Partagez | 
 

 "Deux professeurs pour un seul élève?" [Dietrich et Uriel ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ʌ Sénateur Ʌ

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 418
♦ Messages : 138
♦ Âge du perso' : 27
♦ Fiche : Le-beau-et-sublime-Ulrich
♦ Protecteur : Je n'ai besoin de personne
♦ Date d'inscription : 23/07/2011
♦ Age : 36

MessageSujet: "Deux professeurs pour un seul élève?" [Dietrich et Uriel ]    Mar 31 Jan - 19:35


Nous arrivons trop tôt à mon goût devant les grilles séparant ma résidence de la normalité. J’ai envie de changer d’idée tiens. Qu’on termine la soirée en tête à tête Uriel et moi. Nul besoin de Dietrich pour avoir du bon temps. Mais la missive a déjà été envoyée par le haut-prêtre et donc trop tard pour changer de plan. Je veux pourtant l’avoir pour moi seul. Ne pas le partager, non pas ce soir. Je suis égoïste, Uriel le sait bien. Je le vois déjà me réprimander avec son sourire en coin ‘’C’était votre idée mon cher, pourquoi faire cette moue?’’. Alors je préfère taire mes envies au fond de moi. Je ne tolérerai pas une autre réprimande de sa part.

Les grilles s’ouvrent et la calèche continue son avancée sur le chemin pavé. Les rayons de la lune donnent aux chevaux un aspect fantomatique que j’aurais bien aimé observer, si je n’étais pas occupé avec Uriel. Je profite du temps qu’il nous reste pour l’embrasser et caresser son corps presque nu. En effet, je n’y suis pas allé de main morte avec lui. Ma patience a ses limites et le blond le sait plus que quiconque. Nous avons fait l’amour. Deux fois plutôt qu’une. Nos gémissements et nos cris ont dû faire rougir le cocher tellement ils étaient puissants et sauvages. D’accord, j’avoue, c’était un peu voulu. La calèche s’arrête et je me redresse, passant une main dans les mèches blanches que la transpiration a rendues rebelles. Mes doigts viennent ensuite écarter le rideau blond pour caresser la nuque humide de mon amant. Je lui souris puis boutonne ma chemise de ma main libre. Pas question de sortir sans être vêtu convenablement. Je lui lance un regard entendu, avant de mettre la main sur la porte.


-‘’J’espère qu’il te reste de l’énergie pour plus tard?’’

Je sors, saluant de la tête le cocher aux joues empourprées qui m’a ouvert la porte, et passe mes mains sur mes vêtements pour effacer les plis qui s’y trouvaient. Je lève les yeux au ciel et sourit à la lune comme ça sans aucune raison apparente. C’est une amante elle aussi, à sa manière. On m’ouvre enfin la porte de mon chez moi. Je laisse entrer mon ami avant moi. Une simple marque de politesse dû à son rang ou alors j’ai envie de faire mon gentleman, allez savoir. Je passe le grand couloir aux lustres suspendus, puis arrive dans le grand salon, allant prendre place dans mon fauteuil préféré tout près de la fenêtre. J’invite Uriel à faire de même d’un geste de la main. Nous aurions pu nous mettre plus près du feu, mais je préfère regarder la lueur de la lune plutôt que celle des flammes. Pour le moment du moins. Lorsqu’il prend place, je délaisse la lune pour poser mes rubis sur mon ami. Mon envie pour lui est toujours aussi présente, malgré le fait que nous l’avons consommé tout-à-l’heure. Je suis insatiable là-dessus. Je suis mieux d’attendre je crois, il serait mal vu que notre invité nous voir les culottes baissées. Peut-être que cela pourrait le placer dans l’ambiance, mais j’opte plutôt pour l’embarras dans son cas. Je souris en repensant à la gêne du novice lorsqu’il m’avait vu nu la première fois, me demandant de quelle façon il allait réagir cette fois-ci. Surtout le moment où il comprendra la raison de sa venue ici. Il ne dira jamais non au haut-prêtre, ni à moi d’ailleurs.

Un domestique s’avance pour allumer les bougies sur la petite table, puis nous laisse seul. J’aime que l’éclairage soit discret lorsqu’il le faut. Je plie ma jambe gauche et la croise sur ma cuisse pour être plus confortable. Mes mains se joignent en prière devant mon visage et je fixe Uriel en silence, l’analysant. Toujours aussi à l’aise, peu importe où il se trouve, il dégage la puissance et ça me fait vraiment chier. Ce que j’ai vu plus tôt est un autre exemple de son pouvoir. Il peut bien frimer avec cette magie, je le ferais aussi à sa place. Je suis jaloux de lui, extrêmement, peut-être trop. Une question me brûle les lèvres, mais je n’ose pas la poser. Je ne veux pas passer pour un abruti. Et pourtant, le sourire d’Uriel m’incite à le faire. Je plonge, quitte à être déçu.


-‘’Dites-moi, comment faites-vous?’’ Il fronce les sourcils et je comprends que ma question pourrait être plus claire. Ou alors il se joue de moi, en plein son genre. Je me penche vers lui et parle tout bas comme sur le ton d’une confidence. ‘’Tuer ce voleur sans lever le petit doigt. Cette magie… est-elle réservée uniquement aux ecclésiastiques?’’

Ou alors ce que j’aurais pu dire pour que le commun des mortels comprennent : ‘’Uriel, c’était trop génial comment tu as défoncé ce mec, Apprends-moi veut tu?’’. Mon regard brille d’un éclat curieux, avide de connaissance, de savoir, de pouvoir. À la lueur des flammes, mes yeux semblent se noyer dans le sang. Celui que je n’ai pas pu verser ce soir. Je m’approche encore un peu de lui, de son oreille que je viens taquiner du bout de ma langue avant de susurrer

-‘’ Dis-le moi Uriel, s’il te plaît…’’.

Un peu plus et je le supplie. Honte à moi, mais j’ai envie de connaître la réponse. Maintenant!

-‘’Je suis désolé de vous importuner, mais vous avez un visiteur. Un certain monsieur Eberhard est arrivé.’’

Je soupire, et tourne la tête vers l’homme qui est entré dans le salon. Il ne fait que son travail, mais il m’a dérangé. D’ailleurs, je suis certain qu’il peut le lire dans mes yeux.

-‘’Et bien allez lui ouvrir au lieu de rester ici!’’

Je roule les yeux au plafond et revient à Uriel.

-‘’Nous avons très peu de temps. Je veux savoir!’’

Je pose ma main dominante sur la sienne et j’appuie légèrement dessus. Je veux ma réponse et je l’aurai. Ce n’est pas un petit novice qui y changera quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Influence : 185
♦ Messages : 167
♦ Âge du perso' : 17
♦ Fiche : ma fiche
♦ Protecteur : ... Eto.. Uriel D'Arken
♦ Date d'inscription : 01/12/2011
♦ Age : 32

MessageSujet: Re: "Deux professeurs pour un seul élève?" [Dietrich et Uriel ]    Mer 1 Fév - 15:30

Hein ?
Qui pouvait bien frapper a sa porte a cette heure ci ? Le jeune home ne prit pas trop le temps de réfléchir et alla ouvrir, pour recevoir un petit papier plier en deux... C'était bien son nom... Et cette écriture lui disait quelque chose... Ce n'était pas l’écriture si connues de sa sœur.. Mais il la connaissait,il l'avait déjà eu sous les yeux... Un instant il voulut demander au messager qui lui avait remit [url=http://ishtar.forum-actif.eu/t1561-uriel-et-ulrich-a-dietrich ]ce message.. [/url]Sauf qu'il réagis trop tard .. L'homme tournait déjà au coin du couloir..Haussant les épaules, le jeune homme déplia le papier.. Son regard tombant sur quelque mots.. Il n'y en avait pas plus...
Pourquoi le haut prêtres voudrais t'il le voir, surtout en présence du Sénateur.... Besoin de lui ? Pourquoi ? Est-ce que le haut prêtes avait un problème ? Et pourquoi l' appeler lui...

