part – j'ai pas envie de m'ouvrir les veines, j'aurais l'impression de bosser en mourant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtresse †

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 76
♦ Messages : 268
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Moineau
♦ Protecteur : L'Ombre
♦ Date d'inscription : 29/01/2011
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Bite my shiny metal ass. [PV Suzume]   Ven 26 Avr - 13:43

La voilà. La question tant attendue. Était-elle là pour ça. Était-elle là pour devenir à son tour une mage de sang? Suzume laissa un silence, peut-être encore plus long qu'elle ne l'avait prévu. ''Je ne sais pas'' lui semblait être une réponse limitée dans ce genre de situation, quand bien même elle n'aurait pas dit non à quelques heures de réflexions supplémentaire, tout en sachant pertinemment qu'elle n'y aurait trouvé aucune réponse. Une partie d'elle, celle remplie d'ambition et de soif de pouvoir avait envie de crier que oui, qu'elle en rêvait depuis le jour où elle avait vu les pantins de Zelig. Mais c'était le genre de choix sans retour possible. Plus que tout, Suzume craignait la folie qui découlait de cette pratique. Et puis, une fois qu'on y avait goûté, impossible de s'en passer. Le pouvoir avait quelque chose de grisant, d'exaltant, bien mieux que n'importe quelle drogue. Une fois qu'on avait pris goût à la magie du sang, son emprise ne pouvait que se renforcer... Suzume craignait cette dépendance, cherchant un moyen depuis plus d'un an pour s'en soustraire. Mais pour cela, il fallait déjà la vivre.

Je présume que oui.

C'était un atout dont elle ne pouvait se passer, au fond. La magie du sang était là l'assurance de gagner contre presque tous ses adversaires et s'ériger au rang de Haut-Prêtresse malgré son âge. Et Ombre seule savait à quel point elle voulait le devenir. Certes, au vu de sa jeunesse, elle aurait pu attendre encore une génération pour devenir dirigeante de l'Eglise, gagnant ainsi en force et maturité d'ici là, c'est du moins ce qu'aurait pu lui conseiller la majorité. Mais Suzume n'avait que faire de l'avis des autres. Ce titre lui revenait de droit. Point.

Je suis partagée sur le sujet, en fait, mais cette magie n'a pas été découverte pour être oublié la génération suivante. Il est de notre devoir qu'elle subsiste bien plus longtemps que nous. Je vous demande donc de me l'apprendre. S'il vous plaît.

Sincère. Pour une fois. Probablement plus par obligation qu'autre chose. Après tout, Zélig étant le dernier pratiquant de la magie du sang, s'il décidait de lui répondre non et de l'envoyer paître, Suzume ne voyait pas ce qu'elle pourrait y faire. Elle n'avait ni l'autorité nécessaire pour le menacer, ni la force.
Peut-être qu'au fond, c'était pour cela qu'elle n'arrivait pas à apprécier Zélig (qui paradoxalement était le prêtre le plus proche d'elle) malgré tous ses efforts : il était plus puissant qu'elle, et qu'importe les efforts qu'elle faisait pour le surpasser, il semblait toujours avoir une longueur d'avance, tout en restant un parfait abrutie. Cette situation l'agaçait au plus au point. Elle n'arrivait jamais à savoir s'il lui inspirait la pitié ou un trop plein de frustrations.
Peut-être qu'au fond c'était une sorte de génie ayant compris qu'en se faisant passer pour un idiot il aurait la paix et pourrait ainsi agir dans l'ombre. Peut-être même s'apprêtait-il un jour à faire un coup d'état et prendre le pouvoir... Plus elle côtoyait Zélig, plus Suzume était encline à la paranoïa...

Outre le possible complot de Zélig contre Ishtar, une question ne quittait pas Suzume depuis son arrivée, et maintenant que le sujet de la magie du sang était de nouveau sur la table, elle prit le temps d'y réfléchir plus amplement. Depuis tout à l'heure, son regard allait simultanément à l'endroit où la part d'Ombre s'était trouvé, quelque instant avant, aux corps des terroriste encore en vie. Pouvoir extraire l'Ombre d'un corps ne pouvait pas être inutile, si? Suzume ne pouvait le croire. Zélig avait-il vraiment testé toutes les options? Dévorée par sa curiosité malsaine, à la frontière entre l'hérésie et le fanatisme, elle reprit la parole en regardant son aîné, un très léger rictus aux lèvres.

