Partagez | 
 

 Renard, ta maîtresse est triste, viens la réconforter ! (Kitsunebi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Influence : 488
♦ Messages : 335
♦ Âge du perso' : 17
♦ Fiche : Petite princesse Yue
♦ Date d'inscription : 01/06/2011
♦ Age : 26

MessageSujet: Renard, ta maîtresse est triste, viens la réconforter ! (Kitsunebi)   Ven 11 Mai - 23:10

« Aie ! »

Yue avait très distinctement entendu un os faire un bruit curieux et pas franchement rassurant. Elle lança un regard furieux à la masseuse, qui prit un air contrit avant de reprendre comme si de rien n'était. Le corps de la Princesse était complètement fourbu après plusieurs heures d'entraînement à la danse, et ce depuis plusieurs semaines déjà. Elle avait décidé de se concentrer sur son art depuis un certain temps, histoire d'oublier un peu ce qui se passait à la Capitale depuis un certain temps … Mais son corps supportait mal l'entraînement intensif qu'elle lui faisait subir : les courbatures des premiers jours s'étaient peu à peu changés en douleurs musculaires qui devenaient de plus en plus gênantes.
Secrètement, Yue pensait que c'était lié au manque de sommeil ; elle dormait mal ces derniers temps. Depuis cette soirée à l'opéra où elle s'était tout bonnement ridiculisée face à la plus grande mécène des arts de l'Empire et un des hommes les plus influents de la Capitale, elle était peu sortie … Et comme si cette mésaventure ne suffisait pas à lui gâcher la vie, deux nouvelles prétendantes étaient arrivées à Ishtar, prêtes à mettre le grappin sur l'Empereur et le trône. Certes, les deux étaient plus âgées que l'Empereur, surtout celle de Gells, mais … Toute cette concurrence finissait par la faire douter.

Et son père comptait sur elle. Yue frémit en pensant à lui … Elle savait que son père l'aimait — et qu'il aimait la chouchouter ! — mais il avait aussi de grandes ambitions pour elle et elle craignait plus que tout de le décevoir. Elle savait quel homme impitoyable il pouvait être quand on ne faisait ce qu'il voulait : preuve en était que beaucoup n'étaient PAS là pour en témoigner.
Et puis, elle ne voulait pas finir comme une de ses sœurs, mariées à un noble et dispersées dans tout l'Empire, à élever des gosses bruyants et baveux, sans autre perspective d'avenir … Yue, elle, voulait jouer un rôle dans la vie d'Ishtar. Elle voulait qu'on l'adule, qu'on la regarde avec envie, qu'on ne puisse plus se passer d'elle ! Peut-être même jouer un rôle politique : permettre à la Science de se développer, financer quelques artistes prometteurs, organiser des grands bals et des salons où l'on discuterait des grandes décisions … Et si l'Empereur faisait de nouvelles conquêtes alors là … ! C'était carrément un nouvel univers de possibilités, avec peut-être même des nouveaux animaux et de nouveaux hybrides !

« Aie ! Vous me faites mal ! Faites un peu attention, bon sang ! »

Les douleurs s'estompaient au fil du temps, mais la masseuse les ravivait en passant ces mains maladroites sur le dos de la Princesse. Sans doute Yue allait devoir prendre une tisane ou un de ces produits à base de plantes au goût infect, une potion « miracle » qu'allait lui concocter une servante du Palais. Consulter un médecin ? Bizarrement, s'il y avait bien un domaine dans lequel elle ne faisait pas confiance aux médecins, c'était bien soigner : elle qui avait côtoyé plusieurs d'entre eux savait qu'ils avaient une fâcheuse tendance à rajouter des « extras » indésirables …

« Mettez une nouvelle serviette chaude sur ma cheville, l'autre est devenue tiède. »

Une mauvaise réception d'un saut mal préparé et la cheville de Yue avait commencé à faire mal. Elle était suffisamment expérimentée pour savoir qu'il n'y avait rien de cassé ou de tordu, mais les efforts qu'elle avait fournis ces derniers temps, et peut-être aussi une alimentation insuffisante, tout cela faisait que son corps était plus fragile. Une nuit de repos et tout irait mieux … Du moins, elle l'espérait.

« Aie ! Vous avez deux mains gauche ou quoi ?! Allez-vous en, je ne veux plus vous voir ! »

Yue fusilla du regard la masseuse qui s'en allait rapidement en silence. Apparemment, on avait fait passer le mot dans la maison : la Princesse n'était pas de bonne humeur. Et maintenant, elle était toute seule à broyer du noir dans cette salle vide …
Une ombre passa devant la porte coulissante, et Yue crut reconnaître son propriétaire. Mais oui ! Qu'elle était bête ! Voilà à quoi servait les esclaves : à passer du bon temps quand on s'ennuyait ou qu'on n'avait pas le moral. Et puis même la Princesse avait entendu parler des mains expertes du Renard …

« Kitsu ? Entre, j'ai besoin de toi ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Renard, ta maîtresse est triste, viens la réconforter ! (Kitsunebi)   Sam 12 Mai - 9:56

