Partagez | 
 

 Une simple arrivée en ville [Yue Wu Zang]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

♦ Influence : 373
♦ Messages : 76
♦ Âge du perso' : 36
♦ Fiche : Étoiles explosives. (Fiche)
Accrochées dans mon ciel. (Dossier)
♦ Protecteur : La petite Wu Zang ?
♦ Date d'inscription : 06/11/2011
♦ Age : 25

MessageSujet: Une simple arrivée en ville [Yue Wu Zang]   Jeu 10 Nov - 9:44

Gabriel avait le front posé contre la toile. Tracté par deux chevaux de forte carrure, qu'il avait choisis pour leur endurance et non leur beauté quelconque, un chariot lent prenait son temps à avancer le long des routes. L'ingénieur avait dû engager un mercenaire qui les suivait côte à côte. Il marchait à côté d'eux, habillé normalement, si bien que cet attelage miteux paraissait presque sans valeur. La vérité n'est pas celle-ci puisque le chariot contenait des composants rares et dont la vente aurait pu rapporter gros. N'importe quel citoyen peu aisé aurait pu se nourrir durant quelques mois rien qu'en récupérant l'une des boîtes à l'arrière, il aurait même pu survivre des années s'il mettait la main sur celle intitulée "Chien jaune" qui contenait en vérité des feuilles d'or. Gabriel serrait les dents à chaque fois qu'un cahot soulevait le chariot ou lui faisait faire un écart. Non, il n'était pas tranquille malgré toutes les précautions prises.

« Tu vois, Samuel, il faudrait inventer une sorte de...Grands chariots sur des routes mais moins chaotiques que celles-ci. Il faudrait tout refaire, c'est un scandale. Des routes en métal, des chariots en métal qui glissent sur les routes. Enfin, non, ce serait trop glissant. Ils déviraient trop. A la rigueur, creuser des gouttières dans le métal des routes pour obliger les roues à ne pas dévier ou je ne sais quoi. »

Tandis qu'il parlait, il avait gardé le nez dans la toile qui couvrait le chariot si bien que le conducteur n'avait surement rien compris à ce que l'ingénieur venait de marmonner.

« Surement, m'sieur Sullivan. »

Gabriel jura tout bas contre le manque d'enthousiasme de son compagnon. Ce voyage était interminable, vivement qu'il arrive dans la capitale. Le mercenaire, s'ennuyant, se mit à siffloter. L'ingénieur se frappa la tête contre la toile avec résignation puis son front quitta l'appui. Il se pencha en avant, regardant l'horizon, au loin, la capitale commençait à apparaître. Gabriel se permit enfin un sourire.

Ishtar.

Les grandes villes n'étaient pas un soucis pour l'homme qui avait vécu une partie de sa vie dans la prolifique province de Wu Zang. C'est d'ailleurs en ce nom et de part le fait que ces activités y étaient implantés qu'il avait fait la demande au seigneur de le recommander auprès de sa fille. La famille était connue pour protéger un grand nombre de scientifiques, Gabriel craignait que son arrivée brusque dans la capitale et surtout la valeur de ses composants ne lui permette de rester longtemps dans une auberge sans attirer les regards sur son étoile. Il avait prévu de louer une maison sur place, sans doute quelque chose de plus modeste qu'une résidence impériale, mais une bicoque dans laquelle il pourrait se nourrir, dormir, travailler et entasser sa mécanique. En premier lieu, il devait se faire des connaissances et ne pas perdre pied. Il allait demander l'hospitalité à une princesse. Il réfléchit tout bas à son idée qui lui paru effroyablement effronté, mais qui ne tente rien n'a rien. Malgré sa richesse et son statut d'ingénieur reconnu, avoir un protecteur ou une protectrice lui serait d'une aide précieuse. Il alla abreuver les chevaux dans un hôtel en attendant et paya pour deux nuits d'avance dans le doute. L'étoilé envoya ensuite une missive au palais ou à la demeure de la jeune princesse. Il ne restait plus qu'à attendre. Cela lui démangeait les mains, cela lui démangeait les doigts de sortir ses composants et de les ausculter mais il ne le ferait pas, non. Il saurait se retenir. Il passa la soirée à tourner en rond dans sa chambre carrée et à écrire de travers sur les lignes d'un papier rigide. Des idées jetées par dessus bord, sans intérêt réel. Finalement, il jeta le papier fut jeté dans le feu et Sullivan s'endormit tout habillé sur son lit. La réponse arriva, il avait encore le visage enfariné en ouvrant la porte, il balbutia un pitoyable merci et décacheta la lettre. Il retint l'homme qui lui avait donné la missive.


« Au fait, quelle heure est-il ?
- Treize heure heure, Monsieur. »

Il relut la lettre et ferma la porte. Il avait deux heures pour dénicher un salon de thé dans le Quartier du Tchi, espérons qu'il n'y avait qu'un. Il se frotta l'arrête du nez en jurant : « Misère... » Le voyage avait été long et il avait été victime d'insomnies, un peu paranoïaque quant aux attaques des bandits. Il venait de tout rattraper d'un seul trait. Il jeta un coup d'œil rapide au miroir et tâcha de s'arranger un peu, il se massa la joue pour en retirer la trace des draps et frappa son costume de quelques coups vigoureux pour le rafraichir et en retirer les plis. Manières de célibataire.

Une fois présentable, il sorti dehors et alla se perdre dans Ishtar. Et perdu, il ne le fut pas vraiment en vérité, grand voyageur, il appréciait presque toute les provinces de l'empire sauf les plus froides, il retrouva dans le quartier du Tchï toute les saveurs qu'il appréciait tant. Il déambula un moment avant de demander son chemin et finalement arriva au salon de thé sans soucis particulier. Il fut surpris de croiser quelques commerçants avec lesquels il avait déjà traité en Lo-Thyn et Wu Zang. Il entrait dans le véritable nœud commercial de l'empire, lui qui avait crû que cet endroit n'était que la place du pouvoir et non du commerce. On l'accueillit de manière assez agréable et on le défigura de manière tout à fait désagréable, l'étoile sur son œil intriguant comme toujours. Il donna le motif de sa présence et on le fit attendre à une table. Apparemment, il était en avance. Pensant en avoir le temps, il posa un coude sur la table, sa joue sur son poing et commença à décortiquer du regard la carte des thés.
Il avait eu l'habitude du thé qu'on lui servait à l'atelier d'alchimie, toujours le même truc infâme et ne s'était jamais intéressé de plus prêt à la boisson. Il fit semblant de s'y connaître en prenant un air un peu plus concentré. Ou circonspect, c'est selon. Il attendait la princesse, espérant qu'elle pourrait le conseiller. Ou non, c'était une honte de ne pas s'y connaître en thé après une dizaine d'année vécues à Wu Zang, à la rigueur, il prendrait la même chose en espérant que leurs goûts s'accordent. Oui, voilà, c'est ce qu'il ferait.
En espérant qu'elle n'ait pas prévu de choisir selon lui.

