AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Roméo et Juliette n'ont pas leur place à Ishtar (Kerestel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ʌ Noble Ʌ

Yue Wu Zang

♦ Influence : 488
♦ Messages : 335
♦ Âge du perso' : 17
♦ Fiche : Petite princesse Yue
♦ Date d'inscription : 01/06/2011
♦ Age : 27

Roméo et Juliette n'ont pas leur place à Ishtar (Kerestel) Vide
MessageSujet: Roméo et Juliette n'ont pas leur place à Ishtar (Kerestel)   Roméo et Juliette n'ont pas leur place à Ishtar (Kerestel) EmptyMer 6 Juin - 9:19

Rien qu'en voyant la lettre arrivée, Yue avait senti quelque chose n'allait pas. Il y avait trop de feuilles, et même si son père lui écrivait souvent de longues lettres, celle-ci était bien trop longue pour être anodine. Avant même de décacheter la missive, la Princesse s'interrogeait : le Prince allait-il bien ? Devait-elle rentrer au Wu Zang ? Pire, la réprimandait-il ?
Ce n'était rien de tout ça. C'était une « simple » affaire de famille, une histoire de mariage. La cousine Yu était promise à un haut noble de Yijing, alliance qui tenait d'autant plus à cœur à la famille Wu Zang qu'il y avait de grands intérêts politiques et économiques en jeu : outre les traités commerciaux de libre-échange qui étaient en train de se négocier, certaines tensions montaient depuis quelques temps entre les deux provinces à cause de leur politique envers la Capitale … Ça, Yue s'en souvenait bien, il avait été question pendant un très court moment que ce soit elle qui se rende au Yijing !

La suite de la lettre était bien plus inquiétante. Le mariage n'avait pas eu lieu, car la mariée avait disparu en compagnie d'un homme en provenance d'Ayena. Le Prince du Wu Zang avait fait répandre la rumeur d'un enlèvement pour gagner du temps mais il s'agissait apparemment d'une fugue entre amoureux. La Princesse leva les yeux au ciel : la cousine Yu — pour le peu que Yue se rappelait d'elle — n'avait jamais été une lumière, mais là, elle dépassait carrément tout ce que l'on pouvait imaginer. La seule petite chose que cette idiote aurait pu apporter à la famille, elle la gâchait en s'enfuyant avec un homme — d'Ayena en plus ! Qu'est-ce qu'il y avait là-bas à part du sable et des barbares ? — et en jetant le discrédit sur toute la famille, menaçant même la prospérité de la province !
Mais quelque soit l'ampleur du mépris de Yue envers sa cousine, il était loin d'égaler la colère du Prince envers sa nièce. Yue pouvait le sentir rien qu'à travers les lignes : c'était une rage froide empreinte de haine, une colère que la Princesse redoutait plus que tout parce qu'elle savait que son Père n'hésitait à prendre des mesures radicales quand il était dans cet état. Yue comprit que le Prince voulait que l'affaire soit réglée au plus vite et faisait appel à elle pour cette raison.
Oui, c'était logique. Si Yue rencontrait l'envoyé d'Ayena à la Capitale, ils gagneraient beaucoup de temps. D'abord parce que les échanges entre Ayena et le Wu Zang étaient fortement entravés du fait des distances et de la géographie, ensuite parce que s'il fallait parler via des messagers, il y en aurait pour des jours, et que ni le Prince d'Ayena ni le Prince du Wu Zang n'allaient se rendre dans la province de l'autre … Et ce que la lettre ne disait pas mais que la Princesse comprenait quand même, c'est qu'il ne voulait pas faire appel aux Sénateurs parce qu'il voulait que cela reste une affaire de famille … ce qui signifiait que tout cela lui tenait particulièrement à cœur.