    Kitsu s’ennuyait ferme. Ici, personne ne se souciait de lui ou des déplacements. Yue l’avait acheté, avait fait mumuse cinq minutes avec ses oreilles et l’avait immédiatement oublié une fois arrivée chez elle. En fait, elle avait acheté à prix d’or une distraction hors de prix pour un voyage en voiture. Du coup, il profitait de sa liberté, sortait quand bon lui semblait et faisait ce qui lui plaisait. Il veillait bien sûr à ne pas s’attirer de problèmes pour ne pas embêter Yue. Mais jamais à son retour, il n’avait vu de serviteurs qui venaient vers lui en catastrophe pour lui dire que sa maîtresse avait requis sa présence. Non, il était effacé, comme un animal de compagnie auquel on ne faisait plus attention. Il avait séduit toutes les servantes potables de la maison, les avait fait criée leur plaisir comme il faut, mais même ça ne semblait pas avoir attiré l’attention de la princesse. Non, elle l’avait simplement oublié comme une petite fille oublie un vieux jouet dont elle s’est lassée. Alors il faisait sa vie dans son coin. Mais ce jour-là… Ô joie ! Ô miracle, la princesse venait de se souvenir de son existence. Il passait tranquillement devant une porte coulissante et entendit la voix de sa maîtresse qui l’appelait. Ca alors, elle se rappelait même de son surnom ?

    Le renard ne se fit donc pas prié pour rentrer. Sa maîtresse était allongée sur une table de massage, nue, ses cheveux noirs détachés. C’était une bonne surprise. Elle était jeune, mais son corps était celui d’une femme magnifique. Il s’approcha d’elle avec un grand sourire avant de se baisser pour avoir le visage en face du sien.

    Ma chère princesse, j’avais fini par craindre que vous ayez oublié mon existence…

    Dit-il avec un clin d’œil complice. Sur ce, le renard se releva et se mit à côté d’elle, posant ses mains douces sur les épaules de sa maîtresse.

    Mais je vois une salle de massage et point de masseur pour s’occuper de vous, permettez que je vous offre mon assistance ma chère maîtresse.

    Les mains de Kitsu commencèrent un long et délicat massage. Il se rendit compte que le corps de Yue était tout engourdi, ses muscles raides et noués comme s’ils avaient subis une activité sportive intense.

    Et bien ma belle princesse… A quelles folies vous êtes-vous donc livré pour avoir le corps aussi crispé ?

    Le ton était taquin et amusé, un renard en somme. Seulement, un renard qui savait masser. Il n’était pas au courant des activités de sa maîtresse, c’était bien la première fois qu’elle requérait sa présence depuis qu’elle l’avait acheté. D’ailleurs, quelle utilité d’acheter un hybride ayant pour vocation d’être garde du corps pour le laisser moisir et prendre la poussière à la maison ? Mais bon, Kitsunebi s’en fichait, pour le moment, il s’occupait de la masser. Il ne savait pas où il avait apprit à faire ça, du moins, il ne s’en rappelait plus. Du temps où il était garde, il s’adonnait à des entrainements très rigoureux qui laissait souvent les corps endoloris, il avait apprit des trucs. Aujourd’hui, il en resservait inconsciemment une version modifiée. Modifiée, car pour sa maîtresse, il rajoutait une grande dose de sensualité dans sa façon de la toucher. Surtout qu’il s’occupait de tout son corps correctement. De ses épaules, en passant par son dos, délicatement sur sa chute de reins, ses fesses, ses cuisses, de l’extérieur à l’intérieur, passant près de zones sensibles mais sans lui faire l’indécence d’y aller, terminant par ses pieds. Puis il fit la même chose en sens inverse, la massant avec efficacité et sensualité.

    Cela vous plait-il ma princesse ?
Revenir en haut Aller en bas
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Influence : 488
♦ Messages : 335
♦ Âge du perso' : 17
♦ Fiche : Petite princesse Yue
♦ Date d'inscription : 01/06/2011
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Renard, ta maîtresse est triste, viens la réconforter ! (Kitsunebi)   Jeu 17 Mai - 14:33

Yue ne s'était pas trompée, c'était bien Kitsunebi le Renard. Celui-ci semblait tout prêt à la servir, depuis le temps qu'elle ne lui avait pas adressé la parole … Curieusement, tout joyeux qu'il était, il lui faisait penser à un petit chiot que ses maîtres avaient délaissé et qui devenait tout excité maintenant qu'ils avaient du temps à lui consacrer !
La pensée fit rire la Princesse. Et quand le Renard se mit devant elle, elle tendit le bras pour attraper son oreille poilue, la caresser et la grattouiller un instant … toujours avec l'image du petit chien en tête. Est-ce qu'il allait aussi tirer la langue et haleter ? Dommage qu'elle n'ait pas une balle à lancer …

- J'ai renvoyé la masseuse, elle était insupportable et incompétente. Alors si tu sais masser, mon dos n'attend que toi …

Yue se réinstalla à nouveau sur le ventre, laissant les mains de l'hybride aller et venir sur son corps. Elle tressaillit quand il passa sur les muscles qui avaient été le plus mis à l'épreuve, la douleur se rappelant tout à coup au bon souvenir de la Princesse … Mais elle pouvait sentir que son corps se détendait sous les paumes expertes de Kitsu. En plus d'être agréable, ce massage avait de vrais vertus thérapeutiques, ce qui avait de quoi étonner la jeune fille : elle ne s'attendait pas à ce que Kitsunebi dévoile ce genre de talents cachés.
La Princesse serra les dents pour retenir un couinement de douleur quand le Renard passa sur sa cheville. Fichu faux pas … Elle valait mieux que ça.

