AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Arrivée pleine d'Illusion ? [Karl ? ^^]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

♦ Influence : 153
♦ Messages : 50
♦ Âge du perso' : 24
♦ Fiche : Des Ronces au goût de sang...s'accompagnent toujours d'un petit Jardin Botanique.
♦ Protecteur : Karl
♦ Date d'inscription : 07/10/2011
♦ Age : 27

MessageSujet: Arrivée pleine d'Illusion ? [Karl ? ^^]   Sam 22 Oct - 12:41

    La calèche tressautait, la route fut longue et périlleuse sur la voie du pèlerin mais la capitale était désormais là. Je sais que j’avais troublé à plusieurs reprises l’homme qui devait me confier à l’ami de mon Maître. Ce futur « Maître » que je ne connaissais en rien était au courant de quoi ? Je l’ignore…je pense, cependant, qu’il sait que je suis un essai raté et cela m’attriste d’y penser. Installer dans cette voiture miteuse, le cocher dirige les chevaux. J’écarte légèrement le rideau qu’il y a sur ma fenêtre, et mes yeux s’émerveillent. Nous traversons la Capitale. C’est le lieu où la Science s’est les mieux développée, je ne dirais pas qu’il s’agit de son berceau mais les esprits les plus forts et les plus ingénieux s’y rencontrent ! Je suis excité. Mes joues se rosissent légèrement de part la joie qui m’envahit. Je sens un vrai sourire sur mon visage, alors que je mets mes deux mains contre la vitre. Je suis tel un enfant lors de l’approche de son anniversaire. Heureux, émoustillé, en proie au meilleur de tous les rêves. Je ne sais que dire ou que penser si ce n’est « Ouah…Super. »
    Rien de bien élaboré, et j’en rougit de honte à ce constat. Mon « transporteur » fronce des sourcils et me dit de mieux me tenir. Je le regarde, légèrement triste, avant de me réinstaller. Je joue avec mes doigts, je ne peux faire taire mon excitation.
    Si cela se trouve, mon futur « Maître » sera un homme de Bien, un homme qui m’enseignera, m’aidera et me permettra de découvrir cette superbe capitale.

    Je sens qu’on amorce une descente. On quitte les hauteurs de la capitale pour une autre zone. Timide, avec un sourire triste mais présent, je demande d’une petite voix :


    « Où allons-nous Sir ?
    - Aux Quartiers des Avancés… »


    Mon cœur rate un battement. J’ai lu qu’il s’agissait du lieu où la science y est sacrée ! Là-bas, on trouve le plus grand nombre de scientifiques, chercheurs, médecins et ingénieurs. Je suis de nouveau excité, je vais faire mes premiers pas, vrais pas, dans le monde des Sciences. Je vais pouvoir éclaircir ce qui semble si triste et sombre aux yeux des néophytes. Mon rêve se fait de plus en plus à ma portée.
    La voiture tourne, les chevaux ralentissent : nous arrivons à bon port. Je tremble d’excitation, mon transporteur descend une fois la calèche stoppée. J’ai le cœur qui bat, oh que je suis heureux. Plus que je ne l’ai jamais été ces-dernières années. J’entends des mots, je tends donc l’oreille :


    « Elden Flowertea…une assistante. Son maître vous la confie, il ne veut plus d’elle, elle est « ratée » dit-il. »

    Je fronce des sourcils. Finalement, Il me donne car il a échoué. Je suis triste, bien qu’heureux d’être libéré de son être. Mais les paroles me repasse en boucle. Oh ! Il a dit « elle » ?! Mais, mais…JE SUIS UN HOMME !
    Je sens l’indignation monté en moi. Je porte un pantalon coupé droit, et une chemise blanche avec un gilet noir en par-dessus. Je ne fais pas homme du tout ! Et puis, mon petit chapeau haut de forme me rend plus masculin aussi. Que raconte-il donc ? Cela doit bien se voir, maintenant, que je ne suis point Femme mais Homme.

    Je soupire. A quoi bon, je l’expliquerais à mon vis-à-vis. Ce nouveau Maître doit-être un homme bon, j’en suis certain. Tiens, la porte s’ouvre et la tête de mon transporteur s’y fait voir. Il me grogne de descendre. Ouf, il n’a pas usé du mot « Assistante ». Je soupire d’aise…et je descends d’un pas léger.
    Mes bottines touchent le sol…boueux ? Je suis désormais face à face avec mon futur, non, mon nouveau « Mentor » et « Maître » en Sciences. Je lui fais un doux sourire – tiens, il a les cheveux roses ? – en me présentant et faisant une courte révérence :


    « Enchanté Sir…Je suis heureux de pouvoir être votre assistant. »

    Ma voix est douce. Bon, il a dû comprendre que j’étais un homme et pas une femme avec ça. En attendant, je le regarde les yeux brillant. Il sera un bon maître, n’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 576
♦ Messages : 110
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : Fou, fou, fou !
♦ Protecteur : moi-même, crétins...
♦ Date d'inscription : 06/04/2011
♦ Age : 27

MessageSujet: Re: Arrivée pleine d'Illusion ? [Karl ? ^^]   Mar 25 Oct - 13:30

Karl Ulsperger pencha la tête sur le côté. Actuellement, il regardait un cadavre qui était dans un drôle d'état de décomposition. L'un de ses ongles de pied était totalement retroussé vers l'avant – non, en fait, il commençait même à fondre. Ne parlons pas de ses globes oculaires qui avaient disparu on ne savait où – peut-être dans son estomac, au début ou bien transporté vers l'Exodum qui possédait d'immenses pièces réfrigérées, ce qui était bien pratique pour bien des opérations. Même après sa mort, Karl avait remarqué que les cheveux du patient, eux, continuaient à pousser : il était ici depuis environ trois semaines et il avait pu remarquer que leur longueur avait augmenté d'une dizaine de centimètre. En revanche, il était vrai que ça puait. Tout le laboratoire qu'il avait récemment installé ici, suite à l'incendie qui avait ravagé le dernier qu'il possédait dans le quartier, était contaminé par l'odeur récurrente du cadavre. Même s'il fermait la porte de cette pièce à clé, il était tout de même contraint de se déplacer avec un masque et de faire vraiment attention, lorsqu'il soignait la greffe que lui avait apposé cet esclave récidiviste. Un confrère qui lui devait beaucoup lui avait prêté, non sans quelques menaces, bien sûr, ce lieu et il comptait bien s'en servir. Il ne voulait pas empoisonner l'Exodum avec ces mauvaises odeurs, ni y rameuter par l'odorat quelques personnes particulièrement rancunières.

Aujourd'hui était un jour spécial : un paquet devait arriver pour lui. Il avait reçu un mot d'un de ses confrères particulièrement imminents dans la recherches des Esclaves et comptait bien accueillir avec tous les égards qui lui étaient dû cette « Assistante ». La précédente lettre qu'il avait reçu le prévenant de cette visite lui décrivait une jeune fille curieuse, et sous-entendait qu'il pourrait faire tout ce que bon lui semblait avec elle. Il était également mentionné qu'elle avait été le sujet d'expérience et répondait à un mot d'obéissance qui n'avait pas été révélé dans la lettre...À lui donc de cherche...Ombre que ce petit jeu allait être malsain et rigolo !

Entendant le bruit d'une voiture à l'extérieur, il sort, toujours vêtu de son masque et d'une veste blanche couverte de substances étranges pouvant s'apparenter au sang, restes du cadavre qui moisit là-bas... Il a juste le temps d'enlever ses gants et de les tenir dans une main quand son prochain sujet d'expérience descend. Eden Flowertea ? Elle a une belle peau, mais le fait de savoir qu'elle est ratée l'empêche d'avoir la trique. D'ailleurs, depuis qu'il a cette greffe, Karl Ulsperger a un peu moins envie de culbuter tout ce qui traîne...Il faudrait décidément qu'il aille voir cette demoiselle si charmante aux cheveux rouges, elle pourrait l'aider, elle, contrairement à ce maudit esclave qui avait dû apprendre à la va-vite à faire des greffes.

Il sourit, normalement, lorsque Eden s'inclina, faisant lui-même un mouvement de tête.

« Haha...De même, enchanté ! »

Il y a quelque chose qui ne va pas. Oh, son masque, c'est vrai ! Karl l'enlève, de même pour la veste. Il garde tout de même le masque à portée de main, Ombre sait combien il en aura besoin lorsqu'ils pénétreront dans la maison.

« Alors...Vous êtes mademoiselle Flowertea, n'est-ce pas ? Est-ce la première fois que vous vous rendez à la capitale ? Je ne sais pas trop si vous aurez l'occasion de la visiter alors...j'espère que vous en avez assez profité de part les fenêtres de votre voiture... »

Karl Ulsperger est toujours comme cela, au premier abord. Poli, d'une politesse froide qui n'est là que pour les convenances, la folie d'un homme qui vouvoie le type qu'il est en train d'éviscérer comme si cela était parfaitement normal. Et menaçant. Il vient clairement de lui dire qu'elle ne verra plus le soleil. Et s'il n'y avait pas ce collègue chercheur, vous pourrez être sûr qu'il l'exécuterait dans la minute.

