Partagez | 
 

 On croit à ce que l'on veut croire...on entend, ce que l'on veut entendre. Non ? (Anya)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: On croit à ce que l'on veut croire...on entend, ce que l'on veut entendre. Non ? (Anya)   Lun 21 Mai - 17:17

    La vie en caserne ne m’a jamais dérangé outre-mesure. J’ai toujours apprécié cette ambiance, pourtant très masculine ne nous voilons pas la face, qu’est la vie en Caserne. Les dortoirs ne me dérangent pas, vu que de toute façon on est peu nombreuses chez les femmes et que plusieurs d’entre elles logent avec leur famille. Oui, elles sont devenus rares les célibataires : tant mieux d’ailleurs ! Cela fait moins de « potentielles rivales » que je devrai mettre hors course au plus vite.
    Dans tous les cas, après m’être réveillé aux aurores ce matin, je suis sorti pour courir un peu. D’accord, j’ai du enfilé une armure lorsqu’après quatre chute, je compris que je me sentais patraque sans cuir sur la peau.

    Enfin voilà, un peu d’échauffement, puis d’entraînement. Je ne suis pas de patrouille aujourd’hui, mais j’ai une garde à prendre dans l’après-midi alors, mieux vaut quand même que je sois en condition physique, non ?
    Après avoir couru, j’avais prit la décision de m’entraîner au contrôle de ma lance. Usant d’un long bâton simulant la lance, j’y ai agrémenté aux extrémités, des poids censés refléter la véritable répartition du poids de mon arme.
    Les enchaînements débutèrent, et je ne me souviens plus réellement du temps passé sur la piste d’entraînement. Le soleil était désormais bien levé, et la vie de caserne semblait comme se réveiller de sa moiteur nocturne.

    Au bout d’un moment, je me suis étirée. J’ai rangé le matériel, et je crois avoir croisé une fille qui allait aussi s’entraîner. Mais je n’ai pas trop fait attention.
    J’ai pris la direction des Bains, et ai savouré un peu de douceur sur ma peau avant de me laver bien comme il faut. Là, je me suis souvenue que les bains des hommes sont proches...mais, malheureusement, lorsque Sir Demichellis s’y rend, la zone est inaccessible. Tsss...Je trouverai bien, un jour, le moyen d’admirer de plus prés ses si belles fesses bien fermes.

    Après un certain temps, j’ai quitté les lieux. Mon corps tout propre, je me suis rhabillé avec mon armure en cuir et me suis étiré : ravie.
    C’est ce moment qu’un de mes supérieurs, il lui manque un beau fessier sérieux, vint me voir me donnant rendez-vous dans son bureau pour un peu plus tard. J’ai cru que cela avait un rapport avec ma garde de cette après-midi, alors, après avoir taquiné les gars de l’unité du sergent Lightarrow, lorsqu’il fut l’heure, je me suis rendu à ce bureau.

    Là, j’ai toqué avant d’entrer à l’ordre émis. Tsss....j’aurais aimé être reçu dans le bureau d Duc-Commandant moi ! Enfin, supportons ça.
    Lorsque je suis rentrée, il y avait déjà une fille. Sa tête me dit vaguement quelque chose, mais bon, j’en ai fait fit et ai salué mon supérieur. Là, fasse à nous deux, il débuta son speetch.


    « Je vous ai fait venir dans ce bureau afin de vous transmettre des évaluations du Duc-Commandant émis quant à la qualité de vos dernières travaux et de leur rapport. »

    Suuuuuuper ! Un message de mon Genesio adoré !
    Mon regard s’est illuminé, j’étais soudainement rayonnante avec un grand sourire. La vie monotone allait s’égayer d’un coup. Je suis certaine qu’il va me dire que Genesio m’attend dans son bureau pour...huuuum...qu’on mette en forme notre mariage à venir.
    J’ai du retenir un soupir d’extase à cette pensée, et je n’ai pas trop fait attention à ce qu’il disait à l’autre fille. Je crois qu’il la félicite...j’en sais trop rien en fait.


    « Quant à vous, Soldat Tomoe... »

    Je lui ai fait un grand sourire, attendant la suite.

    « Il vous est prié de vous modérer. Si vous recommencez comme avant votre mutation, cette fois-ci, ce sera l’exclusion. Vous devriez prendre exemple sur le Soldat Litovski. Sur ce, vous pouvez disposer. »

    Je suis sortie, de même que...que...cette fille. Une fois derrière la porte, je crois avoir percuté. Me retournant vers cette fille, je l’ai pointé du doigt en lui disant :

    « Tu as fait quoi, hein, pour qu’il soit élogieux ! Tu t’y es prise comment, avoue, pour draguer le Commandant ! Comment as-tu osé ? »

    Je la fusillais du regard...comment a-t-elle put.
Revenir en haut Aller en bas
 

On croit à ce que l'on veut croire...on entend, ce que l'on veut entendre. Non ? (Anya)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ѧ Quartier Militaire Ѧ :: Caserne Centrale-