Son plan reposait fatalement sur l'espoir, un comble.


Dernière édition par Gabriel Sullivan le Mer 16 Nov - 10:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fabriquetoi.tumblr.com/
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Influence : 488
♦ Messages : 335
♦ Âge du perso' : 17
♦ Fiche : Petite princesse Yue
♦ Date d'inscription : 01/06/2011
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Une simple arrivée en ville [Yue Wu Zang]   Dim 13 Nov - 15:09

« Très chère Yue,

Il m'est toujours agréable recevoir tes lettres. Je suis heureux que ta vie à Ishtar se passe bien, malgré les différences culturelles et la distance qui nous éloigne.
Toutefois, l'objet de ma lettre n'est pas de te donner des nouvelles de ta province. J'ai reçu il y a peu une demande de recommandation auprès de toi de la part d'un scientifique qui a longtemps vécu au Wu Zang et qui s'installe désormais à Ishtar. Cet homme de science souhaiterait que tu lui offres l'hospitalité, au moins durant quelques temps : il transporte avec lui un matériel précieux et coûteux qui ne saurait être à l'abri dans une auberge.
Je ne désire pas t'imposer sa présence. Si tu ne souhaites pas te lier à cet homme, libre à toi. Cependant, il serait bon pour toi de côtoyer des hommes savants et cultivés et que tu prennes sous ton aile des scientifiques, en particulier si leurs découvertes et leurs inventions peuvent être profitable à la société … ainsi qu'à notre famille.
Rencontre cet homme, et si tu estimes qu'il est digne de confiance et qu'il a de l'avenir, aide-le : recueille-le, finance-le, protège-le. Fais en sorte qu'il te soit à jamais redevable. Si en revanche, tu considères que cette personne ne fera que t'encombrer, laisse-le.
Je te souhaite d'être avisée.

Ton père »


Yue relut encore une fois la lettre de son père pour être sûre d'en avoir bien compris tous les tenants et les aboutissants. Donc un homme ― pas un homme, un scientifique, nuance ! ― allait venir lui demander l'asile. Voyons voir … Certes, il y avait l'ancien pavillon des gardes qui était inoccupé … C'était un endroit spacieux, peut-être un peu spartiate, mais avec quelques aménagements et un peu de décoration, on arriverait à quelque chose de correct ! Le souci, c'est que si elle avait très envie de côtoyer et de protéger un scientifique, elle ne s'était jamais jusqu'à présent posée la question des infrastructures nécessaires aux recherches scientifiques. Elle n'avait aucun laboratoire, ni salle d'opération, ni même d'outils … Elle allait devoir acheter tout ça. Bah, elle pourrait toujours demander au scientifique quand elle le verrait.
Une servante lui apporta une lettre ; sans aucun doute, ce fameux scientifique lui écrivait pour lui demander une rencontre. La Princesse décacheta rapidement la missive et parcourut la lettre en quelques secondes : il n'y avait pas grand chose qu'elle ne sache déjà. Mais ce peu d'informations fit monter en elle une impatience trépidante, comme celle qu'éprouvent les jeunes filles à qui l'on a choisi un mari et qui le rencontrent pour la première fois. C'était son premier scientifique ! Elle avait si hâte de le rencontrer ! Comment serait-il ? Un vieillard décharné et presque sénile ? Un homme ventripotent aux mœurs douteuses ? Ou peut-être une jeune garçon séduisant plein d'idées et de rêves ? Mais en fait, ça ressemblait à quoi un scientifique ? Autant de questions auxquelles elle n'avait pas envie d'apporter tout de suite de réponse : il se faisait tard et il était temps d'aller se coucher. Elle écrirait sa réponse demain matin. Parce que quand elle veillait tard, elle avait d'horribles cernes et un teint blafard des plus incommodants.

« Cher compatriote,
Je serais ravie de vous rencontrer dans les plus brefs délais pour discuter de vos soucis et voir s'il est possible de trouver des solutions à vos problèmes. Je suggère que nous nous rencontrions cet après-midi même, à quinze heures, au salon de thé de la Perle de Jade dans le quartier du Tchi.
J'attends impatiemment notre rencontre !
Yue Wu Zang,
Princesse du Wu Zang »


Le message était clair et concis, et le messager quitta le palais en fin de matinée. Il restait donc quatre bonnes heures à Yue pour se préparer … Tout était dans le détail : elle ne devait pas avoir l'air trop habillée ― non, parce que ce n'était qu'un scientifique tout de même, elle n'allait pas mettre ses plus belles robes pour autre chose qu'un aristocrate ! ― mais elle devait quand même rester élégante, si jamais elle croisait quelqu'un d'important …
Son choix avait fini par s'arrêter ― au bout de presque trois heures ― sur une tunique jaune façon Wu Zang, un pantalon, des chaussons blancs, et pour les bijoux ― car il y a toujours des bijoux ― quelques bracelets dorés, un peigne et deux baguettes pour tenir son chignon. Somme toute, Hua était plutôt fière de son travail : les cheveux de sa maîtresse ne bougeait d'un poil, et les grelots au bout des baguettes tintaient agréablement à chaque pas. L'effet voulu était là : élégante, mais pas trop quand même. La servante en voulait pour preuve que la Princesse n'avait demandé à ce qu'on refasse sa coiffure que deux fois : une fois parce qu'elle trouvait les baguettes trop basses, une autre fois parce qu'elles n'étaient pas en position symétrique.

