AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Naïri, esclave d'Etienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous


Naïri, esclave d'Etienne Vide
MessageSujet: Naïri, esclave d'Etienne   Naïri, esclave d'Etienne EmptyJeu 10 Juin - 14:18

IDENTITÉ


Naïri, esclave d'Etienne Vignet10
    Nom de Famille : (aucun souvenir)
    Prénom(s) : Naïri
    Surnom : l'Épine
    Âge : 22 ans
    Titre de noblesse : (aucun souvenir)
    Province : Avec son maître, mais originaire de Darkon (enfin d'après ses souvenirs)
    Orientation Sexuelle : Bisexuelle


APPARTENANCE

    Faction : Esclave
    Classe : Hybride
    Orientation Politique : Aucune, je suis mon maître, je l’aime, je vis pour lui et avec lui. S’il va à gauche, je vais à gauche, s’il veut tourner à droite, je suis. Je le suis comme son ombre à moins qu’il ne me dise le contraire. Mon Maître est Étienne Hartwick. Il est mon dieu, ma déesse, ma vie, ma mort. Je vénère ses actes et ses pensées.

    Considérant Étienne comme un dieu, elle suivra toutes ses pensées s’accordant ainsi avec son maître.
    Celui n’aime ni le Régent ni l'Église, ainsi l’opinion de Naïri suivra ce chemin tout en étant plus modérée. Étienne veut une monarchie juste, et Naïri cherchera à y arriver pour offrir ses efforts à son maître. Étienne veut garder le secret de son sexe, Naïri tuera toute personne voyant son maître nu ou en toute petite tenue, à part elle bien sûr.
    L‘orientation politique de Naïri est , vous l’avez compris, son maître. Comme un clou suivra les changement d’un aimant en étant à proximité, Naïri réagira ainsi avec son maître, celui-ci étant l’aimant.
    Son attitude ne sera qu’une copie de celle de son maître, toutefois en son fort intérieur, elle se fout royalement du monde extérieur, seul compte Étienne, Son Étienne.


VOUS...


    Physique :
    Vous voyez une belle blonde qui vous regarde. Ainsi vous laissez libre court aux mouvements de vos yeux pour détailler la belle. Grande, effilée, une grâce féline se fait sentir alors qu'elle se déplace. Ses yeux bleus argentés vous consument sur place. Un visage d’ange, une peau fine et pâle. Elle vous attire. Ses attributs sont parfait, une paire de nichons bien formées, des miches faites pour le toucher. Un corps de rêve en fait. Vous vous approchez et vous l’accostez. Sa voix est fluide et claire. Ses yeux, que vous avez cru d’une couleur uni est en fait d’un bleu ciel cerclé de noir. Une étoile argent entourant l’iris fini de vous émerveiller. Ses cheveux ondulés sont d’une couleur magnifique ; comme le soleil lors d’une chaude journée d’été. Vous décidez de la raccompagner chez elle quand elle décide de partir. Les commissures de ses lèvres se déplace dévoilant un sourire divin. Alors que vous vous engagez dans une avenue, elle vous pousse fortement dans une ruelle. Vous vous laissez faire espérant qu’elle soit trop impatiente mais quelque chose cloche. Elle vous maintient d’un bras contre le mur. Vous voulez crier mais un coup du tranchant de la main vous coupe le souffle. Elle vous laisse tomber en sortant une dague.

    « - Vous avez déplu à mon maître. »

    Vous ne reconnaissait plus sa voix. C’est celle d’un homme, elle est glaciale et rauque. Vous levez les yeux et la voyez vraiment. Ses yeux autrefois si pétillant de vie sont maintenant aussi froid que la mort. Ses lèvres laisse voir un rictus mauvais. Sa tenue autrefois si gracieuse démontre maintenant un nouveau visage, sa fonctionnalité. Alors que vous relevez le regard vous remarquez que sa peau change de couleur. Un tatouage se forme sur son visage. Vous prenez peur.