Yue reposa la lettre, pensive. Son Père lui faisait confiance pour régler ça … Mais ça n'allait pas être simple. La bonne nouvelle, c'était que les évènements la plaçaient en position de force : c'était la famille Wu Zang la victime, elle qui demandait réparation pour le dommage subi … et l'Ombre savait qu'elle allait en demander beaucoup, des réparations.
La Princesse prit sa plume pour écrire une missive à l'envoyé d'Ayena. Elle proposait un rendez-vous dans un endroit discret et propice à la discussion. Où ça ? Hum … Chez elle, ça ne serait pas très approprié … Pas au Sénat, même si l'endroit était fait pour ce genre de négociations, ça n'irait pas non plus … Hé bien, au restaurant ? Au Dragon d'Or, ils sauraient lui trouver une salle à part pour être tranquille. Yue insista bien sur l'urgence et l'importance de cette entrevue, histoire qu'une guerre ne soit pas déclarée entre les deux provinces.
Le messager partit avec la lettre, avec ordre de se hâter s'il ne voulait pas que l'on lui coupe les mains et les pieds : le message devait impérativement arriver avant la fin de la matinée.

- Hua, viens m'aider à m'habiller ! Nous sortons, j'ai un rendez-vous des plus importants aujourd'hui … Tu viens avec moi, je pourrais avoir besoin de toi. Emmène Illyen aussi, on a toujours besoin d'un garde du corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Noble Ʌ

Kerestel De Krasia

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 179
♦ Messages : 48
♦ Âge du perso' : 22
♦ Fiche : Kerestel, le noble Krasien & Le Nomade's Land
♦ Date d'inscription : 28/04/2012
♦ Age : 25

Roméo et Juliette n'ont pas leur place à Ishtar (Kerestel) Vide
MessageSujet: Re: Roméo et Juliette n'ont pas leur place à Ishtar (Kerestel)   Roméo et Juliette n'ont pas leur place à Ishtar (Kerestel) EmptySam 16 Juin - 9:52

Lorsqu’il eut appris la nouvelle, Kerestel en fut abasourdi. Le contenu de cette lettre, que Kerestel déchiffra en plissant les yeux, devant une tisane d’un salon de thé non loin du Tchï, faillit bien le lui faire dégobiller tellement il en fut estomaqué. Lorsque Nounja lui écrivait, ça n’augurait jamais rien de bon. C'était bien souvent pour lui demander un service qui nécessitait qu'il soit à la capitale. Et ça, il l'avait senti rien qu'en en lisant les premiers mots. De plus, elle essayait toujours d'atténuer ses propos en y glissant des marques d'affection. Il s'attendait donc à ce que sa chère soeur lui demande un service, et il s'attendait alors toute sorte de services. Mais là, ça dépassait tous ses entendements. Il eut presque pouffé de rire en en lisant la suite. C’était à en perdre son dialecte krasien. Une histoire complètement loufoque qu’il n’aurait jamais imaginé. Lorsqu’il s’eut enfin calmé, il poursuivit plus calmement la lecture de sa missive :

Adressée à : Kerestel Ikken III De Krasia

Cher Petit frère,

La situation à Ayena est plus que grave, et je me permets, petit frère, de t’envoyer cette missive, dans l’espoir que la situation s’apaise. Je viens d’apprendre de source sûre il y a quelques jours, par la famille royale, qu’un membre de notre tribu rivale, la tribu Sekher, venait d’enlever une cousine de sang royal du Prince de Wu Zang, pour une histoire de coeur, je présume. Cet idiot de Nasser ne s’est pas imaginé une seule seconde que ça porterait préjudice non seulement à sa tribu mais également à toutes les tribus royales d’Ayena. Le Khan est furieux, quant à lui. Je n’ose même pas imaginer comment est la situation à Wu Zang, mais quoi qu’il en soit, je préfère que tu t’en occupe, puisque la fille du Prince est à Ishtar, vous règlerez le problème plus facilement. Ahmed tente tant bien que mal de ramener la paix entre les deux tribus, ce qui n’est pas chose facile puisque l’on se déteste depuis des générations. Quant à Nasser et sa petite princesse de Wu Zang, ils sont absents du paysage. Ahmed a longuement parlé avec le chef de la tribu de Sekher, et ils ont réussi à trouver un arrangement, mais pour combien de temps ? Ils sont têtus et d’une mauvaise foi et refusent catégoriquement d’être tenus responsable de cet enlèvement. Quant à Wu Zang, ils ne veulent même pas chercher à savoir qui a fait quoi, et s’en prennent au Prince lui-même, c’est pour cela que ce dernier nous a chargé de trouver un compromis -nous et Sekher- et de nous efforcer de trouver un arrangement avec la province de Wu Zang, qui demande je te cite «  réparation ». Je te demande donc, petit frère, de te faire notre messager, et par pitié, ne te laisse pas impressionner par la fille du Prince. J’ai entendu dire qu’elle était prête à tout pour parvenir à ses fins, elle trouvera sûrement un moyen de nous faire payer cet enlèvement. Elle va sûrement te contacter sous peu. Essaye de gagner du temps, Ahmed cherche les deux fugitifs dans tout le pays, ce qui ne sera pas chose facile. Je sais que tu ne l’apprécies pas trop, mais fais lui confiance, petit frère. Tu me manques énormément, lorsque cette histoire sera terminée, passe donc quelques jours à Ayena,

