Partagez | 
 

 Et si on continuait le jeu du chat et de la souris ? (Suzume)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
₳ Philosophe ₳

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 285
♦ Messages : 310
♦ Âge du perso' : 28
♦ Fiche : Laissez libre court à d'autres idées...
♦ Protecteur : La terre que vous avez sous les pieds ...
♦ Date d'inscription : 16/02/2011
♦ Age : 25

MessageSujet: Et si on continuait le jeu du chat et de la souris ? (Suzume)    Jeu 17 Mai - 11:08

Une réception, encore une. Iraïd ne les comptait plus. Il ne se souvenait plus le nombre de ses rassemblements de nobliaux ou il est aller depuis son arrivée à Ishtar il y a maintenant plus d’un an. Surement beaucoup, comme il avait vu beaucoup de tête passé, et que beaucoup avait vu la sienne. Ce n’était pas très important dans le fond, puisque le roux n’avait pas une personnalité que l’on a tendance a se rappeler. C’est même le contraire. Il faisait toujours en sorte de ne jamais être de la partie, un observateur, une personne qui vous voit mais que vous ne voyez pas. Ou alors, la seule petite chose que vous vous souvenez de lui est sa longue chevelure rousse qui lui tombe dans le dos. Elle a encore poussé depuis la dernière fois et dois bien lui arriver aux fesses maintenant.

Enfin, là, pour l’instant, le philosophe déambulait à travers la résidence, ne sachant pas vraiment quoi faire. Il passa prés du buffet, observant ce qu’il y avait dessus. Rien ne l’intéressait vraiment, surtout qu’il se rendis compte qu’il n’avait pas faim. Il pris alors une coupe de champagne qui y avait bien rangé sur un plateau et partie à la recherche d’une occupation plus …. Vivifiante. Pourquoi du champagne d’ailleurs ? Ce n’était pas l’alcool préféré du musicien mais il n’y avait que cela a vrai dire. Iraïd continua a vagabondait à travers la foule, évitant les nobliaux qui discutaient, les aristocrates qui dansaient, les Bourgois qui festoyaient, bref la faune supérieur d’Ishtar qui s’étaient rassembler dans le même lieu, celui-ci. Le philosophe ne vu d’ailleurs pas de connaissance. Enfin, de ses compères en tout cas. C’était vraiment rare en ce moment, les mages de la terre déserterait t’il la capitale? Surtout qu’il avait un peu peur pour Lao, cela faisait longtemps qu’il ne l’avais pas vu, ou qu’il n’avait pas de nouvelle. Faudrait peu être qu’il aille le voir un de ses jours. Enfin s’il arrive à le retrouver….

Le rouquin montait des grands escaliers qui donnait à l’étage, pour avoir une meilleur vue de tout l’assembler. Observer cette masse de gens semblait être la meilleure occupation qu’il ai trouver pour l’instant. S’accoudant a la balustrade, il posa alors ses yeux verts sur cette masse grouillante d’humain malsains et faux les uns que les autres. Il remarqua alors qu’ ‘il y avait quelques prêtres dans la foules, Tiens donc.. Ils passent presque aussi inaperçu que lui. Non, rectification. Ils passent encore plus inaperçu que lui. Enfin c’était un peu leur boulot après tout.

Mais en tout cas, comme cela, le rouquin avait très intérêt a faire attention a lui, et a ne pas se faire remarquer. Il restait tout de même philosophe donc très peu apprécier par l’église, surtout que bon … c’est pas comme s’il avait l’allure d’un. Même si aujourd’hui il avait sorti ses beaux vêtements aux coupes soignés et que ces cheveux étaient attaché en une queue hautes. Après tout, on ne risque pas de le reconnaitre comme cela. Peu de prêtre ou d’inquisiteur l’avait déjà croisé alors combien y avait-il de change que ici, a cette réception, le philosophe croise une connaissance qu’il a de l’Eglise.. Tres peu. Quoique ….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtresse †

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 76
♦ Messages : 268
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Moineau
♦ Protecteur : L'Ombre
♦ Date d'inscription : 29/01/2011
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Et si on continuait le jeu du chat et de la souris ? (Suzume)    Mer 18 Juil - 17:44

De la musique et des danses. Toujours de la musique. Toujours de la danse. Tout cela ressemblait à une immense pièce, faite et refaite tous les soirs et cela, depuis la nuit des temps. Ou du moins depuis l'existence d'Ishtar. D'abord, les salutations onctueuses d'hypocrisie, ensuite le repas dégoulinant de gras et de sucre pour appuyer sur l’opulence de l’hôte, et enfin les danses sans fin où on oublie le reste. Toujours le même schéma, toujours le même désintérêt.
Là, ils en étaient encore aux longues et interminables salutations et autres discutions sans fond. Le repas ne serait probablement pas servi avant une longue heure. Un soupire lui échappa. Pourtant, malgré son peu d’intérêt pour ce genre de soirée, Suzume s'habituait à la mondanité comme on trempe ses lèvres dans un verre de vin : ce n'est pas particulièrement dérangeant, bien qu’il faut du temps pour s'habituer au goût qui, parait-il, est plaisant, à la longue.
Alors elle buvait goûte à goûte le liquide vermeille, grimaçant un peu moins à chaque gorgée.

