AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
† Prêtresse †

Franziscka Halbrum

♦ Influence : 247
♦ Messages : 313
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Un mur de glace...
♦ Date d'inscription : 31/12/2010
♦ Age : 25

Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood] Vide
MessageSujet: Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood]   Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood] EmptyMer 31 Aoû - 21:53

Les journées étaient de plus en plus fraîches. En effet l’été allait laisser place à l’automne, et déjà quelques oiseaux s’envolaient vers des pays plus chauds et plus propices pour se subsister et pouvoir y vivre, comme la province Wu Zang ou encore Khorafa.
Par contre dans les provinces du nord comme Uberhale ou encore Dargon, le temps devait encore plus glacial que d’habitude. Comment les gens pouvaient-ils vivre sous un tel climat continuellement ?
La réponse s’imposa d’office en se rappelant de sa province de Frickwitch. Il y avait tout le temps du brouillard, qu’il fasse beau ou mauvais et les denses forêts n’étaient pas toujours accueillants mais elle y avait vécu huit ans et aurait pu encore y vivre toute sa vie auprès de sa famille si ses parents n’avaient pas été sauvagement assassinés.

Rêvassant dans sa bibliothèque, dans son petit bureau, elle imaginait les provinces les unes après les autres selon ses maigres souvenirs de quelques toiles ou encore histoire reportée par les autres prêtres ou voyageurs.
Certaines histoires étaient réellement fantastiques et étonnantes, presque irréelles mais dans ce monde où plusieurs magies se côtoient, tout semblait si possible ! L’impossible n’avait presque plus sa place et la science allait bientôt détruire les dernières impossibilités il semblerait. Etait-ce une bonne nouvelle ou une mauvaise ? Une réflexion qui aurait pu être intéressante pour un philosophe mais non pour Franz. Ces derniers temps, la politique, la vie, la population, rien ne l’intéressait. Elle ne trouvait plus goût à rien et pensait par moment qu’elle n’était qu’un élément inutile qu’il vaudrait mieux rayer de la liste un jour. Même sa maitrise des ombres était imparfaite et par moment, elle n’arrivait à rien contrôler. Tout échapper, tout était toujours plus forte qu’elle.

Cette sensation de faiblesse et de vide l’énervaient au plus haut point. Quant à son amour à ses drogues, elle devrait s’en détacher mais elle n’avait aucune raison. Si elle mourrait, cela fera juste une plaie en moins à ce monde et son métier de scribe à la Cour se fera vite remplacer. Elle n’était pas indispensable.
Personne ne l’attendait nulle part pour qu’elle veuille vivre, autant y mettre fin rapidement par un doux moyen.

Soudain quelques bruits – des voix paniqués – se faisaient entendre et une agitation nouvelle déstabilisait la tranquillité des lieux. Quand Franz quitta des yeux un des livres qu’elle devait lire pour savoir s’il était approprié ou non au public, elle haussa un sourcil.

La cause de l’agitation était un homme avec une armure – prouvant qu’il venait de la noblesse ou que c’était un garde – et une hache. Cela pouvait impressionner ou effrayer, mais cela ne fit ni chaud ni froid à Franz. Les trois choses qui la déstabilisaient instantanément étaient le sang, les esclaves et les médecins et rien d’autre !

- Monsieur, les armes ne sont pas tolérées dans la bibliothèque. Enfin, pourriez-vous le cacher d’une manière ou d’une autre au moins ?


La bibliothèque était un lieu de paix et de savoir avant tout, pas un champ de bataille. Elle aurait pu le dire de cette façon assez désagréable mais elle était d’humeur « joyeuse » ou plutôt « neutre ». Bref, aucun aura agressive, une voix calme et un air ennuyé un peu mais rien d’extrêmement désagréable. On pouvait enfin admirer une partie de sa beauté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Sénateur Ʌ

Hector de Jadewood

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 569
♦ Messages : 238
♦ Âge du perso' : 30
♦ Fiche : ma vie, mon œuvre
♦ Date d'inscription : 13/11/2010
♦ Age : 35

Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood] Vide
MessageSujet: Re: Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood]   Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood] EmptySam 3 Sep - 9:22

    Les journées devenaient fraiches en ce moment à la capitale, la saison chaude se perdait doucement alors que la saison froide allait venir dans quelques temps. En ce moment, c’était une époque à Frickwitch où la brume se faisait plus intense le matin, plus dense et plus persistante. Ce souvenir lui rappela sa contrée dont il devait défendre les intérêts. D’ailleurs il se rappela soudainement que c’était en cette période où la brume se faisait plus intense que le fameux culte de la brume se faisait lui aussi plus envahissant. Une secte mystérieuse d’illuminés qui vénéraient les brumes de Frickwitch avec la même ardeur que les prêtres et prêtresses vénèrent l’Ombre. Au fil du temps, il pouvait être un petit groupe d’allumé ou être aussi dangereux que des terroristes. Mais toujours ils étaient des anarchistes semant le chaos dans la province et ce n’était pas faute d’en tuer à la chaine.

    D’ailleurs, il était venu à l’idée que le jeune noble pourrait peut-être profiter des ressources de la capitale. Certes, le culte n’agissait qu’à Frickwitch mais qui savait si la grande bibliothèque ne recelait pas quelques informations utiles. Peut-être un ouvrage ancien issu de sa contrée ou écrite par un émigré qui en saurait plus long. Il y avait peu de chance de trouver un tel ouvrage mais qui ne tentait rien…

    Notre homme se mit donc en route pour la bibliothèque, prévenant tout de même son conseiller qu’il s’en allait pour la journée. Il arriva rapidement sur place, les lieux étaient immenses, un gigantesque temple du savoir, quelle dommage qu’avec son travail, il n’avait pas eu le temps de venir plus tôt. Car malgré les apparences, dont il jouait d’ailleurs, il n’avait rien de la brute épaisse qui n’avait aucune culture, au contraire, il adorait en apprendre plus et aiguiser son esprit autant que son corps.

