AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Zélig Faoiltiarna - Ca pique.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
† Prêtre †

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 464
♦ Messages : 599
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : Grab your dick and double click !
♦ Protecteur : L'Eglise.
♦ Date d'inscription : 10/06/2010
♦ Age : 26

MessageSujet: Zélig Faoiltiarna - Ca pique.   Jeu 10 Juin - 8:57

IDENTITÉ


    Nom de Famille : Faoiltiarna.
    Prénom(s) : Zélig. Ça ne veut absolument rien dire, et ce n'est même pas celui que ma mère m'a donné, mais pour ma « carrière » ça faisait meilleure figure. J'en sais rien.
    Surnom : ... Essaye de m'en donner un, tu vas voir comme tu vas rigoler.
    Âge : Trente-et-un ans.
    Titre de noblesse : Mon père est comte, mon grand frère est l'héritier, mais étant né du mauvais coté des draps, je n'ai pas le droit au titre.
    Province : Ishtar. Je n'en ai jamais vu d'autres.
    Orientation Sexuelle : Si tu t'occupais de tes affaires, hum ?


APPARTENANCE

    Faction : Eglise.
    Classe : Prêtre
    Orientation Politique :
    J'aime bien le Régent, mais la politique en général je m'en fous. L'important dans la vie, c'est l'Ombre, le sort que je dois perfectionner et l'Accident, tout système politique doit me permettre de tendre vers ces objectifs. L'actuel est idéal pour ça, puisqu'il me fournit même le nécessaire à mes efforts.
    Les autres ? Jamais eu l'occasion de vraiment m'y intéresser. Ça va peut être changer... Le résultat de l'Accident demande cet effort, je le ferais. Les ingénieurs sont des nuisibles, les autres prêtres des saloperies et les nobles des sac à foutre, mais je prendrais sur moi, promis. C'est capital, l'enjeu est trop important. Je leur ouvrirai la gorge si ils font seulement mine d'être menaçant, je suis très doué pour ça. Quel dommage qu'on ne m'ait pas permis d'être formé à l'escrime ! Saloperie de prêtrise. Si j'avais eu le choix, je serais dans une ferme, les deux pieds dans la merde, avec des poules. J'ai jamais touché une poule de ma vie, mais ça me paraît bien. Puis pourquoi le pouvoir des ombres ? Je suis sûr qu'il y en a d'autres, je sais pas, quelque chose en rapport avec les animaux... Ça serait toujours plus agréable.
    ... Pardon, je me suis un peu emporté.


VOUS...


    Physique :
    Je ne sais pas quoi en dire, n'y ayant jamais prêté grande attention. Je sais quelle tête j'ai, mais ça ne change pas grand chose. Pourquoi voulez vous savoir ? ... Bon.

    En fait, ce qui est important dans mon physique, c'est la couleur de ma peau, elle dit pourquoi je suis prêtre - si on a vu mon père et son épouse - je pense que ça c'est éventuellement intéressant. Voilà pourquoi : Quand tu vois ce couple, blanc comme des culs et blonds, puis moi avec le teint très foncé, tu te dis « ooooh, y aurait bien eu un p'tit ramonage discret à l'issue malheureuse là dessous ! ». Oui, tu devines bien, ma mère était originaire de Khofora, et exerçait dans la capitale. Qu'elle n'ait pas eu la présence d'esprit de se débarrasser de moi pendant la grossesse me dépasse, sans doute espérait elle que le comte la dédommagerait pour sa peine avec une jolie rente. Elle menaça de révéler à son épouse le bâtard qu'il avait fait, ce qui était complètement idiot vu qu'elle n'avait aucune preuve. Mon père est un con, et un trouillard, suite à des événements confus et embrouillés (étant nouveau-né à cette époque, je ne suis pas en mesure de les rapporter), il me reconnu (je n'eut toutefois pas l'honneur de porter son nom), sa femme le su et se retrouva avec un fils de pute sur les bras pendant que ma mère disparu dans la nature pour reprendre ses activités en toute liberté. Il me garda auprès de lui les premières années de ma vie.
    Je faisais tâche.
    Mon grand frère – héritier du titre – était lui aussi blanc comme une merde de crémier, mélancolique et de faible constitution, là où je n'étais que joie de vivre (si si) et vigueur. Je le laminais avec de grands éclats de rire dans des bastons amicales, et il me détestait pour ça. Gamin, j'ai fait toutes les conneries à faire, notamment celle de la ramener aux repas distingués en appelant mon père « papa » devant toute une tablée de bourges, j'ai très vite senti du haut de mes cinq ans que cela ramenait toute l'attention sur moi et que c'était bien agréable.
    Dieu que j'étais con.
    La vie se chargea bien vite de me rappeler que quand on a un père trouillard et cruel (comme tous les nobles d'Ishtar, en fait), on ne ramène pas trop sa fraise et je me retrouvais à étudier la prêtrise contre mon gré en étant bien trop petit et bien trop mignon pour me retrouver au milieu d'un tas de vieux fermement décidé à utiliser tous les moyens possibles et imaginables afin de faire de moi l'anti-hérétique parfait. Dussent ils me faire rentrer la leçon bien profond à grands coups de bite.