Est-ce qu'il devait prendre le temps de s'habiller correctement, ou alors est-ce qu'il devait se précipité sans plus réfléchir a l'adresse.. Le jeune homme secoua doucement la tête , il portait des chausses noirs de bonne factures, toute a fait propre, il s'était changer il y a a peine une heures après ces ablutions... Par contre sa chemise devait être changée... A geste nerveux il enleva sa chemise, pour en passer une autre, blanche cette fois.. Bon ce n'était pas la tenues habituelle, mais pour une fois il voulait changer... Pas habituée il noua en un nœuds un ruban noir... De vêtements assez simple mais encore une fois l'on voyait clairement que le jeune homme ne venait pas des bas fonds...

Un instant jeter un coup d’œil au miroirs, et effacer une trace d'encre qu'il avait sur la joue... Oui il se sentait prêts et en même temps pas du tout.. Il ne savait pas trop pourquoi il se sentait aussi nerveux.. La dernières rencontre avec le haut prêtres, l'avait satisfaits, non ce n'est pas cela, elle avait au delà de ces espoirs les plus fous.. Il ne pouvait nier que l'homme hantait encore certains de ces rêves, des plus érotiques il faut bien l'avouer.. Mais le sénateur le troublait aussi énormément... Le sénateur était l'homme que son père aurais voulut qu'il deviennes, une personne que le jeune homme admirait beaucoup, son autorité naturels le troublait... Différemment que le haut prêtres il est vrai..

Si jamais ils lui demandaient de choisir.. .Un instant les doigts du jeune homme tremblèrent doucement alors qu'il passait sa cape... Comment choisir ? Comment faire pour expliquer qu'il avait tout les deux de l'importance ? Le jeune home sortit doucement dans la rue.. Il avait demander a un page d'aller chercher une calèches.. Il n'avait pas envie de marcher dans le froid... Même si dans la calèches il ne faisait pas plus chaud...

Le trajet sembla durer des heures, et être trop cours a la fois.. Il y avait trop de question qui courait dans son esprit, et sa nervosité montait a chaque pas que faisait le cheval... Il en avait les mains moites le pauvre chou.. Même ces exercices de relaxation ne semblait pas faire effets..
Ces quelques mots manquaient un peu de clarté.. Cela manquait de renseignements... La pire question était le pourquoi ? Pourquoi lui ? ... Et il y avait d'autre questions....Devait-il parler au haut prête de sa rencontre avec Zelig ? Le faire devant le sénateurs ?Que penserais-ils touts les deux de la façons dont il avait agis avec la putain que son père lui avait envoyer ? Dieu qu'il aimerait des fois êtres ailleurs...

Le jeune homme sursauta quand le portier lui ouvrit la porte, il était déjà arriver.. Le novice sentit son cœur manquer un battement, pourtant il prit un grande respiration avant d'aller frapper a la porte de la bâtisse, se faisant comme il se doit ouvrir par un serviteur.. Avant d'attendre que celui ci aille annoncer sa présence..
Dietrich ne pouvait tenir en place, il passait d'une jambe a l'autre, tordant ces doigts.. En fait il se sentait comment dire.. Comme un enfant qui aurait fait une bêtise, et qui attendait qu'on le punisse...

Enfin l'homme revint, faisant cesser son attentes, sa torture, prenant sa cape il fait signe au novice de le suivre. .. Ce qu'il fit en silence jusqu’à la salle ou se trouvait les deux hommes.. Aller savoir pourquoi le regard du novice se posa sur le haut prêtre en premier.. Son souffle se suspendit un instant, baigner dans les rayons de la lunes, il était encore plus beau que d'habitude, comment une telles fragilité pouvait t'elle cacher une telle force... Un instant le jeune homme se demanda qu'elle était les effets secondaires pour lui de la magie du sang.. Il avait bien comprit avec Zelig que cette puissance magie était a double sens.. Et depuis il ne pouvait se détacher d'un angoisse...

Délicatement son regard se posa sur le Sénateur, alors qu'il s'inclinait doucement, et il sentit son cœur manquer un deuxième battements... Avant de reprendre ces battements, s’affolant sans qu'il ne puisse le contrôler...Aller savoir pourquoi il avait l'impression d'arriver a un mauvais moments...

« Excellences.. Sénateur... Vous.. vous m'avez fait mander ? »

Il avait encore fois bégayer... C'était impossible de parler normalement, face a deux personnalité comme ces deux hommes.. Surtout qu'il lui semblait que le haut prêtres était une peu plus... Écheveler que d'habitude.. Ces cheveux semblait un peu décoiffé.... Est-ce que ces deux hommes étaient amants.. Aller savoir pourquoi jusqu’à présent il ne s'était jamais imaginer cela, et a présent les images s'imposait a son esprit.. Des images un peu.. Comment dire plus qu'érotique.. Non non il ne fallait pas qu'il pense a cela... Heureusement qu'il rougissait souvent, car il sentait le rouge lui monter aux joues... Il fallait absolument qu'il pense a autre chose...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mort(e) tragiquement

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 620
♦ Messages : 2351
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : It's me, Uriel !
♦ Protecteur : The Emperor Protects !
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: "Deux professeurs pour un seul élève?" [Dietrich et Uriel ]    Mer 1 Fév - 16:58

Ses beaux cheveux quelque peu en bataille, le teint plus rouge que d'habitude et les vêtements froissés, Uriel descendit de son véhicule et renvoya le cocher. Ce dernier avait connu moult ébats de son maître, y compris ceux avec Emile Paole. L'albinos inquisiteur avait fait nettement plus mal au petit blond. Mais là n'était pas la question. Une fois le serviteur renvoyé, les deux nobles entrèrent dans la demeure du Sénateur.

"Certes, mais pour bien plus tard alors... en attendant, il vous faudra bien prendre soin de moi, mon ami."

Un sourire coquin aux lèvres, Uriel regarda son ami et amant. Il était las, voire épuisé, mais c'était un épuisement sain, agréable. De l'exercice physique en bonne et due forme et pas de la magie obscure qui dévorait ses forces tous les jours affaiblissant sa santé déjà très éprouvée. Il se laissa tomber sur un fauteuil, après s'être débarrassé de son manteau. Soufflant, il ferma les yeux quelques instants, s'imaginant déjà maintes caresses et plaisirs, plus reposant espérait-il, qu'il allait connaître avec le jeune novice et l'albinos guerrier ici présent...

Mais voilà que ce dernier se fit insistant pour obtenir la réponse à une question toute particulière... Qu'en était-il de la magie du sang ? Le Haut Prêtre s'en voulait maintenant d'avoir encore abusé de ce pouvoir. Après tout, une ombre bien envoyée aurait pu ôter la vie du voleur aussi efficacement et ne susciterait aucune question. L'art martial de la manipulation des ombres était connu de tous. Mais lorsqu'on ne voyait pas de formes noires, ni de gestes amples les contrôlant... La situation devenait sans doute intéressante pour le public ignorant, mais délicate pour les deux initiés à la magie du Sang. Une magie si irrésistible qui rendait dépendant son utilisateur... Il détourna son visage de celui de son ami, faisant part de son mécontentement sur le sujet abordé. S'ensuivit un autre soupir.