« Suivez-moi à l'intérieur ! »

Il remet alors le masque et se glisse dans le laboratoire, là où l'odeur est suffocante. Voyons si elle a des tripes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Influence : 153
♦ Messages : 50
♦ Âge du perso' : 24
♦ Fiche : Des Ronces au goût de sang...s'accompagnent toujours d'un petit Jardin Botanique.
♦ Protecteur : Karl
♦ Date d'inscription : 07/10/2011
♦ Age : 27

MessageSujet: Re: Arrivée pleine d'Illusion ? [Karl ? ^^]   Jeu 27 Oct - 13:14

    Il n’a pas l’air d’être un homme mauvais, ce nouveau Maître. Sa tenue peu faire peur, mais n’est-ce pas normale de ce protégé le visage lors de travail avec de fortes effluves ? et puis, sa blouse ne me surprend pas…Je n’ai jamais eu ma propre blouse, mais Lui avait la sienne, et elle était souvent recouverte de couleurs peu engageante. Je garda donc mon sourire doux, alors qu’il répondit à ma présentation.
    Il est aussi enchanté que moi ? Je sens mon cœur manquait un battement. Ô Joie ! Enfin un homme de science qui son art n’a pas entraîné dans les ténèbres de sa folie. Je suis heureux, je vais pouvoir exercer moi aussi. Devrais-je Le remercier, celui qui a fait de moi ce que je suis ?
    Il retire son masque : politesse j’imagine. Mais le port de ce-dernier ne me gênait pas à la compréhension. Certes, cela étouffait quelque peu les sons mais sans plus. Par contre, étrangement, j’eu mal lorsque la suite vint.

    L’aurai-je mal jugé ? Il faut croire, oui. Mon regard s’assombrit un cours instant, mais mon sourire perdure…ce faisant de nouveau faux, de nouveau triste et mélancolique. Déjà, il est persuadé que je suis une femme. Je suis triste et outré qu’on ne me reconnaisse plus comme un représentant du genre masculin.
    Ensuite, une fois encore je vais souffrir de ne pouvoir manger, de ne pouvoir visiter, de ne pouvoir quitter les sombres recoins de laboratoire ? Ai-je donc quitté une vie de ténèbres pour une autre ? La capitale me semblait si lumineuse, si douce…Alors, pourquoi ?


    « Je suis un homme, Sir…C’est en effet la première fois que je quitte les contrés de Frickwitch. » me contentai-je de répondre.

    Ma voix n’est plus si joyeuse, juste douce et mélancolique. Je sens qu’il va me falloir faire de nombreux effort, prouver ma valeur à cet autre homme de science, pour enfin pouvoir vivre comme il se doit. Triste désillusion que voilà. J’en pleurerai, si cela ne briserai pas certaines de mes chances de m’extraire de cette vie sombre à venir.
    Les ordres débutent en l’instant précis. Pas une minute pour souffler, j’en frisonne de façon – je l’espère – imperceptible.

    Je lui emboîte donc le pas, et nous entrons dans ce qui doit être son laboratoire personnel. La forte odeur me prend, et me noue l’estomac. Je retiens les rares nutriments qui me font subsister de quitter mon corps.
    Je tente de respirer par la bouche, et non par le nez : afin d’atténuer les effluves. La chair en décomposition : je reconnais son odeur. Si encore c’était l’odeur de fer du sang…je me sentirai déjà plus à mon aise que celle insupportable de la Mort.

    Je tente de rester de marbre. Mon visage, j’essaye de le faire inexpressif. Et là, je vois le corps. Son état est…pitoyable. Un regard de pitié dessus, je jette un œil sur cet autre et lui demande alors, avec calme :


    « Est-ce votre sujet d’étude Sir ? »

    Si oui…Je me demande ce qu’il voudra que je fasse. Déjà, sans masque ni blouse je ne sais dans quel état je vais finir. Mais une chose est sûr, je devrai finir par m’habituer à ces odeurs nauséabondes. Ombre que la vie est parfois injuste…
    Avec mon petit sourire, ce masque que je me suis construit, je lui demande :


    « Dois-je, moi aussi, porter un masque Sir ? »

    Le goût âpre de la bile s’est déjà fait sentir dans ma gorge. J’en ai mal au cœur, mais le comble c’est que je sais que pour que je n’aurai pas de réelles nourritures en cet endroit. Alors, je ne dois pas rendre les maigres qui me maintiennent faiblement en vie. Ma condition me pèse, mais j’y pense…Lui en a-t-il parler finalement ? J’espère que non…Car la surprise serait mon petit plus, peut-être mon moyen de rester en vie. Je le sens, cet être dont j’ignore le nom est pire que Lui. L’Ombre me vienne en aide, mes peurs font leur grand Retour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 576
♦ Messages : 110
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : Fou, fou, fou !
♦ Protecteur : moi-même, crétins...
♦ Date d'inscription : 06/04/2011
♦ Age : 27

MessageSujet: Re: Arrivée pleine d'Illusion ? [Karl ? ^^]   Jeu 3 Nov - 18:10

Karl passa sa langue sur ses lèvres. Ainsi, cette créature des plus étranges était un garçon ? Il ne comprenait pas pourquoi, alors, son collègue lui avait dit l'inverse. Lequel lui manquait ? Il était probable que son collègue se soit fait un petit délire, étant donné la nature très mignonne de son interlocuteur, mais il préférait tout de même se méfier. Il avait vu au courant de sa vie de fins menteurs et avait toujours pour habitude de vérifier leur dire : et cela valait pour tout le monde, à Ishtar. On ne pouvait faire confiance même au meilleur. Il fallait toujours faire le travail lui même. Il ne regarda pas plus le visage de celui qu'il venait sans doute de décevoir terriblement. C'était la vie, après tout, quelle importance ? Il ne répondit pas à sa première question, jugeant qu'elle est tellement évidente que Elden, si il se prétend scientifique, peut y répondre. Bien sûr qu'il s'agit d'un sujet d'expérience ! Qui garderait donc un bout de viande totalement passé chez lui, risquant un empoisonnement par les voies nasales au moindre pas dans la pièce. Il attend que le jeune homme aie fini de parler pour hocher sombrement la tête : décidément, il devra le dresser un peu avant que celui-ci ne devienne opérationnel. Ou bien le tuer. Parce que oui, ce lointain collègue, il s'en fiche. Il n'a même pas été foutu de faire une expérimentation correcte et devant lui se trouve un raté...personne ne pleurera s'il vient à disparaître. Par contre, il faudra attendre un peu que Karl n'a pas la grande forme, en ce moment, et celui-là a l'air d'avoir un joli petit cul.

Il ajoute alors avec ironie :

« Non, bien sûr, il s'agit du garde à manger ! D'ailleurs, s'il vous arrive d'avoir un petit creux, vous pourrez piocher dedans, aucun problème ! »


Il secoua légèrement la tête afin de lui montrer son mécontentement, puis souffla. Il devenait urgent de vérifier si oui ou non, il s'agissait d'une fille ou d'un garçon. Ça allait se faire pour le moins très rapidement : Karl Ulsperger se rapprocha d'elle, ou plutôt de lui, maintenant qu'il avait rectifié la lettre que son confrère avait écrire. Si il disait vrai, il était franchement désolé quant à la débilité à moitié sénile de certains des médecins. Il avait vu quelques jeunes hommes, ici, au visage extrêmement féminin et il n'en était que plus plaisant de les réduire à l'état d'esclave sans pour autant les faire passer pour des femmes.

Il se rapprocha de lui, ne laissant rien paraître sur son visage. Au contraire, même ce sourire sadique qui était le sien avait totalement disparu de son visage et il se déplaçait, maître de ses émotions, cherchant à le faire reculer et le plaquer contre un mur. Ce qu'il fit prestement, s'emparant brusquement de ses lèvres et plaçant tout aussi rapidement sa main sur son sexe. Il suffisait de tâter. Il ne désirait pas lui passer dessus tout de suite, au contraire, mais cet être étrange aurait tout de même à subir les aléas de sa colère envers maître. A la réflexion, il s'agissait quand même d'un garçon. Le verdict était clair, très clair. Aussitôt, Karl s'éloigna de lui et lui asséna un magnifique coup de pied, partant s'asseoir sur une chaise.

« Il est évident que votre vie ici ne sera pas du tout la même que précédemment. Je me suis actuellement blessé, vous serez donc chargé de désinfecter ma greffe et faire le ménage dans le laboratoire. Vous n'aurez bien sûr pas de masque ou du moins, il faudra que vous le trouviez ! Je ne serais pas tout le temps là, ayant mes quartiers dans un plus grand laboratoire où nous n'avons pas besoin de vos services. Vous ferez bien sûr le ménage et tout ce qui s'en suit...vous connaissez votre métier, n'est-il pas, assistant ? »

Il regarda le placard rempli de plaques de glaces et de bouts d'humain qu'il devait faire régulièrement vider.

« Soyons sérieux, pour vous nourrir, vous trouverez de la nourriture fraîche dans le placard derrière vous. Pour l'instant, montrez-moi ce que vous valez et soignez ma greffe. Je vous laisse ouvrir mon pantalon. »

Le placard était plein de bouts de viande humain. Karl décroisa ses jambes, se levant. Ce qu'il allait faire déterminera sans doute sa vie ou sa mort en ce bas monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Influence : 153
♦ Messages : 50
♦ Âge du perso' : 24
♦ Fiche : Des Ronces au goût de sang...s'accompagnent toujours d'un petit Jardin Botanique.
♦ Protecteur : Karl
♦ Date d'inscription : 07/10/2011
♦ Age : 27

MessageSujet: Re: Arrivée pleine d'Illusion ? [Karl ? ^^]   Jeu 3 Nov - 22:11

    Le ton était intransigeant, moqueur même. Et à l’entente de ces mots, je ne pus que détourner mon regard et laisser ma peau pâle se colorer de rouge. J’avais honte d’avoir posé cette question, pourtant, je m’attendais à ce qu’il me réponde en m’informant quelque peu du travail à faire sur le sujet. Tout du moins, c’est ainsi que Lui fonctionnait au commencement.
    Mais la remarque me vexe quand même. Piocher dedans ? mon ancien maître à dû lui dire…qu’il m’arrivait d’avoir besoin de sang après qu’Elles soient sorties. Est-ce là sa façon de souligner l’horreur que ces fous ont fait de moi ? Probablement.
    Je jette donc un œil à ce cadavre, mais au moment où je comptai m’en approcher avant de le regarder plus en détail, je fut prit par surprise. Il avait toujours garder ses distances avec moi, ce nouveau maître. Mais là, j’avais l’impression qu’un prédateur me faisait face.

