AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Et au centre de la terre, qu'il y a-t-il dans l'obscurité ? [pv Dario]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Suzume Zhang-Jian
† Prêtresse †

Suzume Zhang-Jian

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 76
♦ Messages : 268
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Moineau
♦ Protecteur : L'Ombre
♦ Date d'inscription : 29/01/2011
♦ Age : 28

Et au centre de la terre, qu'il y a-t-il dans l'obscurité ? [pv Dario] Vide
MessageSujet: Et au centre de la terre, qu'il y a-t-il dans l'obscurité ? [pv Dario]   Et au centre de la terre, qu'il y a-t-il dans l'obscurité ? [pv Dario] EmptyVen 3 Aoû - 22:31

Au final, c'était une boucle sans fin, non? Avez -vous seulement pris, ne serait-ce qu'une fois, la peine d'y penser? On s'entraîne pour devenir fort, d'accord, mais une fois plus fort, on s'entraîne pour l'être encore plus. Quand est-ce que cela s'arrête? A quel moment peut-on se croire assez puissant pour stopper cette cadence infernale? Et s'il n'y avait jamais de fin? Et si nous devions continuer, jusqu'à ce que notre corps ne puisse plus suivre? Triste réalité, certes, mais surement la plus proche hypothèse touchant la réponse du bout des doigts.
Il aurait été plus simple d'avoir un but, une personne à dépasser, mais Suzume ne voyait pas les choses ainsi. D'abord et avant tout, c'est ses propres capacités qu'elle essayait toujours et encore de surpasser, ce qui ne lui donnait jamais aucune raison de cesser sa progression. Voilà peut-être son secret, la raison pour laquelle, malgré son jeune âge, sa maîtrise de l'ombre était plus que convenable.
Mais toute prodigieuse qu'elle soit, dormir sur ses laurier aurait été une faute grossière, raison pour laquelle, malgré l'heure précoce, la jeune fille avait déjà rejoins la cour intérieure du monastère, ayant une journée de libre, aujourd'hui. A cette heure-ci, l'endroit était vide et silencieux. La plupart des prêtres déjà éveillés préféraient de loin aller prier. Suzume servait l'Ombre chaque jour en chassant les hérétiques qui profanaient la ville d'Ishtar, n'était-ce pas une façon encore plus belle de rendre hommage à l'Ombre?

Oui, Suzume aurait pu rejoindre l'arène pour son entrainement, mais seule, c'était totalement inutile. Et puis la cour du monastère était bien assez grande pour cela. D'abord, la méditation, et seulement ensuite, la manipulation. Chaque chose en son temps, le tout sans jamais se presser.
Sur le chemin la menant au lieu voulue, la jeune fille rencontra quelques novices qui chuchotèrent à son passage. Ne s'intéressant pas plus que cela aux quelques médisances à son sujet (elle n'arrivait pas à imaginer les autres dires autre chose que du mal sur elle, ses années de noviciat parlant à sa place), la jeune femme se contenta d'un bref signe de tête pour les saluer, à quoi ils répondirent avec respect. Si elle avait leur âge, elle n'en demeurait pas moins une prêtresse accomplie, elle. D'ailleurs, à cette pensée, elle fixa la bague d'argent à son doigt. Bientôt un an. Le temps passait si vite. Et qu'est-ce qu'il s'en était passé des choses, en un an. Le couronnement de l'empereur, Le philosophe Iraïd, Zélig, Malick, Uriel et puis... Et puis la magie du sang.

Pendant un temps, Suzume avait pensé apprendre cette ancienne magie, à l'instar de son mentor mais... Ce qu'elle avait vu ensuite l'en avait dissuadé. Elle ne pouvait décemment pas se laisser entraîner dans la folie, ou finir par se transformer en animal à tout bout de champ. On attendait tant d'elle, qu'elle ne pouvait se permettre de décevoir tout le monde juste à cause d'une envie égoïste. Non, si cette magie était terriblement tentante, elle n'en restait pas moins interdite, pour elle. Suzume l'approuvait, mais se refusait à sacrifier sa santé pour cette puissance.

