AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Zacharias Flash

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 369
♦ Messages : 405
♦ Âge du perso' : 26
♦ Fiche : L'homme qui murmurait aux oreilles
♦ Protecteur : Siegfried Agasthel
♦ Date d'inscription : 01/01/2011
♦ Age : 28

Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] Vide
MessageSujet: Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana]   Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] EmptyDim 25 Déc - 16:25


    Zacharias grimaça. Toute cette histoire avait commencé il y avait quelques jours, deux semaines, pour être plus précis, mais il avait l'impression que ça n'en finissait plus. Il avait enlevé plusieurs fois ses bandages, avait essayé de les nettoyer avec divers petits onguents qu'il avait piqué à un médecins mais les blessures n'arrêtaient pas de s'infecter. Ça faisait mal...lorsqu'il touchait le gros bleu, celui derrière lequel il avait l'impression qu'il y avait une côte cassée, ça lui faisait un mal de chien, si bien que depuis une semaine, il voyait un peu trouble et avait du mal à marcher droit – peut-être que les litres d'alcool qu'il avait ingurgité la veille y étaient pour quelque chose, non ? Zacharias souffla, plongeant sa tête dans une bassine d'eau et se coiffant grossièrement les cheveux avec ses doigts. Il était plus propre que les autres jours où il avait pu paraître dehors : cette fois-ci, il était passé aux sources depuis à peu près moins d'une semaine et avait eu le temps d'enlever le drôle de vert qui dépassait de certaines de ses plaies. Si seulement son père adoptif était encore vivant, il se serait foutu de lui en lui disant qu'il avait beau avoir passé toute son enfance avec un médecin, il n'était toujours pas capable de soigner ses plaies.

    Alors, il sort. Avant ça, il s'est bien sûr vêtu – une chemise toute simple mais trouée et un pantalon qui a déjà vécu bien des aventures. Il a sûrement de plus beaux vêtements dans son petit bagage, mais il se trouve qu'il a vraiment du mal à tenir la route et que...que tout simplement, il se met ce qui lui vient. Et puis il doit sortir, il le sait. Il est déjà en mauvaise santé, alors s'il ne trouve pas quelqu'un de plus doué que lui pour faire des pansements – genre un médecin, un vrai cette fois – il sait qu'il ne tiendra pas longtemps. Juste hier, par exemple, il a rendu dans le lavabo et s'est tordu le ventre toute la nuit.

    La rue était déserte. On était tôt dans la journée et en plus, l'endroit n'était pas vraiment super fréquenté d'habitude. Comme quoi même dans le quartier du Tchï, il y avait des toutes petites ruelles où les gens ne passaient pas super régulièrement. Nan pas qu'elles étaient mal fréquentées, celles-là, mais plutôt pour il ne savait quelle raison, il était justement le seul pecnot à se trimbaler dans cette rue. Point final. Et puis il s'arrêta, sentant qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas. Mais pas du tout, quoi. Plus que cette envie de mourir juste après la mort d'Eleanor. Plus que ce désir de trucider Siegfried Agasthel et garder les enfants rien que pour lui. Comme si tout son corps en avait marre et criait stop ; scène un peu ridicule, surtout à décrire, je vous en conviens. Il essaya vainement de s'appuyer à un mur mais tomba. Tenta de se relever mais se mit à cracher du sang. Tout était fini ? Il allait mourir quelqu'un ? Mais...mais il avait pas encore d'enfants ! Et...et puis, Marius ne l'avait pas encore excusé ! Il ne pouvait pas mourir comme ça, tout d'suite maintenant ! C'était tellement con ! Les gens qui découvriraient sa dépouille, ils diraient « il est con celui-là il savait pas soigner ses blessures alors il est crevé d'un coup ! » Il en pleurait.

    Sa vue commença à se brouiller, il avait du mal à respirer. Quelqu'un ? Quelqu'un allait arriver et le sauver, hein ? Il avait l'impression d'avoir plein de sang dans la bouche...la mort était-elle si désagréable ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Informateur ♦

Morgana Sigvard

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 405
♦ Messages : 343
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Fiche disponible ici et le carnet des RP, relations & résumés se trouve là bas.
♦ Date d'inscription : 20/11/2011
♦ Age : 28

Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] Vide
MessageSujet: Re: Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana]   Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] EmptyDim 25 Déc - 21:18

C'était lent, c'était trop lent ! Morgana perdait vraiment patience. Cela faisait plus de six mois qu'elle se mettait en danger toutes les nuits en furetant dans la capitale, en se mêlant aux conversations et aux bagarres, elle avait frôlé la catastrophe plus d'une fois et commençait à s'inquiéter du nombre croissant de bleus qui s'installaient sur son corps. Des coups, des chutes... La mort était partout, plus forte que dans toutes les autres provinces. Le froid de Nördlichesländer ? C'était rien du tout comparé aux dangers existants en Ishtar !

La jeune Sigvard était exaspérée mais ses désirs n'en étaient pas refroidis pour autant. Elle voulait percer. Elle voulait s'élever. Et elle commençait sérieusement à envisager de nouvelles méthodes pour recueillir des informations. Ce n'était pas digne d'elle et beaucoup allaient la mépriser... Mais la fin justifie les moyens. Seul le résultat comptait. Et au point où elle en était, aux grands maux les grands remèdes. Avant d'oser lever la voix, elle devait acquérir plus de puissance. Plus de poids, plus de secrets... Le chantage c'était quand même risqué. A voir.

Ce matin là, l'informatrice s'apprêtait à prendre son poste de serveuse dans un des petits restaurants typique du quartier du Tchï. La journée partait déjà de travers, pour d'obscures raisons elle venait de se faire purement et simplement congédier. Virer. Renvoyée.

Il y avait du travail à revendre dans la capitale, ce ne serait pas trop compliqué de trouver un nouveau job... Mais les conditions n'allaient sans doute pas être aussi bonnes. Et ça foutait Morgana en rogne. Elle claqua violemment la porte de service du restaurant et balança quelques coups de pieds dans les poubelles. Tout allait de travers. C'était de pire en pire.

La jeune Sigvard décida de se rendre au marché. Elle n'était pas d'humeur à jouer les intrigantes et puis de toute façon à cette heure là, les secrets honteux étaient encore cachés au fond des lits drapés de satin aux taches suspectes. Elle prit la direction du marché d'un pas raide...

Mais n'y arriva jamais.

Il y avait un type affalé au sol qui était en train de dégobiller du sang. Morgana s'arrêta quelques secondes pour l'observer de loin. Cette silhouette lui était familière mais elle n'arrivait pas à remettre un nom sur ce mec qui agonisait. Elle s'approcha doucement par derrière et quand Zach fut à quelques mètres d'elle, l'informatrice se souvint.

Le bouffon qui avait insulté l'Ombre, qui avait tout fait pour s'enfuir en la mettant dans le pétrin. Le bouffon qu'elle avait sauvé in extremis. Elle ne l'avait pas oublié mais elle avait été tellement occupée ces derniers jours que l'existence de ce type était passée au second plan. Et voilà que l'Ombre le plaçait juste sur sa route. Un vrai miracle.

« Zacharias Flash ! » déclama Morgana d'un ton tonitruant, un sourire de triomphe sur le visage. C'était mal d'être en joie face à la souffrance d'autrui. Mais vu l'état pitoyable dans lequel l'informateur se trouvait, la jeune femme était pratiquement certaine qu'il n'allait pas lui causer d'ennuis. Mais il fallait se méfier un peu tout de même... C'était un bouffon, il avait utilisé de bien drôles de méthodes lors de leur première rencontre. Morgana réfléchissait à toute vitesse. Il allait lui servir à rien dans cet état. Et s'occuper un peu de lui, c'était prendre le risque de perdre du temps pour rien.

Elle souleva le corps meurtri de l'Informateur sans aucune douceur et le traina jusqu'à une rue plus animée. Elle n'arriverait pas à le porter seule jusqu'à sa chambre. Et elle ne pouvait pas s'occuper de ce bouffon en plein milieu d'une rue. Morgana héla un pauvre hère à la carrure respectable et lui fourra quelques pièces dans la main:

« Si vous m'aidez à transporter mon ami blessé et que vous gardez le silence, vous aurez encore droit à quelques pièces à l'arrivée. »

Cet inconnu puait mais la jeune femme faisait abstraction. Zacharias semblait vouloir dire quelque chose... Il n'était sans doute pas d'accord. Morgana lui adressa un regard menaçant. Le clochard tenait l'informateur par les épaules et la fille Sigvard lui avait attrapé les pieds. Elle marchait à reculons et le dos de Zach raclait parfois contre le sol. L'épopée sembla durer des heures, l'odeur du type se faisait de plus en plus forte et le corps de l'informateur de plus en plus lourd. Arrivés dans la rue où habitait Morgana, cette dernière congédia son ouvrier temporaire en lui fourrant une nouvelle fois quelques pièces dans la main. Elle attendit qu'il disparaisse de son champ de vision pour entrer dans son bâtiment et monter Zach jusqu'à sa chambre. Pour parcourir les derniers mètres qui lui restait à faire, elle le jucha sur son dos avec difficulté. Elle espérait qu'il n'allait pas lui cracher du sang dans les cheveux. Enfin parvenue à son modeste logis, elle lâcha brutalement l'informateur sur son lit douillet, les épaules et le dos douloureux. La pièce n'était pas bien rangée, elle ouvrit les volets pour faire entrer plus de lumière puis revint au chevet de Zacharias.

« Alors alors, qu'avons-nous là ? Un informateur en bien mauvaise posture... Je pourrais peut-être t'aider, si tu veux bien coopérer. Ça ne te coûtera... presque rien. Juste un peu de salive, pour me raconter... Mais avant il faut te remettre sur pieds ! Bon alors... Qu'est-ce que tu t'es fait, au juste ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morgana-lazarey-photography.tumblr.com/

Zacharias Flash

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 369
♦ Messages : 405
♦ Âge du perso' : 26
♦ Fiche : L'homme qui murmurait aux oreilles
♦ Protecteur : Siegfried Agasthel
♦ Date d'inscription : 01/01/2011
♦ Age : 28

Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] Vide
MessageSujet: Re: Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana]   Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] EmptyMar 27 Déc - 17:46


    Il était tombé, inconscient sur le sol dur. Que s'était-il passé ? Un véritable mystère, tout ce qu'il y avait de plus mystérieux. Les médecins auraient dit qu'il était au bout du rouleau et l'aurait probablement découpé en rondelles pour voir comment il avait réussi à survivre jusque là, d'autres auraient tout simplement craché sur son cadavre. Zacharias Flash avait peu d'admirateurs à Ishtar, ne serait-ce aucun. La plupart des personnes qui l'avaient déjà rencontré éprouvaient un désir ardent de : 1, le trucider, 2 : le trucider ou 3 le torturer pour lui faire avouer ses putains d'informations et accessoirement se venger également. C'était la raison pour laquelle l'albinos sortait rarement en pleine journée et se méfiait des types qui le collaient de trop près. Il avait réussi à voler quelques perruques mais avait pu constater de leur efficacité lors de son dernier rendez-vous et le léger inconvénient qu'elles causaient lorsque toutefois il fallait s'incliner.

    Mais là, il était sombré dans un noir des plus profonds. Mort, lui ? Il se sentait ballotté et terriblement malade. Pourquoi il avait toujours mal alors qu'il était mort ? C'était pas normal, il était censé être inanimé, son âme se détacher de lui ou il ne savait quoi. En fait, la mort, c'était vraiment strange. On avait toujours mal et surtout, on pouvait pas bouger ni rien du tout. C'était assez désagréable, au final et pas ce qu'il préférait. Et puis soudainement, il y eut un noir plus grand que les autres et, pendant que la fille et un homme qu'il n'aurait pas reconnu, de toute façon, transportaient sa « dépouille » jusqu'à un quelconque appartement. Zacharias revint à peu près à la surface quelques minutes après avoir été déposé dans le lit. Il n'entendit pas tout ce que put lui dire Morgana, mais son oreille réussit à comprendre quelques uns de ses mots. Des...informations contre sa guérison ? Mais...attendez, ça voulait dire qu'il était bel et bien vivant ? À l'évocation de cette idée, Zacharias en fut surpris et ouvrit même – difficilement – un œil. Vivant ? Mais où était-il ? Il commençait à retrouver quelques sensations et put dire assez facilement qu'il se trouvait dans une pièce où il devait être assez agréable de vivre, emmitouflé dans une grosse couverture.

