Partagez | 
 

 Derniers évènements - Assainissement - Vos réactions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mort(e) tragiquement

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 620
♦ Messages : 2351
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : It's me, Uriel !
♦ Protecteur : The Emperor Protects !
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 27

MessageSujet: Derniers évènements - Assainissement - Vos réactions   Dim 17 Fév - 18:19

Une année s'est écoulée...

Ici, vous avez le droit de venir conter à tout le monde ce que vos différents personnages ont fait ces derniers mois. Pas de limite de nombre des mots, mais faites un post par personnage, pour plus de clarté.


A vous !

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberumarbitrium.net

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 576
♦ Messages : 110
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : Fou, fou, fou !
♦ Protecteur : moi-même, crétins...
♦ Date d'inscription : 06/04/2011
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Derniers évènements - Assainissement - Vos réactions   Lun 18 Fév - 19:43

Depuis que Uriel d'Arken était mort, ce n'était plus pareil : Ulsperger se souvenait très bien de cette scène désespérante, catastrophique qui avait coupé court à toute sa motivation. La silhouette du jeune De l'Ombrage s'avance, pas à pas, au début, on ne le voit point. Puis il saute sur l'ancien Régent malade, autant en bonne santé que l'est un dauphin immergé dans le mazout, le poignarde. Il était certain qu'Uriel d'Arken ne pouvait pas répliquer.

Et il rendit son dernier souffle.

Ulsperger resta prostré sur lui-même, étranger au reste de la ville les jours suivants. Avant la mort de son cher ennemi, tant de choses s'étaient déroulées, ne citons que la destruction des bas fonds et tous les cadavres qu'il avait pu ramasser par la suite. Oh, ils s'étaient bien amusés, à l'Exodum, il voulait même croire que ce petit nouveau à lunettes et qui avait l'air de s'être enfoncé un balai dans le cul avait aussi pris du plaisir. Il y avait intérêt en tout cas, car c'était son second.

La mort d'Uriel d'Arken n'avait pas vraiment d'importance en fait, car avant même qu'il ne le connaisse, il faisait déjà des choses terribles, avait déjà sombré dans la folie. Cependant, il s'était imaginé tellement de choses à propos de cette mort qu'il fut soudainement déçu. Lui qui pensait pouvoir se faire le cadavre, lui qui s'imaginait l'étrangler pendant l'acte ou autres choses glauques au possible. Après sa mort, l'Empereur se montra sans pitié...et le goût des cadavres n'eut plus ce petit arôme aussi fin et particulier qu'il l'était lorsqu'il fantasmait sur l'homme aux cheveux blonds. Loin d'en être amoureux ou toute autre préoccupation stupide, le Haut Prêtre avait occupé sa haine pendant des années, et maintenant qu'il était parti, il ressentait un vide certain.

Alors ?

Karl Ulsperger était parti d'Ishtar sur un coup de tête. Il avait laissé tous les papiers concernant ses recherches en ordres sur son bureau : les groupes sanguins, les esclaves, les Choses, tout. Tout était réuni dans des dossiers plus ou moins tâchés de sang selon son humeur, mais au moins, aucune recherche n'était perdue. Il était ensuite parti...à pied, en calèche, nul ne le sait. Les rumeurs disaient que des brigands avaient tué un homme aux cheveux roses près de Gells. D'autres mumuraient qu'on l'avait vu prendre le large vers un pays inconnu...encore d'entre crissaient qu'il était encore à Ishtar, dans les égoûts et venait kidnapper toutes les âmes égarées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
₳ Philosophe ₳

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 430
♦ Messages : 185
♦ Âge du perso' : 36
♦ Fiche : Pour... MOI !
♦ Protecteur : Marquis de Hartwick
♦ Date d'inscription : 13/01/2012
♦ Age : 27

MessageSujet: Re: Derniers évènements - Assainissement - Vos réactions   Lun 18 Fév - 20:17

L'année passée ? Une humiliation.

Ce seul mot suffit à décrire le sentiment d'Aristide Torchia à l'égard de ce qui se passa au sein de la Capitale. Lâche et profiteur, le sculpteur aimait l'ordre bien établi, dans lequel il pouvait retrouver sa petite place. Avant, il savait qui craindre, derrière qui se cacher. Il avait sa précieuse invention, une réputation grandissante, des protecteurs. Une collection d'oeuvres... Respectable.

Avant.

Parce que pendant, la moitié du quartier où il vivait habituellement et entreposait ses sculptures fut soufflée par les explosions. L'autre fut démolie. Il n'a jamais su qui entre les terroristes ou les ouvriers mandatés par l'Empire ont dévasté son atelier, après s'être assurés qu'il n'y avait personne. Même son oeuvre majeure, le labyrinthe de verre, commandé par le Marquis de Hartwick, demeure un chantier inachevé. Dans les premières semaines, l'Inquisition vint le chercher. Pourtant pas pour l'exécuter. Sur ordre direct de l'Empereur, tous les mages de la Terre connus devaient être mobilisés pour aider à la reconstruction de la ville.

Et lui... Eh bien, il était connu. Alors l'art doit désormais se passer de lui. Si, en fait, lui et ses semblables ont gagné un respect inespéré de la population et si Ezhekiel Ier lui-même assure leur sécurité vis-à-vis de l'Eglise, Aristide se sent humilié. Ses mains ont été souillées par le travail, à peine plus gratifiant que celui d'un esclave. Certes, il érige les murs des maisons en quelques gestes. Bien sûr, on le regarde avec admiration... Mais son art demeure mort, enfermé dans ses doigts de génie, tué à petit feu par l'épuisement au travail. Le peu qu'il parvient à réaliser est simplement médiocre à ses yeux.

Seule la charité du Marquis Cécil de Hartwick l'a sauvé, lui et son apprenti, de la misère du village des réfugiés. Il espère pour lui une villa dans la nouvelle ville... Tant lui que Nathaniel font tout pour et le philosophe à lunettes n'a jamais autant cherché les grâces de quelqu'un que celles de son protecteur actuel. Nathaniel Lazarey, l'apprenti et l'amant du sculpteur reste sa seule consolation, encaissant ses accès de colère, de désespoir et de libido, parfois les trois dans la même soirée.

Après, nous verrons bien. Beaucoup de choses dépendrons de la miséricorde de l'Office impérial et sans doute du soutien du peu de gens qui se souviendraient de lui en cette époque instable. Toujours est-il qu'il a de la chance d'être en vie. Et d'avoir un toit. Et des appartements confortables. Cela dit, n'essayez pas de le raisonner. Il a été humilié et son malheur est grand.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 369
♦ Messages : 405
♦ Âge du perso' : 26
♦ Fiche : L'homme qui murmurait aux oreilles
♦ Protecteur : Siegfried Agasthel
♦ Date d'inscription : 01/01/2011
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Derniers évènements - Assainissement - Vos réactions   Lun 18 Fév - 20:40

Zacharias enchaîna une série de saut, de roulade en tout genre avant de se prendre une baraque sur la gueule. En effet, il était en plein cœur des bas-fonds lorsque ceux-ci explosèrent. La chose était inattendue, il était surtout à cours d'informations valables, il ne put prévoir ce qui aurait pu lui épargner un séjour à l'hôpital ou...pire encore. Finalement, il resta coincé sous ce bout de toit, complètement immobile et surtout en pleurs, sale, boueux, blessé à la jambe. Et puis il s'évanouit.