"Vous êtes bien curieux, mon ami. Ah, si je ne vous aimais pas... Mais oui, bien sûr. Croyez-vous qu'on puisse atteindre une telle maîtrise de la magie sans vouer sa vie au service de notre Sainte Mère l'Eglise ? Je lu ai sacrifié ma vie, tout mon temps et le peu de santé qui me reste. On n'arrive pas à cela autrement, croyez-moi, Ulrich."

Il embrassa le comte, avec tendresse, pour lui faire oublier ce sujet. Il était hors de question d'entrer dans les détails des pouvoirs exacts en possession d'Uriel et de son obscur acolyte Zélig. Le Sénateur pouvait être le meilleur amant en ce monde, il n'avait nul droit d'accéder à la connaissance du clergé. Il avait choisi sa voie de militaire et de politicien. Trop tard pour faire marche arrière. Puis... serait-il capable de s'agenouiller devant Uriel et lui obéir aveuglément, comme cela était demandé à l'ensemble des prêtres et inquisiteurs ? Probablement, il aurait du mal, à l'heure actuelle en tout cas.

De toute façon, Dietrich entra, offrant une belle échappatoire à son supérieur. Uriel l'accueillit avec un grand sourire, sans se lever. En effet, il n'avait pas l'air particulièrement frais. En tout cas, cela se voyait assez clairement qu'il venait de faire de l'exercice. Le petit était mignon au possible : doux, beau, timide, prêt à tout ce que le Haut Prêtre lui demanderait. Ulrich adorerait sans doute être un ecclésiastique ne fut-ce que pour ce genre de privilèges. Levant une main, le blond salua le nouveau venu et prit la parole.


"Sous le ciel et sous le soleil, mon garçon. Nous avons besoin de ton... aide. Comme Tu peux le constater, je suis assez las et notre bon Sénateur va avoir besoin qu'on prenne soin de lui... D'ailleurs... Mais pauvres épaules auraient sans doute besoin de tes petites mains..."

Ulrich, bien que délicieux et meilleur de tous les amants, avait décidemment exagéré en le forçant à adopter la dernière position dans ce carrosse. Son dos réclamait une réparation digne de ce nom. Et quoi de mieux que les mains du novice fraîchement arrivé pour le soigner ?

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberumarbitrium.net
Ʌ Sénateur Ʌ

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 418
♦ Messages : 138
♦ Âge du perso' : 27
♦ Fiche : Le-beau-et-sublime-Ulrich
♦ Protecteur : Je n'ai besoin de personne
♦ Date d'inscription : 23/07/2011
♦ Age : 36

MessageSujet: Re: "Deux professeurs pour un seul élève?" [Dietrich et Uriel ]    Dim 5 Fév - 0:43


Je crois être en train de marcher sur un terrain glissant. Ma question ennuie mon ami, je le vois bien. Mais il y a quelque chose au-delà, quelque chose qu’il me cache et je déteste ça. Curieux? Bien sûr que je le suis. C’est un grand signe d’intelligence d’ailleurs. Mais sa réponse ne me plaît pas, parce que je le savais au fond de moi. Vouer ma vie à l’Église ne fait pas partie de mes priorités, même si je savais tout le pouvoir que je pourrais obtenir en me donnant corps et âme. Ce n’est pas pour moi. J’ai trop besoin de ma liberté pour être esclave de cette foi comme Uriel l’est. Ce qui d’ailleurs, est en train de le tuer lentement, à mon grand désespoir. M’agenouiller devant lui et exécuter tous ses ordres en retour, mhm, je finirais par m’y faire. Si la récompense permet un tel pouvoir, je suis prêt à quelques sacrifices. Il m’embrasse pour me faire taire assurément, mais ce n’est pas un grand mal. J’accepte cette forme de soumission pour une fois. Et le baiser est agréable, pourquoi s’en priver.


-''Essaie-moi comme novice Uriel. Je te garantie que tu ne le regretteras pas.''
Un murmure contre ses lèvres, avant que ma langue ne vienne les lécher. Une sorte de confrontation mêlée à de la taquinerie.

J’entends les pas de notre invité et je reprends place au fond de mon fauteuil. Ma tête se tourne lentement vers lui et je souris en voyant l’air dérangé sur le visage du novice. Il a peur de déranger, c’est flagrant. Alors je me lève, non sans avoir soupiré d’abord, et me dirige vers lui tout sourire.


-''Cher Dietrich, tu as pu te libérer. Le haut-prêtre et moi sommes ravis de ta présence ici. ''

Bien sûr que si, il n’avait pas d’autres choix, mais je m’amuse à faire semblant que si. Je fait mention d’Uriel pour appuyer le fait que c’est notre souhait à nous deux de l’avoir fait mander. Mes mains se posent délicatement sur ses épaules alors que je l’observe avec plaisir. Sa chemise blanche est propre est sans pli, signe qu’il l’a sûrement mise juste avant de venir ici. Il a prit la peine d’être soigné, chose que j’apprécie pleinement. Ma main droite quitte son épaule pour venir lui caresser la joue dans un geste tendre.

-''Tu n’as pas à être nerveux. Ce n’est rien de formel ne t’inquiète pas.''

Je me fais rassurant et passe derrière lui, le frôlant, pour replacer mes mains sur ses épaules. Je regarde mon ami plus loin et lui fait un sourire entendu. Le petit novice ignore encore qu’il est venu simplement pour nous amuser et pourtant c’est tellement évident. Doucement, je le pousse pour qu’il avance vers le blond. Il ne va quand même pas passer la soirée debout et à l’autre bout de la pièce non? Il faut le réchauffer un peu je crois.

-''Si tu veux bien commencer par son Excellence, je peux attendre pour ma part.''

Je l’ai guidé tout juste derrière Uriel, puis je m’approche de ce dernier, dégageant sa nuque et ses épaules en plaçant ses cheveux blonds vers l’avant. J’en profite pour lui murmurer à l’oreille.

-''Ne te retiens pas de le malmener pour moi cher ami.''

Un sourire aux lèvres je me recule, et pose mon regard sur Dietrich, l’invitant à commencer le massage car c’est bien ce dont il est question. Une fois m’être assuré qu’il a compris, je retourne à mon fauteuil, me mettant bien à l’aise. Mon regard est posé sur eux et je ne perds rien de l’échange.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Influence : 185
♦ Messages : 167
♦ Âge du perso' : 17
♦ Fiche : ma fiche
♦ Protecteur : ... Eto.. Uriel D'Arken
♦ Date d'inscription : 01/12/2011
♦ Age : 32

MessageSujet: Re: "Deux professeurs pour un seul élève?" [Dietrich et Uriel ]    Dim 5 Fév - 11:49

Bien sur qu'il avait put se libérer, de toute façon il n'aurait put refuser cette invitation. Un petit sourire timide se dessina sur les lèvres du novice alors que son regard passait d'Ulrich a Uriel . Il venait de dire qu'il était lasse ? Il n'avait pas put le masser la dernier fois, mais cette fois il pourrait l'aider. Un instant le jeune homme se demandait si le haut prêtre allait remarquer que son poignet était guéris alors qu'il ne l'aurait pas du. Mais si il pouvait aider le haut prêtre il n'allait pas dire non.