C'est donc dans le but de compenser cette perte que la jeune fille avait décidé d'améliorer son maniement de l'ombre au maximum, et cela en très peu de temps. Car c'est avant tout le temps qui commençait à lui manquer, elle le savait, et se sentait encore plus pressée que d'habitude de progresser, pour ce qui allait suivre. Car dès la mort d'Uriel, tous les prêtres de toutes les provinces viendrons se défier pour devenir Haut Prêtre. Si elle voulait gagner, elle devait accumuler l'expérience que certains avaient pris toute une vie à avoir. Par moment, la tâche lui semblait impossible. Puis l'instant d'après, elle s'en voulait de partir défaitiste. Elle aussi, avait passé sa vie à se préparer pour ça, et le fait qu'elle soit plus jeune que beaucoup n'y changeait rien. Elle était forte, elle le savait. Mais était-ce suffisant?

Il devait presque être sept heures quand le jeune fille commença enfin à s'entraîner seule, faisant danser l'ombre comme une marionnettiste, la pliant à sa volonté sans le moindre mal, la rendant tantôt sournoise et rapide comme un serpent prêt à mordre, puis lente et vaporeuse, l'instant d'après.
Il n'y avait pas à dire, rien, à ses yeux, n'était plus beau que les ombres se mouvant entre les mains des prêtres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Et au centre de la terre, qu'il y a-t-il dans l'obscurité ? [pv Dario] Vide
MessageSujet: Re: Et au centre de la terre, qu'il y a-t-il dans l'obscurité ? [pv Dario]   Et au centre de la terre, qu'il y a-t-il dans l'obscurité ? [pv Dario] EmptyLun 6 Aoû - 9:41

Un, deux, trois…
Oui voilà bien trois minutes que les habitant du monastère bougeaient et faisait du bruit, quel heure est-il ? Je n’en sais, je ne sais pas du tout, a vrais dire…
Je n’ai pas de notion de l’heure, enfin ci, mais elle n’est pas aussi précise qu’une personne normal, j’ai jamais vu le soleil dans le ciel je ne sais pas ou il est, quand à le sentir sur ma peau.
Comme ils ont tendance à me laisser a l’ombre autant le dire, je ne sais absolument pas quel heure il est.
Enfin ce n’est pas l’heure du lever, autant le dire, on n’est pas encore venu me voir pour me dire simplement ‘’Dario, bouges pas on vient t’aider‘’, je déteste ça.
Etre aidé me répugne au plus haut point, mais je n’ai pas le choix, je me laisse finalement faire, à contre cœur malheureusement, j’en suis même bourru et e mauvaise humeur, j’en ai marre, tellement marre.

On me fou finalement la paix, que dire ? Je ne sais pas vraiment, mais j’ai envie de faire un essai, je suis ici depuis un moment maintenant, un an environ, je ne sais plus vraiment.
Depuis que je suis ici, je médire, je ne fais que ça, enfaite je n’ai que ça à faire, on me pause, on me laisse dans un coin à l’ombre puis on me reprend quand on a le temps et je reste là à ne rien faire, je ne peux malheureusement rien faire, je ne peux pas passer mon temps a regarder les gens passer, les évalué du regard, je ne peux pas, demandez à un aveugle de voir quelque chose, c’est très amusant.
Au début j’écoutais le moindre bruit et j’imaginais, mais tout ça, ça me lassait alors je me suis mis à la méditation, de longues heures, les heures pendant lesquelles on me laisse tranquille.
Simplement, tranquillement, les heures après les autres, je faisais le vide dans ma tête et ne pensais à rien, simplement à rien…

Finalement je soupire et me lève, rien à faire, je n’attendrais pas quelqu’un pour que l’on me mène une nouvelle fois sur un banc, à l’ombre en attendant une quelqu’un leçon ou le repas ou quelque chose dans le genre.
Je travers la chambre, posant ma main sur la porte pour finalement l’ouvrir et avancé lentement, comment faire maintenant ?
Je sors, et tourne à droite, direction que l’on à l’habitude de me faire prendre. Doucement j’avance, une main sur le mur et les yeux fermé, je ne permettrais pas que l’on puisse voir mes yeux. Oui je suis complexé, c’est comme ça, mais c’est aussi pour leur éviter la vue de quelque chose qui peut être gênant, lourd à voir ou que sais-je encore.

