Partagez | 
 

 Pète et Répète sont dans un bateau, Pète tombe à l'eau. Qu'est-ce qui reste ? [Uriel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 576
♦ Messages : 110
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : Fou, fou, fou !
♦ Protecteur : moi-même, crétins...
♦ Date d'inscription : 06/04/2011
♦ Age : 26

MessageSujet: Pète et Répète sont dans un bateau, Pète tombe à l'eau. Qu'est-ce qui reste ? [Uriel]   Ven 24 Fév - 16:59

La fête battait son plan, les musiciens faisaient profiter au public des harmonies de leurs provinces respectives. L'alcool coulait à flot – peut-être un peu trop – et à ce moment de la soirée, la plupart des convives concernés étaient carrément éméchés. Le comble pour un noble, le type même qui se contrôle à tout moment : ici et là, on pouvait en voir qui marchaient d'un peu hasardeux, faisant une ou deux demandes à d'autres personnes et, pareil, ici et là, l'on pouvait voir quelques servantes aux prises de plus fortes qu'elles, coincées contre un mur. Ce n'était certainement pas Karl Ulsperger qui les en empêcherait. Lui voyait de plus en plus trouble, après une vingtaine – ou plus – de verres. Il n'arriverait même plus, à présent, à se souvenir du type qu'il l'avait servi, c'était dire. Ses bas instincts avaient tendance à ressortir : il avait tenté d'assassiner un type en face de lui et de lui mordre l'épaule. Si l'on ne l'avait pas maintenu en place, nul doute qu'il serait arrivé à ses fins.

Bref, Karl était désormais ici, un fin sourire aux lèvres comme si l'alcool avait moyen de lui apporter on ne sait quel paradis qui n'existait pas. Il parlait de temps à autre tout seul, s'adressant à un esclave, probablement Elden, imaginaire et l'insultant de toutes les façons possibles et inimaginables. Après tout, il était bien là pour ça, ce chien, non ? Il faudra qu'il pense à tester l'efficacité de ses fesses, à nouveau, la prochaine fois qu'il le verrait. Ulsperger entendait bien en faire un espèce de colosse résistant qu'il pourrait prêter pour pas mal d'argent. Il ne savait même plus où il était et, à vrai dire, le pourquoi du comment lui passait au-dessus de la tête. Il voulait juste boire, encore boire et manger. Actuellement, il tirait une demoiselle vraiment...hum...jolie, on peut dire, vers une chambre. La fête tournait vraiment à l'entière débauche et son organisateur devait sans mordre les doigts : les convives semblaient avoir totalement oublié, eux-mêmes, qu'ils étaient humains et s'adonnaient à une totale sauvagerie.

Les doigts de Karl déshabillèrent la malheureuse, son visage laissant apparaître un sourire assoiffé et plein de désir qui lui était propre. La suite était facilement imaginable, un peu trop, même. Elle criait un peu trop et lui faisait mal à la tête, alors, Karl la poignarda. Et se reput ensuite dans son cadavre. Regardant la dépouille de la morte, l'homme aux cheveux roses eut une idée : et s'il se faisait passer pour une fille auprès des nobles ici présents ? Ils n'étaient pas assez sobres pour savoir qu'il était un homme et comme cela, il pourrait tuer, tuer et encore tuer. Cette idée était tellement magnifique que le docteur se déshabilla pour revêtir l'habit de soubrette.

Il revint ensuite dans le salon, buvant autant qu'il le pouvait, d'être qu'il le pouvait. Oh...Il vit quelque chose qui l'intéressait. Cet homme à cheveux blonds lui rappelait quelqu'un, si bien qu'il se dirigea d'un pas chancelant vers lui, ne parvenant plus trop à se rappeler de son nom.