    Sinon j'ai de jolis yeux verts, les cheveux bruns foncés, je souffre souvent d'anémie, j'ai une pilosité bien fournie et je fais un mètre soixante cinq... mais quelle importance ?

    Personnalité :
    L'Ombre.
    L'Accident.

    ...

    C'est bon les gars ! On a fait le tour de ma personnalité vous pouvez rentrer chez vous ! ... Quoi ? Tu crois qu'avec le boulot de bête de somme que j'ai je peux me permettre d'avoir des envies et des aspirations ? Non ! Il y a six ans j'ai découvert un but dans ma vie : Arriver à crée un pantin solide et immortel en ombres et je compte bien y arriver. C'est à cause de l'Accident, mais je préfère pas en parler ici, c'est un secret plutôt bien gardé jusqu'à maintenant. J'ai découvert ce sort à cause de cet événement, mais il n'est pas parfait, ça ne dure que quelques heures. Il faut absolument que ce je crée me survive, c'est capital, je manque de temps. Quelques années tout au plus... Je ne peux pas me permettre de mourir en attendant, bien que l'idée me tente, parfois. J'ai même failli y rester, j'ai tendance à « chercher » un peu trop fort, sur mon poignet gauche, le creux de mes mains (douloureux), l'intérieur de mes cuisses, mon sexe aussi parfois. Mon sang n'a l'air de rien apporter à l'affaire... mais je cherche quand même. Pour l'instant tout ça n'a que le mérite de m'apaiser.

    Je suis dévoué à l'Ombre plus que tu ne le seras jamais, pour la même raison qu'un clébard enragé accédera au plus cher désir de son maître dans un combat de chien. A cause de l'Accident, avant ça j'étais moins efficace, mais bon dans mon domaine quand même, parce que suivre la meute était toujours moins con que de m'enfuir de mon apprentissage de la prêtrise, dès lors que l'Accident se produisit, je devins un acharné de la foi. Laisse moi te citer un verset, je suis payé pour ça :

    « L'équilibre est la clef. L'équilibre du corps ne doit jamais être excessif. La symétrie n'est pas l'équilibre le plus parfait, même si l'œil d'un ignorant la trouvera esthétique. Les mouvements synchronisés avec la pensée, la volonté, la respiration et le cœur, voilà l'équilibre à atteindre. Et il vous sera donné de communier avec l'Ombre aussi souvent que possible. Seul le travail dur et de longue durée endurcira votre corps et votre esprit pour les rendre purs et efficaces. »

    Oui, certes, te diras tu. Tu peux en conclure que je bouge comme une danseuse, et tu as raison, c'est le cas, mais quel rapport avec la choucroute ? En fait, ce verset m'explique pourquoi la manipulation des ombres me réussit si bien : J'ai réussi à garder un très sain équilibre dans ma tête, dans mes pulsions. Avant l'Accident, j'hésitais entre la haine et le désespoir, me laisser mourir ou tous les buter (lentement, en utilisant des tenailles chauffées à blanc), maintenant c'est entre la haine (toujours) et la peur pour l'Accident, tout le temps. Les rêves éveillés que je peux faire à son sujet me terrifie.
    Il faut que je finisse ce putain de pantin immortel.