    « - Vous devez mourir. »

    Puis sans vous laissez le temps de bouger, elle fond sur vous,sa chevelure d’or répartie derrière elle. Une lame transperce votre poumon juste à coté du cœur. Elle s’approche de vous et chuchote.

    « - Au fait, je suis un homme. »

    Signes distinctifs :
    Quand la demoiselle n'est pas en mode "assassin" elle colore sa peau pour que celle ci représente un immense massif épineux de roses bleues. Le tatouage est tellement réaliste que vous croyez voir un vrai. Bien sur, elle n'a subi aucun tatouage, c'est juste sa peau. Pour avoir une idée de l'ampleur du dessin, des branches épineuses sont enroulées autour des bras et des jambes, des feuilles d'un noir bleuté recouvrant des portions de peau. Une rose bleue s'étend sur le dos de chaque main et pied. Les quatre branches se rassemblent dans le dos en un compact massif. Lorsqu'elle se déplace, on voit le mouvement de l'arbuste comme s'il se mouvait avec le vent. Une cinquième branche remonte la colonne vertébrale et s'enroule autour du cou avant de descendre un peu au dessus de son décolleté. Une rose épanouie et deux boutons se détache de la peau pale. D'autres boutons se répartissent sur le collier épineux. Bien sûr, les branches et tiges ont une couleur proche du noir bleuté sans en atteindre l'intensité.

    Personnalité :
    Naïri jouera le rôle que son maître lui demandera de jouer ; la bonne, le jouet sexuel, la maitresse de maison, le meurtrier. Autant de rôle qu’elle a déjà jouer et qu’elle recommencera dans sourciller. Rien ne l’attire dans le monde hormis Étienne. Amant, frère et sœur, amis ils sont les opposés. Étienne ; femme dans une apparence d’homme. Naïri ; homme dans une apparence de femme. Elle suivra Étienne dans ses histoires, aussi rocambolesques soient elles. Qu’il assassine, courtise, chaparde, Naïri la suivra. Étant un personnage spécial, il parlera de lui aussi bien au masculin qu’au féminin, ayant des moments plus mâle que d’autre. De plus il s’accordera avec sa maîtresse pour que les deux individus constitue un couple hétérosexuel, à moins bien sûr que son maître en décide autrement. Calme et dévouée, elle cherchera à aider son maître même si celui-ci ne lui aura pas demander de l’aide. Autant garde du corps qu’esclave, il cherchera à être l’ombre de son maître sans jamais réussir, car son maître est déjà l’ombre. Sinon elle peut être sadique et vraiment mauvaise quand on aura gêner Étienne voir quand on l’aura blessé. Un peu jalouse, elle surveillera les autres personnes très attentivement et trouvera la moindre occasion de leur faire du mal.


ET VOTRE HISTOIRE



    Réveil

    Le noir remplace le blanc. Progressivement. C’est quoi ? C’est où ? Je bouge, une plaque tranche avec mon monde. C’est pas blanc mais argent. C’est joli. Je veux me lever pour toucher mais je vois autre chose. C’est vert. Cela gratte. Je dois l’enlever. Je tire sur le truc. Cela bouge. Je tire plus. Cela part. Je lâche le truc qui tombe sur d’autres trucs blanc. Je me touche et cela ne gratte plus. Et puis quelque chose entre. Tout blanc à part une bande d’une couleur proche du marron clair. E la trouve jolie comme couleur. Je regarde ma peau et y vois la même couleur. Je rigole et tapote dans les mains. Je regarde l’argent et le regarde vraiment. Je suis de la même couleur ! Un rire sort de moi alors que l’autre est immobile. Inconsciemment je ressens son malaise. Je tourne un œil vers lui et le vit reculer. Je tourne la tête et ramène mes deux yeux sur lui ; Il me montre un truc rond, orange. Une petite odeur me parvint. Miam. Je tend les mains.