« Ca va...hips...mon pote ? Une passe, ça te dit ? Je suis...pas cher, dans une chambre, n'importe laquelle ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mort(e) tragiquement

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 620
♦ Messages : 2351
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : It's me, Uriel !
♦ Protecteur : The Emperor Protects !
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Pète et Répète sont dans un bateau, Pète tombe à l'eau. Qu'est-ce qui reste ? [Uriel]   Sam 25 Fév - 16:45

Cinq jours.

Cela faisait déjà plus de cinq jours qu'Uriel D'Arken n'avait pas utilisé la magie du Sang. Jusqu'à présent, il tenait difficilement une journée entière. Mais il voulait tester ses limites et cela ne fut pas la meilleure de ses idées. S'il s'agissait de sucreries ou même d'alcool, il n'aurait qu'à donner un ordre à ses domestiques pour éloigner tout ça de sa vue. Mais essayer de vous passer d'une drogue qui coule dans vos veines et qui vous appelle à chaque fois que le coeur fait un "boum" dans la poitrine. La première journée fut difficile. Après, ça n'a fait qu'empirer.

Le Haut Prêtre entendait chaque battement de coeur, le pouls de toute personne qu'il croisait, la méditation lui devenait impossible. Comment se concentrer sur sa respiration (à la base de la manipulation des ombres), alors que sa pompe à sang donnait un coup de canon à chaque seconde ? Il avait envie de s'ouvrir les veines ou de se faire couper un bras pour tenter de le ressouder... Ses interlocuteurs devenaient des cibles potentielles de ses attaques. Le petit blond passait son temps à lancer des regards fous d'assassin sanguinaire autour de lui.

Toujours est-il qu'il avait clairement besoin de s'occuper. Trop peu concentré pour se charger des affaires de l'Eglise, il devait se noyer dans les divertissements faciles. Le théâtre, habituellement plaisant, ne lui réussissait pas du tout. Les intrigues les plus simplistes et linéaires devenaient d'une complexité extrême. Il s'adonna au sexe alors. Cela eut le mérite de le fatiguer et d'éloigner le besoin de tuer des gens, mais bon... Il ne pouvait pas non plus se consacrer uniquement à ça. Son corps était trop fragile. Alors ne restaient plus que l'alcool et la nourriture. Et la drogue, bien entendu. Voilà pourquoi il accepta la plus basse des invitations qu'il lui parvint en cette malheureuse semaine, où il suait à grosses gouttes et s'énervait encore plus facilement que d'habitude. Après un bain chaud, il se rendit chez l'un des nobles les moins importants, mais qui voulait néanmoins asseoir une certaine autorité dans la haute société. Une société qui abusait de sa demeure et de ses richesses en ce moment.

La quantité de vin, assimilée par le débauché ecclésiastique était importante. Mais ce n'est que le dernier grand verre qui libéra Uriel de ses soucis. Quelqu'un avait apporté de quoi assaisonner les boissons et une coupe circulait. Une gorgée à suffit à enflammer les sens du Haut Prêtre. Rapidement, on lui prit le récipient des mains et on continua à se le passer... Mais il était déjà dans un état proche de la transe. Les objets et les personnes changeaient de couleur autour de lui, tout ondulait, tournait... Lui-même faisait trembloter les ombres, sans les rendre matérielles. Aucune chance pour lui de se défendre ou de combattre, là tout de suite. A moins de faire sauter les coeurs de toute l'assistance. Alors qu'il s'appuyait sur un meuble, mettant sa main dans la chantilly décorant un gâteau, on vint l'aborder. Il vit d'abord un sourire malsain, puis le reste de l'individu se dessina devant lui. L'homme lui disait quelque chose. Uriel fut distrait par une femme qui avait des branches à la place des bras, mais finit par focaliser son attention sur l'homme... Il avait des cheveux roses et cela lui disait quelque chose. Il parla de chambre ? Oh oui... S'allonger pouvait être une idée judicieuse, vu qu'Uriel n'avait pas l'énergie d'aller danser ou de partir lui-même à la conquête de quelqu'un. L'homme aux cheveux roses était habillé étrangement... Mais ce ne fut pas un grand problème. Après tout, il n'était pas fondamentalement vilain et, mieux encore, ce genre de déguisement le rendait plus féminin et attirant. Sans sortir une main de la crème, il posa l'autre sur l'épaule de l'autre homme (il était grand) et s'appuya dessus.