    Mais ça ne cachait pas la douleur. Zacharias grimaça et sentit qu'il était près à vomir de nouveau si l'inconnue ne faisait pas rapidement quelque chose pour lui. Il sentait que s'il s'évanouissait de nouveau, sa fin serait véritablement proche. En parlant d'inconnue, il s'aperçut vite fait qu'il la connaissait : ces tâches de rousseur sur le visage, la couleur de ses yeux et de ses cheveux qu'il aurait reconnus entre mille. Sûr, c'était cette inconnue qu'il avait montré du doigt à cet étrange type, lorsqu'il s'était retrouvé coincé dans une ruelle, un coup sous la gorge. C'était d'ailleurs à cause de ce même connard qu'il se trouvait aujourd'hui sur ce lit, complètement blessé, et ne pouvait bouger d'un seul pouce. La fuite n'était plus une option, ce n'était clairement pas possible.

    « Aide...aide-moi ! Je...je veux pas mourir ! »

    Son désir de survie avait clairement pris le dessus. Il fallait qu'il oublie Eleanor, il n'avait plus le choix. Il fallait qu'il oublie Paole et le reste, pour le moment, ou ses cauchemars risqueraient de le faire sombrer. Et ce n'était pas vraiment bon pour lui. Ouvrant totalement les yeux, Zacharias Flash lança un regard plein de larmes à la fille. Il...il fallait qu'elle le sauve ! Il ne possédait pas des masses d'informations, mais pour les rares importantes qu'il gardait en son sein, il devenait un homme important.

    « C'est à cause du type...l'aut', là, quand j't'ai vu ! Y m'a cassé une côte ou deux, j'en sais rien mais ça a mal guéri et...j'suis vraiment pas bien ! »

    Comment pour confirmer ce qu'il disait, Zacharias se mit à cracher du sang juste sur le côté du lit. Pas vraiment agréable.

    « Si...si t'enlèves mon vêt'ment, tu verras qu'c'est pas super joli, j'crois même qu'ça a moisi ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Informateur ♦

Morgana Sigvard

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 405
♦ Messages : 343
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Fiche disponible ici et le carnet des RP, relations & résumés se trouve là bas.
♦ Date d'inscription : 20/11/2011
♦ Age : 28

Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] Vide
MessageSujet: Re: Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana]   Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] EmptyMer 28 Déc - 0:17

Les yeux grands ouverts, il appelait au secours. Qui était l'homme dans cette situation ? La fière fille de Nördlichesländer ou l'Informateur en larmes ? Ce dernier expliqua simplement mais efficacement son cas. Et il avait raison, les coups de son agresseur n'avaient pas été tendres. Jusqu'au point de l'affaiblir ainsi ? C'était quand même énorme... Ou alors, Morgana avait sous-estimé la puissance de frappe de Daniel Semper... Et Zacharias Flash n'était rien d'autre un neuneu faiblard qui risquait sa vie à la moindre blessure.

« J'suis vraiment pas bien ! »

La fille Sigvard ne put s'empêcher de sourire. Quel euphémisme. Il était dans un état lamentable et tout ce qu'il trouvait à dire c'était qu'il n'était pas bien. Pas qu'un peu mon vieux ! L'ironie de ses paroles fut appuyée par son crachat de sang qu'il abandonna juste à côté du lit. Le sourire nerveux de Morgana se transforma en grimace. Ses informations devraient vraiment être de taille, il fallait que ça en vaille la peine...

Voilà qu'il lui proposait de le déshabiller ! La jeune femme fut désarçonnée quelques instants, observant Zacharias d'un air stupide. Elle revint sur terre au bout de quelques secondes. Il avait raison, c'était précisément pour le rafistoler qu'elle l'avait fait monter jusqu'ici. Elle avait payé un gars puant pour l'aider dans sa démarche et les courbatures qu'elle commençait à sentir sur son dos lui rappelaient sa décision.

Morgana attrapa une robe blanche qu'elle avait déjà porté plusieurs fois, s'approcha du chevet de Zacharias et laissa tomber son chiffon improvisé sur la petite flaque de sang au pied de son lit.

« C'est bon, tu ferais mieux de te taire maintenant, sauf si tu as quelque chose de très important à dire... Tu ne vas pas crever maintenant hein ? D'accord ? » lui ordonna-t-elle d'un air tendu. Elle l'avait trainé comme un baluchon sans importance depuis qu'elle lui était tombée dessus dans la rue. A présent ses gestes étaient un peu plus doux, précautionneux. Il ne fallait pas qu'il meure. Encore moins dans sa chambre. Et puis quand même...

Morgana prit de longues minutes pour parvenir à retirer la chemise de Zacharias sans trop le bousculer. Elle roula l'étoffe en boule et la balança de l'autre côté de la pièce, au moins il n'irait pas cracher du sang dessus.

« Voyons voir... »

La jeune femme pinça les lèvres, son petit nez retroussé à l'extrême. Elle ne voulait pas faire de commentaire pour éviter qu'il ne lui réponde, hors de question qu'il gaspille son énergie à la parole, mais franchement, il fallait faire fort pour obtenir un tel résultat. Il avait au moins une côte cassée, ça c'était certain. Pas besoin d'être un médecin en puissance pour voir la dissymétrie de son torse. Malheureusement ce genre de choses ne pouvait se guérir en un clin d'œil. Le seul remède, c'était le temps, et quelques potions pour endormir la douleur. Avant de se précipiter sur sa commode pour en sortir un flacon vert presque vide, Morgana inspecta les blessures ouvertes de Zacharias et quelques autres traces qui semblaient beaucoup plus anciennes. Il avait plusieurs bleus dont un particulièrement spectaculaire, immense, qui virait entre le vert et le marron. Le plus inquiétant c'était ses deux plaies, l'une au niveau de l'appendicite* et une autre qui partait de l'omoplate et qui s'étirait anarchiquement en direction des reins. Le sang avait coagulé sur les bords, mélangé à une autre substance bizarre qui formait une mauvaise croute en putréfaction.

« Je vais devoir aller au marché pour acheter des plantes de ma province. Ça va faire mal, ce sont des mixtures pour homme ! Mais au moins ça va te débarrasser de toutes les saletés bizarres qu'il y a... Ça marchait toujours sur mon père ! Par contre pour ta côte, je ne sais pas si t'es au courant, mais faut juste attendre que ça guérisse de soi même... Donc évite les cascades pendant un très long moment. Je sais plus s'il faut mettre un bandage bien serré ou non... Mmmh... Tiens bois ça. C'est tout ce qu'il me reste pour le moment. Ça t'aidera un moment. »

Morgana fourra entre les mains de Zacharias une petite bouteille verte vidée aux trois quarts, elle avait retiré le bouchon pour lui faciliter la tâche. Elle l'avait achetée à un type bizarre sur le marché, elle ne savait pas ce qu'il y avait dedans, mais ça assommait au point d'en oublier la douleur... Ce qui était plutôt pratique après une rude nuit de vagabondage dans les bas fonds.

La jeune femme compta son pécule en pièces d'or. C'était juste. Elle devait serrer la ceinture puisqu'elle venait de perdre son travail. Heureusement elle n'avait pas touché à son dernier salaire. Elle avait de quoi payer sa logeuse pour un mois encore... Mais elle allait devoir restreindre le budget nourriture si elle voulait acheter des herbes et des onguents corrects pour Zacharias.

Elle espérait que ça en valait la peine... Sinon ses prochaines blessures, ce serait d'elle qu'il les tiendrait !

« J'en ai pas pour longtemps » lança Morgana en ouvrant la porte de son minuscule nid. « … pas la peine de t'ordonner de ne pas bouger... » ajouta-t-elle dans un murmure sombre en refermant la porte derrière elle.

Parvenue dans la rue, elle se retint de courir à perdre haleine jusqu'au marché. Et si quelqu'un l'avait suivie ? Et s'il prenait la fuite et crevait dans un ravin ? Ses emplettes furent placées sous le signe du stress et de la nervosité.

Elle débarqua en trombe dans sa chambre, toute essoufflée. Elle avait couru dans l'escalier, ses bottines à talons grossiers avaient joyeusement claqué sur toutes les marches de bois. Elle aurait pu réveiller les morts...

Un paquet inquiétant en équilibre dans sa paume et un sachet bizarre posé dans l'autre, Morgana s'avança vers son patient.

« Alors..? Tu es prêt pour la guérison à la Nördlichesländer ? »




* Elle ne connait pas ce terme technique, l'ingrate.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morgana-lazarey-photography.tumblr.com/

Zacharias Flash

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 369
♦ Messages : 405
♦ Âge du perso' : 26
♦ Fiche : L'homme qui murmurait aux oreilles
♦ Protecteur : Siegfried Agasthel
♦ Date d'inscription : 01/01/2011
♦ Age : 28

Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] Vide
MessageSujet: Re: Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana]   Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] EmptyMer 28 Déc - 16:57


    Zacharias eut du mal à prendre une autre respiration. Il levait la tête, l'écoutant du mieux qu'il le pouvait histoire de se raccrocher à ce filament de vie. Comme le lui ordonna la fille, il se tut. Elle avait raison, il ne fallait pas qu'elle fasse n'importe quoi. Surtout dans cet état-là. Zacharias essaya toutefois de se redresser, sur le lit, mais ne réussit qu'à se faire encore plus mal. Il vit, par contre, que la demoiselle soulevait sa chemise et sa tête lorsqu'elle observa les diverses blessures qu'il avait pu garder depuis quelques mois. Il y en avait dont il ignorait la provenance, des trucs pas beaux, carrément moches qui le faisaient frémir rien qu'en les regardant. Ceux-là, généralement, Zacharias préférait éviter d'y penser et attendre que ça passe et c'était l'une des principales raisons de pourquoi il était actuellement dans cet état-là. Il ferait mieux bien se guérir, dépenser un peu d'argent, lui, si radin d'habitude, pour se loisir-là. La fille lui fait soudainement boire un truc étrange, et, seulement quelques secondes après, il se sentit comme flottant dans l'air. C'était plus radical que plusieurs bonnes doses d'alcool très fort, que n'importe quel remède. Lorsque sa pensée serait à peu près mieux construite, il faudrait absolument qu'il lui demande où elle avait chopé ce magnifique remontant.

    Zacharias, à cet instant-là, était dans un drôle d'état. Si l'on omettait de signaler le fait qu'il était fâcheusement blessé, le produit que lui avait filé Morgana était des plus louches. Un sourire béat traversait son visage comme s'il n'avait jamais été aussi heureux. En face de lui, un beau champ de fleurs toutes bleues qui paraissait ne jamais avoir été foulé. Oh oui, que Zacharias Flash était heureux, drogué. Il ne pensait plus du tout à ce qui l'avait jadis torturé. Les couleurs devant lui étaient des plus magnifiques ; elles bougeaient au rythme de sa respiration et parfois, quelques petits êtres malins se posaient sur sa tête pour lui chatouiller le bout du nez. Il riait alors, en parfait gamin (ou crétin). Et puis, tout d'un coup, le paysage quasiment bucolique qui s'étendait devant lui se fana. Les fleurs pourrirent, tout devant soudainement noir et en mauvaise santé. Sans le vouloir, le jeune homme fit un mouvement de travers et se retrouva par terre. Il n'eut étonnamment pas mal, le produit qu'il avait ingurgité calmant ses blessures mais était mort de peur. Ce qu'il entendait, c'était les pas d'Uriel d'Arken. Il les reconnaîtrait entre mille. Ceux du Haut Prêtre et de son acolyte, le prince des corbeaux, le baron Emile Paole. Comment dire...il était dans la merde et le seul sentiment qui faisait marcher son esprit alors qu'il était hors de question pour lui de faire un seul mouvement, ce fut la peur.

    Nous ne saurons pas comme il y parvint, mais Zacharias réussit à rouler sur lui-même suffisamment pour se retrouver sous le lit. Et puis il se roula en boule, comme s'il était de nouveau un fœtus, attendant avec anxiété l'arrivée de ces types et espérant de tout son cœur qu'ils ne le voient pas et partent aussitôt. Car pour son esprit tordu, il n'y avait pas le moindre doute. Pour lui, ce n'était pas Morgana qui venait d'entrer dans son appartement, avec à la main quelques herbes dans le but de le guérir mais les figures personnifiées de ses cauchemars. Et l'albinos en avait peur, si bien qu'il s'était mis à trembler de partout. Comme quoi les médicaments bizarres visant à supprimer la douleur peuvent aussi avoir des effets néfastes sur le cerveau...

