AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Gabriel Sullivan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

♦ Influence : 373
♦ Messages : 76
♦ Âge du perso' : 36
♦ Fiche : Étoiles explosives. (Fiche)
Accrochées dans mon ciel. (Dossier)
♦ Protecteur : La petite Wu Zang ?
♦ Date d'inscription : 06/11/2011
♦ Age : 26

MessageSujet: Gabriel Sullivan   Dim 6 Nov - 16:31

Votre Carnet d'Identité

    Nom de Famille : Sullivan.
    Prénom(s) : Gabriel.
    Surnom : L'étoilé.
    Âge : 35 ans.
    Titre de noblesse : Aucun titre de noblesse.
    Province : Gabriel a passé son enfance à Frickwitch.
    Faction et classe : Scientifiques. Ingénieur.
    Orientation Sexuelle : Hétérosexuel.
Pouvoirs :

- Vision : ce n'est pas un don de voyance. Mais votre vue est meilleure de celles des autres. En même temps, quand on vient d'une contrée, où il y a du brouillard à tous les moments, où il ne pleut pas...
- Outillage : toujours équipés de tournevis, marteaux ou autres outils ou inventions loufoques, ils peuvent réparer et construire sans aucun souci à peu près n'importe quoi.
- Invention : chaque ingénieur a SON invention, le petit bijou de sa collection qu'il porte toujours avec lui. Souvent cela ne sert à rien, mais impressionne tout le monde... (au choix, mais pas d'armes).



Vos opinions

Gabriel est bien entendu au courant de tout ce qui se passe dans notre vaste monde et aime être au courant de telles choses. Il n'a pas d'affiliation particulière à l'Empire, mais apprécie leurs fonds monétaires pour continuer ses petites expériences. Il ne croit qu'en la science et se porte tout aussi correctement dans un lieu rempli d'impérialistes, de religieux ou même de simples citoyens. Il sait s'adapter et ne doute pas que si le régime venait à changer, il y trouverait de nouveau sa place sans trop de casse.

En attendant, il connaît la situation actuelle et voit bien où il serait nécessaire de s'immiscer. C'est à dire prêt du dirigeant en place. Les guerres ne sont pas légion dans ce magnifique, „pacifique“ et hétéroclite monde d'Ishtar. La faute à l'empire qui fédère absolument tout sous son pouvoir. Gabriel vends alors à l'empire, qui d'autres voudrait de sa quincaillerie ? Les rebelles. Sans doute. Puis d'autres personnes plus ou moins recommandables. Dans les endroits les plus mal famés de Frickwitch, on s'enorgueillit d'avoir une lame Sullivan.

Opportuniste, fort de sa situation confortable, Gabriel se permet donc une orientation politique qui va dans le sens de ces intérêts et en ce moment, ces intérêts sont ceux de l'empire. Il faut retenir donc que sa loyauté est toute relative, tant qu'on y met le prix. Ou qu'on lui propose une intrigante récompense.



Description : Qui êtes-vous et à quoi ressemblez-vous ?

Physique :

Gabriel est un épouvantail. Il pourrait se faire emporter par le moindre coup de vent, bien qu'il tente de cacher son manque de carrure par des vêtements qui lui donne les épaules carrées. Il est maigre, il l'a toujours été. Bien qu'il atteigne difficilement le mètre 75, il semble bien plus grand de par son physique effilé. Parfois, lors de ses moments d'énervements, lorsqu'on le voit filer d'un bout à l'autre d'une salle en serrant les poings ou les doigts crispés comme des serres, on pourrait craindre qu'il ne se déchire d'un coup sec telle une feuille de papier. Il semble comme un fil de cuivre secoué de vibrations incessantes.

Si on s'approche un peu plus du personnage et que l'on va au-delà de la silhouette, on peut apercevoir sur ses mains, de larges traces de brulure et autres blessures dues à ses expériences. La vérité même est qu'il est couvert de brûlures et de cicatrices dues à ses propres expériences, le plus souvent, les blessures en question sont bien cicatrisées et anciennes, voilà des années qu'il sait manipuler correctement les composants.

L'endroit où Gabriel fut blessé le plus sévèrement est au visage, peu de gens savent que le large tatouage qu'il se fit sur le visage lors de son voyage dans la principauté de Wu Zang est là pour cacher les teintes de rouge, de magenta et de blanc d'une cicatrice. Ce tatouage a été fait lors de ses 22 ans et il regrette son geste depuis, trouvant l'idée trop voyante à présent. Un demi-masque ou du maquillage aurait été une meilleure idée.