Il n'avait fallut qu'à peine un quart d'heure pour que Suzume se fonde dans la foule, à l'instar des autres prêtres, et que plus personne ne fasse vraiment attention à elle, on lui adressait parfois un sourire l'espace d'un instant, et l'oubliait pendant l'autre. Après tout, elle n'avait d'importance que dans l’Église, hors de cette dernière, elle n’était rien de plus qu'une prêtresse tout ce qu'il y a de plus ordinaire, bien que particulièrement talentueuse pour un si jeune age et un rang si modeste. Cependant, elle se satisfaisait parfaitement de ce dernier. Être officieusement l'assassin personnel de son excellence était un poste que bien peu de prêtres pouvaient se permettre de lorgner. Elle, elle l'avait eu dès sa majorité atteinte. C’était indéniablement une lueur de fierté qu'on pouvait voir, par moment, dans ses yeux si inexpressifs, quand elle prenait le temps d'y penser.

Une chevelure rousse passa devant elle. S’arrêtant alors qu'elle allait de nouveau amener son verre de jus de raisins à ses lèvres, Suzume tourna rapidement la tête pour retrouver cet éclair roux. Elle... N'y croyait tout simplement pas ses yeux, elle avait passé des jours à le chercher et là, soudainement, comme si de rien n’était, il se présentait à elle, comme l'agneau se jetant dans la gueule du loup. Enfin, loup, Suzume n'avait du loup que la force, d'apparence, on aurait pu la confondre avec le chaperon. C’était probablement son point le plus fort.

Un pas, deux pas. Puis plus rien. Restant bien à l’abri dans la foule, Suzume regarda presque distraitement le chemin du grand roux. Elle n'alla cependant pas le rejoindre, et prit bien soin de questionner quelques nobles à son sujet avant, le tout avec politesse et détachement, comme si elle ne le faisait que pour trouver là un sujet de conversation, ou simplement signaler sa propre présence. Les informations qu'elle put trouver furent minces, mais suffisantes. Et même si elle dut supporter d'interminables louages sur ses talents de musiciens, au moins, elle apprit une chose d'utile: Ainsi, il s’appelait Iraïd.
Un prénom parfaitement ridicule...

Avec la délicatesse et la grâce propre au manieur de l'Ombre, Suzume monta avec aisance les escaliers, pour ainsi rejoindre l’étage d'Iraïd, ne faisant rien pour se cacher. Cette fois, c'est elle qui était dans son élément, sur son terrain. Elle en savait bien assez sur lui pour le faire exécuter à l'instant, en le traitant de philosophe ou autre terroriste, quitte à inventer des preuves. Cependant... Ce n’était pas son but, du moins, pas encore. Suzume visait plus haut, tellement plus haut...
Un sourire tranquille ornait son visage, un sourire qu'on aurait pu qualifier de joyeux, vu son expressivité légendaire. Probablement le sourire du prédateur ayant trouvé sa proie tant convoitée. Et quelle proie! Posant son verre sur la balustrade, elle se positionna à coté de lui, croisant ses bras sur la pierre, pour prendre appuie tout en regardant la foule en bas. Comme si tout cela était une discussion des plus banale...

A votre avis, à combien estimez vous vos chance de survie, si je vous dénonce à l'instant?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
₳ Philosophe ₳

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 285
♦ Messages : 310
♦ Âge du perso' : 28
♦ Fiche : Laissez libre court à d'autres idées...
♦ Protecteur : La terre que vous avez sous les pieds ...
♦ Date d'inscription : 16/02/2011
♦ Age : 25

MessageSujet: Re: Et si on continuait le jeu du chat et de la souris ? (Suzume)    Sam 21 Juil - 23:59

La fête battait son plein, Iraïd était toujours penché à la balustrade, n’imaginant même pas qu’il y avait une prêtresse jouant avec son verre, il observa sans se lasser cette faune qui dansait sous le balcon. Il ne fit pas attention a cette demoiselle bleue qui le suivait pendant quelques instants. Ce n’était qu’un musicien après tout, il ne savait pas combattre. Il avait des réflexes, mais il ne pouvait pas sentir un danger quand il s’approchait. Comme ici. C’est pour cela, qu’il ne la vit pas non plus s’approcher de lui, et se poser a ses cotés avec la discrétion d’un inquisiteur.
C’est pour cela, qu’il eut un léger sursaut en entendant sa voix. Le rouquin n’avait même pas ici de sa présence ici, et c’est avec un regard plutôt surpris qu’il regarda la demoiselle, poser comme si de rien n’était sur la balustrade. Puis juste pour l’embêter, il lui adressa un sourire. Ira était peut-être un peu suicidaire sur les bords mais il n’était pas dupe, il savait très bien que le sourire pouvait en déstabiliser plus d’un. La demoiselle parla, posant une question à Iraïd avec le même ton que l’on pourrait utiliser pour demander le temps qu’il fait.

Combien ? Hum ? Le roux cacha un micro sourire. Il n’était pas très effrayer par la demoiselle. Il la savait dangereuse, très dangereuse. Mais si elle avait voulu l’attaquer, elle n’aurai pas attendu qu’il le remarque. Elle l’aurai attaquer sans scrupule, a travers la foule, et sans un bruit. Elle ne serai pas venue lui faire la discute, même s’ils étaient en plein milieu d’une soirée mondaine. L’ombre pouvait être bien maitriser et ne pas être vu lors d’une soirée. Cela pourrait surement être simple pour la demoiselle de le tuer là, Iraïd en était certain.

Pourtant elle ne l’avait pas fait, elle s’était montré, alors qu’elle aurai très bien pu rester cacher et avait aborder la conversation. Et même si elle le menaçait, Iraïd savait qu’elle n’alla pas le tuer. Il avait combattu avec elle, elle avait voulu la tuer.. Elle avait même failli le tuer. Si c’était toujours son envie, elle ne serai jamais déplacer jusqu’à lui, ni le lui aurai taper la conversation. Sincèrement, il le pensait. C’est pour cela que autrement que son air surpris quand il la reconnu, il garda son sourire, et pris son ton habituellement calme pour lui répondre.