Ta soeur,

Nounja De Krasia.


Il replia la missive et la rangea dans la poche intérieur de son manteau. Il but une gorgée de sa tisane et en contempla le contenu, perplexe, se demandant comment la situation pouvait s’arranger entre les deux provinces et entre les deux tribus rivales. Il soupira longuement et se laissa basculer en arrière. Il s’eut abandonné à ses tergiversions pendant une bonne quinzaine de minutes, jusqu’à ce qu’affolé, un messager se précipita à l’intérieur du salon de thé, cherchant du regard le bohémien. Il n’eut pas mis longtemps à le trouver, car Kerestel était le seul bohémien présent dans le salon de thé, ce matin. Le messager se hâta devant le bohémien pour lui remettre la lettre, s’attardant de brèves formalités, et expliquant qu’il eut peine à le trouver ce matin-là. En effet, Kerestel a plusieurs points de chute, et ce n’est parfois pas chose facile de le trouver. Lorsque Kerestel l’eut remercier, il se hâta de lire le message qu’on lui adressait. Il aurait pu parier qu’il s’agissait de la princesse, celle-ci demandait expressément qu’il se rendre au Dragon d’Or. Le Dragon d’Or... Kerestel se souvint alors qu’il était un meilleur avocat après un bon repas. Il acquiesça donc et promit de s’y rendre.

***
Kerestel patientait depuis un quart d’heure bien en avance, les bras croisés contre l’un des piliers de l’antre du restaurant. Il se demandait à quoi ressemblait la Princesse, autant bien physiquement que par son caractère. Il se demandait alors s’il pourrait la séduire pour obtenir ses faveurs, ou s’il devrait se faire plus ferme et imposer ses conditions, ou encore se taire et se soumettre à elle. Il n’aimait pas vraiment se soumettre aux femmes. Sauf si la femme en valait la chandelle... Là ça pouvait être différent. Des pensées lubriques flânèrent dans son esprit, et le bohémien se contenta de les repousser. Il devait se montrer ferme, mais pas trop. Maintenant, il ne fallait plus qu’attendre la princesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Noble Ʌ

Yue Wu Zang

♦ Influence : 488
♦ Messages : 335
♦ Âge du perso' : 17
♦ Fiche : Petite princesse Yue
♦ Date d'inscription : 01/06/2011
♦ Age : 27

Roméo et Juliette n'ont pas leur place à Ishtar (Kerestel) Vide
MessageSujet: Re: Roméo et Juliette n'ont pas leur place à Ishtar (Kerestel)   Roméo et Juliette n'ont pas leur place à Ishtar (Kerestel) EmptyDim 22 Juil - 10:11

Spoiler:
 

Il était temps d'arriver ! Ce petit voyage en carrosse de chez elle au Dragon d'Or lui parut durer une éternité tant elle était impatiente. Son Père l'envoyait tout de même en mission diplomatique, avec devoir de représenter et de négocier au nom de la Province du Wu Zang, et ce n'était pas le moment de faillir à sa tâche. Pour Yue, c'était même l'occasion de faire une incursion dans le monde impitoyable et cruel de la négociation politique, ce dont elle aurait certainement souvent à faire lorsqu'elle serait Impératrice — et peut-même avant d'ailleurs.