    Il ne prononça aucun mot, essaya de faire le moins de bruit possible en respirant, même si les larmes lui coulaient abondamment sur le visage. Qu'allait-il devenir ? Ils allaient le tuer, alors qu'il était déjà bien blessé ? Lui ne voulait pas mourir, c'était beaucoup trop tôt !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Informateur ♦

Morgana Sigvard

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 405
♦ Messages : 343
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Fiche disponible ici et le carnet des RP, relations & résumés se trouve là bas.
♦ Date d'inscription : 20/11/2011
♦ Age : 28

Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] Vide
MessageSujet: Re: Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana]   Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] EmptyJeu 29 Déc - 16:40

La motivation de Morgana s'affaissa subitement, tel un soufflé laissé trop longtemps à l'air libre. Le lit était vide. Elle contemplait ses draps froissés avec stupéfaction. Le lit était vide... Zacharias Flash s'était volatilisé. Elle ne l'avait pourtant pas vu dans l'escalier! Ni dans la rue en revenant du marché! La jeune Sigvard laissa échapper une flopée de jurons que seuls les habitants du Nördlichesländer connaissaient. Sa voix avait perdu toute la préciosité caractéristique de la capitale et de ses beaux habitants fortunés. Ayant grandi en compagnie de la fille du gouverneur de sa province, Morgana avait pu grappiller quelques petits avantages d'éducation et de langage... Mais dans les situations critiques c'était toute sa condition de bouseuse qui reprenait le dessus. Les convenances, les bonnes manières et la bouche en cul de poule? Que tout cela aille se faire foutre! Le lit était vide! Les injures qu'elle proféraient étaient des plus basses. Pas de zut, de putain de sa mère la grosse chienne, non non non, quelque chose de bien pire, marmonné d'un ton rauque avec des o et des r gutturaux.

« … putain » acheva-t-elle d'une voix un peu plus mesurée.

Soigneusement, elle posa ses paquets sur le rebord de sa commode cabossée. Hors de question de gaspiller la marchandise, si les flacons tombaient c'était foutu. Elle avait maintenant une grosse réserve d'herbes et de potions en cas de blessures. Merci Zacharias, vraiment, merci beaucoup.

Quelques sales injures grondantes franchirent une nouvelle fois les lèvres de Morgana tandis qu'elle s'agenouillait brutalement près de son lit pour éponger le sang que l'autre avait versé. Ses gestes étaient rageurs, ses doigts étaient crispés sur la robe sale qu'elle avait utilisé comme une serpillère.

Il n'avait pas pu s'enfuir seul, c'était impossible. Il s'était fait aider par un complice? Mais si c'était le cas, pourquoi s'était-il retrouvé seul en plein milieu des rues à cracher tripes et boyaux? La thèse de l'enlèvement était un peu plus probable. Quelqu'un les avait suivis depuis le début... Et avait profité de son absence pour lui dérober Zacharias. Il allait le faire parler... Ou le tuer... Dans tous les cas, Morgana était la perdante de l'histoire – oui en cet instant elle se foutait totalement de la torture ou du décès de l'Informateur.

Toujours agenouillée sur le sol froid et dur, la jeune femme entendit un reniflement discret. Son air énervé fit place à la consternation:

« Ne me dites pas que... »

Et quand elle baissa la tête pour examiner le dessous de son lit, elle ne rencontra pas les ténèbres poussiéreuses habituelles, mais une forme humaine avec une touffe blanche et deux points rouges. Morgana resta pétrifiée quelques instants, son visage tout près de celui de l'Informateur.

« Bouffon..! Pourquoi t'es là ? Comment tu t'es foutu là dessous ? Ça t'amuse de me faire peur comme ça ? T'es con ! »

La jeune femme était agacée et énervée mais au fond elle était soulagée de le retrouver. Elle n'aurait jamais pensé à une cachette pareille, c'était stupide! Elle tendit la main pour attraper Zacharias et le tirer sans ménagements hors de sa tanière.

« T'es vraiment con... » répéta-t-elle dans un murmure soulagé. « Reprends ta place sur le lit à moins que tu ne préfères que je te guérisse en restant par terre ! C'est si confortable le sol en pierre ! »

Elle lui tourna le dos, revint face à sa commode et sortit quelques petits flacons louches d'un sachet en tissu de mauvaise qualité.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morgana-lazarey-photography.tumblr.com/

Zacharias Flash

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 369
♦ Messages : 405
♦ Âge du perso' : 26
♦ Fiche : L'homme qui murmurait aux oreilles
♦ Protecteur : Siegfried Agasthel
♦ Date d'inscription : 01/01/2011
♦ Age : 28

Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] Vide
MessageSujet: Re: Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana]   Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] EmptyDim 1 Jan - 21:32



    La peur ; qu'est-ce qui, d'autre que la peur, pouvait donc le figer ici, sous ce lit et en plein dans la poussière ? Était vraiment Uriel, qui arrivait là et qui allait probablement le tirer de sa cachette d'une poigne menée par une force surnaturelle ou bien se fourvoyait-il totalement ? Il entend que la personne – c'est Paole, Paole hein – est entré dans la chambre et il a l'impression de l'entendre jurer ? Hi, il est en colère ? Il a encore plus peur qu'il le trouve, du coup et essaie de stopper sa respiration pendant quelques minutes le temps que la personne s'en aille. Le seul résultat auquel il parvienne est tout simplement qu'il prend sa respiration très fortement une fois qu'il n'a plus rien dans l'estomac. Le jeune homme posa tout de suite sa main contre sa bouche mais rien n'y fit, il dut faire un peu plus de bruit à ce moment car...les pas se rapprochèrent de lui et...

    Il hurla ; très fort, avant de s'apercevoir que la personne qui l'avait tiré de là n'était autre que la jeune demoiselle qui l'avait sauvé...elle, elle l'insultait de con mais se rendait-elle compte d'à quel point était-il soulagé lorsqu'il avait découvert que c'était elle, la fille, au lieu d'un inquisiteur qui allait le torturer ? Remarquez, elle ne semblait pas vraiment de très bonne humeur mais...elle semblait disposée à le sauver. Qu'était cette fille, en fait ? Il ne s'était pas renseigné sur sa personne, peut-être aurait-il fait mieux de faire ceci ? Elle lui ordonnait de remonter dans son lit mais...le garçon ne pouvait pas. Il était là, totalement immobile à cause de ses blessures. S'il avait pu aller sur le sol, c'était simplement grâce à un effort inouï pour se tourner dans le lit...bref, il était tout simplement totalement débile.

    « J'peux pas...Le lit, j'arrive pas à bouger ! C'pas ma faute, j'te jure ? »

    Elle ne lui voulait sans doute pas des masses de mal. Au contraire, sinon, elle ne l'aurait pas sauvé. Il frissonna un peu, n'aimant décidément pas la sensation du sol dur sous son dos...Elle ne pouvait pas l'aider à remonter ? Il se sentait vraiment incontinent, comme cela, ce n'était pas agréable... Zacharias souffla, les larmes vraiment au bout des yeux. Mais qui était cette fille qui avait l'air d'en vouloir à ses informations, bordel ? Il ne se rendait pas compte qu'il connaissait déjà la réponse à sa question, l'ayant plutôt zappée, faute de logique.

    « Tu...tu peux pas m'aider à monter sur le lit ? je...je sais plus rien ! Je...j'suis tombé ! J'croyais qu'il y avait...y'avait un...un...un inquisiteur ! Désolé ! »

    Pleutre Zacharias, ami des couilles molles et des fin limiers. Son courage était parfois grand et un tout petit peu exagéré mais globalement, il était parfaitement normal. Peut-être un tout petit peu en dessous de la moyenne, okay, et s'il avait survécu jusqu'ici, c'était qu'il y avait bien une raison ! Le hasard ? Qu'avez-vous dit, dans le public ? Je ne vous entends pas ! Peu importe le hasard ou toutes ces sornettes-là, le destin faisait que Zacharias était toujours bel et bien en vie. Et ça, c'était mieux que n'importe quoi...

    Elle parlait d'une façon qui lui donnait froid au dos ; un accent rude, sûrement celui d'une province au Nord d'Ishtar. Ça lui donnait au moins une bonne occasion d'en savoir un peu plus sur les origines de cette mystérieuse film.

    « Mais tu t'app'les comment, en fait ? Pass'que j'veux plus t'app'ler la fille, ça craint un peu...J'ai faim. T'as pas faim, toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Informateur ♦

Morgana Sigvard

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 405
♦ Messages : 343
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Fiche disponible ici et le carnet des RP, relations & résumés se trouve là bas.
♦ Date d'inscription : 20/11/2011
♦ Age : 28

Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] Vide
MessageSujet: Re: Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana]   Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] EmptyLun 2 Jan - 22:56

Il avait tellement la trouille qu'il s'excusait même d'être mal en point, de ne pouvoir remonter tout seul sur le lit. Penchée sur ses fioles, Morgana souriait légèrement. La maladresse de Zacharias était touchante. Comment s'était-il élevé au rang d'informateur? Il semblait peureux et lâche... Et il était parvenu à recueillir des informations?! La jeune femme avait du mal à comprendre. Mais le temps n'était plus à la réflexion. Il fallait passer à l'action et lui faire cracher jusqu'au moindre petit chiffre compromettant.

Désirer et détenir des informations était quelque chose de vraiment particulier. C'était immatériel et pourtant si puissant... On était jamais assuré de connaître la vérité. Les gens peuvent mentir, même sous la torture. Les gens peuvent oublier. Les gens peuvent se tromper. Ceux qui ont soif de pouvoir désirent des Informations plus que tout au monde... Mais ils les craignent aussi. Rien n'était jamais sûr. C'était le doute, le pouvoir ultime, le mensonge, la manipulation... Et tandis que Morgana pensait à tout cela, son sourire s'était élargi. Elle n'allait pas se jouer de Zacharias, où était le mérite de profiter d'une telle proie?

« T'es con... » souffla une troisième fois la jeune femme en revenant près de l'Informateur. « Un Inquisiteur, pourquoi un Inquisiteur viendrait te chercher ici? Tu les connais bien? Tu sais des choses sur eux? J'ai l'impression que certains sont un peu étranges quand même... »

Elle parlait d'une voix douce, sur le ton de la conversation. Ses questions n'étaient pas trop pressantes. Morgana n'avait pas oublié son objectif – comment l'oublier ! - mais les réactions pitoyables de Zacharias lui faisaient baisser la garde. Elle ne traitait plus l'informateur comme une marchandise potentielle, mais comme un être humain en détresse... Un être humain qui détenait tout de même quelque chose de précieux!

Il semblait être plongé dans la galère jusqu'au cou.

Un brin moqueuse face aux traits pleurnichards de Zach, la fille Sigvard lui passa les mains dans le dos et le tira brusquement sur le matelas. C'était un peu rude, alors elle s'excusa, les joues soudain rouges:

« Désolée j'ai pas énormément de forces... J'ai préféré te hisser d'un seul coup plutôt que de te faire subir cinq longues minutes de torture... »

Elle se détourna à nouveau de Zach, dans l'intention de commencer les soins. Elle voulait bien être gentille mais il ne fallait pas pousser... Ne pas oublier le but premier de toute cette agitation. L'informatrice répondit à l'albinos tout en farfouillant dans l'un de ses tiroirs cabossés:

« Non je n'ai pas faim » - c'était faux - « … et je m'appelle Morgana. J'ai pas grand chose dans la chambre, il faudrait que je redescende au marché... »

Elle avait complétement oublié le ravitaillement. La nourriture, ce n'était pas son fort. Elle se concentrait parfois corps et âme à une seule tâche et dans ces moments là elle mettait de côtés tous ses besoins naturels. Elle sortit une boite en fer de sa commode et la rapporta près de Zach. Sous sa robe, son ventre grondait légèrement mais elle n'en avait cure. De toute façon il fallait économiser... Alors elle laissait sa part à l'Informateur.

« Ce sont des petits pâtés au miel que j'ai acheté hier. Tu devrais les finir, ils vont être moins bons demain. Ça devrait te caler pour le moment... Ensuite et bien, nous verrons. »

Morgana posa une fesse sur le rebord du lit près des pieds de Zach, le buste tourné vers lui. Son expression s'était assombrie, elle était soudain beaucoup plus sérieuse:

« J'ai acheté des plantes désinfectantes de ma province pour tes plaies. J'en ai aussi pris des cicatrisantes mais j'ai peur que l'action des premières annule celle des secondes... Alors on va d'abord nettoyer, l'important c'est que ça s'arrête de s'infecter. Et pour les bleus, il n'y a pas grand chose à faire à part un cataplasme qui va un peu soulager et accélérer la guérison » - sa voix se fit tout à coup plus rassurante - « … on va attendre que tu aies fini de manger pour commencer. Les plantes de Nördlichesländer sont... à l'image de ses habitants. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morgana-lazarey-photography.tumblr.com/

Zacharias Flash

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 369
♦ Messages : 405
♦ Âge du perso' : 26
♦ Fiche : L'homme qui murmurait aux oreilles
♦ Protecteur : Siegfried Agasthel
♦ Date d'inscription : 01/01/2011
♦ Age : 28

Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] Vide
MessageSujet: Re: Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana]   Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] EmptySam 7 Jan - 22:46


    Zacharias prit une grande respiration, voyant qu'il n'était plus tellement en danger et que cette fille n'avait sans doute aucune autre intention que le guérir. Pourquoi un inquisiteur viendrait le chercher ? Euh...tout simplement parce qu'il leur a tous menti, qu'il a blasphémé en la présence de certains et qu'il n'est qu'un petit couillon qui les cherchent continuellement, à croire qu'inconsciemment, il voulait crever de la manière la plus douloureuse qui soit. Zacharias regarda la demoiselle, des larmes commençant à apparaître au bout de ses yeux et se mordillant le bout de la lèvre inférieur. Oui, il avait bien envie de tout lui révéler...ce qui lui tordait les boyaux, là. Le fait qu'il ait trahi Marius de l'Ombrage, qu'il ne faille pas faire confiance à Uriel d'Arken, qu'il l'avait violé et, pour couronner le tout qu'il lui avait menti, pointant une mesure qui n'était sûrement pas celle du chef des terroristes. Zacharias avait échoué dans sa mission d'informateur en beauté. Alors qu'il prétendait vouloir aider l'Empereur, tout ce qu'il faisait, c'était détruire un peu plus la sécurité que tous ces gens avaient mis tant de temps à construire. Et c'en était désolant, Zacharias ne respectait même plus ses propres principes.