Lorsqu'il se réveilla, il put constater qu'il était encore vivant. Il n'y avait plus de bruits en fond sonore, ni aucune chose de ce genre-là qui eut pu lui casser les oreilles. Il était faible, sinon très faible, mais parvint après quelques temps à bouger un orteil, puis deux. Après une grande série d'efforts, il parvint à bouger ce qui le surplombait et remonta vers l'air libre en creusant parmi les décombres. Pour une fois, il ne pensa pas à Eleanor, ni à Morgana, cette fille tellement ambiguë ou même aux prêtres qui en voulaient à sa vie...non, là, juste la survie importait, c'était même sa priorité.

C'est ainsi qu'il réussit à remonter hors des décombres, la mine pouilleuse, l'air de n'avoir pas ou très peu dormi pendant trois jours sur le visage. Il n'avait pas l'air très en forme, c'était sûr, et en plus, ses habits étaient déchirés et il avait perdu dans l'explosion les rares jours qu'il possédait, l'endroit où il les cachait se situant également dans les bas-fonds. Alors...qu'allait-il devenir ? Il ne pouvait aller vers Siegfried Agasthel...celui-ci, il était certain qu'il le manipulait. Pourquoi ne peut aller vers l'Ivrogne, s'il arrivait à se souvenir du chemin qu'ils avaient pris, quand ils étaient bourrés ? Il ferait sûrement le tour des bars jusqu'à le trouver, en attendant, il volerait de quoi survivre et mendierait pour le reste.

C'était donc ce qu'il avait fait...quant à la mort de D'Arken, Zacharias avait été soulagé lorsqu'il avait appris qu'il avait été tué....par Marius. Ce dernier point, par contre, l'avait fait un peu tremblé, car si Uriel avait exécuté son ami Mist, il était tout de même celui qui lui avait vendu l'emplacement de la vieille masure, et l'une des raisons de cette exécution. Malgré tout, il avait poursuivi sa vie du mieux qu'il le pouvait : ses cheveux avaient bien poussé, toujours très inégaux car il ne s'en occupait pas vraiment et vraiment filandreux, à la limite de la dreadlock – le shampoing, c'était pas vraiment son truc, idem pour le bain. Donc voilà ce que Zacharias était devenu : une loque cherchant Erald Halbrum pour lui escroquer un peu d'argent. Il laissait bien sûr ses oreilles traîner un peu partout et, croyez-le ou non, il en savait bien plus que vous ne pouviez le penser en voyant sa tête sale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʊ Soldat Ʊ

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 224
♦ Messages : 36
♦ Âge du perso' : 23
♦ Fiche : Fiche de l'oiseau migrateur
♦ Protecteur : Aucun
♦ Date d'inscription : 26/06/2012
♦ Age : 23

MessageSujet: Re: Derniers évènements - Assainissement - Vos réactions   Mar 19 Fév - 11:26

En un an, tout s'est effondré pour Sedna. Sa vision de la garde impériale et de l'empereur, les autres gardes dont elle était proche, son supérieur compris, les bas-fonds dans lesquels elle avait fini par prendre ses quartiers lorsqu'elle n'était pas en service, et, pire que tout, Genesio Demichellis, qui n'était plus Duc-commandant, qui n'était même plus tout court.

Elle a comprit, un peu tard, à quel point la cité pouvait être pourrie en profondeur, et ce depuis le sommet de la pyramide. Comprit aussi que l'inquisition n'était que le reflet de ce système perverti, et que la garde impériale ne valait en fait guère mieux. Elle est encore loin de saisir toute l'étendue de la trame politique d'Ishtar et des intrigues en coulisse, elle ne les comprendra d'ailleurs probablement jamais et à vrai dire elle est de plus en plus persuadée qu'elle n'en a strictement rien à faire.

Sa vision des philosophes a changée elle aussi. Elle ne leur accordait guère d'importance auparavant, voici qu'elle respecte ces héros qui reconstruisent la ville, même si ce n'est pas toujours de leur plein gré.

l'Hirondelle n'a plus de héros à idolâtrer, plus rien à fuir non plus puisque ses poursuivants ont disparus avec les bas-fonds. Elle avait toutes les chances de devenir une loque un peu paumée à la recherche d'une raison de vivre. Ce serait oublier que c'est d'elle qu'il sagit.

Son caractère d'origine est revenu au galop, gommant la discipline et le calme de son entraînement militaire et laissant réapparaître au grand jour sa nature forte et fière, rebelle et provocatrice, indomptable et impitoyable. Tanazârt est redevenue la femme de fer qu'elle a en fait toujours été, en plus sombre, en moins naïve, en plus déterminée aussi. Elle se tient tout juste assez pour ne pas avoir de problèmes avec la garde impériale, qui lui fournit toujours abris et argent, et le meilleur moyen de traquer et d'éliminer les terroristes.

Car s'il y a bien une chose qui n'a pas changée, qui s'est même renforcée depuis un an, c'est sa haine pour ceux-ci.

Sur le plan physique, peu de choses ont changées; on la prend toujours autant pour un homme et, maintenant qu'elle n'a plus besoin de se cacher des membres de son ancienne tribu, elle ne ressent plus le besoin de changer de coiffure en permanence. Ils sont donc depuis des mois d'un rouge sombre proche de la couleur du sang, tombants en mèches inégales autour de son visage et descendant jusqu'aux cuisses pour les plus longs.

Elle a troqué son ancienne armure contre une nouvelle, en plaques, qui lui permet de se mouvoir à son aise, et trimballe toujours sa petite armurerie personnelle sous son éternelle cape noire à capuche. Armurerie qui, par soucis de légèreté, a été réduite aux chaînes de combat et à la dague crantée, la hallebarde étant réservée aux heures de service avec la garde. L'arbalète, quand à elle, est toujours en attente de réparations, l'achat de l'armure ayant asséché toutes les économies de Sedna.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 140
♦ Messages : 1058
♦ Âge du perso' : 22
♦ Fiche : Into the Infinity of Thoughts
♦ Protecteur : Une apparente naïveté.
♦ Date d'inscription : 25/05/2010
♦ Age : 25

MessageSujet: Re: Derniers évènements - Assainissement - Vos réactions   Mar 19 Fév - 19:37

Désormais, le sombre nom de Marius De l'Ombrage n'est devenu qu'un tumultueux souvenir.

Si certains pensent l'avoir vu, sa fragile silhouette, ses cheveux de vieillard, et son regard blasé, peut-être ont-ils rencontré un fantôme. Depuis la mort d'Uriel d'Arken, on dit avoir retrouvé le cadavre calciné d'un jeune homme, un corps perdu dans les décombres du combat. C'est dans le creux d'une féroce main noircie qu'on reconnut des boutons de manchettes en argent, aux armoiries de la famille De l'Ombrage. Du reste, il fut impossible de reconnaître les traits du cadavre, et on conclut qu'il devait s'agir de Marius, mort au cours du combat qu'avait mené Uriel d'Arken, et Lao. Ainsi le plus grand ennemi de l'Empire termina sa courte existence, certains connurent le soulagement, d'autres perdirent le symbole de leur Révolution. On ne garde pas la moindre trace des Contrebandiers, l'Oeil du Tigre ayant explosé avec le reste des Bas-Fonds, on dirait que cette organisation n'a jamais existé.