La Princesse arriva un peu en retard à son rendez-vous, mais c'était normal : on lui avait appris qu'une princesse digne de ce nom arrive toujours un peu en retard. On l'emmena poliment jusqu'à la table où la personne qu'elle devait rencontrer l'attendait déjà. Yue ne vit rien d'autre que l'étoile : le reste était superflu pour la Princesse. Derrière elle, Hua, très à l'aise ― pour une fois ― dans un lieu qui ressemblait tant à sa province natale, observait elle aussi la marque de l'homme tout en essayant vainement de ne pas le regarder, ce qui donnait au final une attitude à la fois étrange et pitoyable. Quant à Illyen, le tout nouvel Objet garde du corps, il était fidèle à lui-même : debout, silencieux, inexpressif, regardant fixement dans le vide quelque part devant lui. Yue finissait par se demander s'il n'était tout simplement pas stupide.

- Je suppose que c'est vous que je dois voir cet après-midi ! Vous avez déjà commandé, Monsieur …? Hélas, je crois bien que j'ai oublié votre nom. Quoi qu'il en soit, je prendrais pour ma part un thé aux fleurs : j'ai toujours eu un penchant pour les thés parfumés.

Certes, la politesse n'étouffait pas Yue : elle ne s'excusait pas, ne prenait pas la peine de se présenter … Les roturiers ne lui inspiraient pas les bonnes manières, ni même certains nobles d'ailleurs.

- Parlez-moi un peu de vous, j'ai envie de vous connaître mieux. Et si vous commenciez par me dire d'où vient cette étrange marque en forme d'étoile sur votre visage ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Influence : 373
♦ Messages : 76
♦ Âge du perso' : 36
♦ Fiche : Étoiles explosives. (Fiche)
Accrochées dans mon ciel. (Dossier)
♦ Protecteur : La petite Wu Zang ?
♦ Date d'inscription : 06/11/2011
♦ Age : 25

MessageSujet: Re: Une simple arrivée en ville [Yue Wu Zang]   Mer 16 Nov - 16:45

Sullivan piquait du nez parmi les thés. Ils s'emmêlaient dans sa tête comme des serpents d'odeurs forte, aux variations infimes. Il délirait silencieusement tandis que les lettres se déformaient sous ses yeux victime d'un retour du bâton de la part de ses longues insomnies. Il se frotta les yeux, fit craquer l'un de ses poignet et releva le nez.
La petite princesse arrivait, elle était bien reconnaissable de part ses vêtements plus riche que la plupart des personnes fréquentant ses salon et surtout, Gabriel détermina immédiatement que les bijoux qu'elle portait étaient couvert d'un or d'une grande pureté, dignes de son rang. Ce n'était certes pas le genre de bijou rempli de fioritures que l'on faisait d'ordinaire à Lo-Thyn pour la cour, l'amoncellement de détails étant bien vu par les nobles et les bourgeois de la capitale. Et surtout, cela se vendait plus cher. Il s'agissait sans doute plus de bracelets donnés à travers la famille ou de l'œuvre d'un brave de Wu Zang. Enfin. Sullivan arrêta de scruter le métal et se releva.

Il posa une main sur son cœur, en poing fermé et s'inclina légèrement quand la princesse vint s'assoir. Dans un premier temps il fixait la table, l'air modeste puis releva finalement le regard vers la princesse. Elle était jeune, il s'y attendait, on lui avait souvent défini comme telle et elle semblait happée par ce qui se trouvait sur la droite de son visage. Derrière elle, deux personnages, un homme au regard vide, Gabriel lui attribua la fonction d'esclave-objet et une femme qui regardait le sol dès que l'ingénieur saisissait son regard. Sans doute elle aussi défigurait l'énorme tatouage. Peste soit sa folle jeunesse.


« Sullivan, princesse Wu Zang, je me nomme Gabriel Sullivan. Je n'avais pas commandé, je vais prendre un thé noir.  »


Gabriel n'était pas noble, ne venant pas d'une famille bien riche et surtout, se moquait du protocole presque autant que la princesse semblait se moquer du respect qu'elle devait à qui que ce soit. Il imitait les quelques gestes qu'il avait vu faire son père auprès des différents seigneurs et ceux qu'il avait appris au fur et à mesure de sa vie. Il avait choisi le thé par hasard, le thé vert, il l'avait toujours trouvé trop léger pour les rares fois où il l'avait gouté. Il croisa les doigts devant son nez et regarda la princesse. Elle l'attaqua directement, sans la moindre gêne, sur son tatouage. Il retint une grimace, un fin sourire se coinça sur ses lèvres, un peu crispé. L'homme derrière l'étoile n'existait que très peu. C'était un bien comme un mal. Il remonta un peu ses gants qui cachaient ses mains couvertes de petites brûlures et de petites plaies et se donna quelques secondes pour réfléchir à sa réponse.

« On parle beaucoup de ce qui couvre mon visage. J'ai reçu des explications et des histoires de beaucoup de régions que j'ai visité. Lorsque je suis revenu dans ma province natale, Frickwitch, ils pensaient que j'avais eu des démêlés avec les mages de la brume et que j'étais damné à toujours montrer ce que le brouillard cache. Al-Haïd a cru que j'étais l'émissaire d'une étrange croyance ou que cela m'avait été gravé pour rappeler un rang. Dans les bazars de Wu Zang, on murmure qu'il existe une femme avec la même étoile mais sur l'œil gauche. Quant à Lo-Thyn, il pensent simplement qu'un médecin m'a fait naître avec. »

Les thés arrivèrent sur leur table. Il prit sa tasse par la coupelle et la ramena légèrement vers lui.

« La vérité est des moins intéressante. Il s'agit d'encre que l'on a attaché à ma peau pour cacher la laideur d'une grave brûlure que je me suis fais plus jeune. Je connaissais alors mal les composants que je maniais. »

Il fit tourner sa tasse jusqu'à ce que la cuillère posée sur le côté soit perpendiculaire à son bord de table, il regarda son œuvre avec un petit sourire de satisfaction et reporta son attention vers la princesse, espérant tout bas avoir répondu à sa question tout en stimulant sa curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fabriquetoi.tumblr.com/
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Influence : 488
♦ Messages : 335
♦ Âge du perso' : 17
♦ Fiche : Petite princesse Yue
♦ Date d'inscription : 01/06/2011
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Une simple arrivée en ville [Yue Wu Zang]   Sam 19 Nov - 23:04

[Pas très long, désolée. J'étais pas trop inspirée …]

Gabriel Sullivan, oui, c'était ça … Elle se rappelait avoir lu ce nom sur la lettre. Enfin, sans doute. Bah, Yue le croyait sur parole. Il lui était assez agréable : il était poli, respectueux, sans être protocolaire et ennuyeux … Il avait même répondu à sa question pourtant du genre indiscrète, c'est dire s'il était serviable !
Alors comme ça, son « étoile » n'était qu'un tatouage destiné à dissimuler une brûlure … A la réflexion, c'était une bonne idée : cela cachait efficacement la vilaine cicatrice et cela attirait l'attention. Cela le rendait … unique en son genre. Et puis, ça lui conférait un certain charme, d'autant plus que le reste de son corps n'était pas vilain. Yue était ravie : non seulement cet homme était charmant, mais en plus il sortait de l'ordinaire, ne serait-ce que par son physique ! Si en plus il avait une invention intéressante et qu'il n'était pas stupide, la Princesse serait plus qu'enchantée de le présenter à toutes les réceptions où elle se rendrait !

