AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
₳ Philosophe ₳

Iraïd Hajkawen

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 285
♦ Messages : 310
♦ Âge du perso' : 28
♦ Fiche : Laissez libre court à d'autres idées...
♦ Protecteur : La terre que vous avez sous les pieds ...
♦ Date d'inscription : 16/02/2011
♦ Age : 26

il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)  Vide
MessageSujet: il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)    il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)  EmptyJeu 11 Aoû - 11:12

Iraïd venait de quitter les appartements de la Duchesse, mariée au Comte d’Agasthel, le mécène officiel du philosophe, plus musicien que beau parleur. Pourquoi il était là-bas? Tout simplement que son protecteur logeait chez sa femme depuis son retour Uberhal ou ces derniers se sont marié. Bon tout ceci concerne peu le rouquin, mais il s’est retrouver lier a cette petite histoire de couple malgré lui. Enfin aujourd’hui, il était juste venu raconter au jeune comte les dernières nouvelles de l’Aristocratie, et surtout qui viendrait au bas ou non. Les deux hommes ont été invité et le musicien appréhendait un peu la chose. A une réception pareil, il y aura un sacré monde, y compris des personnes de l’Eglise. Et bon, les philosophes ne court pas les rues en ce moment, et même si le haut-prêtre n’est plus Régent et que l’Eglise a perdu une bonne partie de son pouvoir tyrannique. Un manipuleur de la Terre ne peut pas se trimballer ouvertement comme ceci et annoncer des paroles révolutionnaire à tout bout de champs. Enfin, le roux n’était pas comme cela, heureusement. C’était en temps que musicien qu’on l’invitait alors il n’avait que sa paranoïa à craindre. Seul Siegfried et sa femme s’avait qu’il était philosophe dans l’aristocratie et ils n’allaient pas le vendre comme cela, non?

Enfin, la n’est pas la question. Le philosophe sorti des appartements de sa démarche toujours aussi tranquille. Il n’était pas presser a vrai dire. Il n’avait rien a faire d’autre en cette fin de journée. Début de soirée même, on voyait l’obscurité de la nuit pointé le bout de son nez, et les travailleur chargé de l’allumage des bougie dans les lampadaires s’affairait a leur besogne. Muni d’une échelle et de silex et montâmes a sur chaque barre de fer et ouvrant la vitre des lampadaire, alluma la bougie qui n’était qu’un tas de cire, chauffer, reformer et réchauffer. autour d’eux, les marchants fermait boutique et les derniers travailleurs rentrait chez eux; C’était la routine d’une heure pareil, donnant naissance a une autre faune d’Ishtar. Pas forcement dans cette rue ci, qui était plutôt bonne fréquentation mais a quelques pas de la, les prostituées et autre gigolo traversait les rues, et voleur comptait les gagnes de la journée sur les tables des bar malfamés. Ishtar prenait une nouvelle vie, plus sombre que le simple train des citoyens. Iraïd connaissait aussi ce genre de personnage, depuis peu il s’était lier a une bande de terroriste. Mais ce soir il n’ira pas faire un tour par là-bas et prendrais la direction de chez lui directement.

Luzy n’était pas avec lui d’ailleurs. En ce moment, il sortait de plus en plus sans elle. C’était trop dangereux…. Enfin, il s’avait être discret. Aujourd’hui, il avait troquer son espèce de poncho pour une cape plutôt longue et une capuche qui permettait de cacher ses cheveux, ou du moins leur longueur particulière de sa chevelure. Et comme a son habitude, une écharpe était négligemment entourer au tour de son coup, empêchant le froid d’arrivé jusqu’à lui. Car bon, il commençait a faire plutôt frais et les ombres surplombaient facilement toute la ville. Le rouquin n’était pas très rassurer, il aimait le soleil lui. Voir toute ces ombres le m’était mal à l’aise .. Il se méfierai presque de sa propre ombre. Enfin avait pas de raison pour qu’un prêtre lui tombe dessus, non? Surtout qu’il va bientôt faire nuit … et que bientôt la manipulation des ombres le seront restreint.. Oui enfon c’était pas encore l’heure.
Bref, le roux déambula dans les rues de sa démarche tranquille, pas plus aux aguets que d’habitude puisque la journée c’était déroulé comme toutes les autres précédemment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtresse †

Suzume Zhang-Jian

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 76
♦ Messages : 268
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Moineau
♦ Protecteur : L'Ombre
♦ Date d'inscription : 29/01/2011
♦ Age : 28

il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)  Vide
MessageSujet: Re: il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)    il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)  EmptyVen 12 Aoû - 8:51

Une ombre encapuchonné et vêtue d'une longue cape noir lui arrivant jusqu'au pied sauta d'un toit à un autre. Les gens pensaient trop peu souvent à regarder en hauteur. Certes, ils surveillaient derrière eux, devant souvent, sur les côtés, parfois, mais jamais au-dessus d'eux. Parce que, logiquement, la menace ne venait jamais du ciel. Grand mal leur fasse de penser ainsi, c'était une des choses qui faisait la force de la petite assassin qui volait alors de toit en toit, rentrant au monastère, sa mission accomplie. Une autre personne était morte aujourd'hui, pour le bien de tous, et pour la grandeur de l'Ombre... Ou tout du moins, pour le Haut prêtre, donc par sa volonté, mais cela était amplement suffisant pour que Suzume s'exécute sans un mot. Donc, une personne avait été tué de sa main ce soir, de toute façon une de plus, une de moins, au bout d'un moment on cesse tout simplement de les compter. Cela avait été fait proprement, une exécution sommaire, et même si la personne avait bien eu le temps de supplier un instant ou deux, sa tête avait quand même roulé sur le sol à la fin, laissant des litres et des litres de sang se rependre dans un silence pesant. Suzume n'était pas resté pour le spectacle, et avait disparu dans le crépuscule de cette soirée bien calme. Bientôt, il fera nuit.
Aussi étrange que ça puisse paraître, Suzume n'aimait que moyennement la nuit, car si elle était noire, son don devenait inutilisable. L'ombre était le fruit de l'équilibre, dans la nuit la plus sombre, comme devant le soleil de midi, elle devient difficile à trouver, encore plus à manier... Il n'y avait que quelques rares nuits que Suzume aimait bien, celle où la lune était parfaitement ronde et visible, offrant une lumière froide à ce monde. De ces nuits, Suzume n'avait pas peur, car même en pleine nuit l'équilibre était toujours présente. Levant les yeux au ciel, elle remarqua la lune qui commençait à apparaître, tel un fantôme, à l'opposé du soleil à l'agonie. Elle ne serait pas pleine avant deux jours encore.

Il était rare que Suzume perde son temps dehors une fois ses missions fini, elle n'avait rien à faire dans cette ville que ne lui donnait que l'impression d'être un nid grouillant d'hérétiques. Parfois, elle se demandait si tout brûler n'aurait pas été la meilleure solution. Tout brûler pour recréer un monde parfait sur des bases saines. Sans philosophes, sans terroriste, et sans scientifiques. Juste l'Église et le grand empire. Et brûlons les nobles contre l'Église par la même occasion, tiens. Elle soupira un instant avant de reprendre sa course silencieuse. Ceci n'était qu'un rêve...Et puis, sans personne à tuer ou combattre, Suzume aurait été comme un lion en cage, ayant depuis longtemps prit goût à la mort...

Soudainement, son regard fut attiré par une silhouette encapuchonné dans la rue parallèle au toit sur lequel elle se trouvait. Bah, c’était juste un passant. Elle détourna alors le regard avant... Avant que son cerveau ne lui lance un signal d'alarme face aux longues mèches rousse qui sortait à l'avant de la capuche. D'un coup, Suzume s'arrêta et fixa l'homme avec une insistance gênante, à tel point qu'il devait le sentir, sans pour autant savoir d'où cela venait...
Elle le connaissait. Elle en était certaine, on n'oublie pas facilement une aussi mauvaise rencontre. Ou avait-elle déjà vu cette grande silhouette rousse ? Il ne fallut pas longtemps pour que sa mémoire se mette en route et que Suzume s'en rappelle. Le sale musicien agaçant au possible. C'était vraiment un sacré hasard de le croiser ainsi, non ? Ombre en soit remerciée... De plus, cette rue qui était tellement vide, sans témoins, ni personne d'autres qu'eux deux. Ce que le Haut prêtre ne sait pas ne peut pas lui faire de mal? Et sans témoins, pas de preuve... Un sourire mauvais apparu sur le visage de poupée de la prêtresse. Vous ai-je déjà dit qu'il n'était jamais bon de voir Suzume sourire ?