Zélig, avez-vous déjà essayé de mettre la part d'Ombre d'une personne dans un autre corps possédant encore la sienne? Ou dans le corps d'un mort en parfait état?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtre †

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 464
♦ Messages : 599
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : Grab your dick and double click !
♦ Protecteur : L'Eglise.
♦ Date d'inscription : 10/06/2010
♦ Age : 25

MessageSujet: Re: Bite my shiny metal ass. [PV Suzume]   Sam 27 Avr - 8:44

Suzume me dit que oui, elle veut apprendre la magie du Sang. Je reprends mon souffle. Ah bon ben ça c'est fait. Maintenant me vient une question intéressante : comment faire ? Il faudrait que j'explique quelque chose à quelqu'un ? Quelque chose de compliqué en plus ? Ouais parce qu'il s'agit pas d'apprendre à Inanna comment s'essuyer le derrière – le vocabulaire devient un peu bizarre quand on a un gosse en bas âge – mais d'enseigner une magie mal connue. Je vois mal comment expliquer à quelqu'un comment on sent le sang, déjà. Les battements cardiaques et tout. On le sent, voilà. Comment c'est arrivé chez moi ? Je m'en souviens même plus. A ce moment là avec Uriel on butait tellement de gens que je sentais encore l'hémoglobine après m'être lavé, alors tout ça est noyé dans un brouillard rouge de sensations exaltantes. C'est comme ouvrir les yeux, mais dans la tête. Ça devient tellement évident d'un coup !

Suzume suggère que j'essaye de foutre une part d'ombre dans quelqu'un d'autre. Ou dans un cadavre. Je secoue la tête pour dire non vigoureusement quand elle mentionne le mort. J'lui explique :

- Nan mais... un mort c'est plus qu'un tas de viande. Comme un steack quoi. C'est... c'est pas le sang en soi qui est important, c'est ce qui est dedans et qui rend... humain, je sais pas. Cette énergie là. Mais dans un vivant bah... j'y avais jamais pensé, mais j'peux essayer avec toi. Comme ça tu aurais le truc en toi.

L'idée provoqua un gros blanc dans la pièce. C'est complètement fou. Ça pourrait faire n'importe quoi, on en sait rien. Ça pourrait la tuer ! Mais il faut bien commencer quelque part, et j'ai aucune idée de comment lui apprendre ça. Uriel et moi on faisait déjà des sorts personnels à base de sang, on avait moins de chemin à faire jusqu'à l'illumination. J'attends donc un signe de son assentiment. Si elle m'envoie chier, j'aurais plus qu'à me casser la tête pour trouver autre chose. Heureusement, elle finie par être d'accord.

- Attend deux secondes faut avant que je me euh... recharge. Je sais pas comment ça va le faire niveau fatigue. Puis si jamais si tu fais euh... des trucs bizarres, que j'puisse t'empêcher de faire n'importe quoi le temps que ça passe.

J'enlève à nouveau mes fringues en grognant à propos de la difficulté à enlever les tâches de sang sur le tissu et celle de trouver de la sape de prêtre à ma taille. Suzume s'en bat sans doute les couilles, mais je suis trop lucide là pour me foutre en pagne devant une quasi gamine sans broncher. Ça passera vite. Je chope un grand couteau de boucher, en provenance direct de la cuisine. J'essuie le cou du gars avec un chiffon – c'est dégueulasse des fois les terroristes – puis je l'égorge. Une ou deux giclée partent en l'air puis je vais boire. J'ai les cheveux attachés pour pas en foutre partout, mais je me dégueulasse bien quand même. Ça a tendance à voler un peu dans tous les sens, mais c'est pas grave. J'ai pas besoin d'avaler tout à la goutte près, c'est pas... c'est pas une science exact merde. Mais faut quand même que ça soit une orgie de sang hein, faut pas déconner.
Le mec a la décence de mourir relativement vite – il est passé chez les inquisiteurs avant – et je me redresse. Je tremble à cause de l'excitation et du plaisir, en respirant plus vite. Fébrile. Quand je viens de me recharger les batteries c'est toujours un peu difficile. Puis je dois me retenir de ne pas partir trop loin. Déjà là je suis bien shooté. Je souris à Suzume – mais quelle idée -, un grand sourire carnassier de mec qui va triompher de tout ses ennemis, qui va niquer toutes les meufs et prendre la dernière part de tarte. C'est la sensation que ça fait en tout cas. Mais j'ai des choses à faire ! Je me tourne vers un des trois gonze encore vivant.