S'il y a une chose que les gens, en général, n'apprécient pas dans le physique de cet homme, c'est son sourire. D'ordinaire, Gabriel le retient en un fin croissant ou en coin, mais il lui arrive lors de certains moments d'avoir un sourire très large, étrangement exacerbé par rapport à ses expressions ordinaires.

Sinon, il n'est pas laid, pas beau, dans la moyenne. Il pourrait facilement se fondre dans la masse (Si une énorme étoile ne barrait pas son visage). Il a les yeux bruns et les cheveux de la même couleur, coiffés toujours de la même manière pour ne faire trop défroqué. Il s'habille selon les dernières modes et toujours de façon assez sobre. Il aime apporter les dernières nouveautés, toujours à la page à ce niveau-là.

Il est toujours assez couvert, il ne semble pas appréhender les températures comme tout à chacun et est particulièrement sensible au froid.

Personnalité :

« Le S de Sullivan, il tourne de travers comme l'esprit de son maître. »

C'est le dicton qu'on trouve du côté de Frickwitch, il vient de la marque de fabrication des armes qui portent toutes le même emblème. Par habitude, Gabriel met une petite griffe, un poinçon dans le fer qui représente deux S emmêlés.

Il faut dire que Gabriel n'a jamais été un individu tranquille au caractère discret et simple. Bien qu'il se soit beaucoup calmé ces dernières années et que le fréquenter aujourd'hui ne représente plus du tout le même défi que lors de ses 20 ans, on ne peut pas avouer de but en blanc que l'ingénieur n'est pas un être misant sur la réflexion et la maitrise de soi.

Sullivan est un homme aux manières curieuses qui agit souvent par l'instinct, de façon délicieusement impertinente pour les uns et de manière totalement effrontée pour les autres. Il n'y a pas d'animal auquel on pourrait comparer l'ingénieur, car son caractère est complètement imprévisible et subit les états d'âme lunatiques de son propriétaire. Il sait plus ou moins se tenir en société et se concentrer lors de ses périodes de travail fiévreuse.

Gabriel a appris à moduler son caractère au fil de ses rencontres et à jouer un peu moins faux avec les gens. Il est curieux, impertinent quand il se sent en sécurité, d'une intelligence vive, mais modeste, ces réflexes valent ce qu'il valent. Il n'est ni pour le bien, ni pour le mal. Il n'a pas ou très peu de convictions. Beaucoup vous diront : « Sullivan ? C'est une canaille qui a réussi. »
Après tout, il conçoit et vends des armes destinées à tuer une bonne fois pour toutes et étrangement, beaucoup oublient ce détail. Cet homme a plus tué passivement qu'un général d'armée. Il donne les moyens aux autres de commettre l'irréparable.

Comme chacun l'a compris depuis le début de ce texte, Gabriel fait tout pour cacher son véritable caractère derrière des sourires feints et une grande retenue. Son vrai caractère qui lui dicte d'être un être théâtral, imprudent et joueur. Car s'il y a bien une grande chose qui mange entièrement l'homme, c'est le jeu. Proposez-lui une partie de cartes, un défi, un jeu d'argent, il ne pourra pas refuser. Vous verrez un sourire pointer sur ses lèvres tandis qu'il œuvre à vous faire perdre, car le jeu n'est rien s'il n'est pas associé à la triche. Et quand il gagne : quelle joie. Il serait incapable de laisser gagner l'empereur même s'il devait y perdre la tête par la suite.

Il y a le jeu et il y a un vieux rêve. Celui d'atteindre la fine frontière de la vie avec la technologique. Il a très franchement touché celle de la mort, il aimerait passer à autre chose et se trouve parfois pris d'étranges mouvances poétiques. L'invention qu'il a toujours sur lui, il la montre rarement, elle est emprisonnée dans une boîte légère en fer emplie de velours rouge. C'est un papillon mécanique.

N'allez pas croire que Gabriel Sullivan regrette les morts qu'il cause. Non. Il s'en moque, il cherche juste à se distraire parfois autrement. Il n'écoute pas la raison, mais uniquement son âme et voilà longtemps qu'on la dit grise.


Récit d'une vie

Il se gratte le cou, un peu surpris et mal à l'aise. Puis il accepte finalement d'un air détaché, il me regarde droit dans les yeux. Je sais très bien que celui de son étoile est un œil en verre, je ne sais pas comment il fait pour le bouger avec autant de réalisme. C'est stupéfiant, les ingénieurs sont capables de grandes choses ! Il a saisi mon regard.