ET VOTRE HISTOIRE


Quelques fois, un homme arrive dans mon « atelier », avec un calepin et l'air inquiet. Ils ne sont pas spécialement trouillard ou lâche, mais j'ai mauvaise réputation. Celui ci n'est pas différent des autres, inconsciemment, il prend le langage corporel qu'il aurait auprès d'un animal dangereux, les mains en évidence, légèrement penché en avant et il prend soin de me pas faire de geste brusque. Je n'ai pas été menaçant envers lui (en fait je l'ai pas beaucoup regardé), mais c'est vrai que la scène a de quoi impressionner. Une femme est allongé (vautré) devant moi, évanouie, dans une pièce qui pue la charogne parce que j'ai eu la flemme de nettoyer. Je suis assis en tailleur devant et je réfléchis. L'homme au calepin est là pour prendre note du rituel qu'il convient à mon sort, parce que j'ai beaucoup de mal moi même à en faire la description, c'est comme si j'expliquais la couleur rouge à un aveugle.
Que pourrais je faire à cette femme pour qu'elle lâche de l'ombre immortelle ? J'ai essayé tellement de chose... Les mutilations, la douleur, le plaisir, l'orgasme, l'inconscience de son sort, mon sang, la drogue... J'ai essayé de mélanger plusieurs personne, mais je me suis évanoui à cause de l'effort, il faut peut être chercher par là...
J'ai tellement cherché.


Je suis assis dans une baignoire, j'ai vingt huit ans, et la veille 'ai découvert un nouveau sort formidable dépendant de la mort des gens du sang versé.
J'ai un couteau à la main.
Le tout, c'est de savoir si mon sang peut aider, j'ai déserté ma salle de travail pour une baignoire parce que j'ai peur de m'évanouir avant la fin de l'opération. C'est que la douleur ne disparaît pas, chez personne, tout au plus est elle de moindre importance dans ma tête. Ça me fait paraître insensible alors que c'est juste que je ne fais pas gaffe, parce que cette douleur à un but. Enfoncer moi un couteau dans le bras sans mon consentement et je gueulerai comme n'importe quel abruti.
Bref.
Je veux voir si il y a du sang plus important en moi, si celui de la paume de ma main vaut moins que celui... d'ailleurs. Et puis ça me soulage, je ne saurais pas expliquer pour quoi. L'idée communément admise est que l'automutilation est une punition que l'on s'inflige, ou un moyen d'attirer l'attention. Je ne renie pas tout ça, mais je pense que c'est tout de même un chouilla plus compliqué que des désirs de merdeux adolescent malheureux.
Je décalotte avec précaution, juste pour voir, puis j'approche le couteau.

Je me réveille dans ma cellule de prêtre, avec quelques médecins autour de moi et pas mal de bandages. Ça les intrigue, je les comprends. Qui découperait volontairement son prépuce ? Ils m'informent – pas peu fier – que l'engin est en parfait état de marche malgré le traitement que je lui ai infligé. Ils ont fini le boulot proprement et sont très satisfaits d'eux mêmes. Un supérieur hiérarchique – qui se trouve lui aussi dans la pièce – me demande les larmes aux yeux pourquoi 'ai fait un truc pareil. Trou du cul.
J'explique le sort que j'ai découvert.
Oublié mes histoires de tuyauterie ! Le vieux veut une démonstration, genre tout de suite, il fournira la brebis innocente, même, tellement ça l'intéresse. Les médecins protestent pour la forme, je risque plus grand chose niveau santé physique. La moral là dedans ?
Je réfléchis à la prochaine expérience, je vais essayer d'enfoncer un cathéter dans l'urètre, le plus loin possible. Jusqu'à la prostate, ce serait bien, si j'arrivais à remonter le canal séminal.