    « - Zeveu. Zeveu, zeveu zeveu. Allé ! »

    Il m’approcha la pomme et je l’attrapais rapidement. Il avait été très lent à me donner ce truc. Je le léchais avant de croquer dedans. Un jus sucré descendit dans ma bouche mais quelque chose arrêta ma dégustation. Le médecin venait de tomber sur le derrière, me regardant. J’inspirais un gros coup, il avait des sueurs froides. Il recula précipitamment alors que je retournais au truc. Je mordis dedans et m’empiffrais de ce truc sucré.

    « - Mmmmm ! »

    Se fut le seul truc comme cela que l’on m’apporta.


    Je suis …

    On m’apprit à lire et à écrire à compter aussi. On m’a dit aussi ce que j’étais ; une Esclave. Je ne sais pas pourquoi on m’appelle comme cela mais je l’accepte. Plusieurs fois, j’ai pu lire les inscriptions sur les bocaux dont on tirait les liquides pour mes piqures trois fois par jour. Des œstrogènes. On m’a dit que c’était pour mon développement que j’étais malade. Je ne peux que me taire, ce sont eux les médecins.

    On m’expliqua que j’avais un maladie qui faisait que j’avais quelque chose de « disgracieux » sur moi ; mon entrejambe. Ils ne voulaient pas me l’enlever mais me faisait toujours des remarques dessus. Je ne disais rien mais je n’aimais pas mon entrejambe. J’étais mal à l’aise. Ils me dirent aussi qu’ils avaient du me rajouter quelque chose car cela manquait. Des glandes mammaires. C’est quoi ça ?

    On me regarda faire. Enfin je ne faisait rien en particulier, je changeais les couleurs sur ma peau. A oui, je ne vous ai pas dit. Je peux changer ma couleur de peau, pour passer du vert vif au blanc en passant par le violet ou le magenta. Par moment je m’amuse ainsi à me colorier le corps. J’y passais un moment là bas. Ma poitrine se formait. Mon corps changeait. Et puis un jour …



    Maître

    Un jour, on me fit sortir de ma chambre. Ils exigèrent que je me nettoie et enfile des vêtements qu’ils avaient prévus pour moi. Je restais interdite en voyant les beaux tissus puis m’exécutai avant que les coups tombent. Habillée je suivis un homme le long de couloirs que je n’avais jamais vu.
    On me fit avancer au milieu d’une pièce vide sous un jet de lumière, je sentais des regard invisibles sur moi. Puis je retournais auprès des médecins.
    Je commençant à haleter, je regardai nerveusement les docteurs et les autres hommes qui discutaient entre eux. Ces derniers me dévisageaient, attendant d’entrer en action. Les médecins, eux, restaient immobiles.
    J’eus un haut-le-cœur quand un des homme s’approcha de moi. Il sentait mauvais, une odeur âcre, il m’aboya de le suivre. Entraînée dans une nouvelle série de couloirs, je regardais partout, curieuse. Des couleurs nouvelles, d’autres personnes, tout était nouveau.
    Finalement, nous arrivâmes dans une pièce rectangulaire. On m’ordonna d’attendre, assise, qu’on vienne me chercher. Je regardai partout, la pièce était pleine d’objets bizarres et chamarrés, dont je m’amusais à reproduire la couleur.
    Regardant mes mains je vis celles-ci prendre la couleur des murs, puis du sol. Souriant, je fis revenir ma peau à sa couleur commune et attendis.
    Un homme entra à la suite d’un des médecins. Celui-ci vint me parler doucement.


    « - Voici ton nouveau maître, M. Hartwick, tu vas le suivre sans faire d’histoires. »

    Mon cœur tressauta en entendant cela, il était mon maître, il me faisait un peu peur cependant. Je me levai rapidement et attendis un mouvement de l’homme. Je voulais le voir de plus près, je le voulais.
    Nous sortîmes, je suivais docilement mon maître l’observant à la dérobée.