    Il ouvrait la bouche lorsque la fille le hissait sur le lit et il ne fut plus condamné à rester les fesses sur le sol dur et froid. C'était une bonne chose mais si la chaleur du matelas et le fait qu'il soit mou lui donnait vraiment envie de dormir. Le produit qu'elle lui avait fait boire, probablement hallucinogène, y était pour beaucoup dans cette histoire...il tourna la tête à gauche et à droite pour se distraire, arrivant à voir un bout de mur puis, de l'autre côté, la silhouette de Morgana cherchant de la nourriture. Avant, elle lui avait dit qu'elle n'avait pas faim, bien qu'il n'en eut en fait rien à faire. C'était plus une excuse pour qu'elle lui donne à manger qu'autre chose...le jeune garçon se mordit les lèvres, voyant qu'elle avait finalement trouvé quelque chose et ouvrit au préalable la bouche pour qu'elle réussisse à faire rentrer quelque chose à l'intérieur. Il y avait peu de chances pour que ce soit quelque chose qu'il déteste, étant donné que l'informateur se contentait de peu – il aurait même été capable d'ingurgiter des cafards lorsqu'il avait faim, c'était dire à quel point monsieur ne faisait justement pas la fine mouche. Heureusement, il pouvait maintenant bouger ses mains et réussit à se servir de la nourriture. À son grand étonnement, c'était bon. Il n'aurait pas su dire ce que c'était, par contre, vu la mémoire sensoriel qu'il avait mais c'était vraiment bon. Un peu sucré mais pas trop, parfait quoi ! Ça lui rappela vaguement la tarte aux fraises qu'il avait goûté – ou vomie, au choix – en la compagnie de Mist et un triste sourire s'afficha sur son visage.

    Tout en mangeant, il écouta avec attention ce qu'elle lui dit. À propos des plantes, bien sûr. Il ne comprenait pas trop ce que ça voulait dire...comme les habitants de cette province au nom bizarre, mais il lui faisait confiance. Elle ne l'avait pas tué ni cherché à le blesser, après tout, qu'avait-il besoin d'autre comme preuve ? Le bon ami de Zacharias était un ami qui lui donnait à manger. Et voilà, c'était fait. Quelque chose embêtait tout de même encore le jeune homme...ce qu'il avait fait de mal.

    « Ha...Je...c'est ma faute, pour les inquisiteurs. C'est toujours ma faute ! Je...je suis censé être sous la protection d'Uriel d'Arken mais j'm'attire toujours des ennuis ! Je...je...J'ai trahi mon meilleur ami, Marius de l'Ombrage et à cause de moi, Mist est mort ! C'était mon ami ! Ça me fait mal, vraiment, surtout que j'avais un peu...menti à d'Arken...mais...faut pas lui dire, il me tuera, sinon ! J'ai...j'avais oublié le lieu où ils créchaient et j'ai montré un endroit au hasard sur la carte ! »

    Il la regarda, les yeux en larmes comme si cette seule confession avait servi à effacer tous ses péchés. Comme si cette nana était sa mère et qu'il était un petit enfant ayant fait une grosse bêtise. Seulement, Zacharias avait vingt-cinq ans, c'était un peu inquiétant pour lui. Il avait fini de manger.

    « Faut...faut pas lui dire, s'il vous plaît ! Sinon...J'ai adoré tes trucs ! C'était meilleur que presque tout ce que j'ai mangé avant ! Je...Désolé, j'vous cause ben du souci...J'vais m'taire maint'nant mais si vous voulez, j'pourrais vous donner une info' ou deux pour vos services...J'ai failli mourir, après tout ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Informateur ♦

Morgana Sigvard

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 405
♦ Messages : 343
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Fiche disponible ici et le carnet des RP, relations & résumés se trouve là bas.
♦ Date d'inscription : 20/11/2011
♦ Age : 28

Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] Vide
MessageSujet: Re: Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana]   Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] EmptyLun 9 Jan - 22:17

When your time has come
You know you'll be lonely once again
And the final winter comes to us all...
Life is treacherous
But you're not the only who must pretend

I am the god in my own history
The master of the game
I may believe if she would come to me
And whisper out my name
Sometimes I wonder where the wind has gone
If life has ever been
Sometimes I wonder how belief alone
Can cut me free from sin


M e m e n t o M o r i

Morgana s'était subitement raidie. Il parlait, par l'Ombre, il parlait déjà, il parlait beaucoup et... Il avait l'air d'en savoir un rayon. Peut-être qu'il ne comprenait même pas le poids de son implication dans les affaires de l'ancien Régent... L'Informatrice tentait de réfléchir à toute vitesse, de ne perdre aucun détail du discours de Zacharias. Il avait fait une pause, le regard larmoyant. La jeune Sigvard ne le voyait plus, elle le fixait mais elle était complétement ailleurs... En train de faire des connexions entre ce qu'il venait d'avouer à cœur perdu et ce qu'elle savait déjà.

Ce n'est que lorsqu'il prononça le mot "infos" que Morgana lui prêta de nouveau attention. Elle ne put s'empêcher de sourire d'un air mauvais, l'espace d'un instant. Une ou deux infos? Elle avait une solution beaucoup plus simple: il allait lui donner toutes les informations qu'il avait en sa possession. Toutes. Il n'y avait pas d'alternative, elle lui avait sauvé la vie. Elle estimait qu'elle le méritait bien. Mais Morgana n'était pas cruelle ni stupide. Avant de forcer Zacharias à se mettre à table, elle avait d'autres options. Elle avait le temps, il était immobilisé dans son lit. Il fallait le faire parler... Il ne s'était pas fait prier quelques secondes avant pour lui déballer un bon gros paquet d'indiscrétions majeures. Si c'était aussi facile...

« Oui, vous avez failli mourir... » appuya la jeune Sigvard d'une voix lente en récupérant la boite de petits pâtés vide. Sans trop se presser elle retourna la ranger dans un tiroir de sa commode. « Mais heureusement j'étais là... » - elle avait failli parler de l'Ombre qui l'avait placée sur sa route mais elle se retint de justesse en se rappelant du blasphème de Zach dans les bas-fonds - « … et je ne suis pas quelqu'un de tordu comme les Inquisiteurs. Tout ce qui me ferait plaisir c'est... que vous me racontiez votre histoire. Avec les détails. Je suis une fille curieuse. » - elle était revenue au chevet de l'Informateur, l'air impatient et joyeux comme une petite fille qui ouvre des cadeaux - « Mais promis, je ne dirais rien à personne..! »

Elle ne simulait pas. Écouter l'histoire de Zacharias allait sans doute être barbant par moments, mais ce qui pouvait en ressortir valait la peine de se sacrifier. Les gestes fébriles, elle était repartie de nouveau vers sa commode. Nettoyer, désinfecter, c'était urgent. Tout en écoutant l'Informateur, elle sortit une bonne poignée de brins d'herbes fraiche de ses paquets et les plongea dans une bouteille remplie d'un liquide aussi clair que du cristal. Morgana appuya sa paume contre le goulot de la bouteille et secoua le tout vigoureusement. Elle récupéra les deux morceaux de tissu qu'elle avait acheté à peine une heure plus tôt au marché et revint tout près de Zach. Elle avait retiré sa main du goulot de la bouteille et il s'en échappait une odeur piquante, agressive.

« Je crois qu'il serait présomptueux de te demander de continuer de discuter pendant que je soigne les plus grosses blessures. Fourre toi ça dans la bouche » ordonna-t-elle d'un ton calme en lui posant un des deux tissus dans la main. « J'ai pas envie que tu hurles... Au moins tu pourras serrer les dents sans te blesser, pour compenser. »

Morgana tourna légèrement le dos à Zach, elle s'était penchée sur ses blessures au torse et aux côtes. Ses longs cheveux effleurèrent un instant la peau nue du jeune homme, mais elle les repoussa au creux de sa nuque avec une moue agacée. Elle ne voulait pas être perturbée dans sa tâche. Elle ne prit pas la peine de vérifier si l'Informateur lui avait obéi. Sans attendre, elle versa une partie du contenu de la bouteille sur le second chiffon, qu'elle appliqua brusquement sur les plaies purulentes de Zacharias.

Le froid de Nördlichesländer brûle, pique, te soulève le cœur et te compresse les poumons. T'as peur, t'as l'impression de ne plus respirer, tu penses être paralysé et pourtant la douleur t'indique que la moindre cellule de ton corps est en parfait état de marche. Tu es glacé et brûlant à la fois. Tu es réduit à rien. Tu n'es que douleur. Tu crois que tu vas mourir et pourtant tu n'as jamais été aussi vivant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morgana-lazarey-photography.tumblr.com/

Zacharias Flash

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 369
♦ Messages : 405
♦ Âge du perso' : 26
♦ Fiche : L'homme qui murmurait aux oreilles
♦ Protecteur : Siegfried Agasthel
♦ Date d'inscription : 01/01/2011
♦ Age : 28

Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] Vide
MessageSujet: Re: Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana]   Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] EmptyMar 10 Jan - 0:10


    Zacharias flashe hocha la tête, comme s'il approuvait véritablement chacun des mots de la jeune femme. Elle parlait bien, elle, il aimait bien sa façon de s'y prendre, un peu autoritaire. Plus que tout, elle était une femme et de ce qu'il connaissait, elle n'avait pas l'air d'être soumise à des fléaux tels que l'Eglise, les terroristes ou des choses comme ça. Il se l'imaginait libre comme le vent, ayant le pouvoir de les vaincre, tous à la fois. Une sorte d'héroïne en costume moulant sorti tout droit de son cerveau – mais pourquoi imaginait-il cette scène vulgaire avec cette femme masquée volante en train de donner des coups de pied dans les fesses des méchants ? Bref, il l'aimait bien. Il était un peu dans les vapes, là, mais il se sentait vraiment...tranquille, en sa compagnie. En plus, elle le vouvoyait, ce qui était appréciable : enfin quelqu'un qui semblait avoir de l'estime pour lui et qui le respectait. Il était tellement en manque de reconnaissance, en ce moment qu'il en aurait presque pleuré. Une fille qu'il ne connaissait presque pas, qui lui avait sauvé la vie par deux fois le vouvoyait et lui demandait de raconter son histoire dans les moindres petits détails. Elle n'allait pas se faire prier, Zacharias était bavard lorsqu'il s'agissait de lui, encore plus lorsqu'on lui demandait poliment – les pincettes au fer rouge ont toujours le don de le rebuter.

    Il comprit rapidement qu'il pourrait commencer à parler lorsqu'elle l'aurait guéri. Maintenant, elle avait l'air de chercher quelques médicaments dans un placard, puis, rapidement, lui donna un gros bout de tissus qu'il s'empressa de mettre en bouche. Il savait que certains remèdes pouvaient faire mal, son père adoptif étant médecin et si elle lui avait demandé de mettre quelque chose en bouche, c'était sûrement qu'il allait pleurer sa mère de pas être mort auparavant. Zacharias mordit dans le bout de tissus lorsque la fille appliqua la lotion et il...ne hurla pas. Il sentit tout son corps s'enflammer brutalement, trop brutalement, comme si l'ensemble de ses blessures se rouvraient, la douleur causée par les coups en plus. L'albinos serra des poings...non, il n'arrêta plus à serrer les poings. Il avait l'impression de ne plus pouvoir rien faire, ce qui lui rappela l'impression fugace qu'il avait eu, impuissant, lorsqu'Uriel d'Arken s'était emparé de son corps à lui. Mais ce nom ne resta pas dans son esprit. Il passa de manière fugace, comme tout le reste, trop obnubilé par ce qui lui hérissait la peau, lui confirmait qu'il était impossible de s'évanouir tellement la douleur était indescriptible, lourde, violente.

