Partagez | 
 

 Cimetière & Cigarettes font bon ménage. [Maria]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Cimetière & Cigarettes font bon ménage. [Maria]   Lun 25 Juin - 19:32

Dans un coin sombre d'une chambre bien vide, un vielle homme était en train de se nettoyer en vue d'une journée qui ne s’annonçait que trop sombre. D'un regard à la fenêtre de la pièce, il put voir que le jour venait de reprendre ses droits à la Lune et que la matinée serait ensoleillée. La pensée d'une journée en pleine lumière n'enchantait pas spécialement l'homme d'église, un grognement s'échappa même de sa bouche lorsqu'il aperçut les premiers rayons de soleils traversées le verre pour venir s'étaler sur le sol froid de sa cellule. Continuant sa toilette, il attrapa ses vêtements parfaitement rangés sur un cintre. Ceux-ci se composaient essentiellement de sa longue robe de prêtre, noir, ainsi que de sa ceinture blanche accompagnés des différents ornements qui faisaient la singularité du personnage. Portant le derniers colliers à son cou, il attrapa ses lunettes rondes auxquelles pendaient de nombreux objets insolites, puis il se regarda dans le miroir en face de lui. Tournant sur lui même il ne put que constatait que sa tenue était parfaite, comme d'habitude, mais que les affres de la vieillesses lui prenaient tout les jours un peu plus. Le vieux prêtre passa une dernière fois les mains sur sa chevelure blanche, la décoiffa un peu, puis sortit de sa chambre avec une certaine morosité.

Marchant d'un pas lent, Auderic n'était d'humeur à parler. Il avait passé la nuit à veillé un noble qui avait finit par mourir juste avant le levée du soleil. Bien sur, il ne l'aurait pas fait pour tout le monde, le Grand Prêtre n'allait pas se déranger à chaque fois qu'un nobliaux noble sang passaient l'arme à gauche .. C'était un cas spéciale, l'homme en question était un vielle ami du prêtre, un des rares qu'il avait en dehors de la communauté à laquelle il appartenait. A la demande de la futur-veuve, il avait accepté de tenir la main du futur-défunt et de lui accordait les différentes bénédictions qui allait l'aider dans le chemin de retour vers l'Ombre. Pour le Père Auderic, c'était quelque chose d'assez banale, bien que la perte d'un ami chère pesait quelque peu sur son cœur habitué des grandes tristesses. A peine avait-t-il eut le temps de s'allonger qu'un jeune novice vint lui apprendre qu'on lui demandait d'organiser les funérailles .. Las, il ne put refuser la dernière demande de son ami. En marchant vers le cimetière, il se demandait ce qu'il allait bien pouvoir dire devant un parterre de gens aussi différent, le défunt était l'ami de bon nombres de gens et de toutes horizons.

Il venait de sortir du Monastère quand il se rendit compte qu'il n'avait absolument rien à dire. Bien sur il pourrait réciter des passages des Versets de l'Ombre mais ce n'était pas ce qu'on attendait de lui à cette entérinements, il avait bien compris qu'on lui demandait de parler du défunt et de la relation amicale qu'il pouvait entretenir avec lui. Auderic était quelqu'un de très discret sur sa vie privée et parlait devant autant de gens d'histoires qui devaient rester privées, simplement pour amuser ou pour émouvoir la galerie, ne lui plaisait pas trop. Pourtant il n'avait pas réellement le choix, il devait trouvés les mots justes pour accompagner la dépouille vers sa dernière demeure, son âme ayant dors et déjà rejoint l'Ombre dans l'infini. Ne faire qu'un avec l'Ombre pourrait être le but ultime de tout prêtre mais sa reviendrait à se suicider purement et simplement ce dont Auderic ne pouvait se résoudre après tant d'années.

Le Grand Prêtre fut très vite arriver au cimeterre où une foule en noir commençait à se former. Il était très rare d'être inhumé à cette endroit, chaque place coûtés une petite fortune si bien que les nobles préféraient se construire des caveaux personnelles au sein même de leurs terres. Il fallait dire que cette homme était aussi très riche et qu'il allait laissé une fortune considérable à ses héritiers. Ce qu'Auderic n'avait jamais compris c'était pourquoi le défunt ne s'était jamais intéressé à la politique, avec tout cette argent il aurait put devenir un des personnages les plus importants de l'Empire. Dans un sens il appréciait ce manque d'ambition qui était aussi une des caractéristiques de sa personnalité. Le Grand Prêtre comprenait de mieux en mieux pourquoi ils étaient amis. Une fois arrivait au centre de la foule, il prit place derrière le pupitre qui lui était assigné, juste derrière le cercueil, et regarda de toute sa hauteur les gens qui étaient présent. D'un regard tendre il essaya d'envoyer des réconforts subliminaux à la veuve du défunt, et d'un regard sévère il foudroya les imbéciles qui riaient dans un coins … La cérémonie pouvait commencer.

