Partagez | 
 

 Alors, on re-discute ? (Hector de J.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Influence : 488
♦ Messages : 335
♦ Âge du perso' : 17
♦ Fiche : Petite princesse Yue
♦ Date d'inscription : 01/06/2011
♦ Age : 25

MessageSujet: Alors, on re-discute ? (Hector de J.)   Mar 9 Aoû - 20:59

- Frottez plus fort ! Je veux que l'on puisse manger par terre et lécher les miettes ! Que je puisse me recoiffer rien qu'en regardant le sol !

Les domestiques acquiesçaient sans écouter. Depuis la veille, Yue était devenue insupportable, tout du moins encore plus que d'habitude : elle s'était mis en tête de faire nettoyer tout le palais du sol au plafond, de la cave au grenier, de la chambre des invités aux quartiers des domestiques. Et quand on connaissait les dimensions de la demeure, ça prenait un tout autre sens … Aussi, depuis plus de vingt-quatre heures, tout le monde ne cessait de frotter, récurer, nettoyer, épousseter et tout le tralala pour satisfaire la lubie de la princesse.
Yue, quant à elle, faisait de son mieux pour faire ce qu'elle savait faire de mieux : être désagréable. Elle s'efforçait d'imiter les intendants du palais du Gouverneur du Wu Zang ― oui, certes, elle aurait pu dire simplement le palais de son père, mais cela sonnait tellement moins bien ― lorsqu'ils criaient après les domestiques. Passant son doigt sur une commode, elle examina attentivement son index dans l'espoir d'y trouver une quelconque poussière ou saleté … et n'en trouvant pas, elle retourna tout le meuble jusqu'à en découvrir une.

- Cette commode est sale ! Nettoyez-la ! MAINTENANT !

Un domestique quitta son poste pour aller répondre à la hum … « requête » de sa maîtresse, tout en s'efforçant de ne pas l'approcher de trop près, simple précaution d'usage. La jeune fille, quant à elle, s'en alla trouver un responsable quelconque en cuisine, histoire d'aller prendre des nouvelles de l'avancée des collations et la préparation du thé.

- Ne me dites pas que vous avez pris la même horreur que la dernière fois, j'ai failli en faire une intoxication alimentaire ! Essayez de faire quelque chose d'un peu sucré au moins, ça pourra toujours cacher un peu le goût infect … Et le thé ? Il m'en faut de plusieurs sortes : du vert, du rouge*, et de plusieurs fleurs aussi … Ah, et les fleurs, vous y avez pensé ? Hé bien, préparez-les alors ! Trouvez des fleurs rouges et noires, et mettez-en un peu partout, surtout là où nous prendrons le thé. Et des pivoines aussi, et puis des fleurs de pruniers, tout ce qui pourra me rappeler le Wu Zang … Mais bougez-vous, bon sang ! Vous êtes plus lents que des tortues asmathiques !

Yue était plutôt en forme. Avoir un objectif clair et précis, ça la mettait de bonne humeur et lui donnait du cœur à l'ouvrage. Et dans ce cas très précis, son objectif était tout simplement d'impressionner le Sénateur de Frickwitch. Que ses yeux s'ouvrent en grand dès qu'il passerait le pas de la porte. Qu'il admire les richesses et les beautés de la maison du palais Wu Zang. Qu'il soit si étonné qu'il en reste muet. Qu'il s'incline humblement devant Yue, reconnaisse son infériorité et lui lèche les pieds. Mais ça, c'était en bonus : s'il ne faisait que le reste, cela suffirait à son bonheur.

Et l'heure fatidique arriva. Les domestiques poussèrent un soupir collectif de soulagement quand ils apprirent que l'invité avait enfin daigné se présenter, tant la matinée avait semblé interminable. Et c'est au pas de course qu'on alla l'annoncer à la princesse, toujours en train de superviser les préparatifs …

- Princesse, le Comte Hector de Jadewood vient d'arriver.
- Bon, très bien. Commencez par lui dire de déposer sa hache, personne n'entre ici armé, qu'il soit Sénateur ou simple villageois.
- Mais Princesse … Le Comte n'a pas de hache. Enfin … Il n'en a pas apporté.
- Hein ?