    Malheureusement, sa manie de se promener en arme lui attira une fois de plus les regards alors qu’il faisait sensations dans les lieux. La gloire, ce n’est pas facile tous les jours… ou alors c’est juste la hache qui fait ca. Une jeune femme s’approcha de lui, des traits fin et nobles, un joli corps, deux magnifiques émeraudes en place d’yeux, enfin, auraient pu être magnifiques si leur éclat n’était aussi terne et de longs cheveux bruns. Sa voix était calme et ennuyé, comme si elle nous faisait une petite dépression. Hector lui sourit poliment avant de passer la hache de manière à ce qu’elle soit à l’arrière de ses hanches, caché par la cape même si on voyait bien qu’il y avait quelque chose. Il attrapa ensuite doucement la main de la jeune femme et y fit un baisemain galant.

    Je vous prie de m’excuser pour le dérangement mademoiselle, grandir dans les belles mais dangereuses forêts de Frickwitch m’a doté de quelques… mauvaises habitudes.

    Dont celle de toujours sortir armé et bien protégé. Que voulez-vous, on se refait difficilement dans certains cas. Bon, maintenant, il lui restait à voir s’il allait pourvoir trouver un livre pouvant lui apporter les renseignements qu’il voulait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtresse †

Franziscka Halbrum

♦ Influence : 247
♦ Messages : 313
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Un mur de glace...
♦ Date d'inscription : 31/12/2010
♦ Age : 25

Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood] Vide
MessageSujet: Re: Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood]   Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood] EmptyVen 9 Sep - 22:44

LA hache était généralement une arme associée aux brutes ou encore aux soldats de bas étages non ? Dans tous les cas, c’était loin de forger une image noble. En effet une épée tuait plus « proprement » qu’une hache, cette dernière massacrait le corps plus qu’autres choses.

Ainsi elle s’attendait à un homme rustre ou têtu qui refuserait d’écouter les conseils de la prêtresse, ce qui serait fort agaçant. Elle mettait un point d’honneur à ce que cette bibliothèque soit un lieu calme et silencieux, afin de laisser divers érudits en paix sans être gêné par quelques bavardages inutiles et énervants.

Mais au contraire, il obéit docilement en cachant du mieux qu’il pouvait cette imposante et effrayante arme pour le commun des mortels, se baissa légèrement pour lui faire un baisemain. Elle aurait voulu retirer immédiatement sa main mais n’osa pas car il serait malpoli d’agir ainsi, sachant qu’en plus il n’avait rien fait de mal. Il était délicat et absolument pas brutal… tout était bien calculé.
Alors pourquoi vouloir retirer sa main ? Par manque d’habitude tout simplement. Ce genre de chose la mettait mal à l’aise, la faisait perdre ses moyens.

Entre membres d’Eglise, ils se saluaient gentiment et respectueusement et on s’inclinait devant les supérieurs hiérarchiques. Quant aux restes du peuple, ils restaient aussi à une certaine distance et montraient également leur respect à coup de belles phrases ou cadeaux, mais rarement on les approchait ainsi.

Enfin l’aristocratie… c’était monnaie courante dans ce monde mais elle n’en faisait pas partie malgré qu’elle ait un parent – son oncle pour être précis – et ignorait donc beaucoup d’usage.

Ce baisemain ne faisait pas parti de son monde et cela suffit à lui faire perdre ses moyens.
Il en faut peu pour la déstabiliser ces temps-ci il semblerait… elle si froide par le passé et si indifférente se voyaient avoir des réactions de jeune fille effarouchée, timide et ignorante. Elle avait quand même 20 ans… il faudrait peut-être qu’elle murisse et qu’elle arrête de sursauter au moindre changement !

- Je vous remercie pour votre coopération.

ET il parla de cette province qu’elle haïssait plus que tout maintenant : Frickwitch.

Ses traits s’étaient sûrement durcis et cette rage devait être clairement visible.
Comment contenir sa haine sachant que toute sa vie avait été détruite à dans cet endroit des plus paumés qui attiraient voleurs, bandits et criminelles des quatre coins de l’Empire.

Cet endroit, elle ne voulait pas s’en souvenir. Elle ne voulait plus en parler.

- En effet cette province n’est pas un lieu où il fait bon de vivre. Beaucoup trop de brouillard… beaucoup trop de bandits.

Même la traversée de cette province avait été difficile car il fallait éviter des bandits, en tentant de les localiser dans un épais brouillard. Ce n’était pas chose simple pour un étranger … de ce point de vue, les natifs dans cette province avaient une meilleure visibilité, plus de facilité à voir clair – c’est-à-dire niveau distance ou visibilité.

- Voulez-vous que je vous renseigne sur un livre ?