D'un saut souple et rapide, La prêtresse descendit de son toit, pour atterrir en plein milieu de la rue, utilisant évidemment l'ombre pour ne point se blesser et amortir sa chute une fois en bas. Elle était à dix mètres tout au plus du philosophe qui avait cessé d'avancer en voyant la prêtresse lui bloquer le chemin. Ne perdant rien de son sourire, elle baissa sa propre capuche pour laisser apparaître son visage et ses cheveux, laissant, avec une joie malsaine, le plaisir au musicien de reconnaître la jeune fille.

Comme on se retrouve, musicien...

Fit-elle calmement. Cette fois, c'était elle qui souriait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
₳ Philosophe ₳

Iraïd Hajkawen

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 285
♦ Messages : 310
♦ Âge du perso' : 28
♦ Fiche : Laissez libre court à d'autres idées...
♦ Protecteur : La terre que vous avez sous les pieds ...
♦ Date d'inscription : 16/02/2011
♦ Age : 26

il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)  Vide
MessageSujet: Re: il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)    il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)  EmptyVen 12 Aoû - 18:23

Il y avait tout de même du vent ce soir, assez pour faire frémir les quelques longues mèches qu’il lui tombe généralement devant l’œil gauche. Il marchait toujours tranquillement dans les rues, quand une silhouette encapuchonner parcourait les toits. Il ne se doutait pas que cette personne allait s’arrêter pour l’observer et surtout le reconnaitre. Mais quand il rendit un regard sur lui, il commença a douter. Bon, il ne remarqua pas tout de suite la personne sur le toit. Puisque son regard passa d’abord autour de lui, puis derrière. Ensuite, il examina les fenêtres des maisons, il faisait plus sombre dehors, c’était facile d’observer ce qu’on y voyait à l’intérieure. Et de fils en aiguille, ses yeux se posa sur le toit, avec l’Ombre d’apparence humaine tourner vers lui. Qu’Est-ce que cela pouvait être? Le musicien resta muet, pensant que ça serait inutile d’appeler cette personne puis tout a coup, cette dernière se mit a bouger, se rapprochant de lui. Il était soupçonneux envers ce personnage, se demandant de qui cela pouvait s’agir. Mais la réponse à sa question muette arriva rapidement.

La silhouette de petite taille, tomber du ciel fit apparition devant lui. Iraïd d’arrêta et fronça les sourcils se demandant qui cela pouvait être. Il y avait peut de monde a cette heure de la journée et dans ce coin de la ville, surtout de la taille d’un enfant. Mais quand il vu la personne en face de lui, faire tomber sa capuche, il ne peut réprimer de la surprise. La demoiselle de la réception mondaine?! Qu’Est-ce qu’elle faisait là? Mais surtout qu’Est-ce qu’elle lui voulait. Elle devait normalement pas savoir que c’est un hérétique.. Enfin un philosophe, Mais pour arrêter quelqu’un en pleine rue ainsi, ce n’est pas que des petit soupçon qu’il faut avoir.
Le roux ne s’étonna pas qu’elle le soupçonne, en même temps il lui a presque tendu la perche pour être frapper la dernière fois, sauf que cette fois-là, la demoiselle ne pouvait rien lui faire car il était en pleine soirée aristocratique. Mais la, c’était le contraire, elle pouvait le décapiter de son ombre d’une seconde à l’autre. Elle sera en son bon droit. Enfin pas tellement. L’Eglise n’a pu le droit de tuer un simple citoyen prétextant l’hérésie, maintenant c’est la Garde Impériale qui se cherche de la sécurité de la ville. Et cela, c’est une bonne chose pour Iraïd surtout dans des moments pareils. Enfin la demoiselle ne lui en veut pas tant que cela pour se jeter sur lui toute griffe ouverte?
Enfin, le roux remarqua que cette dernière sourira étrangement, s’en était presque étrange. La dernière fois qu’il l’avait croisé elle arborait un visage de marbre, sans aucun sentiment. La on pouvait voir un sourire, chose que l’on peu identifier comme un signe de contentement ? Vraiment ? Et pourquoi elle souriait face à lui? Quelque chose lui disait que ce n’était pas parce qu’elle était heureuse de le revoir. Mais le roux lui, l’était. Enfin autant qu’on pouvait être heureux de croiser quelqu’un qui voulait vous faire disparaitre. Mais il aimait bien cette demoiselle, il aimait bien aussi la titiller, d’ailleurs, pourquoi pas continuer ?

- oh c’est vous ? Vous souriez ? Ce n’est pas parce que je suis maintenant en face de vous, quand même?

Il faillit lui demander si elle allait bien, mais se retenu à temps. Ça aurait été un peu arrogant de sa part. Bon, il n’était pas à ça prés maintenant puisqu’il le posait un chieur de première des l’arrivée de la demoiselle, mais il espérait tout de même quelques minutes de survie. Ou quelques secondes …
Même si lui aussi souris- comme a son habitude- il s’attendait a tout. Il resta donc méfiant, se concentra a utiliser la Terre pour se défendre si la prêtresse l’attaquait. Ou alors éviter une ombre visée un peu trop prés de son corps. Surtout que cela l’étonnerai si elle le laissait partir sans aucune blessure, ni menace .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtresse †

Suzume Zhang-Jian

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 76
♦ Messages : 268
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Moineau
♦ Protecteur : L'Ombre
♦ Date d'inscription : 29/01/2011
♦ Age : 28

il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)  Vide
MessageSujet: Re: il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)    il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)  EmptySam 13 Aoû - 23:33

Il trouvait encore la force de se montrer moqueur et s'amuser de la situation. Cet homme était vraiment imbuvable. Il fallait bien être un idiot pour agir ainsi, ce dont Suzume ne doutait pas de lui, et elle n'avait pas besoin de preuve pour cela. C'était surement pas ce qu'elle ne l'aimait pas, ou surement parce qu'elle voulait le voir plus mauvais qu'il ne l'était vraiment. En tout cas, la chose était là, sans qu'elle en ait conscience : elle sous-estimait cet homme. C'était surement la plus grande faiblesse de la prêtresse ; sa confiance en elle, confiance qui la rendait bien trop souvent peu méfiante devant ce genre d'individu qu'elle considérait comme inferieur, et qui pourtant, au fond, cachait parfois de bien drôle de surprise...

Ceci dit, Suzume ne perdit rien de son sourire, même si ce dernier se fit un tantinet plus ironique devant la réplique de l'autre. Elle ne répondit rien, pas encore, pas tout de suite alors qu'elle réfléchissait à la technique à aborder, le combat passait avant la parole.
Il fallait faire vite. Elle avait surement moins de vingt minutes devant elle, peut-être trente, avec de la chance, avant qu'une patrouille de garde n'arrive dans cette rue. Même si elle se faisait prendre, elle n'aurait de compte à rendre que devant Uriel, mais l'idée de se faire taper sur les doigts ne lui plaisait pas vraiment; Suzume était un modèle d'obéissance, elle n'avait pas envie que cela change. Ce qui impliquait donc de disparaitre avant que le moindre témoin ne pointe le bout de son nez, et si possible, en n'en ayant préalablement fini avec le musicien dans ce court laps de temps. Si une patrouille de garde arrivait, elle partirait, tout simplement, le voyage ombreux était un avantage non négligeable à cette heure de la journée. Il était préférable de partir et en finir une autre fois avec le musicien, bien qu'elle ne doutait pas d'en finir avec lui dans quelques secondes...
Tout ça, c'était faisable. Tout à fait faisable... Mais quelque chose, au fond d'elle, lui disait de rester méfiante... Hélas ce « quelque chose » n'était pas assez fort, pas assez puissant devant l'aveuglante confiance qu'offraient sa puissance et son talent. Grand mal lui fasse. Mais il parait que c'est de ses erreurs qu'on apprend ?

Et pourtant, aussi amusant que cela soit, si, et vous n'imaginez même pas à quel point...