- et bien, comme vous ne m’avez pas tuer alors que j’avais le dos tourner, je pense que c’est plutôt a vous, de répondre a cette question.

La balle était dans le camp de la demoiselle, Iraïd le savait. La jeune fille avait une partie d’avance et il était bloquer. Il ne savait pas vraiment comment s’en sortir a ce moment.. Mais il avait compris que la prestesse avait une idée derrière la tête. Alors il préférait attendre et rester passif. Au pire, il pourrait fuir, ou plutôt essayer. Il y avait beaucoup de monde, assez pour rendre une attaque confuse. Et puis, la résidence était toujours faite de pierre… il avait l’avantage du terrain. Enfin plus ou moins. L’ombre était aussi présente, n’importe ou. Mais surement difficile à manier si cela fini en bazar totale.
Peut être ..; Iraïd n’avait pas vraiment envie d’essayer. Surtout que la demoiselle avait dit un truc inquiétant. Avait-elle réussi a trouver quelques choses contre lui ? Enfin oui, elle avait quelques choses contre lui, ils avaient combattus, la prêtresse pourrait le dénoncer en tant que hérétique. Mais pourquoi ? Pourquoi attend telle alors? Iraïd souhaitait savoir car même s’il ne montrait pas, il était anxieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtresse †

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 76
♦ Messages : 268
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Moineau
♦ Protecteur : L'Ombre
♦ Date d'inscription : 29/01/2011
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Et si on continuait le jeu du chat et de la souris ? (Suzume)    Lun 30 Juil - 22:51

Et Iraïd répondait avec le sourire, bien sûr. Toujours faussement confiant. En tant normal, cela l'aurait agacé, mais là, cela amusait la petite prêtresse qui se plaisait à chercher tout signe d'inquiétude en suivant les battements de son cœur. Suzume était certaine que c'était du bluff, car tout manieur de la terre qu'il était, le musicien n'avait pas l'avantage du nombre, ni du terrain, car s'il y avait certes de nombreuses pierres aux murs, les ombres étaient, elles aussi, en bien grand nombre devant tant de lumière. Si le combat se déclarait maintenant, ses chances de survie étaient moindres, et sur ce point, Suzume en était certaine. Aussi, répondit-elle au sourire du musicien par un autre tout aussi tranquille. Qui des deux craquera le premier?
C'était elle, le chat, ici, après tout.

Certes, Suzume ne l'avait pas encore tué, ce qu'elle aurait pu faire au moins trois fois, tant il était distrait ce soir, après tout elle était douée pour épier, regarder, comprendre avant d'attaquer, maîtriser, pour finalement tuer. Et même si ce n'était pas l'envie qui lui manquait à l'instant... Vivant, Iraïd lui sera toujours plus utile que mort. Au final, encore une fois, si Suzume ne répondait pas à ses envies sanguinaire du moment, c'était uniquement pour assouvir ses ambitions. Elle avait besoin de lui, c'était un fait, même si cela l'agaçait à l'outrance. Certes, elle aurait pu chercher un autre manieur de la terre, mais cela prendrait trop de temps (les débusquer était un calvaire), et dernièrement, le temps lui manquait cruellement. Il fallait qu'elle progresse, plus vite, car la santé du Haut prêtre était défaillante, ce n'était un secret pour personne dans l'Eglise. Pour une fois, Suzume voulait avancer seule, dans son coin, sans en parler à personne. Car son idée était proche de la trahison, et parallèlement, digne d'une manieuse de l'Ombre. La puissance avant tout, non? Après tout, ce que l’Église ne sait, ne peut pas lui faire du mal. Hum?

Eh bien...

Elle fit mine d'examiner la salle en dessous d'elle, regardant tranquillement ses confrères, comptant rapidement ceux qui l'avaient remarqué, et ceux qui étaient trop pris dans leurs tâches actuelles pour la voir. Ils étaient nombreux, ce soir, entre ceux qui s'occupaient simplement de sécurité et ceux qui étaient invités. Après un rapide calcule, Suzume hocha de la tête, le regardant de nouveau, comme si leur conversation était tout ce qu'il y a de plus banale. Qu'est-ce que c'était amusant, d'avoir le pouvoir.

Elles seront peut-être de dix pour cent les cinq premières secondes, mais passé ce délai, elles se réduiront considérablement, jusqu'à atteindre zéro au bout de... quinze secondes? Hum... Mais peut-être que je sous-estime vos capacités? Voulez-vous qu'on test, Iraïd?

Fit-elle doucement, utilisant son prénom volontairement. Oui, Suzume s'amusait. Elle s'amusait bien plus maintenant, en le menaçant, en le provoquant, que pendant toute cette soirée en parlant avec les nombreux nobles. Elle voulait le pousser dans ses derniers retranchement, avant de lui offrir une proposition qu'il ne sera pas en position de refuser. A cet instant, Suzume se sentait plus proche de celle qu'elle était vraiment, que de celle qu'on voulait qu'elle soit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
₳ Philosophe ₳

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 285
♦ Messages : 310
♦ Âge du perso' : 28
♦ Fiche : Laissez libre court à d'autres idées...
♦ Protecteur : La terre que vous avez sous les pieds ...
♦ Date d'inscription : 16/02/2011
♦ Age : 25

MessageSujet: Re: Et si on continuait le jeu du chat et de la souris ? (Suzume)    Mer 1 Aoû - 11:45

Iraïd souriait toujours. Sa posture était détendu et il avait une main sur la balustrade près du verre qu’il avait utilisé pour boire. Il essayait du mieux de paraitre détendu et à peine effrayer par la puissance de la demoiselle qu’il avait en face de lui. Heureusement que les prêtre ne lissait pas dans les pensées! Iraïd aurai vraiment été mal. Même si son fascié était tranquille et comme d’habitude, ses idées filaient à toutes allures cherchant un moyen de fuir voir tout simplement rester en vie plus du seconde. Il savait comment la demoiselle se battait, il avait vu sa puissance donc il savait a quoi s’en tenir. Mince pourquoi il ne l’a pas vu arrivée ? Quel idiot il était .. Le roux n’était pas assez sur ses gardes. De plus la communication avec la terre qu’il avait très fraichement acquérir devrait l’aider a ne pas se faire surprendre de ce genre de façon. Cependant la technique n’était pas très au point. Il lui faillait de l’entrainement, encore plus. Et profiter que Lao soit encore pas trop occupé pour s’entrainer avec lui.