Des fois il regrette d'être petit, il faut toujours lever le regard quand quelqu'un s'approche de lui, comme cette fois avec Ulrich, il ne peut s’empêcher de rougir un peu plus a la caresse du sénateur. Rien de formel, allez savoir pourquoi mais cette simple parole lui mit un peu plus la pression. S'occuper du haut prêtre. Oui il pouvait le faire.. Bien qu'il se sentait un peu perturber, oui simplement parce qu'il ne savait pas trop ce qui l'attendait..

Bon autant se concentrer sur une tâche a la fois, sur un seul chose. Pour le moment, le haut prêtre semblait avoir plus besoin de ces services que le sénateurs. Doucement les mains du novice vint se poser ces mains sur les épaules du haut prêtres, c'est vrai qu'il était assez bien tendus. Délicatement les mains du jeune homme se mirent a masser. C'était un exercices qu'il aimait assez bien, il avait demander a un des médecins qui soignait sa sœur de lui apprendre. Et il semblait que cela puisse aider les autres c'était tant mieux.. Pourtant a travers les vêtements cela ne suffisait pas.

« Il fraudait que vous ôtiez votre haut Excellence. »

Encore une fois il avait parler sans réfléchir, disant simplement ce qui lui passait par la tête. Ces mains cessèrent un instant de bouger. Il avait l'impression que les deux homme s'était déjà vu avec moins de vêtements. Donc il pouvait peu être se permettre. Oui il pouvait surement, d'un pas un peu hésitant, le jeune homme passa de l'autre coté du fauteuil.
Ces doigts tremblant vinrent délicatement défaire les boutons de la chemise du haut prêtre. C'est meilleur de masser peau contre peau n'est pas ? Le jeune homme avait aussi un autre idée derrière la tête. Enfin pas vraiment, mais il ne pourrait nier qu'il n'aimait pas voir le haut prêtre dénuder. Non que du contraire, il l'aurait bien regarder pendant des heures.. Sauf qu'a l'instant il fit doucement glisser la chemise de l'homme avant de repasser derrière lui.
Si il restait devant ces mains risquait de faire quelque chose qui n'était pas permis en public. Avec douceur ces mains revinrent se poser sur les épaules du haut prêtre , les massant avec plaisir.

Ces joues était aussi rouge que des tomates, allez savoir pourquoi il se sentait un peu perdus, qu'est ce que l'on attendait de lui. Vraiment , pourquoi l'inviter.

« Ce .. cela vous convient.. excellence ? »

Encore cette peur de mal faire, un instant il laissa son regard venir se poser sur le sénateur, avant de rougir un peu plus fort, et de le détourner, il ne savait pas vraiment pourquoi il se sentait plus que gêner... Comme si il ne faisait pas assez.. Il aurais voulut pouvoir se dédoubler. Mais comment faire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mort(e) tragiquement

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 620
♦ Messages : 2351
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : It's me, Uriel !
♦ Protecteur : The Emperor Protects !
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: "Deux professeurs pour un seul élève?" [Dietrich et Uriel ]    Mar 7 Fév - 8:39

Uriel eut un sourire complaisant, dans les derniers instants de son intimité avec Ulrich. Le Sénateur pouvait prétendre tout ce qu'il voulait : il aimait déjà trop sa vie actuelle pour l'abandonner au profit de plusieurs années de servitude. Au noviciat de l'Eglise, le titre de noblesse s'effaçait devant les compétences magiques et les grades des supérieurs. Seulement bien plus tard le titre de noblesse était important. Sans doute Uriel lui-même aurait plus de mal sur la scène politique, s'il n'avait pas gagné le procès pour héritage du titre de son frère aîné. Un fils de Prince aurait des avantages certains, à condition de sortir de la masse... Et s'il n'était pas prêt à reconnaître Suzume comme l'héritière de son ami... Il n'y avait aucune chance pour qu'il suive un enseignement au sein des mages noirs.

Mais voilà que vient le novice, délectable, comme d'habitude, mignon au possible, adorable. Ulrich tourne son attention vers lui et le taquine plus ouvertement qu'il ne le fait avec le Haut Prêtre : normal. Dietrich est là pour servir de jouet aux deux hommes, pas pour leur faire la conversation d'égal à égal. Le jeune baron hésitait, était timide, alors qu'il avait été l'amant des deux autres personnes présentes. Fait intéressant : tout le monde avait déjà couché avec tout le monde, mais jamais les trois ensemble. Un oubli qui allait être rectifié ce soir probablement. Si Uriel trouvait la force de jouir une autre fois, sans perdre conscience. Il fallait faire durer le plaisir et profiter.


"Oui, certainement. Tu es là en tant que notre ami commun, au comte Hellwig et à moi-même. Tu n'as pas été convié ici pour être blâmé, alors détends-Toi et aide-moi à faire de même..."

Allait-il être rassuré ? Probablement pas immédiatement. Il lui fallait sans doute un peu de vin et du temps pour cela. L'adolescent était encore en train de découvrir sa sexualité et les désirs de son corps. Et là, il se retrouvait avec les personnes qui l'excitaient le plus jusqu'à présent... Pas facile d'avoir les pensées claires. Cela dit, on n'exigeait pas tant de lui. Implicitement, on lui voulait la même chose que l'Eglise demandait à tous ses novices : d'obéir en apprenant, en attendant de pouvoir commander en enseignant. Uriel se laissa aller, alors que Dietrich lui enlevait sa chemise. Ensuite, il savoura les petites mains douces sur ses épaules frêles. Étonnant que ces bras pâles comme la mort, puissent détenir autant de pouvoir magique dans leurs mouvements...

"Oui, cela me convient, Dietrich. Ne t'arrête surtout pas... Ulrich, mon ami, je meurs de soif. Et je suis certain que Dietrich boirait bien avec nous à cette soirée... Pouvez-vous... ?"

Un sourire charmeur termina la phrase. Le Haut Prêtre avait l'expression typique du bienheureux auquel on fait un massage correct. Il n'allait pas se priver. Bien installé, en train de se faire masser après un bon repas, il réclamait du vin au maître des lieux. Un vrai seigneur sur son trône. Bon, il lui fallait aussi détendre Dietrich, mais autant boire un verre avec lui. Soudainement, planant de plaisir, Uriel se rendit compte de quelque chose de bien curieux. Le massage était exquis, c'en était difficile à concevoir, sachant qu'une main du novice aurait dû être immobilisée... Uriel tourna la tête, les doigts du garçon dansaient avec efficacité et sans mal sur sa peau. Il sourit. Une seule personne était capable de ressouder des os aussi rapidement...

"Comment va donc ce cher Zélig ?"

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberumarbitrium.net
Ʌ Sénateur Ʌ

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 418
♦ Messages : 138
♦ Âge du perso' : 27
♦ Fiche : Le-beau-et-sublime-Ulrich
♦ Protecteur : Je n'ai besoin de personne
♦ Date d'inscription : 23/07/2011
♦ Age : 36

MessageSujet: Re: "Deux professeurs pour un seul élève?" [Dietrich et Uriel ]    Dim 12 Fév - 4:43


L’arrivée du novice a réveillé en moi les souvenirs de notre dernière rencontre. Un peu trop courte à mon goût, certes, mais combien enrichissante. De simple concours de circonstance, cela c’était terminé par un rapprochement volontaire des deux parties. Pour être un peu plus précis, nous étions allés aux sources chaudes pour nous réchauffer et je lui avais fait l’amour. Il gémissait sous mes coups, s’agrippant à moi comme si sa vie en dépendait. Il était adorable. J’ai eu envie de le croquer tout cru. Mais il est parti, avant même qu’on remette ça. Je ne sais toujours pas ce que j’ai pu dire ou faire pour qu’il soit si pressé de me quitter et en réalité je m’en moque. Je suis conscient de mes capacités, de ma performance et sait très bien que je suis un amant exceptionnel. Je n’ai pas besoin d’un adolescent timide pour me le rappeler. Même si, avouons-le, ça fait toujours du bien à l’ego.

