AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'auberge du pélican noir.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous


L'auberge du pélican noir. Vide
MessageSujet: L'auberge du pélican noir.   L'auberge du pélican noir. EmptyMer 2 Nov - 20:30

Vlerian la conduit plus loin , la faisant sortir mais quelque chose l'interpella elle l'avait appelé soldat ? Ne faisant même plus attention aux autres réponse de la jeune femme Valerian laissa apparaître le magistrat et enquêteur qu'il était. Comment l'avait-elle reconnu, était-il si mal camouflé? Pourtant il ne portait pas sa lame sur lui, il était sous couverture et elle avait remarqué ce qu'il était. Deux solutions possible, soit c'était pour l'aguicher, soit elle n'était pas qu'une simple bourgeoise. Il allait se méfier cette nuit, il ne montra rien, gardant son sourire envoûtant. Il paya les gardes pour qu'ils gardent le silence, puis l’emmena dans un auberge qu'il connaissait bien. Traversant les sombres rue de la capitale son sous ses épaules, tenant ses hanches. Il la dépassait de quelques centimètres mais rien de plus ou de moins. Lui qui aimait la discrétion il pouvait se la mettre derrière l'oreille, avec leurs tenues et leurs masques ils attiraient tout les regards. Des regards amusés, ou jaloux, voir légèrement alcoolisé, ou convoitant. Mais malheureusement pour eux cette lapine lui appartenait pour la soirée, et rien ne l'empêcherait de lui prouver son intérêt.

La nuit était clair pour une fois, mais l'homme qui voulait survire ne pouvait se permettre d'observer les étoiles. Il était bien à ses côtés, il se sentait fort étrange sensation pour lui. Bien qu'il avait le pouvoir de condamner, ça ne lui avait jamais donné une sensation de force. Il écrasait de la vermine, la renvoyait, ou lui prenait le peut qu'il avait au nom d'un empire qu'il n'approuvait pas. Rien qu'en pensant à ça il se sentait minable, il serra sa prise sur sa compagne, la rapprochant de lui.


Ils arrivèrent enfin à l'auberge, il poussa la porte d'entrée, invitant la lapine à passer en première sans lui lâcher la main. Le patron les dévisagea au début, puis les accueillit en souriant. Un grand homme à la peau noir, et aux cheveux frisé. Il était un peu trop souriant au gout de Valerian, mais qu'importe il s'approcha du comptoirs demandant:

-Même chambre que d'habitude Bab, et si tu pouvais t'arranger pour qu'on soit tranquille pas comme la dernière fois...

-Ouais désolé j'avais oublié la vieille peau, mais cette fois-ci tu devrais avoir la paix. J'apporte du champagne ?

-Volontiers.

Comme d'habitude Valerian ne paya rien, rendant son sourire au patron avant d'inviter la lapine à monter au dernier étage dans l'une des trois seule pièces la composant. Babacard, et Valerian avait un accord, se dernier lui offrait des chambres ou dormir, avec quelques petits extra si le magistrat s'arrangeait pour étouffer ses problèmes divers varié. Il ouvrit la porte avec la clef, doucement avant de laisser apparaître une petite salle. Ils y avaient tout ce qu'il fallait un lit doux et chaud, deux fauteuils devant une cheminée , et une salle de bain. Le sol étaient un plancher de bois rustique, mais recouvert par des tapis qui se voulaient luxueux. Il laissa entrer sa conjointe prenant place sur un fauteuil lui demandant:

-Ca vous plais comme tranquillité ?
Revenir en haut Aller en bas
Ӽ Hybride Ӽ

Epsylon

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 240
♦ Messages : 114
♦ Âge du perso' : 26
♦ Protecteur : Zélig Faoiltiarna <3
♦ Date d'inscription : 28/10/2011
♦ Age : 28

L'auberge du pélican noir. Vide
MessageSujet: Re: L'auberge du pélican noir.   L'auberge du pélican noir. EmptyMer 2 Nov - 22:32


Epsylon suit le guide. Elle ne dit plus un mot parce qu'elle veut profiter de cette situation. Elle se retrouve coller sur son bras, regardant vers le bas, un peu timide. Elle se demande pourquoi elle rougissait. C'est à de rare occasion qu'elle rougissait et surtout qu'elle se sentait confortable avec quelqu'un. Avec cet homme, elle sent aucune peur. Elle a l'impression de lui faire confiance. Peut-être qu'elle fait trop confiance aux hommes comme d'habitude. Elle se dit toujours qu'elle n'a rien à dire pour les juger. Chacun était lui-même. Personne n'est parfait...non?

En regardant vers le sol tout en ayant la tête accoté sur le bras de l'homme, elle pensa à un truc. Qu'est-ce qui allait arriver là? Où l'emmène-t-il? Elle est curieuse. Elle eu un sourire et ricana de l'intérieur. C'est fou ce que le mystère pouvait la rendre enfantine. Elle est tellement si curieuse qu'elle en était excité. De plus, quand Valerian sera sa prise autour de sa taille, elle fut surprise. Elle eue un frisson qui avait parcouru sa colonne. Cette sensation de se faire dominer...cette sensation que l'homme te disait '' Tu es à moi...tu es ma chose'' l'a rendait tellement si petite intérieurement. Ses joues derrière son masque fit légèrement rouge et ses lèvres dressa un petit sourire coquait. Elle n'ose pas dire un mot encore une fois. Elle ne veut pas non plus lever son regard pour voir les autres les dévisager. Elle ne veut pas...détruire de moment...

Arrivé à destination, Epsy leva légèrement sa tête. Elle passa en premier pour ensuite voir un homme grand et noir. Elle regarda un peu autour curieusement.Oh...une auberge? C'est un endroit très tranquille qu'elle aime bien. Elle sera un peu sa main qu'elle n'avait jamais enlevée prise pour pas quitté sa belle main chaude et chaleureuse.


-Même chambre que d'habitude Bab, et si tu pouvais t'arranger pour qu'on soit tranquille pas comme la dernière fois...


Elle s'est retournée vers Valerian.

-Ouais désolé j'avais oublié la vieille peau, mais cette fois-ci tu devrais avoir la paix. J'apporte du champagne ?

Ensuite elle posa sur l'homme aux cheveux frisés.

-Volontiers.

Et à la fin...de retour avec Valerian. Ils ont l'air de bien se connaître.

Elle suivie le soldat jusqu'à la chambre. Elle avait pris soin de bien monter les marches pour pas tomber. Monter des étages avec des talons hauts est quand même un sport, même si Epsy est habitué de toujours les porter. En entrant dans la chambre, elle fut encore plus surprise. C'est une chouette chambre...vraiment. À voir tous les décors, cela en est presque chaleureux. Non...c'est chaleureux. C'est du luxe, oui, mais du luxe qui ne rend pas une esclave si petite. Elle sourit, heureuse d'être en si chaleureuse main et compagnie. Elle regarde le lit et puis saute dedans comme une petite gamine. Elle est si heureuse en ce moment.


-Ca vous plais comme tranquillité ?

Elle s'est mise d'une pose de côté tout en regardant l'homme sur son trône.

-Bien sûr....c'est très chaleureux...tout comme vous...

Elle lui adressa un sourire coquait avant se s'étendre sur le lit. Ses talons ne touchent pas la couverture. Ils sont dans le vide. Elle ballote ses jambes doucement comme si elle aurait deux queues de sirène.

-Attendez-vous que je donne mon nom pour que vous partagiez le votre?


Elle ricana.

-Je sais que je suis peut-être énervante, mais....je me demande pourquoi un homme comme vous ne se présente pas. Peut-être avez-vous peur de perdre une certaine...réputation...