    Je me mit alors à reculer, à même vitesse qu’il avançait. Mon regard était troublé, incertain que la façon dont je me devais d’agir. Lorsque mon dos rencontra un mur – par chance je n’ai tapé dans aucuns appareils ou aucunes tables – je sentie une légère vague de panique. Non, je dois me calmer.
    Je ne risque rien : n’est-ce pas ? Mon cœur s’emballe, il est trop proche !
    Avant que je ne puisse dire ou agir, ses lèvres étaient contre les miennes. Il a comme…un goût de sang, de mort aussi. J’ai les yeux écarquillés, et alors il pose sa main sur mon intimité. Je tente de me dégager, mais je ne peux…je ne peux retenir un gémissement suite à son action.
    Aussi brutalement qu’il est venu, il se détache de moi. Je n’ai pas le temps de penser à la honte de mon gémissement, ou même à ce qu’il vient vraiment de se passer qu’une brutale douleur me prend.

    Mon souffle fut coupé par la surprise du coup, et je me retrouvais à quatre pattes, sur ce sol sale. Le souffle erratique, je tentais d’ignorer cette douleur et de l’écouter.
    Par l’Ombre, cet homme est bien plus monstrueux que Lui. Sa folie est la représentation de la déchéance de la science.
    Je lève la tête, pour le regarde alors qu’il m’énonce mes tâches. Légèrement tremblant, je me relève et inspire profondément. Mon corps me fait mal, cela me démange. Elles n’ont pas du bien prendre ce coup que mon corps vient d’encaisser. Au moins, j’ai put les contenir l’espace d’un instant.
    Une greffe ? Il est blessé ? Peut-être son humeur vient-elle de la douleur…mon regard se fait plus doux, finalement c’est juste un humain qui a mal. Avec mon sourire si triste, si faux, je réponds donc :


    « Oui...Sir. »

    M’occuper d’un lieu pareil n’est pas vraiment pour me déplaire. Il a lui-même dit qu’il était parfois absent. En son absence, je devrais pouvoir moi aussi étudier, découvrir, m’améliorer. J’ai une chance de briller par ces mots. Et ce laboratoire dont il parle…je suis curieux, je me demande ce qu’il en est de ce Laboratoire. Est-il financier par un Noble ? Fait-il partit des rares élites des Scientifiques de l’Empire ? Je ne peux que me questionner…je voudrais tant savoir.
    Enfin debout, je pensais commencer à m’atteler dés maintenant à un peu de rangement. Il regarde un placard…je suis son regard et c’est sa voix qui m’interpellent. Ma…nourriture ?
    Je le regarde surpris. Je n’ai besoin que de peu de chose, mais je pourrais lui faire faire d’avantage d’économie s’il me laissait une exposition solaire.


    « Je peux me sustenter avec une exposition solaire Sir…Si vous me le… »

    Je ne pus terminer ma phrase, la surprise s’affichant sur mes traits. Je suis peut-être bon pour maintenir un sourire doux et mélancolique, mais ce genre de chose associé à ses actions précédentes…je ne pouvais qu’être surpris. J’entrouvris la bouche l’espace d’un instant, mais la referma bien rapidement : acceptant mon sort. Il voulait que je lui baisse son pantalon ? Soit…qu’il en soit ainsi…

    Je me dirigeais donc vers lui, fermant les yeux. Je les rouvris lorsque je fus à son niveau, mon visage était de nouveau mélancolique. Je vais en avoir besoin : de ce masque sentimental. Puis, je me mis à genoux…j’étais désormais à la hauteur qu’on nommerait d’adéquate. J’ignorais pourquoi, mais je pense que sa greffe doit être au niveau de la jambe. Oui, c’est probablement ça…Mais, pourquoi m’avoir donné un coup de pied si sa jambe est douloureuse ?
    Je défis les boutons de son pantalon, avec délicatesse. Je craignais un peu, derrière ma tendre expression, de faire une erreur. Alors, je fis glisser le tissu et eut une surprise. Ce n’était pas sa jambe…Je voyais ce genre de cas pour la première fois : comment devais-je la traiter ?
    Le regardant, avec un air sérieux, je lui demandai poliment :


    « Où puis-je trouver le nécessaire de soin, Sir ? »

    Il faut avouer que le lieu est un vrai capharnaüm. Et il ne m’a pas permis de faire un tour d’horizon, ni de ranger un peu. Comment pourrais-je savoir où se trouve ce dont j’ai besoin pour traiter sa greffe ? Hein ? la nature de sa greffe….je suis perplexe sur l’origine de sa blessure, mais je n’ai pas à juger. Je suis là pour le soigner, en cet instant, je suis médecin et cela m’empli de joie. Mon regard est sérieux, je suis « professionnel ».
    J’aime aider les autres après tout, ne serait-ce que par de simples soins. Mais je crains de ne mal faire avec lui…qu’est-ce qu’il m’attend, à ses côtés ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 576
♦ Messages : 110
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : Fou, fou, fou !
♦ Protecteur : moi-même, crétins...
♦ Date d'inscription : 06/04/2011
♦ Age : 27

MessageSujet: Re: Arrivée pleine d'Illusion ? [Karl ? ^^]   Ven 4 Nov - 23:59

L'homme ne souriait toujours pas. Debout et le pantalon ouvert, il sentait plus que bien l'ai putride et avait envie de buter cette nouvelle chose à son service. La haine qui se dégageait de lui était de plus en plus difficile à retenir : tout être humain aux côtés d'un autre était inutile ; dans la vie, il fallait se débrouiller tout seul et rien d'autre que la mort les attendaient tous au tournant. Karl Ulsperger avait retenu une bonne leçon de cette chute dans les montagnes de Gells. Il fallait être seul pour survivre et faire le moins confiance aux autres possibles. Cet enfant, il allait endurer des tourments qu'il n'avait sans doute jamais mérité mais lorsque la Folie emportait l'esprit de Karl, il ne pouvait plus se contenir. Il avait bel et bien entendu ce petit gémissement qui était sorti de la bouche d'Elden, à ce moment-là et il n'y avait aucun doute sur le fait que, guéri, il l'aurait pris dans la minute.

Mais il n'aime pas comment cet enfant le regard. Le médecin serait incapable de définir ce sourire qui le trouble tellement qu'il n'a pas envie de le tuer : juste lui faire du mal, au plus haut point, pour qu'il ne soit plus capable de sourire, jamais. Karl Ulsperger déteste quand la situation échappe à son contrôle. Alors, il grince des dents, s'assoit de nouveau, décidant de ne pas le frapper pour cela : non, ça, il le fera dès qu'il l'aura désinfecté. Après tout, le désir du petit n'est-il pas de devenir un excellent médecin ? Il ne reste plus qu'à lui faire croire qu'il en était un très mauvais et il serait complètement dépité.

« Dans le placard...à votre droite. Il y a de l'alcool désinfectant. Ca devrait suffire. Notez qu'il s'agit uniquement d'un test à votre égard, je suis parfaitement apte à me faire cela tout cela. »

Il reconnaît que lorsqu'Elden lui a révélé qu'il se nourrissait de lumière du soleil, cela l'a vraiment étonné. Jamais ce scientifique qui l'a lâché auprès de lui ne lui a révélé ça : il a juste fait quelques révélations au sujet de sa nature d'expérimentation ratée et c'était tout. Il retenait ce type, lui et ses idées débiles : pourquoi ne l'avait-il pas tué ? Était-il comme lui, si énervé par cette créature qu'il se refusait de mettre fin à sa vie ? Karl serra les poings, faisant pénétrer ses ongles dans sa peau. Ne pas laisser la situation échapper à son contrôle, ne pas laisser la situation échapper à son contrôle. Le réduire en esclavage et lui expliquer clairement qui était le maître, ici. Ensuite, il chercherait le mot d'obéissance et l'utiliserait...ou non.

« L'exposition au soleil...Bien sûr. Cela nous fera faire bien des économies. Êtes-vous intéressé par la médecine ? Si vous ne me décevez pas, je vous présenterai à mes collègues, tous employés par sa Majesté l'Empereur. »

Il se dirigea vers lui, toujours plus proche. Ses parties génitales étaient certes hors d'usage mais Marius ne lui avait pas coupé les mains. Le petit avait pris les produits qu'il fallait, alors, Karl le plaqua de nouveau contre un mur, l'immobilisant par sa présence et décalant sa tête vers son cou, soufflant doucement.

« Si vous ne me décevez pas, seulement...Alors, comprenez-vous ce que vous devez faire ? »


Il eut un petit rire, parfaitement satisfait de lui.