Doucement, lentement je parcours les couloirs, fier d’y arriver moi-même, je me repère finalement au bruit, aux sons qui sont pour moi une aide formidable et pour la première fois depuis longtemps, je souris, tellement fier et sur de moi.
Je tourne à droit, suis le couloir et passe à gauche, comme une habitude, après un ans les couloirs n’ont plus vraiment de secret et je pense me débrouiller assez bien pour m’y retrouvé du mieux possible, même si ce n’est pas encore parfait.

Je pense être arrivé dans un endroit assez aéré, peut être la cours intérieur, oui ça doit être ça, les courant d’air y sont doux et c’est toujours assez calme à cette heure-ci. Enfaite il n’y a quasiment aucun bruit ; des bruits de pas peut être, des gestes fendant l’air.
J’aimerais pouvoir voir ça, voir qui est là à s’entrainé à une heure aussi matinal j’aimerais tellement.

Je pense m’être déconcentré, oui c’est ça, tellement plongé dans le fait de vouloir voir cette personne, si c’est une personne, je peux rêver aussi. Tellement plongé dans cette contemplation aveugle que je me suis laissé distraire et j’ai finalement pesté contre moi-même, étouffant un violant gémissement, on peut dire que je n’y suis pas allé de main morte…

- Raaaah, mais qui l’a mis là celui-là !

J’étouffe des ronchonnements, c’est vrais quoi, ce banc n’a rien à faire là, absolument rien, je pestais contre moi-même et mon inattention et contre l’inconnue qui avait déplacement ce banc, il n’était pas là hier.
Finalement je soupire et prend un air peiné, j’aurais voulu me faire plus discret, ne pas déranger ses sons si doux à mon oreille.
Je force un sourire désolé, tournant la tête vers la cour intérieur, peut-être qu’il n’y a personne, je ne sais plus vraiment, mon orgueil et ma fierté en ont prit un coup avec ce fichu banc, je m’embrouille…

- Je suis désolé si j’ai perturbé votre entrainement, ça ne se reproduira pas.

Au fond, je devrais peut être rester un gentil homme bien sage et attendre que l’on vienne diriger ma vie comme tout le monde l’a toujours fait…
Revenir en haut Aller en bas
Suzume Zhang-Jian
† Prêtresse †

Suzume Zhang-Jian

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 76
♦ Messages : 268
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Moineau
♦ Protecteur : L'Ombre
♦ Date d'inscription : 29/01/2011
♦ Age : 28

Et au centre de la terre, qu'il y a-t-il dans l'obscurité ? [pv Dario] Vide
MessageSujet: Re: Et au centre de la terre, qu'il y a-t-il dans l'obscurité ? [pv Dario]   Et au centre de la terre, qu'il y a-t-il dans l'obscurité ? [pv Dario] EmptyMar 7 Aoû - 7:52

Un bruit sourd fit cesser son mouvement à Suzume, en plein milieu d'une attaque dans le vent. Laissant l'ombre retourner à sa forme originelle, elle accorda tout de même un regard au nouvel arrivant. Certes, elle l'avait attendu venir, mais s'était pas préparé à l'entendre le plus bêtement du monde se prendre un banc. Aussi, fut-elle intrigué, raison pour laquelle la jeune femme approcha en silence.
C'est seulement quand elle fut en face de lui qu'elle comprit. Aveugle. Suzume en avait déjà entendu parler. Un novice aveugle. Comment s'appelait-il déjà? L'avait-elle seulement déjà su? En tout cas, son cas était assez... Étonnant, et un pari risqué en soit. A quoi pouvait-il bien servir, au fond? Il ne pouvait pas lire, n'était donc d'aucune utilité pour les érudites, et n'avait donc aucun autre choix que de se focaliser sur la maîtrise de l'ombre, puisque de toute façon il ne pouvait exercer aucun métier administratif non? Au vu de son âge avancé, et de son rang d'apprenti qu'elle déduisit grâce à l'absence de bague à son doigt, Suzume en conclu que la maîtrise de l'ombre du prêtre devait quand même avoir quelque lacune. Peut-être même plus.