Allons, allons, un peu de calme. Elle entendait presque la voix de son père lui murmurer de ne pas s'emballer et de bien réfléchir avant de prendre une décision. Certes, c'était sa première occasion d'avoir un protégé scientifique ― et ça se présentait plutôt bien ― mais il y aurait d'autres occasions, et il ne fallait surtout pas se précipiter. D'abord, en apprendre plus. Après tout, pour l'instant, tout ce qu'elle savait, c'était qu'il avait une étoile sur la figure, qu'il avait vécu au Wu Zang, qu'il se prétendait ingénieur et qu'il cherchait un noble chez qui résider quelques temps.

- Je vois. C'est un histoire intéressante … J'imagine que cette marque a dû vous donner une sacrée réputation. Je suis curieuse de savoir ce que les gens d'Ishtar vont bien pouvoir inventer en plus ! Vous allez certainement devenir rapidement une célébrité locale. Mais dites-m'en plus sur vous … Vous êtes allé à Wu Zang ? Vous y avez vécu longtemps ? Et pourquoi avez-vous rejoint la capitale ?

Une serveuse apportait un plateau d'argent sur lequel reposaient une théière de porcelaine, deux tasses finement ciselées et un petit pot contenant du sucre. Derrière elle, un homme transportait des petits gâteaux secs au chocolat et des fruits frais coupés en morceaux. Le tout avait l'air délicieux et raffiné, comme on pouvait s'y attendre d'un salon de thé aussi luxueux et cher.
La jeune serveuse s'apprêtait à verser le thé dans les tasses, mais Yue l'en empêcha d'un geste, avant de faire signe à sa servante de s'en charger. La Princesse avait ses petites habitudes, et elle n'aimait que des étrangers touchent à ses affaires, y compris sa nourriture. Enfin, elle avait surtout envie de faire un petit caprice, et cette serveuse ne lui plaisait pas, question de feeling.

- Et donc … Quel genre d'ingénieur êtes-vous ? Quel genre de travail faites-vous ? J'aimerais beaucoup que vous me montriez quelques-unes de vos plus belles inventions ! J'ai cru comprendre que vous n'aviez pas encore de mécène à Ishtar … C'est un rôle que je serais ravie de jouer pour vous mais … concrètement, qu'est-ce que j'y gagne ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Influence : 373
♦ Messages : 76
♦ Âge du perso' : 36
♦ Fiche : Étoiles explosives. (Fiche)
Accrochées dans mon ciel. (Dossier)
♦ Protecteur : La petite Wu Zang ?
♦ Date d'inscription : 06/11/2011
♦ Age : 25

MessageSujet: Re: Une simple arrivée en ville [Yue Wu Zang]   Dim 20 Nov - 15:10

(Il n'y a vraiment pas de soucis.)

Gabriel se demandait tout bas si le thé contenait assez d'excitateur pour réveiller totalement sa conscience qui marchait comme un homme saoul, faisant de grands écarts de parcours. Il fixait un pont, juste derrière l'épaule de la jeune personne en face de lui. Il ne savait quoi penser du jeune âge de la petite princesse, puis il s'avoua qu'elle ferait une merveilleuse excuse pour visiter la place des manèges. Quoique. Bien, il faudra qu'il lui en parle si l'occasion s'en présente. Il ne devait pas crier victoire trop tôt, il toucha une branche de son étoile et en caressa la peau cramée par l'encre et l'acide dans un tic qui lui était familier. Se rendant compte de son geste, il reposa rapidement sa main sur la table.

Yu Wu Zang enchaîna les questions avec un rapidité qui arracha un sourire amusé et sympathique à l'ingénieur. Il allait très rapidement devenir une célébrité locale, oui, c'est la foire aux monstres à Ishtar, il pouvait donc se fondre dans ce monde-ci sans soucis et tirer vers lui les fils qui lui plaisaient. Nobles, Soldats, Terroristes, je suis déjà celui qui illuminera vos nuit ou qui vous plongera dans le noir. Gabriel Sullivan, l'ingénieur dont les S se tordent sur nos instruments de mort. Voyez comme votre meurtrier est aimable, il est en ville. Il vous donne les mains, il vous donne le métal qui transperça la jugulaire de votre ennemi et il veut toujours vous donner plus pour assassiner. Voyez, voyez. N'est-il pas charmant ? On le dirait presque rêveur avec son étoile sur le visage.

La servante de la princesse servit le thé à la place de l'employé du salon, Gabriel en profita pour dévisager la femme à son tour. Plutôt agréable à l’œil, avec cette modestie timide qu'on beaucoup de servante aux yeux bridés. Il décida d'arrêter son inspection pour finalement répondre à la série de questions qui venait tout juste de se finir.


"Je suis allé à Wu Zang pour pouvoir approfondir mes connaissances en science. Cette contrée est le carrefour de toutes les denrées de l'empire, ingénierie et alchimie compris. J'y ai vécu pendant dix ans, de mes dix-huit ans à mes vingt huit ans. J'ai beaucoup de contacts là-bas et j'y ai implanté mon usine."

Il toucha le bord de sa tasse du bout des doigts, il sentit la chaleur à travers ses gants.

"Je viens dans la capitale par curiosité intellectuelle et surtout car je sis sur le point d'atteindre un nouveau palier dans ce que j’appellerais mon "art", les scientifiques d'ici m'ont invités à venir pour que mes recherches servent à l'armée impériale."