Elle passa sa main sur le lit pour toucher le doux tissu. Elle ne regarde plus l'homme. Son regard fixe sa main qui bouge. Elle n'ose plus rien dire. De plus, elle a cette étrange pousser de vouloir lui sautez dessus. Mais avant, elle veut savoir son nom. Elle ne veut pas paraître pour la salope qui saute sur un homme pour ensuite le jeter à la rue sans même savoir son nom. Aussi, l'homme noir va venir porter le champagne, alors elle est quand même...pris. Mais bon, peut-être en le connaissant plus, elle pourrait savoir pourquoi ses yeux si brillants l'intriguent autant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous


L'auberge du pélican noir. Vide
MessageSujet: Re: L'auberge du pélican noir.   L'auberge du pélican noir. EmptyMer 2 Nov - 23:32

Elle voulait vraiment savoir son nom, ce qui était compréhensible, mais après les doutes qu'ils s’étaient fait sur elle juste avant il ne put s'empêcher de d'hésiter. Ce n'était pas très prudent, pourtant il sentait qu'il pouvait se confier à elle. Mais pour qu'elle raison ? Il balaya ses doutes, puis observa l'aguichant petit jeu qu'elle faisait sur le lit. Tout pour le mettre en confiance, il ne put s'empêcher de se sourire entendant quelqu'un toquer à la porte, il se leva gardant son masque. Il ouvrit à ce qui semblait être le serveur, un petit homme maigre qui ne pouvait s'empêcher de baisser les yeux:

-Vos coupes.

Déclara-il en tendant un plateau de bois portant de coupe de champagne eux aussi en bois. Valerian remercia comme il se devait l'homme, puis prit le plateau. Il était rentré sans accorder un regard à sa compagne, comme une sorte de punition, mais il gardait toujours son sourire. Il posa le plateau sur la table basse du lit, puis sans mots dire, fit mine de repartir vers son fauteuil, avant de se retourner vers elle et de briser de ses mains son jeu de jambes. Il était maintenant sur elle sa bouche à quelques centimètres de la sienne, ses bras juste à côté de sa tête, il avait capté son attention, il plongea son regard dans le sien, puis lâcha en riant:

-Valerian Haulter, juge le jour, et se déprave la nuit. Ma réputation n'a aucune importance, tant que ça n'affecte pas mon travail. De plus je ne dois pas être le premier ni le dernier à vous vouloir n'est ce pas?

Il s'arrêta là, commençant à caresser et même à détacher certaine partie de ses vêtements. Et le champagne dans tout ça vous vous demandez? Il devrait attendre que l'appétit sexuel du magistrat soit assouvis. Elle était comme une sorte de prisonnière, mais si elle tentait de le repousser il la laisserait partir, le viole n'était pas dans ses habitudes. Pourtant il se sentait capable de faire une exception pour cette femme. Il la bombarda de baisés dans le cou, prenant son temps sans manquer de fougue ou d'énergie, n'oubliant pas de laisser un peut de place à la tendresse.

Il sentait son corps chaud bouger sous le siens, il laissa glisser ses mains jusqu'à ses cuisses, pour finalement doucement remonter vers l'intérieur. Il replongea son regard dans le siens puis l'embrasa, lui arrachant un baisé, mangeant ses lèvres, et laissant sa langue aller chercher la sienne. Il arracha en même temps sa chemise dévoilant son torse musclé, prenant soin de poser le couteau accroché à son bras à côté du champagne. Elle pouvait voir ses blessures du à certains duels, mais toutes étaient maintenant cicatrisé. Il commença le baiser puis le finit, se retirant, maintenant il dominait la lapine de sa taille, plongeant de nouveau son regard dans le siens, il avait jusque là gardé son masque. Il l'enleva le jetant plus loin avant de reprendre la discussion, buvant cul sec sa coupe. Le champagne n'avait pas aussi bon gout qu'au bal mais ce n'était pas mauvais. Il expliqua sa soudaine conduite:

-Excusez mon manque de tenue, mais quand on me cherche on me trouve, puis-je savoir votre nom ma tendre et chère ?

Un sourire cette fois complice trônait sur le visage de Valerian, qui la dominait.
Revenir en haut Aller en bas
Ӽ Hybride Ӽ

Epsylon

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 240
♦ Messages : 114
♦ Âge du perso' : 26
♦ Protecteur : Zélig Faoiltiarna <3
♦ Date d'inscription : 28/10/2011
♦ Age : 28

L'auberge du pélican noir. Vide
MessageSujet: Re: L'auberge du pélican noir.   L'auberge du pélican noir. EmptyJeu 3 Nov - 1:07

---Touchness---

Cet homme souri tellement. Pas beaucoup avait se sourire chaleureux et sincère. Epsylon se sent un peu mal à l'aise d'un seul coup. Elle se demande si elle mérite d'être ici dans cette chambre....dans ce lit....être aux côtés d'un homme qui semble être si gentil...si...chaleureux. Elle en a pas l'habitude comme vous pouvez le voir d'être en si sincère compagnie. Elle se fait souvent traiter comme de la merde ou bien comme une simple piètre esclave. Mais là...cet homme....ne savait peut-être pas qu'elle sert un connard de proxénète qui la vend à droite et à gauche. Elle se sent coupable d'être dans cette chambre. Est-ce peut-être une drôle de penser venant d'elle.


-Vos coupes.

Oh tiens, le champagne est là. Elle leva son regard vers Valerian qui dépose maintenant les verres sur une table à côté d'elle. Tranquillement, elle regarda vers le bas...ruminant encore ses quelques pensées incertaines. Elle joue encore avec ses jambes sans se soucier que Val fasse de quoi. Mais! À sa plus grande surprise, elle se retrouva vite prisonnière du soldat. Tout s'est passé si vite. Ses yeux ...sa bouche....tout est si près maintenant. Elle en fut très surprise. Même que ce geste a fait battre son coeur à toute vitesse. Elle sent maintenant la chaleur de l'homme l'enrober tout entière. Cette sensation l'a fait trembler de l'intérieur. Elle n'a pas le temps de réagir. Ses yeux si verts....si brillants...ont capté son attention. Elle le regarda, surprise...


-Valerian Haulter, juge le jour, et se déprave la nuit. Ma réputation n'a aucune importance, tant que ça n'affecte pas mon travail. De plus je ne dois pas être le premier ni le dernier à vous vouloir n'est ce pas?

Elle prit une grande respiration. Ce nom...il est très beau. Valerian...lui faisait penser à Valoir...Valeur. Elle le trouve adorable. Alors, c'est un juge le jour et se noie la nuit. Il doit, dans un sens, souffrir...non? Tout être humain souffre...même le plus valeureux des hommes. Elle voulu dire un mot, mais ne put rien dire. Elle fut prisonnière de toute cette tendresse. Il détacha quelques morceaux de vêtements tout en étant pas sauvage. Certes, il avait une force très masculine, mais pas pour effrayer le lapin. Tous ses bisous dans le coup...toute....cette tendresse vive...Epsylon en fut ensorcelé encore plus. Elle voulu pleuré à cette tendresse si pure, mais rien n'est sorti.

Oui, beaucoup à voulu d'elle. Mais pas beaucoup lui offrait tant de tendresse comme Valerian le fait en ce moment. À ce bombardement de baiser sur sa peau, elle prend une grande respiration qui ressemble à un soupire. Elle passa une main sur la nuque de l'homme tout en remontant vers sa chevelure où elle lui gratta doucement la tête. Ses cheveux...sont si doux....


-Valerian.....un si joli nom...


Souffla-t-elle d'un soupire quand elle sentait les mains si puissantes lui caresser les cuisses. Elle frissonne sous toutes ses caresses. Elle bouge un peu au rythme qu'il bouge, sentant que son corps se laissait dominer par sa force.