Enfin, le moment n’était pas vraiment à se genre de question mais plutôt à savoir comment le philosophe allait s’en sortir vivant de ce piège qui s’était refermer sur lui. De puis, Ira ne pouvait pas commencer un combat ici, il y avait bien trop de monde. La prêtresse vu son niveau aurait certainement aucun mal à le toucher surtout avec précision vu la distance même avec le monde. Alors que lui, s’il commence a se battre, déjà sa va détruire toute la bâtisse car il se servira des ressources qui sont a porter de main, mais en plus il risque de d’enterrer quelques personnes par inadvertance, ce qui est un peu problématique quand on veut tuer personne, voir se trouver un protecteur. Hum..

Le musicien qui heureusement n’avait pas son instrument à ce moment là, suivit le regard de la prêtresse dans la salle en contrebas. Il put donc remarquer d’autre serviteur de l’église aussi bien en service, quand civile. Super .. Il était encore plus dans la mouise. Ses chances de survis étaient vraiment moindre qu’il s’en mordit la lèvres. D’ailleurs, la jeunette commença a lui en parler de ses chances de suivie. Juste quelques secondes. Il eut un sourire, c’est tout a fait assez pour survivre ici. Enfin, plus difficile a dire qu’a faire certes, mais si le philosophe ne se ratait pas, il pourrait passer a travers l’étale en faisant un trou dans le sol en dessous de ses pieds. Et une fois de nouveau au rez-de-chaussée, se taper un sprint au mur le plus proche. Bon, la deuxième partie de sa fuite était bancale, et il n’avait pas vraiment envie de l’essayer. Cependant, il comptait aussi sur la panique, se disant que des Ombres paniqué serai moins facile a contrôler que des ombres calme. Même si au fond, il n’avait strictement aucune idée de tout ceci. Mais son prénom qu’il entendit de la bouche de la demoiselle ne lui présageait rien de bon…. Comment allait il pouvoir sortir de cette bataille ?

- Oh, je ne vous connaissez pas aussi généreuse.

Bon, il ne serait peut être pas une très bonne idée de la provoquer, mais le rouquin n’avait pas pu s’en empêcher. Il ne voulait pas perdre la face, ni traquer, tant pis qu’il meurt rapidement par la suite. Le philosophe se doutait que la prêtresse avait quelque chose derrière la tête, sinon elle l’aurai tuer immédiatement. Alors restant calme, il s’attendant à ce qu’elle lui annonce ce qu’elle veut vraiment …


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtresse †

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 76
♦ Messages : 268
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Moineau
♦ Protecteur : L'Ombre
♦ Date d'inscription : 29/01/2011
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Et si on continuait le jeu du chat et de la souris ? (Suzume)    Mer 1 Aoû - 14:02

Le sourire et les paroles d'Iraïd mentaient, mais pas son cœur, ni ses yeux quand il regarda les prêtes en dessous d'eux. Pourtant, tête posée au creux de sa paume, Suzume regardait avec un petit sourire qu'on aurait pu qualifier d'innocent si on oubliait la prêtrise de la jeune fille. L'innocence n'existe pas quand on sert l’Église, ou elle meurt des les premières années de noviciat.

Vous ne me connaissez tout simplement pas.

Fit-elle d'un ton qui ne souffrait d'aucune réplique, perdant un instant son sourire, une ombre passant sur son visage, son regard redevenant d'une froideur habituel, avant qu'à nouveau, le masque de porcelaine reprenne sa place, affichant un sourire amusé, et des yeux trop doux pour être vrai. Personne ne la connaissait vraiment, sauf son Excellence, bien sûr. Excellence qui avait d'ailleurs vu en elle une parfaite héritière, bien que Suzume préférait ne pas en rêver trop fort. Il est plus facile de sombrer quand on se nourrit d'espoir. Suzume n'espérait pas, mais en l'attente de ce jour, elle s'entraînait d'arrache-pied pour être prête. Elle ne croyait ni en la chance, ni au hasard. Quand on veut quelque chose, il faut se donner les moyens de l'avoir. Toujours. Il n'y a pas de secret. Même quand la chose convoité, en question, n'est autre qu'un roux des plus agaçant.

A vrai dire, je vous propose cela car il s'avère que la traque est mon passe-temps favori. Mais je ne vous apprends rien.