Il atteignait le point le plus difficile. Il n'aimait pas annoncer lui même quels étaient ses inventions. Il préférait que les gens soient au courant eux même d'autre manière. Il avait un goût amer sur la langue, il avait cette légère appréhension qu'il soit réellement mal vu comme il le fut à Al-Haïd. Puis finalement, il se tranquillisa. Si Wu Zang n'acceptait pas de l'aider, ils y perdaient. Il pourrait aller voir Jadewood et sa passion des armes, il pourrait même se financer seul. Il reprit réellement une certaine confiance en lui et son regard s'enflamma discrètement tandis qu'il commença à parler de ses chères inventions. Il parlait bien et distinctement. Comme un livre.

"Je suis très ambivalent et je me pense unique en mon genre. N'allez pas croire que je manque de modestie mais je manie aussi bien les métaux que les composants que l'on tire d'eux. Acide, poudre, mécanisme. Je sais transformer la couleur du feu pendant quelques secondes ou le mélange exacte des plus puissants alliages. Je cherche à atteindre la vie comme la mort. Je fournis une partie de l'empire en armes. Mes lames sont les plus résistantes, les plus légères et les plus meurtrières de l'empire. Mais je veux aller au delà du simple travail de forgeron que m'a demandé la création de ces belles choses."


Il parlait avec les mains. Content d'être en face de quelqu'un qui saurait l'écouter et même le comprendre. Qui sait ?


"Au delà des armes, j'apprécie essayer d'imiter l'animal avec le métal. Animer le froid du fer me passionne."

Un fin sourire se posa sur ses lèvres, presque complice. La dernière question. Il allait s'agir d'être persuasif.

"Ma prochaine invention alliera la puissance de mes composants et la dureté du fer. Des explosions à volonté, une arme bien plus puissante que les autres, meurtrière et terriblement stable, d'une obéissance pragmatique. Qui deviendra incontournable dans les champs de bataille et qui engrangera beaucoup d'argent pour celui qui connait le secret de sa fabrication. Voila qui s'assoirait une certaine suprématie pour les Wu Zang au niveau technologique et financier."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fabriquetoi.tumblr.com/
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Influence : 488
♦ Messages : 335
♦ Âge du perso' : 17
♦ Fiche : Petite princesse Yue
♦ Date d'inscription : 01/06/2011
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Une simple arrivée en ville [Yue Wu Zang]   Sam 26 Nov - 15:13

Alors comme ça, il faisait des armes … Le mauvais côté, c'était que personnellement, elle n'en avait pas une grande utilité : elle arrivait déjà à peine à manier un couteau … La bonne nouvelle, c'était que les armes se vendaient comme des petits pains de nos jours. Déjà, depuis que le Duc-Commandant avait repris ces fonctions premières, la Garde Impériale avait aussi récupéré son budget et repris ces embauches … Sans oublier que les ambitions expansionnistes de l'Empereur n'étaient un secret pour personne : si l'homme qui fournirait les armées impériales en armes était un proche de la famille Wu Zang, ça ne pourrait qu'être bénéfique pour elle. D'autant plus que la vente d'armes contrastait sérieusement avec l'image de gentille fille d'Azhran : elle ne pourrait jamais avoir un atout pareil. Enfin … Sans doute.
Et cette histoire d'animaux en métal intriguait la Princesse. Est-ce qu'il faisait de la sculpture durant son temps libre ? Bon, la sculpture intéressait peu la Princesse, mais si c'était joli, ça pourrait décorer agréablement le Palais ; enfin l'intérêt était fichtrement limité dans tous les cas.

Bon, quoi qu'il en soit, cette nouvelle arme en développement avait l'air d'être un sacré morceau. En revanche, la créer ne serait pas une partie de plaisir … Déjà, il faudrait des matériaux d'excellente qualité, de la poudre explosive coûteuse, des locaux … Et si ça explose, il fallait tout reconstruire. Et ça, ce n'était que pour le développement : il fallait aussi prendre en compte dans les calculs tous les coûts de la production de masse ! Pas besoin d'être expert comptable pour comprendre que cette affaire engagerait pas mal d'argent. Le problème n'était pas tant de savoir si la famille Wu Zang avait les moyens de financer tout ça ou non ― elle avait les moyens de financer à peu près n'importe quoi ― mais de savoir si Yue faisait un bon investissement ou non. Si ce projet s'avérait être un échec, la Princesse serait morte de honte … Elle n'oserait plus jamais regarder son père en face. Et que dire de son projet de se marier avec l'Empereur ?

- Encore un peu de thé, Princesse ?

Yue faillit sursauter. Elle s'était prise à réfléchir et rêvasser, et Hua l'avait réveillé avec cette tasse de thé. La Princesse eut un petit sourire et accepta avec plaisir. Toute cette histoire lui était monté à la tête et ce thé était une magnifique occasion de lui rafraîchir les idées.
Pas la peine de s'inquiéter de tout ça pour l'instant. Elle devait encore en savoir un peu plus …

- Votre projet semble très intéressant et vous avez l'air passionné, c'est le moins que l'on puisse dire. Et donc, de quoi avez-vous besoin exactement ? J'imagine qu'il vous faudra au moins un laboratoire et un terrain d'expérimentation … Ainsi que de matériaux, et peut-être quelques esclaves pour vous assister. Cela, je pense pouvoir vous le fournir ainsi que d'autres petites choses … tant que vos demandes restent raisonnables.

Elle avala un petit gâteau à la fraise et but sa tasse de thé avant de faire signe à Hua de la remplir à nouveau.

- Autre chose … Ce projet risque bien d'être long et coûteux. Je ne sais pas où vous en êtes … ni si ce projet a des chances d'aboutir. Est-ce vraiment fiable ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Influence : 373
♦ Messages : 76
♦ Âge du perso' : 36
♦ Fiche : Étoiles explosives. (Fiche)
Accrochées dans mon ciel. (Dossier)
♦ Protecteur : La petite Wu Zang ?
♦ Date d'inscription : 06/11/2011
♦ Age : 25