Ce...

Commença-t-elle doucement, laissant un petit blanc alors qu'elle regardait les longs cheveux du prêtre. Comment faisait-il pour bien les coiffer sans les voir? Au moins, pour s'habiller en tant que prêtre, il ne devait pas se faire trop de soucis. Oui, Suzume était fasciné par l'idée d'être condamné à l'éternel obscurité, mais réussir à s'en sortir. Une idée peu réjouissante, certes, mais intéressante, pour peu que ce soit quelqu'un d'autre qui vit la chose. Probablement y avait-il des gens pour l'aider. Pourtant, Suzume eut beau tourner la tête à gauche, puis à droite, elle ne vit personne accourir. Bon, peut-être pas, alors. Après tout, les novices étaient en perpétuelle compétition les uns contre les autres. Et Ombre seule sait à quel point cela pouvait parfois les rendres mesquin entre eux. Suzume en avait fait les frais, ce qui très vite, lui avait donné toutes les raisons du monde à rester seule. Tout le temps.

...Banc est là depuis dix ans... Voir onze.

Finit-elle par dire doucement, presque gêné de le faire remarquer, mais s'y sentant un peu forcé après la remarque du novice. Un ange passe, que dis-je, un escadron, même, avant que Suzume décide de se reprendre. Secouant doucement la tête, elle reprit bien assez vite, sans pour autant se presser.

Excusez-moi. Je ne me suis pas présenté... Suzume Zhang-Jian. Que diriez-vous de vous joindre à moi, pour vous faire pardonner?

Ce n'était pas par politesse, gentillesse ou pitié qu'elle posait la question, mais réellement par curiosité. Elle était très intéressée par l'idée de voir un prêtre aveugle manier l'ombre, même si, comme à son habitude, ni sa voix, ni son visage ne le reflétaient ses envies. Même devant un mur elle serait restée aussi inexpressive, alors bon.
Si la magie de l'ombre était en grande partie basée sur le fait de ressentir l'Ombre dans toute chose, comment faisait-il pour en choisir une sans les voir? Et pour les diriger? Tout comme ses gestes? Comment faisait-il pour perfectionner ses techniques s'il ne pouvait même pas voir ce qu'elle donnait? Comment ferait-il pour s'en sortir face à un ennemi? Au fond, peut-être que Suzume se posait trop de questions. Peut-être avait-il tout bonnement abandonné l'idée d'y arriver et s'était rabattu sur autre chose. La question était quoi. S'il ne s'entraînait pas, ni ne s'occupait pas des papier, à quoi pouvait-il bien servir? Méditait-il toute la journée? Comme devant un animal inconnu, la jeune fille se retrouvait pleine d'une curiosité à la limite du malsain.
Suzume s'attendait à deux choses radicalement différentes, si le jeune prêtre acceptait de s'entraîner avec elle; Soit elle sera éblouie par une maîtrise parfaite de l'ombre, soit elle sera déçue devant un prêtre, tout au plus, médiocre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


Et au centre de la terre, qu'il y a-t-il dans l'obscurité ? [pv Dario] Vide
MessageSujet: Re: Et au centre de la terre, qu'il y a-t-il dans l'obscurité ? [pv Dario]   Et au centre de la terre, qu'il y a-t-il dans l'obscurité ? [pv Dario] EmptyVen 10 Aoû - 16:55

Que m’avait-on dit le jour où je suis entré en tant qu’apprenti au sein de l’église? Je ne sait plus vraiment, peut-être m’avais-on dit que je n’irait pas très loin, ou que je ne servirait à rien, mais personne, non personne ne m’avait vraiment encourager à avancer de moi-même, que j’étais bon à être mis sur un banc toute la journée, rien de plus rien de moins.
Pourtant, j’avais voulu combattre ses préjugés, montrer que même plongé dans l’ombre j’arrivais à faire quelque chose de sa vie, à faire aussi bien qu’un prêtre qui y voit.
Je ne pouvais pas lire, pas écrire, mais j’avais une très bonne mémoire et avec le temps et plusieurs écoute je me souvenais de tout et savais aussi bien que quelqu’un qui avait copié ces lignes, les avait lu. je ne suis pas un incapable, mais ça, tout le monde l’oubli, il est facile d’oublier que les chose peuvent être retenu.