Je respire l'odeur de la peau de ma future victime. Une odeur de propre, de femme en bonne santé. J'ai essayé les choses les plus sales et les plus répugnantes, j'ai même donné le sang de la femme source de l'Accident, voir si un proche pouvait aider. La réponse est non, j'ai supposé qu'avec l'attachement... Du temps perdu. Je ne trouve pas. Si j'avalais le sang ? Il paraît qu'au delà d'une certaine quantité, ça rend malade... Bof, ça mange pas de pain d'essayer, au pire je vomirais.
Allez, à la jugulaire, comme les vampires. La victime est toujours droguée, c'est inutile qu'elle souffre, je préfère autant l'éviter. Je n'éprouve pas de plaisir sexuel à faire souffrir, c'est curieux, c'est plutôt commun comme attirance pourtant. En fait je n'aime pas trop ça, comme souffrir pendant le sexe je n'aime pas non plus. J'aime bien la tendresse, mais on la trouve rarement.
Bref.
Je mets mes mains ouvertes au dessus du corps, et puis j'avale. C'est laborieux, je ne sais pas comment je vais avaler quatre/cinq litres de sang tout d'un coup. Au bout d'un moment, j'ai le besoin irrésistible d'arrêter parce que c'est trop. Le mec au calepin me regarde, affolé, parce que pour respecter les rituels de l'ombre, je suis obligé d'afficher une certaine volupté en buvant, et mes gestes mesurés expriment peut être le plaisir, je n'en sais rien. Au bout d'un moment, il note que boire autant n'est pas très sain – même si c'était de l'eau – et que j'ai l'air très crispé. Je vais jamais arriver à la tuer comme ça ! J'ai affreusement mal au ventre, et une grosse envie de pisser. Au bout d'un moment, mes intestins me semblent sur le point d'exploser, je tremble, j'ai peur de tout renvoyer, et je crispe pour pas pisser.
Ah !
J'invoque la créature d'Ombre. Un ordre, son rôle sera semblable à tous ceux que j'ai invoqué avant :
Va, protège. Avec une jolie image mentale. L'Accident est plus important.
Oui mais moi j'évacue tout le sang. Le mec avec le calepin a la présence d'esprit de me mettre la tête sur le coté pour que je puisse vomir à mon aise. J'en sors « par tous les trous » comme ont dit, et mon uniforme de prêtre est assez vite irrécupérable. Ça dur drôlement longtemps, et j'ai la décence de m'évanouir au bout d'un moment.
Merde, je vais être en retard avec ces conneries, il faut pas.


J'ai vingt six ans, l'accident ne s'est pas encore produit.
Je suis dans une petite forêt près de la capitale, allongé dans les bois. Je suis nu. Il y a une fille à coté de moi – affalée sur moi en fait. La tête appuyé sur mon bras, je fume une cigarette, un vague sourire idiot sur les lèvres. Le problème principal de la gent féminine, à mon sens, c'est qu'elle parle. Moi j'ai envie de dormir, elle non. Elle me débrieffe sur ma performance, compare à toutes les autres, et m'explique ses attentes en la matière pour les prochaines fois. Elle développe ensuite sur sa relation avec sa mère, puis son père, son rapport en général avec les gens pour finir par m'expliquer pourquoi elle n'aime pas certains aliments.
Je l'aime beaucoup.
Je respire l'odeur de ses cheveux, j'apprécie. Pas la force pour des odeurs plus fortes.
Elle est passé totalement outre de mes angoisses initiales, ne retiens jamais en mémoires mes crispations – voir mes crises d'angoisse - et ne me pose pas de questions sur mon boulot. A l'époque, je suis plutôt bon dans mon art, et je travaille aux rapports entre la mort et la manipulation des ombres, rien de bien sexy que l'on ai envie de partager. Tout ce qu'elle a retenu de mes compétences, c'est que je peux couper du verre en deux en faisant des gestes étranges dans l'air – elle m'avait demandé une démonstration. En fait, elle me voit comme le stéréotype typique du Mâle, de Lhôme Viril quoi, le type qui parle pas de ses sentiments, qui considère la mode, la déco d'intérieur et la gastronomie comme des pertes de temps phénoménales et qui sait pas s'y prendre avec sa belle-mère.
Y a des clichés intemporels, comme ça.
Puis bon, le temps passe dans la forêt, avec les petits écureuils tout ça et qu'on a des discutions idiotes sur la forme des nuages et puis on décide de remettre ça.
ET BAM L'ACCIDENT !!!