Je le mène à son supérieur, suggérant doucement de bien s’occuper de lui. C’est ce qu’il allait sûrement faire, mais j’aime mieux préciser. Je délaisse mon ami, entre de bonnes mains et retourne alors m’asseoir pour la suite. Dietrich est toujours aussi timide, mais il me surprend en demandant à Uriel de se dévêtir. Bien sûr que c’est pour une meilleure efficacité du massage. C’est sûrement pas moi qui va le contredire, je peux me rincer l’œil encore une fois alors je suis ravi. Mes yeux avides se posent sur le torse pâle découvert où on peut voir de fraîches griffures ici et là. Je souris un peu plus en songeant au dos du haut-prêtre qui doit être bien pire. Si Dietrich s’interrogeait sur la possibilité qu’Uriel et moi soyons amants, il a sa réponse. S’il est le moindrement perspicace. J’aurais bien aimé qu’il le déshabille un peu plus, mais il doit se garder une petite gêne. Il devra bientôt apprendre à s’en départir avec nous.

J’hoche la tête à la question de mon ami, et je me lève en gardant le silence. Il est possible qu’Uriel veuille passer un moment d’intimité avec le jeune homme et je ne lui en veux pas. Ou alors, il veut saouler le petit tout en profitant d’un bon vin en ma compagnie. Je souris à cette idée et passe près d’eux, laissant ma main caresser celle du blond tout en posant mon regard sur Dietrich. Je veux qu’il sache que je fais toujours partie de l’équation et ce, même si je ne suis plus dans la pièce. Je vais chercher mon meilleur alcool dans ma réserve, car oui je tiens une réserve. On ne sait jamais qui on peut recevoir alors mieux vaut être prêt à toute éventualité. Je saisis la bouteille dorée, ainsi que trois coupes transparentes et me voilà de retour dans le salon. Le nom de ‘’Zélig’’ capte mon attention, mais je décide de ne pas me mêler de la conversation. Pas encore. Je dépose le tout sur la table et prend un instrument pour déboucher la bouteille. Un ‘’ploc’’ retentit dans la salle, faisant taire un instant mes invités et je leur souris en retour.

Je verse la même quantité dans les trois coupes et dépose la bouteille. J’en prends deux, une dans chaque main, et m’avance vers le drôle de couple que forme le novice et son supérieur. J’offre un verre d’abord à Uriel, laissant mes doigts caresser les siens lorsqu’il le prend, et ensuite au plus jeune. Puis, je lève le mien en l’air.


-''Je propose qu’on lève notre verre à nous trois et à tout ce que nous allons accomplir ensemble!''

J’envoie un sourire complice à mon compagnon, et je trinque avec complaisance. Puis, je plonge mes lèvres dans le liquide ambré pour boire une gorgée. Mes yeux rubis sont fixés sur Dietrich et son verre. Ma main libre va même appuyer sur le pied de sa coupe pour l’inciter à boire un peu plus.

-''Allons, pas besoin de se retenir ici Dietrich. N’es-ce pas mon ami?''

Je tourne la tête vers Uriel et pose la main sur son torse, étalant mes doigts pour pouvoir le caresser. Je n’ai plus envie d’être mis à part.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Influence : 185
♦ Messages : 167
♦ Âge du perso' : 17
♦ Fiche : ma fiche
♦ Protecteur : ... Eto.. Uriel D'Arken
♦ Date d'inscription : 01/12/2011
♦ Age : 32

MessageSujet: Re: "Deux professeurs pour un seul élève?" [Dietrich et Uriel ]    Sam 18 Fév - 19:07

Un ami commun, le jeune homme avait un peu du mal à en être certain, simplement parce que ces deux hommes étaient bien plus puissants que lui ne le sera jamais. C'était pourtant flatteur de se retrouver en leur compagnie quoi qu'il puisse arriver d'ailleurs. Aider le haut prêtre à se détendre il devrait y arriver, il ne pouvait pas promettre par contre de se détendre, pas tout de suite. Pas avec des hommes aussi impressionnant qu'eux. Il pouvait fantasmer sur eux, mais être en leur présence était plus troublant. Plus vrai, il avait presque envie de se pincer, juste pour vérifier que c'était la vérité.

Délicatement, les mains du jeune homme vinrent s'attarder sur la nuque du haut prêtre, s'attardant sur un nœud qu'il sentait sous ses doigts. Il devait pourtant lutter contre l'envie de poser ses lèvres plutôt que ses mains sur la peau de l'homme. C'était presque hypnotique. Cette peau lui semblait tellement attirante.

Tirer de son observation, de son envie de croquer cette peau, le jeune homme se crispa un instant. Il ne savait pas trop ce qu'il pouvait dire. Il ne pouvait pas dire grand chose sur cet homme, pas plus qu'il ne pouvait poser des questions sur lui.

« Il.. il vas bien. Physiquement tout du moins. »

C'est vrai qu'il n'était pas certain que l’homme à la peau sombre, soit vraiment sain d'esprit. Pourtant la magie qu'il pratiquait intriguait le jeune homme. Il avait envie d'en apprendre plus, de la comprendre un peu mieux. Il voulait savoir quels étaient les effets qu'elle pouvait avoir sur le corps. Mais une telle puissance, usée à mauvais escient pouvait être dangereuse n'est pas ? Soudain, il se rendit compte qu'il avait cessé son massage.
Rougissant, il le reprit doucement, observant un instant le sénateur.
Qu'est ce que ces hommes attendaient vraiment de lui? Quelque chose lui disait qu'ils ne voulaient pas de lui qu'un simple massage.

Délicatement, le jeune homme saisit le verre. De l'alcool ? Pourtant à l'ordre muet du sénateur il trempa doucement ses lèvres dans le liquide. Dans un sens ce n'était pas mauvais. Cela chauffait un peu la gorge, mais sans plus. Ce n'était pas aussi mauvais qu'il ne le pensait. Il hocha la tête doucement. Il avait la gorge trop nouée pour parler normalement.

Surtout quand il remarqua la main du sénateur posée possessivement sur le torse du haut prêtre. Au fond de son corps, il sentit comme une flamme s'allumée. Cette flamme il la connaissait, c'était celle de la jalousie. Par contre, il avait du mal à déterminer, ce qui lui faisait cet effet la. Le jeune homme désirait les deux autres, sauf qu'il ne les désirait pas de la même façon. Si il avait du choisir, il aurait choisit sans hésiter le haut prêtre. Simplement parce qu'il était tout ce en quoi il croyait. Pourtant à cet instant il avait envie autant des deux hommes.

Pour se donner contenant le jeune homme reporta le verre à ses lèvres. Sans vraiment réfléchir, il vida son verre d'une seule traite. Sauf que comme tout le monde le sait, le vin est traître. Délicatement il reposa son verre. C'est étrange cette chaleur qui se répands dans ces veines. À nouveau, il vint reposer ses mains sur le dos du haut prêtre, les laissant à nouveau courir sur son dos.