Et pourtant, dans les plus profondes entrailles de Gells, une figure pâle observe de son regard froid un feu brûlé.

Les joues toujours aussi creuses, les lèvres minces, les cernes sous de grands yeux bleus, Marius De l'Ombrage ressemble à un mort. Et pourtant, tapi au fond d'une grotte, il sent la chaleur du feu de bois lui réchauffer les doigts. La lueur haineuse s'est éteinte, quand Marius a tranché la gorge d'Uriel d'Arken ; sa main tremble, son corps entier se souvient de cette sensation. Il avait serré de toutes ses forces le manche de l'épée, et il avait tranché la gorge du Haut-Prêtre, avant de mettre le feu, et d'écrire la fin de son histoire. Il avait joué la mascarade, et tout semblait s'être déroulé comme il l'avait souhaité. Plus tôt dans la journée, il avait exécuté un jeune homme lui ressemblant, et ayant la même carrure que lui-même. Il l'avait placé non loin du combat, et lui avait remis les boutons en argent, aux armoiries de sa famille.

Uriel d'Arken était mort. Et pourtant...

Et pourtant, l'orage qui a animé son âme ne s'est pas étouffé. Toujours présent, il lui dévore le coeur, et déracine sa raison. Marius n'est pas fou, mais la démence adorait embrasser son être, et le transformer. Marius attend, caché dans la Province de Gells, perdu parmi les montagnes, sourd aux rumeurs de l'Empire, et pas encore apaisé. Les doutes envahissent encore et encore sa raison, celle-ci bascule parfois vers le regret, et d'autres fois, elle salue sa malice, et sa fourberie. Parce que Marius ne peut pas s'arrêter là. Il sent qu'il n'a pas approché de son but, il a accompli une simple vengeance, mais pas l'oeuvre de son existence. Il poursuivra cela, quand le temps aura guéri le terroriste de ses douleurs. Uriel d'Arken mort, Marius De l'Ombrage peut enfin faire le deuil de Lokund Krishna.

Les Contrebandiers continuent leurs affaires, profitant du bouleversement pour s'enrichir, eux ne changent pas, et jouent avec les humeurs du peuple. Retiré du monde, Marius peut enfin réfléchir, sans craindre de mourir, sans craindre de perdre ses proches. La Justice a besoin de repos, avant de reprendre son manteau impérial, et châtier les infâmes monstres tourmentant le peuple. En attendant, il vit de la chasse ; en pleine nature, il se fait passer pour un jeune ermite ayant besoin de porter un nouveau regard sur le monde. Physiquement, il ne semble pas avoir changé, il a pris un peu de poids, et la fatigue écrase toujours ses grêles épaules. Sous ses traits d'adolescent, Marius cache l'homme déterminé qu'il est devenu, au cours des années. Un regret ? Oui, sans doute un, si on peut l'appeler ainsi. En libérant Lao, Marius s'est battu contre Job De l'Ombrage, et il l'a tué sans l'ombre d'une hésitation. Il regrette seulement de ne pas l'avoir tué au pied de la demeure familiale, et faire sonner le cri de son frère comme avertissement pour sa famille. Salomon De l'Ombrage sera sans doute le prochain.

Après le violent combat contre Uriel D'Arken, Marius a laissé un dernier message à l'intention de l'Empire. Une ultime provocation, répondant à sa désinvolture, et à sa sournoiserie. Ce message a été écrit avec le sang du Haut-Prêtre, et il disait simplement :

« La Terre a enseveli l'Ombre. »


Une page se tourne. Maintenant.

_________________

Merci à Dietrich/Ambroise ♥️


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtre †

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 464
♦ Messages : 599
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : Grab your dick and double click !
♦ Protecteur : L'Eglise.
♦ Date d'inscription : 10/06/2010
♦ Age : 25

MessageSujet: Re: Derniers évènements - Assainissement - Vos réactions   Ven 22 Fév - 14:37

Uriel est retourné à l'Ombre. Pas à cause de sa santé déclinante, mais à cause d'un terroriste. Quand je l'ai su ça m'a beaucoup surpris, mais sur le coup j'étais trop occupé avec moi même. Je me suis évanoui à cause de la réaction émotionnelle de l'Empereur à l'annonce de la nouvelle. Une sensation horrible. Je me baladais tranquillement dans les bas-fonds à la recherche de mon Sheba, j'étais au courant de rien et je faisais chier personne – enfin, personne d'important – et j'ai eu l'impression de recevoir un grand coup en plein dans le cerveau. Puis plus rien. Pendant longtemps. Les Bas-Fonds ont sauté peu après ça, alors que j'étais allongé nu et inconscient sur un toit. Je ne sais pas ce qui s'est passé après, mais j'ai repris connaissance sous des gravats, dans le noir complet. Incapable d'utiliser la magie. Puis pour quoi foutre d'ailleurs ? Je savais même pas où était la sortie ! Et je savais pas ce qui s'était passé non plus. Ce que je savais, c'est que j'étais dans une position de merde, là, sans aucune raison. Dans le noir, avec quelque chose qui pèse au dessus de moi. J'étais coincé dans une cavité entre une poutre et un pan de mur en briques, avec le bras et la jambe gauche pris sous quelque chose de lourd. De la pierre, peut être un autre morceaux de mur. En tirant longtemps j'ai sorti mon bras de là, mais mon pied gauche a jamais voulu passer. Crois bien que j'ai eu le temps d'essayer de me tortiller, pendant les deux jours que j'ai passé là dessous. 'fin deux jours... je crois, j'ai perdu connaissance au bout du premier. Logiquement, il aurait dû se passer la même chose que pour les autres gens coincés sous des gravats des bas-fonds, c'est-à-dire que mon cœur lâche passé un certain temps. Mais j'ai eu une chance exceptionnelle. L'endroit où j'étais fut un des premiers à être déblayer pour reconstruire. Un gamin a vu mon pied gauche dépasser de dessous une pierre...
Tout est assez confus ensuite. Je me suis réveillé par terre, sous une tente. Je savais toujours pas où j'étais, ce qui s'était passé, que le Haut-Prêtre était mort assassiné et que des terroristes avaient fait sauté les Bas-Fonds ou j'sais pas quoi... j'entendais juste des bruits bizarres autour de moi et j'avais soif. Et le monde puait. Oh oui. J'étais trop blessé pour seulement ouvrir les yeux, mais je savais que tout autour de moi puait la mort comme jamais ça a pué dans toute l'histoire de la nécromancie. On m'avait posé avec les cadavres, en fait. Globalement c'était un chantier complet, et personne était allé voir si je respirais ou non. De toute façon, peu de blessés étaient soignés, faute de médecins. Rien qu'avoir de la bouffe et de l'eau était compliqué. Mais je savais pas tout ça, on me l'a dit après, je savais juste que j'étais au milieu d'un gros tas de cadavres et de mourants, et que j'avais suffisamment mal pour être en train de mourir moi même. Je n'ai jamais frôlé la mort de cette façon, par accident, parce que pas de chance. Je ne respirais presque plus pourtant, même si les événements ne me visaient pas et que personne ne m'en voulait personnellement dans cette affaire. Et il y avait l'aura de l'Empereur. Je fais parti des personnes au courant qu'il est la source de la magie et qu'il influe sur elle. Et là, c'était... pesant. Plein de rage. Très attirant. J'étais en train de crever et à peine conscient, je me suis instinctivement tourné vers les ombres. Ma main a tremblé et elles ont vacillé autour de moi. Dans cet état de conscience altéré, la communion fut facile. Elle ne dura pas longtemps parce que j'étais épuisé, mais on m'a vu et ramené au monastère. Et c'est comme ça que j'ai fini dans un lit avec des bandages et tout. Au début un mec venait même m'aider boire de la soupe, mais bientôt plus personne a eu le temps de rien et j'ai dû me démerder avec un bol apporté vite fait alors que j'avais déjà du mal à lever la tête. Pas grave, je préférais être seul de toute façon, et puis j'avais déjà de la chance. J'aurais été un quidam moyen, je serais mort au milieu des autres cadavres, dans les bas-fonds. Enfin j'ai mis du temps à savoir ce qui s'était passé, au début je ne me réveillais que pour manger et et rien que faire ça me vidait complètement. Et puis j'avais mal partout. C'est une semaine après que j'ai pu bavarder avec le mec qui m'apportait de la bouffe ce jour là. Je me souvenais de ce gars, il avait un peu de grade. C'était pas un Grand Prêtre, mais pas le mec qui beurre les sandwich non plus. Ça devait être vraiment le bordel pour qu'un mec comme ça apporte de la soupe à un blessé. Il me résuma les événements en trois ou quatre phrases, et je me suis senti très mal, d'un seul coup.
Non seulement un terroriste avait tué Uriel, mais en plus les bas-fonds avaient explosés. Des milliers de morts, et autant de blessés graves et de mourants. Ça expliquait que le gratin fasse dans la distribution de bouffe. Y a plus assez de gens en vie pour faire la fine bouche, et l'Empereur avait décrété la reconstruction des bas-fonds prioritaires. Même les magiciens de la Terre participaient. Drôle de nouvelle. Pour moi la magie de la Terre c'était un jouet, pas quelque chose de sérieux et utile. Et en plus c'est hérétique. Mais même ça c'était mis de coté face à l'ampleur des dégâts.
Le prêtre me raconta tout ça, il devait aimer bavarder. Moi j'écoutais, très confus. Il me raconta les événements les récents alors que j'étais encore choqué d'apprendre la mort d'Uriel :