La Princesse devait le reconnaître, la bâtisse avait de quoi impressionner les gens du commun, par son luxe et sa taille tout autant que par sa clientèle haut de gamme. Même à l'intérieur, songea-t-elle alors qu'on la conduisait à sa table avec nombre de courbettes, le mobilier était en bois précieux, l'argenterie en métal précieux et la décoration choisie avec goût, avec même des reproductions et des originaux d'artistes célèbres ! Sans parler de ces odeurs délicates et exquises qui évoquaient mieux que personne la succulente gastronomie des provinces occidentales ...
Et au milieu de tout cela, il y avait cet homme. Yue le détesta immédiatement. Certes, Yue avait tendance à détester tout ceux qu'elle croisait, mais quelque chose d'indéfinissable lui déplaisait profondément chez cette personne. Le fait qu'il soit debout par exemple : debout dans un restaurant, et puis quoi encore ? Les clients étaient assis et les serveurs debout, les choses étaient ainsi. Il y avait aussi cet espèce d'air nonchalant sur son visage, ou peut-être son style vestimentaire et son attitude … Il ne lui semblait pas avoir la prestance des nobles comme elle les connaissait. Était-ce propre aux habitants d'Ayena ? Étaient-ils tous des barbares ou des rustres comme on le racontait ? Des gens qui vivaient dans un territoire aussi inhospitalier ne pouvaient pas, de toute façon, être complètement adaptés à la vie civilisée.


- Vous devez être le représentant du Prince d'Ayena, je présume. Vous savez qui je suis — bien entendu ! — et je sais qui vous êtes, inutile de perdre un temps précieux en présentations officielles et palabres cérémonieux, nous avons bien mieux à faire, et je me contenterais de simplement connaître votre nom. Et de toute façon, si cette avait dû revêtir un aspect officielle, les Sénateurs seraient déjà en train de discuter à notre place.

Cette dernière phrase avait été prononcée un ton plus bas, juste assez fort pour que l'homme d'Ayena l'entende et que la serveuse, qui attendait poliment — bien que pas très à l'aise — que cette « conversation » soit terminée pour les guider à leur table, ne l'entende pas.
Sans lui faire signe, la Princesse continua son chemin, passant devant lui sans le regarder. Il n'avait qu'à la suivre, ce n'était pas difficile !

- Ma table est suffisamment à l'écart des autres pour qu'il soit possible de discuter tranquillement. C'est un salon privé, nous n'aurons donc pas à craindre d'être dérangés durant … le repas.

L'emploi de la première personne du singulier, pour parler de SA table, était entièrement voulu. C'était SON endroit, SON restaurant. Elle était en terrain conquis ! La diplomatie aurait voulu une première personne de pluriel, moins agressive, mais Yue n'avait pas l'intention de baisser la tête et de faire des compromis … Du moins pour l'instant. Toute négociation implique forcément de devoir faire des concessions, mais c'était envers le Wu Zang que l'affront avait été commis et elle se devait de faire comprendre au négociateur que le Prince n'avait pas du tout apprécié les récents évènements.

La Princesse pénétra dans la petite salle, s'assit sur son coussin habituel — au Wu Zang, on avait l'habitude de manger sur des tables basses, assis sur des coussins — et commanda la spécialité du chef et les plats du jour. La nourriture n'était jamais mauvaise ici, et on prenait toujours soin de lui apporter des plats typiques de sa chère province, alors elle ne se souciait jamais trop de ce qu'elle commandait.
Elle attendit quelques secondes après que la serveuse soit partie, histoire de s'assurer qu'elle n'écoutait pas aux portes ou qu'elle ne risquait pas de revenir tout à coup parce qu'elle avait oublié quelque chose, et entama la discussion.