- J'ai repris la danse récemment. Cela faisait bien trop longtemps que j'avais négligé mon entraînement … Mais j'ai peur d'y être allée un peu fort. Hélas, c'est ma cheville qui souffre de mon imprudence …

La danse l'avait toujours détendue depuis qu'elle était petite : c'était un moyen comme un autre de canaliser son énergie et son temps libre, et les efforts constants que cela exigeait pour garder un niveau correct avaient endurci son caractère … bien que certains le regrettassent. Et puis, au Wu Zang, on exigeait souvent que les filles de bonne famille apprennent à maîtriser un art, que ce soit celui de la poésie, du chant, de la musique, de la calligraphie … Et rien n'égalait en grâce l'art délicat de la danse ! C'était si agréable d'être observée et admirée alors que l'on enchaîne des pas et des sautés, qu'on laisse la musique bercer et guider nos mouvements, de ressentir les vibrations causées par le choc du pied en contact avec le sol … Les profanes ignoraient tout cela.
Et elle avait une autre raison de continuer à danser, une raison bien plus personnelle : cela lui permettait de se démarquer des autres concurrentes au trône. Juste pour dire qu'elle était plus qu'un joli minois et une petite fille pourrie gâtée, elle avait un vrai talent, ELLE. Pas juste celui de planter des flèches dans les fesses d'une biche ou de découper en rondelles des épouvantails, ou même simplement de faire des jolis sourires à tout le monde en faisant semblant d'être attristée par les malheurs de la populace …
Petit à petit, le massage de Kitsunebi faisait son effet et Yue se sentait sombrer dans la somnolence. Elle poussa un soupir d'aise tout en changeant sa tête de côté pour ne pas avoir de marque sur la joue, les yeux toujours fermés.

- Remonte vers les hanches et les cuisses, c'est là que c'est douloureux … Sois un peu plus doux, c'est plus agréable. Oui, là comme ça, c'est bon … Oui, ici, ouiiiii …

Sa voix tomba dans les aigus à la fin de sa phrase. La Princesse poussa un second soupir, de plaisir cette fois-ci. Ah, décidément, ce massage lui faisait beaucoup de bien …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Renard, ta maîtresse est triste, viens la réconforter ! (Kitsunebi)   Jeu 17 Mai - 16:43

    Bon, c’était officiel, elle était fétichiste de ses oreilles, adulte et enfant à la fois, un drôle de numéro. Kitsu était en effet déçu qu’elle ne lui ait pas montré plus d’attention mais c’était plus le côté homme qui parlait qu’animal. S’il devait tirer la langue et haleter, ce serait suite à quelques jeux des plus coquins. Et s’il prenait à la jeune femme vraiment l’envie de lancer une balle… et bien, il la regarderait juste avec un air qui lui ferait comprendre qu’elle aurait l’air elle, très conne sur le coup. La jeune femme avait renvoyé sa masseuse, la targuant d’incompétente, toujours à se plaindre, il restait au renard à prouver qu’il pouvait mieux faire.

    Et bien voyons voir si j’ai un meilleur… doigté qu’elle.

    Et notre renard se mit à l’œuvre, dénouant le dos et les muscles de sa maîtresse qui se détendit avec plaisir sous ses mains expertes. Il avisa la cheville douloureuse en la sentant se crisper. Curieux, il lui demanda ce qu’elle avait bien pu faire comme activité physique intense pour se retrouver dans cet état. Elle lui répondit et expliqua les raisons de son malheur, la danse, dont elle avait reprit un entrainement des plus intensifs, ce qui expliquait pourquoi on ne la voyait pas beaucoup.

    La danse… Je serais très honoré de vous voir à l’œuvre un de ces jours, vous devez être douée… enfin, après avoir laissé reposer votre cheville, ce n’est rien de méchant, mettez de la glace dessus pour qu’elle ne gonfle pas et laissez-la se reposer en évitant de trop la solliciter et dans quelques jours, tout aura disparut.