    Vu de l'extérieur, Zacharias n'avait pas vraiment l'air de souffrir, si ce n'était cette grimace sur son visage, tandis qu'il avait totalement fermé ses yeux, mordant le tissus de toutes ses forces. Son corps s'était arqué dans une espèce de convulsion venant à elle seule traduire une partie de ce qu'il ressentit. Cinq bonnes minutes plus tard, il parut se calmer, ses muscles se relâcher et retomber presque paisiblement sur le lit. C'était fini. Le bout de tissus, quant à lui, tomba sur le côté, un peu de bave coulant sur le côté de la bouche de l'informateur.

    Zacharias Flash se sentait comme si on venait de le plonger dans un bain de glace pendant deux bonnes heures et qu'il venait d'en sortir. Il tenta bouger une main mais celle-ci lui parut trop ankylosées pour qu'il puisse faire quoique ce soit avec. Il n'avait même plus mal, il ne sentait plus rien. Zacharias ouvrit et ferma plusieurs fois la bouche, en faisant sortir des petits sons un peu rauques, puis un peu plus potables. Il essaya de tourner la tête vers elle, même s'il n'y arriva pas et supposa qu'elle était là, dans le coin et devait l'écouter. Il se sentait vraiment fatigué...

    « Je...je...veux bien commencer à raconter...mais...j'vais avoir du mal, je suis fatigué. Je m'appelle Zacharias Flash, j'ai 26 ans. Je suis informateur à Ishtar et...c'est moi qui colportait des rumeurs bizarres. Il y a un an, j'ai donné une info à un terroriste, Marius de l'Ombrage sauf que je savais pas que c'était lui...Avant, j'étais tombé entre les pattes d'Emile Paole et il m'avait torturé sans trop de raison...j'voulais m'venger alors j'ai vendu des infos sur les prêtres et Marius il a pris en otage la fille de Faoiltiarna. À l'époque, Mist il était emprisonné alors on est allé le délivrer, on a tué un inquisiteur et...et on est allé à la campagne et j'ai revu E...E...E... »

    Il s'arrêta en prononçant cette seule voyelle. Des larmes commencèrent à couler sur son visage sans qu'il parut s'en rendre compte ni les essuyer.

    « Je sais pas si ça vous intéresse...Et j'suis fatigué... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Informateur ♦

Morgana Sigvard

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 405
♦ Messages : 343
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Fiche disponible ici et le carnet des RP, relations & résumés se trouve là bas.
♦ Date d'inscription : 20/11/2011
♦ Age : 28

Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] Vide
MessageSujet: Re: Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana]   Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] EmptyMar 10 Jan - 10:56

Morgana s'était attendue à un cri. Ou à la stupidité d'un hurlement qu'il n'aurait pas étouffé dans le tissu qu'elle lui avait autoritairement fourré dans la main. Il était étrangement courageux, la jeune femme était vraiment surprise de la vague de silence qui s'était abattue sur la chambre. Il se tortillait comme un ver, son visage exprimant une douleur assourdissante. Au début, Morgana ne sut que faire. Devait-elle le rassurer, lui prendre la main ou quelque chose dans le genre? L'Informatrice resta les bras ballants pendant plusieurs secondes puis se détourna de Zach pour préparer un autre cataplasme, destiné aux bleus cette fois-ci. Tout en préparant cette seconde mixture – comme elle avait l'habitude de voir sa mère le faire – elle se retournait de temps en temps vers l'albinos. Le risque d'étouffement n'était pas à négliger.

Quand les effets premiers de la plante et du liquide eurent terminé de consumer Zacharias, ce dernier s'affaissa brusquement sur le lit et Morgana s'approcha de lui pour poser une épaisse couche de mixture marron sur ses bleus spectaculaires. Son corps était à bout, il ne sentait probablement plus grand chose... Et les plantes qui atténuaient les bleus n'étaient pas agressives pour la peau, il n'y avait pas de plaie béante. La jeune Sigvard restait concentrée sur sa tâche tandis que son patient essayait de prendre la parole. Il retrouva le contrôle de ses muscles assez rapidement, son corps était peut-être habitué à la douleur. Morgana avait reposé la bouteille de liquide clair et son récipient de mixture marron sur le bord de sa commode. Le torse de Zach était bariolé de mixture et ses plaies à vif étaient recouvertes par les tissus humides. Le liquide, les plantes et les cataplasmes allaient faire leur effet. L'informatrice sortit un petit morceau de craie blanche de ses tiroirs ainsi qu'une drôle d'ardoise d'écolier bien usée. L'albinos s'était mis à parler et grâce aux effets du désinfectant sa diction était beaucoup plus lente que tout à l'heure. Morgana avait peur de perdre la moindre virgule de son histoire, alors elle se dépêcha de prendre place à côté de Zach. Son lit était étroit mais il y avait d'assez d'espace pour qu'elle puisse s'assoir près de l'informateur, le dos collé contre la tête du lit et le mur. Elle avait allongé l'une de ses jambes sur le matelas, l'autre pendant au sol, la pointe du pied tendue pour lui permettre de garder un semblant d'équilibre. Le moindre faux mouvement vers la gauche pouvait la faire tomber du lit.

Zacharias donnait des noms, Morgana les notait précipitamment sur son ardoise. Son écriture était jolie, arrondie et agréable à l'œil mais son orthographe et sa grammaire étaient catastrophiques. La manière dont elle avait écrit le nom de Marius était innommable. Heureusement il n'étaient que deux à pouvoir constater ce carnage, si toutefois l'albinos savait lire... La jeune Sigvard avait beaucoup lu après avoir été congédiée de son poste de domestique chez le Gouverneur. Par caprice, la fille de ce Monsieur avait souvent joué à la Reine et au Scribe, dictant à Morgana des histoires de son invention. La petite peste lui avait fait réécrire les mêmes textes bien des fois, jusqu'à être satisfaite de la calligraphie effectuée. Être forcée de plaire et lire plusieurs fois les mêmes livres n'avait pas aidé l'Informatrice à s'améliorer en orthographe. Il y a des choses que l'on ne pouvait qu'apprendre par les autres, et ces autres étaient bien souvent payants.

L'albinos venait de lancer une petite bombe dans la chambre. Morgana retint un glapissement lorsqu'il mentionna Marius de l'Ombrage comme terroriste. Ce type n'était pas mort logiquement?

« Ça ne m'intéresse pas..? Vous voulez ri... Ahem... Il est plus sage que vous vous reposiez en effet. » Il lui avait donné un gros os à ronger, elle pouvait bien lui permettre de faire une petite pause. « J'espère que vous continuerez de raconter tout à l'heure. Ouais... »

Morgana laissa son interlocuteur tranquille, elle se plongea dans la contemplation de l'ardoise qu'elle tenait à la main. Il y avait du terroriste, du Mist, il était mort et l'albinos avait dit que c'était à cause de lui... Et puis Marius de l'Ombrage... La jeune Sigvard entra dans une profonde réflexion. Elle avait encore un peu de patience en réserve pour ne pas trépigner jusqu'à ce que Zacharias se réveille. Elle attendit sagement en remuant parfois les chevilles et les genoux pour soulager ses membres engourdis. L'informatrice griffonnait fébrilement quelques mots sur son ardoise. Au bout d'un moment il n'y eut plus de place pour écrire. Morgana espérait que Zach ne rende pas l'âme tout de suite. Pas maintenant. Pas ici. Elle avait des questions à lui poser.

La jeune femme n'avait plus la notion du temps. Son estomac protestait et le soleil se faisait de plus en plus bas dans le ciel. Inquiète, l'Informatrice se pencha légèrement sur l'albinos pour vérifier le rythme de sa respiration. Des mèches blond roux vinrent chatouiller les joues de Zacharias.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morgana-lazarey-photography.tumblr.com/

Zacharias Flash

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 369
♦ Messages : 405
♦ Âge du perso' : 26
♦ Fiche : L'homme qui murmurait aux oreilles
♦ Protecteur : Siegfried Agasthel
♦ Date d'inscription : 01/01/2011
♦ Age : 28

Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] Vide
MessageSujet: Re: Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana]   Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] EmptyMer 11 Jan - 0:35


    L'albinos s'était rapidement endormi, il n'aurait pu reprocher à Morgana les fautes d'orthographes assez immondes sur son ardoise. Et puis même s'il les avait vu, il n'était pas vraiment le mieux placé pour les lui reprocher, lui-même savant lire mais ayant une écriture – ainsi qu'une orthographe, se voulant aller à l'essentiel et par conséquent, abréviant, simplifiant les mots de manière extrême. C'était tout aussi bien parce qu'il ne savait pas les écrire que pour gagner du temps. Et de toute façon, qui allait lire ce qu'un jour, il avait écrit ? Personne, il s'en doutait bien alors, autant continuer à écrire de cette manière-ci. Bref, Zacharias avait senti le sommeil l'attrapé, avait clos ses paupières et s'était endormi très vite. Après tout, il ne sentait plus ses muscles et un affreux mal de tête s'était glissé et formait un filtre entre lui et le monde réel. Ce n'était pas la peine de continuer directement ainsi, il fallait qu'il dorme.

    Évoquer le prénom d'Eleanor avait été dur, pour le jeune homme, non seulement parce qu'elle l'avait brusquement quitté mais aussi que la nouvelle de son décès, par la bouche de cette même fille qui l'avait soigné, était beaucoup plus récente. Aborder le sujet Eleanor était harassant et pourtant, il allait devoir le faire, devoir tout lui révéler, sur ses motivations et le reste. Ce n'était pas ce que Morgana Sigvard voulait ? L'albinos, lui, dormait profondément ; il ne se posait pas toutes ces questions qui, d'habitude, foisonnaient dans son esprit. Un sommeil des plus profonds et réparateur tandis qu'à l'extérieur, il devait ressembler à un pauvre type un peu trop en sueur, un poil puant, ses cheveux blancs coupés irrégulièrement – la faute à Paole – répartis un peu partout sur son visage. Il ne bougea pas trop pendant le temps de sommeil dont il profita et, une à deux heures plus tard, ouvrit les yeux. Il se sentait étonnamment bien.

    Il se souvenait d'où il était, de pourquoi il était là. Lorsqu'il s'agit sur le lit, un regard sur son ventre lui confirma qu'il avait bel et bien été sauvé de la mort. Il chercha la fille et la trouva non loin de là.
    Elle n'était sûrement pas restée auprès de lui pendant qu'il dormait, mais il n'en était pas sûr. Quoiqu'il en soit, l'informateur ne connaissait toujours pas le prénom de son informatrice. Elle préférait lui laisser la vedette mais...Zacharias se dit qu'il devrait la laisser parler un peu, avant d'obnubiler la parole. Peut-être était-il un peu niais, mais il la trouvait véritablement gentille que de l'aider et, justement, de le sortir de toutes ses affaires – du moins mentalement. Avec un peu de chance, elle ne se ferait pas prendre par les inquisiteurs et pourrait même le venger, s'il mourrait. Ça, c'était cool. Il pensa aux quelques informations qu'il possédait et qui, certaines, étaient très rares voire unique. Certains clients auraient payé très cher pour savoir qu'Uriel d'Arken n'était pas le bisounours qu'il avait l'air d'être. Mais...ici, tout était une affaire d'argent. Zacharias estimait ne jamais avoir eu assez, ou que le client lui demande cette information, tout simplement. Il sourit à la jeune femme d'origine nordique.

    « J'me sens beaucoup mieux ! Et...désolé, j'étais pas bien alors j'ai commencé à raconter ma vie et j'ai presque oublié de vous le demander à vous. Présentez-vous plus en détails ! Et puis vous avez quel âge ? Je suis curieux, tu sais, vous m'avez sauvé la vie ! »

    Il passa du tutoiement au vouvoiement, ne sachant pas trop quel registre de langue prendre. Zacharias tenta de lui sourire, chose qui ressembla plus à une tentative ratée de grimace, puis, il se rappela qu'il avait promis de révéler des informations. Très bien ! C'était le moment de lui dire cette si fameuse information que n'avait dit à presque personne – personne ? Il vint à douter de lui-même. L'avait-il, par un grand hasard, révélée à Marius de l'Ombrage ?