Elle évitait le monsieur, ignorant tout de son identité. S’il avait un titre, un monsieur était un peu mal placé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Sénateur Ʌ

Hector de Jadewood

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 569
♦ Messages : 238
♦ Âge du perso' : 30
♦ Fiche : ma vie, mon œuvre
♦ Date d'inscription : 13/11/2010
♦ Age : 35

Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood] Vide
MessageSujet: Re: Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood]   Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood] EmptyJeu 15 Sep - 11:44

    La hache n’était peut-être pas une des armes les plus subtils qui soit mais elle se révélait terriblement efficace entre les mains de qui savait s’en servir. Elle permettait d’utiliser au mieux les capacités physique de son porteur. La faire tournoyer dans tous les sens était une chose, savoir où et comment frapper avec adresse et précision, en était une autre. Et Hector jouait beaucoup sur les apparences, notamment son air de barbare rustre. Beaucoup d’adversaire n’avait rien comprit quant il s’était retrouvé face à un guerrier aussi vif et rapide, capable de porter des coups puissant mais précis. Avec sa carrure, les meilleures protections ne pouvaient l’arrêter, là où une épée aurait plus de mal à passer. A chacun son style, Hector avait le sien.

    Pour en revenir à la jeune femme, Hector ne lui fit pas d’histoire et cacha l’arme de son mieux. Comme il était un homme poli et galant malgré tout, il prit la main de la jeune femme et y fit un baisemain. Malgré tout, il la sentit qui se crispait. Tiens ? Etait-elle gênée ? Difficile à dire vu que son visage n’en laissait rien paraitre. Il fallait dire aussi que la mention « prêtresse » n’était pas marqué en gros sur sa tête. Il ne pouvait donc pas savoir qu’elle n’était pas habituée à ce genre de marque propre à la noblesse. Puis il la lâcha et parla alors de Frickwitch, cette fois, son visage eut une réaction, dure et sombre. Elle en parla ensuite en des termes polis mais peu sympathiques. Malheureusement, elle n’avait pas tord mais ca façon de parler et de réagir semblait refléter une histoire personnelle.

    Les bandits, ce n’est pas faute d’en tuer à la chaine. Mais je suis confiant en l’avenir, dès que le projet de la forteresse du pèlerin sera achevé, la route sera beaucoup plus sûre, le commerce fleurira, le niveau de vie augmentera et il y aura moins de cause qui en pousseront certains au banditisme.

    Il n’était pas idiot, il savait bien que ca ne changerait pas du jour au lendemain mais il pouvait au moins essayer de faire de son mieux pour rendre Frickwitch plus agréable à vivre. Elle lui demanda ensuite si elle pouvait le renseigner sur un livre. Hector lui fit tout de même un sourire agréable avant de reprendre la parole.

    Je n’ai pas de nom de livre en tête, je ne suis même pas sûr que ce que je cherche existe. Je me demandais s’il n’existait pas un livre parlant du culte de la brume.

    Il avait un doute mais il n’était pas sûr qu’elle comprenne exactement de quoi il pouvait bien lui parler, c’est pourquoi il prit la peine de préciser sa pensée.

    C’est une secte d’illuminés qui vénère la brume, ils sont aussi dangereux que les bandits mais ils pensent et agissent différemment. On n'a peu d’information dessus alors je me demandais si je ne trouverais pas en ces murs un document quelconque qui pourrait m’aider.

    Les notes d’un inquisiteur, celle d’un membre en fuite ou toute autre chose utile. En parallèle, la jeune femme avait piqué sa curiosité et il ne peut s’empêcher de poser la question qui le titillait.

    Est-ce que vous connaitriez personnellement cette province par le plus grand des hasards ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtresse †

Franziscka Halbrum

♦ Influence : 247
♦ Messages : 313
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Un mur de glace...
♦ Date d'inscription : 31/12/2010
♦ Age : 25

Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood] Vide
MessageSujet: Re: Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood]   Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood] EmptySam 24 Sep - 16:11

Il était confiant en l’avenir pour Frickwitch ? En voilà une curieuse idée pour la brune qui voyait cette province comme un bout de terrain irrécupérable et abandonné aux pires bandits de l’Empire.
Quoiqu’elle se laisse presque bercer par cette possibilité … en effet qu’il serait bon d’avoir une province sûre, et de s’y rendre un jour à la tombe de ses parents. Mais même si elle était forte comparée à une simple vermine, elle risquait de perdre tous ses moyens face aux fantômes de son passé notamment cette maison et ces tombes-mêmes.

Il faudrait qu’elle y aille accompagnée, peut-être Flora ? Mais elle n’osa le demander, de peur de montrer d’avantage ses faiblesses et ses blessures.

Non elle n’ira pas, pas dans l’immédiat en tout cas.
Peut-être même que ces tombes étaient illisibles ou profanées à l’heure qu’il est…. Elle préféra ne pas y penser et réprimer ce frisson et ce sentiment de honte et de culpabilité – ce sentiment que tout enfant ressent quand il a commis une grave faute vis-à-vis de sa famille.

Finalement ce noble changea ses sinistres idées en les remplaçant par d’autre : Le culte de la Brume. Ce culte lui disait vaguement quelque chose et lui rappela fortement sa mère rouspétait plusieurs fois derrière ce groupuscule en les traitants « d’illuminés », de « fous » ou encore « d’idiots ». Et combien de fois ne l’avait-elle pas mise en garde contre des étrangers qui parlent d’une croyance autre que l’Ombre ? Des centaines, des milliers de fois !
Un petit sourire triste se dessina donc sur ses lèvres en se souvenant de cette voix autoritaire et froide, et son cœur se serra d’avantage.

- Malheureusement


Dit-elle d’une toute petite voix, en réponse à la question de cet homme.

Franziscka se reprit, se racla la gorge pour regagner sa prestance et cette froideur qui la caractérisait si bien. Maintenant qu’elle y pensait, sa mère aussi était ainsi n’est-ce-pas ?

