AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Aparté: A travers les brumes, ces sordides effluves m'enhardissent ~ PV Job

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
₳ Philosophe ₳

avatar

♦ Influence : 210
♦ Messages : 51
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Par ici pour la fiche, et par là pour le carnet.
♦ Protecteur : A quoi ça sert?
♦ Date d'inscription : 12/01/2012
♦ Age : 27

MessageSujet: Aparté: A travers les brumes, ces sordides effluves m'enhardissent ~ PV Job   Jeu 2 Aoû - 16:53

Un souffle contrarié s'échappait des lèvres de Celui-qui-fut-un-jour-Baron. Le fils Lazarey, dans toute sa blondeur et ses mimiques aristocratiques, était étalé de tout son long dans les substances douteuses du marécage. Au loin, on voyait les contours d'Ishtar. Nathaniel grimaça. Il n'avait pas remis les pieds dans les salons de la noblesse depuis la nuit de sa rencontre avec Cecil. Le Marquis de Hartwick... Ce dernier occupait suffisamment d'espace sur son tableau de chasse, inutile de charmer un autre philanthrope. Aristide n'était sans doute pas de cet avis – on ne récolte jamais trop de gloire et d'or ! - mais le Maître sculpteur n'était pas au courant des dernières petites escapades de son apprenti. Torchia imaginait sans doute que Nathaniel courait de bal en bal pour tuer l'ennui et passer un peu de bon temps avec une poignée de jeunes fous comme lui. Ou peut-être qu'il n'avait cure des absences de son partenaire en affaires. Cela importait peu au blondinet. Il voulait juste s'entrainer sans qu'on ne lui pose de questions. A la prochaine leçon de maîtrise de la terre avec le sculpteur, Nate voulait tirer un ou deux compliments tordus de la bouche d'Aristide. Cette idée était partie d'un simple caprice ; le fils Lazarey adorait assister au spectacle d'un Torchia qui se mettait en quatre face aux plus puissants que lui. Cette lubie de décrocher quelques bonnes paroles de ces lèvres arrogantes s'était peu à peu muée en une excellente motivation pour le travail. S'entrainer à l'atelier allait gâcher l'effet de surprise, de plus lorsque Nathaniel commençait à pratiquer sa magie il devenait de plus en plus dangereux. Perdre le contrôle de la terre dans une pièce remplie d'œuvres d'art était la dernière chose à faire.

Le blondinet sentit quelque chose de froid lui caresser sauvagement les omoplates. Toujours allongé en plein milieu du marécage, il sourit vers le ciel. L'eau croupie s'était emparée de chaque centimètre carré de ses vêtements, mais qu'importe ? D'un geste lent, le fils Lazarey repoussa une mèche de cheveux vers son oreille. Il étala au passage un peu de vase sur sa joue. Le temps filait. Nathaniel ferma les yeux et perdit son sourire. Les paumes collées contre le sol, il tentait de ressentir la terre. Et il y parvenait. Mais ça grondait la dessous, le marécage n'était pas forcément le meilleur endroit pour s'entrainer, il pouvait à tout instant s'enfoncer dans les zones de vase si profonde qu'elle en était mortelle. Il s'était frayé un chemin grâce à sa manipulation de la terre, il avait senti les zones mouvantes et puis les autres, celles qui étaient susceptibles de l'accueillir.

Lorsqu'il fut enfin satisfait de sa méditation sur la terre, Nathaniel se redressa. Il s'était spécialement habillé tout en blanc et c'était une étoffe de bien piètre qualité... D'où le fait qu'il pouvait se rouler dans les immondices du marécage sans se soucier des conséquences que cela aurait sur sa garde robe. Sa chemise et son pantalon simples étaient immaculés en début de soirée. A présent personne ne pouvait se douter de la couleur originelle de ces fripes. Le blondinet portait la vase avec classe, l'arrière de son crâne, son dos et ses jambes en étaient maculés. Le tissu mouillé lui collait à la peau et sur le devant de sa chemise il y avait quelques traces vertes: les empreintes de ses propres mains.

Avec ses mèches folles explosant de tout les côtés et l'eau sale qui perlait au bout, Nathaniel était méconnaissable. Seul son regard bleuté et son sourire en coin restaient intacts.

Le fils Lazarey déploya les bras de chaque côté de son buste, les paumes vers le sol et les doigts écartés. Puis il se concentra pendant quelques minutes. Parmi toute cette eau, il y avait de la terre. Du sable mouillé que l'on pouvait façonner en un gros bloc solide. Nathaniel reprenait ses basiques: maîtriser la trajectoire des minuscules grains de sable.

Il releva souplement les bras et une nuée de sable s'éleva autour de lui. Les grains lui fouettèrent le visage, c'était comme s'il se retrouvait coincé dans une tempête propre aux provinces désertiques de l'Empire.

Et puis soudain, Nate crut distinguer une forme humaine derrière le tourbillon de sable qui l'assaillait. Instinctivement, le fils Lazarey détendit les bras en face de lui, propulsant le sable sur son adversaire. Il le fit retomber au dernier moment aux pieds de l'inconnu, craignant de le blesser. Dans la pénombre étrange du marécage il ne pouvait pas distinguer les traits du nouveau venu. C'était sans doute un scientifique venu récolter les gaz toxiques qui s'échappaient de certains coins du marécage. Un type qui n'avait rien demandé en somme.

Nathaniel n'en était pas encore au point de vouloir se battre avec un innocent. Toutefois, il ne prit pas la peine de s'excuser et ne masqua son agacement qu'à moitié:

« Vous êtes la première personne que je rencontre après des jours d'entrainement en solitaire ! Je vais aller un peu plus loin si vous souhaitez récupérer le gaz de cette zone... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morgana-lazarey-photography.tumblr.com/
 

Aparté: A travers les brumes, ces sordides effluves m'enhardissent ~ PV Job

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ѧ Alentours de la capitale Ѧ :: Marécages-