- Qui est le nouveau Haut-Prêtre?

- Il n'y en a pas. Pas encore.

Mais... qui allait me dire quoi faire alors ? Comment ça plus de chef ? Ouais... il y avait l'Empereur. Uriel m'avait dit de me préoccuper de l'Empereur en priorité avant de mourir. Mais... mais merde quoi. L'Empereur c'est trop loin de moi. Et Uriel est mort alors il peut plus me le répéter cinq fois pour que je comprenne ! Je me sentais pas triste, mais perdu. Ça faisait trop d'un coup. Puis toute cette conversation m'épuisait. J'ai fait signe au prêtre de partir puis j'ai mis ma tête dans mes mains. Fatigué. Trop à réfléchir, et trop choqué pour le faire. Je me suis rendormis. J'ai attendu deux semaines avant de demander à ce qu'on m'apporte un prisonnier hérétique pour le tuer et utiliser la magie afin de me soigner.
On m'a envoyé chier.

Ah oui, c'est ça la vie sans Uriel aussi. Plus le luxe de buter des gens au petit bonheur. La magie du sang n'était plus soutenue par un Haut-Prêtre, et les morts et les blessés se comptaient déjà en dizaine de milliers. Pas besoin de cadavres en plus. Les ouvriers n'arrivaient déjà pas à creuser assez de fosses communes, et pas mal de zones de la ville baignaient dans une odeur de charogne perpétuelle. Mes expérimentation magiques, elles pouvaient bien attendre cinq minutes. J'ai failli hurler de frustration, je suis passé à deux centimètres de l'agression, d'utiliser mes pouvoirs pour tuer le prêtre devant moi afin de me servir de sa part d'ombre. Je ne l'ai pas fait, merci au peu de bon sens qui me restait à ce moment là. De toute façon, ma magie n'intéressait pas grand monde, mis à part pour une chose. Le prêtre venu me parler aborda justement la question :

- Mais tu peux aussi guérir des gens non ? Voilà qui serait plus utile actuellement.

- Vous voulez pas que je bute quelqu'un. Je peux presque rien faire là.

- Montre moi le « presque ».

Le prêtre pointa du doigt mon bras droit, partiellement brûlé pendant l'explosion. Un grand pan de peau avait disparu, et trois semaines après les faits la chair était encore à vif et suintante. Avec des croûtes toutes sales aussi. Bref, un beau merdier. C'était pas la seule blessure de ce genre que j'avais. Pas la peine de détailler des heures, savoir que j'ai fini sous des morceaux de maison suffit normalement à estimer l'ampleur du bordel. Par chance, je n'avais qu'une fracture, à l'avant-bras droit. Ce qui m'arrange vu que sans tuer quelqu'un, je suis incapable de guérir quelque chose d'aussi compliqué qu'un os. Mais faire repousser un peu de peau c'est l'enfance de l'art. Refermer une plaie est encore plus facile. Mais bon... passer de la magie du sang avec meurtre à la magie du sang sans meurtre, c'est un peu comme passer de la F1 à la trottinette. Y a de quoi être frustré. Quelque chose de simple et d'agréable devenait laborieux et épuisant. Mais j'ai quand même soigné une bonne partie de mon bras, ce qui eu l'air de satisfaire le prêtre en face de moi.
Je t'ai dit que je suis con ? Tu es déjà au courant je crois. Mais bref, je suis très con. Je sais pas reconnaître un traquenard quand j'en vois un, du coup j'ai fini à soigner ben... des pécores quoi. N'importe qui. Ça me serait jamais venu à l'idée que ma magie puisse servir à ça. Ça m'est arrivé de soigner des gens sans raison hein, mais c'était jamais un but en soi. Là, c'est un ordre, pouf, je dois refermer des blessures à la chaîne. Ça se gaspille pas un mec capable de transformer un mourant en ouvrir valide en quelques secondes. Donc j'ai fini dans les tentes dès que j'ai pu marcher, comme un blaireau de médecin, à soigner des gens. C'était épuisant. On m'a jamais obligé à faire un truc pareil, à utiliser ma magie comme ça. Et interdiction de tuer quiconque, en plus. Ça m'aurait facilité la vie pourtant. Au moins je n'avais pas l'énergie de cogiter. Heureusement au bout d'un mois, il y avait moins de blessés. C'est à ce moment là que j'ai décidé sur un coup de tête de quitter la Capitale.