- Je n’en garde que très peu de souvenirs, l’ayant quitté à huit ans je crois bien, après la mort de mes parents.

Et sa voix indiqua clairement que la conversation à ce sujet était close. Elle ne voulait pas partager un tel traumatisme avec un inconnu et de plus, elle ne savait jamais trouver les bons mots pour décrire son mal-être. Tout resta bloqué au fond de sa gorge, sur le bout de sa langue, prêt à exploser tout son être.

La prêtresse avança donc, sachant bien où se diriger. Il devrait y avoir un ou deux livres à ce sujet écrit par quelques inquisiteurs qui devaient surveiller ce mouvement, craignant un moment que le culte impie ne se propage et corrompt l’âme pure des fidèles de l’Ombre.
Heureusement ce culte ne dépassa pas les frontières de Frickwitch.

- Ils sont là. Voilà deux comptes-rendues détaillés de deux inquisiteurs sur ce culte, notamment les idées, les événements religieux si on puit dire et la pratique. Et voilà un autre ouvrage qui approfondit ce sujet d’avantage, écrite de la main même d’un des fidèles.

Elle évita de préciser que ce livre avait été volé par le passé d’un croyant dans cette province même. LE voleur resta inconnu et le livre se retrouva entre les mains d’un des inquisiteurs. A voir si c’était l’inquisiteur ce voleur ou alors - comme il l’avait affirmé – il avait astucieusement marchandé cet ouvrage.

Ombre savait à quel point un livre, ne serait-ce que le papier pouvait être chère !

- Comme vous devez vous en douter, je vous prie de faire attention aux ouvrages et ne pas les abîmer. Vous pouvez également vous asseoir sur une des tables mise à la disposition des lecteurs. Avez-vous besoin d’autre chose Messire ?


Mais la curiosité était plus forte qu'elle et son silence.

- Si je puis me permettre, je voudrais savoir quelque chose. Pourquoi cet intérêt pour ce culte et ses pratiquants ? En quoi cela peut-il vous aider à bâtir votre noble projet, Sénateur ... ?


Elle hésitait en prononçant Sénateur mais cela était plausible. Les Sénateurs représentaient la province et proposait des projets favorables. De plus il était noble et savait lire...
Par contre, comment s'appelait donc le sénateur de sa province ... Hector il lui semblait. Hector de Jadewood.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Sénateur Ʌ

Hector de Jadewood

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 569
♦ Messages : 238
♦ Âge du perso' : 30
♦ Fiche : ma vie, mon œuvre
♦ Date d'inscription : 13/11/2010
♦ Age : 35

Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood] Vide
MessageSujet: Re: Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood]   Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood] EmptyMer 5 Oct - 15:07

    Bien sûr qu’Hector était confiant pour l’avenir de Frickwitch, il travaillait d’arrache-pied pour ca, lui, le comte de Frickwitch, et une grande partie des seigneurs locaux qui en avaient marre qu’on les traite comme les paysans bouseux de l’Empire. Malheureusement, Frickwitch était encore en proie beaucoup de problèmes, les bandits, jetés sur les routes par la pauvreté, les illuminés venue se cacher dans la brume et le meilleur, le fameux culte de la brume en question. Ils étaient semblables au bandit d’une certaine manière. Des gens qui cherchaient une raison à leurs vies misérables et qui croyaient la trouver dans ce mouvement religieux illuminés. Seulement, les bandits, ca s’effrayait face à plus fort qu’eux et ca partait la queue entre les jambes dès qu’il y avait un peu de résistance, de vulgaire charognard plus ou moins hardis en fonction du nombre. Les fanatiques, c’est plus problématiques, ca se bat sans s’arrêter, ca ne craint pas la mort et c’est capable de bien pire. Neutraliser ce mouvement religieux qui prenait de l’ampleur en ce moment devenait une des priorités d’Hector. S’il ne pouvait pas rentrer à Jadewood pour le moment et combattre son ennemi sur le terrain, il pouvait au moins se renseigner pour essayer de mieux les comprendre et pas extension, les briser plus facilement. Devant les réactions de la jeune femme, il lui demanda naturellement si elle connaissait la contrée, elle lui répondit que très peu et qu’elle en était partie à huit ans après la mort de ses parents. Le ton de voix qu’elle prenait lui faisait comprendre clairement qu’elle ne voulait pas aborder le sujet, recevoir des condoléances ou quoi que ce soit d’autre. Tant pis, il ne pouvait pas la forcer à parler si ce n’était pas son souhait. Dans le silence, il suivit donc la demoiselle qui lui montra trois livres, deux d’entres eux étaient des comptes rendus détaillés par des inquisiteurs qui avaient surveillés le culte. Il ne lui restait plus qu’à espérer qu’il trouverait des informations plus utiles que des choses genre « dangereux fanatiques hérétiques envers l’Ombre, à massacrer ». Le troisième, lui, valait le déplacement, un ouvrage volé à la secte, écrit par un adepte, une vraie mine d’information, les adeptes faisaient tout pour ne rien laisser filtrer de leurs pratiques.

    Et bien, voilà bien plus que je ne pouvais espérer.

    Elle lui fit les recommandations d’usage, ne pas abîmer les livres et tout le tremblement, avant de lui demander s’il avait besoin d’autre chose.

    Je vous remercie mademoiselle mais je crois que ca va aller, j’ai de la lecture en perspective.