Je sors du monastère, retrouver le résultat de l'Accident. Je n'ose mentalement la désigner sous un autre nom, j'ai peur qu'ils lisent dans ma tête pour lui faire du mal.
J'arrive à une pension pour jeunes filles.
Je rentre d'un air méfiant, une trentaine de gamines – majoritairement filles de nobles de moindre importance – en train de faire du coloriage me dévisagent. C'est pour apprendre à lire et tout ça (c'est bien), après elles sortent de là et prennent des postes importants dans leurs clans familiaux respectifs, avant de faire comme leurs ainés et d'aller à des orgies pour trouver un bon parti et faire d'autres filles.
Je monte vers les chambres. Quinzième sur la droite couloir, je connais par cœur. Je rentre dedans, et elle me fait un gros câlin avant de courir près du lapin nain – qui s'appelle Carotte - et me faire un compte-rendu détaillé de son état de santé et de ses hauts-faits du jour (ronger une peluche, faire caca sous le lit... ce dernier fait l'amuse beaucoup d'ailleurs). Le pantin en Ombre est là, elle n'y fait pas très attention, ils ont toujours été là.
Je m'assoie sur son lit et l'écoute, un peu penaud(toujours, avec elle). Elle me raconte ses rapports avec d'autres petites filles de cinq ans, comment la préceptrice est méchante pas belle et que Carotte il mange son caca des fois. Je l'écoute, tout plein d'admiration et d'un tas d'autres choses que je comprends pas très bien. Elle me donne un dessin aussi, c'est drôlement bien. Une fois elle m'a dit qu'elle me détestait parce que je ne pouvais pas lui offrir de poney (et que sa copine Elizabeth en avait un,
elle), je suis resté alité pendant deux jours.

Tu vois comme un pauvre ovule fécondé peut foutre un bordel infernal ? Je n'en voulais pas au début, vraiment pas, j'avais la trouille, je me sentais pas capable, j'avais des hallucinations de bébés noyés dès que je passais devant la moindre flaque d'eau, un couteau ne pouvait finir sa course que dans son thorax fragile, et puis, le temps passant... Je fais pendant des heures des rêves éveillés où elle meurt de toutes les façons possibles et imaginable, où elle souffre, où elle rentre dans la prêtrise. Je suis obligé de faire couler le sang excessivement pour qu'il ne lui arrive rien, le mien surtout. C'est karmique. Si c'est moi que l'on découpe, brûle, démonte, brise, ce n'est pas elle, tu comprends ? Et si j'arrive à crée un patin immortel, il pourra la protéger le jour où je me buterai accidentellement.
Et personne ne doit savoir.


POUVOIRS


- Respect : qui lèverait la main sur un serviteur de l'Ombre ? Un fou, sans doute.
- Manipulation des ombres (+): vous pouvez rendre les ombres tangibles et vous en servir pour attaquer, vous défendre ou déplacer des objets. Il s'agit d'une technique ancestrale, basée sur les gestes et la volonté du prêtre. Ceux qui l'exercent ressemblent à des danseurs ou des adeptes d'arts martiaux. Souvent, on donne aux ombres un aspect tranchant... Mais à chacun sa technique.
- Sort personnalisé (Sang des Ombres) : maître dans le domaine de la manipulation de l'Ombre, Zelig a découvert un nouveau pouvoir... Si on fait couler le sang de quelqu'un, jusqu'à le tuer, on peut prélever une partie de son Ombre. De cette façon, notre prêtre peut créer un serviteur, tangible et d'une apparence vaguement humaine, bien que noir et translucide, qui lui obéit. Une telle créature ne peut se maintenir que quelques jours, voire quelques heures... Mais qui remarquera une ou deux disparitions de plus dans cette ville gigantesque et ô combien dangereuse ?