C'est à Suzume de profiter de ce pur don de l'Ombre. Je tends les mains au dessus du gars allongé par terre. Elles tremblent. Son énergie sort de lui, en jaillissant directement de ses veines. Pas la peine de s'emmerder à passer par un orifice. C'est pour ça que la personne explose.
Tuer quelqu'un comme ça prend un poil de temps, et surtout de l'énergie. Je grogne comme si j'étais en train de faire un effort physique. Puis j'ai l'impression de me noyer. C'est tout ce qui... bouge en moi, ça me fait perdre un peu la réalité et je sais plus trop où je suis moi même. Je me crispe, c'est pas très agréable là. Ben c'est fatigant quoi, perturbant aussi. C'est pas naturel de faire mourir comme ça. Mais ça finit par finir et je me tourne vers Suzume, avec la précieuse énergie entre mes mains. Je lui chope la tête avec avidité et je la force à ouvrir la bouche avec mes doigts. Puis c'est là que ça devient marrant : je dois totalement inventer ce que je suis en train de faire. En fait, je sais pas précisément ce que je fais, parce que déployer autant de magie me fait perdre la tête. Mais en tout cas, je lui enfonce ça dans la gorge en approchant ma main de sa bouche. De mon point de vue, c'est comme remonter une cascade à la nage. Ça fait plaisir quand même parce que c'est pas souvent que j'ai l'occasion d'aller au bout comme ça. Donc ça dure un moment où je calcule plus trop ce qui se passe précisément, où je sais plus où je suis ni comment je m'appelle. Puis plus rien.

Je reviens brusquement à moi, j'ai la main à moitié enfoncée dans la bouche de Suzume et je suis très fatigué. Je retire vite mes doigts de là et je recule de quelques pas. Mon cœur bat trop vite, j'ai mal partout et je suis couvert de sueur. Je respire la bouche grande ouverte tellement je suis pas frais et j'ai peur d'être forcé de m'asseoir dans un avenir proche. Mais faut absolument que je reste vigilant, je sais pas ce qui va se passer là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtresse †

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 76
♦ Messages : 268
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Moineau
♦ Protecteur : L'Ombre
♦ Date d'inscription : 29/01/2011
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Bite my shiny metal ass. [PV Suzume]   Sam 27 Avr - 19:12

La réponse de Zélig fit froncer un peu plus les sourcilles de Suzume, qui l'écouta déblatérer ses explications en plissant les yeux, toutes concentrée pour déchiffrer ses dires. Étrangement, elle y arrivait plutôt bien, mais probablement était-ce parce qu'elle avait assez côtoyé l'autre prêtre pour s'habituer à sa façon de parler. Pour résumer ses explications, il était impossible de mettre une part d'Ombre dans un corps mort, pour la simple et bonne raison qu'une fois l'Ombre partie, il était impossible d'inverser le processus, même avec une autre part d'Ombre. Dommage, il aurait été intéressant de pouvoir ainsi ressusciter n'importe qui et en faire son serviteur. Ses pensées en virent tout de suite à feu son Excellence, naturellement, mais Suzume s'en détourna. Quelque chose lui déplaisait au fond, dans cette idée. Les choses avaient trop irrémédiablement changé pour qu'il revienne sur la terre des vivants.

Zélig proposa à Suzume de mettre une part d'Ombre en elle. Surprise, elle haussa un sourcil. Il avait des prisonniers sous la main, pourquoi l'utiliser elle? Et si elle explosait à son tour? Et si elle devenait... Une sorte de chose bizarre et profondément meurtrière? En même temps, l'idée était tentante, il fallait l'avouer, ne serais-ce que pour savoir ce qu'on ressentait. Ses rêves de pouvoir, et grandeur la poussait toujours plus à se rapprocher de l'Ombre, alors avoir l'équivalent de deux part d'Ombre en elle. C’était à la fois complètement fou et terriblement ambitieux.
Elle frissonna, puis acquiesça en silence.