MessageSujet: Re: Une simple arrivée en ville [Yue Wu Zang]   Mar 6 Déc - 13:20

Sullivan réprima son sourire et prit un air qui se voulait neutre, mais il pointait sur son visage un petit je-ne-sais-quoi qui traduisait une certaine fierté. Cela se voyait, il était content. La petite princesse songeait tout bas mais il avait cette impression, peut être d'un homme trop confiant, qu'elle allait lui donner le feu vert. Vraiment, il devait retenir son sourire avec une peine qui lui fendait le cœur. Il laissa la noble perdue dans ses pensées et sirota son thé, tranquillement. Très amer, un brin revigorant, il se brula le bout de la langue mais ne grogna pas et ne fit aucune remarque. Il râpa silencieusement la partie brûlée contre son palais puis joua avec ses gants un instant, tirant sur le bout des doigts. Il fixa la servante un moment, à nouveau. C'était intéressant à regarder même s'il lui manquait la prestance des grandes dames. Sullivan n'était pas particulièrement porté sur l'humain et les relations sociales avancées, les rares amis qu'il avait, ils les subissaient plus qu'il ne les appréciaient. Quand aux femmes... Il serait long mais pas ennuyeux de parler des relations que Sullivan entretenu avec différentes femmes de l'Empire et surtout une. Il n'était définitivement pas porté sur les hommes. En sommes, il aimait les belles choses mais n'irait pas trop y toucher, la laideur se dévoile si surement et facilement dans l'intimité.

Son discours avait réussi à convaincre la fille de Wu Zang. Elle était riche, elle avait les moyens de lui donner tout ce qu'il désirait et elle lui proposa bien des choses dont il n'avait jamais pu jouir. Elle osa finir sa phrase par un modeste « Tant que vos demandes restent raisonnables » alors qu'elle venait de lui offrir des choses qu'il n'aurait jamais rêver avoir. Il se mit à son tour à réfléchir tout bas, des esclaves, il faudrait les former à la manipulation des composants, ce serait trop long. De plus, il en faudrait des moins stupides que la moyenne, denrée rare aux yeux de l'ingénieur. Non, il se débrouillerait sans et de manière sporadique, il irait peut être voir les lots au marché. Le laboratoire était une chose obligatoire, quand au terrain d'entraînement, c'est certains qu'il faudrait bien un endroit pour faire exploser le mélange. Et surtout, les composants.


« Ce qui risque de coûter le plus cher seront les composants. La plupart viennent de Al-Haïr et il ne sont pas toujours aimable quand au prix surtout pour les denrées les plus rare. Il me faudra en premier lieu et surtout un laboratoire. »

Elle sembla hésiter un moment et Sullivan fronça les sourcils. Doutait-elle ? Allait-elle se rétracter d'un coup ?Elle avait encore besoin d'être rassurée. Ce n'était que cela. Sullivan soupira, il avait réellement eu peur.

« Ce projet est une réalité. J'y travaille depuis de longues années déjà. Je pourrais vous montrer mes premières ébauches ainsi que les premiers prototypes, pour l'instant, ils manquent cruellement de puissance et sont instable mais avec les conditions de travail que vous semblez me proposer et l'aide d'autres savants présents en ville, je vais sans doute avancer rapidement. Enfin, j'imagine qu'il vous faut quelque chose de concret. Je me donne dans les cinq ans pour arriver à un résultat correct. »

Voilà, c'était tombé. S'il réussissait à décrocher des aides de la princesses, il avait cette épée de Damoclès au dessus de la tête. Mais il fallait bien ça, n'est-ce pas ? C'était...Une motivation. C'est cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fabriquetoi.tumblr.com/
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Influence : 488
♦ Messages : 335
♦ Âge du perso' : 17
♦ Fiche : Petite princesse Yue
♦ Date d'inscription : 01/06/2011
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Une simple arrivée en ville [Yue Wu Zang]   Ven 16 Déc - 10:51

Yue fronça le sourcil. Le calcul était facile à faire : cinq et dix-sept, elle aurait 22 ans quand il « arriverait à un résultat correct ». Ah oui, tout de suite, ça prenait une autre dimension. Comment ferait-elle pour impressionner l'Empereur si elle devait attendre cinq ans pour lui présenter cette nouvelle invention qui, elle n'en doutait pas, serait révolutionnaire ― même si elle n'avait aucune idée de ce dont il s'agissait ? Pire, peut-être qu'entre temps, il aurait trouvé une autre épouse, sans même parler de la grande perche de Semini ! Yue en frissonnait.
La Princesse réfléchit quelques instants. Le projet semblait prometteur, Sullivan aussi. Ce serait bête de laisser tomber tout de suite, surtout que c'était son premier mécénat ! Et en attendant … si elle voulait briller en société et montrer à tout le monde quel brillant inventeur avec sa fabuleuse invention elle avait pris sous son aile, elle avait toujours d'autres possibilités. Peut-être lui demander de fabriquer quelques petites choses, comme ces histoires d'animaux en métal … ou même parrainer un autre ingénieur ! Elle avait suffisamment d'argent pour plusieurs ! Cette pensée la réjouit et ramena un nouveau sourire sur son visage.

- Ne vous inquiétez pas pour le coût des composants. D'abord parce que ma famille a des liens avec la plupart des grands marchands de l'empire, y compris ceux du Al Haïr, ensuite parce que nous avons largement les moyens de nous offrir des produits de qualité. Et nous aurons besoin de produits de qualité pour arriver au résultat que nous voulons … Et avec un peu de chance, des produits de qualité nous permettrons d'y arriver plus vite que prévu.

Le passage à la première personne du pluriel indiquait un « d'accord, ça marche » implicite, mais Yue était un peu trop fière pour accepter aussi explicitement. Elle s'était même permise de lui mettre un peu la pression, histoire de lui faire comprendre que le plus tôt serait le mieux. La Princesse n'avait pas peu hâte de tenir entre ses mains la grande invention de son premier ingénieur !
Puisque leur partenariat était officieusement scellé, il fallait encore aborder deux ou trois autres détails pratiques que Yue avait cachés jusqu'à présent, histoire que son interlocuteur ne soit pas tenté de s'adresser à quelqu'un d'autre.

- Il se trouve que j'ai chez moi une petite dépendance, avec quelques chambres, une cave et une petite cour intérieure … C'est assez éloigné du bâtiment principal pour que vous puissiez faire du bruit sans déranger personne. Le seul souci … c'est que ce bâtiment servait auparavant à héberger des gardes, je crains donc qu'il ne soit pas vraiment adapté à votre situation. Ça manque un peu de meubles, mais ça n'est pas un souci : je connais un très bon menuisier qui pourrait vous faire tout ça, nous n'aurons qu'à passer commande. En revanche, pour le matériel de recherche, je crains de ne pas savoir auprès de qui vous pourriez vous en procurer. Je suis à peu près certaine qu'il doit y avoir des vendeurs spécialisés à Ishtar, mais si vous avez besoin de quelque chose de précis, nous serons peut-être forcés de passer commande dans une autre province … ce qui peut prendre un peu de temps.