Maintenant qu'elle est en contact avec son regard, elle voulu fondre et faire un avec le lit. Ce regard si déterminer...si tendre....si vivace. Elle ne peut plus résister. Ce regard l'a complètement perdue. Comme une flèche qui traverse un corps. Ce qui la tua encore plus c'est qu'il lui vola un baiser fougue. Bien sûr, elle le suit avec toute la vivacité qu'elle pouvait éprouver en ce moment. Il a si bon goût...


Pendant ce baiser fougue, elle s'est accrochée à lui tout en fermant les yeux. Une de ses jambes se frotta sur la hanche massive du soldat. Elle s'agrippe à lui comme si sa vie en dépend. Vu qu'il a enlevé sa chemise, elle sent des crevasses sur sa peau massive. Des cicatrices? Oh....non...la galère. Elle adore les cicatrices. C'est un de ses pécher mignon. Non...il ne fallait pas. Elle se colle à lui pour le sentir sur sa peau. Elle veut sentir les douleurs causées par le passé...

Il se retira pour la regarder encore avec ce regard. Il voulait vraiment la tuer avec ce regard...bordel. Les yeux de la lapine ont comme expression de la tendresse et de l'émerveillement. Elle se sent si petite...si bien dans toute cette domination qu'il pose sur elle.

Il lança son masque et bu une gorgée ensuite. Pendant ce temps, elle le contempla silencieusement. Devrait-elle faire de même pour enlever son masque? Elle n'ose pas enlever le sien. Elle ne veut pas que l'homme soit surprise de sa beauté et qu'il la traite comme tous les autres...

-Excusez mon manque de tenue, mais quand on me cherche on me trouve, puis-je savoir votre nom ma tendre et chère ?

Elle reprit un peu sa respiration. Elle hésite...mais....il lui avait offert son nom...

-Cela n'est point grave...


Elle passa une main sur torse de Valerian. Elle délecta ses si belles cicatrices.


-Mon nom est Epsylon. Ce n'est peut-être pas le plus beau nom, mais c'est le nom qu'on m'a donné...à ma naissance...

Elle a une petite expression de tristesse, mais cela n'est que passager. Elle reprit un sourire si heureux, mais ses yeux sont hésitant.


-Si vous voulez savoir à quoi ressemble cette Epsylon ....devriez-vous la déballer comme un cadeau?

Elle eue un sourire moqueur et elle ricana. Elle veut vraiment le taquiner et profiter de tous les moments qu'elle peut lui tirer. Elle ne veut pas que cela cesse. Elle se sent comme une princesse dans le merveilleux monde des rêves où un prince bien la délivrer du méchant sorcier. Elle est si heureuse, mais si hésitante. Elle pense encore à si elle mérite son attention. Devrait-elle se dire qu'elle est chance en ce moment?

Elle remonte ses bras pour les entourer tendrement autour du coup de Valerian. Elle lui vola un baiser délicat qui ne dura que quelques instants avant qu'elle se recouche. Elle lui caressa la joue et le cou pour mieux regarder son visage. Elle n'a jamais imaginé qu'il aurait un si beau visage. La vie a-t-elle été sur gentille avec elle? Elle enregistra tous les détails qu'elle pouvait retenir.


-Je ne savais pas que vous étiez...si beau...si...charmant....

Elle est sincère.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous


L'auberge du pélican noir. Vide
MessageSujet: Re: L'auberge du pélican noir.   L'auberge du pélican noir. EmptyJeu 3 Nov - 21:10

Il la laissa déposer un baiser sur ses lèvres, il ne déballer jamais ses cadeaux il déchirait l'emballage sans précaution et s'amusait avec ce qu'il trouvait à l’intérieur. Il ricana, un rire qui contrastait avec son attitude jusqu'ici, un rire mauvais refroidi légèrement l'ambiance, mais ne lui laissant même pas e temps de comprendre se qu'il se passait il lui enleva son haut en la bloquant avec un baisé qui sembla durer une éternité, continuant de l'oppresser, les caresses étaient terminés laissant place à la bestialité et aux instincts primaires, il s'arrangea pour la repousser jusqu'au bout du lit, continuant son manège sans jamais lâcher ses lèvres. Il sentait ses jambes sur ses hanches, se frotter contre lui comme si elle cherchait un endroit ou les poser. Après la veste il lui arracha presque le corset, révélant sa généreuse poitrine, et son subtile corps blanc et vulnérable. Il ne s'attaqua pas tout de suite au bas, il relâcha ses lèvres, la plaquant contre le lit, retrouvant son sourire si vivant. Il répondit:

-Je vous déballerais entièrement si il le faut, mais pas comme n'importe quel paquet soyez en sûre. Votre no est adorable, tou comme vous.

Il lui enleva finalement son chapeau le posant délicatement à côté des coupes de champagnes. Après ce bref détail il replongea sa tête dans con cou, la mordillant gentiment de long en large, plaquant sa poitrine contre son torse, l'aidant à enlever le bas avec force. Sans non plus aller jusqu'à déchirer ses vêtements, un peu de respect que diantre! Il se défit de son emprise un instant pour contempler sa victoire, elle n'avait presque plus rien sur elle mis à part ses bottes, et ses bas. Il lui demanda restant sur le ton de l'amusement:

-Vous gardez vos bottes?

Ne pouvant attendre sa réponse sans rien faire, il commença la plaquant contre le lit, lui baisant le bas du ventre jusqu'aux seins avant de replonger son regard dans le siens, oui il voulait vraiment la tuer. Comme si tout ce qu'il faisait voulait lui expliquer qu'elle était devenue sa compagne pour la nuit, qu'il ne lui laisserait pratiquement aucun moment de répits, mais surtout. Ils allaient prendre du bon temps, du moins il allait en prendre. Il continua ses baisés dans le cou, caressant le reste de son corps de ses mains
Il fermait les yeux, elle lui donnait la moindre directive il l'exécuterait, le moindre désir il le comblerait pour cette nuit. Elle pouvait sentir sa respiration dans sa nuque, sa domination était presque totale désormais. Il avait décidé de la laisser faire à présent il allait devenir son jouet pendant quelques instants, et i lui laissa comprendre en relâchant sa prise. Et en s'adressant à elle:

-Je ne vais pas mobiliser les efforts ma chère Epsylon, montrer moi que vous voulez le faire vous aussi.

On pouvait sentir la provocation dans la voix, son sourire n'était plus qu'un simple sourire rais, c'était aussi le sourire d'un enfant fier de ce qu'il disait, faisait, et qui attendait qu'on tombe dans ses pièges. Il laissa ses mains peloter la poitrine une autre fois, attendant une réponse, continuant sa provocation en jouant avec son corps, comme si ele n'était qu'un jouet, et lui un maître plein de tendresse et d'envie. Et pour terminer son petit jeu il s'empara de la coupe de sa compagne déclarant:

-Si vous en voulez, il faudra venir le chercher.

Il en bue une gorgée de la coupe, puis la reposa laissant ce qu'il fallait dans sa bouche pour ne pas en mettre partout, et rendre le jeu amusant.
Revenir en haut Aller en bas
Ӽ Hybride Ӽ

Epsylon

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 240
♦ Messages : 114
♦ Âge du perso' : 26
♦ Protecteur : Zélig Faoiltiarna <3
♦ Date d'inscription : 28/10/2011
♦ Age : 28

L'auberge du pélican noir. Vide
MessageSujet: Re: L'auberge du pélican noir.   L'auberge du pélican noir. EmptyVen 4 Nov - 2:03


Quand il ricana de se rire si refroidit, elle en fut surprise. Avait-elle dit quelque chose de trop? Elle n'est pas certaine de la situation. Ce rire est différent de ce qu'il dégage. C'est un rire animal...un rire froid...un rire d'un homme mesquin. Avait-elle bien fait de l'aguicher? Elle en est point certaine. Elle ne comprend pas vraiment ce qui se passe. Même qu'après se rire, il la déshabilla....dénuda du haut comme une piètre catin. Les caresses n'y sont plus, maintenant il montra un côté bestial dans toute sa splendeur. De ce fait, Epsy en fut de même...lâchant son côté animal. Même qu'avec tant de bestialité et de passion, elle pouffa quelques soupires et petits sons venant de sa gorge. C'est plus fort qu'elle...