    « - Que les choses soit bien claires, je ne suis pas ton maître. Je te possède, certes, mais tu est un présent pour mon fils. C’est à ses ordres que tu devra obéir et lui que tu devras servir, est ce bien clair ? » me demanda il de sa voix grave.

    Je hochais la tête, perdue. Il n’était pas mon maître, mais alors qui était mon maître. Une fois dehors l’homme me fit monter dans une calèche, je ne me rendis pas vraiment compte du temps du trajet il faisait froid et le paysage était d’un blanc immaculé.
    Nous arrivâmes devant une grande maison, là nous sortîmes. L’homme me dit d’attendre dans une grande pièce près de la cheminée. Après un long moment, l’homme me présenta un jeune garçon d’une apparence fragile et au regard froid.


    « - Étienne voici ton cadeau c’est un esclave tu peux lui demander ce que tu veux, il t’obéira. » dit l’homme.
    « - Maître, mon maître… » criais je.

    Je me prosternai à ses pieds. Le garçon se mit à ma hauteur et me souleva le menton pour me regarder, ses yeux étaient magnifiques d’un bleu que je j’avais jamais vu.

    « - Ne t’approche pas de moi, occupe toi de tes affaires et ne viens pas fouiner dans les miennes. » cracha il.

    Il me lâcha et parti. Je restais immobile jusqu’à ce qu’une servante vienne. J’appris que mon maître était Étienne Hartwick et qu’il était comme cela avec tout le monde. Les employés disaient qu’il était bizarre et qu’il fallait mieux pour moi qu’il m’ignore mais je n’écoutais pas. Je le suivais partout ou il allait mais il me claquait toujours la porte au nez.
    Chaque fois qu’il sortait, je le suivais, tant et si bien qu’il se mit à essayer de me semer, il disparaissait tout d’un coup au détour d’un mur. Il avait beau fuir, je passais des heures à le chercher et je finissais toujours par le retrouver, au bout d’un moment un second sens se développa chez moi, je pouvais savoir où il était en tout moment sans même avoir à le chercher.
    Il m’ignorait toujours bien sûr et lorsqu’il me voyait, il m’ordonnait de partir. Je restais donc caché à le suivre sans qu’il puisse me voir.
    Puis un matin, sa chambre était vide, la femme de chambre me dit qu’il était allé chasser le daim et qu’il reviendrait sans doute rapidement. Mais je n’étais pas tranquille je lui courus après, égratignant ma peau au passage. Arrivée au milieu des bois, je le retrouvais. Il venait d’abattre un faon et était en train de le vider lorsqu’un rugissement se fit entendre.
    Une énorme ourse lui fonça dessus. Mon maître se mit entre sa proie et l’animal et se défendit d’un mieux qu’il put mais l’ourse était trop fort, il le désarma d’un coup de patte arrachant au passage son pantalon et s’apprêta à le tuer d’un second. Je ne me maîtrisais plus, j’étais mort de peur mais je devait protéger mon maître, je fonça sur l’ourse, récupérant le couteau du maître en un éclair, et le lançais en direction du cou de l’animal, celui-ci toucha sa cible et l’animal hurla de douleur. Mais mon maître était toujours en danger je vins donc me placer entre lui et la bête à l’agonie. J’avais soustrait Monseigneur Hartwick aux griffes du monstre. Toutefois je n’en sortis pas indemne dans mon empressement pour protéger mon maître, l’animal m’avait lacéré les côtes de ses griffes, et je sentis un liquide chaud me couler sur le flanc. Je tombais aux pieds de mon maître épuisée. La dernière chose que je vis fut l’entrejambe de mon maître, nu et lisse comme une fleur cachée là.


    « - Vous n’êtes pas comme moi entre les jamb… »

    Balbutiais-je avant de tomber dans les ténèbres.