« Vous n'êtes plus puceau, ou même vierge, au moins ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Influence : 153
♦ Messages : 50
♦ Âge du perso' : 24
♦ Fiche : Des Ronces au goût de sang...s'accompagnent toujours d'un petit Jardin Botanique.
♦ Protecteur : Karl
♦ Date d'inscription : 07/10/2011
♦ Age : 27

MessageSujet: Re: Arrivée pleine d'Illusion ? [Karl ? ^^]   Dim 6 Nov - 9:37

    J’avais craint qu’il ne me réponde guère, où alors, en tenant des propos à mon égard qui m’aurait donné mal au cœur. Mais contre toutes attentes, j’eus une réponse claire, nette et concise. Il me testait ? Alors, si je travaille bien, cela veut-il dire que j’aurais le droit d’être reconnu comme médecin ? Tout du moins, à part entière ?
    Mes yeux pétillent à l’idée que je peux faire mes preuves, et j’incline la tête avant de me relever, et de me rendre là où il me l’a indiqué. J’aperçois sans aucunes difficultés le matériel énoncé, et de mes mains délicates je m’en empare. Mais soudain, des mots que je ne m’attendais pas à entendre de sa part se font entendre.

    Je relève le visage vers lui, surprise visible. Je ne suis pas bon menteur : je hais le mensonge en toute franchise. Et je sais que je suis un livre ouvert d’une certaine façon. Surprise et joie, on les repères de suite sur mon visage : je ne peux cacher leur sensation.
    Il n’y a que ce qui me fait mal que j’arrive à cacher : l’expérience de la douleur j’imagine. Je ne suis vraiment pas doué pour le reste sinon…Il est proche, trop peut-être ?
    Mais j’aurai bien eu une larme de joie en entendant ces mots. J’allais pouvoir me nourrir : réellement me nourrir. Plus besoin de juste me maintenir en vie, de me sentir malade et d’avoir mal chaque jour. Et, si je fais mes preuves, si je suis intéressé, il m’introduirait auprès de ses pairs, des pairs employés par l’Empereur ?! Le ton franc, excité, tel un enfant à l’approche de son anniversaire, je ne peux que lui répondre en toute franchise :


    « Oui Sir, je m’y intéresse grandement. Et je serai honoré par votre offre Sir. »

    Alors, je me baisse vers la zone à soigner et m’attelle donc à ma tâche. Mon regard est aimant alors que j’applique le produit, et je me fais des plus soigneux : j’aime soigner autrui, je me sens plus « humain » ainsi.
    Mon sourire est franc, ce n’est plus le mélancolique. Je m’applique bien à ne pas lui faire mal. Je désinfecte les bords de la greffe : par l’Ombre il a dû souffrir.
    Mais un petit rire me coupe dans ma tâche, et je le regarde étonné. Ce sont surtout les mots suivant qui me font écarquiller les yeux de surprise. Il…Il a bien dit ce qu’il a dit ?
    Je ne peux m’empêcher de rougir et d’être quelque peu mal à l’aise. Tout en continuant les soins, je lui réponds d’une voix où la gêne est marquée :


    « Je ne suis guère sorti du laboratoire de mon Maître, de mon jeune âge à maintenant. Et il ne m’aurait jamais rien fait tant que je n’étais point « parfaite » et « mûre »...Comment aurais-je put avoir…avoir la moindre expérience, Sir ? »

    J’ai conscience que dans sa folie, Il m’aurait probablement fait sien si j’avais été une réussite. Cela m’avait toujours fait peur, mais je Le hais autant que je L’aime cet ancien maître.
    Par contre, entendre ces mots de celui que je n’appelle que Sir, celui avec qui je ne sais sur quel pied danser…cela me fait froid dans le dos.
    J’ai fini d’appliquer les soins, et je referme la fiole de produit. Je n’ai pas encore osé regarder son visage, sa réaction à mes paroles : je crains bien trop à de la moquerie pour ça…Un jeune homme de mon âge qui ne connaît les plaisirs de la chair que dans la théorie : je dois lui paraître pathétique.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 576
♦ Messages : 110
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : Fou, fou, fou !
♦ Protecteur : moi-même, crétins...
♦ Date d'inscription : 06/04/2011
♦ Age : 27

MessageSujet: Re: Arrivée pleine d'Illusion ? [Karl ? ^^]   Mer 16 Nov - 17:38

Il le soigne et le fait plutôt bien. Karl s'y attendait, vu que ce truc a été formé par un confrère médecin, combien même il s'est planté. Il doit même remarqué que l'objet de son attention est plutôt doué et ne lui a pas du tout fait mal. Mais là n'est pas l'objet de notre réflexion. Dans ce monde, seuls les plus forts survivent tandis que les autres, inexorablement, sont bouffés. Elden ferait vraisemblablement partie de la deuxième catégorie ; voir cette masse de chair maigre le répugnait déjà, et il ne comprenait pas comment son prédécesseur ne l'avait pas cogné dans un coin, violé pour ensuite ouvrir ses entrailles et voir ce qui n'allait pas chez lui. Avait-il conscience, ce gros abruti, qu'il aurait pu découvrir beaucoup plus de choses en ouvrant les tripes de son « disciples » qu'en le laissant en vie ? Il se demandait vraiment pourquoi personne n'avait songé à le tuer...peut-être que les parents de ce phénomène étaient influents ? Combien même, on pouvait toujours prétendre à un accident, une quelconque chute. La faiblesse du médecin n'était pas acceptable.

Cet humanoïde...comme il s'y attendait fortement, il n'avait jamais partagé, ou éprouvé les plaisirs de la chaire. En temps normal, Karl Ulsperger aurait ouvert la bouche pour dire « alors, nous allons y remédier », mais il était en trop mauvaise forme pour faire quoique ce soit à ce semi esclave. Il maudissait franchement Marius de l'Ombrage pour lui avoir infliger une telle humiliation...et s'il rencontrait cette mystérieuse et magnifique demoiselle rouge, à ce moment, le considérerait-elle comme un faible ? Karl Ulsperger se foutait tellement de la pensée d'autrui, tant que celui-ci n'était pas comme lui. Myriam lui ressemblant en de nombreux point, il était franchement inquiet, voire se demandait si elle ne possédait pas des méthodes de guérison qui l'eussent fait cicatriser plus vite. Sadique, tandis qu'Elden le pansait et désinfectait les plaies, il n'hésita pas à pousser des petits cris de plaisir dans le but évident de le déstabiliser. Il avait été intrigué par la lettre de son collègue : celui-ci lui avait dit que l'être en face de lui était un simulacre d'esclave, mais ne lui avait pas du tout donné son mot d'obéissance. Devait-il comprendre qu'il fallait qu'il s'en charge lui-même ? La bite à l'air, Karl haussa d'une manière qui aurait pu être comique pour quelqu'un qui ne connaît pas le personnage, le sourcil droit. Lui qui ne supportait pas la compagnie humaine, il allait être accompagnée de cette espèce de chose se comportant comme un martyr ? ...et il n'avait rien vu, encore, croyez-le. Il le ferait se suicider.

Karl Ulsperger remonta son pantalon, ne lançant aucun regard bienveillant à l'esclave. Oui, désormais, il l'appellerait « l'esclave ». Maintenant, il était tant de le punir. Faire quelque chose qui ferait qu'il lui obéisse toujours, même s'il ne possédait pas ce connard de mot d'obéissance. Et puis...il se doutait que son collègue l'avait fait exprès, en ne lui donnant pas....C'était tellement plus drôle.

Pas pour tout le monde.

Mais au moins, il allait pouvoir se défouler sur quelque chose qui tiendrait, si l'on pouvait bien considérer le fait qu'elle soit un peu solide.

« Je suis très mécontent. », gronda-t-il. « Vous n'avez absolument pas le niveau, absolument rien dans le cerveau, aucune idée, amélioration, initiative. Concrètement, vous avez fait du très mauvais travail. »

Il s'arrêta de parler deux secondes, entretenant le suspens puis, prit un bâton posé à côté de la porte.

« Vous vous devez d'apprendre plusieurs règles, dans ma demeure : premièrement, ne me posez pas de questions, même rhétoriques. Je ne suis absolument pas là pour y répondre. »

Comme pour l'avertir et faire rentrer la leçon, il abattit plusieurs fois de suite le bâton sur Elden. Chacun des coups, les uns plus violents que les autres, l'enthousiasmèrent et lui donnèrent envie d'aller encore plus loin dans cette violence gratuite, à laquelle il trouvait des fausses excuses.

« Deuxième règle : répondez aux questions les plus importantes d'abord : dites-moi votre mot d'obéissance ! »

Dans un grand éclat de rire, il frappa de nouveau la faible silhouette de son bâton, n'hésitant pas à multiplier les coups et viser une ou deux fois la tête.

« Troisième règle : vous n'êtes rien. Ne vous prenez pas pour un médecin, pauvre âme ! »

Il leva de nouveau le bâton, s'apprêtant à frapper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Influence : 153
♦ Messages : 50
♦ Âge du perso' : 24
♦ Fiche : Des Ronces au goût de sang...s'accompagnent toujours d'un petit Jardin Botanique.
♦ Protecteur : Karl
♦ Date d'inscription : 07/10/2011
♦ Age : 27

MessageSujet: Re: Arrivée pleine d'Illusion ? [Karl ? ^^]   Mer 16 Nov - 19:23

    J’ignore à quoi il peut bien penser, et quelque chose me dit qu’il vaudrait mieux pour moi de ne pas savoir ce qui gît dans son esprit. Les graines de la Folie semble le dominer plus que n’importe qui d’autres, et si je ne m’attelais pas à le guérir, peut-être en frissonnerai-je ?
    Il est assez semblable à « Lui » finalement. Même si j’ai bien plus peur de cet homme dont j’ignore encore et toujours le nom…qu’en mon ancien maître.
    Le voilà qui gémit lors de mes gestes…après les propos tendancieux exprimés de vives voix, je ne peux m’empêcher de rougir quelque peu. Ma peau est si pâle que prendre un peu de rouge ne m’est guère difficile mine de rien.