- Il ne sera certainement pas nécessaire de faire un résumé de la situation, ni même de vous expliquer à quel point le Prince du Wu Zang est contrarié. Ce qui s'est passé représente une très grande perte pour notre Province, et nous exigeons des réparations à la hauteur de cette perte ainsi qu'à celle du préjudice subi. Ce fut une grande humiliation pour le Wu Zang et pour le Yijing, et il est évident que la famille du Prince du Wu Zang et celle du futur mari de cette jeune femme — Yue répugnait à appeler cette fille « cousine » — n'ont pas l'intention de se laisser tourner en ridicule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Noble Ʌ

Kerestel De Krasia

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 179
♦ Messages : 48
♦ Âge du perso' : 22
♦ Fiche : Kerestel, le noble Krasien & Le Nomade's Land
♦ Date d'inscription : 28/04/2012
♦ Age : 25

Roméo et Juliette n'ont pas leur place à Ishtar (Kerestel) Vide
MessageSujet: Re: Roméo et Juliette n'ont pas leur place à Ishtar (Kerestel)   Roméo et Juliette n'ont pas leur place à Ishtar (Kerestel) EmptyJeu 23 Aoû - 22:26

Spoiler:
 

Kerestel patientait depuis un quart d’heure bien en avance, les bras croisés contre l’un des piliers de l’antre du restaurant. Il se demandait à quoi ressemblait la Princesse, autant bien physiquement que par son caractère. Il se demandait alors s’il pourrait la séduire pour obtenir ses faveurs, ou s’il devrait se faire plus ferme et imposer ses conditions, ou encore se taire et se soumettre à elle. Il n’aimait pas vraiment se soumettre aux femmes. Sauf si la femme en valait la chandelle... Là ça pouvait être différent. Des pensées lubriques flânèrent dans son esprit, et le bohémien se contenta de les repousser. Il devait se montrer ferme, mais pas trop. Maintenant, il ne fallait plus qu’attendre la princesse.

Le jeune bohémien observa farouchement la silhouette qui le dévisagea, le toisa du regard, avec un certain dédain. Il fallait dire que ça ne l’avait pas rassuré, au contraire, ça lui avait même fait froid dans le dos. Les gens de Wu Zang étaient-ils tous comme ça ou était-ce une particularité de la princesse ?

— Vous devez être le représentant du Prince d'Ayena, je présume. Vous savez qui je suis — bien entendu ! — et je sais qui vous êtes, inutile de perdre un temps précieux en présentations officielles et palabres cérémonieux, nous avons bien mieux à faire, et je me contenterais de simplement connaître votre nom. Et de toute façon, si cette avait dû revêtir un aspect officielle, les Sénateurs seraient déjà en train de discuter à notre place.

— Ahem...
avait-il à peine commencé les yeux exorbités, totalement déconcerté par ce que venait de dire cette petite peste de princesse.

Il la psychanalysa du regard à son tour, et finit par la suive, complètement déconcerté, déboussolé, émasculé et définitivement perdu. Il en profita pour ajuster sa chevelure qui lui tombait au visage. Il préféra se les attacher, à l’aide de l’un de ses élastiques, cachés sous sa manche. C’était peut t’être plus pratique pour manger.

— Ma table est suffisamment à l'écart des autres pour qu'il soit possible de discuter tranquillement. C'est un salon privé, nous n'aurons donc pas à craindre d'être dérangés durant … le repas.
— Bah voyons, grognasse.
Avait-il marmonné tout en roulant des yeux, en espérant ne pas avoir été entendu.

Le jeune homme prit donc place, sur l’un des coussins, et après avoir consulté leur carte -qu’il commençait à connaître, mais un petit jeu malsain en lui, voulut qu’il agace la princesse en feintant de ne pas savoir quoi prendre, hésitant devant divers plats, pour finalement choisir la spécialité du chef et les plats du jour, tout comme elle. Il bouillonnait intérieurement de plaisir en pensant à tout ce qu’il pourrait faire pour l’agacer. Peut t’être même finirait-elle par faire des compromis. Il n’allait pas la lâcher de sitôt. Il allait se montrer exécrable, quitte à perdre en crédibilité ou bien même ternir l’image de sa province. À peine l’avait-il vu, il l’avait tout de suite détestée. Tellement arrogante, -plus que lui, c’était peut t’être ça qui l’avait déconcerté-, tellement... fille de bonne famille, tellement « je suis une princesse, c’est ma table ici ! on nous dérangera pas ! » Tellement... tellement Wu Zang !