Il se préparait au cas où elle fasse des « trucs bizarres''. C’était bien dit, venant de Zélig. Il y avait une chance sur deux que leur expérience soit un échec et que Suzume meurt ou se jette sur n'importe quoi pour avoir plus d'Ombre en elle. Mais elle préférait ne pas y penser, trouvant plus intéressant de se concentrer uniquement sur les avantages que pourrait lui apporter cette expérience. En attendant que Zélig se prépare (c'est à dire vider un inconnu de son sang), Suzume partie se poser sur le lit, en ayant assez d'être debout et trouvant l'angle de vue meilleur ici (pas pour le regarder se dévêtir, Ombre quelle idée folle, mais pour le voir travailler). Donc, sans surprise, il égorgea sans somation sa proie et le vida de son sang, arrachant à Suzume une grimace de dégoût. C'était le genre d'étape dont elle n'avait pas envie de penser, pour l'instant. C'était le genre de détail qu'elle préférait oublier, plus par confort qu'autre chose.
Puis soudainement, Zélig se releva, Suzume l'imita, alors qu'il lui souriait. Son sourire n'avait rien de rassurant, et si Suzume n'avait pas un aussi bon contrôle d'elle même, peut-être aurait-elle fuit, à l'instant. Zélig semblait si sûr de lui, si... Inquiétant. Par chance, il détourna le regard pour aller chercher une part d'Ombre, et Suzume respira de nouveau, discrètement.

De sa position, la prêtresse pu voir toute l’opération avec fascination, tandis que l'Ombre sortit du corps de la victime, se reformant doucement en dessous de la main de Zélig, lui obéissant docilement. Incroyable. Suzume se rendit soudainement compte d’à quel point ils ne jouaient pas dans la même cours. Elle crevait de pouvoir faire de même, et elle le détestait à l'instant pour cela. Zélig sembla ailleurs. En fait, Suzume n'avait plus l'impression que c'était lui, là, devant elle, comme s'il était dans une sorte de transe... Il lui faudrait penser à l’interroger sur cette étrange état, plus tard.
Sans qu'elle n'ai le temps de réagir, Zélig lui attrape la tête, lui força à ouvrir la bouche avec ses doigts couvert de sang. Irrémédiablement, une envie de nausée la prit à la gorge, alors qu'elle hésitait à se défendre, partagé entre sa fascination pour l'Ombre dans la main de Zélig et son envie de se défendre contre ce qu'elle assimilait comme une attaque, alors qu'il lui enfonçait la part d'Ombre entre ses lèvres, au fin fond de sa gorge. Elle étouffa, et se sentit bizarre, tout à la fois. Pendant un instant fugace, il lui sembla même que sa vision tout entière du monde changea. Il lui semblait ressentir quelque chose en elle, quelque chose dans les prisonniers encore vivant. Mais ce fut a peine si elle eut le temps de mettre un doigt dessus que cette impression s’effaça, tandis que Zélig reprenait enfin assez ses esprits pour penser à lui enlever sa main de sa bouche, lui permettant enfin de fermer sa mâchoire, qu'elle massa d'une main, fusillant l'autre prêtre du regard.

Elle se sentait... En colère. Terriblement en colère. C’était monté d'un coup, soudainement, alors que ses yeux fusillaient Zélig, et qu'un incroyable sentiment de déception lui prenait la gorge. Et c'est tout? Tout ça pour ça? Il aurait du se passer quelque chose. Quelque chose de mieux! Le monde aurait du trembler, la terre s’ouvrir en deux, l'Ombre devenir plus vivace que jamais. Mais rien. Elle se sentait frustrée, mais n'arrivant pas à l’analyser, elle reporta encore une fois tout cela sur Zelig. Tout était toujours de sa faute, de toute façon.

Ne connaissez vous donc réellement rien à la délicatesse ou êtes vous définitivement un rustre fini, en plus d'être un incompétent qu'on aurait bercé trop près du mur? Ça n'a rien fait! Absolument rien, A part un instant, peut-être, mais j’étais trop occupée à étouffer pour y penser! Elle secoua la tête. Vous avez conscience que vous auriez pu me déboîter la mâchoire ou je ne sais quoi encore? Réfléchissez avant d'agir nom de l'Ombre!

Comme à chacune de ses colères, Suzume n'élevait pas la voix, elle n'en avait pas besoin, mais son ton était sec, presque craché tant le venin était palpable, aussi bien dans ses paroles qu'au fond de son regard qui ne quittait Zélig des yeux alors qu'elle se massait toujours le bas du visage, plus pour la forme que réellement par douleur. Elle voulait juste le faire culpabiliser. Ou un truc comme ça. Qu'il soit aussi mal qu'elle. Bref, elle cherchait juste une moyen comme un autre d'oublier sa déception.

Tout ça pour ça, fit-elle en soupirant, si c'est là la récompense de mes efforts, c'est bien maigre...