    Il prit les livres délicatement et commença à partir pour une table. Son seul regret était de ne pas pouvoir les emmener avec lui, surtout le livre de l’adepte. Car, indépendamment de son contenue, ce livre était très précieux pour le culte, s’il le ramenait à Frickwitch, ils feraient tout pour le reprendre et en s’y prenant bien, il pourrait être utilisé pour tendre une belle embuscade. Mais, bon à défaut de, il lui apprendrait bien des trucs utiles. Cependant, la jeune femme semblait curieuse de savoir pourquoi il s’y intéressait et devina avec justesse son tire de sénateur. Souriant, il s’assit à la table avant de lui répondre.

    En effet, je suis le sénateur de Frickwitch, comte Hector de Jadewood, à votre service mademoiselle.

    Une fois de plus, il faisait preuve de son habituelle courtoisie, il était comme ça après tout.

    Le culte pose problème depuis des années, certains membres ont même essayé de me tuer à mes quinze ans. Ils sont une épine dans le pied. C’est comme les bandits, tant qu’on laissera des malades comme ca en liberté, Frickwitch ne pourra pas s’épanouir. Hors je ne rêve de rien de mieux que de voir ma province plus sûre, s’ouvrir d’avantage au commerce et s’enrichir. Mais pour détruire le culte, je dois mieux le connaitre, les pratiques, les lieux de culte, tout ce que je peux retourner d’une manière ou d’une autre contre eux…

    Ca allait avoir au moins le plaisir d’être clair. Hector n’était pas qu’un gros bœuf taillé comme un bucheron qui fonçait dans le tas. Il savait très bien utiliser sa tête et connaissait la nécessité de connaitre son ennemi…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtresse †

Franziscka Halbrum

♦ Influence : 247
♦ Messages : 313
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Un mur de glace...
♦ Date d'inscription : 31/12/2010
♦ Age : 25

Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood] Vide
MessageSujet: Re: Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood]   Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood] EmptyLun 17 Oct - 12:55

Ce n’était pas la courtoisie de ce jeune homme qui la gênait et pourtant à chaque fois, elle avait l’impression de passer pour une rustre avec ses paroles apprises par cœur et récitées une centaine de fois à des centaines de personnes qui passaient par là.
On pouvait dire que cet homme aussi faisait preuve d’une courtoisie « automatique » avec les quelques paroles en règle, or il restait déjà plus naturel et plus bienveillant qu’elle. Voilà la différence : l’attitude que chacun dégageait.

Encore une fois cette triste vérité éclata et rappela avec cruauté à quel point Franziscka n’avait pas sa place dans ce monde. Elle pouvait être hypocrite et paraître agréable par moment mais le naturel revenait au galop, notamment le retour ravageur de quelques phrases sarcastiques ou cet air totalement absent.

Hector de Jadewood… Une noblesse de sa province natale forcément mais sincèrement, elle ne se souvenait plus trop des noms ou des nobles de ce lieu. C’était il y a si longtemps et surtout, elle n’y était pas retournée et n’avait pas cherché à se renseigner d’avantage.

Et puis le culte de la Brume. Des brigands, des bandits, des hérétiques… rien que ça ? Il avait là que quelques paroles et rien d’autres, peut-être un projet ? Mais arrivera-t-il jusqu’au bout sans se laisser évincer par quelques criminels ou autres personnes qui ont tout intérêt à garder la province telle qu’elle est ? Combien d’années les hommes politiques de Frickwitch avaient-ils promis mille et une changements ?

Ce Sénateur parlait avec passion et assurance mais il avait de fortes chances de nager dans le rêve tout le reste de sa vie sans faire avancer les choses, les améliorer. Une autre illusion perdue parmi tant d’autres.

Quant à ses dernières paroles, elles étaient inquiétantes. C’est donc ainsi que les hommes s’évertuaient à détruire un culte ? En faisait-on de même pour l’Ombre, seul vérité en ce monde perdu entre tradition et modernité ? Avait-on déjà des espions, des hérétiques cachés sous le masque de prêtre, prêt à détruire de l’intérieur cette puissance ?

Non, impossible. Jusqu’à maintenant et depuis la nuit des temps, l’Eglise a toujours été là. Fière et solide face à ses ennemis et encore aujourd’hui, elle les combattra bien droite pour finir victorieuse. Comme cela a toujours été…

Et pourtant elle avait peur. Qu’ autrefois la science avait existé ? La science telle qu’on la conçoit aujourd’hui ou était-ce un niveau plus bas, de quoi ignorer ? A cet instant, une autre menace s’élevait-elle sans qu’on s’en rende compte, en l’ignorant tout bonnement ?

Toutes ces questions lui offraient un mal de crâne seulement, lui rappelant douloureusement sa condition physique et son manque de sommeil.

Il fallait qu’elle s’éloigne, qu’elle confie la bibliothèque à un assistant. Elle ne se sentait pas bien, au contraire, elle tremblait et se sentait faible, très faible. Et pourtant elle n’arrivait pas à faire un pas voire deux. Elle dû à contrecoeur s’asseoir en face de cet homme, prendre un livre et l’ouvrir.

- Si vous permettez, je voudrais vous aider.


Habituellement froide, on remarquait à peine sa soudaine faiblesse à travers sa voix.


- Vous voulez des détails précis sur le fonctionnement d’un culte, je peux peut-être vous apporter quelques éclaircissements.


Rien de mieux qu’un prêtre ou une personne qui baigne tout simplement dans un culte pour savoir vers où s’orienter.