Cette fois l'envie de goûter sa peau fut la plus forte. En douceur, le jeune homme écarta les cheveux d'Uriel, se penchant doucement, il vint poser ses lèvres sur sa peau, y posant un baiser aussi léger que les ailes de papillon. Sans vraiment qu'il n'y réfléchisse les mains du jeune novice se firent plus caressante, plus douce encore.

C'est fou ce que cet homme lui donnait envie de le croquer. Délicatement le jeune homme vint mordiller la peau de son coup, son regard plongeant un instant dans celui du sénateur. Allez savoir pourquoi ? Surement pas pour le défier. Encore que ? Qui sait ce que l'alcool peut faire faire ? Ou alors demandait-il au sénateur de s'occuper aussi du haut prêtre. Bien quoi Uriel a bien le droit d'être chouchouter non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mort(e) tragiquement

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 620
♦ Messages : 2351
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : It's me, Uriel !
♦ Protecteur : The Emperor Protects !
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: "Deux professeurs pour un seul élève?" [Dietrich et Uriel ]    Jeu 1 Mar - 20:19

"Parfaitement, Ulrich. Vous avez raison, comme d'habitude."

Ayant bu, Uriel déposa son verre et secoua ses épaules. Le massage était bon, mais il fallait laisser Dietrich le temps de boire. Le jeune novice devait se détendre aussi, sans oublier qu'ils avaient encore beaucoup à faire, à trois. Tout allait bien, le blond était certes quelque peu lassé, mais il ne ressentait pas de faiblesse, telle que la magie du sang pouvait l'apporter. D'ailleurs, son subalterne le fit remarquer implicitement : au-delà de l'épuisement, Zélig subissait les effets des plus dévastateurs de ce pouvoir. Son esprit n'a jamais était très performant, mais leur découverte n'allait rien arranger. Il ricana.

"J'imagine bien. Tu as donc pu voir ce que je veux t'éviter en te disant de t'entraîner d'avantage, avant d'apprendre ce que Tu désires auprès de moi, n'est-ce pas ?"

Certes, Ulrich était mis de côté, dans cette conversation. Uriel n'a même pas mentionné explicitement ce dont ils parlaient. Mais il ne pouvait pas entendre parler des secrets de l'Eglise. C'était inconcevable. Trop de gens savaient déjà, on en parlait dans les rues. Principalement de Zélig, se transformant en gigantesque félin, mais cela importait peu : le pouvoir de guérison allait attendre encore un peu de temps. Ce qu'il fallait pour que le petit Dietrich apprenne à manipuler les ombres correctement. Sans cela, la magie du Sang allait le détruire, avant même qu'il ne puisse l'utiliser.

"Ahhh..."

Ayant vidé son verre, le garçon se remit à masser le Haut Prêtre qui, surpris sourit et se laissa aller. Le massage se transforma en caresses. Peu après, le novice posa sa bouche sur la peau d'Uriel. Cette dernière devait encore avoir le goût de la sueur qu'Ulrich fit perler sur son amant, peu de temps avant, dans le carrosse de l'ecclésiastique. Aucune importance puisque le petit se laissait aller à son désir, obéissant à ses pulsions et à son "amour" de son supérieur. Le blond baignait dans la douce brume enivrante du pouvoir. Non content d'être officiellement le sorcier le plus puissant du monde, il était également l'amant de cet homme puissant qui se tenait à côté d'eux et avait de jeunes novices à ses ordres, ainsi qu'une armée de sorciers et d'assassins bien entraînés. La vie était belle, quand on la regardait de ce côté-là. Souriant, heureux, détendu, il posa sa main sur la nuque de Dietrich. D'un coup, il se tourna vers lui et l'embrassa. Il l'aurait également volontiers plaqué contre le mur, si seulement le fauteuil ne les séparait pas.

Le marquis se leva abandonnant sa chemise sur le siège. Il prit le novice par la main et se servit de leurs bras pour pousser Ulrich vers la commode proche, derrière lui.


"Viens, Dietrich. Nous devons nous occuper de notre bon sénateur qui a la générosité de nous accueillir..."

Se léchant les lèvres, le Haut Prêtre se mit à déboutonner la chemise du comte s'appuyant sur lui de tout son poids insignifiant. Il l'embrassa aussi. En même temps, il poussa Dietrich à se baisser, à se mettre à genoux et à s'occuper du pantalon du maître des lieux. Allait-il comprendre que sa bouche pourrait se montrer utile, là aussi ? Au pire, ils auraient juste un Ulrich complètement déshabillé rien que pour eux... Deux ecclésiastiques contre un albinos guerrier ? Toujours est-il que les deux allaient tenter de le déshabiller et lui donner du plaisir. Le dominer ? Un peu... Et le servir aussi. Bref, toutes les possibilités étaient encore envisageables... De toute façon, la soirée ne faisait que commencer.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberumarbitrium.net
Ʌ Sénateur Ʌ

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 418
♦ Messages : 138
♦ Âge du perso' : 27
♦ Fiche : Le-beau-et-sublime-Ulrich
♦ Protecteur : Je n'ai besoin de personne
♦ Date d'inscription : 23/07/2011
♦ Age : 36

MessageSujet: Re: "Deux professeurs pour un seul élève?" [Dietrich et Uriel ]    Mer 14 Mar - 2:28


Je le vois dans ses yeux verts, alors qu’il les pose sur moi. Ce gamin est rongé par la jalousie et j’ai envie d’aller creuser davantage pour voir jusqu’où ça peut aller. Il semble inoffensif aux premiers abords, mais ce vice peut facilement rendre fou n’importe qui. Même les plus forts peuvent flancher, sauf moi évidemment. Dietrich voit sûrement le haut-prêtre comme un idéal qu’il voudrait atteindre un jour et ce n’est pas que de l’amitié et du respect qu’il a pour lui. Il y a de l’amour dans l’air.
Le novice a bu le contenu de son verre de vin en quelques secondes. Es-ce par inadvertance ou alors il veut nous prouver qu’il en est capable? J’hausse les épaules alors qu’il mordille le cou de mon amant en même temps qu’il me dévisage. Il veut me défier? Il tente de m’intimider? Il ne m’arrive même pas à la cheville alors je suis loin de me faire du souci.

Uriel choisit ce moment pour encourager le novice en tournant la tête vers lui pour l’embrasser. Le petit doit être comblé. Et si je profitais de ce moment pour remplir les coupes? C’est le travail des domestiques habituellement, mais je n’ai rien à faire et je commence limite à m’emmerder. Je sais bien que je suis voyeur et que je pourrais me contenter de mater, mais là il y a comme un truc qui me démange. Monsieur le favori en profite alors pour se lever. Je le questionne du regard, mais je saisis assez vite alors qu’il me pousse vers l’arrière, le bas de mon dos heurtant la commode. J’y dépose ma coupe, vide, et j’entoure mes bras autour de la nuque d’Uriel, accueillant ses lèvres avec un grand sourire. Je sens ses mains par-dessus ma chemise et mon corps se souvient de nos ébats plus tôt. Au moins, nous n’aurons pas besoin de nous contorsionner cette fois. Mon salon est beaucoup plus grand que le carrosse du haut-prêtre.