Ce fut très long, trop long. Auderic avait respecté à la règle les rites les plus anciens de son ordre et avait donné à son vielle ami un enterrement digne et solennel, sa seul présence donnant de toute façon un certain écho à cette cérémonie.

Le Grand Prêtre, dès la fin de la cérémonie, s'était mit en quête d'un endroit au calme où il pourrait souffler et il savait exactement l'endroit qu'il lui fallait. Traversant le cimetière comme un fin connaisseur des lieux, il ne mit que quelques minutes a trouvé la tombe qui l’intéressait « Ici git Alarin, Haut-Prêtre de l’Église, ayant rejoint l'Ombre pour l'éternité ». Le prédécesseur d'Uriel et l'ancien supérieur d'Auderic reposait en cette endroit, le vielle homme avait toujours eut l'impression qu'il régnait une atmosphère plus calme autours de cette tombe, comme si il existait un micro-climat. Doucement, le Prêtre s’essaya et posa son vieux dos contre le dos de la tombe, ayant ainsi un appui, il eut tout le loisir de se reposer un peu. A la manière d'un magicien il sortit d'on ne sais ou un paquet de cigarette et du feu, il mit la première à la bouche et l'alluma grâce au second. Fumer était un des seuls vices du Père Auderic, vice qu'il assumait plutôt difficilement mais dont il ne pouvait certainement pas se passer. Il soupira une fois, puis deux, puis trois, il n'aimait pas du tout ce genre de journée. Le vieux Prêtre était tellement fatigué qu'il n'avait même pas remarqué que quelqu'un se trouvait derrière lui ..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Cimetière & Cigarettes font bon ménage. [Maria]   Mar 26 Juin - 15:00

En train de s'habiller, la jeune fille se demandait ce qui allait se passer dans la journée...
On l'avait réveillé plus tôt et on lui avait demandé de se préparer, enfin demander est un grand mot, si une personne normal y verrait de la politesse dans cette phrase, Maria n'y voyait qu'un ordre auquel elle ne pouvait pas désobéir :
    - N'oublie pas de te préparer... Avait-il dit.
Cet homme n'était en aucun cas son maître, elle n'aurait jamais accepté une personne comme ça pour maître -bien qu'elle n'avait pas son mot à dire sur le sujet. On ne l'avait pas encore acheté et il fallait bien qu'elle fasse quelque chose en attendant le jour J -on ne pouvait pas la laisser pourrir entre quatre barreaux- et elle avait été confié à un homme qui devait s'en occuper en échange des services qu'elle pouvait fournir, avec quelques limites bien sur -il faut que la marchandise reste en bon état jusqu'au jour de la vente...

La jeune fille, obéissant sagement aux ordres qui lui avaient été donné, après s'être rapidement débarbouiller était en train de fermer le dernier bouton de la petit robe noir qu'on lui avait préparé. Elle était bien moulante, dans un tissu -bien que doux et agréable- très raide, l’empêchant de gesticuler comme elle aurait aimé, la jeune fille a horreur d'être restreinte.
Ils partirent tout deux dans la mâtiné, lorsque Maria lui avait demandé où est ce qu'ils se rendaient, l'homme lui avait répondu au cimetière. Ce mot évoquait peu de chose à la jeune fille, elle ne se souvenait pas y être déjà allait mais connaissait l'utilité du lieux et malgré sa curiosité, elle n'aurait pas aimé faire du tourisme dans le coin. Enfin, elle n'avait pas trop le choix, elle devait suivre cet homme et peu importe où est ce qu'il l'emmènerait ça serait toujours mieux qu'enfermer entre quatre murs.
Ils marchèrent d'un rythme soutenu pendant un petit moment jusqu'à apercevoir au loin une curieuse grille en fer forgé. C'était sans doute là.

Ils rentrèrent tout deux et l'homme lui prit la main pour l'attirer vers une foule, toute habillé en noir. Il lui chuchota rapidement deux trois avant de la lâcher :
    - Reste là et attend sagement.
Maria avait acquiescé avec un grand sourire et l'homme était partie se fondre dans la foule. La jeune fille, étant resté à l'écart avait bien remarqué qu'il avait oublié de prononcer la "formule magique" aussi, rien ne pouvait retenir Maria ici et elle ne perdit pas cette occasion pour faire un peu ce qu'elle voulait.