Fit-elle calmement alors qu'elle remettait une mèche de ses cheveux bleus derrière son oreille, le vent était un peu fort ce soir... Sa voix était presque douce alors qu'elle imaginait déjà comment en finir avec lui, voyant déjà son corps tomber inerte dans cette rue insalubre. Suzume n'aimait pas ce musicien, vraiment pas, et c'était de loin une raison suffisante pour l'éliminer proprement. Pourtant, quiconque connaissant un peu Suzume, saurait qu'il n'était pas dans ses habitudes d'agir ainsi... Aussi étrange que ça puisse paraitre, elle faisait du « problème musicien » une affaire personnelle. Peut-être parce qu'elle n'avait personne à qui en parler, mais aussi parce qu'elle voulait réellement le tuer sans demander l'avis de personne. C'était étrange d'en vouloir ainsi à la vie de quelqu'un sans pour autant avoir la preuve nécessaire pour le tuer en criant à l'hérésie... Oui, c'est ça, Suzume faisait un caprice. Comme une enfant trop gâté à qui on aurait oublié trop souvent d'interdire quoi que ce soit...
Assez parlé.

C'est là que ça commença.
Rapidement et avec des gestes aussi fluide que fascinant, Suzume utilisa la grande ombre du bâtiment, qu'elle divisa en quatre, pour attaquer, assaillant le musicien par toutes parts, avec la ferme attention de le tuer en le transperçant de part en part. Il n'y avait ni hésitation, ni douceur dans son attaque, ses gestes étaient assurés, mué d'une volonté propre de voir le sang de son ennemi couler. C'était une assassin, une tueuse, elle agissait donc comme tel, attaquant pour blesser, mortellement... Toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
₳ Philosophe ₳

Iraïd Hajkawen

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 285
♦ Messages : 310
♦ Âge du perso' : 28
♦ Fiche : Laissez libre court à d'autres idées...
♦ Protecteur : La terre que vous avez sous les pieds ...
♦ Date d'inscription : 16/02/2011
♦ Age : 26

il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)  Vide
MessageSujet: Re: il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)    il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)  EmptyDim 14 Aoû - 0:27

Tiens, la réponse de la demoiselle, surprit quand même Iraïd. Alors elle souriait parce qu’elle le voyait en face d’elle. Il y avait quelque chose d’inquiétant. Une prêtresse normale - ou quiconque d’ailleurs- ne souriait pas quand elle voyait une personne qui l’agaçait plus qu’autre chose. Sauf quand on imagine des situations peu agréable pour ce denier. Le rouquin se doutait que la demoiselle avait ce genre de penser a son égard. Elle n’allait certainement pas la voir lui lancer des fleurs. Mais s’il s’en rappelait bien; C’était avec une expression de mépris qu’ils s’étaient quitter à la réception. Et voila qu’il l’a retrouvait avec un sourire. Le philosophe encore incognito -plus pour longtemps- pensait bien il allait passer un mouvait car d’heure. D’ailleurs, il gardait la une distance de plusieurs mètres envers la jeune fille. Il ne connaissait pas sa manière de battre et vu la faculté d’Iraïd en combat en corps a corps… Mieux valait qu’il ne la laisse pas s’approcher. Sauf que le problème, c’est que ce n’est certainement pas de cette manière la que la demoiselle va attaquer, le plus plausible était par les ombres. Et a cette heure -ci les Ombres, n’en a partout.
Le musicien garda bien évidement son sourire, malgré la situation assez mauvaise pour sa personne, puis tranquillement, comme s’il n ‘était pas en danger il s’attacha les cheveux en une queue haute, pour ne pas qu’ils le gênent dans ses mouvements future. À son poignet parmi toute les babioles que portait le roux au bras et au doigts on pouvait voir un étrange bracelet long entourer de plusieurs tour. Les perles étaient artisanale, comme des sortes de grosses graines ronde. Ce bijou était un objet de méditation. Mais c’était tellement peu connu par l’habitant d’Ishtar, qu’il ne craignait pas trop d’être vu comme ceci. Beaucoup de personne, y compris les prêtres ou inquisiteurs pensait que cette chose était un simple bracelet, et puis il fallait vraiment être spécialisé dans l’hérésie pour savoir ce que cela pouvait d’être. Si Suzume l’avait vu, et reconnu? Ira n’en savait rien. Mais cela ne le préoccupa pas trop pour le moment. Quitte a se faire transpercer par ces ectoplasmes de ténèbres, autant que ça cela soit pour une bonne raison.

- Oh, je m’en vois flatter alors.

Il ne pouvait pas s’en empêcher. Ce n’était pas vraiment de la provocation, juste que cela le démangeait. Il ne pouvait pas s’empêcher d’embêter cette petite tête bleue quand il l’a voyait. On prend trop souvent Iraïd pour quelqu’un de social et gentil; mais ce n’est pas pour rien qu’il a toujours vécu en ermite a se balader a travers les provinces. Cet homme est plus fourbe qu’il en a l’air. Il suffisait d’être dans son collimateur pour voir qu’il n’était pas un simple musicien des rues. Ou alors de bien le connaitre. Peut-être que Lao, qu’il connait depuis sa jeunesse, sait cela, mais le roux avait toujours fait attention à ne pas développer des liens avec autrui. Cela le forcerai à montrer le revers de la médaille de son caractère. Et il n’approuve pas vraiment ce genre de chose. Mais pour le moment il avait autre chose à penser. La demoiselle allait attaquer, il le sentait. Son instinct lui criait de faire attention, pas forcement de fuir mais de réfléchir à toute les possibilités de ce qu’il pourrait arriver et réagir en conséquence. Enfaite c’est comme si dans se tête, son esprit lui lui envoyer les signaux « danger », « danger », « danger ». Ce qui arriva rapidement. Une ombre commençait a onduler devant lui trop rapidement a son gout. Il eut juste le temps de se jeter sur le coté, contre le mur pour éviter de finir en brochette. Le rouquin ressentit une vive douleur à son flanc, mais honnêtement, il ne s’arrêta pas pour regarder la profondeur de la blessure et se dire «  oh, elle m‘a tranché dans le lard ». Tout ce qu’il savait, s’était que sur le coup, il eut du mal a respirer pendant quelques seconde. Enfin, il réprima surtout ce mal, une minute d’inattention pourrait lui être fatale. Le contact de la pierre qui confectionnait le mur, le rassura un peu. Lui sa force il l’avait sous ses pieds, dans son dos, partout! Il devait connaitre la façon de se battre de cette prêtresse. Sa manipulation des ombres est rapide. Mais il manquait d’information. Il devait tout savoir, connaitre sa façon de penser dans un combat, et déduire son prochain coup, cependant c’est pas avec ce seul jeu des ombres qu’il apprendra tout ceci. Une main sur la pied, le roux s’apprêta a répliquer pour sa défense. Il n’utilisera que la manipulation de la Terre pour sa survie. Ils étaient tout de même a Ishtar, il pouvait pas se permettre trop d’extravagance. Mais il était bien décider à rester en vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtresse †

Suzume Zhang-Jian

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 76
♦ Messages : 268
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Moineau
♦ Protecteur : L'Ombre
♦ Date d'inscription : 29/01/2011
♦ Age : 28

il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)  Vide
MessageSujet: Re: il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)    il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)  EmptyDim 14 Aoû - 17:09

Suzume n'avait pas forcé l'attaque pour le tuer sans lui laisser le temps d'agir. Elle aurait pu, le tuer rapidement et lâchement dans le dos. Elle l'avait déjà fait, et le referais surement, parce qu'il était parfois nécessaire de tuer rapidement sa cible, mais dans le cas présent elle avait voulu que le musicien sache qui serait celle qui lui donnerait la mort. Et puis, s'il pouvait se défendre un peu, cela n'en était que plus amusant, comme la souris qui essaie tant bien que mal de se défaire des griffes meurtrières du chat joueur. C'est cliché, il faut l'avouer, surtout que Suzume était plus proche d'un oiseau que d'un chat, elle était une « menace venant d'en haut ».
Les gestes de l'homme firent vite savoir à Suzume qu'elle ne se trompait pas, et qu'au fond, il savait très bien pourquoi elle venait de s'arrêter pour lui parler. S'il n'en était pas certain, il s'en doutait du moins suffisamment pour s'attacher les cheveux, surement pour qu'ils ne le gênent pas. Un geste banal, mais qui laissait penser qu'une riposte ou une fuite était à attendre, qui prendrait la peine de s'attacher les cheveux en sachant le combat perdu d'avance ? Et même si celui-là l'était déjà d'avance, Suzume aimait l'idée que cela dure plus longtemps qu'une ou deux secondes. Un ou deux minutes de plus, pourquoi pas... Mais pas trop, car il serait extrêmement rageant qu'elle n'arrive point à le tuer, et que la garde arrive. Évidemment, il y avait peu de chance pour cela, mais tout de même, ne jamais dire jamais, hein ?