Elle de délectait de la probable peur qu'elle créait en lui. L'animal traqué, aussi confiant soit-il, craint toujours l'ombre du prédateur qu'il sait dix pas derrière lui. Même s'il fuyait maintenant, à l'instant, Iraïd était bien assez proche pour que Suzume ne le rate pas, ses réflexes de combattante parlant pour elle, son expérience la faisant réagir sans un instant de retard. Il le savait aussi bien qu'elle, en ayant déjà fait les frais lors d'une traque des plus intéressante... Même si l'instant d'après, Suzume s'était tâté à tuer tout une patrouille juste pour avoir la tête du roux au bout d'un pique. Parfois, elle était semblable à une enfant trop gâté à qui on aurait oublié trop souvent de taper sur les doigts. Aucun sacrifice n'était trop grand aux yeux de la jeune fille quand il s'agissait d'agir au nom de l'Ombre. Ni cette salle. Ni cette ville. Tant qu'elle s'en trouvait purifier de tous les hérétiques, n'était-ce pas une bonne chose?
Hélas, celui ayant le pouvoir en ce monde, n’était pas Suzume, mais un jeune empereur de son âge, avec des cheveux aussi bleus que les siens. Avait-il lui aussi une haine viscérale pour tous ceux qui bafouaient l'Ombre? Non, sûrement pas, du moins, d'après ce qu'avait pu entendre Suzume, il était pour le progrès et la technologie... En même temps, qu'en avait-il à faire de l'Ombre? Nul ne pouvait être plus proche d'elle que lui. Alors, quoi qu'il fasse... Tout de même, il tardait à la jeune fille de rencontrer sa majesté. A tous les coups, elle sera déçue. C'est le problème quand on idéalise trop quelqu'un, sans même le connaître.

D'ailleurs, comment va votre blessure, depuis le temps?

continua-t-elle en parfaite réplique d'une aristocrate s'intéressant à la santé d'untel comme on parle du beau temps, plus par courtoisie que réellement par intérêt. A vrai dire, elle n'en parlait que pour le mettre une nouvelle fois mal à l'aise, ou pour le menacer implicitement, si l'idée de fuir maintenant le prenait. Voir un peu des deux. Si elle ne l'avait pas raté en le visant de si loin, pensait-il vraiment pouvoir lui échapper alors qu'elle ne se tenait qu'à un pas de lui? Sous cette question, se cachait évidemment une menace sourde, mais douce comme le miel du sourire qu'elle se plaisait à aborder. Qu'il ose essayer de fuir, s'il en a la témérité.
Ou la folie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
₳ Philosophe ₳

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 285
♦ Messages : 310
♦ Âge du perso' : 28
♦ Fiche : Laissez libre court à d'autres idées...
♦ Protecteur : La terre que vous avez sous les pieds ...
♦ Date d'inscription : 16/02/2011
♦ Age : 25

MessageSujet: Re: Et si on continuait le jeu du chat et de la souris ? (Suzume)    Mer 1 Aoû - 23:51

C’était vrai. Il ne la connaissait pas. Mais elle ne le connaissait pas non plus. C’était un point que l’on ne pouvait pas nier alors Iraïd gardait son calme. De toute façon qu’est-ce qu’il pouvait de plus. Il était foutu. Il avait une des meilleurs prêtresse à coté de lui, bien plus habitué au combat que lui. Qui pouvait sans mal le toucher avec une ombre alors que lui devrait détruire le sol pour se défendre. Sans oublier les membres des forces de l’ombres qui pourrait était la pour la sécurité. Autant dire qu’il était vraiment en mauvaise posture. Ses yeux finirent par regarder le plafond, il repéra les sources de lumière au cas où. Cela pourrait juste finir dans un bordel monstre, mais bon, si de toute façon quitte à finir dans la pagaille, autant le faire dans l’obscurité la plus totale. Enfin, c’était une idée, mais la réaliser… C’était autre chose, car pour faire ceci, il faudrait boucher toutes les fenêtres, éteindre toute les lampes et tous les cierges. Et bien sur, tout en même temps et avant que la demoiselle ne frappe.

Impossible.
Le rouquin eut un soupir et bu une gorgée de son verre. Et bien qu’elle l’achève ! Qu’est-ce qu’elle cherchait à rester comme cela à coté de lui, sans rien tenter autre chose que des menaces ? Cela ne sert pas grand-chose avec lui. Et puis, il n’avait pas vraiment peur d’elle, ni peur de mourir. Et face a ça, la demoiselle pourrait faire tout ce qu’elle voudra, cela ne changera pas. Pour avoir une prise, il aurai fallu qu’elle le connaisse mieux, mais ce n’était pas très d’arriver. Surtout si elle le tue.

Enfin, si elle voulait voir de la crainte sur le visage de roux, la prêtresse ne s'y prenait vraiment pas de la bonne manière. Iraïd n’était pas sans peur, il fallait juste toucher un point précis. Heureusement, personne ne connaissait cette faiblesse. Sauf, peut être Lao, s’il réfléchissait un peu, mais cela ne semblait pas près d’arriver non plus, vu le peu de nouvelles qu’avait le roux.

- Une traque de 5 secondes ? Vous ne seriez pas frustrée d'une si courte chasse ?

Mine de rien, une traque de 5 secondes, c e n’est pas vraiment une traque. Enfin, le joueur de luth dit ça, il ne disait rien. Il n’était pas doué en traque, il n'y connaissait rien. Il était un peu plus doué en musique, mais quelque chose lui disait qu’il ne faillait pas parler de cela avec la demoiselle.
Tiens, la prêtresse lui demandait de ses nouvelles. Cela fit sourire le roux. Il savait très bien que le jeune fille se fichait éperdument de la réponse. Surtout qu’il se tenait droit, n’était pas amputé de quoi que se soit et était, maintenant, complètement soigné.

- Elles se sont très bien cicatrisées , merci.

