Partagez | 
 

 Qu'avez-vous à m'apprendre ? (Job)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Qu'avez-vous à m'apprendre ? (Job)   Dim 22 Jan - 17:39

Devenir plus fort … C'était une obsession pour la plupart des prêtres de l'Ombre. Le 21e verset le disait noir sur blanc : « La faiblesse ne peut être toléré que chez ceux qui doutent et n'ont pas l'expérience inhérentes à leurs fonctions. C'est au plus fort de faire la Loi. » Être fort, c'est être un bon prêtre. Être fort, c'est monter en grade. Être fort, c'était poursuivre les hérétiques, conquérir des terres et des fidèles au nom de l'Empereur. Être fort, c'est bien.
Kaname en était arrivé aux mêmes conclusions mais pour des raisons très différentes : lui qui avait vécu les premières années de sa vie dans l'impitoyable Gells savait mieux que personne que les faibles périssaient. C'était une simple question de survie ; seuls les forts survivaient. Et le souci de vivre, de survivre même, avait toujours été au cœur des préoccupations de Kaname d'aussi loin qu'il se rappelle. L'Ombre, la maîtrise de l'Ombre, donnait du pouvoir, un pouvoir immense.
Et mieux que tout, les forts n'avaient pas peur. Kaname, lui, avait toujours peur. Peur de tomber sur plus fort que lui, peur du philosophe avec il s'était battu, peur du Haut Prêtre et du mystérieux pouvoir qu'il avait utilisé contre lui lorsque de la cérémonie de la bague en argent, peur de l'homme qui avait failli le tuer et dont il avait crevé l’œil il y avait des années de cela. Un jour, lui aussi, il deviendrait puissant et il pourrait rivaliser avec tous les philosophes et prêtres de l'Empire !

Enfin, ça, c'était le but. Avant ça, il fallait s'entraîner, et s'entraîner dur. Avant de recevoir sa bague en argent, le prêtre s'exerçait souvent seul ou avec les autres novices,ou bien lors de ses missions de chasse à l'hérétique, mais depuis qu'il avait sa propre église, il ne faisait qu'entraîner ses novices sous-doués. Quelque part, il avait l'impression que son niveau de maîtrise des ombres avait baissé … et ça, ça lui était insupportable.
Alors Kaname avait pris le taureau par les cornes et il avait décidé de se rendre à la Cathédrale, dans les salles d'entraînement des prêtres. Son ancien prêtre supérieur lui avait conseillé autrefois d'aller là-bas pour des exercices ou des simulations de combat entre prêtres, mais Kaname avait toujours détesté la foule et méprisait même un peu les autres ecclésiastiques … surtout les fanatiques. Mais bon, s'il voulait maintenir un niveau correct et s'améliorer, il n'avait plus vraiment le choix.

Surprise ! Contrairement à ce qu'il pensait, il n'y avait pas que des prêtres ici, il y avait aussi des inquisiteurs … Toujours aussi agiles, ceux-là d'ailleurs. Kaname passa un petit moment à observer leurs mouvements, la manière dont ils esquivaient les ombres … et la manière dont leurs adversaires maniaient les ombres. Le niveau était meilleur que ce qu'il pensait ; il fallait croire que les hérétiques avaient du souci à se faire !
Le prêtre regardait autour de lui, en quête d'un potentiel partenaire d'entraînement, mais nombre d'entre eux étaient déjà groupés … Et il peinait à rassembler son courage et son envie pour aller parler à l'un de ceux qui étaient seuls. Alors il attendait dans un coin, un peu bêtement.
Soudain, son attention fut captée par un nom qu'il avait déjà entendu auparavant : « De l'Ombrage ».

- Job, le deuxième fils. Pas du tout comme son frère.

C'étaient les seules bribes de conversation qu'il avait capté. Les deux prêtresses s'étaient rendues compte qu'il les écoutait s'éloignaient. Il eut une vague pensée pour les deux prêtresses jumelles, celles avec lesquelles il avait rencontré le troisième fils De l'Ombrage … pour la seconde fois.
Alors comme ça, ce type avec les longs cheveux gris, c'était Job De l'Ombrage, le deuxième fils de la famille ? Il venait d'arriver dans la salle d'entraînement, et apparemment, il était plutôt connu … Capillairement, la ressemblance était frappante, mais d'ici, Kaname pouvait sentir des caractères très différents. Tout à coup, il était curieux de savoir à quoi ressembler l'aîné de la fratrie.
Hum … Kaname s'était peut-être trouvé quelqu'un pour s'entraîner.

- Si vous cherchez quelqu'un pour vous entraîner, je suis disponible. Vous faites partie de la famille De l'Ombrage, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
† Inquisiteur †

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 62
♦ Messages : 107
♦ Âge du perso' : 27
♦ Fiche : "Tout le monde ne mérite pas le pardon."...Moi le premier.
Mais si vous désirez me lire, voyez avec mes Dossiers Torturés.
♦ Protecteur : L'Ombre et l'Eglise pour seul habit...je suis ma propre protection, seul juge de mes hérésies.
♦ Date d'inscription : 20/07/2011
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Qu'avez-vous à m'apprendre ? (Job)   Sam 4 Fév - 10:19

    L’entraînement est une façon sûre, certaine, de mettre à profit notre ferveur pour l’Ombre. L’Entraînement est inhérent à ma fonction. Et si je ne puis me résoudre à y aller au meilleur de mon niveau, contre mes frères et sœurs, cela ne m’empêche nullement de travailler.
    L’esprit occupé à repenser à mon affrontement raté, mon échec, j’ai passé la porte des salles d’entraînement se situant au cœur de la Cathédrale. Je suis toujours vêtu de façon distingué, c’est ainsi que se doit d’être un De l’Ombrage en publique après tout.

    J’avance droit et fier, repensant à l’élément qui m’amène aujourd’hui à m’entraîner. Je me souviens de cette impression de sérénité totale, cette impression de ne faire qu’un avec l’Ombre.
    Je me souviens de ce déplacement qui m’a sauvé la vie, ce déplacement qui prouve la valeur que celle que je vois comme ma Mère, mon Amante, ma Protectrice, porte à mon égard.
    Mais je sais que mon corps n’y est guère encore habitué, je sais que seul l’entraînement devrait pallier à ce terrible défaut.

    Faisant fis de ceux qui murmure sur mon chemin, ignorant leur comparaison avec Salomon…ou encore, les médisant envers notre lignage, je me dirige tout simplement vers une zone d’entraînement. Rien ne devrait entraver mes pensées aujourd’hui, toute tournée vers l’Ombre absolue.
    Soudain, je fut interpellé. Pas un chuchotement, ou un murmure…non, on venait de clairement s’adresser à moi. Alors, je stoppait mon chemin, et me retournait vers l’Homme en question.

    Mon regard était le même que de coutume, vide. Mon visage pâle ne laissait rien voir si ce n’est les traits fins de ma physionomie. Mon haut de forme avait été troqué aujourd’hui, et je n’avais nul couvre-chef sur ma longue chevelure argentée.
    Un lacet noir, situé dans la poche de mon vêtement, me permettrait de les nouer si besoin est…mais en cet instant, je me fichais de les avoir lâché, une habitude indiscutable je dirais.


    « J’accepterai volontiers de m’entraîner en votre compagnie…Sir ? »

    J’ignore son nom, mais lui sait comme d’autre, mon nom de famille.
    Notre lignage est devenu réputé pour sa ferveur, mais je n’aime sincèrement pas être aussi aisément reconnu par mes pairs. Ma discrétion, j’ai l’impression qu’elle s’effrite et cela, combien même l’ai-je travaillé plus que de raison.
    En tout les cas, je réponds à sa première interrogation avec politesse, mais toujours sans réels sentiments. Pourquoi devrai-je en exprimer pour autre chose que l’ombre en cet instant ? J’ai déjà assez dévié de la justesse de ma Foi en compagnie de Marius…et même ce jeune musicien a habilement tenté à me questionner sur mes croyances, quand j’y repense.