J’ouvre les lèvres pour y laisser passer ma langue, celle-ci voulant malmener sa jumelle. J’en ai presqu’oublié Dietrich, jusqu’au moment où je sens mon pantalon s’ouvrir. C’est vrai, il est encore là lui. C’est soit l’alcool, soit le charisme d’Uriel qui l’a mené à le suivre. Il veut encore lui plaire, nous plaire. Il est synchronisé le petit car je me retrouve sans chemise au même moment. Uriel est venu à bout de ma boutonnière et le morceau de vêtement s’est retrouvé au sol. Il fait un peu frais, nous aurions du nous placer près du feu, mais je ne compte pas bouger de ma position. J’aime parfois me faire dominer par mon amant. C’est bien le seul homme à pouvoir se vanter d’un tel exploit.

Un soupir m’échappe et j’approfondis le baiser alors que Dietrich s’applique à retirer mon pantalon. Il ne devrait pas être gêné cette fois, puisqu’il m’a déjà vu nu. L’eau recouvrait la moitié de mon corps, mais reste que nous avons tout de même laissé libre cours à nos envies. J’espère bien qu’il saura me remercier pour la pipe que je lui avais faite. D’ailleurs, une fois le vêtement retiré (j’ai été gentil, je me suis montré coopératif cette fois), j’appuie sur sa tête ,peut-être un peu durement, pour qu’il comprenne bien où est sa place pour le moment.

[Désolé c’est court, mais je veux laisser la place à Dietrich et Uriel s’ils veulent dominer cet étalon sauvage xD ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Influence : 185
♦ Messages : 167
♦ Âge du perso' : 17
♦ Fiche : ma fiche
♦ Protecteur : ... Eto.. Uriel D'Arken
♦ Date d'inscription : 01/12/2011
♦ Age : 32

MessageSujet: Re: "Deux professeurs pour un seul élève?" [Dietrich et Uriel ]    Dim 25 Mar - 18:44

Hein ?
Oui il le savait, et pour tout dire il n'était pas presser il avait le temps n'est pas ? Le haut prêtres n'allait pas disparaitre du jour au lendemain ? Enfin pour le moment c'était agréable de sentir le haut prêtre se détendre sous ces doigts. Le pauvre il devait être tellement tendus. Certaine personne désire peu être le pouvoir, l’appelait a leurs vœux, mais le novice savait que le pouvoir détruisait aussi surement qu'une maladie. Mais pas lui, il admirait ceux qui le manipulait mais lui s'en méfiait comme de la peste.

Plongée dans une brume un peu étrange, le jeune homme soupira doucement quand son supérieur l'embrassa, sa bouche était si chaude, si douce.. C'était un moment agréable qui se fini bien trop vite au gout du novice, il aurait tellement voulut que tout cela dure encore quelque seconde.. Des heures ? Sauf que le baiser fut rompus et que le haut prêtres s'éloigna... Le voir se coller a Ulrich alluma un nouveau foyer dans le cœur du novices.. Il avait du mal a contrôler cette jalousie...

Sauf que la main du haut prêtre l’empêchait de vraiment réfléchir, c'est surement pour cela et pour se donner un peu de courage que notre jeune ami saisit le verre de vin, en buvant d'un coup la moitiez... C'est étrange comme il se sent plus courageux tout a coup. A genoux devant le sénateur il se sentit comme.. Bouillant. A cause de l'envie ? De l'alcool ? De la gêne, les trois a la fois surement...

Avec douceur le jeune homme défait les vêtements de l'homme. Une nouvelle rougeur, bon c'est vrai que ce genre de position le gène un peu.. Sauf qu'il n'a aucune envie de laisser le sénateur être le seul a avoir des attentions ? Non c'est pas cela. Pour tout avouer le jeune homme ne sait plus trop ce qu'il voudrait et ne voudrait pas. Il sait juste qu'il n' aucune envie de laisser le haut prêtres seule avec le sénateur.

Un peu hésitant le jeune homme posa sa langue sur le membre de l'homme. C'est cela qu'il voulait dire en poussant sa tête n'est pas.. Il voulait qu'il lui rende le plaisir qu'il lui avait donner... Le jeune homme prenait le temps d'explorer la virilité de l'homme, sa langue l'explorant doucement, comme pour refaire connaissance...
Qu'est ce qu'il avait encore fait... Doucement le chibre glissa dans la bouche de l'homme, ces lèvres entourant la peau délicatement. Tout ces geste était un peu hésitant, un peu lent, mais comme toujours il voulait bien faire ? Toujours satisfaire ces supérieurs ... Il avait tellement besoin qu'on lui prêtes attention. Il avait tellement besoin de bien faire...

Ces yeux était mi clos, alors qu'il se concentrait.. Est-ce que ce qu'il faisait faisait du bien ? Autant de bien que lui en avait fait le sénateur ? Il faut bien qu'il s'entraine non ? C'est fou ce que tout semble facile pour le moment, que tout semble tourner autour de lui. Il n'a aucune envie de se reculer. Il veux juste donner du plaisir...
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mort(e) tragiquement

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 620
♦ Messages : 2351
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : It's me, Uriel !
♦ Protecteur : The Emperor Protects !
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: "Deux professeurs pour un seul élève?" [Dietrich et Uriel ]    Mar 3 Avr - 9:15

Un Ulrich qui se laisse faire, un Dietrich qui n'est pas trop gêné de sucer le Sénateur... Et un Uriel qui s'amuse de cela, tout en embrassant avidement le maître des lieux. L'albinos soupire. Le blond aimerait lui arracher l'un ou l'autre gémissement, même le plus petit... Alors sa main glisse dans le dos large pour descendre plus bas. La petite main du Haut Prêtre se met à masser une fesse de comte, alors que l'autre est encore sur l'épaule, à soutenir le baiser qui unit les deux amants. Deux amants de longue date, devrais-je écrire, car dans la pièce, il y a bien trois amants, chacun ayant déjà découvert les deux autres au lit. Ou dans les bains.

Alors que le novice s'attelait à faire jouir Ulrich, Uriel recula d'un pas et leva lentement les bras. Des ombres vinrent s'enrouler autour des poignets de son ami, soulevant ses bras et les coulant au mur avec la solidité des fers et la fraîcheur de la nuit matérialisée. Uriel caressa les cheveux de Dietrich, de plus en plus amusé par la situation.


"Bien, continue, Dietrich." - Il se tourna vers le Sénateur, le fixant dans les yeux. - "Vous êtes on ne peut plus séduisant dans cette position, mon ami."

En effet, les muscles du torse blanc formaient les traits taillés dans la pierre polie du comte, dégageant une impression de puissance physique des plus sensuelles pour Uriel. Son amour des jeunes novices délicats n'était dépassé que par celui des hommes plus forts que lui. Comme Ulrich. Se retrouver entre ses mains puissantes, capables de faire n'importe quoi de son corps fragile, cela n'avait pas de prix. Et c'est pour cela que le Haut Prêtre avait succombé à Emile Paole, un beau jour, dans la Prison... Bref. Trêve de souvenirs. Le présent était assez délectable. La magie... Uriel se mit à rire, alors que tout dans son champ de vision prenait une teinte rougeâtre. Toujours en riant, il continua de parler :

"Vous êtes si beau, Ulrich... Magnifique, même. Puis-je donc vous faire mien ?"