AUTRES


    Comment avez-vous découvert le Forum ?
    - En cliquant.
    Avez-vous des conseils ou des remarques le concernant ?
    - Ça manque de Bisounours.
    Votre Disponibilité (en moyenne) :
    - Hin hin hin, je suis presque aussi présent qu'Uriel, c'est dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtre †

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 464
♦ Messages : 599
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : Grab your dick and double click !
♦ Protecteur : L'Eglise.
♦ Date d'inscription : 10/06/2010
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Zélig Faoiltiarna - Ca pique.   Jeu 10 Juin - 12:54

UP.

J'ai fini tellement je suis bien tellement je suis fort tellement mon chat c'est un mannequin.

...

Que je déteste poster des fiches, c'est toujours plein de suspens. TT

* S'enfuit en hurlant. *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mort(e) tragiquement

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 620
♦ Messages : 2351
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : It's me, Uriel !
♦ Protecteur : The Emperor Protects !
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 27

MessageSujet: Re: Zélig Faoiltiarna - Ca pique.   Jeu 10 Juin - 14:16

Je trouve ça aussi bien fait que toujours, cher ami.

Tu es le bienvenu (encore) et validé. Un bon jeu à Toi.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberumarbitrium.net
† Prêtre †

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 464
♦ Messages : 599
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : Grab your dick and double click !
♦ Protecteur : L'Eglise.
♦ Date d'inscription : 10/06/2010
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Zélig Faoiltiarna - Ca pique.   Jeu 10 Juin - 15:19

Okay cool merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Zélig Faoiltiarna - Ca pique.   Jeu 10 Juin - 15:22

OUINNNNNNNNNN...

Moi auchi je veux
Revenir en haut Aller en bas
† Prêtre †

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 464
♦ Messages : 599
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : Grab your dick and double click !
♦ Protecteur : L'Eglise.
♦ Date d'inscription : 10/06/2010
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Zélig Faoiltiarna - Ca pique.   Jeu 10 Juin - 15:29

* Toussote. *

Le sens de ta réplique n'est pas très limpide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Zélig Faoiltiarna - Ca pique.   Jeu 10 Juin - 15:30

Je veux être validé, fo pas chercher, j'ai rien à faire alors je glande....

Soooo me
Revenir en haut Aller en bas
† Prêtre †

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 464
♦ Messages : 599
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : Grab your dick and double click !
♦ Protecteur : L'Eglise.
♦ Date d'inscription : 10/06/2010
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Zélig Faoiltiarna - Ca pique.   Jeu 10 Juin - 15:31

Viens sur la box si tu t'ennuies !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Zélig Faoiltiarna - Ca pique.   Jeu 10 Juin - 15:32

Elle est ou?? Je préviens je suis nul avec un ordi mais je me débrouille pas mal avec un stylo
Revenir en haut Aller en bas
† Prêtre †

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 464
♦ Messages : 599
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : Grab your dick and double click !
♦ Protecteur : L'Eglise.
♦ Date d'inscription : 10/06/2010
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Zélig Faoiltiarna - Ca pique.   Jeu 10 Juin - 15:33

Quand t'es sur la page d'accueil, y a un bidule noir et chelou à gauche, tu clique dessus, un truc s'ouvre, et ensuite tu clique sur "connexion".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Zélig Faoiltiarna - Ca pique.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Zélig Faoiltiarna - Ca pique.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ϩ Recensement Impérial Ϩ :: Validées-