Yue n'en croyait pas ses oreilles. Il n'avait pas amené sa hache fétiche ? Quelle mouche l'avait piqué ? Elle songea un instant que la domestique avait pu se tromper, mais une hache, surtout celle du Comte, ça n'était pas vraiment discret. Avait-il entendu dire que Yue demanda à tous de déposer les armes à l'entrée ?

- Très bien, ouvrez le portail et faites-le entrer, j'arrive dans un instant. Je l'attendrai sur le perron.

Yue resta pensive une seconde, avant de rejoindre le perron. Elle tenait à voir de ses propres yeux le Sénateur : s'il avait pensé camoufler sa hache quelque part pour la faire rentrer en douce dans la demeure de la princesse, elle allait vite le faire déchanter … Mais seconde surprise, il avait également quitté son armure ! Il avait sans doute pris un coup sur la tête.

- Cher Sénateur, quel plaisir de vous revoir ! Et je vois que pour l'occasion, vous avez consenti à quitter armure et hache ; vous me faites trop d'honneur … Votre amie va finir par être … jalouse …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Sénateur Ʌ

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 569
♦ Messages : 238
♦ Âge du perso' : 30
♦ Fiche : ma vie, mon œuvre
♦ Date d'inscription : 13/11/2010
♦ Age : 33

MessageSujet: Re: Alors, on re-discute ? (Hector de J.)   Mer 10 Aoû - 12:32

    Hector n’était pas encore sûr de ce que pouvait vraiment lui vouloir la petite princesse du Wu Zang, aussi avait-il accepté d’aller prendre le thé avec elle le lendemain de son passage chez lui. La veille, il était allé voir Ashtina pour prendre de ces nouvelles, elle se remettait, lentement mais sûrement. Puis le lendemain, le comte de Frickwitch demanda l’aide de ses domestiques pour s’habiller, surtout les jeunes femmes qui le suivaient. Pourquoi elles ? Parce qu’elles profitaient allègrement de leur séjour à la capitale pour connaitre toutes les modes. Elles savaient donc de quelle manière habiller leur maître quant il voulait se faire beau. Si la petite princesse était en train de sonner le branle-bas de combat chez elle pour rendre sa demeure impeccable, c’était dans une ambiance plus joyeuse mais aussi sérieuse que le comte se préparait. Il ne tenait pas à faire d’efforts pour elle à la base mais cette petite gamine avait besoin d’un choc pour lui montrer qu’elle se trompait. En l’occurrence, ne voir en lui qu’un gros barbare armé de sa hache. Il emmènerait son équipement, bien sûr, mais scellé à l’arrière de sa voiture, dans la malle de transport. Pour le reste, elles avaient fait du superbe travail. Hector n’avait du faire l’effort d’être aussi beau et classe que pour le dîner avec Ashtina. Propre sur lui, les cheveux bien peigné en arrière, une tenue mettant en avant son corps, sa virilité mais sans trop en faire, bref, il était beau, attirant, avec un petit quelque chose de sexy pour toute femme qui se respecte. En un mot, il avait une superbe classe aujourd’hui.

    Il arriva devant la demeure des Wu Zang, certes il reconnaissait que l’endroit avait de la richesse mais ca ne l’impressionnait pas pour le moment. Il se présenta à l’heure pile qu’elle lui avait indiqué, respectant une ponctualité irréprochable. Par contre, si elle espérait qu’il tombe à ses pieds, c’était mal partie. Il s’annonça à une domestique de l’entrée qui rougit devant cet homme magnifique qui lui parlait. Il s’annonça et la jeune femme partie signaler sa présence à sa maîtresse. Mas c’était trop tard, car maintenant, toutes ici se demandaient qui étaient ce jeune et beau noble plein de prestance qui rendait visite à leur princesse. Avait-elle déjà renoncé au trône pour se trouver un beau partie ? Trop tard pour Yue, les rumeurs se répandaient déjà en sa demeure alors qu’elle recevait la nouvelle de sa présence. La petite princesse se présenta à lui, faisant preuve de toute sa… sympathie habituelle, difficile à troubler celle-là, ou alors l’avait mal regardé, ne voyant que l’absence de son arme et son armure. Fermement décidé à l’asticoter. Hector s’approcha d’elle et lui fit un baisemain chaleureux, à la limite du provocateur mais sans être inconvenant.