    Mais je m’y habitue, et je fini par n’afficher qu’un petit sourire affectueux et amusé alors que j’entretiens sa…virilité. Vu le personnage, j’imagine qu’il doit être triste de l’avoir en pareil état. Qui a bien put lui faire cela ?
    En tout cas, la greffe me semble de qualité. De la chance dans son malheur semble-t-il. Mais quoique j’en disse ou fasse, je vois la fin de cette séance de soin. Je n’ai guère osez expérimenter d’onguents inconnus qui me trottent en tête, ignorant encore s’il a les plantes nécessaires ou même l’envi de servir…de cobaye à un cobaye.
    Je m’attelle donc au rangement, pendant qu’il remonte son pantalon. Alors que je fermé le placard des bandages et autres nécessaires de soin, des mots froids et durs vinrent faire écho à mon ouïe. Le regard horrifié, je me retourne prestement vers lui. Je…j’ai échoué ?!

    Les raisons pleuvent, et je regrette alors de ne pas m’en être servit comme vulgaire cobayes à des pommades cicatrisantes inédites !
    Mais bon, rien ne pouvait me laisser entendre qu’il aurait du Basilic que j’aurai put faire en cataplasme pour ses effets curatifs certains. Ou encore, de La Bec de Grue pour être sûr que la plaie ne se remette nullement à saigner. Je ne peux qu’enrager envers moi, aussi, n’ai-je guère le cœur à lever mon regard vers lui. Finalement, je suis en tord…
    Soudainement, le silence se fait pesant. Un bruit d’un objet dont on s’empare se fait entendre, mais je n’ose relever la tête.

    Sa voix reprend. Je ne peux le questionner ? Comment pourrais-je progresser ? Seul, j’imagine. Mais je n’ai guère le temps de relever la tête pour m’exprimer que je peux voir un bâton m’arriver dessus.
    Un bruit sourd s’échappe de ma gorge, et je me retrouve au sol sous la force du coup.
    J’ai mal, je me couvre la tête avec les mains et prend une position fœtale. J’ai mal de ses coups, j’entends ses paroles qui me paraissent absurde.
    Il connaît mon Mot, mon ancien Maître a dû rédiger la lettre en insistant rudement sur le mot « Assistante ». Il a toujours aimé voir une femme en moi. Des cris de douleurs s’échappent de ma gorge en seule réponse. Mon souffle se fait erratique, mes veines me démangent. J’ai mal. Non ! Qu’il arrête où je ne suis guère assurer de pouvoir les garder en moi.
    Des contusions apparaissent sur mon corps, les larmes glissent désormais, dévalant sur mes joues en douces cascades.

    Un coup de bâton vint toucher mon bras, de nouveau, mais il m’a éraflé et du sang commence à couler. Cette libération ne me plaît guère.
    J’ai de plus en plus mal…Mal de ces coups que je ne peux que qualifier d’injustes, mais aussi, mal de les retenir. Elles sont Là. Prêtes à foncer sur mon agresseur, a en faire leur Proie. Je les sens qui s’agitent en moi, mes pleurs s’accentuent et dans une litanie je murmure :


    « Pitié…Arrêtez, pitié. Je ne veux pas…par Pitié… »

    Je n’en peux plus. Et dans un cri de douleur, Elles sortent.
    Fortes et Puissantes. Un amas de ronces s’extrait de ma plaie, des ronces à l’odeur et la couleur de sang. Des ronces qui laissent sur ce qu’elles entourent la couleur rougeâtre de ce liquide carmin. Elles s’enroulent autour de l’Arme qui me maltraite, ce bâton destructeur se retrouve brisé dans les mains de son propriétaire.

    Je suis toujours au sol, des larmes coulent sur mes joues, j’ai mal et je sens certaines d’entre Elles m’enlaçaient presque avec tendresse. Les autres ? Elles flottent encore, menaçante vers celui qui a tenter de Leur nuire.
    Je relève la tête, dans cet amas de sang qui m’entoure et m’affaiblit autant que cela me protège…je peux voir son visage et sa silhouette. Je tends le bras vers lui. Pourquoi ? Car je ne veux pas qu’Elles l’attaquent. Il est celui qui me permettra de devenir un Homme de Science.
    Mon regard doit être un peu fou, mais j’entrouvre les lèvres pour laisser échapper quelques sons…


    « Mon mot…Vous le connaissez déjà, Sir. »

    Je n’ai plus de forces…Elles m’épuisent bien trop, et les retenir aussi. Dans un dernier souffle, je m’écroule et m'évanouit. Mal nourri car privé de soleil, recouvert de bleu car frappé…me voilà désormais gisant dans une marre de sang : mon sang.
    Elles sont tombées avec moi, écroulées comme Neige au Soleil. Désormais, je suis aussi rouge que la chair…et le besoin de sang se fera sentir une fois le Rêve disparu pour cette Réalité que je nie. En attendant, je git aux pieds de mon bourreau : à sa merci.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 576
♦ Messages : 110
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : Fou, fou, fou !
♦ Protecteur : moi-même, crétins...
♦ Date d'inscription : 06/04/2011
♦ Age : 27

MessageSujet: Re: Arrivée pleine d'Illusion ? [Karl ? ^^]   Jeu 15 Déc - 10:16

Et là, magie opère. Des dizaines, des vingtaines de ronces sortent du corps de cet assistant de fortune comme si elles avaient logé ici. La première question que le scientifique se pose est d'abord : comment ? Comment est-il possible de faire ça, humain ? La deuxième réflexion, c'est ce souvenir de cette lettre qui lui dit, à lui, Karl Ulsperger, que l'ancien maître a fait des expérimentations sur ce garçon. Qu'il est à moitié esclave, quoi. Peu importe la démonstration de ses pouvoirs, aussi jouissifs furent-ils, Karl se fout complètement de connaître son mot d'obéissance. Non. Cette créature refuse de lui révéler son mot ? Et bien voilà. Il va jouer avec elle et il lui garantit qu'à la fin de ce petit jeu, Elden Machinchose lui dirait tout ce qu'il voudra. Il va le dresser, en faire sa chose au point qu'un mot et ces ronces seront bien trop faibles pour s'attaquer à lui. Il le soumettra au point qu'il aura peur en le croisant dans une rue et s'inclinera. Il connaît la leçon, cette recette qui permet de soumettre plus faible que soit. Jusqu'à maintenant, il ne l'a jamais expérimentée, mais il est sûr que cela va marcher. Ça marche toujours.

« Vous êtes content ? Vous avez sali le sol de la maison... »

Rouge, telle est cette couleur. Rouge, pas comme le sang de ses pauvres victimes mais comme le rouge de son sang à lui. Cette créature si pitoyable qu'il lui répugne même à l'idée de la tuer. Celle qui croit être un peu intelligente en croyant bon de ne pas lui révéler son mot d'obéissance : ô erreur absolue, si seulement elle savait à quel point elle avait tort ! La chose paraît sombre dans l'inconscient et Karl Ulsperger comprend à son grand malheur qu'allait être son devoir : et qui allait deviner que cette horreur était incapable de résister à deux ou trois coups ? Qu'elle était aussi faible physiquement ? Mais pourquoi donc lui avait-il refiler un incapable pareil ? Le médecin le traîne donc vers l'extérieur, lui faisant profiter des quelques rayons du soleil qui arrivent sur lui. Il comprend mieux le pourquoi du comment ; pourquoi il lui avait dit qu'il ne se nourrissait que des rayons du soleil et le lien avec ses ronces qui, justement, avec surgit de son corps.

Il voit que la créature se réveille, alors, Karl reste à côté de lui, complètement calme. Comme si le Karl Ulsperger qui avait eu un éclat de folie n'avait pas existé. Comme si c'était juste un rêve de ce petit énergumène à l'imagination délirante. Il n'irait pas jusqu'à le prétendre, tout de même. Le médecin n'a plus de bâton, il sourit même, plutôt, allant jeter la première pierre à l'édifice de fortune qui allait faire d'Elden sa chose...

« Ce qui vous est arrivé n'était qu'un aperçu de ce qui arrive aux choses qui désobéissent. Si vous êtes suffisamment sage, je vous amènerai jusqu'au laboratoire impérial, l'Exodum. »

Ou du moins, si tu survis jusque là. Car la survie n'est pas vraiment chose facile à Ishtar, surtout lorsque l'on a pour maître Karl Ulsperger. Ce n'est pas la première fois qu'il enseigne des choses, vraiment, mais ses disciples sont tous morts, envolés mystérieusement. Celui-là lui donne juste une occasion de perpétrer son savoir, on verra ensuite. Il pourra aussi l'envoyer coucher avec d'Arken, histoire de récupérer deux ou trois secrets, même si il se doute que ce dernier soit du genre à parler dans son sommeil...