    « Et je suis bel et bien un De l’Ombrage, le cadet, même si je ne voit ce que cela vous apporte de le savoir. »

    Je ne suis pas Salomon, ni Marius. Je ne suis que le Cadet, l’exécuteur. On ordonne, j’obéis. L’Ombre a la Primeur sur tout en ma personne. Je suis son fidèle serviteur…Je suis Job.
    Dans tous les cas, je me dirige vers une zone d’entraînement tranquille. Je n’ai pas oublié de lui faire signe de me suivre, politesse oblige voyons.
    Arrivé, je retire mon long manteau me retrouvant alors avec une chemise noire à manches longues, mon long pantalon noir, et mes gants. Ma chemise est boutonnée jusqu’au col, je ne laisse voir que très peu de ma peau, comme de coutume.

    Sortant ma lame de ma canne, je me tiens droit et fier. Je la prends en main, et me tiens désormais face à ce Prêtre qui a daigné se présenter. D’une voix claire, je lui dis alors :


    « A vous l’honneur, Sir Hazel… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Qu'avez-vous à m'apprendre ? (Job)   Sam 25 Fév - 23:44

- Je m'appelle Kaname Hazel. Mon nom n'est pas aussi célèbre que le vôtre, mais je ferais de mon mieux pour ne pas vous décevoir et être à la hauteur de vos compétences, Sire De l'Ombrage.

Hé bien, l'affaire avait été conclue rapidement. Il n'avait pas été très dur à convaincre, ce De l'Ombrage-là … Et il n'était pas vraiment bavard. Certes, on ne demandait pas aux Inquisiteurs d'accrocher des grelots à chaque patte, mais celui-ci était d'un silence glaçant, quoique poli. Mais s'il voulait tout de suite passer aux choses sérieuses, pas de problème pour Kaname ! Ils auraient sans doute l'occasion de discuter plus tard …

- C'est un honneur pour moi de pouvoir m'entraîner avec une personne au nom si prestigieux. Je souhaite que cet entraînement soit profitable à tous les deux. Et si vous me laissez la première passe …

Le Prêtre lança sans prévenir une pointe d'Ombre dirigée droit sur l'Inquisiteur. L'offensive était rapide, mais bien trop grossière et évidente pour toucher son adversaire, surtout quand celui-ci était un Inquisiteur entraîné aux réflexes bien plus développés que la moyenne des êtres humains … Non, en fait, Kaname voyait plutôt cela comme un moyen comme un autre de commencer le combat. Ce qui souciait le plus le prêtre pour l'instant, c'était d'éloigner au moyen d'attaques successives l'Inquisiteur pour rester hors de portée de sa lame …
Il reculait lentement, cherchant derrière lui la sécurité d'un mur, tout en continuant de lancer ses pointes vers Job De l'Ombrage. Ce dernier ne réagissait pas plus agressivement que ça pour le moment ; est-ce qu'il cherchait à jauger son adversaire ? Cela rappelait à Kaname qu'il ne fallait surtout pas à se donner à fond : il était toujours bon de ne pas dévoiler toutes ces cartes à un adversaire, pour tromper sa vigilance et sortir plus tard le grand jeu.
Enfin, peut-être valait-il mieux ne pas trop se retenir non plus, parce que sinon, on allait nulle part. Kaname lança en même temps un grand nombre de pointes ombreuses vers le frère De l'Ombrage, une attaque qui, de là où il était, avait l'air tout de même impressionnante … Enfin, l'Inquisiteur en avait certainement vu d'autres. D'autant plus que ce genre de passe ne visait pas à tuer, mais plus à blesser — et encore, pas beaucoup, étant donné la taille et la circonférence des pointes — peut-être même simplement effleurer ou incapaciter son adversaire un moment. Les pointes étaient des constructions ombreuses particulièrement simples, et donc rapides, à mettre en place, et leur nombre pouvait compenser aisément leur manque de précision : elles se contentaient de sortir de la zone d'ombre pour filer droit vers là où on leur avait demandé.
Kaname était heureux des progrès qu'il faisait. Il n'y avait pas si longtemps, manipuler autant d'ombres en même temps tout en bougeant et sans faire un gros effort de concentration, ça l'aurait vidé de ses forces. Mais maintenant, il était temps de passer à un autre stade de son entraînement … Ce genre de tours pouvait marcher sur des apprentis terroristes, mais jamais sur des philosophes bien entraînés et a fortiori sur celui qui lui avait volé sa dague.

Tsss … Rien que de repenser à ce type, ça l'agaçait. Un jour, cet hérétique paierait cet affront de sa vie. Et dans pas très longtemps, ça, Kaname se le jurait. En attendant, le prêtre avait tout intérêt à devenir plus puissant …
Revenir en haut Aller en bas
† Inquisiteur †

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 62
♦ Messages : 107
♦ Âge du perso' : 27
♦ Fiche : "Tout le monde ne mérite pas le pardon."...Moi le premier.
Mais si vous désirez me lire, voyez avec mes Dossiers Torturés.
♦ Protecteur : L'Ombre et l'Eglise pour seul habit...je suis ma propre protection, seul juge de mes hérésies.
♦ Date d'inscription : 20/07/2011
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Qu'avez-vous à m'apprendre ? (Job)   Dim 1 Avr - 17:29

    Nous sommes en place, et je n’ai nullement le temps de répondre à ses politesses, que déjà une pointe d’Ombre se dirige droit vers mon être. Sa vitesse est exemplaire, mais la grossièreté de l’action me laisse froncer les sourcils alors que j’esquive d’un déplacement latérale.
    Ma lame en main, j’amorce un mouvement pour m’avancer vers lui, mais une autre pointe me force à l’esquive. Je comprends alors, et ne peux que qualifier cette action de « rusée ».

    Ces pointes…elles sont faîtes d’Ombre, mais surtout, elles sont l’expression de la Foi de cet homme. Je suis honoré d’être ainsi testé. Aussi, je les esquive avec habilité, cherchant mes limites, tout en jaugeant de celles de cet homme qui est désormais contre le mur.
    Je ne pourrais me faufiler dans son dos. D’une certaine façon, cela ne me porte aucune atteinte. Il m’est déjà arrivé d’attaquer dans le dos, mais toujours pour exécuter des hérétiques en toute discrétion, dans la foule. Jamais lors d’un combat honnête, sous l’énergie de l’Ombre.

    J’avance sous le « feu » de pointe. Mon pas est léger, mais je me sais sous la menace de sa magie. J’en frissonne, mon regard bleu se rallume légèrement.
    Je sens mon sang qui s’agite dans mes veines, je ressens l’Ombre dans ce combat, ce duel. Et je me sens honoré d’affronter alors ce prêtre.
    Il me lance alors ce qui ne devrait être impossible à esquiver. A la vue de ce qui se dirige devant moi, des mots s’élèvent de mes lèvres :


    « Lorsque vous méditez, orientant votre esprit vers l’Ombre, faites-le en murmurant. »

    Mon corps se fit léger, alors que la suite du treizième verset devenait tel un psaume entre mes lèvres.
    C’est alors que la confrontation allez se faire, de façon frontale, que je sentis aspiré par l’Ombre. Je sentis ma pensée et mon corps se mouvoir en osmose avec elle.
    Profitant des ombres au sol de notre « scène », c’est derrière les pointes que je me trouve désormais. Je donne l’illusion alors de les avoir traversés, pourtant…je les ai contourné. Et encore, un bout de ma manche est déchiré, et de fines gouttes de sueur perlent sur ma nuque : je ne suis pas encore au point.