Il n"en rajouta pas plus. Quoi dire d'autre? Il failli lui renvoyer la question, cela aurait pu marcher. Cependant pendant le combat il n’avait fait que fuir sans jamais attaquer. La petite provocation était dans le ''merci''. Il voulait continuer à l’embêter, la provoquer tranquillement. Iraïd ne s’avouait pas perdu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtresse †

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 76
♦ Messages : 268
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Moineau
♦ Protecteur : L'Ombre
♦ Date d'inscription : 29/01/2011
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Et si on continuait le jeu du chat et de la souris ? (Suzume)    Jeu 2 Aoû - 19:28

Bien, s'il n'avait toujours pas fui à toute jambe, c'est qu'Iraïd avait lui-même conscience que ses chances de réussites étaient faibles, malgré sa réponse qu'il voulait laisser prétendre une certaine confiance. Suzume pouvait donc supposer qu'il n'était pas parfaitement suicidaire, malgré ce que sa façon d'être et de parler pouvait laisser croire. Du bluff, rien de plus, la prêtresse en était sûre, aux vues des quelques signes qu'elle avait pu maladroitement décrypter. C'était une bonne chose qu'il tienne un tant soit peu à la vie, car nécessaire pour qu'il accepte son marché, plutôt qu'un séjour mortel dans les geôles de l'inquisition. On ne sortait que rarement de la prison, et moins encore quand on était un manieur de la terre...
Par chance, Suzume ne voulait pas sa mort, ou plutôt, elle aurait trouvé inacceptable que quelqu'un d'autre qu'elle puisse trancher la gorge du roux. Il était à elle, c'était sa cible. Même si personne n'était au courant, forcement. Quand le moment viendra, il redeviendra son ennemi, mais d'ici là...

Oh, je suis sûre que vous feriez un effort pour que cela dure au moins dix secondes. Ne serais-ce que pour me faire plaisir, chose qui est dans votre intérêt.

Fit-elle pour le provoquer, venant doucement mais sûrement au sujet qui l'amenait à avoir cette conversation forcée avec lui. D'ailleurs, Suzume ignora au passage la réponse du philosophe sur le fait que ses blessures s'étaient bien rétablis. Tant mieux pour lui, ainsi elle pourra le blesser à nouveau sans plus avoir à se soucier de le tuer. C'est vrai qu'il est toujours agréable d'avoir un combattant solide pour adversaire, histoire que les réjouissances soient plus longues. Néanmoins, à part pour cela, la prêtresse n'avait à faire de la santé du roux.
À son tour, Suzume prit son verre, qu'elle but d'une traite, mais sans se presser. Elle en avait assez de jouer. Il se savait piégé, en avait pleinement conscience, cela suffisait pour qu'ils passent à la suite. Elle voulait sa réponse avant de quitter la réception, réponse qu'on aurait pu qualifier de vital, pour certain...

Je présume que vous avez conscience de la précarité de votre situation, vous conviendrez donc qu'il est inutile pour moi de m'appesantir plus longtemps sur ce fait...

Fit-elle toujours d'une voix presque douce, laissant un silence parfaitement calculé pour laisser à ses paroles le temps de faire leur impacte. Tout cela était terriblement théâtrale, mais tellement amusant qu'elle s'y plaisait à y jouer encore un instant. Juste un. Elle saura être sérieuse au moment venu.

Néanmoins, j'ai une offre à vous faire, comme vous l'avez sûrement deviné. Offre que je ne vous pense pas en position de refuser.

Nouveau silence calculé. Puis, doucement, elle fit un large mouvement de bras, montrant la salle en dessous d'eux, et par la même occasion, les ecclésiastiques présents ce soir, avant de leur tourner le dos pour s'accouder à la balustrade. Un petit sourire aux lèvres alors que ses yeux ne quittaient pas la souris. Sa main jouant avec le pied de son verre.

A moins que vous ne préfériez la première option?

Jouer avec le chat, ou tomber dans la cage aux fauves? Le choix n'en reste pas moins délicat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
₳ Philosophe ₳

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 285
♦ Messages : 310
♦ Âge du perso' : 28
♦ Fiche : Laissez libre court à d'autres idées...
♦ Protecteur : La terre que vous avez sous les pieds ...
♦ Date d'inscription : 16/02/2011
♦ Age : 25

MessageSujet: Re: Et si on continuait le jeu du chat et de la souris ? (Suzume)    Ven 3 Aoû - 0:45

Le roux resta silencieux, écoutant la demoiselle parler. La vague pensée qu’il n’avait jamais entendu parler autant lui fin à l’esprit, mais il lui semblait que ce n’était pas vraiment le moment de penser à cela. Alors il écoutait cette voix calme, douce, sortir de ce corps de poupée. Seigneur on ne se doutait pas que cette demoiselle qui semblait si fragile était tueuse d’une dizaine d’hérétique. Elle annonçait ses mots avec légèreté et pourtant ces mots signifiaient la mort du roux. Le philosophe avait l’impression d’être encore plus bloqué d’avant. D’être qu’une souris entre les pattes d’un chat. Avant il pouvait avoir un petit peu espoir de survis, il pouvait toujours échafauder des solutions pour fuir, ou s’en tirer presque vivant. Mais si la prêtresse essayait de faire un marché avec lui, il n’avait plus de solution de fuite. Il devait encaisser ce qu’elle voulait sans brocher que cela ne lui ou non. Ce n’était plus une entrave physique, ou le pourcentage de chance de survie pouvait changer en fonction de plusieurs chose. Mais si un pacte était en place, l’entrave était psychique Malheureusement, comme la demoiselle le disait, il n’avait pas la possibilité de refuser à moins de se faire tuer sur le champs ou dans les secondes qui viennent. Alors qu’est-ce qu’était le mieux ? Mourir maintenant ou dans un temps prochain?