- D’abord savoir en quoi ils croient et pourquoi ? Qu’est-ce-qu’ une telle croyance apporte comme avantages, désavantages d’un point de vue matériel comme spirituels.


C’était la base de toute religion, non ? A moins qu’elle n’ait oublié un détail important ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Sénateur Ʌ

Hector de Jadewood

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 569
♦ Messages : 238
♦ Âge du perso' : 30
♦ Fiche : ma vie, mon œuvre
♦ Date d'inscription : 13/11/2010
♦ Age : 35

Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood] Vide
MessageSujet: Re: Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood]   Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood] EmptyDim 23 Oct - 13:53

    Il est sûr qu’Hector ne disposait pas d’un grand arsenal verbal et comportemental avec les femmes. Il était même très peu doué, il avait axé sa jeunesse sur l’entrainement et le devoir seigneuriale, il n’avait jamais vraiment prit le temps de faire des rencontres, de faire ses premières expériences amoureuses ou sexuelles, se parer des atouts de séduction basique que tout noble acquièrent normalement. Mais bon, il avait fait un choix de vie et l’assumait. En revanche, il était tout de même suffisamment bien éduqué pour se montrer courtois et poli. Certes, certains gestes semblaient être de l’automatisme mais contrebalancé par sa nature sympathique. Certes, il n’était pas doué avec les femmes mais faisait des efforts pour rattraper le temps perdu. Il avait cru qu’il pourrait faire quelque chose avec Ashtina mais après son enlèvement, elle s’était enfermé dans se demeure et ne se faisait plus voir depuis longtemps, même pour lui. Il le regrettait un peu, mais s’il fallait revenir dans le temps, il retournerait quand même la sauver.

    La jeune femme devant lui dégageait quelque chose de spécial, en même temps, il n’avait jamais eu l’occasion de croiser de prêtresses avant, étaient-elles toutes comme elle ? Il le saurait un jour sans doute. Ils parlèrent donc de la province, des problèmes qui s’y trouvaient, les bandits, les trafiquants et le fin du fin, le culte de la brume.

    Certes, Hector était loin d’être le premier à parler de ramener la paix dans la province et d’en améliorer la vie. Mais il faisait partie de ceux qui avaient obtenus les meilleurs résultats pour le moment. Et puis, c’était facile de dire que ca ne servait à rien et de vivre sa vie sans se soucier du reste. Par contre, il fallait en vouloir pour essayer de faire bouger les choses. L’avenir seul dirait s’il aiderait à faire de Frickwitch un endroit meilleur ou s’il n’était qu’un rêveur. Mais au moins, il avait la fierté de se battre pour quelque chose qui lui tenait à cœur, pas comme ces centaines de nobles oisifs et déprimés qui ne savaient pas quoi faire d’utile de leur vie.

    Dans son cas, il ne pouvait pas comparer l’Eglise de l’ombre au culte de la brume, même s’il n’était pas le genre d’homme à confier sa vie aveuglément à le religion, surtout celle d’état. Hector prit donc les livres et alla s’assoir à une table, la jeune femme vint l’y rejoindre, prétendant qu’elle voulait l’aider. Pourtant, plus il la regardait et l’écoutait, plus elle avait l’air d’avoir envie de s’enfuir, c’était presque marqué en gros sur son visage.

    C’est très gentil à vous mademoiselle mais inutile de vous forcer si vous avez autre chose à faire.


    Il espérait être resté poli, il ne voulait pas la chasser non plus. Après, il comprenait qu’il la mettait mal à l’aise, sauf que lui était plutôt persuadé que c’était l’arme et la carrure qui faisait ca. Ce n’était pas la première fois qu’une femme le fuyait en courant, indisposée par la présence de géant semblant être un guerrier des temps anciens. Elle lui proposa ensuite de l’aider à s’éclaircir sur le fonctionnement du culte tout en posant quelques très sensés.

    Ce qui pousse les gens vers ce culte, je crois que c’est la même chose qui pousse un homme vers le banditisme, la pauvreté et le désespoir. A Frickwitch, la brume est tenace et particulière, elle a toujours prêté aux superstitions, il est facile pour le culte de ramasser tous les paumés pour en faire des fanatiques, du moins les éléments que j’ai glané m’ont toujours amenés en ce sens…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtresse †

Franziscka Halbrum

♦ Influence : 247
♦ Messages : 313
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Un mur de glace...
♦ Date d'inscription : 31/12/2010
♦ Age : 25

Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood] Vide
MessageSujet: Re: Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood]   Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood] EmptyVen 4 Nov - 20:28

Elle n’allait pas dire qu’elle était soudainement épuisée, tremblante, au bord de l’évanouissement ! Il fallait rester un tant soit peu digne, au nom de l’Eglise, en se tenant droite, le visage décidé et inexpressif et être à l’écoute.

Il ne fallait pas montrer sa faiblesse… sauf qu’elle l’avait déjà montré n’est-ce-pas très récemment avec Flora ? A ce souvenir, elle voulut prendre son visage entre ses mains pour cacher cette petite rougeur de honte qui colorée ses joues creuses. Il faudrait qu’elle s’excuse rapidement en lui rendant visite… très très vite. C’était sa seule véritable amie, elle ne voulait pas la perdre à cause des effets d’une fièvre et de manque. Ce serait trop stupide.

Et puis il y avait encore ce Karl. Il faudrait qu’elle parle d’Hector à Uriel un jour et bien avant ce stupide et fou médecin. Ou régler le « problème » de cet esclave avant que cet énergumène rose ne tente quelque chose qui porterait préjudice à elle ou à son mentor par le biais de l’être ailé.