Encore une fois, le musicien trouvait le besoin d'avoir le dernier mot, qu'à cela ne tienne, Suzume lui laissait volontiers, n'ayant jamais été très bavarde de nature. Et puis, à quoi bon répondre à un futur mort ? S'il n'était plus dans un instant, il était inutile de lui répondre. Autant lui laisser cette victoire futile et se concentrer sur celle à venir.
Et donc, Suzume attaqua. Tel des serpents dont la seule envie était de mordre la chair tendre du musicien, l'ombre contrôlée par la jeune fille, se divisa en quatre, et l'attaqua avec rapidité et dextérité qu'il dut se jeter sur le côté, rencontrant ainsi le mur, pour éviter de finir transpercé par quatre lames d'ombre. Un léger sourire vint flotter l'espace d'un instant sur le visage de Suzume alors qu'elle voyait une légère giclé de sang se répandre au sol. Elle l'avait touchée, espérons que la blessure soit grave, savoir qu'il souffrait était une chose bizarrement agréable dans l'esprit de la prêtresse...

Ah, il venait de faire une erreur en se jetant contre un mur, il n'avait plus de moyen d'éviter son attaque, ainsi coincé entre le mur et l'ombre. Elle allait gagner. Il allait mourir. Contente de voir cela, Suzume recommença à danser pour les ombres, leur intimant d'attaquer l'homme par les cotés, devant, mais aussi au-dessus, ne lui laissant ainsi aucune chance de fuite. Répondant à ses mouvements, les quatre serpents noirs, aussi tranchants que des lames, partirent à toute vitesse vers leur proie, dans la ferme attention de le transpercer, de le tuer, quitte à détruire en partie le mur derrière.
Il était certain que ce n'était pas la douceur qui prônait dans la manipulation des ombres de Suzume, non, elle n'avait aucunement la beauté des mouvements ou la sensualité d'Helena quand elle imposait sa volonté aux ombres. Sûrement parce que Suzume manipulait pour tuer et non pour plaire. Il fallait même dire que ses attaques avaient quelques choses de barbares, comme l'avait prouvé le duel à l'arène, elle ne cherchait pas à faire de jolies choses, juste à vaincre. Cependant, son manque de délicatesse était compensé par, justement, la force de son talent. Qui pouvait se vanter d'avoir une telle manipulation aussi jeune ? À quoi bon faire dans la dentelle quand la seule chose qui compte est de prendre la vie de l'hérétique ? Suzume était certaine que ses prédécesseurs, bien plus barbares que les prêtres d'aujourd'hui, approuveraient sa vision des choses, en ce temps reculé où les prêtres de l'Ombre étaient si craint sur les champs de batailles... Et a juste titre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
₳ Philosophe ₳

Iraïd Hajkawen

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 285
♦ Messages : 310
♦ Âge du perso' : 28
♦ Fiche : Laissez libre court à d'autres idées...
♦ Protecteur : La terre que vous avez sous les pieds ...
♦ Date d'inscription : 16/02/2011
♦ Age : 26

il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)  Vide
MessageSujet: Re: il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)    il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)  EmptyDim 14 Aoû - 22:07

Iraïd mit la main sur sa blessure, la compressant pour éviter de perdre trop de sang. Il le sentait couler entre ses doigts mais ces yeux ne quitta pas la demoiselle ni les Ombres. Il avait autre chose a penser que cette douleur qui lui martelait le cerveau. Il n’allait pas mourir de sa blessure, elle ne semblait pas dangereuse. Mais le roux n’était pas une personne de terrain, les combats n’avait jamais été sa domaine de prédilection. La méditation l’était plutôt… mais ça lui était plus utile dans un moment pareil que l’on pourrait croire. ça lui permettrait de faire abstraction de sa douleur et se contenter sur ce qu’il se passait devant lui. Il réfléchissait. À savoir comment il pourrait réagir, comment faire pour éviter le prochain coup, quel coup, et d’innombrable de question qui lui assit l’esprit, l’empêchant de penser à ce qui lui fendait le ventre.

Il n’avait pas vraiment peur, son sourire était toujours la bien sur . Mais dans ses yeux, on voyait bien une concentration aigue. Il réfléchissait toujours, à savoir aussi comment s’en sortir sans utiliser la manipulation de la terre. La rue était déserte mais cela ne lui plaisait pas trop que l’on le découvre philosophe. Et rien de mieux que son art pour se faire démasquer…. Enfin quelques choses lui disait qu’il devrait forcement utiliser sa manipulation de la terre pour rester entier. Bah, y avait pas grand monde qui trainait dehors cette heure là. Il ne risquerai pas d’avoir de témoin. Le problème était la petite prêtresse. Elle devinerait sans problème qui il était et sa pourrait être regrettable pour sa survie après, surtout que bon, depuis son arrivée a Ishtar il s‘était arrangé pour ne pas avoir l’église derrière lui; alors s’il pouvait ne pas les avoir après cette intercalation cela, ça serai vraiment bien. Enfin, combien y avait-il de chance pour que la demoiselle ne parle pas de se combat ? Pas beaucoup. De plus le roux n’est pas un tueur. Il n’attaquera pas la prêtresse en pleine ville. Ce n’était pas sa façon de voir les chose. Iraïd pourrait aussi fuir. Cette possibilité lui avait effleurer l’esprit. Il suffisait de traverser la maison qu’il avait derrière lui, deux trois bâtisses encore et il devrait avoir une rue assez peuplé pour trouver la garde pas trop loin. Mais la jeune fille ne le laissera pas filer si rapidement.

C’était plutôt amusant… enfin, même si c’était de la haine, la prêtresse avait des émotions envers le rouquin. C’est une première! Le philosophe pensait que l’Eglise formatait des personnes comme la demoiselle pour ne pas avoir de sentiment. … pourtant c’était bien elle qui lui sautait a la gorge sans cérémonie ni verset incessant annoncer à tord et a travers. Hormis la danse des Ombres, on pourrait presque penser qu’elle n’avait rien a voir avec l’Eglise.
Ouais, presque parce que là elle recommençait a bouger étrangement- danser- qui annonçait au philosophe que quelque chose allait rapidement arriver et que c’était pour sa peau. En face de lui, les ombres se divisa devant lui. D’un coup, il ne se concentra plus sur la demoiselle mais sur les ténèbres qui gigota devant lui. Elles étaient rapidement et précise, même un quart-seconde pourrait lui être fatale. Mais ce n’était pas un débutant. Ses mains se posa sur le mur derrière lui puis les écarta de lui rapidement, le mur fit de même et il recula rapidement avant de le faire s’écrouler a l’endroit ou il était précédemment. Les ombres percuta les pierres dans un fracas bruyant. Certaine pierre éclata en petit morceau parfois dangereux…

Iraïd était déjà à quelque mètres dans la maison encore a coté. Revenir ou non? Il pourrait très bien revenir un peu plus loin dans la rue ou il était précédemment et continuer le duel avec celle prêtresse. Lui continuer le duel? Rien que cette pensée le fit sourire. Le roux traversa la maison, bizarrement elle était vide ou l’habitant s’était planquer en entendant le grabuge. En tout ça, cela arrangeait le rouquin, qui traversa la maison, et passa par la porte pour ressortir - inutile d’utiliser cet force pour rien. Iraïd profita pour filer dans l’autre rue. Il n’aurait pas d’avance bien longtemps. La jeune fille ne tardera pas à le poursuivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtresse †

Suzume Zhang-Jian

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 76
♦ Messages : 268
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Moineau
♦ Protecteur : L'Ombre
♦ Date d'inscription : 29/01/2011
♦ Age : 28

il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)  Vide
MessageSujet: Re: il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)    il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)  EmptyMar 16 Aoû - 15:44