Elle recula avec lui, sans se lâcher dans ses baisers si acharnés. Maintenant qu'il la plaque et la regarde, elle sent que son coeur va sortir de sa poitrine. Ses seins pointent tellement qu'elle fut excité par la sauvagerie de Valerian. Il lui fit un de ses sourire tueur qu'il l'a tua.


-Je vous déballerais entièrement si il le faut, mais pas comme n'importe quel paquet soyez en sûre. Votre nom est adorable, tout comme vous.

Adorable...elle en fut émue qu'il dise que son nom est beau. Pas beaucoup lui avait dit ça. Elle se sent spécial pour lui en ce moment. Spécial dans le sens qu'il ne la traite pas comme n'importe quel cadeau...

Elle le laisse enlever son chapeau. Elle avait eu peur qu'il oserait d'enlever son masque, mais il ne la même pas frôler. Elle le fixe toujours avec un regard mielleux et tendre. Elle est si attirée par ce qu'il dégage....

Ce Valerian était très intense. Elle n'a même pas le temps de souffler. C'est quand même un peu nouveau pour elle. Elle n'a pas l'habitude de profiter d'un homme si rempli de vie. Est-ce une preuve à ses yeux brillants? Est-ce une preuve d'une vivacité animalesque? Si c'est le cas, elle est prête à s'abandonner à lui complètement pour goûter à cette brillance.

Contre lui, elle se sent si bien. Ses mains s'accrochent autour de son coup et de ses épaules si larges. Ses petits morsures la faisait frissonner. Même si c'est animal, elle trouve ça des gestes affectionnés. Elle passa sa main sur sa nuque et autour de cette zone quand il remonta vers elle. Parfois, on avait l'impression qu'elle veut lui donner un calin. Elle se tortille et sourie. Ses jambes frottent sur le flanc du soldat tout en serrant sa prise quand il passa proche de sa poitrine. Il l'aida même à enlever sa culotte tout en détachant les petits filets de soies qui les relient. Il ne reste que ses bas nylons et ses bottes. Pour lui, elle l'aida à enlever ses pantalons. Elle n'a pas encore vu son membre...pour l'instant. Elle veut garder la surprise.


-Vous gardez vos bottes?

Elle lui sourie un peu moqueur. Elle lui rendit son regard un peu interrogateur voulant tellement comprendre ce qu'il dégage. Elle n'a pas l'habitude de sentir ce genre de passion. Surtout pas venant d'un homme si beau comme lui.

Elle ne peut pas lui répondre parce qu'il est encore dans cette manière de la bécoter et de la plaquer fort sur le lit. Elle le regarde avec de l'adoration dans les yeux. Elle rit un peu quand il bécota à quelques endroits à cause qu'elle est un peu chatouilleuse. Il est si masculin dans ses gestes. On voit que c'est un homme qui dégage de cette force bestiale, mais pas violente sans aucune passion. Pour elle c'est presque un orgasme rien qu'à le sentir contre elle. Elle passe ses mains sur ses épaules...son dos...son torse. Elle voulu le grafigner pour le marquer au fer, sauf qu'elle se retient. Ses ongles sont peut-être un peu trop acérées et qu'elle ne veut pas le blesser.


-Valerian...

Elle souffla son nom. C'est plus fort qu'elle. Elle a se sourire si apaiser et si heureux. Il dégage tellement de chaleur qu'elle ne sent plus le froid frapper sur son corps. Il se trouve très près d'elle comme s'il est une couverture avec bénéfice. Maintenant qu'il la domine tout entière, elle bloque sur un point. Que faire? Il ne la laisse pas réagir. Mais bon...elle ne se plaint pas. D'habitude...c'est elle qui prenait souvent le dessus. Là, en ce moment, elle a découvert plus passionné qu'elle. Elle a encre cette peur qu'il voit son visage en entier. Elle ne veut pas qu'il devient comme les autres.


Ah tiens...il relâcha sa prise...? Elle respire doucement pour reprendre son souffle.


-Je ne vais pas mobiliser les efforts ma chère Epsylon, montrer moi que vous voulez le faire vous aussi.

Elle ricana. Devrait-elle lui dire '' Mais vous ne me donnez pas une ouverture...''? Nah. Elle ne fait que simplement rire et le regarder avec une lueur aguicheur. Elle sait qu'il voulait l'aguicher...le provoquer. Elle le fera à son tour en guise de vengeance. Elle le trouve tellement adorable...trop...adorable. Même qu'elle le laisse la peloter. Elle n'est qu'une simple poupée, alors elle en profite de cette tendresse si passionnel. Pour elle, même si il s'amuse avec sa poitrine, trouve son pied quelque part. Il adorait quand on empoignait une de ses jumelles pas trop fort. Elle adore sentir ses mains puissantes réchauffer sa peau froide. Bien sûr, à ses gestes, elle rougissait et soufflait quelques petits soupires. Elle est très fragile quand même. Elle passa même ses mains sur les siennes pour le guider. Ses jambes se crispent un peu et s'enrobent autour de la taille de Valerian.

-Si vous en voulez, il faudra venir le chercher.

Amusant. Valerian veut jouer. S'il veut jouer, elle jouera. Mais là, elle va lui montrer qu'elle n'est pas qu'une sainte catin. Elle lui afficha un sourire moqueur comme pour démontrer qu'elle veut jouer à ce jeu aussi. Elle s'est assise sur lui, le monde de vénus près du monde de mars (bah quoi..concept quoi XD). Elle n'est pas très haute encore, mais elle peut le regarder un peu de haut. Elle le fixe et rit.


-Je vais prendre mon temps pour chercher ce qui m'appartiens. Vu que vous aviez à moitié déballer votre cadeau....pourquoi je vous laisserait faire?...et puis..c'est de mon verre que vous avez prit...petit vilain...

Elle lui donne un baiser langoureux pour aller chercher un peu d'alcool qu'il lui avait volé. Elle l'aguiche en se collant à lui et en goûtant sa bouche. En même temps, elle passe ses griffes doucement sur son torse comme si elle veut le griffer. Elle n'appuya pas fort, juste assez pour qu'il sente ses griffes pointues. Quand elle fini le baiser en mordillant la lèvre du soldat, elle s'est vite reculée pour se décoller de lui. Pour pas qu'il fasse un autre pas, elle mit un de ses pieds sur son ventre. Elle le poussa un peu tout en ayant la tête haute. Elle lui sourie avec cet air aguicheuse et fière.

-Auriez-vous la gentillesse de détacher mes bottes. Je ne veux pas les garder.

Elle ricana.

-Je ne veut pas qu'ils vous blessent...mais si vous bougez, mes talons peuvent servir....


Elle veut dire entre les lignes '' Si tu bouges sans les enlever...je te pousse encore plus. Tu n'auras pas ma peau si tu fais pas le bon garçon''. Provocateur n'est-ce pas? Elle n'est pas une femme soumise quand elle veut. Elle le regarde d'une façon amusée. Elle cache sa poitrine avec un bras et l'autre s'amuse avec une de ses mèches de cheveux. Elle exerça une pression sur son talon sur le bas du ventre de Valerian tout en croisant son regard si vert....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous


L'auberge du pélican noir. Vide
MessageSujet: Re: L'auberge du pélican noir.   L'auberge du pélican noir. EmptySam 5 Nov - 2:54

Valerian l'avait laissé reprendre le dessus, sentant ses ongle lui glisser dessus, caressant ses muscles et tentant de lui enlever son pantalon, qu'elle gentillesse. Elle lui arracha un nouveau baiser mordant sans gêne sa lèvre en se retirant, mais avant de faire quoi que se soit d'autre elle le repoussa avec ses talons. Elle y tenait vraiment, il lui délassa ses bottes une par une, les tirant sans y mettre de force. Profitant de son mouvement de jambe pour contempler vénus. Son regard captant le siens, sans qu'elle ne puisse comprendre se qu'il lui réservait. Une fois les bottes enlevés il les posa gentiment sur le sol. Puis remonta le haut de son corps, caressant son pied, en déclarant:

-Maintenant que vous êtes désarmé, et entièrement déballé. Je vais profiter de mon cadeau.