    Sous le ciel et le soleil, je vous salue princesse Yue. Le plaisir est entièrement partagé.

    Oui, mais dans quel sens ? Les domestiques qui regardaient autour discrètement, ne voyaient là qu’un magnifique et jeune noble qui avait l’air de faire la cour à leur maîtresse et ca allait se dire maintenant. Autre façon pour Hector de l’asticoter un peu. Il releva sa remarque sur l’éventuelle jalousie d’Ashtina et n’eut qu’un sourire amusé avant de lui répondre.

    Inutile de vous en faire princesse, mon amie… n’a pas de raison d’être jalouse…

    Que voulait-il dire par là ? Ca dépendait, sa phrase offrait assez d’interprétations pour que Yue y voient une pique, mais bon, ces deux là qui ne se provoquaient, ca reviendrait à dire qu’il était malade. Derrière lui, Elyk, son serviteur, lui aussi mit en valeur souriait intérieurement, heureux de voir son maître arriver à se détendre après cette histoire, tenant en main la boite contenant les gâteaux pour aller avec le thé. Quelques chose de moins sec et plus sucré mais pas trop, ce genre de jeune fille doit tenir à sa ligne…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Influence : 488
♦ Messages : 335
♦ Âge du perso' : 17
♦ Fiche : Petite princesse Yue
♦ Date d'inscription : 01/06/2011
♦ Age : 25

MessageSujet: Re: Alors, on re-discute ? (Hector de J.)   Jeu 11 Aoû - 16:22

L'attitude du Sénateur était pour le moins … inconvenante. Si dans les mœurs ishtariennes, plus libertines et moins formelles que celles du Wu Zang, ce genre d'attitude pouvait encore être acceptée, au Palais Wu Zang, on aurait pu le chasser pour s'être comporté de la sorte avec un membre de la famille gouvernante. Tout cela était trop rustique à son goût.

- Sénateur, je crains que nous nous connaissions depuis trop peu de temps pour nous appeler par nos prénoms.

Si le message n'était pas assez clair, elle se recula de quelques pas juste après le baisemain. D'abord parce qu'elle tenait à garder ses distances avec cet homme de la camp … de Frickwitch, ensuite parce qu'elle était mal à l'aise lorsqu'elle se trouvait juste à côté d'une personne qui la dépassait en taille d'une cinquantaine de centimètres. En plus, ça lui donnait l'air ridicule … Quant à sa remarque sur son amie … Foutaises. On n'allait pas massacrer une demi-douzaine ― ou plus ― d'hommes pour sauver une femme pour laquelle on n'éprouvait au moins quelques sentiments. Ou du moins, pas gratuitement. Sans en tenir compte, elle les invita à la suivre à l'intérieur de la demeure pour rejoindre le salon de thé.
Yue se sentait passablement agacée par l'attitude étrange du Sénateur. Hier, il semblait prêt à lui mettre une claque, et aujourd'hui, il était tout sourire … Ce qui agaçait le plus la princesse, c'était qu'elle pouvait sentir une pointe d'amusement dans le regard du Comte … et de celui de son serviteur.