    Mais je profite de ce que j’espère être mon élèment de surprise pour amorcer une course de façon à me rapprocher de lui, afin de laisser ma lame à porter de son corps.
    Tout en agissant, je ne peux que me questionner sur le genre de magie qu’il possède, sur les plausibles surprises qui m’attendent dans la suite de ce combat.
    Mon corps sera-t-il assez éprouvé pour expier mes erreurs et me pousser à l’amélioration, aux progrés ? Je l’ignore…pour le moment.

    C’est en désirant ressentir l’Ombre, que d’elles-mêmes, mes lèvres se meuvent pour réciter le sacerdoce de ce moment.
    Je me dois de sentir l’Ombre, je me dois de m’en imprégner. Je dois l’accepter comme partie de mon être…la ressentir afin d’être accepté à ses côtés et ainsi, bénéficier de son savoir, de son aide, de sa bénédiction.
    Plus je me rapprocherai d’elle, plus elle m’aidera dans mon quotidien, et alors…je pourrais taire mes hérésies, mes pensées douteuses…afin de devenir son plus fervent fidèle, et non le pêcheur que je suis.


    « Si vous désirez être en communion avec la Source de Tout, l’Ombre, vous devez en sentir la moindre manifestation. »

    Le début du huitième verset me pousse alors à menacer de ma lame cet autre me faisant face : je suis presque à portée désormais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Qu'avez-vous à m'apprendre ? (Job)   Sam 5 Mai - 18:28

Pas de doute, l'homme était rapide. On n'en attendait pas moins d'un inquisiteur, mais c'était la première fois que Kaname en affrontait un en combat singulier et il était sincèrement impressionné par la vélocité de ses mouvements … Plus encore, contrairement à la première impression de froideur — à défaut d'autres mots pour qualifier cela — que le prêtre avait perçu chez le De l'Ombrage, l'homme semblait à présent au contraire animer d'un feu intérieur, pris dans la bataille et prêt à donner du fil à retordre à son adversaire.

Le Prêtre écarquilla les yeux quand il vit l'Inquisiteur disparaître un instant de son champ de vision. Cette technique … C'était le Voyage ombreux, une technique de déplacement à très haute vitesse en utilisant l'Ombre. Bon sang, il avait complètement oublié que les Inquisiteurs les plus talentueux pouvaient aussi s'en servir … Et c'était aussi la première fois qu'il voyait quelqu'un s'en servir d'aussi près, et surtout contre lui ! D'ailleurs, où était passé son adversaire ?
Pas bien loin : l'homme aux cheveux gris réapparut l'instant d'après, derrière le « nuage » d'épines d'Ombre, et lame à la main, il fonçait vers lui. Que faire ? Une solution toute simple surgit dans l'esprit de Kaname sous la forme d'une image : un bête mur d'Ombre, une séparation simple mais épaisse entre lui et la lame, suffisamment solide pour encaisser le choc d'un coup porté par l'inquisiteur. Et cette idée repartit tout aussi vite qu'elle était venue : un homme capable d'esquiver une pluie d'aiguilles d'Ombre saurait contourner en une fraction de seconde un obstacle aussi stupide.

Bien, mais il était désormais trop tard pour faire quoi que ce soit : Kaname voyait l'éclat de la lame de son adversaire se rapprocher dangereusement de lui. En désespoir de cause, il tenta une manœuvre de dernier recours : il se servit de l'Ombre pour se projeter sur le côté en faisant apparaître en quatrième vitesse une masse ombreuse informe qui le heurta au côté droit suffisamment fort pour l'envoyer valdinguer à plusieurs mètres. La réception fut brutale et légèrement douloureuse ; en son for intérieur, il se promit de développer plus tard cette technique en y intégrant une manœuvre d'amortissage de la chute. De l'Ombrage devait bien se moquer de lui : un inquisiteur aurait réussi à se réceptionner sans souci … Enfin, pour une telle situation, Kaname trouvait qu'il ne s'en était pas trop mal sorti ! Ses réflexes acquis durant son enfance à Gells lui avait au moins permis d'échapper au pire, même si l'attaque de l'Inquisiteur était passé à un cheveu.
Sauf qu'il n'était pas encore temps de se reposer … Le prêtre devait préparer une contre-attaque en vitesse s'il ne voulait pas que l'autre ne profite de ce court moment de répit pour lancer une nouvelle attaque. Alors qu'il cherchait un moyen d'échapper à l'arme de l'inquisiteur, une nouvelle image lui arriva en tête : celle d'un homme qui utilisait un fouet pour attraper une chaise et la lancer. S'il n'y avait pas ici de chaise à lancer sur De l'Ombrage, peut-être qu'il pouvait le même principe contre son adversaire … ? De toute façon, il n'avait pas d'autre plan à l'esprit, alors autant mettre celui-ci en œuvre !

Kaname se concentra pour faire apparaître derrière l'inquisiteur un long filin d'Ombre qu'il lança ensuite vers l'adversaire. L'idée de départ était que le fouet improvisé s'enroule autour de la lame pour que De l'Ombrage lâche son arme, ou s'il s'y agrippait, de le déséquilibrer suffisamment pour lancer une nouvelle attaque plus décisive. Avec un peu de chance, l'autre n'aurait pas le temps ou l'énergie d'esquiver en utilisant le Voyage Ombreux …
Mais l'attaque ne porta pas comme Kaname l'avait espéré. D'abord, il ne réussit pas à être aussi précis qu'il le souhaitait — le fouet se dirigea vers le bras de l'inquisiteur au lieu de la lame — mais en plus, il ne savait même pas s'il avait réussi à toucher son adversaire. Peut-être avait-il causé une éraflure ?

Pas le temps de s'apitoyer sur son sort, il fallait encore réagir. Le prêtre fit surgir de l'ombre au sol un bras gigantesque, épais comme une patte d'éléphant, se terminant par un poing fermé. Qui sait, avec un peu de chance, les manœuvres précédentes auraient suffisamment distrait l'inquisiteur … ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
† Inquisiteur †

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 62
♦ Messages : 107
♦ Âge du perso' : 27
♦ Fiche : "Tout le monde ne mérite pas le pardon."...Moi le premier.
Mais si vous désirez me lire, voyez avec mes Dossiers Torturés.
♦ Protecteur : L'Ombre et l'Eglise pour seul habit...je suis ma propre protection, seul juge de mes hérésies.
♦ Date d'inscription : 20/07/2011
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Qu'avez-vous à m'apprendre ? (Job)   Lun 7 Mai - 15:53

    Ma lame arriva sur son corps, tout du moins, c’est ce qui aurait dû se faire. En lieu et place de son aine, qui aurait été touchée de plein fouet et se serait recouverte de sang, une créature d’Ombre se trouvait. Ma lame la transperça, alors qu’au même instant je pouvais voir le prêtre être projeté.
    Astucieux. Il avait utilisé la magie de l’ombre pour se frapper avec, et ainsi, minimiser les dégâts en prenant un coup contendant à un tranchant, plus redoutable, plus dangereux.

    Ma lame était capturée dans la créature d’Ombre, et le temps qu’elle soit libérée, alors que j’allais repartir à l’assaut armé de ma foi, de ma vélocité, et de mon arme…Il avait eu le temps de se concentrer sur autre chose, de préparer sa nouvelle attaque à mon égard.
    Un solide fouet d’Ombre fit son apparition derrière moi, naissant de ma propre Ombre d’ailleurs, pour m’agripper le bras et me laisser une estafilade tout du long.
    Je ne dû qu’à ma souplesse d’éviter un nouvel assaut du fouet, et j’avoue être admiratif de l’imagination de cet homme dans ses actions.
    A peine ma manœuvre d’esquive terminée, que je me retrouvais en face à face avec un bras de géant. Mes yeux s’ouvrirent de surprise un instant, avant de reprendre leur taille normale et de pétiller. L’Ombre est une chose fantastique…

    Le poing fonçait sur moi, je connais mes aptitudes physiques…et je sais que mes sauts manquent encore d’habilité pour me permettre une esquive par le haut.
    Je sens mon sang bouillonnait, je sens l’Ombre qui me vrille l’esprit. J’ignore si j’ai assez de force, mais je vais tenter le « tout pour le tout » comme de nombreuses personnes ont pût le dire avant moi.
    Me décalant, je me mis bien en face du poing de façon à ce que son œuvre me cache de ses propres yeux. Là, laissant mes muscles se détendre, je calquais ma respiration proche de la méditation. Le calme m’envahit, et je tentais un nouveau Voyage Ombreux, transporté dans l’Ombre, j’apparu derrière le poing et m’en servit comme appui pour foncer droit devant mon adversaire, lame dehors.