Discrètement, elle se détacha de cette foule et alla se promener entre ses tombes, toutes plus lugubres les unes que les autres. Elle n'avait pas grand chose à faire, ne voulais pas vraiment retourner vers cet homme qu'elle n'affectionnait que peu, mais elle était sur au moins d'être bien nourrit et bien traité, c'était déjà bien...
Pour l'instant elle errait sur ses petits chemins et fini par s'asseoir au pied d'un arbre, loin des regards... Et fini par s'assoupir.

Elle se réveilla, le soleil n'avait pas bougé elle n'avait pas dû dormir beaucoup. Elle se releva et secoua un peu sa robe qui avait pris la poussière, et voulu retourner à l'endroit où elle était censé retrouver son maître, mais se rendit compte qu'elle n'avait aucune idée de par où aller.
Maria prit le premier chemin devant elle, il ne lui disait rien et elle commençait quand même à s’inquiéter ; s'est elle perdu ? Si c'était le cas, l'homme ne serait pas content.. Pas content du tout.

En marchant, elle aperçut au loin la silhouette d'un homme : peut-être qu'il saura lui indiquer le chemin ? Lentement et sans un bruit elle s'approcha de lui. Il était en train de soupirer, tout en fumant, devant une tombe. La jeune fille hésita à le déranger mais la fumée de sa cigarette la trahit : elle toussa.
L'homme l'ayant entendu se retourna vers elle, et Maria bafouilla un baragouin incompréhensible avant de se reprendre :
    - Heu.. heu... Je voulais savoir heu... comment je peux retourner à l'entré s'il vous plait ?
Attendant une réponse, la jeune fille inspecta l'homme qui se tenait devant elle, il n'était pas tout jeune et n'avait pas l'air très commode. En y regardant de plus près, il lui semblait reconnaître une des personnes qui se trouvaient à l'enterrement, un proche ? Pourtant il n'était pas devant la bonne tombe...
Maria laissa ses questions dans un coin et attendit une réponse..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Cimetière & Cigarettes font bon ménage. [Maria]   Mar 26 Juin - 17:29

Le temps semblait s'arrêter quand Auderic entendit une quinte de toux dans son dos, ce qui le fit sourire, habituellement c'était lui toussé à cause de son addiction à la cigarette et surtout par ce que ses poumons commençaient à se faire vieux. Doucement il tourna la tête et posa les yeux sur la jeune fille se tenant derrière lui. Étrangement elle avait quelque chose d'enfantin mal gré le fait qu'elle soit surement en âge d'être majeur. Elle était bien plus petite qu'Auderic, même si celui-ci était anormalement grand pour son âge, elle avait un corps plutôt attirant et généreux et une tête de bambin ce qui rendait le tout quelque peu étrange, presque malsain. Comme à son habitude, le vieux prêtre pris le temps d’étudier la jeune fille, elle était habillé de noir ce qui voulait dire qu'elle était présente pour un enterrement, sachant qu'il n'y en avait qu'un en ce jour, il savait qu'elle devait être une proche plus ou moins lointaine du défunt .. Une nièce peut être ?

Le Grand Prêtre entendit quelques sons sortirent de la bouche de cette jeune personne mais n'en comprit pas le sens, il conclu qu'elle n'était pas habituée à la vie en société, fait assez rare à cette époque ou savoir ce fondre dans celle-ci était quelque chose d'essentiel pour survivre. D'une rapide réflexion, il se demanda qui était-elle pour connaître le défunt tout en étant mal à l'aise en société, le vieux prêtre pouvait tout de suite retirer les prostitués, celles-ci étaient bien trop à l'aise quand elles étaient entourés d'homme et puis le mort était quelqu'un de trop pieu pour se vautrer dans les lits des maisons closes de la ville, de plus les prostitués n'étaient jamais conviés aux inhumations. Auderic connaissait une grande partie de la famille de la personne qu'il venait de mettre en terre, par conséquent il avait une bonne connaissance des traits et des caractéristiques physiques de cette lignée et la jeune fille devant lui n'en possédait aucune. En habile joueur d'échec, l'homme d'église appréciait l'énigme que représentait cette jeune fille.