    « La première info', c'est à propos d'Uriel d'Arken, lorsqu'il était encore régent...et de...Ingell Decade. C'est lui qui m'a raconté l'histoire. Decade était à la chasse aux infos et a croisé son chemin mais...il s'est avéré que tout ça s'est plus ou moins bien passé. Tout ce que j'en sais, c'est qu'après avoir croisé le chemin du Haut-Prêtre, Decade avait des ailes noires poussées derrière le dos. D'Arken a des pouvoirs bizarres, plus bizarres que ceux des prêtres et...et il sait guérir. Il...il a fait cicatrisé mon crâne alors que P-Paole m'avait arraché les cheveux ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Informateur ♦

Morgana Sigvard

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 405
♦ Messages : 343
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Fiche disponible ici et le carnet des RP, relations & résumés se trouve là bas.
♦ Date d'inscription : 20/11/2011
♦ Age : 28

Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] Vide
MessageSujet: Re: Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana]   Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] EmptyMer 11 Jan - 17:18

Zacharias se réveilla quelques instants après que Morgana se soit penchée sur lui. La jeune femme s'était brusquement écartée de lui lorsqu'il avait rouvert les paupières, elle ne voulait pas lui faire peur. S'il se réveillait en la voyant penchée sur lui, il allait peut être se poser quelques questions... L'Informatrice rougit et tenta de masquer son trouble tandis que l'albinos exprimait sa satisfaction.

« Il n'y a... Je n'ai pas beaucoup de choses à dire sur moi vous savez... » - elle essayait de reprendre contenance et sa voix était hésitante, un peu perdue. Elle ne voulait pas raconter sa vie. Elle la trouvait intéressante au possible, banale, pitoyable, personnelle... Morgana dévoila quand même quelques informations privées sur sa petite personne pour apaiser la curiosité soudaine de son interlocuteur. « J'ai 19 ans mais le climat et la mentalité de notre province nous oblige à grandir plus vite, à se débrouiller... D'autant plus que j'ai une ambition personnelle... Et pour cela je me dois d'être la plus performante possible. Je n'ai pas le temps de vagabonder dans les rues et jouer aux cartes autour d'une pinte de bière. »

Ce besoin d'appartenir à la haute société d'Ishtar l'avait assaillie depuis l'enfance. Elle s'était forcée, elle s'était toujours obligée d'adopter un comportement débrouillard, responsable et téméraire. Il n'y a que comme cela qu'elle y arriverait, c'était ce qu'elle pensait. Elle ne voulait pas perdre de temps. Elle ne préférait pas penser à ce que serait sa vie sans ce désir malsain qui l'habitait.

L'informateur l'aida à retrouver le chemin de ses objectifs. Il avait repris la parole et pour la seconde fois... Il dévoilait des choses très très intéressantes. Morgana avait envie de hurler, de sauter partout comme une chèvre à travers la pièce. C'était bon ça, c'était bon! La jeune Sigvard s'était à nouveau crispée, absorbée par les révélations de Zacharias. Ses doigts serraient nerveusement un bout de drap. Elle savait déjà pour la guérison par l'Ombre. C'était une rumeur... Que l'albinos venait de confirmer. La demoiselle se retenait de lui donner deux baisers sonores sur les deux joues. C'était... explosif. Quand à l'histoire des ailes noires, Morgana était perplexe. En d'autres circonstances elle aurait pensé que l'Informateur se fichait d'elle avec un canular gros comme une maison. Mais là, maintenant, pourquoi inventer un mensonge pareil? A moins d'être à moitié fou...

« C'est... c'est... Ouah alors là je... »

Toujours assise sur le lit à côté de Zach, elle essayait d'assimiler toutes ces nouvelles données croustillantes. « Ouah... » répéta-t-elle avec une pointe d'admiration. « Je... j'ai le droit de vous poser des questions? Vous pouvez m'en poser aussi, ce n'est pas un problème... Je repense à ce que vous avez dit tout à l'heure. Marius de l'Ombrage... Il est, vivant? Quand l'avez-vous vu pour la dernière fois..? Et pour cette histoire d'ailes, j'ai vraiment vraiment du mal à imaginer. C'est possible? C'est... vraiment possible? Ouah... »

Elle avait du mal à se contenir. Il fallait garder la tête froide et ne rien oublier, c'était capital... Mais c'était dur. Elle avait obtenu quelques infos depuis son arrivée dans la Capitale. Cependant ce que venait de raconter Zacharias était d'un tout autre registre. Morgana ne savait pas encore comment utiliser ces nouvelles indiscrétions... Mais elle avait tout le temps d'y penser. Lorsqu'il aurait fini de dire tout ce qu'il savait.

Elle lui lança un regard un peu compatissant et éberlué.

La petite paysanne découvre le vrai visage d'Ishtar...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morgana-lazarey-photography.tumblr.com/

Zacharias Flash

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 369
♦ Messages : 405
♦ Âge du perso' : 26
♦ Fiche : L'homme qui murmurait aux oreilles
♦ Protecteur : Siegfried Agasthel
♦ Date d'inscription : 01/01/2011
♦ Age : 28

Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] Vide
MessageSujet: Re: Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana]   Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] EmptyJeu 12 Jan - 19:31


    Zacharia sourit à Morgana, ses doigts allant se promener sur les plaies qu'elle lui avait soignées. C'était quelque chose qu'il avait l'habitude de faire, une habitude qu'il ne perdait pas de sitôt et rien ne lui disait que c'était pas sain. Au contraire, de temps en temps, ça le renforçait plus et l'aidait à supporter la douleur. Elle était beaucoup plus jeune que lui et tenta de s'imaginer lui, tout seul, à 19 ans. Il l'était encore un peu mais il y avait toujours deux ou trois personnes pour bien le guider et le conseiller. Zacharias se souvenait en particulier d'une vieille femme qui avait été une cliente régulière de son père jusqu'à sa mort. Elle était...sans cesse étonnée par le garçon, le grondait de temps en temps et tous deux passaient de bon moment ensemble, parfois dans un silence total. Il suffit de peu de choses pour que deux personnes s'entendent. Son sourire devint un peu nostalgique et il se demanda où pouvait bien être cette vieille sorcière, maintenant. Sûrement pas morte. L'écoutant parler, il continua à toucher les matières sur ses plaies. C'était un peu visqueux mais ça ne lui faisait plus trop mal ; il hésitait à mettre ses mains à la bouche pour voir quel goût cela pouvait avoir, mais au vu de la réaction qu'il avait eue tout à l'heure, il ne préférait pas essayer. Le produit de tout à l'heure ne l'avait pas tué, juste fait mal à un tel point qu'il lui était impossible de bouger. Il ne savait même pas si les inquisiteurs lui avaient fait plus mal...mais cette douleur n'était pas vraiment comparable puisque l'une d'entre elles servait à guérir.

    Il rougit considérablement, l'entendant le complimenter. Ça...ça n'arrivait pas vraiment souvent. Les gens, d'habitude ne s'estimaient pas satisfaits des informations qu'il pouvait donner et lui donnaient des coups. Ça se passait régulièrement comme cela, bien qu'il estimât être un bon informateur qui savait risquer sa vie pour les bonnes infos. En tout cas, elle était vachement gentille pour s'inquiéter à ce point-là pour lui et le trouver courageux. C'était du moins sa version des choses et quelque part, ça l'arrangeait. Il n'aura pas cru la version comme quoi cette petite nana était informatrice et désirait l'aider car elle pouvait ainsi obtenir toutes les informations qu'il possédait. Zacharias les voyait plutôt comme quelque chose de très dangereuses et les dévoilant ainsi, surtout celles concernant l'Eglise, il ne rendait pas service à Morgana.

    « Marius ? Euh...Oui il est en vie... Il est censé être mort ? Tu..vous pouvez me poser des questions si vous voulez ! Et je l'ai vu...Argh...ah... Mist un peu avant qu'il meurt...Marius m'a menacé parce que...que je les ai vendus à Uriel d'Arken. En fait, je ne suis qu'un traître, vous ne devriez même pas vous occuper de moi, je suis qu'un bon à rien qui apporte des ennuis aux gens ! Un jour, Marius ira me chercher et il me tuera ! »

    Il avait parlé de Marius et cette fois-ci, sa main resta totalement immobile sur ses blessures, arrêtant de les titiller. C'était toujours un sujet sensible : après tout, n'était-ce Marius qui l'avait retrouvé dans un état déplorable à sa sortie de prison et qui avait pansé ses blessures ? Et Marius était lié à Eleanor, Zacharias se rappelait à quel point il avait été surpris de la retrouver en sa compagnie, lorsqu'ils étaient allés à la campagne pour ramener Mist et la fille du prêtre. Allait-il lui raconter cette histoire, également ? Il hésitait à lui rapporter tout ce qui avait un lien avec son ancienne amante, la blessure n'étant pas encore refermé. Pas grave, il aurait bien d'autres choses à dire et cela ne l'intéressait sûrement pas.

    « Vous êtes vraiment jolie, j'espère que vous arriverez à vous dépatouiller dans Ishtar ! C'pas facile, hein ? Moi je vis dans une cave au milieu des rats et de temps en temps dans des hôtels ou je squatte les maisons passque j'ai pu d'argent. C'est plutôt ça maintenant, j'arrive presque pas à m'ach'ter à bouffer ! »

    Il lui sourit une nouvelle fois. Décidément, ce bout de femme le mettait en confiance !

    « Des ailes très grandes ! Euh...J'pourrais les dessiner mais ce serait ultra moche ! C'était impressionnant et il était super fatigué lorsqu'il est venu me voir. J'le plains, en fait, vraiment. Uriel d'Arken m'a fait des choses vraiment pas belles mais c'est pas pire que ça, en fait. »

    Il laissa le mystère englober la fin de sa phrase.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Informateur ♦

Morgana Sigvard

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 405
♦ Messages : 343
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Fiche disponible ici et le carnet des RP, relations & résumés se trouve là bas.
♦ Date d'inscription : 20/11/2011
♦ Age : 28

Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] Vide
MessageSujet: Re: Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana]   Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] EmptySam 14 Jan - 14:32

Morgana avait faim. Cette désagréable sensation dans le ventre ajoutée à l'excitation de la surprise la rendait nerveuse. Elle avait posé ses pieds contre le sol froid et s'était relevée en essayant de ne pas être trop brusque. Sa petite ardoise gribouillée dans la main, elle fit quelques pas autour de son lit en écoutant les réponses de Zacharias. L'informatrice cessa tout mouvement lorsque l'albinos parla de traitrise, d'ennuis et de mort. Une fois guéri il allait peut-être la vendre à l’Église ou aux terroristes... La jeune Sigvard songea furtivement à déménager pour brouiller les pistes. Mais c'était plus facile à dire qu'à faire, il serait compliqué de trouver en Ishtar une chambre correcte avec un prix aussi bas.

Un petit rire lui échappa lorsque Zacharias la complimenta sur son allure. Être une femme était un atout non négligeable dans la jungle de la Capitale mais Morgana pensait toujours à son astuce en premier lieu, les avantages liés à son sexe et son physique n'étaient pour elle que de vagues options... Pour le moment.

« Je suis assez contente de moi pour le moment. Mais je suis encore nouvelle ici.... Il faudra m'en reparler dans quelques années..! »

La jeune femme eut une petite grimace amusée. Son statut ne lui permettait pas encore de se projeter dans le futur. Qui sait ce qui pouvait arriver..? Zacharias changea de sujet pour le plus grand plaisir de Morgana. Il revint sur un terrain savoureux, celui des informations. La demoiselle posa son ardoise à côté du bazar qui traînait sur sa commode et s'appuya contre le mur juste à côté de l'albinos.

« C'est tout de même fou tout ça. C'est assez dur à croire. Des ailes comme les oiseaux? » - décidément elle ne s'en remettait pas - « En plus c'était Ingell... Mmmh. Oui, on dit que Marius de l'Ombrage est mort! Ils sont plusieurs dans la famille je crois, c'est un peu flou il y a eu une dispute ou quelque chose comme ça... En tout cas, tout le monde le croyait mort. C'était crédible. »

Morgana se prit la tête entre les mains et marmonna un peu, son accent de Nördlichesländer revenant au galop.