« Mon nom est Karl Ulsperger. Je vous déconseille de demander des informations à mon sujet à un quelconque minable informateur, vous risquerez plutôt de leur vendre contre votre gré sur la Science. Nos recherches sont bien trop périlleuses pour que vous souffliez un mot à leur sujet. Donc vous êtes prévenu, Flowertea....Quel nom ridicule, d'ailleurs ! »

Il ajouta cette dernière réplique, méchanceté gratuite, avant de reprendre son souffle :

« Vous avez compris ce que vous deviez faire, ici ? Alors, énoncez-moi vos devoirs ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Influence : 153
♦ Messages : 50
♦ Âge du perso' : 24
♦ Fiche : Des Ronces au goût de sang...s'accompagnent toujours d'un petit Jardin Botanique.
♦ Protecteur : Karl
♦ Date d'inscription : 07/10/2011
♦ Age : 27

MessageSujet: Re: Arrivée pleine d'Illusion ? [Karl ? ^^]   Ven 16 Déc - 18:35

    Le rêve est si doux. Je sens comme de la chaleur sur ma peau…mais le réveil se fait, je lâche un râle de douleur alors que mes yeux s’ouvrent. Je baigne dans mon sang, à ce constat une larme s’échappe de mes yeux. J’ai mal, elles veulent ressortir, elles veulent blesser, tuer même. J’ai peur d’elles en cet instant. Et aussi, ma gorge me brûle. J’ai soif, terriblement soif. Mon regard se fait trouble, alors que je vois sans réellement le voir mon « Maître ».
    Il fait un commentaire sur ma situation. Je suis recouvert de mon sang…mais malgré ma soif, il ne m’attire guère. Mon sang ne m’attire pas, il est corrompu par elles. Elles ne veulent se nourrir d’elles-mêmes. Elles veulent du « neuf ».
    Je suis recouvert de ma tête aux pieds, lentement je me redresse. Ma tête me tourne, mes jambes me portent à peine…Je sens l’odeur d’un sang étranger, vers une réserve probablement. Mon corps se déplace, alors que mes yeux sont toujours flou, je ne suis maître de mon corps. Un murmure s’échappe de ma gorge :


    « Soif…sang…Maître… »

    Je me hait d’être si faible…mais, je ne suis que le spectateur de ce qui s’empare de moi.
    Un sourire est sur mon visage, un visage un peu fou, un air glauque. Je fais fou, je fais peur : j’ai peur de cette facette de moi. De ce moi qui veut du sang, qui veut du liquide carmin.
    Il n’empêche que je suis à ses pieds, à genou, comme quémandant ma drogue. Mon besoin. L’odeur est forte, celle du liquide maître de toute vie.
    Je sais que je ne retrouverai le contrôle qu’une fois désaltérer, réellement désaltérer. L’échec de mon expérience ne vient nullement du mot, ou de mes compétences, mais de cet unique défaut, cette violente anémie et ce besoin malsain pour l’assouvir.

    J’acquiesce au moindre de ses paroles. Cet air quémandeur, fou, docile sur le visage. Un sourire qui n’a rien de doux et triste, comme j’en ai coutume. Mais un sourire de fou prêt à tout pour avoir ce qu’il veut. Uniquement ce qu’il veut…et là, présentement, Elles veulent du sang.


    « Bien Maître Karl…Je suis votre dévouée Assistante… » Répond mon corps, d’une voix d’outre-tombe.

    Un sourire amusé, malsain sur le visage. Un air un peu sadique même. J’en ai froid dans le dos, si je puis m’exprimer ainsi. Cet état second m’effraie, ne pas être maître de soi-même : c’est une horreur, une abomination.
    Puis, ma bouche se rouvre, et mes devoirs s’énoncent :


    « Je nettoierai, vous assisterez, et ne direz mot sur le savoir de vos recherches à quiconque. Je vous obéirais, et vivrais pour vous, selon vos ordres et désirs…Maître. »

    La Folie a-t-elle tant d’attrait en mon corps ? Suis-je juste l’objet de ce qui me fiat peur ? La science ne peut-elle être lumineuse ? Pourtant, lorsque je soigne un tiers, il m’est plaisant de le voir guérit et heureux d’être soigné.
    Mais voilà, j’ai la sensation de ne plus être qu’un vulgaire objet, un instrument entre des doigts fou. Et vu mon expression, je ne dois pas être mieux que mon « Maître ».
    Alors, se pressant d’avantage contre lui, je lui quémande une nouvelle fois ce qui manque à ma raison pour revenir :


    « Puis-je…avoir du sang, Maître ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 576
♦ Messages : 110
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : Fou, fou, fou !
♦ Protecteur : moi-même, crétins...
♦ Date d'inscription : 06/04/2011
♦ Age : 27

MessageSujet: Re: Arrivée pleine d'Illusion ? [Karl ? ^^]   Sam 17 Déc - 17:29

Alors, il a peur, il ne sait pas quoi faire ? Il...Il...mais que lui fait-il ? Malgré tout ses efforts pour s'acclimater à ce nouvel esclave, il a de plus en plus envie de ne pas rester ce Karl, ce Karl inactif qui ne fait rien et attend de lui donner un peu plus d'espoir pour le démonter. Alors il va agir. Il va lui fournir tout le sang qu'il veut et puis le démonter. Définitivement : ainsi, il n'aura plus jamais la moindre petite envie de lui désobéir. Ou alors, nous pourrions dire qu'il serait drôlement masochiste. Ce qui l'étonne, surtout, c'est également le fait qui se met lui-même au féminin. Serait-ce une invitation à le violer ? Il hausse un sourcil, commençant à sourire d'un air sacrément malsain. Il n'est peut-être pas en très grande forme, mais qui garantit qu'il doit le pénétrer avec ses attributs personnels ? Alors, il le prend par le haut du vêtement, estimant qu'il a été suffisamment près du soleil. Et puis ensuite, seulement ensuite, il le ramène à l'intérieur, cédant à sa demande. Karl Ulsperger se dirigea vers un placard et en sorti une espèce de gourde pleine de sang. Toujours ce même sourire aux lèvres, il commença à la vider sur l'esclave, l'éclaboussant de sang. Le sang, cette couleur rouge comme l'aimait cette collège, Myriam. Oui, le sang était tellement beau, tellement excitant qu'il ne pouvait se retenir.

Il se rapprocha alors un peu plus de cet esclave, l'acculant contre un mur et se saisit d'un second bâton. Pas celui qui l'avait battu et qui était marqué de son sang, un autre, tout propre, mais qui n'allait pas le rester longtemps.

« Vous l'avez eu, votre sang ! Êtes-vous content ? Franchement, je me demande pourquoi quelqu'un comme vous êtes venu jusqu'ici. Vous étiez pourtant prévenu de ce que vous risqueriez de trouver... »

Il l'attrapa alors à nouveau par le col, le levant carrément, et l'embrassa. Comme ça. Juste pour l'embrasser. C'était plus étrange car Karl Ulsperger n'avait pas vraiment l'habitude d'embrasser son matériel pour se divertir. Comme si inconsciemment, il voulait le prévenir de tout ce qui allait lui arriver. Et puis franchement, c'était tout de même mieux, de voir cette terreur s'accumuler dans ses yeux, le regard du garçon allant du bâton à lui et de lui au bâton. Il imaginait ce qui se passait actuellement dans sa tête et était fier du chaos qu'il y avait semé. Alors, il vira d'un geste brusque tout ce qui pouvait se trouver sur la table, ordures, potions, cadavre puant et mit Elden dessus d'un coup sec.

Et puis il serra le poing sur le bâton. Sourire. Moment de silence. Sa main agrippe alors son pantalon et il le lui arrache brutalement. Et ce qu'il voit va lui confirmer une fois de plus que ce drôle d'énergumène n'est pas un représentant du sexe féminin. Ou bien il veut bien qu'on les lui recoupe une nouvelle fois.

« Rien n'est gratuit, ici. »

Alors il monte sur la table, le bâton toujours à la main et commence à mordre Elden comme il l'aurait fait à n'importe quel objet sexuel. Il commencera par le bâton, et lorsqu'il sera un peu plus excité et que son pantalon sera assez tendu, il verra s'il est temps ou non de le fourrer par lui-même. Alors il commence. Ce n'est pas bien difficile, après tout, et ce ne serait sûrement par la dernière fois. Brusquement, il rentre le bout du bâton tandis que, de sa main libre, il le bâillonne. S'il crie trop, il risque d'attirer les voisins et tout ce bordel, même s'ils sont sûrement comme lui, aussi cinglés et tordus. Ce n'est pas pour rien que ce quartier est celui des avancées. Lui, ça l'excite, il se prend terriblement au jeu, se sentant bander comme un fou. Bizarrement, l'autre ne paraît pas si heureux que cela. Tant pis, on ne lui a pas vraiment demandé son avis.

Karl se promet alors une pause, enlevant totalement son pantalon et jetant le bâton sali de diverses matières à côté. Il le jettera sûrement lorsque tout sera fini, ou l'entretiendra pour faire peur à l'esclave. Le scientifique bande comme un cochon et, avec un rire malsain, saute sur Elden pour faire ça lui-même. C'est la première fois qu'il le faisait depuis que ce connard de terroriste lui avait coupé ses attributs génitaux. Et ça faisait du bien, bordel, il avait comme l'impression de revivre. Pour l'esclave, ce terrible malheur ne doit pas avoir de fin mais Karl prend son pied, accélérant ses mouvements, de plus en plus vite, le griffant tandis qu'il sent que l'orgasme est de plus en plus proche. Et puis il vient. Le scientifique se retire alors de lui, le laissant inerte sur la table pour remettre son pantalon.