Iraïd leva un sourcil devant ce que venait de dire la demoiselle. Il pensait qu’elle voulait le tuer, le torturer pour alors plus d’information sur les autres philosophes ou juste pour un plaisir personnel. Le roux connaissaient Lao … Ombre seul sait ce que les inquisiteurs pourrait lui faire s’ ils savaient cela. Et Elle parlait d’un pacte? Quel genre de pacte ? Le philosophe se méfiait, il croyait surtout le pire. Comme la trahison pour sa survie.

Quel pacte? C’était vraiment la question que se posait le rouquin. Un pacte ne s‘acceptait que dans l’on connait toutes les parts du marché.. Le roux était trop parano pour se lancer dans une chose pareil sans en connaitre les conséquences. Cependant, il n’avait pas le doigt à ce moment, et il craignait surtout s’en mordre les doigts.

- Et puis-je connaitre les détails de l’offre ?

Cela sonnait comme un oui, mais il n’avait pas le choix au fond. Il n’était pas suicidaire. Il n’avait aucune intention de mourir. Alors s’il pouvait vivre encore un peu, pour trouver un moment de survivre et de trouver une solution pour se dépêtrer de cet enfer, le mieux serai d’accepter… Mais il ne savait pas de quoi il s’agissait. C’était difficile pour Iraïd de se lancer dans quelque chose qu’il ne connaissait pas, où il n’avait aucune chance de survis… Le philosophe n’aimait pas avancer à l’aveuglette comme cela. Pour lui, il fallait que tout soit sur, que le chemin qu’il empreinte soit solide comme de la terre sous ses pieds. En ce moment, il avait l’impression d’être dans une pièce sombre, entouré d’ombre. Il n’arrivait pas à se diriger. Alors il allait tout droit, parce qu’il ne pouvait faire que cela. Le roux n’avait pas le choix.. Il attendait donc la réponse de la demoiselle, craignant le pire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtresse †

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 76
♦ Messages : 268
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Moineau
♦ Protecteur : L'Ombre
♦ Date d'inscription : 29/01/2011
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Et si on continuait le jeu du chat et de la souris ? (Suzume)    Ven 3 Aoû - 4:56

Suzume se sentait quelque peu... Impérieuse. Pour une fois, elle avait le dessus. Elle décidait et lui... Lui n'avait pas le choix, tout simplement, car c'est comme ça que marchait les choses, le plus fort commande, les autres baissent la tête. Peut-être n'était-elle pas la plus forte physiquement, mais l’Église dominait, et par son biais, elle aussi. Le choix qu'il était en train de faire n'en était pas réellement un, après tout. Il ne pouvait que mourir ou accepter. Et c'est ça qui mettait réellement Suzume de bonne humeur. Une bonne humeur teinté d'un brin de sadisme, peut-être... Mais elle n'avait jamais démentie l'être. Les chiens ne font pas des chats.
Aussi, ne put-elle s’empêcher de sourire en entendant l'homme demander les détails de son offre. Ainsi, il acceptait. Évidemment, que pouvait-il faire d'autre. Tranquillement, Suzume s'éloigna de la balustrade, faisant un pas, puis un second. Si elle ne le laissait pas paraître, elle n'en était pas moins aux aguets, prêtes à attaquer au moindre mouvement brusque du philosophe. Nulle ne sait de quoi est capable une personne, quand elle se sait condamnée. Surtout qu'en à cela s'ajoutait l’inquiétude de l'inconnu.

En effet, je pourrais vous donner les détails mais... Je n’apprécie guère les surprises. Vous aussi, je présume? Alors non. Vous ne pouvez pas.

Ce n’était pas une question, mais elle était tourné comme telle. Ceci dit, Suzume n'attendit pas de réponse pour reprendre, faisant encore un pas, passant dans le dos du musicien, allant à sa gauche doucement, mais sûrement. Comme un animal tournant autour de sa proie. Quand bien même cette dernière fait une tête de plus qu'elle.

Vous n'êtes pas en position de négocier, de toute façon. Sachez juste que cela reste plus doux que la mort... En quelque sorte, soyez à l'heure, demain à l'aube, dans la foret à l'ouest d'Ishtar. C'est tout.

Ce lieu n’était pas bien loin, Suzume le savait, pour s'y être déjà perdue une fois avec un certain prêtre dont on taira le nom. C’était l'endroit idéal, ainsi, ils seront au calme pour finaliser les derniers points du contrat. Ou plus clairement, elle énoncera les closes, il n'aura rien d'autre à faire que d'accepter. Ou la tuer, mais en était-il vraiment capable? Leur force devait s'égaler, même si Suzume pensait clairement être la plus forte des deux.
Quelque que soit les idées qui passèrent par la tête du philosophe, Suzume trouva cependant bon d'ajuster quelque chose, avant de s'en aller. Il n'est pas bon de donner trop d'espoir. Certes, il pouvait fuir dans la nuit, mais tous les prêtres présent ou presque avait vu son visage, et demain matin, l'image sera encore fraîche dans leur tête, non? Voila qui rendrait la traque intéressante.
Se posant de nouveau à la balustrade, elle leva ses yeux azur pour fixer ceux vert du philosophe. Ni sa taille, ni son allure ne l'impressionnait, elle en avait vu d'autre. Aussi, c'est à voix basse qu'elle prononça sa menace.

Soyez assuré cependant qu'en cas de désistement de votre part, devrais-je vous traquer dans le monde entier pour vous le faire payer, que je le ferai sans une once d'hésitation.