« On t'a menti. Mon œil n'a pas été touché par la brûlure, il est toujours valide. Perdre ses yeux, pour un ressortissant de Frickwitch, c'est une honte. »

Il prend un morceau de viande séchée dans une assiette posée sur son bureau et se met à mâchonner. Il y a là un grand plan, une grande feuille blanche parsemée d'instruments de mesure en tout genre, des règles de toutes tailles et contenant toute sorte d'angles, des compas, différents crayons de plomb, une plume fine trempe dans un encrier un petit peu plus loin. Mais la feuille reste vierge, Gabriel agite la main dans un boulier en maugréant des chiffres, il les note sur un autre morceau de papier de façon anarchique. Le bruit des billes de bois glissant contre le fer avec vitesse était entêtant. Il s'arrête un moment et semble réfléchir.

« Que dire en premier... Parler de ma province peut-être. C'est assez facile, tout le monde connait le brouillard de Frickwitch, ses grands arbres et ses gisements de fer. Mon père et ma mère tenaient une sorte d'auberge qui faisait également épicerie et apothicaire, bref, on était le commerce central du bourg. C'était un village d'une centaine d'âmes qui vivotait sous la frondaison. On avait notre lot de brigands et autres joyeux personnages, mais comme c'était leur endroit, ils attaquaient pas et au contraire, défendait lorsqu'il le fallait. Après, ce n’était pas le genre de village où tu voyais des enfants courir dans les rues en toute liberté non plus, les parents savaient bien qu'il ne fallait pas trop nous laisser traîner dehors. Il y a ces gens qui vénèrent le brouillard également, on s'en méfie comme la peste, mais ils n'étaient pas ou peu dans les villages. Plus dans la vraie forêt. Pas grand-chose à dire d'autre. J'ai commencé à fréquenter le forgeron lors de mes sept ans, je crois, j'étais destiné à devenir son apprenti. La Science en Frickwitch n'est pas très avancée, on se débrouille avec les moyens du bord et lorsqu'un voyageur veut venir nous l'apporter, il disparaît presque dès son entrée dans le brouillard. C'est ainsi.Suffit de voir Jadewood, notre ambassadeur armé d'une hache pour comprendre la finesse de notre contrée. Enfin, tu sais tout ça. »

Il secoue la tête de gauche à droite tandis qu'un soupir passe ses lèvres, il ressemble plus à un sifflement qu'autre chose. L'ingénieur joue pensivement avec crayon, le faisant tourner autour de ses doigts. Un peu de vie parvient par une fenêtre, un marchand passe par là.

« Je suivais assidument mon entraînement pour devenir forgeron, il me manquait un peu de stature, bien entendu, de force pour pouvoir transporter le fer. J'appréciais particulièrement fabriquer les serrures. Je passais mon temps à la forge. Mon père, qui s'occupait surtout de remplir les rayons de l'apothicaire, venait me voir de temps en temps pour voir mes créations. Je crois que mon père aurait été un bon scientifique s'il avait eu l'occasion de le devenir. Enfin. Puis un jour, il y a eu une attaque, le premier commerce à se faire dévaliser fut le nôtre. Les bandits balancèrent toutes les étagères au sol et il se produit un phénomène qui m'intrigua vraiment. C'est comme si une dizaine d'hommes s'étaient cachés sous l'une des armoires et l'avait projetée vers le ciel. Je ne sais pas si tu vois, peu de personnes voient. C'était une explosion. Je n’avais jamais vu un truc exploser de ma vie. Et franchement, c'était vraiment...Impressionnant ? Je ne sais pas. Sur le coup, ça m'a fait un certain effet. »

Un sourire fin apparait sur ses lèvres.

« Depuis, j'ai assez fait exploser de truc pour trois vies, mais je n’ai pas prévu d'arrêter. J'ai voulu retenter ma chance, après l'attaque des bandits, mon père a commandé de nouveau les produits contenus sur l'étagère et j'ai pu commencer à m'amuser. »

Il se lève et file vers une étagère dans le pur style de Lo-thyn, il attrape le cordon de la porte et l'ouvre d'un mouvement rapide, mais précis, il empêche la porte de claquer contre la boiserie en l'arrêtant juste avant avec le bout des doigts.

« Vitriol, acide muriatique, eau régal, eau forte, salpêtre, souffre, antimoine et autre joyeuseté. La plupart de ces composants viennent de Al-Haïr, de grands sages savent correctement les manipuler et surtout les produire. Moi, j'espère juste pouvoir améliorer le pouvoir de certaines de mes armes avec tout cela. »

Dans le meuble, des boîtes en bois sont alignées, aucune fiole ou apparenté. Juste des boîtes sur lesquelles sont calligraphiés des noms dans une encre très noire. Il laisse traîner ses yeux dans le placard et le referme finalement.