« Ah, ça n'a pas cédé. », il parle de la greffe, bien sûr. « Je vous remercie, ça faisait un mois que je n'avais pas baisé. Et ça fait fichtrement du bien. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Influence : 153
♦ Messages : 50
♦ Âge du perso' : 24
♦ Fiche : Des Ronces au goût de sang...s'accompagnent toujours d'un petit Jardin Botanique.
♦ Protecteur : Karl
♦ Date d'inscription : 07/10/2011
♦ Age : 27

MessageSujet: Re: Arrivée pleine d'Illusion ? [Karl ? ^^]   Sam 17 Déc - 18:27

    Mon corps est entraîné vers l’intérieur. Non…Même si je hais n’être que spectateur de moi-même, j’aimai la sensation du soleil sur ma peau. Pour une fois, mon malaise était moindre…enfin, aussi moindre qu’il en était possible avec cette envie de sang dévorante, cette chaleur dans la gorge qui me brûle car je désire me sustenter d’un liquide de vie, un liquide qui appartient généralement à autrui. Telle une sangsue en manque de sang, je trouve mon corps bien trop indécent.
    Mais je suis surpris. Soudainement, telle une fontaine, le sang me recouvre. Je ne suis plus poisseux de mon sang, non, un autre sang : du sang frais. Mon corps est heureux, mon air fou est toujours là, alors que ma langue lape ce sang avec attention. Coup de langue après coup de langue, de façon lascive, je bois. Plus je bois, plus je ressens de nouveau la douleur d’être dans son corps. Plus mon regard se fait présent et perd cette allure vitreuse.
    Alors, soudainement, je me rends compte que je suis toujours en train de boire ce liquide carmin, et j’ai un brusque mouvement de recul. Je me dégoûte, et fuit donc le regard de cet autre qui ne cesse de s’approcher de moi. Au final, que me veut-il ? Je suis prompt à le servir, alors, pourquoi agit-il ainsi envers moi ? Je recule alors qu’il avance, je l’écoute mais ne veut entendre. Ces mots me rappellent l’horreur de la façon dont mon corps s’est comporté sous l’action du manque. Je me souviens m’être frotté lascivement contre lui, et j’ai peur de sa réaction à cette action de drogué.

    Prévenu ? A l’entente de ces mots, je relève la tête vers lui et le regarde avec incompréhension. Je n’étais nullement prévenu de qui il était, de quelle genre de folie l’habitait.
    Mon Maître m’a juste dit qu’il m’envoyait à un confrère, car il ne pouvait plus rien m’apprendre et que de toute manière, il n’avait d’intérêt de garder une expérience ratée avec lui.
    J’avais eu mal d’être ainsi vu comme un simple objet, mais le Mot m’avait fait obéir. Je n’ai plus de Libre Arbitre pour beaucoup de chose, et la sensation d’être dévoré par des épines se fait chaque jour plus présente encore.
    J’ai la voix rauque, et je suis toujours recouvert de sang. Mes cheveux sont rouges comme le sang. Ma peau est de sang, mes vêtements aussi. J’ai même perdu mon couvre-chef avec tout ça…pourtant, c’est une des rares choses que j’aime : les couvre-chefs.


    « Je…Je ne contrôle cette envie de sang, et mon corps…après leur sortie. C’est…C’est là l’échec. » Ai-je l’audace de lui dire.

    Je ne veux qu’il croie que ce comportement indécent fut le mien. Je ne veux pas qu’il fasse erreur à ce sujet ! Je ne suis pas si…si immoral ! Je ne me qualifierai jamais de Femme en tant normal. Ce sont « Elles » qui sont des femmes. Ces ronces insidieuses faîtes de mon sang et qui domine tout un aspect de mon existence.
    Je me dégoûte…mais voilà que je sens sa main sur mon col. Une prise bien plus forte que la mienne ne le sera jamais. Je suis désormais debout, et sa poigne est telle que je m’étouffe un peu. J’ai mal, mais je n’ai le temps de le dire qu’il m’embrasse avec violence.

    Mes yeux s’écarquillent. Je vois le bâton en main…NON ! Je ne veux pas comprendre ! Alors qu’il me dévore la bouche, je repense à ses questions passées, à sa façon d’agir jusqu’ici : la peur s’éveille en moi.
    Au fur et à mesure, la peur se fait voir dans mes yeux. Je ne peux cacher trop d’émotions, et je ne puis certainement pas cacher CA ! Je tremble sous sa poigne, je veux me débattre, je veux me défendre. Pourquoi ne veulent-elles pas me protéger ? Ah…oui…je ne dois pas avoir assez de sang dans le corps pour qu’elles agissent et me protègent. Elles-mêmes, je les sens enragés en moi et cela me fait doublement plus mal.

    Le baiser, si tant est que cela puisse-t-il être qualifié ainsi, cessa alors que les objets de la table finissaient à même le sol. Je fut violemment projeté sur cette surface dur qui me fit lâcher un petit cri de douleur. La table sur mon dos…j’aurais sans doute un hématome. Et alors ? C’est probablement le moindre mal que j’aurais.
    Je tremble, mes yeux se gorgent de larmes alors que je cherche à fuir, à me débattre. Je ne veux pas. Je suis peut-être pathétique, mais le plus horrible de nous deux, c’est bien Lui ! Il est encore pire que mon ancien Mentor.
    Je sens une main sur mon pantalon, mais je n’ai le temps d’agir que ce-dernier ne recouvre plus ma peau. Ma peau laiteuse, douce, une peau qui rappelle celle des filles. Des jambes longues et délicates, avec juste assez de muscles pour de longues balades en forêt en dehors des sentiers. Mais surtout, il peut constater ma nature avec plus d’attention. Mon genre masculin n’est plus à démontrer, alors qu’il m’a arraché tout ce qui protégeait ma peau et mon entre-jambe de l’extérieur et de sa vision.


    « Non ! » dis-je, en pitoyable tentative d’arrêt de sa part.

    Assistant ne veux pas dire « Vide Bourse » ! Assistant ne veut pas dire que je dois forcément me faire…me faire…je ne peux le dire !
    Il monte sur la table : je veux fuir. J’ai peur, j’ai peur…Il m’attrape, me bâillonne, et là…j’hurle alors que les larmes se font au même moment. J’en hurle à lui mordre la main, tellement la douleur est là. Je sens que l’on me déchire de part en part dans une zone que je ne veux pas même cité. Je pleure alors qu’il amorce les mouvements…je me sens : Sali.
    Les larmes sont comme des cascades sur mes joues, et au bout d’un moment, je ne crie même plus. Mon regard est vague, ma tête est lourde.
    Je le sens qui retire le bâton. Suis-je enfin libérer ? A peine cette pensée effleure-t-elle ma pensée que je le sens qui me reprend, mais cette fois-ci c’est bel et bien lui.

    Je lâche des « non » en litanie. J’ai mal, et je pleure. Mon corps n’est plus qu’un amas de chair entre ces mains, et sans la moindre considération il cherche juste à le briser.
    Elles, elles cherchent à sortir mais sont trop faibles. Elles me dévorent de l’intérieur et accentue ma panique, ma peur, ma crainte et ma douleur. C’est de leur faute…uniquement de leur faute à Elles ! Si Elles n’étaient pas sorties, si Elles ne l’avaient pas attaqué et contrarié…il ne m’aurait Jamais. Il n’aurait pas…je ne serais pas…

    Mon souffle est difficile, je me sens oppressé. Je le sens qui prend plaisir à son action, et mes larmes se tarissent. Le dépit s’empare de mon être, la lassitude. Je deviens telle une poupée de chiffon entre ses mains, muette et me laissant faire, sachant que je ne peux plus me débattre, que je ne pourrais plus m’enfuir.
    Il me griffe, Elles veulent profiter de ces gouttes de sang pour l’attaquer. Mais je suis trop faible, Elles sont minuscules et ne menacent personne. Finalement, elles m’enlacent avec leur allure fine alors que lui se déverse en moi.

    J’ai l’œil morne, l’air hagard, et alors qu’il semble satisfait de lui…de mon dos griffé, elles sortent de façon fines comme pour m’enlacer et me réconforter. Les larmes sont taries, je n’arrive plus à pleurer, mais je le voudrais. J’ai si mal…
    Je m’assois, c’est…douloureux. Mais moins que ce qu’il vient de se passer. Les sillons sont encore visible sur mes joues pâles. Des filets de sang épineux m’entourent tendrement alors que je le regarde ravi et fier de lui. Le regard vide, la voix vide, je me contente simplement de demander :


    « Pourquoi… ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 576
♦ Messages : 110
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : Fou, fou, fou !
♦ Protecteur : moi-même, crétins...
♦ Date d'inscription : 06/04/2011
♦ Age : 27

MessageSujet: Re: Arrivée pleine d'Illusion ? [Karl ? ^^]   Sam 17 Déc - 20:09

Pourquoi ? Mais tout simplement parce qu'il en avait envi ? Depuis son arrivée, ce soit-disant assistant l'énervait. Tout d'abord, un type qu'il ne connaissait pas lui en imposait un : c'était déjà un grand miracle qu'il ne l'ait pas tué. Et pourquoi il ne le remerciait pas ? En lui déchirant l'anus, il lui avait témoigné sa reconnaissance – euh, en quelque sorte – et surtout, ne l'avait pas tué, ce qui arrivait à tous ses malheureux amants. Karl Ulsperger, un peu fatigué par cet effort, s'assit sur une chaise, comme si tout était normal. Pourquoi ? Aussi parfois que l'assistant s'était frotté à lui, et réveillé son désir. Aussi parce qu'il entretenait le désir de le briser. Définitivement, dans le but qu'il lui obéisse sans aucune contestation. C'était aussi simple que cela. Alors, il lui lança un regard furieux, comme si Elden était un parfait crétin qui ne comprenait rien. Pour lui, c'était lui-même qui avait le droit de gueuler : « pourquoi ? » Pourquoi il se plaignait ? Ne se rendait-il pas compte de la chance qu'il avait ? Être dépucelé maintenant alors que cela risquait de lui arriver dans n'importe quelle ruelle d'Ishtar ? Et puis il était sa chose, son assistant. Alors qu'il se taise et ne pose de questions. Pourquoi ? C'était une question si idiote, non ?