Forcément, elle n'avait pas eu très envie de lui avouer qu'elle n'avait rien de prévu pour l'accueillir, lui et son travail. Les outils les plus développés qui devaient se trouver chez elle, c'étaient les ustensiles de cuisine. Ils allaient devoir commander pour une petite fortune de matériel. Bah, tant pis, elle n'avait pas prévu d'acheter d'esclave depuis Kitsunebi de toute façon.

- Et sinon, vous disiez que vous aviez déjà quelques prototypes … Je me disais que le plus simple, ce serait d'abord de se concentrer sur la stabilité du produit avant de chercher à augmenter la puissance, non ? Enfin, si vous avez quelque chose à me présenter, je serais ravie de voir ça … Nous pourrons voir tout ça un peu plus tard, quand vous serez confortablement installé. A condition bien sûr que je ne risque pas d'être défigurée à vie ― ou pire …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Influence : 373
♦ Messages : 76
♦ Âge du perso' : 36
♦ Fiche : Étoiles explosives. (Fiche)
Accrochées dans mon ciel. (Dossier)
♦ Protecteur : La petite Wu Zang ?
♦ Date d'inscription : 06/11/2011
♦ Age : 25

MessageSujet: Re: Une simple arrivée en ville [Yue Wu Zang]   Dim 25 Déc - 15:28

Sullivan était content, il le démontrait par un simple sourire fin sur son visage ovale mais en lui, la fierté était bien difficile à réprimer. Avoir la plus riche des protectrice en ville, voila qui était une merveilleuse chose. Et certains iraient même jusqu'à murmurer qu'elle serait même une des candidate les mieux placée pour devenir Impératrice. Ingénieur à la cour impériale, la belle affaire, une position relativement agréable. Gabriel songea dès lors à prendre ses dispositions vis à vis de la rébellion, le double jeu était obligatoire à Ishtar. Il réfléchit un moment au besoin de changer d’identité pour aller convaincre ses protagonistes-ci de l'empire qu'il leur serait d'une grande utilité. Il était très important d'avoir un point dans tout les camps pour être couvert de partout. Il fixa la jeune princesse en se demandant si elle même n'avait pas quelques contact parmi la fange agitatrice et anarchique de ce que l'on nomme les terroristes. Existait-ils vraiment ? Sullivan était plus ou moins au courant de l'explosion au sénat car quant on parle d'explosion à Gabriel, c'est comme lui parler d'amour et même bien pire. Bref. Il devait exister un mouvement contre l'empire, la vie est d'une paresse dichotomique de toute manière. Le bien, le mal, les points de vue et la grisaille insipide des camps où il n'existe aucune pureté. Tout aussi souillé des deux côtés.
Leur fournir des armes permettaient leur décimation et donc cela faisait doucement sourire Gabriel, comme un mauvais dirigeant qui voit sa cour se battre pour un morceau de chiffon. Bref, peu lui importe des autres, la science avant tout !

Il écoutait la petite princesse en buvant son thé. Il était donc accepté et soutenu financièrement, de plus la famille avait des relations avec Al-Haïr, la contrée qui fascinait et rebutait l'ingénieur, c'était une excellente nouvelle. De plus, elle lui permettait des produits d'une qualité bien meilleure que ceux qu'il achetait en ce moment. Parfait. Parfaitement parfait. Il pourrait sans doute les utiliser de diverses manières et pas uniquement dans ses recherches d'explosion, il y a tellement de choses à faire avec l'alchimie.


"Ne vous en faites pas, Princesse Wu Zang. J'ai déjà une grande partie de mes composants avec moi ainsi que tout les outils nécessaires, les commandes peuvent prendre un peu de temps pour arriver. Dans l'idéal, un lit et un bureau me serait utile."


Il sourit un peu, amusé par la gêne de sa protectrice. Car il pouvait l'appeler comme cela à présent. C'était la personne qu'il représentait s'il devait participer à des soirées et ce genre de chose, le petit chien de Wu Zang. Il était certain de devenir rapidement une curiosité.

"Oh, et je dois avoir accès à une forge également. Il faudra s'arranger avec un forgeron. "

Surprise ! Mais le fer ne se fond pas tout seul et c'est bien dommage. Voila la grosse dépense que demanderais l'ingénieur. La location d'une forge. Il sourit, un peu désolé. Puis il prit la remarque de Yue sur la défiguration en pleine face, c'est le cas de le dire. Il balbutia :

"Je...Je ferais en sorte que le produit ne soit pas dangereux pour vous, oui..."


Son étoile s'était enflammée. Ses mains s'étaient mises à le brûler atrocement. Il savait toutes ses douleurs psychologique mais rien n'y faisait, il retint une grimace et posa sa main sur son visage avant de respirer longuement et de finalement se calmer. Elle n'avait pas fais exprès. Elle n'avait pas fait exprès.

Il prit sa tasse de thé et en bu une gorgée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fabriquetoi.tumblr.com/
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Influence : 488
♦ Messages : 335
♦ Âge du perso' : 17
♦ Fiche : Petite princesse Yue
♦ Date d'inscription : 01/06/2011
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Une simple arrivée en ville [Yue Wu Zang]   Ven 6 Jan - 23:19

Une forge, une forge … A quoi ça ressemblait déjà … N'étaient-ce pas ces grands bâtiments avec d'immenses cheminées qui exhalaient des nuages de fumée …? Voilà qui était fort disgracieux, surtout dans les jardins du palais de la Princesse … En plus, ça risquait d'intoxiquer les plantes aux alentours. Alors que la Princesse faisait tant d'efforts pour faire fleurir de jolis parterres multicolores et faire passer des petits espaces boisés !
Bon, changement de plan, hors de question qu'il installe une forge chez elle. Il installait tout ce qu'il voulait, mais rien qui ne puisse polluer ou enlaidir son jardin chéri.

- Pour la forge, elle ne pourra malheureusement pas être installée dans mon domaine, vous comprenez …

Ou pas, mais la Princesse n'avait plus envie que ça de s'étendre sur les raisons de son refus. T'as qu'à deviner tout seul, l'intello étoilé !