    Sur ce, il continua son massage alors qu’elle lui demandait de remonter vers les cuisses et les hanches, la jeune appréciait fortement, elle soupirait d’aise. Ce n’était pas le renard qui allait refuser de la masser dans cette zone, surtout qu’il se faisait très sensuel, au point qu’il lui en tirait des gémissements de satisfaction que l’on aurait cru causé par quelques petites bêtises très intimes.
    Le souci, c’était qu’une servante passait par là justement, une servante qui savait que la masseuse s’était faite jeter et qui avait vu le renard entrer. Et elle entendit quelques morceaux des mots de la princesse, des morceaux qui se résuma à : « vers les hanches… sois un peu plus doux… plus agréable… » Et son gémissement digne d’un cri de jouissance. Autant dire que le film fut vite fait dans sa tête et le rouge la prit au joues très rapidement. Tout le monde connaissait déjà dans la maison les tendances du renard, du coup, il semblait logique que la princesse finisse elle aussi par succomber. Mais par l'Ombre, elle ne l'imaginait pas si coquine la princesse ! elle partit en quatrième vitesse, tentant désespérément de faire comme si elle n'avait rien entendue... Mais bon, revenons en à nos larrons. Kitsu étaient amusés de ses réactions. D’ailleurs, il avait envie de s’amuser, de voir jusqu’à quel point il pouvait se permettre de taquiner sa jolie petite maîtresse.

    Et bien, je ne vous savais pas si sensible ma princesse, un petit peu plus et on aurait put croire… que vous aviez un orgasme.

    Il lui glissa les derniers mots en se penchant sur elle pour les lui murmurer à l’oreille d’une voix suave agrémenté d’un souffle caressant. D’ailleurs, il laissa une main délicate continuer d’effleurer le corps de la princesse sur les parties les plus sensibles de sa peau qu’il avait trouvé…
Revenir en haut Aller en bas
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Influence : 488
♦ Messages : 335
♦ Âge du perso' : 17
♦ Fiche : Petite princesse Yue
♦ Date d'inscription : 01/06/2011
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Renard, ta maîtresse est triste, viens la réconforter ! (Kitsunebi)   Dim 20 Mai - 9:32

La tête calée dans ses bras, la Princesse menaçait de s'endormir ; seule la voix de Kitsunebi l'empêchait de s'abandonner dans les bras de Morphée. Tant mieux, parce qu'elle s'en serait voulue d'avoir piqué un somme devant son Renard. Surtout que même si c'était son esclave, elle ne faisait pas confiance à un homme à la libido prononcé qui se trouvait devant une jeune fille endormie et sans défense …

- Oh, mais tu ne risques pas de me voir danser de si tôt … Je ne le fais que pour les grandes occasions et que pour les invités les plus prestigieux, et les spectateurs sont rarement les bienvenus durant mes entraînements, cela me déconcentre.

Et puis, pas la peine d'avoir des spectateurs si c'était pour avoir des commentaires désobligeants juste après. Les jeunes filles de la cour du Wu Zang se faisaient un plaisir de lui rappeler le moindre saut raté et le moindre petit pas manqué ou oublié sous couvert de « La danse est un art vraiment difficile, n'est-ce pas Princesse ? ». Fort heureusement, certaines d'entre elles avaient eu de mauvaises surprises par la suite … comme des bouts de verre dans leurs chaussures, par exemple.
Ce qui lui faisait penser … Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas suivi de cours de danse à proprement parler. Depuis son arrivée à Ishtar, Yue n'avait même pas cherché à trouver un professeur de danse occidentale, d'abord parce qu'elle était persuadée que les meilleurs se trouvaient dans leur province d'origine et qu'elle ne voulait pas d'un professeur au rabais, ensuite parce qu'elle avait toujours pensé qu'un entraînement par elle-même suffirait. Mais les chorégraphies étaient longues à élaborer, spécialement quand il fallait les accorder avec la musique si particulière des provinces occidentales, et Yue n'avait ni la patience ni l'envie de s'y mettre, elle se contentait de reproduire les danses des manuels qu'elle possédait … Elle pourrait toujours se renseigner plus tard, peut-être y avait-il un danseur de qualité disponible à la Capitale ?

- Et ne t'occupe pas de ma cheville. De toute façon, il n'y a rien de grave, je peux marcher … Je ne laisserai pas ce petit contretemps me déranger dans mes entraînements. Je suis plus robuste que j'en ai l'air et ma cheville en a vu d'autres. Ça va juste me faire un mal pendant un petit moment …

Raison pour laquelle elle avait besoin de ce massage, histoire de se distraire en attendant que la douleur passe … et puis pour soulager le reste de son corps fatigué. Kitsu savait vraiment y faire pour les massages !
Le souffle du Renard sur son oreille la surprit. Mais qu'est-ce qu'il cherchait à faire celui-là ?! Il s'était penché sur elle pour lui murmurer quelques mots à l'oreille qu'elle n'avait entendus qu'à moitié sous le coup de la surprise … Elle avait simplement compris qu'il y avait une allusion sexuelle dans le tas. C'était agaçant, il prenait un peu trop ses aises … Yue lui mit une petite tape sur la tête pour le chasser.

- Arrête de dire des bêtises et reprends ton massage, ces muscles ne vont pas se dénouer tout seul. Tes massages sont plus efficaces que tes blablas.