Dans sa deuxième tentative, le Père Auderic put enfin comprendre ce que la jeune demoiselle cherchait : la sortie. Cela apportait un nouvel éléments de réflexion. Certes le cimetière n'était pas l'endroit rêvé pour s'amuser mais il savait par expérience que tout les enfants de la ville était déjà venu au moins une fois se faire peur dans ce lieu saint. Par conséquent il ne restait que deux possibilités, soit la jeune fille venait d'arriver dans la ville et il serait donc peu probable qu'elle connaisse déjà quelqu'un d'aussi important que le défunt, soit celle-ci ne sortait pas souvent, voir jamais. Pour beaucoup de raison, les jeunes filles comme elles étaient traitées avec le plus grand des respect par leurs parents par ce qu'elles représentaient un avenir nouveau, en effet, les mariages avec de beau prince de passage apportait souvent richesse et titre de noblesse à des familles dont le seul bien était la beauté de leur fille. Il était donc impossible qu'une famille cache cette jeune demoiselle à la vu des futurs prétendant .. A moins que .. A moins que celle-ci ne soit pas destiné à se marier …

Avec le rictus malsain qu'il arborait quand il réfléchissait trop, le Père Auderic prit la parole, sa voix profonde et grave était marqué par ses nombreuses années de vie ainsi que sa riche expérience, de plus une autorité naturelle émanait de sa bouche lorsqu'il l'ouvrait :

« Et bien jeune fille vous êtes perdu ? Votre personne est une énigme pour moi, vous êtes habillée de noir mais il serait totalement improbable que vous fussiez une proche de l'homme qui git la bas » Il désigna de la main l'extrémité droite du cimetière où l’enterrement avait eut lieu.

Le Père Auderic avait fait exprès de ne pas lui indiquer l'entrée du Cimetière, non pas qu'il eut des idées malsaines. C'était un homme d'église et un des plus respectés, il ne pourrait pas faire de mal à cette jeune fille perdu mais il avait besoin de savoir qui elle était, les énigmes comme elle était les rares choses qui pouvait le tirer de ses réflexions trop sérieuse à son gouts. Il trouvait amusant de se demander qui était la jeune fille, et même si il savait que ca ne serait pas le cas, il aurait aimé que la jeune fille rentre dans son jeu pour apporter un peu de piment à cette rencontre qui en définitif ne pourrait être que trop banal. Attrapant la cigarette quasiment terminé qu'il avait dans la bouche, le vieux prêtre la posa délicatement dans une genre de boite noir qu'il venait de sortir d'on ne sait où puis en sortit une nouvelle qu'il mit directement de sa bouche. La jeune fille ne le connaissait visiblement pas, il se fichait éperdument de ce qu'elle pouvait penser de lui et de son addiction à la cigarette. Il fit tout de même attention à ne pas lui mettre la fumée sur le visage, il n'aimait pas entendre les gens toussaient .. Cela lui rappelait trop sa propre vieillesse.

Doucement, le Grand Prêtre de l’Église se releva et remit un peu d'ordre dans sa tenue, il réajusta également ses différents colliers, rattacha plus fermement le chapelet blanc qui était fixé sur sa ceinture et pour finir releva d'un doigts ses lunettes rondes. Le vieux prêtre passa ensuite une main dans ses cheveux blanc et les ébouriffa encore un peu plus, il avait toujours l'aire d'être un peu désordonnée alors qu'il prônait la rigueur et l'uniformité à ses novices. Auderic aimait bien dire aux futurs prêtres et inquisiteurs qu'il n'était pas vraiment un excellent modèle, alors qu'a leurs âges il était le parfait petit soldat. Beaucoup avaient compris que derrière la fermeté du prêtre se cachait une grande tendresse pour tout les membres de son ordre, le reste pensait encore que c'était simplement un vieux sadique aimant faire du mal aux novices.

Une fois bien en place, il vint se mettre juste à côté de la jeune fille, posant les yeux sur la tombe de son prédécesseur. Il se demandait si la jeune fille avait eut, comme lui, l'impression que l'atmosphère était plus paisible autour de cette tombe. Puis d'un coup il se mit en marche, lentement, très lentement, la cigarette à la bouche. D'un geste de main il fit signe à la jeune fille de le suivre. Il allait la ramenée vers l'entrée mais pendant le trajet il voulait absolument résoudre le mystère de sa personne. C'est pour cela qu'il marchait si lentement, il était vieux certes mais l'Ombre qui circulait dans son corps le rendait encore bien plus agile que la plupart des êtres humains, de plus les différents sort que lui avait enseignés les livres secrets de l’Église lui permettait de garder une santé de jeune homme même si, pour de nombreuses raisons, il préférait laisser penser aux gens qu'il était un vieux débris. L'effet de surprise et la ruse furent toujours les meilleurs armes du Père Auderic...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cimetière & Cigarettes font bon ménage. [Maria]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Cimetière & Cigarettes font bon ménage. [Maria]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ѧ Alentours de la capitale Ѧ :: Cimetière-