- Plusieurs possibilités s'offrent. Soit on installe une forge en dehors du Palais et vous gardez votre laboratoire principal dans la dépendance ― mais cela me paraît fort peu pratique ; soit vous vous installez dans un logement près d'une autre forge déjà existante, ce qui est possible vu que je projetais d'acquérir quelques appartements dans la ville pour des invités occasionnels ; soit on peut construire une toute nouvelle bâtisse dans le quartier des scientifiques ou un autre endroit commode.

Construire dans le quartier des scientifiques, ce n'était peut-être pas une bonne idée : ces voisins seraient sans doute plus dangereux que toutes les explosions qu'il pourrait provoquer. Enfin, entre scientifiques, ils devaient s'entendre, non ?

- Mais on peut combiner plusieurs solutions. Vous pouvez toujours vous installer temporairement dans mon domaine, réfléchir à la situation quelques jours et vous décider. Je crois que le plus judicieux, ce serait de faire un petit tour de la ville pour voir quelles sont les forges que vous trouvez les plus appropriées pour votre travail, éventuellement voire s'il y a des logements disponibles à proximité. Vous pouvez vous installer en attendant de faire construire un meilleur laboratoire.
Mais quoi qu'il en soit, si vous désirez faire construire tout un nouveau bâtiment, il faudra me le dire au plus vite : plus tôt les constructions commenceront, plus tôt vous pourrez travailler dans les meilleurs conditions.


Et plus tôt vous me fabriquerez de belles armes pour équiper les armées de l'Empereur et m'attirer ses faveurs. Yue ne le disait pas, mais le pensait très très fort. Construire des armes pour l'Empereur, construire des petites bestioles en métal pour les aristocrate de la Capitale ― pour peu que ce soit mignon, ça allait se vendre comme des petits pains, ces petites choses !
Yue voyait déjà les nobles se masser autour d'elle, la Princesse tenant dans ses mains un délicat assemblage de métal reproduisant la forme d'un quelconque animal, les cris de stupeurs et les murmures d'admiration qui l'entouraient.
Tout cela l'excitait au plus haut point. Pour contenir son énergie, elle avalait des sucreries dans des quantités que sa balance allait bientôt désapprouver ― mais vu sa taille et sa minceur naturelle, elle avait encore de la marge.

- Oh, et bien sûr, si vous fabriquez un de ces animaux métalliques et que vous souhaitez m'en faire cadeau, sachez que je recevrais ce présent avec un grand plaisir.

Elle avait déjà été plus subtile, mais qu'importe. SI elle était son mécène, elle avait bien le droit à quelques compensations et exclusivités en retour, n'est-ce pas ? Et quel plus beau présent un ingénieur pouvait-il faire à son mécène qu'une de ses plus belles créations ?

- Bon, hé bien, j'imagine que vous avez déjà trouvé un endroit où dormir pour ce soir. Je suggère que vous veniez chez moi au Palais demain, vous y serez sans doute plus confortablement installé et vous pourrez demander un coup de main aux domestiques pour vos recherches.
Avons-nous fait le tour de la question ? Y a-t-il encore quelque chose dont vous souhaitez me faire part ? Ou nous revoyons-nous demain chez moi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Influence : 373
♦ Messages : 76
♦ Âge du perso' : 36
♦ Fiche : Étoiles explosives. (Fiche)
Accrochées dans mon ciel. (Dossier)
♦ Protecteur : La petite Wu Zang ?
♦ Date d'inscription : 06/11/2011
♦ Age : 25

MessageSujet: Re: Une simple arrivée en ville [Yue Wu Zang]   Ven 27 Jan - 16:02

C'était le début du travail. Le début de sa vie de citadin, il allait falloir quelques années pour qu'il se fasse une place ici mais il était confiant, sûr de lui et peut être un brin prétentieux. Il but ce qui restait dans sa tasse et fixa le fond en écoutant les dernières recommandations. Être sous les ordres d'un personne dont l'âge était inférieur à deux fois au sien ne semblait pas déranger l'ingénieur parfois égocentrique et trop imbu de sa personne. La vérité était sans doute qu'il n'était pas réellement sous les ordres de cette personne mais qu'il avait simplement à la satisfaire. Elle refusait de voir un beau panache de fumée sortant de ses appartements, évidemment. Gabriel eut un rictus. C'est laid une forge pour les gens qui n'y connaissent rien. Il réprima un soupir. Lui même n'avait pas travaillé le fer depuis quelques mois, trop pris par ces expériences alchimiques. Il songea tout bas, construire une maison et une forge tout à côté du quartier scientifique serait une idée intéressante.

Il regardait la petite princesse engloutir toutes les pâtisseries qu'il restait. Oui, c'est vrai que cela était assez excitant, même du haut de ses 35 ans, Sullivan avait du mal à cacher son engouement pour les nouvelles perspectives qui s'offrait à lui. Pour le coup, il avait du mal à tenir en place mentalement et se sentait prêt à quelques folies ce soir. Si seulement il n'avait pas si peur de la disparition de ces composants, il aurait été jusqu'à boire plus que de mesure. Mais cela la mettrait mal s'il devait rencontrer la petit princesse le lendemain, il reporta ses projets à plus tard.

Il accueillit la demande de la princesse avec un sourire amusé. Il voyait bien un écureuil pour elle, enfin. Voilà qui serait plus complexe qu'un simple papillon. Il songea tout bas un moment avant de se rappeler que la princesse lui avait posé une question.


« J'y réfléchirais. Je ne vous retiens pas plus longuement, Princesse Wu Zang. »

Il se leva et s'inclina légèrement. Il attendit son départ pour quitter à son tour l'endroit après avoir payé. Bien, voyons combien de temps il pourrait résister dans la belle ville d'Ishtar. Sullivan souriait tellement que cela lui tirait ces vieille cicatrices. De plus, ici au moins, il n'aurait pas à supporter la femme qu'il avait fuit. Se faire construire une maison accolée à une forge, voilà une idée qui lui plaisait. L'ingénieur passait à la vitesse supérieure, il se demanda un instant jusqu'où devra descendre sa bassesse pour finalement arriver comme ingénieur à la cours impériale.

Peu importe : jouons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fabriquetoi.tumblr.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une simple arrivée en ville [Yue Wu Zang]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une simple arrivée en ville [Yue Wu Zang]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ѧ Quartier du Tchï Ѧ :: Salon de Thé-