"Ou... oui... aide-moi à marcher... Je devrais m'allonger... et... et enlever... tout ça..."

Le "tout ça" fut accompagné d'un geste large qui étala la chantilly sur la chemise blanche et le menton d'Uriel D'Arken...

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberumarbitrium.net

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 576
♦ Messages : 110
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : Fou, fou, fou !
♦ Protecteur : moi-même, crétins...
♦ Date d'inscription : 06/04/2011
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Pète et Répète sont dans un bateau, Pète tombe à l'eau. Qu'est-ce qui reste ? [Uriel]   Dim 26 Fév - 13:26

La soirée battait son plein et ce type lui disait de plus en plus quelque chose...voyant, ces cheveux longs, cet air de chien battu, ça devait bien appartenir à quelqu'un qu'il connaissait, non ? Il hocha la tête comme pour essayer de se démêler les pinceaux, mais peu importe ce qu'il faisait, il ne parvenait pas à se souvenir du propriétaire de la perruque. Encore moins à foutre un visage potable sur cette face un peu floue qu'il avait l'air d'accord quant à l'idée de coucher avec lui. Brave type. Karl chancela jusqu'à lui, allant se tenir à son épaule. Le type avait précédemment étalé de la crème sur sa personne et les tissus sensoriels de Karl étaient en émoi. L'odeur de la crème était forte et lui voyait Uriel se métamorphoser en gâteau vivant. Faim. La Faim avec un grand F, le vice, s'empara de lui et il se jeta littéralement sur l'homme, lui léchant toutes les parties où il avait étalé la crème et, comme si ça ne suffisait pas, s'empara du gâteau d'une main et traîna Uriel dans la chambre où reposait la servante de l'autre. L'étala sur le lit, lui écrasa le gâteau sur la face.

Ben oui, le scientifique avait maintenant envie de crème, et dans son cerveau atrophié par l'alcool, c'était la seule idée qui lui était venue. Il commença donc, ni plus ni moins à lécher la face d'Uriel, pas vraiment doucement, le corps de la servante posé dans le coin ne le dérangeant pas du tout. Ulsperger n'avait pas vu pire et cette chose sous lui avait l'air tellement intéressante... ! Il se la ferait bien au petit déjeuner, puis la tuerait. Il commençait ensuite à le mordre, pas du tout sensuellement mais de manière cruel, ne se gênait pour se frotter contre lui et enlever ce vêtement qui lui donnait trop chaud – du moins juste souleva le bas. Il garda le reste, pendant que sa bouche s'attela à marquer une épaule complètement blanche ou à embrasser, vampiriser le souffle de cet être qui semblait à bout de force. Ulsperger, même bourré, sentait lorsque c'était le cas. La Mort était son condition, comment aurait-il pu se fourvoyer ? Il la sentait tourner autour des êtres en mauvaise santé, attendre quelques temps – mais la Mort n'était pas patient et ne tardait pas à emmener sa proie au-delà des Ombres. Il tuerait le type qu'il avait devant les yeux, c'était sûr, se dit-il tout en enlevant le pantalon de l'agonisant, découvrant par la même occasion son sexe et la peau toute blanche de bébé.