    L’expression sur mon visage n’était pas dénuée de sensations. D’une certaine façon, ma froideur ou mon « fanatisme » comme certain l’appelle n’était plus là. Il ne restait qu’une expression sereine. La sueur visible dans ma nuque, sur mon front, de cet intense effort.
    Je ne fais qu’apprendre à user de mes nouveaux talents, et je sais que la prochaine étape sera d’améliorer ma gestuelle, ma capacité de saut et autres déplacements du genre. Je suis un piètre acrobate pour l’heure…
    Là, usant d’un pas de côté, je me suis retrouvé sur sa droite, menaçant son corps de ma lame, le défiant de me bloquer une nouvelle fois…

    Ma pointe devait avoir frôlé une partie droite de son corps, alors que j’étais toujours sur mes appuis. De mon bras, quelques gouttes de sang perlaient…et mes vêtements n’étaient plus indemnes après ces esquives de ses attaques. Nul doute que je ne pourrais oublier son visage, de même que son nom.


    « Désirez-vous un deuxième essai, Sir Hazel ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Qu'avez-vous à m'apprendre ? (Job)   Ven 11 Mai - 18:41

La lame froide de l'inquisiteur entra en contact avec la peau du prêtre. Kaname craignit qu'elle ne s'enfonça dans sa chair, mais il n'en fut rien : l'inquisiteur veilla à ce que le sang ne coule pas … Du moins, pas celui du prêtre, car Kaname pouvait le sol se teinter par endroit de petites taches rouges, perlant doucement du bras de Job. Le prêtre n'osait bouger, craignant que De l'Ombrage ne prenne le moindre mouvement comme une menace et n'agisse en conséquence.
Que s'était-il passé ? Tout était allé très vite. Job avait encore disparu et Kaname avait cru le voir se fondre dans l'ombre pour réapparaître tout à côté de lui, et d'un mouvement agile, il s'était placé sur le côté, tenant en joue le prêtre. Son cerveau avait vaguement reconstitué comme cela la scène mais pourtant, quand un courant d'air souleva un instant la tunique du prêtre, Kaname vit la fente dans son habit. Il avait cru sentir quelque chose le frôler quelques secondes plus tôt … Avait-il manqué ce mouvement ? Il savait les inquisiteurs agiles mais il réalisait maintenant ce que cela signifiait réellement.

Était-ce donc là sa limite ? Égratigner un inquisiteur ? Si Job l'avait voulu, il aurait pu lui couper la tête ou le bras, et le prêtre n'aurait rien pu faire. Le poing serré et la mâchoire fermé, Kaname sentait la rage monter en lui. Uriel d'Arken était à sa connaissance le mage le plus puissant de l'Empire, avec peut-être seulement le philosophe Lao — si Lao existait pour de bon — pour rivaliser avec lui. Sous les ordres d'Uriel, toute une armée d'ecclésiastes redoutables, comme la jeune Suzume que l'on disait encore plus douée que le Haut-Prêtre … Et puis, le philosophe qui lui avait volé son poignard ou encore le type qui s'était changé en bête horrible dans ce boui-boui crasseux, puis des centaines de terroristes assoiffés de destruction, et des créatures inhumaines aux pouvoirs insoupçonnés, ces abominations qu'on appelait esclaves … Il réalisait qu'il était incapable de rivaliser avec tout ce monde. S'était-il rouillé dans son église ? Comment devenir plus fort ? Il était perdu ; il croyait pouvoir s'en sortir mieux que ça face à un collègue. Une voix de mauvais perdant lui murmurait dans sa tête qu'il n'avait pas utilisé toutes ses forces, que dans un vrai combat, il aurait été bien plus impitoyable et retors, que l'issue du combat aurait pu être différente dans d'autres circonstances ; mais le résultat était là. Le Voyage ombreux avait fait toute la différence : comment réussir à toucher quelqu'un qui maîtrisait une technique d'esquive aussi efficace ?

« Désirez-vous un deuxième essai, Sir Hazel ? »

Le prêtre se retourna. L'inquisiteur semblait fatigué : la sueur coulait le long de son visage et ses vêtements étaient abîmés, résultat des assauts précédents. Quelque part, l'ego de Kaname s'en retrouva revigoré : à défaut de l'avoir blessé, il lui avait au moins ruiné sa tenue du jour. Ça leur faisait un point commun.
Kaname lâcha un souffle de fatigue avant de reconstituer un sourire sur son visage. Il n'avait pas envie de montrer combien la défaite l'avait énervé et surtout, ne pas montrer combien il se sentait faible.

« Pas la peine, Sir De l'Ombrage, je sais reconnaître ma défaite. Et puis nous sommes tous les deux épuisés, je ne crois pas qu'un deuxième tour soit très productif. »

De toute façon, il ne voyait pas l'utilité de se relancer tout de suite dans la bataille. D'abord parce que Job allait certainement vouloir essuyer le sang qui coulait de son bras ; ensuite parce que Kaname n'avait pas envie de remettre ça si c'était pour en arriver au même résultat.

« J'avoue que je suis surpris. J'ai rencontré un de vos frères une fois, et il était très … différent de vous. Même physiquement : à part les cheveux et les yeux, vous avez peu de choses en commun. Mais je ne devrais peut-être pas parler de ça, j'ai cru comprendre que la situation familiale était délicate … »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
† Inquisiteur †

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 62
♦ Messages : 107
♦ Âge du perso' : 27
♦ Fiche : "Tout le monde ne mérite pas le pardon."...Moi le premier.
Mais si vous désirez me lire, voyez avec mes Dossiers Torturés.
♦ Protecteur : L'Ombre et l'Eglise pour seul habit...je suis ma propre protection, seul juge de mes hérésies.
♦ Date d'inscription : 20/07/2011
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Qu'avez-vous à m'apprendre ? (Job)   Dim 20 Mai - 15:05

    Mon adversaire était émérite. Sans le voyage ombreux, et ma croyance envers l’Art qu’est l’Ombre, je pense que j’aurais eu bien plus de difficulté à lui faire fasse. Tout du moins, je pense que le vainqueur n’aurait pas été le même pour être tout à fait exact.
    Lorsqu’il abdiqua, je le saluais d’une fine révérence, par respect pour sa prestation à mon égard. Je me suis aussi dirigé vers ma canne, alors que je lui renvoyé des paroles en réponse à ses propres mots :


    « Vos mots sont justes...mais je pense n’avoir vaincu que grâce à beaucoup de chance. Vous êtes un partenaire d’entraînement émérite, Sir Hazel. »

    Le ton de mes mots peut semblait froid, mais je m’exprime toujours ainsi. De façon modéré...mais cela n’empêche que je le complimente. Son travail dans la Maîtrise des Ombres m’émerveille. Je suis captivé par l’expression de sa magie, et son inventivité.
    Désormais au niveau de ma canne, le fourreau de ma lame, je m’abaisse pour la ramasser et finalement rengainer celle qui est ma meilleure compagne face aux hérétiques.