Il lui lança un regard carnassier, avant de repousser sa jambe sur le côté lui ouvrant une vaste route vers la minette de la lapine, il bondit sur elle la plaquant de nouveau contre le lit. Lui laissant ses bas, il maintenue ses bras contre la couette, et investit de son épée le corps de la belle avec violence, tout en restant expert dans l'art de la pénétration. Il s'arracha un petit soupir de victoire, ayant passé le premier stade du jeu, il plongea de nouveau sur son corps, commençant à la culbuter lentement. Lui mordillant le cou, il n'était pas prêt de la lâcher cette fois-ci. Ils étaient au pied du lit, se qui dérangea Valerian qui la replaça, avec force, mais précautions dans le bon sens n'hésitant pas à ui voler des baisés plein de fougue cherchant à la provoquer encore plus. Allait-elle pouvoir reprendre le dessus, il ne comptait pas la laisser facilement. Il passa ses mains sur ses hanches, la caressant, remontant jusqu'à ses seins, continuant son petit jeu. Cette perfection, cette provocation, tout ça n'était qu'un jeu pour Valerian, un jeu qui n'avait aucune règles mis à part le respect du partenaire.

Il passa sa main sur ses cheveux, et continua de lui faire l'amour, en touchant des endroits intimes, et lui pressant le corps contre le siens. Il prit de la hauteur, et accéléra la cadence, la maintenant sur le lit de ses mis pressant sa poitrine, et repoussant toujours plus son corps par des accoues de plus en plus rapide et fort. Sans être vulgaire, il la chevauchait avec passion, fougue, et plaisir. Il relâcha une nouvelle fois son entrave, pas pour lui laisser une chance, mais pour s'adresser à elle:

-Pour le moment je suis le seul à prendre se qui m'est du.

Il reprit la coupe de champagne finissant le verre, avant de plonger sur elle et de déposer l'alcool dans sa bouche avec un baisé long et intense. La chaleur était à son apogée, il ne cachait pas son corps, ni ses envies de jouer encore et encore, rendre la chose plus intéressante encore, avant que l'ennuie n'arrive. Il était loin d'avoir tout donné, et il espérait que sa partenaire puisse faire mieux encore. Il termina le baisé en se permettant une dernière provocation. Lui léchant les lèvres, en descendant jusqu'aux seins, c'était étrange, mais c'était une façon de l'incité à se défendre. Sinon ça voulait dire qu'elle lui était entièrement soumise, et qu'il pouvait à partir de maintenant en faire ce qu'il voulait. Se qui dans un sens le décevrait.
Revenir en haut Aller en bas
Ӽ Hybride Ӽ

Epsylon

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 240
♦ Messages : 114
♦ Âge du perso' : 26
♦ Protecteur : Zélig Faoiltiarna <3
♦ Date d'inscription : 28/10/2011
♦ Age : 28

L'auberge du pélican noir. Vide
MessageSujet: Re: L'auberge du pélican noir.   L'auberge du pélican noir. EmptySam 5 Nov - 17:50

Des bottes....c'est encombrent quand même. Elle pouvait les garder, sauf qu'elle ne voulait pas qui arrive un malheur. De plus, dans une relation sexuel...elle déteste garder le moindre vêtements gênants lourds sur elle. Un bandeau ou bien des gants ne lui dérange pas.

Valerian avait embarqué dans son jeu. Il les déballe doucement en prenant le temps de bien les enlever sans force. Epsylon sait qu'il se retient pour ne pas les arracher de ses pieds. Elle le sent juste en regardant ses yeux si brillants et si carnassiers qui la regardent. Un prédateur voulant sa proie, un gamer voulant son jeu...cette manière de vouloir quelque chose est présente. Elle sait qu'il la mangerait toute crue sans même qu'elle respire. Est-ce de la vraie passion? Ou bien un manque d'appétit sexuel que ce cher Valerian avait. Tout un appétit sinon! Est-ce une bête au lit? Sortant toute cette vivacité si tendre et si animal pour sa partenaire...qui.....qui n'a pas fondu dans ses bras pendant l'acte?


­-Maintenant que vous êtes désarmé, et entièrement déballé. Je vais profiter de mon cadeau.


Derrière ce masque, elle a ce visage amusé et attendri. Pour le peu de sentiment qu'elle avait, elle éprouve déjà de l' affection envers lui. Elle s'attache à ceux qui la fascine, donc vous pouvez comprendre que Valerian la fascine énormément. Même que pour la surprendre, il bondit sur elle la plaquant avec tant de force sur le lit. Elle ne peut plus bouger ses bras. Son masque s'est déplacé et maintenant elle ne voit plus rien. Elle a écarté les jambes sentant une forte chaleur en elle la pousser à laisser l'entrée libre pour Val. Comme si... il avait gagné son butin et qu'il pouvait maintenant la savouré comme qu'il le voulait. Aimait-elle tellement se faire sauter? Oui. Surtout...si l'homme avec qui elle partage sa couche est si animale comme lui. Cette impression de se faire entrer de l'intérieur avec violence...cette impression de se faire pousser par un bassin masculin qui la soulève...la rend vulnérable. Elle avait poussé un de ses cris jouissif en sentant un membre imposant qui avait poussé son chemin profond. Elle se sent comme à la guerre, même si elle n'a jamais vécu ce moment. De plus, il la plaque sur le lit en tenant ses bras. Qu'est-ce qu'elle pouvait faire? Elle ne lui dit pas non quand il lui procure du plaisir quand même. Elle monte son bassin en même temps qu'il pousse, essayant de serrer les muscles à l'intérieur d'elle pour procurer plus de bonus pour les deux. Il la tient contre elle, lui donne de ses baisers si acharnés....mais...qui est cet homme? Elle se demande cette question avec le peu de temps qu'elle pouvait consacrer à sa petite tête de lapine. Il avait un nom, mais est-il plus que ça? Sinon, le plaisir brouille sa tête ...sentant qu'elle se perd dans toute cette chaleur qui enivre son âme. Elle a l'impression de se remplir petit à petit avec des sentiments qu'elle ne connaît pas. Est-ce étrange?

Maintenant qu'elle ne sent plus ses bras retenir les siennes, elle sent qu'il parcours son joli minois entre chaque coup de bassin. Une de ses mains se réfugia sur son dos et l'autre empoigne le drap du lit avec force. Une odeur lui vint effleurer son nez. Des phéromones masculins..une odeur de corps qu'il dégage. C'est chaud et amer, mais pas désagréable. Elle se colla à lui...quand il accéléra son jeu de bassin. Elle respirait vite sentant son coeur battre comme un tambour en frénésie. Elle pouffa des cris un peu fort, certes, mais ses sons de sa gorge veulent tellement sortir...qu'elle les poussa avec les muscles de son diaphragme. Elle ne voyait plus rien, alors...ses autres sens un peu plus développés. Ses jambes crispent tout en serrant sa prise sur les côtes de Valerian. Si cette cadence continue, elle sent qu'elle se laissera échapper.