Être aimable avec Zélig, était un effort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtre †

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 464
♦ Messages : 599
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : Grab your dick and double click !
♦ Protecteur : L'Eglise.
♦ Date d'inscription : 10/06/2010
♦ Age : 25

MessageSujet: Re: Bite my shiny metal ass. [PV Suzume]   Dim 28 Avr - 14:58

Suzume n'a pas réagit comme je m'y attendais. En fait, ça n'a semblé avoir aucun effet sur elle. Je suis déçu. J'encaisse l'échec, c'est normal c'est la première fois, on testait un nouveau truc. Ça fait quinze ans que je bosse autour du sang, et je suis rentré dans les ordres très jeune, ça fait des années que je progresse petit à petit. Tout se fait pas en un coup, j'suis OK avec ça. Suzume est parfaitement normale donc, très bien dans sa tête, en accord avec ses comportements habituels.
Elle m'insulte, donc.
Elle me reproche de l'avoir traité avec brutalité, d'avoir fait n'importe quoi, et d'être un abruti complet. « Bercé trop près du mur ». C'est violent. Elle dit ça d'un ton extrêmement sec, comme elle parlerait avec un jeune enfant qui vient de faire une connerie exaspérante. Je me redresse. Il y aurait un tas de chose à répondre à ça. Lui expliquer que ça ne peut pas s'arranger en moins de cinq minutes, que même quand on fait de son mieux ça ne marche pas, et que j'ai eu quinze ans de plus qu'elle pour m'en apercevoir. Et que... ben oui, je suis un peu con, mais je fais de mon mieux quoi. Que je suis actuellement au bord de l'évanouissement juste parce qu'elle me l'a demandé, et même pas poliment. Que j'ai pris autant de risque qu'elle en faisant un truc pareil. Un tas de trucs. J'aurais pu me justifier pendant des heures, ouais. J'ai ouvert la bouche.

Mais ça sortait pas. Ça faisait trop de trucs compliqués à expliquer d'un coup sur le coup de l'émotion. Je suis fatigué, un peu à bout de souffle et presque nu, et je me fais engueuler par une gamine de deux têtes de moins que moi. J'vois pas dans quel ordre sortir les mots. J'aimerais lui gueuler dessus mais j'ai pas assez de souffle pour ça. Et y a le « bercé trop près du mur » qui tourne dans ma tête et qui me fait perdre mes moyens. Ben ouais, quoique je dise de toute façon ça sonnera trop con pour être pris au sérieux. Même si je le hurle en me redressant de toute ma taille, même si je lui enfonce dans le crâne à coup de pied ça sonnera crétin. Même pour le seul truc où je suis bon je suis mauvais en fait, car incapable de partager mes connaissances. Et me faire engueuler par une nana qui a l'air à peine pubère, ça met comme un coup de boule à ma fierté. A cause de ce brouet de sentiment, quelque chose qui tient du mélange entre la rage impuissante, l'humiliation et l'épuisement, ben je trouve aucune meilleure réaction à avoir que de sentir les larmes me monter aux yeux. Et y a ce truc qui coince dans ma gorge. Et je sais que Suzume doit le voir.
Je pète un plomb.

Et je la frappe. Je lui mets une grosse tarte dans sa gueule. Pas un coup de poing non plus ; j'aurais pu lui péter quelque chose. Mais elle va garder la marque de mes doigts sur sa joue pendant un moment, ça me fait bien plaisir d'entendre le bruit d'une belle baffe bien réussie. Sa tête part sur le coté et le reste suit, elle s'écroule à moitié. Mais je la chope par le bras et je la tire violemment vers la porte.

- D-d-d-dehors ! CASSE TOI ! SALE GAMINE!

J'arrive juste à hurler des trucs incohérents parce que j'essaye à toute force de pas sangloter sur mon incapacité à être un être humain seulement compétent, capable de transmettre son savoir. Je pousse Suzume dehors et je ferme violemment la porte. Elle a pas intérêt à revenir m'emmerder. Je m'allonge ensuite sur le lit et je dors un coup. De toute façon la journée elle est pourrie là. Et je sais très bien qu'il va falloir que je lui reparle un jour de toute façon, et que je lui apprenne la magie. Mais pas tout de suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bite my shiny metal ass. [PV Suzume]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Bite my shiny metal ass. [PV Suzume]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ѧ Le quartier des Ombres Ѧ :: Cathédrale-