    Se faisant, je sors un tissu de l’intérieur de ma tenue. Certes, elle est déchirée, mais comme tout gentil homme qui se le doit, j’ai de quoi m’essuyer dans la poche de mon veston.
    Ne touchant nullement à mon bras d’où goutte mon sang, je me sers de ce tissu pour éponger la sueur sur ma peau. Je ne me dévêtirai pas en présence d’un tiers, ce serait un manque de respect des plus avéré.
    Néanmoins, Sir Hazel vint à reparler et à ses mots, je ne peux empêcher un de mes sourcils de se soulever. Un de Mes frères ? J’avoue nier, sur le champ, qu’il puisse parler de Marius. Marius n’est plus mon frère, il a été dévoré par une hérésie...ce n’est plus qu’un amas de chair en sursis, blasphémateur, et armé de la Folie la plus honteuse de tous l’Empire : la révolution.


    « Je vous accorde que Salomon et moi-même sommes différent, mais je ne vois nullement en quoi la situation est délicate... »

    Je marque une pause, je ne suis pas idiot...j’ai bien compris qu’il parlait de Lui. Mes « retrouvailles » à son égard ne furent pas des meilleurs, aussi, je vins à corriger le mode de pensée de cet homme que j’estime après notre joute honorable.

    « Quant à cet autre frère auquel vous pourriez faire référence, sachez qu’il est Mort depuis bien longtemps. L’hérétique lui ressemblant n’est en rien mon jeune frère...mais une aberration mettant en danger l’Empire et l’Equilibre de l’Ombre. Cet hérétique n’a que le prénom en commun avec mon frère...je vous prierai donc d’oublier le nom qu’il ose encore prononcer pour s’identifier. »

    Mon regard, d’habitude vide de tout, exprime bien des choses en cet instant. Le sentiment de trahison, la colère aussi...probablement. Je ne me suis d’ailleurs pas rendu compte d’avoir serré le pommeau de ma canne de mon poing en parlant avec une rare force venant de ma personne.
    Finalement, durant une longue expiration visant à me calmer, j’ai fermé les yeux un court instant avant de les rouvrir sur le Prêtre me faisant face.


    « Puis-je, néanmoins, avoir connaissance des circonstances pendant lesquelles vous avez été en contact avec l’Hérétique, Sir Hazel ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Qu'avez-vous à m'apprendre ? (Job)   Dim 20 Mai - 22:44

Certes, Kaname ne pouvait pas se targuer d'une longue expérience en matière de relations familiales, étant donné que ses contacts les plus intimes avec la famille Hazel s'étaient faits au travers de lettres au ton plus que protocolaire avec l'homme qui était censé être son frère, mais même ça, c'était plus chaleureux que ce dont était capable la famille de l'Ombrage. Visiblement, on ne plaisantait pas avec la foi chez eux …
Mais l'idée que la famille de Marius puisse le considérer comme mort — au delà de l'aspect ridicule que cela revêtait pour une personne comme Kaname qui n'envisageait pas les relations familiales qu'avec le pragmatisme le plus cynique d'une personne qui n'avait jamais connu ni désiré l'amour filial — n'était pas dénuée d'ironie : du peu que le prêtre avait appris durant leurs deux brèves rencontres à divers endroits des bas-fonds, il avait au moins retenu que Marius avait la peau dure et qu'il n'avait pas l'intention de mourir de si tôt.

Et pourtant … L'évocation de son petit frère semblait avoir profondément perturbé Job de l'Ombrage. Alors que depuis le début de leur rencontre il avait fait preuve d'un sang-froid admirable voire d'une froideur glaçante à part peut-être à quelques courts instants durant leur affrontement, Kaname avait craint qu'il ne devienne violent. Un inquisiteur en colère … c'était dangereux.

Puis la question vint comme un cheveu sur la soupe. Job avait apparemment réussi à canaliser son agressivité et avait décidé de s'enquérir de son hérétique de petit frère, et plus particulièrement des circonstances dans lesquels Kaname avait fait sa connaissance. Ce qui, accessoirement, mettait le prêtre bien dans la mouise pour la bonne raison que lors d'une des deux rencontres, il n'était pas censé se trouver là …

- Peut-être ferions-nous mieux de trouver un coin plus tranquille pour discuter, non ? Au cas où un de nos confrères ne maîtriserait pas ses pouvoirs …

D'un signe de la main, il invita l'inquisiteur à le suivre dans le couloir en quête d'une salle un peu plus tranquille. En réalité, il cherchait surtout à gagner du temps en attendant de formuler sa réponse … Il sentait qu'une discussion avec Job pourrait lui être profitable, et tout ce qu'il pourrait apprendre sur Marius serait sans doute utile à l'avenir ; d'un autre côté, si Job venait à comprendre que Kaname ne se vouait pas qu'à l'Ombre et vu sa réaction à la mention de son petit frère, le prêtre devinait que cela ne se terminerait pas très bien pour lui.
Malheureusement, le bâtiment était bien conçu et l'on trouvait bien rapidement ce que l'on cherchait : ils tombèrent presque immédiatement sur une grande salle remplie de chaises et de tables, un endroit suffisamment grand pour que l'on ne fasse pas attention à deux ecclésiastiques qui discutaient tranquillement entre collègues … Kaname prit place sur une chaise, fin prêt à affronter la question de l'inquisiteur.

- J'ai rencontré votre frère au cours d'une mission, avant que je ne reçoive ma bague en argent. Je dois dire que je ne suis toujours pas sûr de ce que j'étais censé faire … Peut-être connaissez-vous les prêtresses jumelles, Naellya et Aellya ? Ce sont des proches du Haut Prêtre et ce sont elles qui ont supervisé la mission. Elles ont tenté de se faire passer pour des victimes d'un prêtre dangereux … de toute évidence, c'était le rôle que j'étais censé jouer. Mais Marius n'a pas marché, il s'est méfié et les a piégées. Lui-même n'est pas passé loin de se faire attraper d'ailleurs, mais il a reçu l'aide d'un autre hérétique … Mist. Malheureusement, je crains que vous ne puissiez plus obtenir de renseignements de ce côté-ci.

Les jumelles … Un très mauvais souvenir. Kaname était plus qu'heureux d'oublier tout ça. Les prêtresses l'avaient mené en bateau et l'avaient humilié, sans oublier que le terroriste aussi lui avait fait passer un sale quart d'heure dans les bas-fonds.

- Je pense que Marius tente de se servir de son apparence pour se faire passer pour … un autre membre de la famille de l'Ombrage. C'est un excellent moyen de se tirer de situations délicates …

A vrai dire, il faisait un peu peu plus que le penser puisqu'il avait vu ledit Marius faire ça devant lui, alors même que Kaname ignorait jusqu'au nom de la famille de l'Ombrage à l'époque. Mais comme les circonstances en question impliquaient un vieux bar crasseux dans les bas-fonds, un prêtre monstrueux, un scientifique cinglé et un sorcier suspect, il voulait éviter à tout prix de parler de cette partie de l'histoire …

- Et que comptez-vous faire ? Vous allez tenter d'arrêter Marius ?
Revenir en haut Aller en bas
† Inquisiteur †

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 62
♦ Messages : 107
♦ Âge du perso' : 27
♦ Fiche : "Tout le monde ne mérite pas le pardon."...Moi le premier.
Mais si vous désirez me lire, voyez avec mes Dossiers Torturés.
♦ Protecteur : L'Ombre et l'Eglise pour seul habit...je suis ma propre protection, seul juge de mes hérésies.
♦ Date d'inscription : 20/07/2011
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Qu'avez-vous à m'apprendre ? (Job)   Lun 21 Mai - 11:48

    J’avais hoché la tête à la proposition de Sir Hazel. En effet, il n’était nullement respectueux de notre part de rester dans les zones d’entraînement pour discuter. Il avait prit la tête de file, alors que je le suivais avec le silence qu’est le mien. Mon regard le fixait sans le voir, mon esprit étant en proie à la réflexion.
    Je me demandais ce qu’il savait de Marius. Je l’avais laissé filé après le Bal, mal m’en fit. Il avait instillé le Doute en moi pendant un instant, et ma chair se rappelle à mon souvenir pour chasser ces hérésies qu’il a osé colporter. Il renie notre lignage, mais je suis certain qu’il use toujours de ce nom au fond. Je ne peux tolérer pareille exaction, cette Hérésie n’est nullement Marius...ce jeune frère que j’ai quitté des yeux un fugace instant. Ce jeune frère qui a profité que mon regard se porte ailleurs pour disparaître, mourir, et donner son corps à la folie Blasphématrice.