Je ne me sentais plus retenu ni part ma fille ni par l'Eglise. L'un comme l'autre s'en sortait aussi bien sans moi. Le monde était devenu trop bizarre et trop effrayant de toute façon, autant lâcher l'affaire. J'ai opté pour un monastère de la plus grande ville de Khofora, parce que j'étais né dans cette province. C'était bien la seule chose que j'y ai jamais foutu, vu qu'après on m'a amené à la Capitale et que je n'en suis jamais sorti après ça. Mais peu importe, je connaissais pas plus les autres province que celle là, alors autant y aller. C'était très bizarre de voyager, il faisait chaud et il y avait des rochers partout. Et du sable aussi. Des plantes étranges. Et même les maisons n'avaient pas la même tête. Les gens parlent avec un accent étrange et mangent des trucs que personne aurait idée de manger. Néanmoins l'ambiance était plus calme qu'à la Capitale. Ici, aucun terroriste n'avait fait sauter un quartier entier de la ville. Mais les gens n'étaient pas très content qu'il n'y ait plus de Haut-Prêtre après tout ce temps et que l'Empereur laisse des hérétiques participer à la reconstruction. Je n'étais pas le seul à avoir quitté la Capitale et les nouvelles circulaient, et elles choquaient les gens. J'ai dû moi même raconter plein de fois l'histoire aux prêtres du monastère où je vivais. Que le Haut-Prêtre avait été assassiné, que les terroristes avaient fait sauter les bas-fonds... on m'a jamais autant écouté de toute ma vie. J'aime bien la Province pour ça. Rien que le fait que j'ai déjà parlé à Uriel en personne impressionne. Et pourtant, j'ai caché mon niveau réel en magie. Je pense pas que les sacrifices humains passent bien pour un public non averti.

Bref, globalement j'ai passé dix mois très sympa à Khofora. J'ai même fini par m'habituer à la nourriture bizarre et à la chaleur. Les événements récents étaient beaucoup plus négligeables avec autant de kilomètres de distance. Même la magie du Sang ne me manquait pas trop, même si la vue d'une blessure ouverte avait tendance à me faire baver. On me laissait manipuler tranquillement les ombres dans mon coin et me balader à ma guise. Il y avait plein de montagnes avec des monuments dedans, la région étant traditionnellement très pieuse. C'était joli et tout bizarre à la fois. J'avais jamais vu une montagne avant. J'imaginais ça plus petit. Mais bref, j'ai fait plein de trucs inintéressants à Khofora, je raconterais ça une autre fois.

Je suis rentré à la Capitale parce que... parce que Inanna me manquait, voilà. Elle a pas besoin de moi, elle est novice dans l'Inquisition, puis elle a neuf ans maintenant, mais j'ai fait tous les kilomètres du retour quand même. C'est long, dix mois. Puis avec mes déboires magiques, ça fait encore plus longtemps que je ne m'en occupe plus. Donc je suis rentré, mais sans savoir si je vais rester ou non. En si peu de temps, la ville a beaucoup changé, la reconstruction avance très vite. Il n'y a toujours pas de Haut-Prêtre par contre. Et les hérétiques continuent de se balader comme si de rien n'était. Effrayant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 105
♦ Messages : 509
♦ Âge du perso' : 40
♦ Fiche : Y en a une bonne partie secrète.
♦ Protecteur : Un peu tous les nobles riches avec une libido.
♦ Date d'inscription : 16/10/2011
♦ Age : 25

MessageSujet: Re: Derniers évènements - Assainissement - Vos réactions   Mer 13 Mar - 13:24

[Je parle pas de Morgana, mais personne a été foutu de me dire si elle était morte ou non. Alors merde, j'en parlerais une autre fois.]

L'année écoulée a été difficile. Les nobles ont moins eu la tête à la fête, et moins d'argent aussi. Certains protecteurs ont quitté la Capitale. J'ai pas mis la clef sous la porte, mais pour la première fois de ma vie j'ai dû renvoyer des gens. Je me voyais comme un mec avec une plutôt bonne moralité, mais en fait les proxénètes gentils ça n'existe pas. Ce que j'ai vu concrètement, c'est que j'ai renvoyé des gamins dont la réputation sociale est détruite (on ne ressort pas indemne de la prostitution, même de luxe), désargentés, traumatisés et en larmes. Mais j'avais plus les moyens de les payer. J'ai pas eu le choix. C'était ça ou fermer le Fabula Onis au bout de quelques mois. Il faut qu'il reste ouvert ! J'ai nul part ou aller d'autre. Encore moins qu'avant.
Les bas-fonds ont sauté. Le Comte Oliver s'en fout, il ne connaît pas de pauvre, mais Malachite Finnan ça lui a fait très mal. Il y a grandi et il y connaissait des gens, qui sont morts. Il n'y a pas passé d'excellents moments, certes, mais c'était une grosse partie de sa vie qui a sauté quand même. Mais j'ai perdu pire que des souvenirs.
Le lendemain des explosions, la bonniche qui s'occupe de Jade est venue me trouver. Sa sœur et elle étaient parties faire une promenade en ville pour fêter l'Equinoxe. Elles ne sont pas rentrées.

Je ne me souviens pas très bien de la suite des événements, sans doute parce que j'étais trop bourré, mais je me souviens avoir galéré pour trouver des vêtements de deuil. J'en avais pas. Pas l'usage. Et les tailleurs étaient en dèche de tissus noir, forcément, vu la période. Je me souviens être allé au milieu des gravats aussi. Les cadavres les plus richement vêtus étaient mis sous une tente à part. Des proches venaient identifier les morts. Oui, il y a des nobles qui se baladent dans les bas-fonds aussi, c'est vrai qu'il y a des jolis coin, tout n'est pas que taudis et saleté quand même. Et il y a des rives du fleuve tellement ravissantes, c'est tentant d'emmener les enfants y jouer. Puis c'était l'équinoxe d'hiver, tout le monde était dehors. La plupart dans des quartiers plus chics, mais se balader tranquillement dans une ville déserte de nuit c'est tentant aussi. En fait je ne sais pas, ce qu'elles foutaient là. En tous cas, il y avait deux cadavres blonds, l'un d'une jeune femme et l'autre beaucoup plus petit, sous une couverture. Une poignée de cheveux blonds qui dépasse. Et ça sent pas très bon. Je ne me souviens pas de ce que j'ai fait, après.

J'étais pas très paternité, certes. Ma fille aînée, je l'ai presque jamais vue, une ou deux fois par an depuis que j'ai le Fabula Onis quoi. Je suis rentré assez tard dans sa vie, et elle ne m'aimait pas. De son point de vue je m'étais contenté d'engrosser sa mère et de me casser sans demander mon reste, avant de me racheter vite fait une conscience en envoyant du blé régulièrement dès que j'en ai eu. La merde noire, elle l'a bien connue du coup et m'en a beaucoup voulu de l'avoir abandonné là dedans. Je peux pas lui donner tort. Jade c'était pas pareil, elle est née quand j'étais déjà riche et elle m'aimait bien, comme parent distant. J'étais un référent masculin tout à fait valable, quoique pas très présent et plutôt récalcitrant coté affection. Même si à la longue j'arrivais presque à me faire à ça. Donc voilà, l'amour paternel a jamais vraiment submergé mon cerveau d'émotions complexes et magnifiques et je ne crois pas que les enfants sont la seule réussite dont on puisse se vanter dans la vie et tout ça. Mais... merde quoi. J'pense pas arriver à te faire croire que j'ai accueilli la nouvelle avec indifférence. Je l'ai accueillie avec beaucoup d'alcool – et un peu de cris aussi.