En ce moment, elle se sent un peu comme une poupée....une femme qu'on ne faisait que la baiser en profitant de ses faiblesses. Une femme qu'on lui faisait l'amour, mais en même temps qu'on baise. Même si cela ne la déplaît pas dans un sens, elle sentait qu'elle devrait faire quelque chose. Un côté d'elle voulait lui faire comprendre qu'elle n'est pas une simple soumise. Son masque cache sa vue, alors elle sent encore plus ses mains chaudes. Ses mains qui la faisaient fondre...ses mains qui ne faisaient que pousser la femme guerrière en elle laissant place à la femme attendrie. Ses mains qui empoignent sa poitrine...touchent ses hanches avec sa douceur et rudesse d'un homme...elle ne peut s'empêcher de se laisser aller. De plus, elle n'est pas habitué de partager la couche d'un homme si acharné à lui faire l'amour comme ça. Même si elle a passé de nombreux hommes dans ses 5 ans de vie, elle n'a jamais eu cette impression de tendresse animale qui attendrissaient son coeur.

Soudain, il arrêta sèchement. Elle se demande ce qui se passe.


-Pour le moment je suis le seul à prendre se qui m'est du.

Cette phrase avait provoqué la guerrière en elle. Tiens tiens....pensait-il qu'il était le seul? Hhmm....

Derrière son masque, elle afficha un sourire en coin. Elle ricana. Mais se rire ne dura pas. Il s'est encore acharné sur elle avec ce baiser long et vif qui goûte l'alcool. Elle avala le peu d'alcool tout en essayant de respirer. Une coulisse s'est glissée hors de sa bouche. Ses bras à elle profitent de prendre la nuque et le visage du soldat.

Quand ce baiser vu terminer et qu'il commence à passer sa langue comme si elle n'est qu'une vulgaire morceau de viande, elle eue une superbe idée. Elle veut se venger de ce qu'il lui avait dit il y a quelques minutes de ça. Il allait voir de ce qu'elle pouvait faire, même si elle était incertaine face à lui.

Sur un coup de force, elle poussa Val sur le lit avant d'embarquer sur lui. Pour pas qu'il se défends, elle mit sa main griffue sur son coup pour exercer une pression. L'autre main? Elle pousse son torse et presse ses ongles sur la peau qui fait saigner un peu la peau.


-Pas si vite...Valerian....vous n'avez pas complètement désarmé la belle. Il lui reste ses bas...et son masque...

D'un coup sec, elle enleva son masque. Ses cheveux cachent la moitié de celui-ci. Certaines mèches tombent sur le torse du soldat tandis que d'autres cachent un peu le corps de Epsylon.

-Si vous osez bouger...quoi d'autre puis-je faire à votre si joli visage ?


Elle a, à son tour, un petit sourire amusé. Maintenant qu'il peut voir son visage...comment va-t-il réagir à sa beauté?


-Vous ne me laissiez pas le temps de réagir...je ne fais que jouir sous vos caresses...Valerian....je suis peut-être moins forte que vous côté physique, mais je sais me montrer forte...autre part....

Elle lui griffa le torse pour l'égratigner. Il n'y a pas de sang, mais juste des marques assez rougeâtres.

-Les hommes sont souvent tous les mêmes...ils dominent, rendent la femme plus vulnérable...si petite et si faible grâce à leurs forces physiques puissantes. Mais toi Valerian...mon cher Valerian...


Elle s'approche de lui pour lui chuchoter à l'oreille. Mais avant, elle lui griffa encore la peau de la côte. Quel tigresse...

-Tu as cette manière de montrer ta passion...je n'ai jamais vu un homme dominer une femme ainsi avec tant de tendresse et de virtuosité...quel est ton secret?

Elle lui lèche la joue tranquillement en ricana. Elle a toujours sa main sur sa gorge qui sera son étreinte .

-Vous êtes juge n'est-ce pas?

Elle rit un peu plus fort. Elle le regarde de près tout en contemplant ses yeux verts et ses lèvres si délicieuses.

-Alors, punissez-moi si je suis si vilaine...Je veux voir comment un homme comme vous punissez les méchantes...comme moi....

À la fin, elle passa ses ongles sur son thorax pour le saigner jusqu'au sang. Provocation? Ah! Valerian l'avait un peu trouvé...

Avait-elle peur? Non...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous


L'auberge du pélican noir. Vide
MessageSujet: Re: L'auberge du pélican noir.   L'auberge du pélican noir. EmptySam 5 Nov - 21:21

Valerian ne comprenait pas vraiment ce qu'elle lui trouvait de particulier, mais qu'importe le jeu continuait. Elle repoussa après le baisé, pour essayer de le dominer lui prenant le cou, et griffant progressivement son corps. Leurs respiration s'étaient légèrement accélérés, elle en voulait plus? Enlevant son masque elle laissa ses cheveux retomber sur leurs deux corps, puis commença à lui montrer encore de l’intérêt lui murmurant se qu'elle pensait, comme si il avait quelque chose à cacher. Elle voulait se lancer dans un nouveau jeu, elle voulait qu'il prenne des heures supplémentaires, très bien. Elle le motiva lui léchant la joue, et griffant son torse jusqu'aux sang. Il laissa s'échappe un gémissement masculin, elle voulait être punie, parfait! Il se détacha de son emprise la renvoyant sur le lit, plaquant son corps contre le sien de nouveau, il lui enleva les cheveux du visage avec douceur puis contempla sa beauté, il s'y attarda quelques minutes avant de déclarer:

-Vous êtes accusé du crime suivant, ne pas faire preuve d'assez de sauvagerie, en conséquences je vous condamne à vous faire chevaucher, et violenter jusqu'à ce que j'en décide autrement.

Il resta droit dominant de nouveau sa victime il lui prit les jambes les collant contre ses hanches, puis commença à la culbuter sauvagement soulevant son corps à chaque coup. Il il la pelotait encore, accélérant, avant de carrément plaquer son torse en sang sur le sien, se mélangeant de nouveau. Il se permettait de la mordre, ou de lui caresser les fesses en même temps. Jusqu'au moment ou il décida de la retourner. Alors qu'elle pouvait croire à une pause, elle sentit son corps se faire retourner, et le corps de valerian se poser sur le sien, continuant son oeuvre mais par l'arrière. Soulevant ses jambes pour l'empêcher de partir, en la culbutant avant de es reposer quelques minutes après. Il se permit à son tour de lui glisser quelques mots à l'oreille:

-Tu te comporte comme un animal en me griffant, je fais de même en te culbutant.

Il la retourna de nouveau, elle devait être légèrement déstabilisée, mais qu'importe, seul son plaisir comptait, il se plaqua contre elle cherchant de la chaleur, et poursuivit son oeuvre lui arrachant cette fois-ci plusieurs baisés. Prenant sa langue, ou lui mordillant les lèvres. Il poussait des petit gémissements satisfaits, il commençait à porter beaucoup d’intérêts à cette petite il décida de la récompenser en lui glissant quelques petit mots:

-Vous êtes magnifique Epsylon...

Il ne lui laissa pas le temps de répondre, reprenant son bécautage, en investissant Vénus.
Revenir en haut Aller en bas
Ӽ Hybride Ӽ

Epsylon

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 240
♦ Messages : 114
♦ Âge du perso' : 26
♦ Protecteur : Zélig Faoiltiarna <3
♦ Date d'inscription : 28/10/2011
♦ Age : 28

L'auberge du pélican noir. Vide
MessageSujet: Re: L'auberge du pélican noir.   L'auberge du pélican noir. EmptyMar 8 Nov - 20:13


Pour un soldat qui était juge le jour et autre la nuit....elle se demande pourquoi la vie lui avait mis cette ''chose'' sur son chemin. En parlant de cette autre facette la nuit...elle se dit bien d'un monstre cacher sous cette peau. Un monstre ou bien une bête. Elle n'était pas si explosive, mais assez énergique pour qu'une Hase comme Epsylon le sent entre ses entrailles. Elle sentait cette chaleur pousser à l'intérieur qui lui donnait de la tendresse. Un homme demandant tant d'affection comme Valerian....est-ce un solitaire? Les hommes solitaires cachent bien des choses dissimuler sous leur peau. Toute cette énergie qu'émane ce soldat...elle n'aurait jamais pensé qu'il la désirait autant. Peut-être est-ce qu'il avait un trop plein...quand même...