A quelques pas de là, Hua les observait. Contrairement aux autres servantes, elle n'éprouvait aucune espèce d'attirance ou de fascination pour Hector de Jadewood : d'une part parce qu'il était beaucoup trop grand et que les hommes trop grands l'effrayaient, d'autre part parce qu'elle avait une conscience toute particulière de sa position et de sa classe sociale, et qu'en aucun cas, elle ne pouvait s'imaginer avec un noble. Par contre … son regard glissait de temps à autre sur l'homme discret qui accompagnait le Sénateur. Elle se demandait s'il remplissait le même rôle auprès du Comte qu'elle auprès de la Princesse. Sans doute pas, ce devait être différent pour les hommes …

Ils arrivèrent finalement dans le salon de thé, décoré à la manière du Wu Zang c'est-à-dire avec des peintures traditionnelles pour orner les murs, des coussins pour s'asseoir et une table basse, sans oublier quatre pots de fleurs claires à chaque coin de la salle. La salle s'ouvrait également sur une petite terrasse de laquelle on pouvait apercevoir le jardin et sur laquelle se trouvait entre autres le fameux goban* tout beau tout neuf dont Yue avait récemment fait l'acquisition auprès de cet artisan défiguré …

- Je pense qu'il serait judicieux de prendre le thé avant d'aller voir les gardes. Je sais que vous ne résisterez pas à l'envie de mettre la main à la pâte, et il serait particulièrement … désagréable de prendre le thé alors que l'on est en sueur. Je vous en prie, prenez place.

Certes, le mobilier n'avait pas été conçu pour une personne de la taille du Comte, et il risquait de se sentir mal à l'aise à son tour, mais Yue n'y pensait pas du tout. Les domestiques venaient de lui apporter le nécessaire pour la cérémonie du thé**, et la princesse commençait déjà à transvaser le liquide.

Rapidement, les domestiques quittèrent la pièce, tandis qu'un silence profond s'installait : nul devait faire de bruit durant la cérémonie du thé, cela aurait été très impoli. Hua fronça les sourcils en constatant que le serviteur de Jadewood était resté dans la pièce et lui fit signe de venir les rejoindre en cuisines. Il ne fallait pas qu'il reste avec eux, un domestique n'avait rien à faire là voyons ! Il pourrait revenir après, quand la cérémonie serait finie et qu'il faudrait apporter les gâteaux, mais il ne fallait surtout pas que sa présence dérange la princesse durant la cérémonie …

Yue se concentrait. Elle avait appris ces gestes-là avant même de savoir écrire, mais elle devait toujours faire très attention pour ne rien renverser. Elle transvasa le thé dans plusieurs récipients avant de le faire couler dans une tasse de porcelaine ― porcelaine du Wu Zang, il fallait faire attention ! L'objet était magnifique, mais fragile ! ― qu'elle remit au Sénateur avant de se servir elle-même une tasse. Elle prit la tasse dans ses mains, fit tourner le thé et prit une gorgée, juste une. Puis elle releva enfin les yeux vers son invité, l'opération ayant tout de même pris plusieurs minutes.

- Hé bien, Sénateur ? Est-ce à votre goût ?

Hua et quelques autres domestiques entrèrent pour déposer les gâteaux qu'ils avaient disposés sur des plateaux d'argent, saluèrent et reculèrent de quelques pas vers le fond de la pièce pour attendre tête baissée qu'on les appelle quand on aurait besoin d'eux. L'usage était formel, mais on ne plaisantait pas avec le protocole dans la famille Wu Zang.





* Pour la description du goban, faut attendre le prochain post d'Asgeir, désolée !
** La cérémonie du thé à la manière Wu Zang est un mix entre la cérémonie chinoise et la cérémonie japonaise, en beaucoup plus court.
*** J'ai jamais eu l'occasion de la décrire avant, mais Hua ressemble grosso mode à ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Sénateur Ʌ

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 569
♦ Messages : 238
♦ Âge du perso' : 30
♦ Fiche : ma vie, mon œuvre
♦ Date d'inscription : 13/11/2010
♦ Age : 33