    Le chemin se fit donc en silence, et rapidement, nous avons trouvé le meilleur endroit pour parler entre personnes civilisés. J’avais de nouveau l’esprit à l’instant présent, et n’attendit que peu de temps pour retirer ma redingote et rester en chemise dans la pièce. Mon vêtement était déchiré, pourquoi l’aurais-je gardé sur les épaules ? Je préférais le poser contre un dossier de chaise.
    Le sang continuait de perler le long de mon bras, mais je n’en avais cure. Cette douleur me permettait de ne pas me perdre dans les affres hérétiques de mon propre esprit. Je n’ai pas vraiment conscience, lorsque je m’assois sur un rebord de table, que l’on peut voir les cicatrices jonchant mes bras à travers le tissu de ma chemise déchirée par endroit.

    Je croise légèrement les jambes, ma canne proche de moi sans être en main. Mon port est altier, alors que j’invite Sir Hazel à parler, d’un mouvement de main. Je suis...peut-être un peu curieux, de ce qu’il va m’apprendre sur l’Hérétique.
    Je ne me suis pas installé sur une chaise, afin de garder une plus grande liberté d’action. Et puis, si la discussion perdure, peut-être alors prendrais-je place sur une de ces nombreuses chaises. En attendant, j’écoute son récit.

    De ce que je pense comprendre, la rencontre qu’il eut avec « Marius » remonte à bien plus loin que mes retrouvailles avec lui. Je me garde de ressentir une certaine colère, au fait qu’un inconnu savait pour Marius avant même qu’on ne m’en informe.
    Je n’ai pas reçu d’ordres le concernant, mais au fur et à mesure du récit je commence à comprendre le fonctionnement de cette Aberration au sang si semblable au mien. J’hochais la tête concernant ce « Mist »...je pense que rencontrer Sir Faoiltiarna sur le sujet ne me dérangerai nullement. De même, je ne serai pas contre une rencontre avec ces Jumelles, que je ne connais que de nom et de réputation.

    C’est alors que ce prêtre vint à affirmer ce qui était ma crainte. Mes yeux se sont refroidit l’espace d’un instant, et mon poing s’est serré. Mais j’ai gardé contenance, laissant les questions venir à moi. Lorsque ce fut à mon tour de parler, dirons-nous, j’avais la voix froide. C’était ma façon de contrôler le corps qu’était le mien. Sir Hazel n’y est pour rien dans cette affaire, après tout. Et quelque chose me dit que Salomon en sait plus qu’il ne veut m’en dire.


    « Je n’ai reçu aucun ordre de mes supérieurs concernant cet Hérétique...cependant, il m’a déjà filé une fois entre les doigts et je ne peux tolérer qu’il salisse ainsi le nom de not...de ma lignée. En toute franchise, Sir Hazel, j’ai bien l’intention de le traquer et d’arrêter sa folie blasphématrice et hérétique. »

    J’avais eut une courte hésitation...avant de me souvenir que les De l’Ombrage ne sont plus la lignée de Marius. Le « notre » aurait donc été déplacé, d’où le fait que je me sois rattrapé. Néanmoins, je poursuivais :

    « Néanmoins, vous avez parlé de deux rencontres...et cette mission fut donc votre première j’imagine. Quant est-il de la seconde ? Et aussi...avez-vous idée où Il pourrait bien traîner ? »

    Même la plus infime des informations, me permettra de mieux cibler celui qui a investit le corps de feu mon Frère. De plus, je suis reconnaissant à cet homme de m’en dire tant. Moi qui était encore dans le flou le plus total, je pouvais commencer à y voir bien plus clair qu’avant.
    Je me devais de laver la Honte qu’il déposait sur le nom de la Lignée de l’Ombrage...je me devais aussi d’être celui qui régler cela. Salomon semble avoir été le déclencheur...alors, je serais la finalité.
    Mon regard exprimait une détermination que ceux me connaissant, savaient ne jamais voir. Je n’exprime pas, de coutumes, mes sentiments et sensations. Sauf que, là, c’est probablement le sujet qui me rend le plus expressif, en l’instant, qui est abordé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Qu'avez-vous à m'apprendre ? (Job)   Ven 25 Mai - 16:37

Kaname fronça les sourcils. Une seconde rencontre ? Il avait parlé de deux rencontres ? Sa langue avait-elle fourché ? Il repassa dans sa tête la conversation depuis le début mais rien ne lui vint en tête. Un coup de bluff de la part de l'Inquisiteur ? Peut-être. Comment aurait-il su que Kaname quelque chose ? Les inquisiteurs avaient des ressources insoupçonnées, mais tout de même …

- Deux rencontres ? Vous devez faire erreur. Je ne l'ai rencontré qu'une fois … à moins que je ne l'ai croisé une autre fois déguisé. Mais pour être honnête, je n'ai pas eu l'occasion de croiser beaucoup de terroristes, je m'occupe surtout des fidèles de mon quartier …

Bon, en réalité, il en croisait toujours quelques-uns quand il se rendait dans les bas-fonds, enfin, il supposait. Mais leur conversation se limitait au plus strict nécessaire tel que « Où je peux trouver untel ? » ou « Combien pour cette arme ? ». Mais jusqu'à présent et hormis pour les missions officielles que lui assignait l’Église, il ne faisait pas la course aux hérétiques.
Par contre … Par contre, les fidèles dont il s'occupait savaient parfois des choses. Enfin … La plupart du temps, ils ne faisaient que colporter des rumeurs infondées lancées par un poivrot en manque d'attention, mais si elles s'avéraient vraies, ces informations pouvaient s'avérer très croustillantes.

- Peut-être qu'il serait judicieux d'écouter les rumeurs. Il y a de bonnes chances pour que l'on raconte des idioties, mais de tout cela il pourrait émerger une piste intéressante. Qui sait ? Si vous vous rendez à la messe ou dans une auberge, la chance pourrait vous faire découvrir ce que vous cherchez depuis longtemps.

La seconde question de l'inquisiteur plongeait Kaname dans une grande réflexion. Une idée de l'endroit où se trouvait le terroriste ? C'était la question à mille pièces d'or, et tous les prêtres et soldats de la ville mourraient d'envie de mettre la main sur l'homme aux cheveux gris … Mais il restait malgré tout insaisissable. Ce type aussi avait de la ressource.

- Tout le monde recherche Marius, mais personne ne l'attrape. Il doit sans doute se terrer au fin fond des bas-fonds, là où même les gardes impériaux les plus téméraires n'osent pas se rendre. Ça me paraît impossible de trouver sa cachette facilement … En revanche, je doute qu'il agisse seul. Il doit au moins avoir des complices pour l'aider à préparer ses attentats et à se cacher. Si vous voulez trouver Marius, il faudrait d'abord trouver ses compagnons, ils vous mèneront à votre cible.