Elle est là pour ça non?

De nouveau plaqué sur le lit, elle a ce visage attendrie. Elle se laissait un peu faire dans un sens. Mais pourquoi? Parce qu'elle voulait profiter de cette tendresse si étrange. Elle voulait comprendre de pourquoi cette lueur dans les yeux l'avait si frapper il y a un moment. Peut-être qu'elle s'est attendrie pour comprendre qui est Valerian. Comprendre tous ses gestes et mouvements.


-Vous êtes accusé du crime suivant, ne pas faire preuve d'assez de sauvagerie, en conséquences je vous condamne à vous faire chevaucher, et violenter jusqu'à ce que j'en décide autrement.

Elle ricana même si elle respirait un peu mal. À force de se faire sauvagement sauter et à crier...ses poumons étaient pas fait en acier. La guerrière en elle s'est dissipée encore une fois. Peut-être que ce soir n'est pas son jour de chance. Ce tueur je vous dis.

Il recommença son jeu encore une fois. Le sang sur son torse ne la dégoûte pas, au contraire, elle avait un plaisir fou à être fière de son oeuvre de l'avoir marqué au fer. Le sang est aussi très sensuel quand on est des animaux en plein action. Le sang...l'odeur....pourquoi se soucier de ses détails quand on avait du plaisir? Baiser dans des cadavres et une flaque de sang ne dérange pas à notre belle lapine. Étrange vous dites? Chacun ses goûts.

Soudain, elle se senti tourner violemment. Il a de la force ce Valerian. Est-ce une pause? Non. Il l'a positionna dans un drôle de pose avant de continuer. Elle a le visage dissimulé sur le matelas. Enfin, son front touche. Elle bouge beaucoup à force de ce tortiller. Ses mains se serrent et griffent le lit...laissant des marques un peu partout. Un drap couper? Ce n'est pas de sa faute.

Pendant cet acte, elle eut une de cette pousser de plaisir. Il avait continué quelques coups avant de s'arrêter. Heureusement pour elle. Elle ne bouge plus, essayant de respirer. Elle sent que son bas ventre brûlait de douleur, mais que son corps avait lâché toutes tensions. Ses intérieurs semblent être en feu, mais pas douloureux.


-Tu te comporte comme un animal en me griffant, je fais de même en te culbutant.

Elle voit ça comme une provocation. Elle eu un sourire fendu sur son visage et sa voix qui rit d'un ton satisfait.

Il la retourne encore. Elle fut encore ensevelie de son corps robuste. Elle se dit que ce Valerian est eut-être en manque d'affection...

Ce n'était pas juste les femmes qui demandent beaucoup. Les hommes peuvent bien en demander que les femmes. C'est juste que les hommes cachent plus leurs sentiments et leur orgueil sont un peu plus développés.

Elle suit ses baisers tout en passant ses mains sur ses épaules et son dos. Elle ne peut pas vraiment bouger à cause de son corps imposant.


-Vous êtes magnifique Epsylon...


Ses mots....elle eut cette impression qu'il se comporte comme les autres hommes. Peut-être voulait-il être gentil, mais, en ce moment, elle ne l'a pas si bien pris. Peut-être qu'elle veut que Valerian soit un peu différent des autres. Cela lui faisait plaisir dans un sens qu'il lui dise ceci, mais dans l'autre elle s'est sentit étrange. Il l'a trouvait belle....ah...mais dans quel sens?

Il ne la laisse même pas répondre et ni rien faire. Elle n'a pas encore le temps de crier gare quand il recommençait à entrer en elle et la bécoter comme un fonceur. Non mais, il a de cet énergie ce soldat! Epsy n'est pas habitué à ce genre d'homme. Vraiment pas. Elle le suit presque toute aussi acharné que lui, mais elle a une drôle de peur qui sommeille en elle. Peut-être que cette peur n'est qu'une simple passe. Epsylon n'est pas un être complet, alors elle avait de drôle de sentiments qui pouvaient surgir à tout moment sans aucune raison apparente.

Sur un coup de tête, elle pris une poigne de cheveux de Valerian pour reculer sa tête et un peu le décoller d'elle. Cela prit quand même de la force. Elle le fixe d'une intensité froide et hautaine tout en tirant cette poigne de cheveux concentré sur la nuque. Elle profita de bouger un peu pour le regarder de haut. Il fallait qu'elle maîtrise quelques secondes la bête avant qu'elle soit complètement engloutie par celle-ci.


-Magnifique? Dans quel sens? Valerian...


En disant son nom, elle mit un ton spécial. Elle tira la poigne de cheveux tout en caressant son menton.

-Est-ce juste des mots en l'air? Ou bien pour faire simplement joli!

Sur un coup, elle le poussa de ses jambes. Peut-être voulait-elle jouer à la mauvaise fille encore une fois. Aussi, la chaleur du corps de Valerian est si intense qu'elle fut parfois étouffer par celle-ci. Son odeur...sa voix...son corps....elle voulait s'éloigner quelques instants avant de complètement devenir folle. Est-ce vraiment une drogue à ses yeux? Oui.

Elle rit tout en se mettant assise sur le côté. Ses jambes cachent maintenant son monde de Vénus tandis qu'un de ses bras cache sa poitrine.


- Montre moi que ce n'est pas des paroles en l'air...Valerian...mon chou....


Elle est sérieuse. De plus, ce qui peut la rendre apeuré à l'intérieur d'elle c'est qu'elle ne se comprenait pas en ce moment. Avait-elle fait une découverte? À l'extérieur, elle a l'air de rire et d'être sérieuse dans ce petit jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Anonymous


L'auberge du pélican noir. Vide
MessageSujet: Re: L'auberge du pélican noir.   L'auberge du pélican noir. EmptyMar 8 Nov - 22:19

Valerian fut légèrement ennuyé par la remise en cause de ses paroles, mais ça l'excitait d'une autre part. Il N'avait rien fait quand elle lui avait tiré les cheveux, elle voulait sûrement respirer un peut ce qui était compréhensible. De plus cette petite pause lui permettait d'économiser de l'énergie pour faire durer le jeu plus longtemps. Elle le fascinait, son corps, sa façon de faire l'amour que du bonheur. Certes elle semblait finalement être juste une esclave vue ses oreilles, mais ses êtres pouvaient une fois de temps en temps prendre du plaisir non? Il prit appuis sur ses coudes pour se relever, puis vint se caler contre elle caressant son corps de la cuisse jusqu'à la hanche? Elle cachait ses atout comme une vilaine fille, mais il savait qu'au fond d'elle, elle bouillait et en voulait encore plus. Ça tombait bien lui aussi. Il lui fit quelques bisous dans le cou, histoire de la déstabiliser, puis répondu:

-Ne voulais-je pas prouver par mes mille et une caresses, si vous n'étiez pas magnifique et intéressante pensez vous que je mettrais tout en œuvre pour faire durer se petit jeu. Vous êtes intéressante, et je vous ai dis ses en toute sincérités, je veux juste passer un bon moment avec vous, quitte à ce qu'on se retrouve plus tard.