« Et vous, pourquoi ? Pourquoi êtes-vous aussi ridicule ? Pourquoi vous ne me remerciez pas, plutôt ? »

Il se rapprocha dangereusement de lui, avec néanmoins aucune idée perverse en tête. Il tint plutôt sa tête entre ses mains et le secoua un peu. L'assistant était sale. Il faudrait qu'il se...qu'il se lave, à moins qu'il n'ait la faculté, avec ces putains de ronces, de se rendre propre. Oui, Karl lui donnerait quelques pièces et lui indiquerait le chemin des sources d'eau chaude. Le lâchant cette fois-ci, Karl se recula un peu pour se diriger jusqu'à un placard où il sortit quelques vêtements. Au fond de lui, il savait que cet être n'avait probablement aucune mauvaises intentions, à part si elles étaient véritablement bien cachées. Mais ce genre de personnes avaient le don pour l'irriter : oui, celle qui faisaient comme si elles étaient plus faibles que les autres et qui n'avaient aucun don pour se défendre. Et que Elden soit heureux, il n'avait pas encore usé de l'électricité sur lui !

D'un geste très élégant, Ulsperger baissa encore son pantalon et toucha la peau recousue, les marques qui faisaient que le fait qu'il ait subi une greffe soit encore voyant. Il avait eu de la chance ; beaucoup de chances. S'il avait moins attendu, la greffe serait sans doute tombée et il était encore diablement chanceux du fait qu'il soit compatible. Il se souvenait de toutes les expérimentations qu'il avait pu mené sur le sujet, des membres greffés sur des esclaves qui avaient presque tous trépassés. Karl en avait déduit que seuls certains types de membres pouvaient être greffés sur certains types de personnes. Si on greffait un bras A sur une personne B, elle finissait par agoniser dans d'atroces souffrances. L'esclave qui l'avait greffé n'y était sans doute pour rien, il ne pouvait pas le savoir, mais la chance pour beaucoup. Il était heureux, en tout cas, de savoir que ses appareils de reproduction remarchaient, même s'il savait qu'il allait devoir y aller mollo.

Il releva la tête vers Elden, remettant son pantalon.

« Vous êtes sale...Sur ce, je vous propose d'aller vous baigner...je n'aime pas les assistants qui ne sont pas propres. Alors voilà. Vous pourrez trouver les bains publics dans le quartier du Tchi. Il suffit de descendre les élévateurs – vous irez tout droit et vous les trouverez – et ensuite, lorsque vous serez descendu, trouvez un garde et demandez-lui votre chemin. C'est un peu trop compliqué pour que je réussisse à vous l'expliquer d'office... »

Il fronça les sourcils, tendant les vêtements propres, une serviette et quelques pièces à Elden. Comme quoi, dès qu'il s'agissait de l'aspect physique, il s'en occupait bien, de sa poupée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Influence : 153
♦ Messages : 50
♦ Âge du perso' : 24
♦ Fiche : Des Ronces au goût de sang...s'accompagnent toujours d'un petit Jardin Botanique.
♦ Protecteur : Karl
♦ Date d'inscription : 07/10/2011
♦ Age : 27

MessageSujet: Re: Arrivée pleine d'Illusion ? [Karl ? ^^]   Dim 1 Jan - 16:42

    Un regard furieux se posa sur ma personne. Si tant est qu’on puisse encore me considérer comme un être pensant, de sang et de chair, et digne de l’usage d’un « Je ».
    Souillé jusqu’au paroxysme, je ne pouvais pas soutenir cette haine, cette rage, que je sentais comme provenir de mon autre. Cet homme, il représente la science telle que les gens la craigne. Il représente les affres de la folie à laquelle je ne veux succomber.
    Son savoir est peut-être l’exemple que je dois suivre, mais son comportement, sa folie, ses erreurs, je dois m’en servir pour ne pas plonger dans le même fourvoiement que lui.
    La science devrait être pour tout, et les yeux au sol, recouvert de ce sang, je sens les larmes sur mes joues alors que je me mords l’intérieur des joues, blessés par mon agresseur, mon maître.

    Alors, d’une voix me faisant presque passé pour un cloporte, une écharde dans un de ses doigts et gênant de façon indifférente, mais néanmoins suffisamment là pour gêner et énerver…
    J’écoute ce qui me blesse encore d’avantage. Je relève la tête, une expression incrédule sur le visage.
    Pâle comme jamais, même si cela ne doit se voir avec ma teinte déjà cadavérique, et le sang me recouvrant, je ne peux croire en ce que mes oreilles ont entendu.
    Il est vrai que je ne suis pas des plus expérimenté. Certain direz même que je suis naïf. Mais, je puisse mon envi de « grandir », d’en savoir plus, de mes découvertes, de mon ignorance. Pourtant, je doute avoir à me draguer de stupidité…
    Je devrai le remercier ?! Je n’en sais que peu sur le côté social de l’être Humain…Mais je doute en connaître ne fut-ce qu’un prêt à remercier celui qui lui a arraché un bout de son être. Remercier un agresseur…un Violeur.

    Le voilà qui se rapproche…Je ne peux empêcher un frisson d’appréhension me traverser, ni-même, mon corps de légèrement se recroquevillé.
    Il tint alors ma tête entre ces doigts, comme pour me forcer à le dévisager, le détailler, le voir tel qu’il est. Je ne connais la raison, vu qu’il me lâche bien rapidement. Mais je tremble, la peur m’habite désormais à sa vue, sa pensée.
    Je sais que son action n’est pas anodine. Il voulait que je le craigne, finalement. Sinon, pourquoi m’aurait-il ainsi « briser » ?
    Il ne savait pour Elles, mais il a bien l’air de s’en être « accommodé » et avoir de suite compris leur grand défaut. Si je suis faible, anémié, Elles ne peuvent efficacement me protéger.

    Il rebaisse son pantalon, et l’objet de ma souillure est à ma vue.
    Une envie de vomir me prend presque, mais je la restreins dans un silence qui me pèse. Je ne sais comment agir, que faire, comment réagir.
    Les larmes recouvrent mon visage, je ne peux les arrêter. En fait, elles sont arrivés sans même que vraiment que je ne m’en rende compte. Je me hais d’être si faible face à celui qui va régir encore une longue période de mon existence.
    Ne puis-je donc espérer la liberté, la reconnaissance de mes « Pairs ». De ceux qu’on nomme « Hommes de Science » ? Est-ce là ma « concession » pour avancer dans les rues de la Capitale, et espérer un jour y être reconnu ?

    En fait, j’enrage plus qu’autre chose…Mais mes larmes se tarissent, alors que je remets ce masque. Ce sourire qui n’en est pas un. Ce regard morne qui me va finalement bien, dorénavant, pour cacher la honte de ce que je suis.
    De ce corps salit comme jamais. Il remonte son pantalon. Il devait vérifier sa greffe, j’imagine. Je peux dire qu’elle a tenu, peut-être aurais-je voulu que non. Comme une punition pour m’avoir touché…Mais, cela aurait été trop demandé à l’Ombre, je suppose.

    Mais une chose imprévue arriva. Il me parla en tendant des vêtements, de l’argent, et une serviette. Je ne le comprends pas…Est-ce que sa folie touche aussi sa raison, ou alors, sa pensée est simplement excentrique, plus tordue encore que le commun ?
    Voilà un instant, il me laissait comprendre que ma Mort aurait été mieux, ma non existence aussi. Son regard sur moi me donnait envie de mourir à l’instant, sans oublié cette salissure me recouvrant le corps, et souillant mon intérieur.
    Et le voilà à me donner un de ses critères envers ses Assistants ? Est-ce que, finalement, il me donnerait une chance d’avancer dans le milieu de la Science, d’évoluer en tant que Médecin tel que je le désire ?

    Je m’empare de ce qu’il me tend, délicatement…Mon corps me fait encore mal, et Elles sont toujours agités en moi, me blessant d’une douleur constante.
    Elles ne sont pas rassurées par cet être, je suppose. En tout cas, j’incline la tête, mon air nostalgique/triste sur le visage. Difficilement, je me mets debout, m’incline et répond :


    « Il en sera fait selon votre bon vouloir, Sir… »

    J’ai honte de devoir sortie dans cette « tenue »…mais le sang me recouvre tant, et l’endroit est si propice à la Folie de la Science que finalement, on me laissera bien en paix : je le crains.
    Qu’est-ce que la Capitale me réserve encore comme Crainte, et Folie ? Je ne le sais…Mais je m’excuse en quittant les lieux. Meurtri, blessé, et Sali…Mais avec encore l’Espoir de pouvoir jouir d’un avenir dans le milieu qu’est le mien.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arrivée pleine d'Illusion ? [Karl ? ^^]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Arrivée pleine d'Illusion ? [Karl ? ^^]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ѧ Le Quartier des avancées Ѧ-