Une idée tout à coup lui vint. Cet inquisiteur cherchait un hérétique et il avait l'air bien décidé à tout faire pour le trouver. De son côté, le prêtre cherchait aussi un hérétique — d'un genre un peu différent, certes — et il n'arrivait à rien tout seul. Alors … pourquoi ne pas envisager un partenariat ? En fait, c'était surtout Kaname qui avait désespérément besoin d'aide, et il ne voyait pas très bien de quelle manière il pourrait aider Job, mais il pouvait toujours faire la proposition à l'inquisiteur. Après tout, qui ne tente rien n'a rien, comme ils disaient …

- Job … Je suppose que nous pouvons désormais nous appeler par nos prénoms si vous n'y voyez pas d'inconvénients. J'ai quelque chose à vous proposer. Je pourrais vous transmettre toutes les informations ou indices que je récolterai sur Marius ; peut-être que certains des fidèles qui fréquentent mon église ont entendu parler de lui.
En contrepartie … Il se trouve que je suis moi aussi à la recherche de quelqu'un. C'est un hérétique, un philosophe qui utilise la magie de la terre avec une habilité redoutable. Je l'ai croisé un jour en train d'agresser un enfant … et je ne veux même pas savoir ce qu'il avait l'intention de lui faire subir. Malheureusement, cette rencontre s'est mal terminée et il a réussi à s'échapper en me volant un objet qui m'est précieux : un poignard que m'avait offert mon frère, une arme de bonne qualité qu'il m'avait acheté pour ma protection. Je suis à la recherche de cet homme depuis … Mais je ne dispose que de peu d'indices, puisqu'il portait des vêtements amples et un turban. Tout ce que je sais, c'est qu'il est grand et maigre … Oh, et il faisait sombre, mais j'ai cru voir que ses yeux étaient clairs, peut-être bleus, gris ou verts. Alors, qu'en dites-vous ? Un tel marché vous paraît-il acceptable ?


Cela lui rappelait à nouveau la rencontre avec ce voleur de philosophe dans les bas-fonds d'Ishtar … Kaname était déterminé à récupérer son arme. Même si ça n'était pas du tout un cadeau de son frère — ce sale rapiat ne lui offrirait jamais rien de toute façon — c'était un vieux souvenir … Il finissait par s'attacher aux vieux objets.
Revenir en haut Aller en bas
† Inquisiteur †

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 62
♦ Messages : 107
♦ Âge du perso' : 27
♦ Fiche : "Tout le monde ne mérite pas le pardon."...Moi le premier.
Mais si vous désirez me lire, voyez avec mes Dossiers Torturés.
♦ Protecteur : L'Ombre et l'Eglise pour seul habit...je suis ma propre protection, seul juge de mes hérésies.
♦ Date d'inscription : 20/07/2011
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Qu'avez-vous à m'apprendre ? (Job)   Ven 8 Juin - 16:13

Spoiler:
 

    Comme convenu, il semblait perplexe. Je commençais à avoir l’habitude que l’on me cache des pans de savoir ou d’informations concernant Marius. Probablement est-ce pour cela que j’ai insinué, une deuxième rencontre, entre lui et la chose qui fut mon cadet.
    Je mentirais si je niais avoir imaginé ce propos. Mais la façon dont son visage exprima son trouble m’assurait d’une chose : il n’avait réellement rencontré l’Hérétique qu’une seule fois.
    J’ai hoché la tête, et me suis expliqué...je n’avais que peu de raisons d’ainsi tenter de duper un frère d’Ombre...mais j’ai de plus en plus de mal à accepter d’être le dernier au courant Le concernant.


    « Pardonnez mes mots, Sir Hazel. Je ne faisais qu’assurer le fait que vous ne me cachiez autres informations à l’égard de l’Hérétique. Nombre de personnes semblent trouver judicieux de me...ménager, sur son sujet. »

    Il m’a l’air d’être de ceux qui ne mentent pas sur les sujets importants, au final. Voilà un cas des plus appréciables. A force, j’avoue m’embrouiller sur la vérité des choses. Pourquoi les paroles de Marius me hantent-elles à ce point ? Pour quelles raisons Salomon avait l’air de savoir quand moi j’ignorais simplement ? J’espérais trouver un moment, un jour, pour converser de ce sujet avec mon aîné.

    C’est alors que mon vis-à-vis émis une étrange hypothèse. Finalement, je vins à m’assoir face à lui, considérant la suite comme intéressante, importante même.
    La...chance ? La chance, le hasard, a-t-il réellement sa place dans l’Ordre et l’Equilibre ? Oui...Il est une part de l’Equilibre, même si ce n’est pas la chose en laquelle je donnerais toute ma confiance et ma ferveur.


    « Ses...compagnons. » que je ne pus m’empêcher de murmurer, alors que mes yeux se voilaient.

    J’en avais aperçu deux, lors de l’enlèvement de Sir Droski. L’un des deux semblaient avoir été le tout jeune adulte ayant fut son âme arrachée et détruite, sans retour à l’Ombre salvatrice.
    Ce qui signifie qu’il restait encore cette autre femme, à moins qu’il ne fût un homme déguisé, comme l’autre. Quel manque de pudeur et de considération pour son propre genre...

    Soudain, mon prénom raisonna dans la pièce, depuis les lèvres de ce prêtre.
    Haussant un sourcil, je me suis contenté d’hocher de la tête : acceptant l’usage de nos prénoms plutôt que de nos noms.
    Lorsqu’il parla de « proposition », je l’ai invité à poursuivre d’un mouvement de main. Mes coudes rejoignirent la table, alors que mes mains se croiser l’une dans l’autre sur le bois de la table. Je l’écoutais, canne et donc lame à proximité.


    « Votre proposition me semble des plus intéressante, en effet. Cependant, j’aurais besoin de plus d’indice...quel était la tenue, en détail, de cet hérétique ? N’avez-vous pas put distinguer la couleur de sa chevelure par quelques mèches éparses de son turban ? Auriez-vous réussit à le blesser ou à voir une marque qui serait significative ? »

    Je retenais la notion des yeux clairs comme premiers signes...Mais des hommes grands, et maigres, cela courent les rues de notre belle Capitale, et du Saint Empire.
    Là, j’ajoutais :


    « Où cela eut-il lieu ? Non loin de quelle partie de la capitale ? Je ne pourrais mener d’enquête sérieuse sans le maximum d’informations...Kaname. »

    Il me fut difficile de prononcer son prénom, je n’ai pas ce genre d’habitude. Mais, je pense que ceci suffit à expliquer que je considère notre accord comme dû à l’instant même !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Qu'avez-vous à m'apprendre ? (Job)   Dim 17 Juin - 15:29

Job semblait vouloir être sympathique, mais pour une raison étrange, quand il interrogeait Kaname, le prêtre avait l'impression d'être face à un Garde impérial enquêtant sur un meurtre. Ou alors un prêtre enseignant qui parlait à un novice d'une dizaine d'années : « Dis-moi toute la vérité et je ne me mettrai pas en colère, c'est promis. Alors ? ».
Et ce qui dérangeait le plus Kaname, c'est que l'inquisiteur posait les bonnes questions. La tenue de l'homme n'était pas vraiment descriptible, il avait caché ses cheveux … Et quant à l'endroit où Kaname avait rencontré ce philosophe, le prêtre allait avoir du mal à expliquer cette partie de l'histoire. Je me baladais dans les bas-fonds pour glaner des informations sur les proxénètes borgnes … J'ai tué une ou deux personnes au passage, d'ailleurs, et je ne connaissais même pas leur nom. Délicat à raconter à un inquisiteur.