Il mit sa main par dessus sa cuisse, puis la fit glisser jusqu'à Vénus cherchant un baisé des lèvres, en la doigtant. Il n'allait pas lui sauter dessus cette fois, non, il allait attendre qu'elle le fasse. Il cherchait à capter son attention appuyer ses arguments, après avoir passer deux doigts il les retira s'essuyant das les draps en reprenant ses caresses, il cherchait ses jambes avec les siennes, et perdant finalement patience l'attira sur lui. Plaçant Vénus sur Mars, elle était encore allongé, mais cette fois si ses seins sur son torse balafré, il lui caressait subtilement le dos cherchant encore des baisés, attendant d'elle que la guerrière vienne à lui. Il posa sur ses deux blanches fesses, les tâtant sans modération. Il la provoquait, il voulait qu'elle vienne chercher du plaisir, ou qu'elle lui en donne qu'importe si elle ne bougeait pas il la plaquerait et l'achèverait.

Il l'aguicha en faisant de nouveau entrer Mars dans la demeure de la déesse, donnant plusieurs accoues qui ne pouvaient la laisser indifférente. Laissant une main sur ses fesses qu'il tapotait, il fit glisser sa main sur son dos jusqu'à sa nuque pour finalement baisser sa tête jusqu'à sa bouche lui murmurant à l'oreille sur un ton défiant:

-Si tu me montrais se que tu as vraiment maintenant ? Car je ne te laisserais plus aucune autre occasion de prendre le dessus. Et qui sait? De le garder peut être?

Terminant dans un petit rire il lui lécha le cou, la provoquant encore plus, avant de la laisser agir attendant qu'elle lui montre de quoi elle était capable. Il savourai se moment regardant de ses yeux d'émeraudes le corps de la lapine, et en laissant un sourire malicieux décorer son visage. Il lui laissait peut de temps, lui faisant comprendre se dernier point il ralentit les accoues.
Revenir en haut Aller en bas
Ӽ Hybride Ӽ

Epsylon

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 240
♦ Messages : 114
♦ Âge du perso' : 26
♦ Protecteur : Zélig Faoiltiarna <3
♦ Date d'inscription : 28/10/2011
♦ Age : 28

L'auberge du pélican noir. Vide
MessageSujet: Re: L'auberge du pélican noir.   L'auberge du pélican noir. EmptyDim 13 Nov - 4:11

+++# 1 Crush+++

On dirait qu'elle ne savait pas trop comment réagir face à Valerian. Elle se sent tellement aspiré qu'elle ne sait pas faire grand-chose qu'à part le laissé à moitié agir sur elle. Comme j'ai dit plus tôt, elle veut comprendre le phénomène ''Valerian''. Peut-être a-t-elle peur faire quelque chose de trop pour le bousculer et qu'il se sent vexé. Elle a peut-être peur qu'il la laisse là...toute seule. Elle n'aime pas être seule dans un sens. Oui, parfois elle marche seule dans les rues le soir, mais il y a des gens autour quand même. Dans cet hôtel qu'elle ne connaît pas, elle ne veut pas rester seule. Elle veut rester avec ce soldat pour en savoir plus, elle qui est si ouverte à apprendre. Elle veut profiter de ses caresses et de sa douceur animal. Elle veut profiter de cette chaleur qu'elle adore si bien. Ce qui la fascine c'est qu'elle ne connaît pas cet homme et qu'elle pourra apprendre quelque chose de nouveau. Elle adore rencontrer des nouvelles personnes. Elle se dit qu'elle apprend d'eux à chaque moment qu'elle passe en leur compagnie. En ce moment, elle veut apprendre pourquoi cette lueur l'avait appelé. Peut-être qu'elle saura tiré quelque chose de cette rencontre...qui sait?

En même temps qu'il lui donne des baisers, elle passe sa main sur sa nuque et sa chevelure. Elle aime ses cheveux.


-Ne voulais-je pas prouver par mes mille et une caresses, si vous n'étiez pas magnifique et intéressante pensez vous que je mettrais tout en œuvre pour faire durer se petit jeu. Vous êtes intéressante, et je vous ai dis ses en toute sincérités, je veux juste passer un bon moment avec vous, quitte à ce qu'on se retrouve plus tard.


Elle eut une surprise sur son visage. A-t-elle bien entendu ce qu'il a dit? Elle fut touchée par ses mots si sincère. Profondément toucher. Quand il lui donna un baiser tendre, elle voulu pleurer. Ce qu'il l'empêcha...c'est qu'elle sent des doigts la toucher en bas. Elle eue un tic de sourcil. Elle n'aime pas trop ça, mais bon, il ne le sait pas le grand Valerian. Elle rougie à ce geste.

Maintenant qu'elle se retrouve contre son torse chaud et sentant qu'il la caresse doucement, elle voulue lui égratigner le dos ou la peau. Elle voulue lui faire comprendre la profondeur de ses gestes. Comment réagir à tant d'affection ? Elle se sent vraiment comme une carpe qui ne bouge pas. Enfin...presque. Elle est paralysée par ses mots qui l'ont profondément touché...

Elle sent encore cette virilité entrée en elle. Elle ne peut s'empêcher d'encré son corps tout en poussant des soupires qui viennent des plus profonds de ses poumons. Ses mains serrent fort contre la peau du soldat tandis qu'une de ses jambes se pose sur le bas du dos de Val. À chaque poussé, elle suit ses gestes pour qu'il sent aussi du plaisir. Elle sent des baisers se poser sur son visage et quandses lèvres touchent aux siennes, elle lui donna un baiser acharnée ne voulant pas qu'il s'en aille.


­-Si tu me montrais se que tu as vraiment maintenant ? Car je ne te laisserais plus aucune autre occasion de prendre le dessus. Et qui sait? De le garder peut être?

Ce murmure était si doux qu'elle l'avait écouté en fermant les yeux. Elle goûta en même temps chaque coup de hanche déployée qu'il faisait en elle. Bientôt, elle ne pourra plus soutenir tout ce plaisir accumulé. Elle sent que le bord de l'agonie organisme s'échappe encore une fois d'elle.

Tout en glissant, avec le peu de mal qu'elle a, ses mains sur son corps à lui jusqu'à son visage, elle prit ses joues pendant qu'il la lèche. Elle monte son visage pour qu'elle retrouve très près d'elle. Ses yeux sont à moitié clos, ne fixant aucun endroit en particulier. Elle respire un peu mal parce qu'elle n'arrête pas de pousser des petits cris soupirant.

-Cette fois-ci tu gagnes la partie... mon cher Valerian..

Elle a un peu de misère à parler. Sa voix est basse.

-Mais la prochaine fois que je te verrais


Elle affiche maintenant un sourire heureux. Mais, ce même sourire à de la malice dissimulée. Une de ses mains quitta le beau visage de Valerian avant qu'elle se niche sur la côte du haut pour le griffer au sang. Elle prit son temps pour bien le marquer au fer tout en lui lèche la joue. Ensuite, elle rétorqua avec le peu de mal qu'elle a.

-Je te montrerais ce dont je suis capable....ce soir...montre moi ce dont que j'ai tant espéré de toi...puni moi...aime moi...Valerian....


Elle rit avant de pousser un peu Valerian pour que les deux soient vraiment à l'horizontale. Les cousins l'énervaient un peu. Quand elle fut dans une position confortable, elle poussa son bassin avec une force vive contre celui du soldat. Les femmes sont réputées pour être les plus forte avec le bassin. Elle s'accroche sur Valerian pour mieux être confortable. Quand elle poussa une autre fois et une autre fois et une autre fois encore plus fort, elle laissa glisser des cris qui venaient du fond de ses entrailles. Des cris de jouissance qui sont pour but de montrer qu'elle s'abandonne à Valerian. Mais est-ce vraiment le cas ? Elle ne se gêne pas non plus de le griffer pour le simple plaisir de sentir la chair déchirer sous ses ongles. Peut-être que la guerrière n'est pas complètement partie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




L'auberge du pélican noir. Vide
MessageSujet: Re: L'auberge du pélican noir.   L'auberge du pélican noir. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

L'auberge du pélican noir.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ѧ Rues commerçantes Ѧ-