Des petits soucis en apparence mais bien grande aux yeux de Franz, habituée à son train de vie tranquille entre sa bibliothèque et les quelques bordels qu’elle fréquente par moment. Rien ne perturbait cette routine jusqu’à maintenant si ce n’est quelque crise… Mais maintenant ! Elle était responsable d’un type et avait peut-être sur le dos le plus glauque médecin d’Ishtar. A voir s’il était le plus glauque ou s’il y avait pire.

IL y avait à trembler s’il y avait pire.


Enfin pour le moment elle n’avait ni l’un ni l’autre sur le dos et avait plutôt un sénateur peu commun en face. Et elle avait proposé son aide à contrecœur, et plus par besoin de s’asseoir que par envie d’aider évidemment. Il faut avouer qu’un tel culte était à cet instant le cadet de ses soucis.
Baste ! Pourquoi y penser ? Elle avait proposé son aide, elle l’aidera alors. De plus les livres étaient son domaine et elle avait plus de chance de tomber rapidement sur des informations précises non ?

Bien évidemment, il avait très bien vu son manque d’enthousiasme et gentiment il l’autorisait à partir, sauf que vu son état elle ne pourrait pas se lever. D’ailleurs parlant de son état, pourra-t-elle lire longtemps vu le volume du bouquin ? Soudainement elle se demandait dans quelle situation elle était encore tombée. Certes, assise, elle allait mieux mais pour un temps réduit. La fatigue revenait à galop, embrumant le cerveau et troublant la vue.

- En effet … Mais pour attirer tous ces pauvres gens, bandits comme mendiants, qu’est-ce-que ce culte promet ? Une vie riche et éternelle sur terre ou après la mort ? Une renaissance une fois mort ?

Le culte de l’Ombre promettait équilibre et paix si l’on voulait. Retourner toujours auprès de l’Ombre, auprès de la source même de l’Univers, de l’existence, faire partie de ce tout. N’était-ce pas formidable ? Servir à quelque chose même mort.

- Et leur « dieu » ou « déesse » a quelle signification ? Une entité immatérielle ou alors une chose corporelle reproduite, sculptée ?

Culte de la brume… Certes la brume. Mais y avait-il une forme humaine ou animale ou absolument aucune forme, juste cette brume ?

Franz ouvre rapidement l’ouvrage et le feuillette à une vitesse hallucinante, appelant au passage un assistant pour qu’il amène quelques feuilles et une plume. A peine en main elle note rapidement les pages ainsi que quelques notes pour des éclairages, des points importants pour comprendre et connaître les faiblesses comme forces d’un culte, ainsi que le point de vue de l’auteur – si c’est bon ou pas, en quoi c’est bon ou pas -.

Et finalement elle casse cette plume et respire difficilement. Sa tête lui tournait définitivement.

Fermant l’ouvrage elle le tendit à Hector.

- Sénateur, pourquoi ne pas l’emprunter et l’emmener avec vous ? A condition que vous le rameniez rapidement évidemment.


Sa voix était étrange, prouvant bien son état de faiblesse soudaine. A tout instant sa tête risquer de s’effondrer pour rejoindre le monde du rêve ou cauchemars dans son cas. Peut-être qu’Hector verra sa joue atterrir sur cette table froide ? Peut-être pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Sénateur Ʌ

Hector de Jadewood

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 569
♦ Messages : 238
♦ Âge du perso' : 30
♦ Fiche : ma vie, mon œuvre
♦ Date d'inscription : 13/11/2010
♦ Age : 35

Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood] Vide
MessageSujet: Re: Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood]   Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood] EmptyLun 14 Nov - 20:51

    Hector était loin d’imaginer tout ce qui bouillonnait dans la tête de la jeune femme, ni les raisons réelles qui la poussaient à l’aider. Elle avait l’air énervée, comme si le sénateur l’embêtait un petit peu et que travailler avec lui l’incommodait. Bon, d’accord, avec son armure, il n’était pas engageant, il avait prit l’habitude que les femmes le fuit depuis tout ce temps mais elle, elle réagissait bizarrement. Par politesse et gentillesse, il l’invita à se retirer si elle voulait, il ne pouvait ni ne voulait la forcer, elle lui en avait apprit bien assez en le conduisant aux livres, le reste, il pourrait s’en charger. Seulement elle ne voulait pas bouger et encore une fois, il était loin d’imaginer que c’était parce que la jeune femme atteignait un état de fatigue plus que critique. Elle avait bien l’air un peu fatigué mais jusque là, il croyait que c’était lui qui la fatiguait et qu’elle ne voulait simplement pas l’aider plus que ca. Une femme étrange, dont il ne connaissait même pas le nom maintenant qu’il y pensait, il ne savait d’elle qu’une chose, un minuscule fragment de son passé. Seulement, il ne pouvait nier qu’elle l’aidait beaucoup, orientant ses questions vers des raisonnements sensés.

    Difficile de savoir ce qu’il leur promet exactement, c’est bien pour ca que je veux en apprendre plus, pour comprendre comment il attire tous ces gens. Le culte connait des période d’activité intense et de forte baisse en fonctions des leaders qui s’imposent à chaque générations, alors je dirais ce que ca dépends un peu… Mais certaines régions sont si pauvres qu’il ne faut pas grand-chose pour obtenir la loyauté des gens…

    A son grand regret, d’ailleurs, il y travaillait avec beaucoup d’autres seigneurs locaux. Bien sûr, ils n’étaient pas tous désintéressé mais un province plus riche, c’était plus d’impôts et donc plus d’or pour les seigneurs. La jeune femme continuait à parler, faisant cette voix référence à la chose que vénérait les cultistes.