« Je crains qu'il n'ait fait en sorte de ne pas être reconnaissable : ces vêtements étaient amples et cachaient tout son corps, et il portait un turban … Et ce philosophe était très habile, je crains de ne pas avoir pu lui infliger de blessures qui soient significatives. Hélas, je dispose de peu d'indices. Peut-être … Peut-être quelque chose. Il faisait sombre donc je ne suis sûr de rien, surtout que je n'ai pas vu ces cheveux mais … ces sourcils, je les ai vus. Dans l'agitation, je n'ai pas vraiment pu observer en détail, mais je crois bien qu'il avait une couleur inhabituelle. Une espèce de blond, ou peut-être plutôt du roux … quelque chose qui attire l'attention, c'est sans doute pour ça qu'a posteriori je m'en rappelle, mais c'est flou. »

Quelque soit l'identité de ce type, il était sacrément prudent. Sa maîtrise de la terre était impressionnante, ce qui signifiait qu'il avait de l'expérience. Peut-être avait-il déjà eu affaire à l'église et à l'Inquisition, peut-être était-il recherché ? Pas sûr que ce soit une bonne chose : ça voulait dire qu'il était suffisamment habile pour échapper aux chasseurs de l’Église ou que les inquisiteurs allaient lui mettre la main dessus avant lui. Ça le frustrerait …

« En ce qui concerne où cela a eu lieu … Hé bien, pour être tout à fait honnête, je n'en suis pas très sûr. Je dois souvent me déplacer pour mon travail — il m'arrive de servir de notaire ou de scribe pour les fidèles de mon église — et j'avais fini très tard. J'ai voulu prendre un raccourci et je me suis retrouvé dans un endroit mal famé … Je n'ai aucune idée de comment j'ai retrouvé mon chemin pour rentrer à l'église, surtout après avoir affronté un philosophe. Enfin, si vous trouvez dans les bas-fonds un endroit particulièrement abîmé avec des traces de combat, ce sera probablement là. »

Ça tenait debout. C'était même presque vrai : c'était complètement par hasard qu'il avait trouvé ce philosophe et le retour n'avait pas été une sinécure, entre son manque total de repères dans ce coin de la ville et son corps en miette suite à la violence des coups … sans parler du fait qu'il avait fallu rentrer sans se faire repérer.
Est-ce que ça suffisait pour convaincre un inquisiteur ? On lui avait toujours décrit ces gens comme des êtres paranoïaques et sanguinaires, prêts à commettre les pires atrocités pour accomplir leur mission et qui, pour paraphraser un des prêtres de Khorafa, « dans le doute, torturaient ». Certes, Job n'avait a priori aucune raison de douter de lui — à moins qu'il ne disposât d'informations que Kaname ignorait — et il ne lui avait pas du tout fait l'impression d'un homme cruel ; plutôt même le contraire : un homme redoutable d'une part, mais d'autre part pieux, discret et fiable. Mais quand même, Kaname n'avait aucune envie d'être réveillé en pleine nuit par une lame en pleine gorge ou par une séance de torture.

« Je crois que j'ai dit tout ce que je savais, je ne vois pas quoi rajouter d'autre. Je crois que je ferais mieux de m'en retourner à mon église et de commencer à chercher. Vous m'avez beaucoup donné à penser aujourd'hui, Job … Tant sur ces histoires d'hérétiques que sur mon entraînement et ma maîtrise de l'Ombre. Je vous remercie pour cette joute amicale, j'espère qu'elle vous aura été aussi profitable qu'à moi. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, n'hésitez pas à m'envoyer un message ou passer me voir à l'église, vous trouverez facilement. »

Sur ces mots, il se leva et salua son confrère.

« Que l'Ombre guide vos pas, Job de l'Ombrage. J'espère que nous nous reverrons bientôt avec de bonnes nouvelles. »



(J'ai mis un message de fin de RP mais si tu veux qu'on continue, genre en rebondissant sur le philosophe roux, c'est possible, hein. Je supprime juste les derniers paragraphes ... ^^)
Revenir en haut Aller en bas
† Inquisiteur †

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 62
♦ Messages : 107
♦ Âge du perso' : 27
♦ Fiche : "Tout le monde ne mérite pas le pardon."...Moi le premier.
Mais si vous désirez me lire, voyez avec mes Dossiers Torturés.
♦ Protecteur : L'Ombre et l'Eglise pour seul habit...je suis ma propre protection, seul juge de mes hérésies.
♦ Date d'inscription : 20/07/2011
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Qu'avez-vous à m'apprendre ? (Job)   Ven 27 Juil - 23:02

    J’observais cet homme alors qu’il me parlait, ce frère. J’incrustais dans ma mémoire la moindre de ses paroles. La plus petite parcelle d’indices me seraient grandement positives, à n’en pas douter. Je partais à la recherche d’une aiguille nom pas dans une, mais dans une infinité de bottes de foin. Je savais la tâche aussi difficile que de trouver Marius...mais une chose m’assurait désormais que ce n’était vain.
    Cette affaire, je ne suis pas le seul à chercher. Sir Hazel – dois-je dire Kaname ? – cherche lui aussi cet homme entre le blond et le roux selon ses termes. De plus, il va m’aider dans ma propre recherche de l’hérésie usant du visage et du nom de mon jeune frère disparut il y a bien longtemps finalement. Je ne peux négliger pareille alliance : jamais. Ce serait manquer de respect à ce Frère d’Ombre.


    « Une couleur singulière de cheveux donc...ceci réduit déjà les possibilités. Il est bien vu de votre part d’avoir remarqué cela, Kaname. »

    Des mots simples, je suppose. Mais cela aide la mémoire, et soulage l’Humain, de savoir que les détails parfois idiot sont en réalité parmi les plus important et utile.
    Je le laissais poursuivre, alors qu’il parlait de l’endroit.
    Un lieu malfamé ? Je ne pus empêcher un de mes sourcils de se lever à cette remarque. Hum...Serait-il possible que cet hérétique ait un lien avec Lui ? Je ne peux nier la possibilité...après tout, les bas-fonds sont désormais « Ses Terres ». Mais cela ne peut perdurer...L’Empire est à l’Empereur Ezhekiel Ier, et à personne d’autre. Surtout pas au fruit de la révolution, de la destruction et de l’hérésie. Briser l’équilibre...je ne pourrais le lui pardonner finalement !


    « Hum...les lieux marqués par les combats, dans les bas-fonds, se font de plus en plus nombreux. Je veillerais néanmoins à trouver, mais je ne peux rien vous promettre. De même, j’ignore combien de temps cela me prendra...et je me permets de vous demander de m’informer par écrit, si des détails plus importants vous reviennent sur le sujet. Cela facilitera les recherches... »

    Je ne pense pas avoir quoique se soit d’autre à ajouter...et je doute que nous puissions tout deux avoir une conversation plus personnelle. Nous sommes Frère d’Ombre...et seulement cela.
    Finalement, je fus pris de vitesse car il fut le premier à excuser son départ d’une façon rondement bien tourné, je ne peux le nier.
    Hochant la tête poliment, je me permis d’ajouter :


    « Je vous remercie d’avoir partagé votre entraînement et vos connaissances avec ma personne, Kaname. Je ne vous décevrai pas dans mes recherches...et sachez qu’il fut plaisant tant de converser que de combattre en cotre compagnie. »

    Je reste droit, et fier ? Probablement. En tout cas, je rajustais ma tenue et renfilais mon haut de forme du jour alors qu’il quittait les lieux avec un salut que nous partageons : celui au nom de l’Ombre. Lui renvoyant ses propos, je quittais les lieux à sa suite...redevenant une Ombre, reprenant ma discrétion.
    Il est temps pour moi d’enquêter...sur ce philosophe entre le blond et le roux, sur les bas-fonds, sur Marius. En y pensant, le jeune homme rencontrer autrefois et qui semblait plus proche de la pensée hérétique que croyante...n’était-il pas un jeune homme roux ? Non...me voilà devenant paranoïaque, alors que j’avais définitivement quitté les lieux, pour retourner à mon office, mon noble devoir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Qu'avez-vous à m'apprendre ? (Job)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Qu'avez-vous à m'apprendre ? (Job)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ѧ Le quartier des Ombres Ѧ :: Cathédrale-