    Je me réveillais, couchée sur le ventre dans le lit de mon maître, sans chemise. Je gémis et vit Étienne assit dans un fauteuil au pied du lit. Il se leva et monta sur le lit à côté de moi. Ses deux prunelles saphir brillaient d’inquiétude.


    « - Tu as vu n’est-ce pas ?»

    Je hochais la tête.

    « - Avant de t’évanouir, tu as dit que se n’étais pas comme toi. Comment est ce possible, tu es une fille. ? »

    Je me tus, honteuse.

    « - Réponds ! » hurla il, la mains en l’air.
    « - Vous ne me ressemblez pas, maître, j’ai une poitrine, vous n’en avez pas. J’ai ce que les médecins appèlent un pénis, mais vous pas, vous avez une fleur entre les jambes. »
    « - Tu divagues ! Tu ne peux pas avoir de pénis, tu es une femme. Seuls les hommes ont un pénis. »

    Je me cachais dans les coussins. Je parlais, ma voix à demi étouffée par ceux-ci.

    « - Alors soit je suis un homme soit ce que j’ai entre les jambes est autre chose qu’un pénis. »
    « - Mais qu’est-ce que tu as entre les jambes ! »

    Je me tournais sur le coté et me dévêtis. Exposant mon entrejambe à la vue de mon maître. Mon pénis reposait sur ma cuisse gauche de manière disgracieuse, je le sentais. J’avais honte, on m’avait toujours dit que c’était mal que j’ai ça que ce n’était pas normal. Les gens là-bas me regardaient dégoûtés mais pas mon maître, lui avait l’air surpris. Il me fixait d’un air étrange.

    « - Maître ? » lançais-je d’une voix craintive.

    Il sortit de sa torpeur et me regarda avec douceur.

    Ainsi commença la nouvelle relation que Naïri eut avec son maître(sse)


POUVOIRS


    - Caméléon : couleur de peau et des cheveux changeante selon le bon vouloir de Naïri
    - Caméléon : souplesse
    - Caméléon : célérité de la langue répercutée sur l’ensemble du corps (Explications ; le caméléon peut bouger sa langue extrêmement vite pour une très courte action. Naïri peut faire ma même chose avec son corps ; une esquive, une attaque ...)
    - Mémoire : totalement vierge avant l’Institut

AUTRES


    Comment avez-vous découvert le Forum ? Je connais la personne qui contrôle Étienne, c elle qui m'a attirer sur ce forum

    Avez-vous des conseils ou des remarques le concernant ? Pour le moment aucun vu que je n'ai pas tout vu dans votre forum. Si j'en ai je les garde pour plus tard.

    Votre Disponibilité (en moyenne) : 10/24, 5/7


Dernière édition par Naïri le Sam 12 Juin - 17:56, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Uriel D'Arken
Mort(e) tragiquement

Uriel D'Arken

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 620
♦ Messages : 2351
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : It's me, Uriel !
♦ Protecteur : The Emperor Protects !
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 29

Naïri, esclave d'Etienne Vide
MessageSujet: Re: Naïri, esclave d'Etienne   Naïri, esclave d'Etienne EmptyVen 11 Juin - 9:23

Quel scandale, personne n'est encore venu te saluer...

Eh bien, me voici ! Bienvenue !

A ce que je remarque, ta fiche sera bientôt finie. J'avoue qu'elle me plait bien. Les fautes sont peu présentes et dues surtout à l'attention (des 's' ou d'autres choses comme ça de trop/pas assez ^^). Rien de grave en somme.

Si Tu as besoin d'aide pour faire ta vignette, pas de soucis, on va faire quelque chose ^^ Surtout si Tu as l'image d'origine de ton avatar. N'hésites pas à demander.


A bientôt, je l'espère, pour ta validation.

Bonne journée.