Devant la scène qui se déroula devant ses yeux, Suzume d'ouvrir grand les yeux, sous l'effet de la surprise. Le musicien, cet homme, était un hérétique ! À n'en pas douter, car il venait d'utiliser la magie de la terre pour s'enfuir. Donc en plus ce n'était pas un petit hérétique de pacotille, mais un philosophe... Sinon, comment aurait-il fait pour séparer le mur en deux et se faufiler dans l'obscurité de la maison endormie ? Enfin, cela n'empêcha pas le mur de partir en éclat sous la rudesse de l'attaque de Suzume, qui encore une fois, n'avait pas mis des gants pour agir. Elle attaquait pour tuer, c'était bon de le rappeler parfois...
En tout cas, voilà qui changeait les choses. D'une, désormais elle était en son bon droit d'attaquer cet homme. Et de deux, peut-être avait-elle trouvée Lao ? Puisque personne ne savait à quoi il pouvait ressembler, Suzume n'ignora pas cette hypothèse, bien qu'il lui semblait plutôt impensable que le roux soit bel et bien le Lao. Pourquoi ? Une impression sûrement, ou alors parce qu'elle le méprisait trop pour voir en lui en puissant mage de la terre. Ceci dit, un sourire vint de nouveau apparaître sur ses lèvres d'enfants ; ce duel allait largement être plus intéressant que prévu. Qu'importe qu'il dure plus longtemps que prévu, ce n'était pas tous les jours qu'elle avait le plaisir de tuer du philosophe, ni d'en combattre en fait. Ce qui appelait à la prudence.
Avec un saut, Suzume utilisa le voyage ombreux pour apparaître tout en haut du toit, ayant ainsi une bonne vue pour surveiller sa sortie : s'il décidait de sortir par le trou fraîchement fait ou la porte de derrière, elle ne le raterait pas et pourrait l'attaquer sans lui laisser le temps de souffler. Une chose était certaine, elle n'avait absolument pas l'intention de le laisser fuir. Et même s'il se faufilait avec plus d'aisance dans cette ville qui avait sûrement moins de secret pour lui que pour elle, le voyage ombreux était un avantage non négligeable pour le traquer...

Ah ! Le voilà. Il sortait donc par la porte... C'était tellement normal que ça aurait pu être drôle. Mais l'heure n'était pas à la plaisanterie. Suzume avait un avantage ici, c'était celui de la surprise, puisqu'il ne pouvait pas deviner l'existence du voyage ombreux. Hélas, il n'y avait pas beaucoup d'ombre en haut des toits, la lune, apparaissant doucement dans le ciel, n'éclairant pas encore suffisamment pour que les ténèbres se dissipent. Non, il lui fallait utiliser les ombres d'en bas. Qu'importe, Suzume n'avait pas besoin d'être très proche d'une ombre pour la contrôler, bien que cela était plus simple et moins fatiguant. Par exemple, en général, quand Suzume attaquait pour tuer, elle utilisait soit son ombre, soit celle de sa cible, l'empêchant ainsi de l'éviter avec facilité, car ses attaques étaient rapide. Sauf que pour ce coup-ci ce n'était pas qu'un simple civil qu'elle affrontait, mais un maitre de la terre. Enfin, « maitre », c'était vite dit, elle ne connaissait pas son niveau pour l'instant, et si ce n'était qu'un simple petit apprenti ? De toute façon elle allait le savoir bientôt puisque déjà elle invoquait l'ombre plaquait au mur de la maison par laquelle le musicien venait de sortir, pour attaquer. Encore une fois, n'hésitant pas sur les moyens ni la force de ses coups : C'était comme si une pluie de fine lance d'ombre tombant à toute vitesse sur le musicien, dans un silence meurtrier. Il n'avait que quelques secondes, à peine deux ou trois, pour réagir ou mourir. Avec Suzume c'était marche ou creve, et dans le cas présent, puisque son idée première était tout de même de se débarrasser de cet homme, elle n'avait aucune raison d'amoindrir ses attaques, ou lui laisser un temps pour souffler. À mort les hérétiques, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
₳ Philosophe ₳

Iraïd Hajkawen

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 285
♦ Messages : 310
♦ Âge du perso' : 28
♦ Fiche : Laissez libre court à d'autres idées...
♦ Protecteur : La terre que vous avez sous les pieds ...
♦ Date d'inscription : 16/02/2011
♦ Age : 26

il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)  Vide
MessageSujet: Re: il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)    il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)  EmptyMar 16 Aoû - 23:50

Iraïd traversa la maison rapidement. Il ne savait pas combien de temps l’effet de surprise fonctionnerai. Surement pas longtemps, la demoiselle ne doit pas être a son premier philosophe combattu, voir le sol bouger était toujours une chose impressionnante, même le musicien le pensait… pourtant habitué à voir cela souvent. Enfin avec un peu de chance cela lui donnera quelques seconde de répits, la jeune femme au cheveux bleue ne se doutait peut être pas qu’il était philosophe, et serait surprise de voir cette scène se dérouler sous ses yeux. Ainsi et il pourrait s’enfuir . Ce qui lui donnerait une petite longueur d’avance….Mais pendant combien de temps? Ce n’était une prêtresse de bas étage qu’il avait en face - enfin derrière, puisqu’il fuyait- la rumeur disait que c’était sa puissance était exceptionnel pour son âge. Et pour cause elle avait un physique si enfantin, presque innocent qu’on ne penserai pas d’elle venait de détruire une partie de la maison donc venait s’engouffrer le rouquin! Seigneur, si le philosophe aurait pu être si puissant a son âge, il n’en serait pas encore là…. Sauf que lui, quand il avait dix sept ans.. Bah c’est a peine s’il soulevait trois grain de sable, comme Cassendre tiens!
Mais ce n’était pas le moment de penser à ce garnement, c’était un coup à perdre sa concentration donc de ne pas voir le coup approcher et se faire tuer. Non ne n’est pas de mauvaise foi envers le frère d’Oliver… le rouquin chassa rapidement cette pensées de son esprit et s’aventura dans la rue, déserte elle aussi. D’un coté, c’était bien qu’il n’y avait personne, cela ne faisait pas de témoin et encore moins de blesser. Enfin peut être pas cela. Le philosophe espérait que la maison précédemment traverser était vide car même si le mur de la porte d’où il venait de sortir tenait encore, l’arrière de la maison ne devait pas être dans le même état.. Enfin avec un peu de chance, le boucan fait ramènera la garde. Et avec encore plus de chance, cela fera arrêter la prêtresse pour s’en prendre à un malheureux passant -presque- innocent. Pas sur par contre qu’ils gobent le ‘’malheureux passant ‘’ mais bon, avec quelqu’un qui à la ferme intention de vous tuer derrière, on peut toujours espérer. Bref…

A quelque pas de la porte le roux eut juste le temps de se retourner qu’il vu une pluie noire se forma derrière lui. Bon sang! Comment elle avait fait pour arriver aussi vite? Iraïd ne pris pas le temps de réfléchir a cette question, il se devait de réagir avant de se faire trouer de toute part. Les philosophes sont avant tout des constructeur de maison non? A quelque peu de chose prés.. Alors le roux put s’accroupir pour poser ses mains a terre et former un mur de terre et de pavé, sorti du sol pour le protéger. Ce n’était pas un mur très grand juste ce qu’il faut pour protéger un mur accroupie … et malgré son épaisseur il tomba rapidement en morceau au contact de l’Ombre. Mais le roux n’était déjà plus à coté… il s’était parti, bien décider a fuir en un seul morceau. Cette fille allait le tuer, mais d’épuisement! A force d’utilisé son pouvoir il allait se dessécher d’énergie… enfin pour l’instant il en était encore loin… ça pourrait être ressentis plus rapidement que prévu. D’ailleurs il fallait se planquer! Mais ou? A cette heure la l’ombre est partout … le roux jeta un rapide coup d’œil vers le ciel pendant sa fuite… il ne faisait pas encore nuit. Bientôt. Il fallait juste tenir jusque là… plus facile a dire qu’a faire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtresse †

Suzume Zhang-Jian

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 76
♦ Messages : 268
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Moineau
♦ Protecteur : L'Ombre
♦ Date d'inscription : 29/01/2011
♦ Age : 28

il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)  Vide
MessageSujet: Re: il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)    il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)  EmptyVen 19 Aoû - 13:36

Manifestement, le philosophe ne semblait pas centré sur l'attaque, à tel point que Suzume n'avait strictement pas besoin de se préparer parer quoi ce que soit, se contentant d'attaquer avec force. Tout ce qu'il avait fait jusqu'à maintenant se résumait à se défendre et sauver sa vie. Ne savait-il pas que la meilleure défense était l'attaque ? Quel dommage, elle aurait bien voulu un peu d'attaque, juste pour sentir l'adrénaline monter en elle alors qu'elle évitait des coups dangereux, tout en visant mortellement sa cible. Quoi qu'il en soit, elle finirait par l'avoir à l'usure s'il ne se décidait pas à attaquer, et même si elle ne devait pas perdre trop son temps pour éviter la patrouille de garde qui pourrait arriver, elle ne se rendait pas compte qu'en continuant à avancer par là, le philosophe fonçait droit sur elle... Sauf si elle l'empêchait d'avancer encore.