Ulsperger était connu pour être un rapide : il n'aimait pas s'attarder dans les préliminaires, passant au plus important d'abord. Il aimait voir cette grimace de douleur, ces paupières crispées et fermées sur le visage de ses patients tandis qu'il les prenait. Ulsperger était pressé, gourmand, ne tarda pas à mettre la main sur son propre manche. L'alcool avait servi à oublier la douleur momentanée causée par la greffe, les jours de mauvais temps. La pluie lui donnait sérieusement envie de se les arracher, alors imaginez l'effet de la grêle ! Bref, il écarta de lui-même les jambes d'Uriel et le pénétra d'un coup sec, savourant son petit effet. L'alcool...les vertus de l'alcool, pourquoi n'y avait-il pas pensé plus tôt ? La crème avait une odeur d'absinthe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mort(e) tragiquement

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 620
♦ Messages : 2351
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : It's me, Uriel !
♦ Protecteur : The Emperor Protects !
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Pète et Répète sont dans un bateau, Pète tombe à l'eau. Qu'est-ce qui reste ? [Uriel]   Lun 27 Fév - 20:26

Dans le flou le plus total, Uriel se laissa traîner, docilement, vers une chambre. L'autre homme le jeta sur le lit. L'instant d'après il perdit son souffle, complètement recouvert de gâteau. Les arrivées d'air furent débouchées par une langue indélicate, mais si sensuellement vorace qu'il ne pouvait que s'y abandonner. Même le plus délicieux des novices n'avait rien à craindre de lui : Uriel D'Arken était en ce moment complètement inoffensif et, pire encore, sans défense. Dietrich Eberhard lui-même pourrait pénétrer le Haut Prêtre. Alors je ne vous parle pas du Docteur Ulsperger, l'un des hommes les moins tendres de la ville.

Manquant de s'étouffer avec la chantilly, le blond respira enfin. Le gâteau masquait encore l'odeur du sang et il ne pouvait pas voir le cadavre... De toute façon, ce coin de la pièce était une cascade d'eau rose dont le doux frémissement berçait le petit homme... Jusqu'à ce qu'une douleur intense et sans tendresse le ramène à la réalité. Une douleur qu'il connaissait et qu'il appréciait parfois. Dans les bras d'un homme plus puissant que lui, plus fort physiquement, plus violent encore que ce dont il était capable. Mais là... Il avait purement mal, alors que l'autre se faisait plaisir. Uriel l'entendait, le sentait pousser ses soupirs d'animal sauvage en rut, il croyait qu'Emile Paole s'était teint les cheveux en rose et mit des lunettes... Mais non. Ce n'était pas cela non plus.

Lui, de son côté, gémissait sans aucune gêne. Le marquis, malgré son entraînement plutôt combatif, supportait rarement bien la douleur. Et celle-ci était violente. Les larmes coulaient de ses yeux bleus, alors que sa bouche laissait échapper de petits cris et des soupirs saccadés. Il tenta de se mordre les lèvres, mais cela n'aidait pas. Il fit alors un vague geste de son bras et enleva encore un peu de gâteau et de crème de son visage où pâtisserie se mélangeait à la sueur en quantité excessive et aux larmes. Sans oublier la bave du scientifique qu'il haïssait probablement le plus au monde. Mais il n'avait absolument aucun moyen de lui échapper... Ni même de se souvenir de son nom. Il était à sa merci et la drogue étirait le temps à l'infini, dans sa perception des choses.

Sous un coup de reins plus violent que les autres, il cria encore, son cri fut étouffé par la musique et la fête de l'autre côté de la porte. Uriel tourna la tête sur le côté et vit le corps, nu, d'une femme. Elle avait été étripée... En tout cas, massacrée avec une lame quelconque. Son sang coulait abondamment de ses plaies et se répandait sur le sol. Sans vraiment savoir pourquoi, le Haut Prêtre sut qu'il allait devoir se rapprocher de ce sang, dès que possible. Bien entendu, pour cela, il fallait que son "partenaire" l'y autorise. physiquement parlant, l'ecclésiastique était inexistant, face à ce médecin, certes bourré, mais non moins fort. Finalement, cela arriva : Karl eut fini. La jouissance vint, comme le soleil après la pluie. Il se retira et s'écarta assez pour que les neurones drogués saisissent qu'il est temps de bouger. Sale, drogué, meurtri dans son petit corps délicat, Uriel rampa littéralement dans les draps, toujours gémissant de douleur, vers le bord du lit. Il tomba, se laissant glisser sur le marbre recouvert de sang. Le sang qui vint se mélanger au reste des victuailles sur sa chemise et son visage. Les yeux clos, proche de l'inconscience, il tourna légèrement la tête pour que ses lèvres enflammées touchent le liquide déjà froid.