L'avidité et la folie pouvaient se lire dans son regard bleu. En ce moment, Uriel était ivre de sa propre puissance, sans parler du désir sexuel qu'il ressentait. Chose étrange, après tout ce qu'il avait déjà subi peu avant. Ulrich l'avait épuisé... Mais il en redemandait, sans prêter attention au fait que son corps n'allait peut-être pas tenir le coup. Il se colla contre son ami, sa langue se déchaînant sur sa peau blanche. Cou, torse, mamelons, rien n'y échappait. Le goût de la sueur et l'odeur naturelle du comte étaient enivrants. Le sexe d'Uriel était dur, il lui faisait même passablement mal, signalant qu'il a déjà était utilisé plus d'une fois... Mais il continua ses assauts "amoureux", sans s'en soucier. Reculant juste un instant, sourire aux lèvres, Uriel fit signe à Dietrich de s'arrêter.

"Alors, mon jeune ami... Crois-Tu que nous devrions nous occuper de notre bon Sénateur ici ? Ou allons-nous le traîner jusqu'à sa chambre ?"

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberumarbitrium.net
Ʌ Sénateur Ʌ

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 418
♦ Messages : 138
♦ Âge du perso' : 27
♦ Fiche : Le-beau-et-sublime-Ulrich
♦ Protecteur : Je n'ai besoin de personne
♦ Date d'inscription : 23/07/2011
♦ Age : 36

MessageSujet: Re: "Deux professeurs pour un seul élève?" [Dietrich et Uriel ]    Sam 28 Avr - 4:20


Dietrich m'embrasse, à l'endroit précis où toute mon énergie afflue. Je vois ses lèvres fines. Je vois mon érection, deux parties qui se rejoindront bientôt, et rien qu'à l'idée, ça me fait bander encore plus. Je suis enfin où je me dois d’être. Au centre de l’attention de tous. Bon, mon but premier c’était d’avoir encore Uriel pour moi tout seul, mais je dois avouer que les bons soins que Dietrich me procure sont une alternative intéressante. À la manière qu’il s’y prend, je conclue que c’est la première fois qu’il suce quelqu’un. Mais je suis loin d’être étonné puisque je suis celui qui lui a prit sa virginité et avec les gémissements qu’il a poussé, je crois qu’il a apprécié. Comment aurait-il pu en être autrement de toute façon? Je suis un amant parfait. La preuve? J’ai fait l’amour à Uriel plus tôt et J’ai un novice à mes pieds en train de me sucer. Sa langue me tire un soupir.

Mordant ma lèvre inférieure, j'incline doucement la tête et ma main vient glisser dans ses cheveux. Mes hanches vont au bon rythme, lui intimant celui à suivre, plus rapide du coup. Je décide de me laisser faire, ne laissant sortir que des soupirs de plaisir. Les lèvres du haut-prêtre pressent maintenant les miennes et je m’amourache du baiser. Sa main vient à la rencontre de ma fesse et il réussit à m’extirper un gémissement cette fois. Il n’a pas à travaillé fort. Uriel doit être le seul à me connaître si bien. Il sait comment me faire jouir avec efficacité. Dietrich s’y prend pas mal non plus. Il commence à prendre de l’expérience le gamin. Uriel se recule et je fronce les sourcils, me demandant ce à quoi il pense. Mes yeux se ferment alors que j’enfonce ma verge profondément dans la bouche du novice. L’excitation est à son comble et je compte bien jouir avant longtemps.

Je sens un truc s’enrouler autour de mes poignets. J’ouvre les yeux pour les planter dans ceux d’Uriel. Il a les bras tendus de chaque côté et m’observe avec une lueur perverse dans le regard. Une lueur que je reconnais très bien pour l’avoir vu trop souvent. C’est froid… c’est… Je tourne la tête vers ma droite pour regarder ces liens ombrageux et j’esquisse un sourire. Le haut-prêtre a envie de s’amuser semble-t-il. D’accord, je veux bien jouer avec lui. Mes bras se retrouvent collés contre le mur derrière moi et je les bouge un peu dans un élan de rébellion.

-‘’Allons Uriel. Je suis toujours à mon avantage.’’ Je lui souris, puis baisse les yeux sur Dietrich pour m’assurer qu’il compte bien finir sa besogne avant de bouger de sa place. Je passe ma langue sur mes lèvres et lève les yeux sur mon ami. ’Vous êtes fier de vous, avouez-le !’’

Je n’ai pas besoin qu’il le dise à haute voix, je sais très bien qu’il jubile de me voir prisonnier. Qu’il jubile
après avoir utilisé sa magie…comme cette soirée au restaurant. Le pouvoir lui monte à la tête. Mais qui suis-je pour le juger là-dessus?

Dietrich prend son rôle au sérieux parce que mon plaisir monte en flèche. Ma position soumise en est peut-être pour quelque chose. Je referme les yeux, me laissant aller aux bons soins du plus jeune. Mes bras sont immobilisés, mais pas le bas de mon corps. Mon bassin danse en rythme avec les va-et vient de la bouche de Dietrich. J’essaie de me concentrer sur mon propre plaisir, mais le rire d’Uriel vient me déranger. Lentement, mes paupières se soulèvent pour que je puisse planter mon regard carmin sur lui et cette fois, c’est moi qui échappe un rire à sa question.

-''Continuez de m’adulez ainsi et vous pourrez me faire tout ce que vous voudrez''


Mon sourire devient plus malsain alors que mon amant se rapproche de moi. Je veux ses lèvres, ses mains sur moi. Mes doigts s’étirent, impuissants. J’aimerais tellement le caresser. Mes mamelons se durcissent sous les assauts des baisers d’Uriel, des frissons de plaisir couvrent mon corps déjà en sueur. Corps mit à la disposition des deux ecclésiastiques. Je gémis alors que mes hanches vont à un rythme effréné. Je perds la carte un moment. Le mouvement de recul des lèves de Dietrich sur mon sexe est de trop et j’éjacule sur son visage aux traits encore enfantins sans la moindre honte. Les muscles de mon torse se bombent alors que je bascule la tête vers l’arrière dans un soupir. Mes mains forcent pour aller vers l’avant, mais mes menottes de fortune m’empêchent de bouger. Je pose un regard hagard sur Dietrich sans me départir de mon sourire. Voir ma semence sur son visage est terriblement excitant.

-''Je. Suis. Vraiment. Désolé. Je le nargue bien sûr…je suis tout sauf navré.
C’est..la touche..qu’il te manquait…pour.. je prends le temps de reprendre mon souffle, pour un..tableau parfait.''

Mes yeux reviennent à Uriel et je suis déjà prêt à continuer. Je n’ai pas pu le goûter à nouveau et il me le faut. Je baisse les yeux sur son érection, passe ma langue sur mes lèvres.


-''Libérez-moi Uriel et je saurai m’occuper de vous un moment!’’

J’ai oublié volontairement le jeune homme pour me pencher sur le cas du blond. Je n’ai pas du tout l’intention de rester dans cette position pour regarder Uriel et son apprenti se complaire l’un l’autre. Je ne suis pas passif, même si c’est un des fantasmes du blond. Et pour le prouver, je tire encore sur mes liens dans l’espoir de m’en défaire. Ce qui occasionne une marque rouge sur mes poignets et me tire un grognement ennuyé.

-''À moins que cela vous excite davantage si je vous supplie, mes lèvres s’étirent dans un sourire ravageur, deux fois plutôt qu’une?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Deux professeurs pour un seul élève?" [Dietrich et Uriel ]    

Revenir en haut Aller en bas
 

"Deux professeurs pour un seul élève?" [Dietrich et Uriel ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ѧ Quartier Magna Ѧ :: Résidences-