Suzume passait le plus clair de son temps à combattre. Si elle n'assassinait pas les cibles du Haut Prêtre, elle s'entraînait au monastère ou à l'arène avec différent prêtre ou inquisiteur, à tel point qu'elle en était devenue aussi efficace qu'un inquisiteur surentraîne, disaient certains. Elle n'utilisait l'ombre que comme une arme, jamais pour sa beauté ou toutes autres choses inutiles. Si l'inquisition était le bras armé de l'Église, alors elle, elle était le poignard imprégné d'un poison des plus mortels, qu'on cachait dans les plis d'une robe d'un blanc immaculé. Aux yeux de beaucoup elle n'était qu'une enfant comme tant d'autre, petite prêtresse un peu plus douée que la moyenne, vouant sa vie à l'Ombre. Qui pourrait dire combien d'hommes et de femmes étaient morts de ses mains ? Et combien de gens seraient capables de deviner, en voyant ses deux grands yeux d'azur qui les fixent sans ciller, quelle tueuse se cache sous ses allures de poupée imbibé des doctrines de l'Église ?
Manifestement, trop peu...

Suzume ne pouvait pas laisser cet homme continuer à fuir, s'il voulait se défendre, c'était comme il le souhaitait, mais en aucun cas elle le laisserait continuer de se rapprocher de la garde trop proche. C'est d'ailleurs dans cette idée qu'elle commença à courir sur le toit pour prendre de l'avance, délaissant le bouclier en morceau pour continuer à suivre sa proie. D'un saut, elle atterrit dans la rue, utilisant l'ombre pour faire à son tour un mur et ainsi couper le chemin du roux. Un mur aussi noir que le désespoir lui-même. C'était toujours pendant que le jour se levait et se couchait que l'ombre était la plus facile à manier, devenant omniprésente, car l'équilibre était parfait. L'équilibre précède de peu les ténèbres de la nuit qui rendra l'ombre bien plus faible, sans la lumière pour équilibrer...
Maintenir son mur d'ombre demandait un peu plus de concentration et d'énergie qu'une simple attaque à Suzume, mais c'était encore dans ses cordes. Sa jeunesse lui offrait des ressources que peu pouvait se vanter d'avoir. Et sa force était bien plus grande que son juvénile corps pouvait le laisser croire.

N'en avez-vous pas assez de fuir comme une souris? Ayez au moins le cran d'affronter votre mort...

Fit-elle, à bien dix mètres derrière lui toujours, tout en utilisant l'ombre du mur pour l'attaquer de nouveau. Le plus difficile était de la maintenir en place tout en puisant en lui pour créer dans lances mortelles. Elle y arrivait, évidemment, mais pas plus de quelques minutes tout au plus. C'était une dépense d'énergie presque inutile qu'elle ne pouvait pas se permettre longtemps...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
₳ Philosophe ₳

Iraïd Hajkawen

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 285
♦ Messages : 310
♦ Âge du perso' : 28
♦ Fiche : Laissez libre court à d'autres idées...
♦ Protecteur : La terre que vous avez sous les pieds ...
♦ Date d'inscription : 16/02/2011
♦ Age : 26

il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)  Vide
MessageSujet: Re: il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)    il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)  EmptySam 20 Aoû - 0:40

Attaquer lui? Même quand il est en danger, il n’attaque pas. Pourquoi faire ? Celle le fatiguerai plus qu’une course à travers d’Ishtar. En plus ça pourrait lui amènera trop de problème de s’attaquer directement à un représentant de l’église. Et puis il le savait parfaitement. En combat, il n’avait aucune chance face à cette gamine. Si la magie de la terre était faite pour combattre il l’aurai su! De plus ces entrainements à lui, était plutôt accès sur la méditation, la défense et la construction. Pas le combat, alors jouer à tape-taupe avec des rochers volant face à cette jeune fille, ou autre chose qui permettait de blesser avec la terre, il ne penserai même pas l’utiliser face à elle. Attendez, au vue de toutes les réceptions mondaines qu’il avait fréquenté, il savait un minimum qui était la personne qui voulait sa peau. La protégée du Haut-prêtre, celle qui dépasse sa puissance quand d’Arken avait son âge, parait-il. ça ne serai pas étonnant que l’Eglise lui est apprit à se battre des qu’elle a pu tenir sur ses jambes.

Enfin … si on voulait vraiment qu’il attaque, il ne valait pas qu’on s’en prenne à lui en pleine ville. La magie de la terre peut aussi se montrer très destructrice ..; sauf qu’elle était soit complètement, soit pas du tout … y avait pas de juste milieu ou de contrôle parfait comme l’on peut voir dans l’Ombre. Enfin si, il peut y en avoir mais même si on peu qualifier la maitrise d’Ira comme assez force, elle n’était pas exceptionnel.

Mais pour l’instant, il fallait fuir de cette mauvaise passe. Et pour cela fallait mieux accéder à une rue un peu plus grande que celle-ci, avec certainement plus de monde qu’ici. Une prêtresse n’attaquera pas un citoyen innocent, juste pour l’avoir lui, pauvre philosophe qu’a rien fait à personne au fond - à par être un hérétique contre l’Eglise. Enfin, il était encore loin de ceci, s’il n’avancerait pas un minimum. Voila pourquoi il longeait le mur dans la ruelle d’une allure assez rapide.. C’est vrai qu’il pourrait le faire à vole d’oiseau, et traverser les maisons, mais c’était plus fatiguant que cela en avait l’air. Le roux préférai garder ses forces pour se défendre, la demoiselle ne voudra certainement pas le laisser partir aussi facilement.
Une voix froide s’éleva dans les airs, qui amusa Ira. Il s’empressa de répondre, évitant quand même de se faire tuer pour son audace.

- Ma mort? Mais je ne vais pas mourir.

Et avec le sourire en prime. Ira n’avait même pas dit cela de façon arrogante, mais simplement comme si c’était un fait tout à fait normal. Comme s’il parlait du temps ouune simplicité du genre. Mais un mur d’Ombre l’arrêta dans sa course, se qui le faisait froncer les sourcils. Il eut l’idée de passer au dessus, mais se ravisa bien vite. Il ne voulait pas utiliser toute l’étendu de la maitrise de la terre devant son ennemi. Garder le plus de chose en réserve était toujours sa façon de ‘combattre‘. cependant il fallait faire vite, et ne pas oublier que la demoiselle était très rapide. Déjà des lances commença a se former. Pas le choix, jouons à passe-muraille! Le roux posa une main sur le mur à sa droite qui s’ouvrit à ce contact et s’engouffra encore une fois dans une maison. Il passa à coté du mur d’Ombre, laissant derrière le grabuge qu’avait causé les lances … Le philosophe ne savait pas ce qu’il en retournait, et resta dans la maison… ne savant pas vraiment si c’était une bonne idée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtresse †

Suzume Zhang-Jian

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 76
♦ Messages : 268
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Moineau
♦ Protecteur : L'Ombre
♦ Date d'inscription : 29/01/2011
♦ Age : 28

il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)  Vide
MessageSujet: Re: il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)    il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)  EmptyLun 29 Aoû - 1:44