Et je sais pas pourquoi, mais à partir de ce moment là, que les gens sachent que j'avais des enfants, j'en avais plus rien à foutre. Un vieux donateur du Fabula Onis, une des rares personnes avec qui j'ai encore des relations sexuelles, a même dû assister à une crise de nerf de ma part où complètement saoul je lui ai expliqué à quel point j'étais un connard qui laisse ses propres enfants mourir sous des gravats, que je m'en étais jamais occupé, que j'en ai rien à foutre de leur gueule et que je suis vraiment vraiment un connard (cinq fois). Puis après j'ai pleuré. Tu me connais, je suis très drama-queen. Etonnamment le client n'est pas parti en hurlant et il a été gentil. Mais bref. J'ai passé une période de ma vie fin saoul, genre un mois, à regarder le monde s'écrouler et le Fabula Onis avec. Mais on est pas tous mort dans nos lits à cause des terroristes en fait, et il se trouve qu'en fin de compte les magiciens sont gentils. Moi je me sentais pas tranquille parce que j'en voyais, des terroristes. Tu sais Alysse ? Ben apparemment son chef est mort mais l'organisation est toujours là.

Elle est venue régulièrement pour continuer à me fournir en produits « sensibles ». Et des fois on prenait le thé – enfin moi je prenais mon Whisky – en discutant un peu. Au début je l'ai un peu saoulé avec cette histoire d'enfant en arrêtant pas de me plaindre et d'expliquer quel connard j'étais , mais ça m'est passé et on parlait de tout et de rien. Et on a fini par se taper des cuites mémorables parce que elle aussi avait besoin de temps en temps de faire mourir ses neurones.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
₳ Philosophe ₳

avatar

♦ Influence : 232
♦ Messages : 276
♦ Âge du perso' : 25
♦ Fiche : Un être réel ou fictif?
♦ Date d'inscription : 14/03/2011
♦ Age : 24

MessageSujet: Re: Derniers évènements - Assainissement - Vos réactions   Jeu 4 Avr - 20:33

Emile a réussi à rendre Lao presque fou, fou de douleur précisons. En effet, durant son cours séjour en prison, il eut droit à un spectacle horrible : la torture de la fillette qu'il était censé protéger et nourrir, en respect à son défunt père. La demoiselle a survécu mais ce qu'il en resta de sa raison, c'était toute une autre histoire.

Comme pour Lao d'ailleurs. Fou de rage il chercha mille et une moyen de fuir. Marius, le terroriste, avait fini par se frayer un chemin dans cette prison et fit un grabuge des plus retentissants. Voyant là une occasion rêver de fuir, Lao tapa sur ses barreaux encore et encore ... et finit par entendre le son de la terre. Elle était faible mais bien là .... Il réussit donc à briser ses barreaux.

Par contre l'énergie qu'il dû fournir l'épuisa considérablement et il tomba à terre, complètement inconscient. C'est MArius qui le trouva et l'emmena loin de ce cauchemar. Quant au reste de l'histoire, et c'est bien la plus intéressante, la voici :

Dès qu'il récupéra assez de force, Lao quitta la Capitale pour une province plus calme, Talaar. Durant un ou deux mois, il resta dans un état presque léthargique, vivant de l’aumône, en véritable clochard. Il finit par se "réveiller" complètement quand il entendit des nouvelles des plus surprenantes de la Capitale. Oui il était au courant qu'Uriel était mort mais ce qui le surprit était le meurtrier : Lao. Or il était sûr et certain qu'il ne l'avait pas tué ! Il était en prison à ce moment. Autres mauvaises nouvelles : L'Empereur avait réuni tous les pouvoirs en un, renvoyer tout un sénat et n'avait toujours pas élit un haut prêtre.

A partir de ce jour, il se reprit. Il rendit de grands services aux habitants de la province comme la construction de barrage, le sauvetage d'enfants, le travail des champs ou la construction de bâtisses solides ou encore la protection contre des bandits. On l'aima très vite.
En parallèle, il gagna de l'influence au sein de la noblesse. A trainer dans les rues, il obtint des informations des plus intéressantes et il les utilisa pour résoudre des affaires et déjouer divers complots envers tel ou tel noble. Ainsi, d'une part craint et d'une part respecté ... on finit par l'accueillir dans les salons.

Très vite, il devint un intermédiaire entre le peuple et les nobles. Il transmettait les réclamations du peuple aux nobles, et inversement annonçait les mauvaises nouvelles -comme une hausse d'impôt- aux peuples. On l'aimait bien donc c'était plus avantageux que c'est lui qui annonçait qu'un pauvre noble qui allait se faire huer.

Enfin et c'est bien le sésame de l'histoire, il obtint la complète confiance du gouverneur de la province. Si au départ Lao ne conseillait que pour des affaires minimes, il devint en peu de temps indispensable pour des décisions plus importantes. D'ailleurs, c'est bien grâce à cet homme qu'il réussit à rayer définitivement les soupçons sur le meurtre d'Uriel. Maintenant ce n'était que de vagues rumeurs !


Ayant ainsi assez d'influence sur la noblesse et sur le peuple, il transforma son groupe "Avènement" en un véritable organisme secret à grande échelle. Le fonctionnement sera le suivant :

Des nobles -dont les identités ne seront pas révélés aux autorités évidemment- partageant les idées de Lao pour l'instauration d'une monarchie constitutionnelle, peuvent investir dans l'organisme. D'autres parts, des ingénieurs sans mécénats avec des projets ambitieux peuvent demander de l'aide financière à l'Avènement.
Après vote -du budget et de l'invention à favoriser d'un groupe, dont Lao est président -, ce financement peut être accordé ou non.

L'objectif principal d'une telle action est d'étendre l'influence et la doctrine d'une monarchie constitutionnelle, en dehors d'acte criminel.

Il devint plus ou moins riches, accumula secrètement -grâce à son organisme- une véritable bibliothèque scientifique.

La raison de l'aspect secret de l'organisme : Ezhekiel n'aime pas qu'un autre prenne le monopole des sciences. De plus, ce dernier voudrait voir la tête de Lao sur un pic ... Après tout, il est l'un des principaux suspects de la mort d'Uriel et comme à l'époque de ce régent, le philosophe file entre les doigts !


Après cette belle année, il retourne à la capitale pour dénicher de nouveaux talents scientifiques, faire migrer toute son organisation ici -si possible- et surtout jauger l'Empereur, s'il est un homme digne de confiance ou nan.