Surpris, il aspira aussi fort qu'il put. Quelque chose réveilla une part de son esprit. La moins civilisée d'ailleurs. Retrouvant de l'énergie pour un bref instant, Uriel se mit à lécher avidement le sol, se traînant encore vers le corps de la servante. Il ne se souvenait même pas de son propre nom, mais une partie de lui réclamait du sang. Et beaucoup. Et vite. Elle avait envie de se défendre, de guérir son intimité malmenée et, surtout d'avoir assez de ressources, pour s'attaquer au seul coeur qui battait encore dans cette pièce. Le sang vide de vie et d'Ombre ne pouvait apporter beaucoup. Mais Karl... C'était une autre affaire. Son sang à lui, allait permettre au prêtre de retrouver ses forces. A quatre pattes, maintenant, ô progrès, il buvait à même les blessures de la femme. Quelques instants plus tard, il se tourna vers l'homme qui venait de le sodomiser sans le moindre ménagement et découvrit ses dents dans une grimace qu'on attribue généralement pas à un humain.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberumarbitrium.net

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 576
♦ Messages : 110
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : Fou, fou, fou !
♦ Protecteur : moi-même, crétins...
♦ Date d'inscription : 06/04/2011
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Pète et Répète sont dans un bateau, Pète tombe à l'eau. Qu'est-ce qui reste ? [Uriel]   Ven 2 Mar - 17:21

Plus la grand Horloge tournait, plus les mouvements de Karl devenaient brusques et il ne souciait de sa pauvre victime, ni même de ses attributs génitaux plutôt fragiles. Karl se sentait puissant, lui qui avait été contraint à la vie de moine par Marius. Karl se sentait roi, empereur, noble. Un rire gras et sardonique lui sortait de la bouche, tandis qu'il besognait de manière un peu aveugle ce petit être qui lui disait quelque chose et qu'il méprisait pour une raison totalement inconnue. Le nombre de secondes, de minutes pendant lesquelles Uriel d'Arken fut aux prises d'Ulsperger parurent totalement indéterminée. Oh, bien sûr, il ne le reconnut pas, cela se ferait plus tard avec le sentiment de peur qui oppresserait son cœur. Non, Karl Ulsperger se contentait juste de dévorer ce délicieux morceau de chair blanche et immaculée dans lequel il se trouvait. Dans quelques minutes, après l'avoir souillé, il le mordrait sûrement de toutes ses forces, arrachant des morceaux de peau pour finalement le dévorer vivant. La drogue, le vin qui avaient pris possession de leurs deux esprits n'aidaient pas : ce serait pire ainsi.

Et puis vint le moment fatal où le scientifique jouit. Il connut ensuite une ou deux, ou neuf ou dix, secondes de repos, la tête en l'air, se remettant de ses émotions. La tête en l'air, il ne put retenir l'Uriel qui, lui, se carapata en direction du corps meurtri de la servant qu'il avait tuée une dizaine de minutes auparavant...et puis, il se lécha les lèvres, les yeux brillant. Chercha sa proie pour enfin la mordre et la goûter de manière concrète. Elle n'était plus là. Un petit rire s'échappa de ses lèvres, tandis que sa tête bougeait de tous les côtés de la pièce pour chercher son faible interlocuteur qui, lui, n'avait pas pu aller bien loin...

C'est alors qu'il comprit.

