AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I love you, biatch !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous


I love you, biatch ! Vide
MessageSujet: I love you, biatch !   I love you, biatch ! EmptyJeu 21 Juin - 0:40

«
    Anastacia, ma belle, ma douce, ma pute,
Mon cœur pleure ton silence. Pourquoi me fais-tu ça ? Cette attente est en train de me rendre dingue ! Chaque lettre est plus douloureuse que la précédente. L’arthrite de ma main gauche ne fait que s’aggraver. Répond moi, salope ! Qu’attends-tu de moi ? Que je prie ton nom ? Je le fais. Que je dresse des statues à ton effigie ? J’ai déjà commencé une esquisse dans mon atelier. Tout ce que je demande, c’est une réponse. Réponds moi que tu vas m’envoyer la garde me briser les cheveux ! Insulte-moi de tous les noms ! Accuse-moi de tous les maux ! Ose encore m’ignorer et je te ju..

Je comprends que je puisse t’inquiéter. Bien que ta beauté soit éblouissante, troublante même, presque enivrante, rares doivent être les lettres ressemblants aux miennes, si insistantes, passionnées. Mais je te rassure, je suis peut-être bien un détraqué, mais jamais je ne pourrais te faire du mal. Quel intérêt aurais-je à vouloir autre chose que ton bonheur ? Et puis, si cela était le cas, je ne prendrais pas le temps de t’écrire toutes ces lettres. A moins que ce soit ainsi que je prenne mon pied ? Non, je ne suis pas fou. Je suis simplement amoureux. Si amoureux que les mots se bousculent dans mon esprit. Mes phrases se font de moins en moins structurés, dépourvue parfois de sens.

Tu monopolises mon esprit, mes rêves. Cette nuit encore tu occupais mon rêve. Je t’imaginais, toi, moi et mes spermatozoïdes essayant de féconder ta pupille. Je nous voyais aussi à l’un de tes conseils du sénat. Tous ces politiques en train de blablater tandis que toi tu m’appuyais sur le crane, ni vu ni cuni’. Ou encore dans mon sanctuaire sur un matelas miteux. Toi sur moi, moi en toi. Tes ongles manucurés griffant mon torse musclé. Je pourrais t’en raconter des dizaines, mais j’aurais peur de t’effrayer..

Je n’ai jamais été très doué pour les au-revoir, je clôturerais donc cette lettre par une simple demande, une énième. Répond moi ! Pitié !


PS : Le gosse sait où j’habite. Pour que tu puisses me répondre ou bien venir me voir !

»

Revenir en haut Aller en bas
Anastacia Dragomirow
Ʌ Sénatrice Ʌ

Anastacia Dragomirow

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 249
♦ Messages : 54
♦ Âge du perso' : 28
♦ Fiche : La fiche, par ici. Les liens, par là.
♦ Date d'inscription : 30/05/2012
♦ Age : 29

I love you, biatch ! Vide
MessageSujet: Re: I love you, biatch !   I love you, biatch ! EmptySam 23 Juin - 0:16

Vous répondre, pervers insistant ? Et que vous écrire, inconnu exalté ? Combien vos missives m’ennuient ou m’amusent. Combien l’exaspération me domine lorsque votre coursier muet et terme m’apporte vos lettres et combien vous parvenez malgré tout à m’arracher certains sourires moqueurs. Certes, rares sont ces correspondances enflammées que les hommes m’adressent. Ils préfèrent me courtiser de leur voix et de leur corps, durant une soirée ou dans une chambre. Et rares sont les imbéciles qui osent m’insulter ou me menacer. Rares, en effet. Pourtant, ingrat et vil personnage que vous êtes, vous vous accordez bien des libertés, bien des privilèges, et ne méritez guère le bref moment que je vous alloue à l’instant même. Mais je me sens d’humeur clémente ce soir.