Et bien vite, la Princesse retomba dans cet état de semi-somnolence qu'elle venait à peine de quitter. L'hybride avait raison sur un point : le massage lui était agréable et pas seulement sur le plan musculaire … Elle avait peu l'occasion de ressentir ce genre de sensations, et ça ne lui déplaisait pas entièrement … Alors quand le Renard s'aventura un peu plus loin que la morale et les bonnes mœurs auraient laissé hors de portée, elle ne broncha pas.
Mais quand il en arriva aux endroits que seuls les médecins inspectaient habituellement, elle finit par réagir.

- Que fais-tu Kitsunebi ? Il n'y a pas de muscles ici.

Cela sonnait plus comme une question que comme une interdiction … Une part d'elle voulait qu'il s'en tienne à ce qu'elle lui avait demandé, une autre part d'elle appréciait tout ça et avait très envie qu'il continue. De toute façon, ils étaient au calme ici, personne ne viendrait les déranger …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Renard, ta maîtresse est triste, viens la réconforter ! (Kitsunebi)   Lun 21 Mai - 8:55

    Heureusement que le renard ne pouvait lire dans la tête de la princesse, sinon il aurait été vexé de telle pensées. Le renard n’était absolument pas le genre d’homme à profiter d’une femme sans défense. Forcer ou profiter, quel intérêt. Le plaisir n’est bon que s’il est désiré des deux personnes, partagé. Et puis, le renard est un séducteur, plus que le sexe, qu’il aime bien quand même, c’est la séduction qui l’amuse, qui le fait vibrer. L’art de séduire, de suggérer, de troubler, de chauffer, de faire succomber. Il était un animal sauvage, le frisson de la chasse l’excitait plus que dévorer sa proie. Donc, à cette fin, quel intérêt une proie servie toute prête sur un plateau. Et la princesse était une femme de caractère, ce n’était qu’encore plus tentant de la séduire, de tenter de la faire craquer. Ca prendrait sans doute du temps avec elle, mais c’en serait plus savoureux… il avançait déjà bien, il était en présence d’elle, nue, et par ses massages, elle offrait son corps à ses mains. Elle évoqua la danse, sans mensonge, il lui dit qu’il aimerait bien la voir. Seulement, elle lui répondit que ce serait difficile. En gros, c’était une façon de lui dire qu’il n’était qu’un esclave et qu’il pouvait se gratter. Seulement, Kitsu avait de la patience et il n’allait pas s’énerver pour si peu de mots.

    Quel dommage. Mais je ne désespère pas, un jour peut-être… si vous me requérez comme protecteur lors d’une grande occasion.

    Oui, le renard était un hybride guerrier à la base, vendu pour être garde du corps. Pendant un temps, la tentation d’aller trouver les mercenaires au service de la princesse et de les démolir s’était faite présente. Mais du peu qu’il avait pu analyser et apprendre du caractère de la princesse, elle n’aurait pas aimé ce genre de démonstration de virilité mal placé. Alors, il opta pour la patience, viendrait bien le moment où elle aurait besoin de lui. Parfois, certains nobles aiment bien exhiber leurs hybrides en soirée, c’est un signe de richesse et le renard était loin d’être moche. Avec la tenue qui convenait, il pouvait même être d’une grande classe. Il lui donna des conseils pour sa cheville mais la princesse le renvoya dans les cordes, le renard garda son ton doux et calme.

    Mes excuses ma princesse, je me fais seulement du souci pour vous.


    A la place, il se concentra un temps sur le massage, la princesse avait l’air d’adorer ça, ses muscles se dénouaient sous ses mains, il sentait que son corps se détendait, elle était à l’aise en sa présence. Devant son petit gémissement très amusant, il ne put s’empêcher de la taquiner un petit peu, la princesse le repoussa mais gentiment, elle ne le prenait pas mal. Une petite tape sur la tête qui était plus symbolique qu’autre chose et une incitation à se taire et à agir à la place. C’était ce qu’il allait faire mais peut-être pas comme elle s’y attendait. Le renard continua son massage, très vite, il prit plus des allures de série de caresses très sensuelles, Kitsu s’aventura chaque fois un peu plus loin que ce que les bonne mœurs autorisaient, lorsqu’il frôla un sanctuaire interdit, elle lui fit une remarque. Pas de contraction soudaine, pas de cris, de ton froid, elle était juste curieuse de ce qu’il faisait. Le renard garda un ton doux et répondit.