Que ce blond ne pouvait être qu'Uriel d'Arken. Peut-être que le voir de près avait embrouillé sa vision des choses, comme pour certains malades des yeux...de loin, le Haut-Prêtre lui apparaissait distinctement. À ce moment-là, l'alcool embrumait toujours son cerveau mais il fut heureux. Heureux d'avoir réalisé le rêve auquel il tenait depuis des années, heureux d'avoir maltraité physiquement le Haut-Prêtre qui ne devait pas en mener large. Le seul problème, c'était qu'Ulsperger, lui, restait un minimum raisonnable et malgré toute sa folie, il savait qu'il ne devait pas manger d'Arken. L'Empereur lui en voudrait.

Il se contenta alors de le regarder plus précisément, un léger rire aux lèvres, se rhabillant des habits de la soubrette. C'est alors qu'il se mit à fixer et détailler le marquis...ou plutôt la chose qui semblait avoir pris la place du marquis. Ulsperger ne savait pas si c'était sa vue qui lui jouait des tours ou bien si Uriel était bel et bien devenu fou. Et là, ça ferait une raison de plus pour qu'il apprenne à manipuler correctement les ombres. Un léger rire franchit ses lèvres, tandis qu'il défiait du regard la créature Uriel qui avait l'air à peine peine humaine. Pauvre type. Pourrait-il au moins récupérer le cadavre de la fille ?

« Je veux bien que vous vous amusiez à récupérer son sang, mais j'ai faim, moi. Dégagez de là. »

Il ne fallait vraiment pas sous-estimer les scientifiques. Tandis que le sourire incrusté sur son visage s'élargissait de plus en plus, son poing se referma et émit de petites étincelles argentées. L'électricité. Karl Ulsperger avait fait des expériences sur son propre corps et comptait bien en profiter. Il s'avança vers Uriel, « même pas peur » et lui balança une bonne dose d'électricité à la gueule.

Il ne devrait pas mourir avec ça, juste être assommé, et puis, ça lui apprendrait à toucher à son dîner...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mort(e) tragiquement

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 620
♦ Messages : 2351
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : It's me, Uriel !
♦ Protecteur : The Emperor Protects !
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Pète et Répète sont dans un bateau, Pète tombe à l'eau. Qu'est-ce qui reste ? [Uriel]   Sam 3 Mar - 23:46

Le sang apporta certes un peu d'énergie à Uriel. Comme deux gorgées d'eau, après une petite journée dans le désert, sans boire. Juste ce qu'il faut pour donner encore plus soif, mais aussi pour motiver le malheureux à aller chercher plus de liquide au puits qui, il faut bien se le dire, n'était vraiment pas loin. En effet, Karl Ulsperger était à portée de main. Ou presque. Mais la partie du Haut Prêtre qui manipulait le sang était en train de le manipuler, lui. Au même titre que Zélig, le blond perdait, en ce moment en tout cas, le contrôle de lui-même.

Le scientifique s'en rendit compte, à en croire ses paroles. Uriel les a entendu, sans les comprendre. En fait, il ne voyait là qu'un système sanguin sur pattes, avec un coeur battant bien fort au milieu. Une âme, de l'Ombre pour lui. Pour l'aider à redevenir ce qu'il voulait : un homme puissant, indépendant et qui n'avait à se faire sodomiser que par ses plus intimes amis. Pas par des hérétiques. Mais en ce moment, même lui n'avait pas de considérations aussi humaines. Il n'y avait aucune idéologie à l'oeuvre. Les yeux bleus, humides des larmes, fixaient Karl, alors que sa bouche se tordait pour sortir les dents au possible. Karl avait-il faim ? Ha ! Vaste blague. Depuis cinq jours, Uriel mourrait de faim, son corps hurlait par tous les pores pour recevoir du sang neuf... Il allait le chercher. Bien que cela soit déplorable, les médecins avaient une âme, comme tout le monde : l'Ombre ne faisait pas de distinctions entre les humains. Techniquement, le sang de l'homme aux cheveux roses valait un autre.