Je songeais d’abord, et avec dédain, à brûler votre infâme lettre, sans l’avoir lue, comme les précédentes. Croyez-vous sincèrement que je les gardais précieusement dans un coffret d’or ciselé ? Elles ne m’étaient d’aucune utilité. Pis, elles me présentaient un ignoble vicieux dont les troubles obsessifs se concentraient sur ma noble personne et dont la classe sociale devait s’avérer inférieure à la mienne. Tout homme de haute naissance ne se complait guère dans ce genre de simulacre pitoyable. Et pourtant, une impulsion me contraignit à décacheter l’enveloppe rigide et rugueuse, puis à savourer les mots que votre main empressée et enragée avait tracés. Votre hargne et votre fougue me plurent, je pense, comme elles provoquèrent en moi une certaine répulsion.

Votre coursier avait une mine pitoyable quand je lui intimai, pour une énième fois, l’ordre de se retirer, mais je l’arrêtai d’une voix sèche, l’interrogeant sur votre compte. La pauvre créature refusait de vous identifier, sans doute ignore-t-elle qui vous êtes réellement. Si vous me connaissez et me contemplez, c’est que vous devez nécessairement fréquenter les hautes sphères ainsi que les lieux propres à ma classe. Cependant, je ne suis pas assez sotte pour suivre un stupide gamin, surtout si celui-ci me mène à un dépravé grossier dont les appétits voraces l’inciteront à me dévorer. Je ne puis guère me soumettre à vos volontés et céder à votre passion dévorante. Ce serait trop facile.

Aussi, que vous écrire, déplaisant soupirant? Que désirez-vous obtenir comme réponse à vos supplications dégoûtantes ? Un espoir futile, une promesse éphémère de me goûter, de me croquer, de me posséder ? Devrais-je vous supplier de m’oublier et de me libérer de vos fantasmes éhontés, d’exorciser vos sentiments scandaleux ? Profitez de la présence du jeune homme pour quérir les gardes et vous les envoyer en mon nom ? Non. Je vais remettre cette lettre au messager et patienter. Patienter jusqu’à votre prochaine missive. Espérant que celle-ci me distrait ou me répugne davantage.

A.

Votre Belle. Votre douce. Votre pute.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


I love you, biatch ! Vide
MessageSujet: Re: I love you, biatch !   I love you, biatch ! EmptyJeu 5 Juil - 0:15

«
    Mon Anastacia,


Ainsi, tu n’as pris le temps de lire mes précédentes lettres ? Cela m’attriste. Les présentations sont donc à refaire, du moins la mienne. Toi, je ne te connais que trop bien. Tu ne me crois pas ? Pourtant cela fait tellement de semaines que je t’observe, que j’en ai perdu le nombre. Je connais tes habitudes, tes fréquentations.. tes amants. JE SAIS OU TU HABITES ! Je garde constamment un œil sur toi, pour ton bien et pour le mien aussi. Te suivre est chose simple lorsqu’on fait partit de la Garde Impériale. Caché derrière mon heaume scintillant jamais tu ne m’as imaginé dans ton ombre. Jamais tu n’as daigné ne serait-ce que lever les yeux sur moi. Un homme de grande lignée préférant te « courtiser de ma voix et de mon corps » ? Non, je le confesse. Mais je suis un fier guerrier d’Überhal qui ne demande qu’à te faire apprécier davantage sa fougue. Je te montrerais ainsi que mes mains ne me servent pas qu’à écrire des lettres enflammées.

Pour cela je me ferais un plaisir de vous rejoindre dans ta chambre. Ce serait un jeu d’enfant. Lors de la relevé de la garde, je remplacerais l’un deux. Grimperais jusqu’à ta fenêtre, l’ouvrirais avec la délicatesse qui m’est propre. Je m’approcherais de ton lit a pas de velours. Relèverais une mèche de cheveux, déposerais un doux baisé sur ton front, puis je t’arracherais tes vêtements. T’attraperais par les cheveux et mettrais la réputation des Dargon à l’épreuve. L’éphémère promesse de te croquer, hein ? On verra ce que tu en penseras lorsque t’auras ma verge dans ta ceinture abdominal. Jt’engrosserais avec tant de rage que.. Que nous aurons pleins d’enfants et vivront heureux. Pour toujours, à jamais.