PS : Relecture à faire courant de la semaine - claquée >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtresse †

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 76
♦ Messages : 268
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Moineau
♦ Protecteur : L'Ombre
♦ Date d'inscription : 29/01/2011
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Derniers évènements - Assainissement - Vos réactions   Dim 14 Avr - 2:46

C'est comme ça. On ne voit jamais ce genre de choses venir, ou alors, on se dit qu'on passera à travers, et que tout ira pour le mieux. Qu'on est au-dessus du malheurs, confortablement blotti dans son orgueil. On se berce d'illusion, par vanité ou arrogance, qu'importe les raisons, au final, car le résultat reste le même : on court à la catastrophe, un rictus confiant coincé sur les lèvres. Puis du jours au lendemain tout change. Sans crier gare, il ne reste plus rien du quotidien. Le monde tout entier vacille, tremble et se désagrège. Et ça s'enchaîne à n'en plus finir, sans qu'on ne puisse rien y faire. C'est comme une claque, un coup de masse entre les cotes, qui nous laisse par terre, le souffle coupé, l'air hébété. Tout vient de changer, et personne n'a rien vu venir.
Uriel D'Arken est assassiné. Et l'univers tout entier s'écroule.

Cela faisait quelques mois déjà, avant que le drame ne se produise, que Suzume s'efforçait de reprendre l'entraînement avec acharnement a vitesse que la santé du Haut prêtre déclinait. Ses journées étaient partagées entre l'entraînement, et les affaires qu'Uriel confiait à sa jeune exécutrice, bien souvent au nom du Culte de l'empereur. Le reste de son temps, Suzume redevenait une ombre au sein de l'Église, plus active que jamais, mais invisible, silencieuse, a tel point que certains en virent à croire qu'elle avait quitté la capitale. Pourtant, le moineau était toujours là, comme pu s'en rendre compte l'inquisition, qu'elle aida grandement dans l'installation des explosifs des bas quartier et toutes les opérations ultérieures en rapport au grand projet de l'Empereur et de son mentor, exécutant même quelques gêneurs, et faisant disparaître les autres.

Certes, la mort de son maître aurait dû arriver un jour ou l'autre, Suzume s'y était préparé, la maladie rongeant le petit homme à vue d'oeil, mais cela n'aurait en aucun cas du arriver ainsi, par la main d'un misérable terroriste, de façon aussi barbare que blasphématoire, dans le lieu le plus sacré qui soit: la cathédrale des ombres. Le mélange de colère sourde et de détresse profonde qui suivit la nouvelle fut un bouleversement inattendue pour la jeune fille, qui ravala ses larmes pour nourrir sa haine, faisant trembler les ombres sur son passage. Ils avaient un plan. Elle devait s'y tenir, quand bien même celui-ci fut avancé par l'empereur exultant de rage. Et alors qu'Ishtar tremblait sous l'effondrement des bas quartier, la prêtresse en profita pour mettre un terme à la voix dissidente de l'Église : Khâli. Face aux heures sombres et chaotiques qui attendaient les adorateurs de l'Ombre, ils se devaient d'être plus soudé que jamais, uni sous une même bannière, et cette femme, cette... Sénatrice, était une ombre au tableau. Une voix agaçante. Voir gênante. Il fallait la faire disparaître. Le combat fut succins, leurs niveaux trop différents l'un de l'autre. Suzume ne s'attarda pas sur sa victoire, apportant le corps au bas quartier, quelques temps avant l'explosion.
Si le meurtre fut découvert, ses témoins disparurent avec lui.

A la mort du Haut-Prêtre, son assassin personnel perdit par la même occasion une partie son statut privilégié, redevenant qu'une prêtresse parmi tant d'autre, sans le moindre pouvoir sur ses frères et soeurs, quand bien même tout à chacun savait que ses chances d'être la prochaine Haute prêtresse étaient plus qu'assuré. Parlons en, justement, de ce rôle tant attendu, auquel la jeune femme se préparait depuis quelques mois déjà auprès de son mentor. Dans la précipitation qui suivit la mort du Haut prêtre, l'empereur Ezhekiel premier reprit tous les pouvoirs à lui. Tous. Même celui de Haut-prêtre. Ainsi, l'église continua sans Haute-prêtre. Suivant l'empereur. Et doucement, le chaos pris place dans l'ordre des mages de l'Ombre. Une chose sans précédent arrivait. Il n'y avait plus de Haut prêtre à suivre, plus de leader, plus de tête. Rien. Et sans elle, le corps commença à s'ébranler, se divisant, s'éparpillant, comme l'avait tant craint Suzume. Impuissante, elle devint simple spectatrice dans l'affaiblissement de l'Ordre qui l'avait vu grandir.

Légèrement hébété par tout ce qui venait de se passer, affligée face la perte de son statut et la mort de son mentor, Suzume décida de reprendre ses habitudes, son quotidien, cherchant dedans un semblant de sécurité. Quelque chose de commun. D'ordinaire. De rassurant dans le familier. Elle resta ainsi un moment un moment, tuant ses peurs en s'entraînant sans relâche. Oubliant ses doutes en priant. Et muselant ses craintes en méditant.
Puis la réalité finie par la heurta de plein fouet: la normalité ne reviendrait jamais, le calme n'allait pas s'imposer uniquement avec le temps. Pas cette fois-ci. Son monde, l'Église, tout avait été trop profondément ébranlé pour que quelques mois suffisent à ramener un semblant de sérénité dans l'Ordre des mages de l'Ombre. Il n'y avait plus de Haut-prêtre. Des hérétiques se baladaient impunément parmi les habitants d'Ishtar! Il allait falloir se battre pour retrouver la stabilité de l'Église. Et cette tâche lui incombait, en digne successeur de feu Uriel d'Arken.
Mais pour cela, il allait lui falloir approcher l'homme qui détenait tous les pouvoirs de son monde...

Ainsi, Suzume fit ses premiers pas, seules, en société. Ceux qui auraient dû composer son appuie, ses alliés lors de sa succession, étaient presque tous morts pendant l'assainissement, certains refusant de suivre l'Empereur, d'autres disparaissant dans des conditions douteuses. Ne se défaisant pas de ses convictions pour autant, c'est à tous petit pas, comme toujours, que la prêtresse s'intégra donc à la cour, se faisant remarquer bien malgré elle. Il était inévitable que certains raille cette héritière s'étant fait déposséder de son bien, quand bien même les rares nobles s'y osant le firent à mi-voix, trop mal à l'aise par la nouvelle atmosphère du palais, empoisonnée de craintes et de non-dit devant l'homme qui s'assombrissait au fil des jours, perdant tout du petit garçon qu'ils avaient connu, et devenant un empereur sombre et lunatique, bien que rarement présent. Pourtant, Ezhekiel ne se montra jamais hostile à l'égard de Suzume, qui pour sa part se fit toujours respectueuse et fidèle, en bon membre du Culte, ce qui facilita l'entente entre les deux jeunes adolescents. Si elle l'avait osé, Suzume aurait presque dit que ce dernier l'appréciait d'une certaine façon, sûrement en mémoire de l'homme qui avait été un mentor pour elle, et un tuteur pour lui. Et dire qu'elle le jalousait presque pour cela...