— Il ne sera certainement pas nécessaire de faire un résumé de la situation, ni même de vous expliquer à quel point le Prince du Wu Zang est contrarié. Ce qui s'est passé représente une très grande perte pour notre Province, et nous exigeons des réparations à la hauteur de cette perte ainsi qu'à celle du préjudice subi. Ce fut une grande humiliation pour le Wu Zang et pour le Yijing, et il est évident que la famille du Prince du Wu Zang et celle du futur mari de cette...
— Cousine ?
S’enquit Kerestel, avec un sourire perfide, pensant lui faire perdre tous ses moyens.
—...jeune femme n'ont pas l'intention de se laisser tourner en ridicule.

Il avait tout de suite sentit que le mot ‘cousine’ l’horripilait, peut t’être à cause de ce qu’elle venait de faire avec ce type de sa région à ‘lui, le barbare’.

On leur apporta les hors d’oeuvre, ainsi qu’une carafe d’eau fraîche, dont Kerestel s’empara aussitôt. Il se servit à boire, et se restaura, avec distinction tout de même, malgré sa gloutonnerie. Il voulait prouver à cette pimbêche psychorigide que les hommes d’Ayena n’était pas typés aux idées reçues qu’elle se faisait. Puis il se permit de prendre la parole :

— Bien... alors, grande perte, dites-vous ? Parlez-vous de votre cousine ? Celle que vous n’arrivez même pas à nommer par le lien qui vous unit ? C’en est d’un pathétique ! Fit-il, sous un éclat de rires. Moi je vais vous dire, fit-il plus sérieusement, ma soeur m’avait prévenu que vous seriez dure en affaire. Il s’arrêta pour prendre un amuse-bouche et reprit de plus belle après avoir terminé celle-ci : Ce n’est quand même pas notre faute, si votre petite capricieuse de cousine s’éprend du premier ballot poseur de nos tribus voisines ! Vous savez qu’à cause de vous, nos tribus en sont venues aux mains ? Pour quoi ? Une histoire à l’eau de rose complètement pathétique et insensée. Votre père...il est contrarié le pauvre, parce qu’il a perdu la face, je présume, n'est-ce pas, hein ? Fit-il, en un petit sourire sarcastique. Oh ! pauvres de vous. Un mariage gâché ! J’vais verser une petite larme, tiens. Il reprit une expression plus sérieuse : Non mais sérieusement, princesse, vous nous prenez pour qui ? Des entremetteurs ? Ce type de l’autre tribu, qui s’est enfuit avec votre belle, moi je n’ai rien à voir avec lui. C’est juste un crétin d’une tribu rivale, qui a cru bon de ramener avec lui sa potiche de l'Ouest sur nos sols pour l’épouser. Et la petite cousine bridée, elle l’a bien voulu ! N’allez pas me dire qu’elle ne l’a pas un petit peu allumé ! Oh ! mais que suis-je bête, elle l’a suivi, non ? Alors n’allez pas nous parler de réparation. Si c’est arrivé, c’est qu’elle l’a voulu de son plein gré, voilà tout ! Finit-il, tout en cognant son poing sur la table, de façon discrète néanmoins, ne voulant effrayer qu’elle.

« Bon j’ai faim, moi. » marmonna-t-il, en regardant son panier d’hors d’oeuvres vide sur un ton enfantin qui allait en contradiction totale avec le zèle qui précédait. Il scruta à gauche à droite, voir quand ils ramèneraient le plat de résistance.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Roméo et Juliette n'ont pas leur place à Ishtar (Kerestel) Vide
MessageSujet: Re: Roméo et Juliette n'ont pas leur place à Ishtar (Kerestel)   Roméo et Juliette n'ont pas leur place à Ishtar (Kerestel) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Roméo et Juliette n'ont pas leur place à Ishtar (Kerestel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ѧ Quartier du Tchï Ѧ :: Au Dragon d'Or-