Ce que j’attends de toi, que tu me disais ? Tu le sauras prochainement. Je pense que cela comblera ton esprit curieux et tout aussi pervers que le mien. Pour ce qui est de l’enfant ? Il ne t’importunera plus désormais, je m’en suis débarrassé. A partir d’aujourd’hui je glisserai mes lettre directement sous ta porte.
En espérant que cette missive vous est assez distraite.. ou répugner, je ne saurais dire ce qui vous plait le plus.

»

Revenir en haut Aller en bas
Anastacia Dragomirow
Ʌ Sénatrice Ʌ

Anastacia Dragomirow

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 249
♦ Messages : 54
♦ Âge du perso' : 28
♦ Fiche : La fiche, par ici. Les liens, par là.
♦ Date d'inscription : 30/05/2012
♦ Age : 29

I love you, biatch ! Vide
MessageSujet: Re: I love you, biatch !   I love you, biatch ! EmptySam 14 Juil - 2:52

Votre imagination débridée me causa quelques frémissements, de dégoût comme de plaisir malsain, même si j’avais espéré de vous une verve encore plus décadente et houleuse. Une domestique m’apporta votre lettre ce matin, alors que je me préparais pour le bain. J’ignore si vous avez une vue sur cette salle, mais je pris soin de ne me couvrir d’aucun tissu encombrant, exposant aux yeux curieux et pervers mon agréable silhouette comme la volupté que je me procurai du bout de mes doigts. Ne vous leurrez pas, exécrable correspondant, vos futiles prétentions de me besogner ne sont que des chimères, des envies grondantes et enivrantes, que jamais vous ne réaliseriez. Le jeu est ainsi plus stimulant.

Au lieu de vous attendre dans mon lit, impatiente et fébrile, humide et palpitante, offerte et soumise, comme vous le souhaiteriez, je me tiendrais à l’écart, cachée, vous contemplant dans la pénombre labourer et déchirer une pauvre servante, me complaisant de vos grognements satisfaits, de ses plaintes stridentes et de vos odeurs fauves. Ainsi, je savourerais votre fougue et votre ferveur, assistant aux premières loges à ce spectacle bestial et révoltant. Mais vous vous montrez un brin empressé, vulgaire étranger, de me malmener, de braver la réputation des natifs de Dargon. Pis, des Dragomirow. Voilà, en fait, une ambition, voire une folie, bien particulière qui me séduit. Défiez-moi, pitoyable insecte, voyons lequel de nous rapportera la victoire et lequel se délectera de son triomphe. Serait-ce moi qui ne ferais qu’une bouchée de votre impertinence, votre impudence ? Ou bien serait-ce vous qui éprouverez mes chairs de vos dents affamées et de vos lèvres viciées, de vos mains sales et de votre verge odieuse ?

Je déposerai cette lettre au même endroit que la vôtre, soupçonnant que vous rôdez peut-être aux alentours, impatient de ma réponse. Je ne vous interrogerai pas cette fois-ci sur votre identité, bien que la curiosité me taraude, je crains trop la déception. J’imagine que nous allons tôt ou tard nous rencontrer et je ne vous reconnaîtrais pas. Mieux, je risque de vous mépriser avec ardeur. Ce qui, peut-être, alimentera en votre âme et votre virilité une amère frustration. Surprenez-moi, coquin vicieux, que j’en oublie mon propre mécontentement.

A.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




I love you, biatch ! Vide
MessageSujet: Re: I love you, biatch !   I love you, biatch ! Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

I love you, biatch !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ӝ Compagnie des Postes d'Ishtar Ӝ-