Et il l'attaqua. En tout cas, Uriel le perçu comme une attaque et non une menace, une volonté de l'écarter. Un animal attaqué se défend. A quatre pattes, nu, saignant (passablement fort) de son intimité, il bondit pour éviter la foudre. S'il avait des poils sur le corps, ceux-ci s'hérisseraient sur lui. L'électricité était quelque chose de nouveau. Surtout sortant de la main de quelqu'un d'autre qu'Ezhekiel Walhgren, Saint Empereur d'Ishtar. Enfin... Un coup d'épée aurait fait le même effet. S'il en gardait le souvenir, Uriel analyserait la chose plus tard. Là, il a rebondi du mur, après s'être déporté derrière Karl et saute sur le dos de celui-ci. Une seule chose l'intéressait : une partie du corps du scientifique qui soit découverte et abordable en termes de morsure. Le dessus, moelleux, de l'épaule fit l'affaire. Là, l'effet fut plus radical. Le sang qui toucha sa langue et alla couler dans sa bouche véhiculait une énergie nettement plus importante que celle du n'importe quel cadavre. Ayant aspiré autant qu'il le put, Uriel sauta de nouveau au sol, s'éloignant de son adversaire, cette fois prêt à esquiver l'attaque à laquelle il s'attendait en réponse.

Son esprit s'éclaircit de manière significative. Il se souvint de son nom, de son état et de l'identité de l'homme en face de lui. Sans se préoccuper de sa nudité, ni de l'accoutrement curieux de Karl, le blond se releva et pencha la tête sur le côté. Ses traits redevinrent humains, alors qu'il se mordillait le bout du pouce. Les battements du coeur du Docteur résonnaient encore avec écho dans son crâne. Cela lui donnait une migraine impossible, mais une voix dans sa tête disait que s'il utilisait la magie du Sang, tout cesserait. Un geste ample du bras et l'homme de Science vola contre le mur le plus proche, tiré par ses propres veines. Uriel toussa. Son corps n'était pas d'accord avec tout ce qu'il lui faisait subir. Qu'importe. Dès qu'il en aurait fini avec cet homme, dont l'assassinat à été explicitement interdit par Sa Majesté, il allait partir. Il avait besoin d'un bain et de sommeil. L'Ombre qu'il aspirait nettoyait son organisme, sans pouvoir lui éviter la fatigue. Et il était las. Malgré le fait qu'il soit devant une possibilité rare de malmener son grand ennemi...

Il tendit la main, paume ouverte vers l'avant. S'approcher du scientifique n'était pas une bonne idée. Mais la blessure de celui-ci saignait encore. Uriel attira son sang à lui, pompant son âme en-dehors de cette morsure qu'il venait de lui faire. D'ailleurs, il était tout entier barbouillé de sang de la pauvre domestique... Bref. En minuscules particules, le sang du Docteur vola vers sa bouche alors qu'il se sentait de mieux en mieux, même s'il n'avait prélevé que quelques gorgées. Ses jambes tremblèrent brièvement, alors que ses yeux roulèrent vers l'arrière, alors qu'il savourait ce sang... De l'Ombre pure, une partie d'une âme humaine, énergie à la base de toute animation en ce monde. Délicieux. Quelques secondes plus tard, il reportait son regard sur son adversaire et parla avec difficulté, comme s'il avait appris à le faire il y a peu de temps seulement.


"Dehors, Ulsperger. Sortez d'ici au plus vite, ou je ne réponds de rien..."