« Ça fait trop d'un coup là... Ouah... »

Elle était surtout en train de se demander comment elle allait tirer profit de ces informations. Elle sentait qu'il y avait quelque chose de pas net derrière l'histoire du mythique Ingell, mort dans l'attentat du sénat. Et puis ce Marius qui avait rejoint les terroristes? Et Mist, qu'est-ce qu'il venait faire là, avec le De L'Ombrage? La jeune Sigvard retira ses paumes de son visage et fixa Zacharias d'un air inquiet:

« Ingell, il est bien mort à cause de l'attentat n'est-ce pas? Et... L'ancien Régent a aussi utilisé sa magie bizarre sur vous?! »

Si les informations qu'elle avait en sa possession se révélaient fausses, elle allait devenir folle. Qui croire? Par où commencer? Elle était toujours adossée au mur près de Zacharias. Son estomac protesta soudainement, lui rappelant bruyamment qu'elle était humaine et qu'elle ne pouvait se nourrir d'informations. Morgana ignora la douleur et les protestations, elle n'avait pas envie de quitter l'albinos une fois encore. Elle avait trop peur qu'il lui file entre les doigts. Mais la pâleur de son visage s'accentuait à chaque seconde.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morgana-lazarey-photography.tumblr.com/

Zacharias Flash

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 369
♦ Messages : 405
♦ Âge du perso' : 26
♦ Fiche : L'homme qui murmurait aux oreilles
♦ Protecteur : Siegfried Agasthel
♦ Date d'inscription : 01/01/2011
♦ Age : 28

Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] Vide
MessageSujet: Re: Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana]   Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] EmptyMar 17 Jan - 17:57


    Zacharias prit une soudain inspiration, avant de se toucher un peu plus les blessures. Mine de rien, il était assez stressé, ne savant pas vraiment combien de temps il pouvait se permettre de rester ici, et surtout jusqu'à où pouvait-il lui dévoiler des secrets. Cet informateur était certes un bel égoïste, il s'inquiétait tout de même pour cette belle jeune fille qui ne semblait pas vraiment avoir de protecteur. Lui-même ne connaissait personne de vraiment qui aurait pu le protéger et n'allait certainement pas dire à Morgana d'aller voir d'Arken de sa part. Cela aurait été clairement suicidaire et lui-même ne l'aurait fait qu'en cas de grave manque d'argent. Il la regarda d'un air clairement angoissé, comme si les informations qu'il était en train de dévoiler étaient capitales et qu'il ne fallait pas trop en savoir pour son propre bien.

    « Euh...Vous êtes sûre que vous voulez savoir ? »

    Bien sûr que oui, ou elle n'aurait pas insisté de cette manière, pauvre idiot. Zacharias peinait à se rendre compte de la véritable nature des personne, et qui pourrait savoir que cette fille au dur accent du Nord était en réalité une chasseuse d'informations, tout comme lui ? N'importe qui, certainement, en observant un tout petit peu et en faisant preuve d'un sens de la logique. Le jeune garçon souffla, se disant qu'il en avait soit trop dit, soit pas assez. Il n'avait rien pour prouver ce qu'Uriel d'Arken lui avait fait et la parole d'un misérable hère comme lui ne devait pas être crue, contrairement à celle du Haut-Prêtre. Ils faisaient bien, parfois, mais cette fois-ci, les personnes ne voulant pas le croire ignoraient à côté de quoi ils passaient. Cruauté, désir, folie. Tous ces éléments qui déchiraient les yeux du Haut-Prêtre et qui étaient justement inconnus de tous ; la même raison de pourquoi il ne fallait pas qu'il en dise trop sur lui, l'autre étant tellement puissant qu'il lui servirait de claquer les doigts pour le tuer.

    « Sa famille elle a menti...Il s'est allié à Mist et c't un terroriste... C'est...je n'ai pas de preuves, je n'ai jamais de preuves ! Marius, il se fait connaître sous d'autres noms...Genre Léopold ou Léonard, j'ai déjà entendu des gens qu'il a eu l'appeler pour ce nom-là... »

    Zacharias Flash grinça des dents. Si Marius l'entendait gâcher sa couverture à ce point-là, il se jetterait sûrement sur lui pour l'étriper. Il passa par contre consciemment sur la question de Morgana concernant l'attentat du sénat, ne voyant pas quoi répondre : après tout, il n'en savait pas plus et la petite enquête qu'il avait mené sur le coupable de l'attentat ne concernait en rien Ingell Decade. Elle n'avait donc pas à savoir et l'albinos supposait que ça ne l'intéressait pas du tout.

    « Vous...vous voyez mes cheveux ? Ils sont n'importe comment ! C'est...c'est parce que Emile Paole me les a scalpés ! Uriel d'Arken, lui, il a posé sa main sur...ma tête, et puis...et puis ça a cicatrisé ! Pareil, une fois, je voulais pas lui lécher les pieds alors y m'a forcé mon corps à se baisser et ma langue à le faire ! J'vous jure que c'vrai, j'suis pas un fou !!! »

    Une lueur d'affolement se lisait dans ses yeux, tandis qu'il repensait au cachot et leur long (et dur) entretien. Il releva la tête vers Morgana, pour capter son regard et s'aperçut que quelque chose avait changé. Ça n'allait pas ? Elle...elle lui semblait plus pas, comme lui quand il était sur le point de dégueuler ! Il se souvint des petits gâteaux au miel qu'il avait mangé et réalisa que c'était peut-être la seule nourriture qui restait à la fille. Merde. Elle allait pas bien ? Elle n'allait pas s'évanouir devant ses yeux, non ! Il se souvint soudainement qu'il y avait deux ou trois dans son sac qu'il n'avait pas touché ou goûté.

    « Mon sac qui était avec moi ! Y'a des p'tits pains dedans ! J'espère qu'ils sont pas trop durs mais ça d'vrait aller ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Informateur ♦

Morgana Sigvard

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 405
♦ Messages : 343
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Fiche disponible ici et le carnet des RP, relations & résumés se trouve là bas.
♦ Date d'inscription : 20/11/2011
♦ Age : 28

Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] Vide
MessageSujet: Re: Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana]   Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] EmptyMer 18 Jan - 0:00

Oh oui, elle était absolument certaine de vouloir tout entendre. Après tout, elle s'apprêtait à participer à une mission dans les bas-fonds avec un quasi inconnu...

Zacharias Flash avait eu l'air angoissé par les révélations qu'il s'apprêtait à faire, Morgana lui avait fait un petit signe de tête assuré. Et cette témérité fut largement récompensée. L'informateur venait de faire exploser la couverture de Marius de l'Ombrage, tout simplement..! Ce Leonard qu'elle allait chercher à l’œil du Tigre... C'était De L'Ombrage, allié au feu Mist! La demoiselle garda cette précieuse information dans un coin de sa tête. C'était une chose impossible à oublier.

Zacharias parla une fois encore du pouvoir de guérison du Haut-Prêtre... Et il ajouta quelque chose qui intrigua fortement Morgana. D'Arken avait-il usé de la force ou de l'Ombre pour faire plier l'albinos à ses pieds? L'informateur n'était pas très cohérent... Il était mort de peur.

Ce type était une mine d'informations. C'était encore plus qu'elle ne pouvait l'espérer. C'était même trop. La jeune Sigvard se doutait que pour récupérer toutes ces indiscrétions, l'albinos avait sans doute traversé beaucoup d'épreuves éprouvantes. Ses multiples blessures le prouvaient. Elle aussi allait devoir se mettre en danger de la sorte pour obtenir un quelconque résultat?

Morgana était de plus en plus pâle, Zacharias vint à sa rescousse. L'informatrice farfouilla dans le baluchon de l'albinos sans un mot. Ça n'allait pas du tout... Et elle devait s'occuper du blessé étendu dans son lit! Ce n'était pas le moment de flancher. Elle trouva trois petits pains enroulés dans un tissu presque propre puis revint vers Zach en reprenant au passage la bouteille de liquide transparent dans laquelle macérait les herbes.

« Je dois changer les cataplasmes pour plus d'efficacité » dit-elle d'une voix légèrement éraillée. « Mais pour commencer, je vais devoir me remettre sur pieds... »

La jeune femme considéra d'un air rêveur la bouteille qu'elle tenait dans la main. Il suffisait de ne pas avaler l'herbe et le tour était joué... La moindre petite feuille qu'elle pourrait ingérer la conduirait à une mort lente et douloureuse. Ce n'était pas empoisonné, mais extrêmement corrosif et brûlant. Morgana partagea les pains en parts égales, un et demie chacun. Elle s'éloigna du lit pour se placer près de la fenêtre, qu'elle ouvrit en grand. Elle hésita quelques secondes en chancelant puis porta subitement la bouteille à ses lèvres, serrant les dents à s'en briser la mâchoire. Un peu de liquide coula le long de ses joues jusqu'à s'échouer dans le creux de sa poitrine. Elle venait d'avaler ce qu'elle avait posé sur les plaies de Zacharias quelques heures plus tôt, les herbes en moins bien sûr. La clef c'était le mélange entre le liquide et le végétal. Pris séparément ces deux ingrédients provoquaient quelques douleurs et avaient une certaine efficacité thérapeutique, mais en les mélangeant on obtenait un cocktail explosif. Morgana eut un haut le cœur et vomit de la bile sur le rebord extérieur de sa fenêtre. Quelques insultes incompréhensibles suivirent.

Des larmes de douleur au coin des yeux, l'informatrice revint enfin près de Zacharias tout en avalant à grandes bouchées son pain rance. Elle haussa les épaules d'un air brave et se sentit obligée de se justifier:

« Ça remet les idées en place, ça donne un petit coup de fouet. J'espère que je n'ai pas avalé des morceaux d'herbe... » Morgana laissa échapper un petit gémissement consterné puis haussa de nouveau les épaules. « Bah. Je me sens beaucoup mieux maintenant, c'est ce qui compte. »

La jeune femme tremblait légèrement. Elle se pencha sur Zacharias pour renouveler les soins. Elle retira les cataplasmes qui avaient séché à l'air libre pour les remplacer par des produits plus frais. Après s'être occupée des bleus, elle imbiba de nouveau les linges posés sur les plaies ouvertes avec le liquide transparent... et les plantes. L'informateur allait subir la torture une seconde fois.

« Après ce sera fini, c'est promis. »

… Car la bouteille était vide. La jeune Sigvard reposa le tissu humide sur les blessures de l'albinos. Allait-il crier cette fois?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morgana-lazarey-photography.tumblr.com/

Zacharias Flash

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 369
♦ Messages : 405
♦ Âge du perso' : 26
♦ Fiche : L'homme qui murmurait aux oreilles
♦ Protecteur : Siegfried Agasthel
♦ Date d'inscription : 01/01/2011
♦ Age : 28

Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] Vide
MessageSujet: Re: Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana]   Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] EmptyDim 22 Jan - 22:27



    Oui, il avait peur. Il flippait, il menaçait de s'évanouir, tellement il avait peur d'être retrouvé par Uriel d'Arken et ses sbires. Si jamais cela se passait comme cela, il ne donnait pas cher de sa peau, surtout si celui-ci savait qu'il lui avait menti. Et maintenant, il n'y avait que Morgana pour savoir qu'il lui avait menti : car il lui avait révélé, non, et puis elle avait pris des notes ? Il la regarda d'un air complètement affolé, n'osant soudainement plus se toucher les bandages qu'il avait sur le ventre. Et puis il l'observa, essayant d'être le plus calme possible. Elle avait vraiment l'air mal en point et l'informateur se félicita d'avoir gardé quelques petits pains, certes pour sa propre personne, à l'origine, mais ayant bien servi. Elle prit le produit – du moins c'est ce qu'il compris – qu'elle lui avait précédemment appliqué sur le ventre et avala drôlement, l'écoutant lorsqu'elle lui dit que c'était purement et simplement pour la remettre d’aplomb mais la traitant mentalement de masochiste. Et puis quoi encore ? Il fallait être fou, pour faire ça ! Il...Il avait eu ce truc pendant dix minutes sur le ventre, le temps que ça s'incruste et il avait cru mourir...elle aimait jouer avec la mort, c'était ça ? Ce genre de personnes étonnaient toujours et impressionnaient Zacharias Flash, lui qui ferait n'importe quoi pour rester en vie, justement.

    « Mais vous êtes folle ! Et puis... »

    Il eut juste le temps d'entendre le « Après, ce sera fini » et la douleur recommença. Cette même douleur informe, exagérée, une douleur qu'il ne voulait plus sentir en lui. Et Zacharias cria. Il n'avait rien à mordre, il n'était pas brave au point de serrer les dents et savait que s'il prenait sa langue comme cible, tout cela pourrait, ma foi, bien mal finir. Tout cela dura environ dix longues minutes. Dix minutes pendant lesquelles il eut l'impression d'agoniser sur place, dix minutes où il ne pensa plus, convulsait presque sans s'arrêter sur le lit. Cinq minutes où il put crier de tout son saoul, étant donné que sa propre voix ne voulut plus lui obéir pour les cinq autres. Tout cela était bien spectaculaire, vraiment, et au bout de ces dix minutes, sa carcasse s'effondra, inconsciente, sur le lit.

    Zacharias Flash se réveilla, quelques instants plus tard, complètement dans la semoule. Tout comme la première fois, il eut énormément de mal à bouger ses membres, les sentant ankylosés au possible...Mor...Morgana... Il devait la voir, il...lui dire de ne pas dire qu'il avait menti à d'Arken ou bien il mourrait. Les larmes perlaient au bout des yeux de l'informateur tandis qu'il cherchait du retard la jeune fille.