    Ho, il y a des muscles même à des endroits qu’on ne soupçonne pas… et puis ma princesse, vous avez émit le souhait que j’agisse au lieu de parler, je ne fais que chercher une méthode efficace pour vous détendre…

    La détente par le plaisir. Les mains du renard se faisaient plus coquines, plus aventureuses. Elles passèrent plus haut sur ses cuisses, s’aventurèrent parfois à l’intérieur, frôlèrent ces lèvres qu’on qualifie d’intime, remontèrent sur les fesses de la princesse. Parfois, elle allait sur son dos, descendait sur les côtés, frôlant les bords des deux charmantes petites collines écrasées sur la table de massage. Le tout, en gardant toujours une grande douceur et une grande sensualité, le renard déployait ses trésors de séduction, son arsenal pour stimuler le désir…
Revenir en haut Aller en bas
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Influence : 488
♦ Messages : 335
♦ Âge du perso' : 17
♦ Fiche : Petite princesse Yue
♦ Date d'inscription : 01/06/2011
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Renard, ta maîtresse est triste, viens la réconforter ! (Kitsunebi)   Ven 25 Mai - 16:40

La Princesse ressentait quelque chose d'étrange, comme des frissons qui lui parcouraient tout le corps, comme une chaleur intérieure. Est-ce que c'était une espèce de fièvre ? Avait-elle attrapé quelque chose en s'entraînant ? La danse l'avait fatiguée, certes, mais tout de même ! On attrapait pas un rhume à cette époque de l'année avec la température qu'il faisait …
Non, c'était la faute à Kitsu. C'était son massage bizarre … Ce n'était même plus vraiment un massage d'ailleurs. Il baladait ses mains un peu où il voulait … sous un prétexte fallacieux qui mit en colère la Princesse.

« Ne me prends pas pour une idiote ! Je ne suis pas une imbécile ignorante et je sais pertinemment qu'on ne trouve pas de muscle ici … Et encore moins des muscles que j'aurais pu abîmer en m'entraînant à la danse ! Traite-moi encore comme une abrutie et je te fais couper la tête … ou d'autres parties du corps auxquelles tu serais susceptible de tenir plus. »

Yue avait sifflé ces mots sur un ton qui ne laissait aucun doute : elle était vraiment très énervée. Que ce soit à la Cour du Wu Zang ou à Ishtar, les gens la prenaient bien trop souvent pour une idiote facile à berner. Ah mais vous verrez Princesse, ce baume va vous donner un teint de pêche, vous serez la fille la plus jolie de tout l'Empire ! Princesse, j'ai une très bonne affaire pour vous : vous allez pouvoir acheter de magnifiques bijoux par correspondance ! Mademoiselle, si vous souhaitez un bon conseil, vous devriez demander à votre père de baisser les taxes sur la pêche, ça serait merveilleux pour le commerce … et puis, pas la peine de lui dire que ça vient de moi qui ne suis qu'un humble marchand, il sera certainement enchanté de voir que sa fille prend des initiatives pour le bien de sa Province !
Et voilà, la colère l'avait à nouveau tendue et impossible de se sentir à l'aise. Non mais franchement, on la prenait pour qui ? Y avait-il une loi universelle qui disait que les jolies jeunes filles de bonne famille étaient incapables de réfléchir ? Pensait-on réellement qu'elle allait se laisser berner par des arnaques aussi grossières ? Qu'on la traite avec le respect qu'on le mérite ! Et le prochain qui oserait se moquer d'elle, elle le ferait assassiner dans d'atroces douleurs.
Il y avait un spécialiste de ça à la Cour du Wu Zang … Capable d'accomplir son travail de manière rapide, efficace et définitive. Et si on voulait des petits extras … on pouvait payer un supplément. Yue était une des rares à savoir que son père y avait souvent recours, et elle-même, une fois, elle lui avait demandé un petit service. Rien de bien méchant, juste d'empoisonner le verre d'une femme pour qu'elle ait d'affreuses coliques pendant quelques jours. Cet homme était un vrai gentleman : en tant que membre de la famille de son meilleur client, il ne lui avait fait payer que le prix du poison …
Rien qu'en repensant à la tête de la fille prise de maux de ventre en plein milieu du repas, obligée de se retenir pour ne pas être impolie, jusqu'à ce qu'il y ait des odeurs et des bruits bizarres … et qu'elle soit finalement obligée de quitter la table, pliée en deux. Un excellent souvenir. La Princesse se mit à rire rien que d'y penser. Ça y est, elle était à nouveau de bonne humeur !

Et elle ressentait à nouveau cette espèce de chaleur bizarre de tout à l'heure …


[Pas très inspirée, désolée. Si tu veux, on le finit vite ... ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Renard, ta maîtresse est triste, viens la réconforter ! (Kitsunebi)   Ven 25 Mai - 17:18

    Pour le moment, Kitsu s’en sortait très bien, il la massait efficacement, jouant au mieux pour la détendre, commençant à dériver lentement sur des parties plus intimes, histoire de la chauffer un petit peu, de lui faire envie. Et ça marchait, il commençait à obtenir des réactions intéressantes, le corps de la princesse semblait s’échauffer, des frissons la prenaient délicatement, il était prêt de réussir son coup… Sauf que Yue n’était pas comme tout le monde et visiblement, elle ne comprenait rien à l’humour, aux métaphores et aux petites allusions. Elle préféra faire sa gamine et piquer sa grosse colère. Comprenait-elle seulement que chaque fois qu’elle avait une réaction aussi extrême, elle passait justement pour une idiote ?

    Pardon princesse, ce n’était qu’un peu d’humour, sincèrement loin de moi l’idée de vouloir vous manquer de respect.