Ne pas mourir ? Pff, il parlait avec bien de l'arrogance pour une personne déjà blessé et qui ne faisait rien d'autre que se défendre et fuir. Il parlait avec certitude et le sourire, alors que sa situation était des plus bancales, il n'y avait pas besoin d'être un génie pour le deviner. Si Suzume arrivait à le toucher encore une fois, rien qu'une petite fois... peut-être pourrait-elle-même réussir cette fois à faire une attaque mortelle ? Cette douce idée fit naitre à nouveau un sourire mauvais sur ses lèvres, alors que le philosophe essayait à nouveau d'éviter la rudesse de ses attaques en fuyant dans une maison. Même si elle l'avait voulue, Suzume n'aurait pas pu le suivre. Il n'y avait aucune lumière à l'intérieur, rien, absolument rien pour maintenir l'équilibre. Sans équilibre, pas d'ombre, sans ombre, Suzume n'était qu'une faible femme (bien que s'y connaissant un peu au combat au corps à corps, cette gamine était une combattante née). Ah, vivement le jour ou la magie destructrice du sang serait sienne.
Ceci dit, elle avait bien envie de couper toute envie de la fuir en se faufilant dans les maisons, a ce philosophe. D'un mouvement fluide et gracile, elle ordonna à son mur d'ombre de venir se coller sans autre forme de procès au mur de pierres par lequel il venait de disparaitre. Prenant une profonde respiration, Suzume exécuta un mouvement rapide, commençant à sentir ses forces s'amoindrir. Mais ses efforts ne furent pas vint. En un instant, le mur commença à trembler, avant de, la seconde suivante, reculer à grande vitesse. Elle allait tout simplement écraser le philosophe entre les deux murs de cette maison, et vu la vitesse ou tout cela allait, il n'aurait qu'à peine quelques secondes pour réagir... Comme à chacune des attaques de Suzume... Ce qui prouvait que l'autre n'était peut-être pas un aussi modeste combattant que la prêtresse le croyait. Mais qu'importe, puisqu'il allait mourir ce soir ?

L'instant d'après, elle ressentie une résistance, ce qui prouvait qu'elle avait atteint le mur d'en face. Avec un petit cri dû à l'effort, elle poussa de toutes ses forces, comme elle l'avait déjà fait pendant le duel avec les autres ecclésiastiques, pour tomber le pilier. Le mur ne put tenir plus d'une seconde avant de s'effondrer avec violence, face contre terre, l'autre mur sur lui. Examinant la scène, la prêtresse fronça les sourcils, un instant... Il lui avait semblé... Il lui avait semblé voir des cheveux roux de l'autre côté ? Il s'en était sorti ?!
Avec une colère toute nouvelle, la jeune fille voulue traverser la maison, mais celle-ci commençait à grincer de façon menaçante, promettant de s'écrouler sous peu, n'ayant plus ses murs et poutres pour la tenir en place, et au moins cinq étages au-dessus d'elle. Voyant le danger arriver, Suzume décida de prendre de la hauteur avant de mourir sous le tas de poussière et de débris. À peine fut-elle élancée que la demeure s'effondra comme un château de carte... Ou plutôt comme un accordéon qu'on aurait refermé très rapidement. S'il y avait des habitants, il y avait peu de chance qu'ils y aient survécus. Et de toute façon, même si c'était le cas, le nuage épais de poussière qui se leva les achèverait sous peu. Demain elle prierait une heure en leur mémoire, plus pour la forme que réellement par compassion. La compassion, voilà bien une chose dont Suzume n'était pas dotée.
Se tenant tout en haut d'une cheminée éteinte, la prêtresse surveilla, attendant que le nuage de poussière se pose, ou qu'une ombre parte en courant dans les rues pour la suivre. Si le philosophe était encore en vie, il devait profiter de ce nuage pour se cacher ou pour fuir... Elle ne devait en aucun cas le rater quand il sortirait... Surtout que tout ce tintamarre allait ramener la garde sous peu. Tout au plus, elle avait cinq minutes, peut-être moins, ou un peu plus, pour l'achever...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
₳ Philosophe ₳

Iraïd Hajkawen

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 285
♦ Messages : 310
♦ Âge du perso' : 28
♦ Fiche : Laissez libre court à d'autres idées...
♦ Protecteur : La terre que vous avez sous les pieds ...
♦ Date d'inscription : 16/02/2011
♦ Age : 26

il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)  Vide
MessageSujet: Re: il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)    il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)  EmptyJeu 1 Sep - 22:29

Iraïd avait pénétré une habitation pour se protéger. Ce qui est bien, c’est quand intérieur, il faisait trop sombre pour qu’il y de l’Ombre mais d’un autre coté, personne ne voyait quoi que ce soit. Le roux ne savait strictement rien de ce que pouvait faire la prêtresse de l’autre coté du mur et quelque chose lui disait qu’elle le ne laisserai pas tranquille. Elle ne l’attaquait pas mortellement depuis le début pour le laisser partir sain et sauf derrière un mur. Le philosophe resta donc très méfiant, cherchant le moindre indice qui pourrait montrer une attaque contre lui dans les future seconde.

Mais cela arriva plus soudainement que le musicien pensait. Le mur d’en face, celui qui avait traversé pour se mettre à l’abri, tremblait. Et un mur qui tremble, un philosophe le sait très bien, c’est une chose plutôt mauvaise. Le roux ne resta donc pas la, à regarder ce qu’il se passe et fit rapidement vole face, avant de foncer droit devant. Iraïd ne perdit pas le temps à tourner, l’Ombre était à ses trousses et cherchait à traverser le mur. Sauf que Ira ne se doutait pas non plus, que c’était un mur complet qui le poursuivait. Un mur d’Ombre, obscur donc l’épaisseur et la solidité lui était inconnu, un mur qu’il ne pourrait jamais contrôler. Et un mur qui allait le tuer s’il ne se dépêchait pas à fuir sur le coté. Mais l’objet de la concentration de la prêtresse n’allait pas attendre cela. Vite une solution. Le roux pensa passer par-dessus ..Mais le mur était grand. Bon, il pourrait très bien utiliser la terre pour s’élever, mais de un, il y avait un plafond au dessus et de deux, le mur d’Ombre pourrait très bien détruire le pilier qui le servira à passer par-dessus. Donc en clair, il fallait courir.
Mais le rouquin arriva bien vite à l’autre bout de la maison. Et là, il avait intérêt à casser le mur d’en face, pour ne pas finir aplatir. Cependant, ce n’est pas un mur qui arrêtera un philosophe. Il s’empressa donc de fendre ce mur en face de lui pour sortir dans la rue et à découvert. Mais l’Ombre ne s’arrêta pas là non plus, et continua sa course vers Ira. Vite, il devait trouver quelque chose pour arrêter cette furie. S’il continua à foncer tout droit et à traverser les maisons, le mur noir risque de le suite et détruire toutes les maisons sur son passage. Mais surtout, cela le fatiguera plus qu'il ne faudrait.

Ira vira donc sur la droite, manquant de déraper et s’éloigna le plus possible de cette étendue noir qui le poursuivait. Cependant, c’était bien trop juste qu’il dut s’écraser au sol, d’un plat presque mémorable, pour éviter de se faire aplatir. Ce qu’il réussi! Sans classe, il faut dire, mais vivant et sans blessure autre que quelques égratignures et une vive douleur au ventre, - là ou il avait sa blessure du début. Il resta quelques seconde immobiles, le corps paralysé par la douleur.

Cependant, le bâtiment qu’il venait de traverser menaça fortement de s’effondrer et Ira dut se relever rapidement, bien que douloureusement pour ne pas finir écraser. Ce qui serait plutôt un comble pour un philosophe; mais un énorme nuage de poussière s’éleva avec tout ce bazar. Iraïd, mit un tissu devant son nez, préférant ne pas inhaler trop de fumée poussiéreuse. Il devait fuir, les choses aggravaient de plus en plus. S’il ne sauvait pas sa peau maintenant, la prêtresse pourrait très bien l’avoir. Heureusement le sifflet de raliment de la garde de fit entendre à quelques rues de la! Parfait, Iraïd sauta sur l’occasion. Il sortit en dehors du nuage de fumée et se précipitent vers le son qu’il venait d’entendre. De temps en temps, il jeta des coups d’œil derrière, surveillant ou était la prêtresse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
† Prêtresse †

Suzume Zhang-Jian

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 76
♦ Messages : 268
♦ Âge du perso' : 18
♦ Fiche : Moineau
♦ Protecteur : L'Ombre
♦ Date d'inscription : 29/01/2011
♦ Age : 28

il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)  Vide
MessageSujet: Re: il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)    il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)  EmptyLun 7 Nov - 20:28

Spoiler:
 

Suzume aimait la chasse. Plus qu'un passe-temps, c'était un des meilleurs entraînements qui soit. La théorie ne l'avait jamais intéressée, ce qu'elle voulait, elle, c'était de l'action. Peut-être que la raison de son éblouissante maîtrise des ombres était là ? Qui sait, en tout cas, ce soir, la ville d'Ishtar subissait de pleins fouets les contre coup de cette « éblouissante maîtrise ». Alors que l'immeuble s'effondrait, privé de ses bases, Suzume regardait, indifférente à l'idée que des pauvres innocents agonisaient sûrement sous les décombres. Si elle n'était pas la plus cruelle des prêtresses, elle ne manquait pas moins d'énormément de compassion humaine et d'autres qualités inutiles qui n'auraient rien fait d'autre que l'affaiblir.