    « Dis...dis pas...pas à d'A..Arken que..je lui ai menti, pour.....pour...Marius...sinon...y...va m'tuer.. »

    Stop. Le jeune homme prit une grande inspiration, comme s'il voulait dire quelque chose d'autre mais n'y arrivait pas. Peut-être citer Eleanor, ou raconter à quel point ses cheveux bleus étaient magnifiques lorsqu'ils brillaient sous l'influence de la Lune. Dire qu'il ne l'avait rencontrée que quatre fois et que leur amour était tout de même à leur apogée à la fin. Peu importe, les gens se foutaient pas mal de sa petite vie. Il eut envie de crier à cette Morgana de fuir loin d'Ishtar avant qu'il ne soit trop tard mais...

    Zacharias s'évanouit de nouveau, à bout de forces.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Informateur ♦

Morgana Sigvard

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 405
♦ Messages : 343
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Fiche disponible ici et le carnet des RP, relations & résumés se trouve là bas.
♦ Date d'inscription : 20/11/2011
♦ Age : 28

Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] Vide
MessageSujet: Re: Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana]   Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] EmptyMer 25 Jan - 13:55

« Et voilà, ils vont croire que je suis en train d'égorger quelqu'un... »

La voix lasse de Morgana ne parvenait pas à percer les cris de Zacharias. Elle ne lui en voulait pas trop, elle avait oublié de le prévenir, de lui donner un bout de drap de lit à mordre. Maintenant il fallait le laisser hurler, lui fourrer quelque chose dans la bouche alors qu'il était en pleine crise n'était pas une très bonne idée. Il pouvait s'étouffer, avaler sa langue ou autre chose du même ordre...

L'informatrice fronça le nez et s'éloigna un peu. Elle n'avait pas assez de forces pour maintenir l'albinos contre le lit. Toute tentative causerait encore plus de dégâts. Dans un moment de lucidité, il formula une requête... Morgana n'y répondit pas. Elle ne savait pas du tout ce qu'elle allait faire de toutes ces informations, son état actuel ne lui permettait pas d'y réfléchir avec efficacité. Elle sentait son estomac brûler à cause du breuvage qu'elle avait bu quelques minutes auparavant. Elle devait se reposer elle aussi. Zacharias s'était de nouveau évanoui, avec quelques gestes précautionneux elle le remit dans une position un peu plus confortable sous les couvertures. Il était vraiment dans un état lamentable... Heureusement, les cataplasmes faisaient effet. La jeune femme l'abandonna pendant une petite demie heure. Elle était descendue au rez-de chaussée de son bâtiment pour se réapprovisionner en eau potable. Le seul robinet de tout l'immeuble était situé dans le corridor de l'entrée. La technologie d'Ishtar n'était pas encore accessible à tout le monde.

Elle traina longtemps dans l'escalier, un seau rempli d'eau entre les mains. Elle faisait une pause toutes les deux marches, à bout de forces. Quand elle revint dans la chambre, elle abandonna le seau dans un coin de la pièce et s'allongea à côté de Zacharias sans se poser de questions. Il n'y avait pas beaucoup de place mais c'était suffisant. Elle tournait le dos à l'albinos, s'endormit dès que sa tête eut touché les oreillers.

L'informateur était sorti de la torpeur en premier. Morgana se réveilla difficilement, un peu hagarde. Elle avait faim de nouveau, il lui semblait que le soleil avait disparu mais elle n'en était pas sûre. Réveillée par Zacharias, elle se frottait les yeux comme une gamine.

« Hein? »

S'il avait dit quelque chose, elle n'avait rien compris. Les effets du breuvage qu'elle avait bu étaient plus actifs que jamais. La jeune femme avait du mal à organiser ses pensées, elle observait son interlocuteur d'un œil incertain. Elle avait oublié que le lit était petit, elle bougea... Et tomba par terre.

« Aïe » déclara-t-elle d'un ton absent, plus pour la forme qu'autre chose. Ce qu'elle avait dans l'estomac était un bon anti-douleur, elle ne sentait rien. Elle se releva difficilement.

« Si tu veux tu peux partir ou j'sais pas trop... Y'a plus grand chose à faire pour tes blessures maintenant, faudrait juste que tu évites d'y mettre de la terre ou des morceaux de pommes pourries, si c'est possible. Il faudra que je revienne te voir dans quelques jours pour qu'on y mette un dernier coup... Aujourd'hui c'est fini, tu peux rentrer... chez toi si tu veux. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morgana-lazarey-photography.tumblr.com/

Zacharias Flash

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 369
♦ Messages : 405
♦ Âge du perso' : 26
♦ Fiche : L'homme qui murmurait aux oreilles
♦ Protecteur : Siegfried Agasthel
♦ Date d'inscription : 01/01/2011
♦ Age : 28

Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] Vide
MessageSujet: Re: Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana]   Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] EmptyVen 3 Fév - 11:31


    Le lit était parfaitement douillet, il se sentait presque bien. La douleur qu'il éprouvait était presque disparue et il aurait eu envie de passer ici quelques jours de plus. Bordel de pute de connard de merde, il ressentait encore l'envie de dormir. Vous savez, ce putain de sentiment que vous avez lorsque vous n'avez pas dormi depuis des heures, qui fait que techniquement parlant, lorsque vous êtes en activité, vous paraissez un peu hyperactif mais...ce n'est qu'une apparence. En réalité, vous avez juste envie de vous effondrer là, sur place, et l'on aura compris que c'est également le cas du joueur de Zacharias en ce moment. Connerie de bordel de merde, et en plus, cette nana est mignonne, sacrément mignonne. Zacharias contemple ces tâches de rousseur, répartie sur son visage et commence même à imaginer une soit-disant réincarnation d'Eleanor, sauf qu'il a tout faux, le loulou, puisque sa pizza fromage des Âlpes, elle a les cheveux bleus et un sourire à faire pâlir Blanche-Neige. Mais tout cela, on sent fou, en fait ? Tout ce qui compte, c'est que le Zacharias, il regarde Morgana comme si elle était un peu son Veau d'or personnel, comme si il allait vraisemblablement pouvoir faire la fête et remplacer Eleanor par sa personne. Et le premier qui me dit que le Veau d'or et Blanche-Neige, ce n'est pas dans la culture ishtarienne, je lui pète à la gueule, puisque c'est la narratrice qui parle.

    Un putain de narrateur omniscient et qui contrôlera le destin, vie et mort de Zacharias Flash. Cet homme – un homme ? - doit être cruel, au fond, pour maîtriser la vie d'un personnage qu'il ne connaît même pas personnellement. Il pense arriver à le comprendre, mais ce qu'il y a véritablement dans son cerveau reste flou, manichéen, une espèce d'étendue d'eau salée dans laquelle on ne peut plonger. C'est peut-être justement parce que monsieur Flash est un peu plus stupide que la moyenne et qu'il vit au jour le jour, sans trop penser aux conséquences. Un drôle de zouave, un type qui paraît parfois un peu timorée mais qui, la minute d'après, n'hésitera pas à cracher à la gueule du pire loustic qu'il verra. Mais bref, revenons-en à nos moutons, Panurge s'affole. Elle était belle, la petite Morgana, avec ses tâches de rousseur et ses cheveux roux ondulés. Il avait même envie de lui demander s'il pouvait bien rester ici, mais il n'osa, plus parce qu'il était sûrement recherché par Marius qu'autre chose. Du terroriste il n'avait aucune nouvelle. Il ne savait donc pas qu'à l'heure qu'il était, Marius se laissait mourir de faim, sans doute dans l'espoir un peu stupide de rejoindre Eleanor le plus tôt possible. Zacharias ne l'aurait sûrement pas blâmé pour cela : il y avait sérieusement pensé, lorsqu'Eleanor était morte, et puis, que Marius disparaisse, cela ferait diminuer la liste de ses graves ennuis, et ça ne pourrait que l'aider.

    Mhh ? Pourquoi il pouvait aussi bien la voir, en fait ? Zacharias Flash réagit très soudainement : en face, la figure de Morgana se trouvait à quelques centimètres de la sienne. Il sentait le frais parfum de sa peau et son peau, tandis qu'elle respirait. Bon, malheureusement, cela ne dura pas longtemps et l'informateur ne put faire l'erreur inopportune de toucher accidentellement sa poitrine. Il en avait envie, pourtant. Il hocha la tête, l'écoutant donner les consignes avec précision, se disant qu'il allait peut-être falloir, en effet, qu'il ne foute pas ses doigts. Ça, c'était sale, ça puait, ses ongles étaient noirs de crasse, comme dans ses oreilles, sauf que ça, c'était marron foncé. Vous aurez compris que Flash n'était pas vraiment un modèle de propreté.

    « Ha. Déjà partir ? Il faut aussi pas qu'j'mette mes mains dans les blessures ? Parce que c'est pas bon et que mes ongles sont noirs ? Faut que j'aille aux bains plus que une fois par mois, aussi ? Ben...je vais partir...Je peux vous faire un bisous sur la joue, avant ? »

    Il la regarda avec des yeux de merlan fris, prêt à faire n'importe quoi pour la remercier. Morgana l'aiderait ensuite sûrement à se relever et le mettrait à la porte, lui répétant que non, les ongles, c'était crasseux et que oui, il fallait se laver pour être tout beau. Quelle gentille et patiente fille !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♦ Informateur ♦

Morgana Sigvard

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 405
♦ Messages : 343
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Fiche disponible ici et le carnet des RP, relations & résumés se trouve là bas.
♦ Date d'inscription : 20/11/2011
♦ Age : 28

Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] Vide
MessageSujet: Re: Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana]   Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] EmptyDim 5 Fév - 13:14

Déjà partir? Bien évidement qu'il fallait partir... Zacharias Flash se plaisait tant ici? Morgana regardait l'albinos d'un air bête. Pour le coup, il semblait tout aussi désorienté qu'elle. La jeune femme jeta un oeil tout autour d'elle, un geste qu'elle regretta immédiatement: sa chambre était en désordre total et la présence de Zach l'Odorant n'avait pas arrangé les choses. L'informatrice s'avança vers son interlocuteur, il disait vraiment n'importe quoi...

« Ben oui, ne mets pas tes mains dans les blessures » répéta-t-elle comme un automate. « Surtout si tes ongles sont noirs, en plus... Tu devrais sympathiser avec les bains publics tu sais, il n'y a pas de poissons carnivores dans l'eau... Au pire tu pourrais... » te faire violer dans le vestiaire pensa-t-elle sans l'exprimer de vive voix. Le sexe entrait dans le top trois d'Ishtar, c'était peut-être même en seconde position juste après la violence. Ou même... En première position?

Morgana fit mine de ranger le rebord de sa commode, il y avait des bouteilles vides, des tissus, les sachets qu'elle avait acheté au marché quelques heures plus tôt... Il lui restait une bonne poignée de plantes médicinales, mais pas d'alcool. Elle aurait bien eu besoin d'un petit verre en cet instant, et sans herbe dedans s'il vous plait merci. L'informatrice n'avait pas envie de rendre l'âme. Pas tout de suite. Il y avait tant à faire..! Se reposer, ranger et nettoyer sa chambre qui s'était transformée en bouge infect... Et puis... Ne pas oublier tout ce qu'il avait dit. Les fameuses informations, qu'allait-elle en faire?

« Hey la prochaine fois si tu as d'autres trucs à me raconter, je serais ravie de les entendre tu sais... Et me regardes pas comme ça! »

La jeune Sigvard posa ses mains sur les épaules de Zacharias et le poussa vers la porte. Elle le relâcha pour ouvrir le battant. L'air frais provenant de l'extérieur lui fit du bien, elle esquissa un sourire...

« Non non, tu m'en feras un quand tu iras mieux et quand tu te seras lavé, c'est sale, c'est sale... T'inquiète pas c'est pas une maladie incurable il suffit de faire trempette et de te frotter énergiquement avec une grosse brosse, un gant de toilette doux et du savon tu vois, bon peut-être qu'a certains endroits il va falloir sortir le gant de crin mais... Bah, ça c'est ton affaire. »

Morgana poussait Zach hors de sa chambre par petites pressions impatientes mais douces. Elle essayait de couper court à la conversation, sa réserve de patience et de force diminuait petit à petit.

« Ouaiiis la prochaine fois qu'on se verra si tu es propre tu pourras m'en faire autant que tu veux... » - tellement lasse, elle ne s'apercevait pas que ses paroles pouvaient prendre un double sens très gênant - « Maintenant tu m'excuseras mais j'ai vraiment besoin de... Enfin tu vois. N'oublies pas, les doigts crasseux, ailleurs que les plaies, d'accord? Réfléchis deux minutes avant de faire quoique ce soit et tiens toi tranquille pendant un moment, bref fais profil bas moi je vais... »

Elle ne termina même pas sa phrase et referma la porte en lançant un dernier sourire mal assuré à Zacharias.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morgana-lazarey-photography.tumblr.com/
Contenu sponsorisé




Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] Vide
MessageSujet: Re: Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana]   Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Je me sens...comme un western sans cheval, comme un japonais sans kookai ! [pv Morgana]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ѧ Quartier du Tchï Ѧ-