    Elle était sa maîtresse, aussi, il ne pouvait pas l’envoyer chier comme il le voudrait. Lui faire couper la tête ou autre chose ? Bien, avec quelle armée comptait-elle si prendre. Si le lavage de cerveau et la condition d’esclave forçait Kitsu à lui obéir, tout au fond, il y avait quelque chose de très puissant qui pouvait prendre la relève, son instinct de survie, la puissance du renard et ses réflexes de gardes. Qui enverrait-elle contre lui ? Sa bande de mercenaire ? Il avait pu les jauger, il les pulvériserait, son autre esclave, l’objet avec autant que caractère qu’une serpillère ? Lui aussi il l’avait vu s’entrainer, il jouait tout sur ses améliorations, pour le reste, aucune capacité d’adaptation rythmique, un adversaire insipide. Le tueur à gage de son père, il lui poserait du fil à retordre mais ce serait très amusant d’apporter sa tête à la princesse en prétextant avoir éliminé un intrus. Mais bon, on en était pas là, la princesse pouvait mettre ses menaces à exécutions mais dans la réalité des faits, elle ne le faisait que rarement, sinon elle aurait des problèmes. En réalité, Kitsu avait de la peine pour elle, elle vivait dans son cocon, sur un piédestal, enfermé derrière son titre, sa vanité et son arrogance. Mais dans le fond, elle était seule, sans personne à qui s’ouvrir, sans un seul véritable ami, toujours à interpréter chaque mot. Oui, en réalité, elle lui faisait pitié en cet instant, petite fille isolée intelligente mais incapable de grandir. Petite noble arrogante qui ignorait tout de la vraie vie.

    Votre colère, même si elle est légitime, ne vous fait pas du bien, je vais vous aider à vous détendre.

    En espérant que cette fois, elle arriverait à comprendre que ses intentions étaient amicales, mais bon, c’était Yue, il ne fallait plus attendre grand-chose à la fin. Plutôt que de retourner au massage sensuel, il reprit un massage plus classique, sauf qu’il passait sur tous les points de compression du corps qui pouvait détendre, il se fichait bien de la chauffer maintenant, il cherchait uniquement à la détendre, et si elle s’endormait bêtement avec un filet de bave, il n’aurait qu’à la laisser là. Pour sa part, il retournerait à son petit train-train quotidien, finalement, attirer l’attention de Yue, ça n’avait rien d’intéressant, pour le moment, la princesse se révélait seulement… insipide.





[HRP : comme tu le sens^^]
Revenir en haut Aller en bas
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Influence : 488
♦ Messages : 335
♦ Âge du perso' : 17
♦ Fiche : Petite princesse Yue
♦ Date d'inscription : 01/06/2011
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Renard, ta maîtresse est triste, viens la réconforter ! (Kitsunebi)   Mer 30 Mai - 19:42

La Princesse continuait de savourer le massage. En fait, elle se rendit compte petit à petit que Kitsunebi avait repris des mouvements plus ordinaires, ceux que faisaient tous les masseurs qu'elle connaissait. Dans sa langueur, elle n'avait pas réalisé tout de suite, mais la chaleur et les frissons avaient fini par retomber doucement. Bizarrement, cela la mettait mal à l'aise …

Elle se sentait d'autant plus mal que dans cette situation, elle reposait son corps et ouvrait son esprit à ce qui l'entourait. D'après ce que lui avait raconté son père, seuls les Nobles savaient faire cela … Le Prince du Wu Zang était très doué pour ça : c'est comme s'il savait exactement ce que les gens autour de lui pensaient ! Yue était loin d'être aussi habile que lui, mais elle s'entraînait du mieux qu'elle pouvait … et en cet instant très précis, ce qu'elle ressentait lui nouait l'estomac. Il y avait comme un espèce de … de … mésestisme, une sorte de sentiment de pitié que Yue détestait.
Mais tout cela était terriblement flou. Yue le ressentait plus qu'autre chose, elle était incapable de décrire précisément ce sentiment ou de le localiser, incapable même de savoir si cela venait de Kitsunebi ou d'ailleurs. En revanche, ressentir ça la rendait malade, nauséeuse même, et les maux de tête pointaient …

La Princesse finit par se retourner, faisant tomber la serviette sur le sol et dévoilant son corps nu sans gêne ni honte. Pourquoi aurait-elle eu honte de toute façon ? Ça n'était qu'un Esclave …

« Ça suffit maintenant. Ce massage dure depuis bien assez longtemps, et mon corps s'est parfaitement remis. On peut arrêter là. »

Yue se redressa et alla chercher un peignoir de soie qui l'attendait à côté. Mettre un peignoir, c'était facile même pour une jeune noble qui ne s'habille quasiment jamais seule, mais les mains tremblantes de Yue ne l'aidaient pas à nouer correctement la ceinture, surtout que beaucoup de choses se bousculaient dans sa tête … D'abord les sensations bizarres qu'elle avait ressenties durant le massage et qu'elle n'aurait pas dû ressentir, ensuite les étranges sentiments qui résonnaient dans sa tête, puis la fatigue de la danse, les pas qu'elle devait apprendre et toutes les autres choses qu'elle avait à faire …