A nouveau ce regard froid, ce visage fermé. Celui d'une tueuse, bien loin de la douce poupée. Pouvait-il vraiment imaginer la fuir? Oh, en entendant son rendez-vous, il avait du au moins en avoir l'idée. Suzume en était certaine. Mais qui avait-il de plus dangereux que de donner une raison à un assassin de commettre le pire? Surtout qu'elle n’était pas seule, pour une fois. Si elle ne pouvait l'avoir, elle le tuerait. Ne jamais laisser aucune preuve. Jamais.
Posant son verre sur la balustrade, elle lui adressa un dernier sourire, comme un au revoir des plus polis. Elle ne se sentait absolument pas coupable, tout au contraire, c’était presque comme si... Elle se vengeais de l'horrible soirée qu'il lui avait fait passer, des mois plus tôt. Après tout, n’était-ce pas lui-même qui était venu à elle, la première fois? Au final, tout ceci n'était-il pas entièrement sa faute? Il ne faisait que récolter ce qu'il avait semé. Il pouvait s'en mordre les doigts à sa guise, la faute resterait toute sienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
₳ Philosophe ₳

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 285
♦ Messages : 310
♦ Âge du perso' : 28
♦ Fiche : Laissez libre court à d'autres idées...
♦ Protecteur : La terre que vous avez sous les pieds ...
♦ Date d'inscription : 16/02/2011
♦ Age : 25

MessageSujet: Re: Et si on continuait le jeu du chat et de la souris ? (Suzume)    Ven 3 Aoû - 23:14

Comme depuis un moment, Iraïd n’était pas rassuré. Il ne savait pas a quoi s’attendre. Les prêtres pouvaient se montrer fourbe si l’envie leur en prenait. Et là, le philosophe n’arrivait pas à trouver un autre mot pour designer ce que faisait la demoiselle à ce moment présent. Elle jouait avec lui comme un félin jouait avec sa proie et le roux n’aimait pas du tout cette idée. Sauf qu’il était bloqué, le roux ne pouvait pas bouger et s’il la provoquait comme il faisait habituellement, sa survie en serai grandement diminué. Il le savait.

Alors que faire ? Il n’avait plus le choix d’accepter, il devait prester en vie. Pour ne pas laisser Lao tout seul.. Pour ne pas perdre des yeux Cassendre, au cas ou il se tue par inadvertance, car Lucy serait triste sinon. Pourtant même si récolté une blessure aurai pu fermer son clapet à cette prêtresse, il l’aurai fait sans aucune crainte. Cependant rien ne lui disait qu’il s’en sortirait aussi bien qu’au premier combat avec la jeune fille… Elle savait comment il bougeait maintenant.. Et lui n’ étais pas un combattant. Qu’elle était donc ce marché ?

Tout allait se décider sur cette petite parole que attendait le roux… Petite phrase, que la demoiselle ne semblait pas vouloir donner si facilement. Elle parla quelques instant pour ne rien dire, ou peut être faire durer un peu plus l’attente du philosophe. C’était une sorte de torture en quelques sorte. Le musicien était presque sur qu’il allait y passer et elle, elle faisait durer ce moment de doute.. Ou il ne savait pas ce qui allait lui attendre, ni a quoi pouvait jouer la demoiselle. Enfin, cela ne lui disait rien du bon. Et le mot «  doux » dans la bouche d’une fille de l’Ombre pour un hérétique sonnait vraiment comme une fausse note. Qu’avait elle derrière la tête bon sang ? Iraïd essaya de comprendre ce qu’elle avait derrière la tête, qu’Est-ce qu’elle voulait faire de lui. Mais deviner cela d’une personne que l’on avait rencontré à peine trois fois et qui était aussi lisible qu’un livre fermé était difficile, voir impossible.

La demoiselle continua de parler, encore, résistant sa poésie qui lui donnait un sourire étrange aux lèvres. Elle fini a annoncer un lieu, et une heure. Iraïd fut surpris, au moins il allait survivre la nuit… il ne savait pas si c’était une bonne nouvelle, mais cela lui permettait de se préparer à plusieurs possibilité, y compris celle d’affronter toute une armée d’inquisiteur et de prêtres assoiffé de sang de roux. Enfin, de philosophe. Il devait ce rendre là bas, dans la foret… Pour le musicien cela sonnait vraiment comme une mise à mort. Une des premières choses que l’on apprend chez les mages de la Terre, c’est de ne jamais affronter un mage de l’ombre au crépuscule ou à l’aurore. C’est à ce moment là, que l’ombre est partout. La forêt ne lui disait rien de bon non plus. Les ombres sont partout, et surtout, c’est un lieu isolé de la capitale. Certes il ne craint pas de se perdre, mais se retrouver seul avec une gamine qui manie l’Ombre et qui ne veut que sa mort, cela a de quoi donner envie à plus d’un de ne pas aller à ce rendez-vous…
Mais il n’avait pas le choix, il n’y avait pas que sa survie qui dépendait de la décision de la demoiselle, mais aussi celle de ses connaissances… Le roux comprima un soupire.

- Je suppose que je n’ai pas le choix. Retrouvons nous là bas ..

Le roux n’ajouta rien de plus. Il retrouva alors son sourire. Iraïd se battait pour vivre depuis sa naissance, il n’avait jamais été choyé et protégé par quoique se soit hormis peut être la terre. Il n’allait certainement pas laisser cette gamine contrôler sa vie comme cela … Mais il la laisser avoir un pas d’avance, lui faire croire qu’elle le tenait et qu’il ne puisse rien faire d’autre. Et ensuite, quand elle sera trop confiante, il lui montrera comment un homme brisé et chassé par l’Eglise triomphe.

[ la suite se trouve ici]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Et si on continuait le jeu du chat et de la souris ? (Suzume)    

Revenir en haut Aller en bas
 

Et si on continuait le jeu du chat et de la souris ? (Suzume)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ѧ Quartier Magna Ѧ :: Résidences-