    Il n’y a pas de dieux ou de déesses à ce que j’en sais, c’est la brume en elle-même qu’il vénère, un peu comme si… c’était leur forme à eux de l’Ombre. Seulement pour ces gens-là, la brume est plus facile à appréhender, ils vivent dedans toute l’année ou presque.

    En tout cas, la demoiselle avait l’air d’avoir le cerveau en ébullition, elle demanda papier et plumes et commença à noter plusieurs choses. Pour quelqu’un qui n’avait pas envie d’être là, elle carburait bien la petite. Puis soudainement, la plume cassa, elle arrêta tout et proposa à Hector d’emprunter le livre. Comme ca ? Aussi facilement ? Ca l’étonnait. Seulement, en levant les yeux vers elle, il vit son visage, elle avait l’air de souffrir, ou du moins de ne pas aller bien, était-elle malade. Hector se leva de son siège, les livres passaient au second plan, il s’inquiétait pour la jeune femme. Il s’approcha d’elle et lui mit une main sur l’épaule avant de parler d’une voix inquiète.

    Vous êtes sûre que ca va mademoiselle ? Vous n’avez vraiment pas l’air bien, je peux faire quelque chose pour vous aider ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtresse †

Franziscka Halbrum

♦ Influence : 247
♦ Messages : 313
♦ Âge du perso' : 20
♦ Fiche : Un mur de glace...
♦ Date d'inscription : 31/12/2010
♦ Age : 25

Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood] Vide
MessageSujet: Re: Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood]   Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood] EmptyDim 4 Déc - 17:54

Un culte voit son nombre de membres ainsi que son taux d'activité varier selon ses leaders effectivement. Tout cela dépend du type de leadership comme on dit.

Par exemple le leader peut être du type dictateur, celui qui préfère se faire obéir par la force, l'intimidation et la colère. Il aura droit à un noyau de fidèles, le reste ne réagira que par peur, saisissant la première occasion pour le faire tomber de son piédestal. Voilà un type de régime défavorable à l'expansion naturel et calme d'un culte, d'une organisation.
Puis il y a le leader à l'écoute, qui participe aux actions, qui explique, qui met tout en évidence. Rien n'est caché et tout le monde participe aux fonctionnements de la communauté. La, on peut voir plusieurs fidèles et une expansion massive et favorable de ce culte. Chose qui serait problématique.
Enfin, le leader laissez faire. Là, à part des fainéants, on ne récoltera rien.

Ainsi donc, pas étonnant la déclaration sur la variation de l'activité d'Hector. Maintenant il fallait voir si c'était un même leader ou un leader changeant régulièrement.

Quant à ce qu'ils idolâtraient : La Brume en elle-même. Quelle idée ! Pour une fois elle serait l'avis de ces fous des hommes de sciences que considéraient ce brouillard comme une simple manifestation scientifique de la nature ! Pourquoi y mêlait religion à une telle chose ? C'était de la folie voyons !

Enfin ... à y réfléchir, elle n'était pas en forme du tout à cet instant. D'ailleurs il n'y avait pas besoin de répondre oralement à la question du Sénateur: Elle tremblotait et avait droit à des joues rouges maintenant, prouvant une soudaine pic de fièvre.

- Bien... Je me sens bien.


Elle avait un ton bourru. On dirait qu'elle parlait à elle-même ou alors qu'elle récitait automatiquement une phrase apprise par cœur qui n'avait aucun rapport avec sa condition réelle. Quant à son destinataire, elle savait juste approximativement où il se trouvait. Il y a trop de lumière et sa vision était de plus en plus floue.

- Je vais dormir un peu.

Confirmant sa parole, elle croisa ses bras sur la table et y enfourna sa tête. Par la suite, elle se serra d'avantage contre elle-même pour se réchauffer, collant par moment sa joue contre la surface froide de la table. Dommage... Elle réchauffait trop vite. D'ailleurs, trop froid. Vaut mieux retirer sa joue !

- Je n'ai pas besoin d'aide.


Cette dernière phrase était incompréhensible, totalement étouffé par son bras. On ne pouvait qu'entendre "hum...pas beso... de..."

Bon sang, pourquoi avait-elle donc si froid ? La bibliothèque était chauffée normalement ? A moins que l'assistant ou un esclave ne l'ai oublié de faire ! Il faudrait qu'elle aille en toucher deux mots, dès qu'elle pourra tenir sur ses deux jambes évidemment !

Enfin, elle plongea dans un semblant de sommeil, agitée. Elle allait se réveiller dans quelques minutes, en pleurs et avec des cris. Le Sénateur sera-t-il toujours là ? Est-ce-qu'il y aura des personnes autour? Elle n'en savait rien, totalement plongé dans ce monde cauchemardesque, s'agitant de temps à autre.

Qu'on ne l'emmène pas à un médecin par pitié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Sénateur Ʌ

Hector de Jadewood

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 569
♦ Messages : 238
♦ Âge du perso' : 30
♦ Fiche : ma vie, mon œuvre
♦ Date d'inscription : 13/11/2010
♦ Age : 35

Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood] Vide
MessageSujet: Re: Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood]   Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood] EmptyLun 5 Déc - 17:31

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood] Vide
MessageSujet: Re: Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood]   Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Frickwitch, ma belle contrée ! [Hector De Jadewood]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ѧ Le quartier des Ombres Ѧ :: Bibliothèque-