Un sifflement. Misère, ils arrivaient. Suzume pesta à voix haute, consciente que le temps lui était compté. Elle ne le raterait pas, cette fois-ci... Ce n'était un secret pour personne, si la garde et l'Église devait maintenant travailler main dans la main, ils n'étaient pas amis pour autant. A l'instar de ses aînés, Suzume n'avait aucune considération pour les gardes. Elle voulait tuer cette hérétique seule, c'était sa proie, son ennemi ! Et là, elle le vit, quittant le nuage de poussière à toute vitesse. L'enflure ! Il courrait droit vers les gardes, qu'espérait-il ? Qu'ils lui sauveraient la vie ? Pendant un instant, Suzume réfléchit à combien de temps il lui faudrait pour tuer un philosophe accompagné d'un groupe de garde. L'idée était tentante, mais risqué. Peut-être un peu trop (bien que terriblement excitante).
Exerçant une poussé sur l'ombre à ses pieds, Suzume s'envola dans les airs. Enfin, « s'envoler », façon de parler, mais disons qu'elle fit un petit vol plané avant de partir dans une chute vertigineuse de son toit pour arriver au plus près du philosophe. Encore une fois, elle due appeler l'Ombre avec une vitesse remarquable pour que celle-ci l'empêche de s'écraser par terre comme une crêpe... Cela aurait été une mort bien idiote, n'est-ce pas ? Par chance, Suzume avait peaufiné sa technique au point de la maîtriser parfaitement, elle ne ratait plus un seul de ses sauts depuis l'âge de quinze ans. Elle ne se contentait que de la perfection, et laisser ce philosophe fuir était loin d'être parfait... À peine eut-elle atterrit qu'elle se mit à courir, cependant, cette fois-ci, elle n'attaqua pas immédiatement.... Non... Elle attendit un moment bien particulier, pour être ainsi certaine que cette fois-ci, il ne lui échapperait pas. S'il voulait rejoindre la garde, le philosophe serait obligé de tourner à droite au prochain croisement. Croisement ou, forcément, la lumière des éclairages diviserait l'ombre de l'homme en trois. Quand on se bat contre un prêtre de l'Ombre, son plus grand point faible, n'est autre que sa propre ombre...

Trois... Deux... un. Maintenant ! Se concentrant pour faire un travail aussi rapide qu'efficace, Suzume invoqua d'un geste bref l'ombre du fuyard, l'obligeant à attaquer vite, et par trois endroits différent. C'était l'attaque parfaite, elle n'était pas certaine de le tuer puisqu'elle n'avait pas vraiment eut le temps d'y mettre toute sa puissance, mais au moins lui laisser un joli petit souvenir jusqu'à leur prochaine rencontre. Qui sait, avec un peu de chance, il mourait à la suite de ses blessures (douce pensée). Si avec ça, elle ne le touchait pas grièvement, elle rendait son tablier et demanderait à Uriel être mutée aux archives.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
₳ Philosophe ₳

Iraïd Hajkawen

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 285
♦ Messages : 310
♦ Âge du perso' : 28
♦ Fiche : Laissez libre court à d'autres idées...
♦ Protecteur : La terre que vous avez sous les pieds ...
♦ Date d'inscription : 16/02/2011
♦ Age : 26

il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)  Vide
MessageSujet: Re: il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)    il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)  EmptyJeu 17 Nov - 17:44


Le petit immeuble s’écroula dans un fracas épouvantable, s’ils arrivent a passer inaperçu avec ça et que l’éboulement n’a pas alerté la garde. C’est que la sécurité de la ville reste à désirer. Iraïd, se planquait dans les décombre et que dans la poussière que cela soulevait. Même s’il était près de la zone d’éboulement il ne croyait pas d’être blesser par cela. Ce n’était que des pierres et il n’avait jusqu’à cas dévier leur trajectoire pour ne pas se prendre un caillou sur la tête. La poussière en restait pas moins étouffante. Complètement opaque, le roux ne put voir ou était la prestesse, ce qui était peu agréable. Cependant il savait qu'en contrepartie, elle ne le voyait pas non plus. Sauf qu’il n’allait pas rester la des heures.. Le nuage artificiel commençait déjà à retomber.
Au loin, on commençait à entendre la garde se rapprocher/ sauvé! Enfin non. Le plus dur à faire et de traverser cette voie sans se faire poignarder par l’Ombre et quelque chose lui disait que la prêtresse l’attendait juste dehors. Tant pis, Iraïd allait faire quelque chose de très inconscient. Mais en même temps Est-ce qu’il avait e choix ? Il n’avait pas l’avantage fasse à cette demoiselle et il commençait a croire que ressortir vivant d’ici était presque impossible. Si seulement le philosophe pouvait savoir ou elle se situait maintenant .. Mais non, et il allait devoir se la jouer kamikaze pour peut être rester en vie. Sauf que le peut être jouer beaucoup ici. Heureusement il est rapide dans la fuite …

Iraïd sorti en coup de vent ce de nuage de poussière, il fallait qu’il fasse vite. Courant a travers la rue, il jeta très souvent des coups d’œil derrière pour savoir ce qui allait l’attaquer et ainsi se défendre un mur ou autre chose. Mais non, rien n’arriva. Ce qui le rassura pas plus que cela en soit… La prêtresse le suivait, il pouvait sentir ceci, elle était quelques mètres derrière lui à attendre quelques choses. Mais quoi? Ira n’était pas du tout rassurer. Mais continua à courir on pouvait entendre la garde se rapprocher à une rue adjacente, les armures n’étaient pas conseiller pour passer inaperçu. Il vit un croisement à quelques mètres, avec un peu de chance, la garde arrivait pas là bas, le musicien décida donc d’aller à leur rencontre. Cependant il y avait une chose qu’il n’avait pas prévu. Les Lampadaires.. Ça fait de la lumière et donc de l’Ombre …

Ah..Elle ne l’avait pas raté… Comment il avait pu oublier ceci ? Une marque de sang vu projeter sur le mur et le sol à coté. Lui, ses jambes lâchèrent d’un coup et il eut juste le reflexe de diriger sa chute vers le mur à coté, pour s’y appuyer. Une douleur lui martela le dos et rester debout lui semblait impossible. Son vêtement pris une couleur vive, presque celle de sa chevelure avec quelques ton de différence. D’ailleurs certain bout de ses mèches fut sali par le sang. Avec le peu de force qu’il lui restait, et animé par l’envie de vivre, il pu se trainer sur ses jambes, avant de s’approcher au plus prés de la sécurité. Il ne savait pas ou été la prêtresse, Iraïd ne la voyait plus. La garde était pas loin et normalement elle ne devrait pas l’empaler elle nous plus. Cependant, Iraïd préféra l’éviter, on lui demanderai surement d’où vienne ces blessures… et il pourrait avoir un peu de mal à expliquer sans se faire traiter d’Hérétique. Quoique, la Garde et l’Eglise ne sont pas connu pour s’entendre à merveille. Mais pour l’instant il lui fallait un peu de repos, il s’affala dans le coin le plus proche et fit jaillir un mur pour le protéger. Le philosophe souffrait trop pour rentrer maintenant…. Et tout ce qu’il espérait c’était de ne pas mourir a cause de la perte de sang.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)  Vide
MessageSujet: Re: il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)    il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

il faut toujours se méfier des apparences (Suzu)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ѧ Rues commerçantes Ѧ-