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberumarbitrium.net

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 576
♦ Messages : 110
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : Fou, fou, fou !
♦ Protecteur : moi-même, crétins...
♦ Date d'inscription : 06/04/2011
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Pète et Répète sont dans un bateau, Pète tombe à l'eau. Qu'est-ce qui reste ? [Uriel]   Sam 17 Mar - 12:01

Mais c'était déjà trop tard et tous les sens de Karl Ulsperger ne répondaient pas comme ils l'auraient dû. À ce moment précis, chez ce brave homme, il devait y avoir quelque chose qui buguait bizarrement, si bien qu'il reste dans la chambre, ne se souciant ni de l'apparence ni des ordres du Haut-Prêtre. Au contraire, cela le fit plutôt rire. L'électricité n'avait rien fait du tout à d'Arken mais il avait déjà oublié ce fait. À la place, il dodelinait de la tête, immobile, regardant celui qu'il venait de violer comme s'il était une proie à son service. Parce que oui, il aurait voulu le fourrer de nouveau. Ulsperger toussa, crachant un peu de sang. Sa tête avait violemment heurté le mur et ce n'était pas des masses agréable. Il entendait flou, voyait flou, si bien qu'il lui sembla voir quelques particules rouges danser dans l'air. Quel beau délire !

Karl Ulsperger se souleva à demi, appuyant ses mains sur le sol. La tête lui tournait, ses idées n'étaient plus vraiment claires. Il ne se souvenait même plus de ce que l'homme en face de lui avait dit quelques secondes auparavant. Il ne se souvenait même plus de son identité civile, d'ailleurs, comme si toute sa raison avait été barrée par le choc. Le choc ou l'alcool, d'ailleurs ? Étant donné qu'il en avait absorbé une certaine somme, l'alcool pouvait certainement être responsable de tous ces mots et emmené le pauvre scientifique dans un état vraiment bizarre. En ce moment, Ulsperger avait une bonne tête de zombie, ses cheveux roses tous ébouriffés sur son crâne, les yeux carrément défoncés et rouges. Du sang lui coulait le long d'une tempe, par une narine également et les habits qu'il avait empruntés à cette fille morte étaient plutôt en mauvais état. Un peu à l'aveugle, il se dirigea vers la silhouette d'Uriel d'Arken, d'un pas chancelant. Un espèce de borborygme étrange sortait de sa bouche, comme emprunté à une espèce d'incantation païenne que lui seul connaîtrait.

De pas en pas, les uns ayant tous l'air plus dangereux que les autres, Ulsperger se rapprochait d'Uriel d'Arken, les mains en avant et un sourire de drogué dans son monde sur le visage. Il bavait également, pouvant se le permettre, jusqu'au moment où il se retrouva nez à nez avec sa Némésis personnelle. Sa main gauche se déplaça alors jusqu'à la figure d'Uriel, tâtonnant son visage à l'aveuglette jusqu'à attraper son nez à l'aide de ses index et majeur. Euphorique, il les enleva ensuite, refermant la prise à l'aide de son pouce, regardant Uriel comme un gosse – complètement défoncé, alors – venant de faire une chose inouïe. Le sourire qui trônait sur son visage était absolument hideux. Et...

« J'ai volé ton nez ! », vint-il dire de cette voix largement infantine et absolument débile, reculant de un pas, un peu chancelant, sa main droite cherchant visiblement l'épaule d'Uriel pour s'y appuyer. De la salle, il ne distinguait rien. Seule la silhouette d'Uriel était apparente et il aurait bien été incapable d'en sortir.

« Je...euuuuu...te le rends pour...euhh...quand tu me fais sortir d'ici. »

Pour faire tutoyer quelqu'un à Karl Ulsperger, il fallait vraiment y aller. Le scientifique se pencha et vomit de toutes ses forces ses tripes au sol, aux pieds d'Uriel. Ombre ce qu'il avait mal au cœur.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pète et Répète sont dans un bateau, Pète tombe à l'eau. Qu'est-ce qui reste ? [Uriel]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pète et Répète sont dans un bateau, Pète tombe à l'eau. Qu'est-ce qui reste ? [Uriel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ѧ Quartier Magna Ѧ :: Résidences-