« Va-t-en, j'ai envie de rester seule. »

La princesse se sentait surtout très mal et elle n'avait pas envie que qui que soit, hybrides compris, ne la voit affaiblie. Elle prit une grande inspiration pour se concentrer son malaise et fermer son esprit à tous les sentiments et pensées qui se bousculaient autour d'elle. C'était toujours plus facile d'ouvrir que de fermer …
Elle maîtrisait encore mal ce pouvoir. En réalité, il consistait essentiellement à savoir écouter ou regarder les autres pour en tirer le maximum d'informations possibles, et elle avait toujours été plus douée pour donner des ordres et se mettre en avant que pour écouter les autres !

Non … elle ne devait plus penser à ça. Yue soupira, mal à l'aise mais reprenant peu à peu sa stature. Son plus gros problème pour le moment, c'est qu'elle passait un peu pour une petite fille immature dans la noblesse ishtarienne. Pas complètement à tort d'ailleurs : rien qu'avec le massage de Kitsu, elle s'était sentie gênée … Il était largement temps qu'elle se déniaise un peu. Mais … Comment faire ?
Un nom s'imposa : le Comte Oliver. S'il y avait bien quelqu'un dans la Capitale qui s'y connaissait pour ces choses-là, c'était lui … Parfait, c'était décidé. La Princesse avait du courrier à écrire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Renard, ta maîtresse est triste, viens la réconforter ! (Kitsunebi)   Jeu 31 Mai - 16:13

    Kitsunebi s’était calmé en même temps qu’elle s’était énervée. A vrai dire, il connaissait mal la princesse mais il pouvait voir qu’on ne lui avait pas menti la concernant. Tout le monde dans la maison la disait égoïste, égocentrique, méchante et même cruelle, et surtout, très immature. Le renard avait cru parfois à des exagérations de la part de quelques serviteurs peu appréciateurs de la jeune femme. Certes, elle manquait de maturité, il l’avait vu dès le début. Mais il ne pensait pas à ce point, elle avait vraiment un caractère exécrable et oui, elle lui faisait pitié. Car même si on grattait la couche de superficialité, on ne trouvait rien en dessous, que du vide et une personne des plus insipides. Il ignorait qu’elle pouvait… ressentir certaines de ses pensées et de toute façon il s’en ficherait bien. Alors il continua telle qu’elle. Tout d’un coup, elle était moins intéressantes, jolie mais rien derrière, alors il laissa tomber la sensualité, vu que de toute façon, elle n’y était pas réceptive et reprit un massage clairement fait pour la détendre.

    Au bout d’un moment, elle finit par se retourner, laissant tomber sa serviette et laissant le renard voir son corps nu dans les plus beaux détails. Et s’il en s’en fichait de se montrer à poil devant lui, elle devait bien s’en fiche aussi qu’il la regarde d’un œil critique et très intéressé. La princesse était encore jeune mais son corps était déjà celui d’une femme. Une femme délicieuse et attirante, qu’il aurait bien volontiers croquée si les circonstances le lui permettaient. Seulement, ça s’arrêtait là, le corps de Yue était aussi magnifique que son esprit était fade et morne. De toute façon, elle n’avait sans doute jamais comprit les plaisirs de la vie, autant ne pas insister, des jolies femmes, il en trouvait à la pelle dehors et des bien plus agréable à vivre. Finalement, le petit jeu du « dévergondons la princesse » n’avait soudainement plus rien d’amusant. Elle déclara en avoir assez du massage, qu’elle allait mieux.

    Très bien princesse…

    Mouais tu parles, c’était à peine si elle arrivait à fermer son peignoir tant ses mains tremblotaient. Si elle voulait éviter de montrer ses faiblesses, c’était raté. Mais il était peut-être là son problème, elle était tout bonnement incapable de se montrer faible à quelqu’un, d’avoir confiance en quelqu’un. En gros, la solitude l’avait rongé jusqu’à en faire un monstre d’égoïsme. Elle lui ordonna ensuite de sortir. Le renard s’approcha soudainement d’elle et lui prit une de ses mains tremblotantes et la serra doucement pour la calmer. Peut-être qu’un jour, elle comprendrait que même un esclave peut devenir un confident et une personne de confiance. Il mit genou à terre et fit un baisemain à la princesse.

    Comme il vous plaira ma princesse, reposez-vous bien.

    Et il partit aussi rapidement qu’il était venu, ce premier véritable entretien avec la princesse avait finalement été assez riche en renseignements sur elle. Peut-être viendrait-elle un jour vers lui et ce jour-là, la situation pourrait véritablement devenir intéressante.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Renard, ta maîtresse est triste, viens la réconforter ! (Kitsunebi)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Renard, ta maîtresse est triste, viens la réconforter ! (Kitsunebi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ѧ Quartier Magna Ѧ :: Résidences-