_________________
Naïri, esclave d'Etienne Ezhekiel Naïri, esclave d'Etienne ZeligNaïri, esclave d'Etienne EmileNaïri, esclave d'Etienne UlrichNaïri, esclave d'Etienne Lao
Naïri, esclave d'Etienne Chat10Naïri, esclave d'Etienne 00410Naïri, esclave d'Etienne 00310Naïri, esclave d'Etienne 00212
Naïri, esclave d'Etienne Ssacho10Naïri, esclave d'Etienne Indi10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.liberumarbitrium.net
Invité
Invité
Anonymous


Naïri, esclave d'Etienne Vide
MessageSujet: Re: Naïri, esclave d'Etienne   Naïri, esclave d'Etienne EmptyVen 11 Juin - 9:36

Merci d'être venu, mais cela ne fait pas longtemps que je suis sur le forum, j'ai eu un accès aiguë d'inspiration.

Sinon j'ai encore un bon paragraphe de mon histoire à finir mais d'ici ce soir ce sera fait. De plus ce weekend devait être une période très difficile pour mon clavier (rp à répétions sur trois forums)

Voici l'image ; https://i.servimg.com/u/f61/12/91/49/15/untitl10.jpg


Dernière édition par Naïri le Ven 11 Juin - 9:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Uriel D'Arken
Mort(e) tragiquement

Uriel D'Arken

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 620
♦ Messages : 2351
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : It's me, Uriel !
♦ Protecteur : The Emperor Protects !
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 29

Naïri, esclave d'Etienne Vide
MessageSujet: Re: Naïri, esclave d'Etienne   Naïri, esclave d'Etienne EmptyVen 11 Juin - 9:38

Pas de soucis ^^ J'aime savoir que le Forum inspire les joueurs ^^

Sinon, n'oublies pas l'Orientation politique... Et la vignette. Sinon, ben... t'as le temps ^^

_________________
Naïri, esclave d'Etienne Ezhekiel Naïri, esclave d'Etienne ZeligNaïri, esclave d'Etienne EmileNaïri, esclave d'Etienne UlrichNaïri, esclave d'Etienne Lao
Naïri, esclave d'Etienne Chat10Naïri, esclave d'Etienne 00410Naïri, esclave d'Etienne 00310Naïri, esclave d'Etienne 00212
Naïri, esclave d'Etienne Ssacho10Naïri, esclave d'Etienne Indi10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.liberumarbitrium.net
Invité
Invité
Anonymous


Naïri, esclave d'Etienne Vide
MessageSujet: Re: Naïri, esclave d'Etienne   Naïri, esclave d'Etienne EmptySam 12 Juin - 17:17

Théoriquement, Présentation finie !
Revenir en haut Aller en bas
Uriel D'Arken
Mort(e) tragiquement

Uriel D'Arken

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 620
♦ Messages : 2351
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : It's me, Uriel !
♦ Protecteur : The Emperor Protects !
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 29

Naïri, esclave d'Etienne Vide
MessageSujet: Re: Naïri, esclave d'Etienne   Naïri, esclave d'Etienne EmptySam 12 Juin - 19:38

Bien le bonsoir !

C'est une belle fiche, complète et correctement réalisée. Mes félicitations, Tu es acceptée dans notre maison de fous ^^

FICHE VALIDÉE

Bon jeu à Toi !

_________________
Naïri, esclave d'Etienne Ezhekiel Naïri, esclave d'Etienne ZeligNaïri, esclave d'Etienne EmileNaïri, esclave d'Etienne UlrichNaïri, esclave d'Etienne Lao
Naïri, esclave d'Etienne Chat10Naïri, esclave d'Etienne 00410Naïri, esclave d'Etienne 00310Naïri, esclave d'Etienne 00212
Naïri, esclave d'Etienne Ssacho10Naïri, esclave d'Etienne Indi10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.liberumarbitrium.net
Contenu sponsorisé




Naïri, esclave d'Etienne Vide
MessageSujet: Re: Naïri, esclave d'Etienne   Naïri, esclave d'Etienne Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Naïri, esclave d'Etienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Χ Archives Χ-