Pourtant pas parfait, je sursautais en entendant la voix cristalline d’une jeune femme. Je finis par tourner la tête en direction du son, souriant doucement.
Ce qu’elle me dit, je le sais depuis longtemps, mais je suis de mauvaise foi, beaucoup le savent et ce pauvre banc, le prouve…

- Toujours là oui, vingt centimètre plus loin, normalement.

C’était une histoire d’habitude. Ses murs, je les avais touché, un nombre incalculable de fois, le banc on m’avait assis dessus plus d’une fois, je ne râlais pas pour rien au finale, et n’était pas totalement imbécile non plus.
Mais ça je ne lui en tiendrais jamais rigueur, elle n’a fait que me prévenir après tout, ce n’était pas méchant de la part de la demoiselle et je lui souriais, les yeux toujours clos, non je ne pouvais pas lui montrer la cécité de ma vue, ce regard sans vue…
Personne ne demande à voir ça et je ne veux pas leur faire subir.

Elle reprit la parole, ce présentant doucement, platement même car il ni avait rien dans sa voix et même des oreilles plus aiguisé que les mienne n’aurait pas pu entrevoir d’émotion dans cette voix féminine.
Elle me donne son nom et me demande quelque chose qui au fond me fait peur, me glace le sang, comment faire… Je ne me suis jamais joint à quelqu’un pour quoi que ce soit, de peur peut-être, je ne sais pas vraiment.

- Suzume Zhang-Jian, enchanté de vous rencontré... On dit que votre maitrise de l’ombre est vraiment exceptionnelle. Mais permettait moi de me présenter à mon tour : Dario Zélien.

Peut-être suis-je un peu surpris de la voir ici, je ne l’ai jamais croisé, où alors elle n’a jamais présenté le moindre signe de vie pour que je sache quelle était là, je ne sais pas, mais sa réputation la précède et je ne peux qu’être un peu impressionné et honteux de lui parler.
De même pour la demande qu’elle me fait, j’ai tellement peur de la décevoir, car au fond, je ne sais pas vraiment se que donne ma maitrise de l’ombre, je ne me suis pas vraiment posé là question, j’ai passé plus de temps à médité qu’autre chose, mais voilà, est ce que ses longues heures de méditation seront utile ? Je ne vois même pas l’ombre.

- Si vous n’avez pas peur de perdre votre temps mademoiselle Zhang-Jian, je veux bien me joindre à vous…

Je suis fou je pense ? Non ? Un aveugle…Moi… S’entrainer alors que je ne vois absolument pas les ombres, personne pour me dire leurs formes, personne pour remettre mes gestes en doute, les faire plus précis… J’hésite finalement, je ne sais absolument pas.

-… Vous n’avez pas peur que ma maitrise soit… Pathétique ? A cause de ma cécité ?

A ses mots je passer mes mains devant mes propres yeux clos.
Aller, un peu de nerf Dario, bouges toi les fesses. Pourtant, dans un sens je suis pétrifié… J’ai tellement peur de lui faire perdre son temps, car tous le monde perd son temps avec un aveugle, on me la souvent répété.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Et au centre de la terre, qu'il y a-t-il dans l'obscurité ? [pv Dario] Vide
MessageSujet: Re: Et au centre de la terre, qu'il y a-t-il dans l'obscurité ? [pv Dario]   Et au centre de la terre, qu'il y a-t-il dans l'obscurité ? [pv Dario] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Et au centre de la terre, qu'il y a-t-il dans l'obscurité ? [pv Dario]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ѧ Le quartier des Ombres Ѧ :: Monastère-