« Tout est rangé et sécurisé, je vais déménager à Ishtar dans le courant de la semaine. J'aimerais que rien n'explose durant mon voyage. »

Il se retourne, hésite à se rassoir, mais finalement se dirige vers l'extérieur et va s'assoir sur un banc dans son minuscule jardin.

« J'ai demandé à mon père pourquoi il commandait des choses aussi dangereuses, personne n'avait besoin de ça dans notre comté. Il ne m'a pas répondu. J'ai demandé d'où ça venait, il ne m'a pas répondu. Il n'était pas muet, mais il ne voulait pas m'en causer. Je devais avoir douze ans. Du coup, j'ai fouillé dans les bons de commande et j'ai trouvé que tout venait de Wu Zang. J'ai feuilleté le carnet et j'ai découvert l'existence de toutes ces provinces. Je suis parti pour Wu Zang lors de mes dix-huit ans à peine entamés. »

Je le regarde un moment puis fixe son tatouage, énorme. Il le défigure. Le point brun, presque noir qui se loge dans le blanc de son œil au milieu de cette énorme étoile me regarde. Il fronce les sourcils, son visage se renfrogne, il tourne la tête pour me cacher son profil. Puis finalement, il se retourne vers moi brusquement.

« L'étoile, hein ? Tu veux savoir pour l'étoile ? »

Son regard est brulant, presque fou. Je hoche la tête faiblement. Il crispe ses doigts sur son pantalon et retourne dans la maison, m'intimant l'ordre de ne pas le suivre. Il revint quelques secondes plus tard et releva ses manches, partout sur ses bras et ses mains, des traces de blessures cicatrisées.

« La vérité, c'est qu'une fois arrivé là-bas. On m'annonça que les produits dont je cherchais la provenance n'avaient fait que transiter par cette province. J'avais plus d'argent, plus rien. J'ai dû rester sur place et j'ai trouvé un emploi chez l'apothicaire qui fournissait mon père. Je faisais parfois les mélanges lorsqu'un produit brut arrivait. Et un jour, j'ai dû faire une grande quantité de vitriol et lors d'une procédure annexe, j'ai renversé une grande quantité d'eau sur le produit, elle s'est mise directement à bouillir, projetant du produit partout et surtout sur mon visage. Ce ne sera pas la seule fois où je ferais une erreur. Dosage, désordre dans la préparation, étourderie...Les produits sont instables et je n'avais que peu de connaissances. La blessure fut soignée grossièrement et selon des rites archaïques. J'ai fait dessiner cette étoile trois ans après pour cacher la laideur de ma peau. Lors de mes vingt-deux ans. Et crois-moi, cela fit atrocement mal, encore plus que lors d'un tatouage sur de la peau saine. Ils me l'avaient interdit à l'origine. »

Il toucha sa peau et grimaça.

« Peut-être aurais-je dû les écouter. J'ai continué dans mon coin à étudier la forge, surtout au niveau théorique. Grâce aux livres qu'il était possible d'acquérir dans cette province, mes compétences en lecture étaient très mauvaises au début. J'ai dessiné différentes armes qu'il m'arrivait de fondre, je les ai améliorés selon mes nouvelles connaissances, j'ai ajouté des crans, des points d'équilibres précis, j'ai joué avec les alliages et ainsi de suite. Je me suis associé à un forgeron pour qu'il les fabrique selon mes dires, nous les vendions puis je touchais un pourcentage sur chaque arme de ma conception vendue. Peu à peu, mes armes sont devenues populaires, mais cela a pris plusieurs années. J'ai enfin pu visiter la terre d'Al-Haïr lors de mes 28 ans, je leur ai expliqué ma passion. Mais peu de sages voulaient aider un revendeur d'armes. J'ai pu tout juste récupérer quelques connaissances sur les métaux et leurs influences réciproques. La vie dans les métaux, c'est ainsi, ils sont vivants par notre volonté. Je trouve ça magnifique. Je les veux débordants de vie ! »

Il avait un sourire franc, un peu étrange. Je me taisais, songeant silencieusement à toutes les lames Sullivan qui ont pris des vies irremplaçables. Il semblait croire en ce qu'il faisait comme à une religion, comme à une folie. Des engrenages qui tournent, synonymes de vie. Non.