Les mois passèrent ainsi, tandis que la prêtresse inversait son implication dans l'Église (son impuissance face au chaos la mettant dans une rage folle), avec celle qu'elle fournit pour se faire une place à la cour plus vivante que jamais, essayant d'être assez proche de l'empereur pour réclamer au moment voulu l'indépendance de l'Église. Pendant les six mois suivant l'assainissement, la prêtresse n'en fit jamais référence, se contentant de faire ce qu'on attendait d'elle, aidant comme elle le pouvait dans la reconstruction, ce qu'elle cessa bien vite de faire, la vue des hérétiques l'insupportant. Quand bien même l'ordre venait de l'empereur en personne, Suzume ne pouvait accepter que des infidèles à l'Ombre mère puisse ainsi se balader en toute liberté. Le simple fait de les laisser vivre était à ses yeux une insulte à l'Église, à son pouvoir ainsi qu'a son autorité. Pourtant, elle ne dit rien, ne montra rien de sa colère, serrant les poings à s'en blesser les paumes, et alimentant sa détermination de toute cette colère. Si elle ne s'attaqua jamais durant l'année aux philosophes s'appliquant à la reconstruction, elle ne fut pas aussi douce avec les déserteurs qui tombèrent entre ses griffes...

Au fil du temps, tous se firent à la présence fréquente, presque devenu habituelle, de la prêtresse au palais, tandis que telle une ombre, elle apparaissait ici et là, y vagabondant souvent comme une âme en peine en l'absence de l'empereur, profitant de l'occasion pour faire la connaissance de Nemesio, de loin le prêtre le plus privilégié qui soit, ainsi que le plus puissant, en l'absence de Haut-prêtre. Comprenant qu'elle possédait son appuie, Suzume se fit plus confiante, et commença donc, doucement, mais sûrement, après quelques mois, à remettre le sujet tant attendu sur le tapis. Les choses n'avaient peut-être pas entièrement retrouvé leurs calmes, mais suffisamment pour que l'Église s'auto-gère de nouveau, aussi sa jeune voix commença doucement à se faire entendre.
Et ce ne fut que le début.

En terme simple, on pourrait dire qu'après cela, Suzume se lança progressivement dans le harcèlement pur et simple de l'empereur, à tel point que ce dernier commença tout bonnement à l'éviter, restant évasif sur la question, quand le repli n'était plus possible. Oui, l'Église retrouverait son indépendance, mais quand? Mystère, et cette incertitude commença doucement à faire grincer des dents la prêtresse, désireuse d'avoir enfin le pouvoir de rendre hommage à son mentor en rétablissent Ordre et force a l'Église toujours chaotique malgré les mois passés, quand bien même le respect de Suzume envers la source du pouvoir de ce monde l'empêchait d'insister inlassablement au point d'en devenir impertinente. Soit, elle attendrait. Quelle autre option avait-elle, de toute façon?
Et puis, ce n'est pas comme si elle n'avait pas encore tant à faire.

Voyant cette voie s'enliser doucement sous ses pas, Suzume décida de faire demi-tour, cessant d'embêter l'empereur. Sa succession allait attendre, bien. Cependant, la prêtresse n'allait pas pour autant rester inactive, ayant l'oisiveté en horreur. Elle n'avait plus d'appui nulle part, ni dans l'Église (ou si peu, sa jeunesse jouant en sa défaveur), ni en extérieur. Elle n'était pas prêtre à devenir Haute-prêtresse, et si elle en avait terminé dans son apprivoisement de l'empereur, il lui restait beaucoup à faire auprès du reste.
Après tout, n'avait-elle pas un Culte à restaurer? De tous, il se pourrait probablement qu'il devienne son plus puissant atout et appuie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
₳ Philosophe ₳

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 285
♦ Messages : 310
♦ Âge du perso' : 28
♦ Fiche : Laissez libre court à d'autres idées...
♦ Protecteur : La terre que vous avez sous les pieds ...
♦ Date d'inscription : 16/02/2011
♦ Age : 25

MessageSujet: Re: Derniers évènements - Assainissement - Vos réactions   Mer 22 Mai - 20:25

Iraïd se doutait qu'il se passait quelques choses. Et il s'en inquiétait grandement. Cela faisait plusieurs jours, voir des semaines qu'il n'avait pas de nouvelle de Lao. Ce dernier ne lui répondait pas, même quand il lui essayait de le contacter via la terre. C'était le néant alors le roux compris vite qu'il lui était arrivé quelque chose.

Le retrouver n'était pas une chose aisé. C'était même le contraire...C'est presque Lao qui revenu à lui. Ira n'était au courant de rien de qu'il s'était passé avec lui, avec Uriel ou Le Renard.

Il ne sut pas non plus pourquoi ni comment, mais au bout d'un moment, il retrouva Lao. Celui-ci était particulièrement dans un sale état, il ne pouvait pas le laisser comme cela. De plus, les choses à la capitale devenu trop dangereusement pour lui. Alors, d'un commun accord avec son mécène et autres connaissances, Iraïd parti. C 'est bien plus sécurisant pour lui ainsi que pour les philosophes. D'ailleurs, il fallait qu'il retrouve Cassendre.. La chose n'était pas difficile à la différence de Lao. Le plus dur serait de le convaincre de partir avec lui. Ce dernier n'était évidemment pas d'accord. Alors, le roux utilisa les grands moyens et força le jeune à venir avec lui, d'un moyen pas tout à fait légal.
Accompagné de Cassendre et Lao, Iraïd parti à Talaar. Pendant deux mois, le roux était occupé entre Lao qui devenait une vraie larve et Cassendre qui chercha à se suicider. Autant dire, il était occupé.
Passé ces deux mois et quand Lao eut le courage de se relever, Iraïd pris enfin de temps pour lui et à la méditation. Avec la mort d'Uriel; beaucoup de choses avaient changé, même pour lui. L'Ombre avait perdu une force importante dans l'Empire. Le philosophe ne pourrait laisser une chance pareille à la magie de la Terre.

Continuant d'emmener Cassendre avec lui, le musicien laissa Lao à ses affaires. Il fallait qu'il médite, qu'il réfléchisse à Gaia. C'était le moment, après tout. Ils avaient entendu dire qu'à la capitale, les philosophes n'étaient même plus chassés.
Enfin, le roux n'avait tout de même pas prévu de revenir encore, même s'il gardait cela quelque part dans sa tête.
Avec Cassendre, il fit donc un tour rapide des provinces. Il fallait qu'il laisse le jeune à une personne de confiance. Le petit brun semblait attirer par la province d'Ayena. Il décida de laisser le jeune là, chez un philosophe de confiance qui pourrait l'entrainer un peu, pour parfaire sa maitre de la Terre.
De nouveau seul Ira revint dans à la capitaine, comme simple musicien. Cela lui permettait de ne pas travailler au chantier, du moins pour le moment. Ce n'était pas si truc .. Et puis il avait une autre idée en tête. Ira devait parler de Gaia, il était presque sûr que cela pouvait toujours pas mal de personnes, maintenant que l'Eglise ne dirige plus la population avec son régime de terreur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Derniers évènements - Assainissement - Vos réactions   

Revenir en haut Aller en bas
 

Derniers évènements - Assainissement - Vos réactions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ϩ Petites annonces Ϩ :: News-