« Bientôt, bientôt, cela explosera et se pliera à mes désirs. Je mettrais le pouvoir offensif d'une dizaine d'hommes dans un objet minuscule. J'y arriverais, j'en suis certain. Les ingénieurs de Lo-thyn me soutiennent. Je suis venu ici juste après Al-Haïr, ils m'avaient dit que cette province me conviendrait mieux et c'était vrai. Ils continuent de produire mes armes à Wu Zang, avec le meilleur fer de Frickwitch, je les améliore toujours un peu, mais je vais passer à autre chose. Et pour cela, j'ai besoin de tous les moyens possibles, les scientifique d'Ishtar m'ont annoncés qu'ils voulaient bien me recevoir pour que je poursuive mes recherches. Donc je pars. Et je reviendrais une fois que j'aurais créé ce que je veux mettre en œuvre. »

Une nouvelle arme pour mieux détruire ce monde. Un sourire un peu trop grand apparu sur ses lèvres et il me regarda de haut pour la première fois.

"C'est ainsi."



Mais vous êtes qui, en fait ? ._.

    Comment avez-vous découvert le Forum ?
    En cliquant de liens en liens.
    Avez-vous des conseils ou des remarques le concernant ?
    Non, pas vraiment, il m'a l'air très complet.
    Votre Disponibilité (en moyenne) :
    Trois post par semaine, le plus souvent.






Dernière édition par Gabriel Sullivan le Lun 23 Jan - 0:32, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fabriquetoi.tumblr.com/

avatar

♦ Influence : 373
♦ Messages : 76
♦ Âge du perso' : 36
♦ Fiche : Étoiles explosives. (Fiche)
Accrochées dans mon ciel. (Dossier)
♦ Protecteur : La petite Wu Zang ?
♦ Date d'inscription : 06/11/2011
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Gabriel Sullivan   Mar 8 Nov - 23:11

Sullivan est dans la place !

J'ai donc fini ma fiche. Je vous laisse seuls juges.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fabriquetoi.tumblr.com/

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 739
♦ Messages : 876
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Jeune Prince Imprévisible
♦ Protecteur : Uriel D'Arken, son mentor et l'entièreté de la Garde Impériale
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 28

MessageSujet: Re: Gabriel Sullivan   Mer 9 Nov - 13:33

Salut o/ Et bienvenue à toi, officiellement :

Tout me semble bon. L'histoire était agréable à lire (bénis soit l'Ombre, les centaines de page word n'existe pas \o/). Il manque juste un petit quelque chose; Dans les pouvoirs des ingénieurs, tu as droit à une petite invention de ton cru qui soit avec toi. Dans ton cas, c'est un peu délicat, vu qu'il ne peut s'agir d'une arme mais si tu as un petite idée rajoute la à ta fiche o/

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Influence : 373
♦ Messages : 76
♦ Âge du perso' : 36
♦ Fiche : Étoiles explosives. (Fiche)
Accrochées dans mon ciel. (Dossier)
♦ Protecteur : La petite Wu Zang ?
♦ Date d'inscription : 06/11/2011
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Gabriel Sullivan   Mer 9 Nov - 15:24

Plop ! Ravi que tout se passe correctement. Pour ce qui est de l'invention qu'il trimballe partout, je l'ai mis à la fin de son caractère :
Citation :
Il y a le jeu et il y a un vieux rêve. Celui d'atteindre la fine frontière de la vie avec la technologique. Il a très franchement touché celle de la mort, il aimerait passer à autre chose et se trouve parfois pris d'étranges mouvances poétiques. L'invention qu'il a toujours sur lui, il la montre rarement, elle est emprisonnée dans une boîte légère en fer emplie de velours rouge. C'est un papillon mécanique.

C'est peut être passé à travers les mailles du filet et j'avoue n'en avoir pas parlé dans l'histoire. Voila, voila !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fabriquetoi.tumblr.com/

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 739
♦ Messages : 876
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Jeune Prince Imprévisible
♦ Protecteur : Uriel D'Arken, son mentor et l'entièreté de la Garde Impériale
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 28

MessageSujet: Re: Gabriel Sullivan   Mer 9 Nov - 20:22

Cela m'a effectivement échappé ^^'
Dans ce cas, plus rien n'entrave ta validation. Bon jeu sur Ishtar o/

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Influence : 373
♦ Messages : 76
♦ Âge du perso' : 36
♦ Fiche : Étoiles explosives. (Fiche)
Accrochées dans mon ciel. (Dossier)
♦ Protecteur : La petite Wu Zang ?
♦ Date d'inscription : 06/11/2011
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Gabriel Sullivan   Lun 23 Jan - 0:32

Hop ! La fiche est mise à jour !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fabriquetoi.tumblr.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Gabriel Sullivan   

Revenir en haut Aller en bas
 

Gabriel Sullivan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ϩ Recensement Impérial Ϩ :: Validées-