MessageSujet: Re: Alors, on re-discute ? (Hector de J.)   Dim 14 Aoû - 13:39

    Hector savait qu’il la prenait à contre pied et qu’il la faisait accessoirement enragé avec ces façons de faire. Mais quoiqu’elle en pense, elle ne pouvait pas se permettre de le chasser comme ca. Déjà, l’option par la force avec lui n’était pas recommandée, même sans armure et sans hache, il restait assez fort pour qu’on ne s’en sorte pas sans quelques morceaux cassés. Mais surtout… Elle aurait beau le trouver campagnard autant qu’elle le souhaite, se mettre à dos un sénateur et l’un des trois nobles les plus puissants de Frickwitch, c’était mauvais pour les affaires du Wu Zang, son père en serait très certainement conscient lui… Et puis, il adorait la mettre mal à l’aise, une façon de se venger de toutes les mauvaises choses qu’elle ne gênait pas de lui dire, c’était de bonne guerre au fond… Car, s’il avait changé d’attitude extérieur, il rêvait toujours de lui coller une bonne paire de claque, sans doute un truc que son père avait oublié de faire depuis longtemps. Quant au reste, elle ne sourcilla pas, le coup du charme ne fonctionnait pas ? Tant pis, ce n’était pas comme si elle était attirante à ces yeux. De ce point de vue, il préférait Ashtina, non seulement pour sa beauté mais aussi pour son caractère, elle au moins connaissait des trucs comme la douceur, la gentillesse et surtout la modestie. Il ne répliqua pas à la remarque de la princesse sur son prénom, se contentant d’une simple sourire énigmatique. Et puis elle avait beau dire, elle ne lui avait même pas rendue son salut, alors question politesse, elle repassera.

    Il suivit donc la jeune femme chez elle, Elyk sur les talons. D’ailleurs ce dernier semblait être le centre de l’attention d’une jeune servante. Il était assez observateur pour voir qu’on le regardait. Etrange se disait-il, il était plutôt vieux pour qu’une jeune femme le regarde ainsi. Bon certes, on avait beau lui répéter qu’il avait du charisme et de la prestance pour un homme approchant de la cinquantaine, il ne s’était jamais soucié de ca avant…

    La princesse guida donc Hector jusqu’à son salon de thé, toute la demeure sentait le propre, elle avait du faire les choses en grand pour son arrivée. Mais ca devait surtout être pour jeter de la poudre aux yeux, vu son caractère, il n’était pas exagéré de déduire que la jeune femme travaillait beaucoup les apparences…

    Voilà qui est bien présomptueux d’essayer de deviner les pensées des gens princesse. Pour ma part, le combat est une nécessité, pas un plaisir, pour ca, je préfère encore prendre le thé bien tranquillement.

    Bon, ca, c’était fait, elle allait encore enrager très certainement mais peu importait, plus elle s’énerverait, plus elle ne ferait de prouver qu’il avait raison à son sujet. Suivant l’invitation de la jeune femme, il s’installa, Elyk fut confié discrètement à sortir par une servante. On devait le prendre pour un simple serviteur. Bon, ce n’était pas comme s’il n’avait pas l’habitude, on ne devinait pas facilement qu’il était noble, enfin, simple chevalier. La princesse entama une cérémonie du thé réalisé à la perfection. Hector resta imperturbable, calme et silencieux durant toute sa durée. Quant elle le servit, il prit la tasse avec une grande délicatesse que l’on n’attendrait pas d’un colosse comme lui et suivant le rite, en prie une gorgée lui aussi.

    Raffinée et délicieux princesse, c’est un réel plaisir.

    Et bien oui, il était un homme honnête, il n’allait pas lui dire de vacheries alors qu’elle avait exécuté son petit rituel à la perfection et qu’elle lui servait un thé délicieux. Par contre, il ne tomberait pas à ses pieds pour autant. Bon, il ne restait plus qu’à voir si elle allait apprécier les douceurs qu’il avait amenées pour elle, espérant avoir bien choisi sur ce coup-là…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Influence : 488
♦ Messages : 335
♦ Âge du perso' : 17
♦ Fiche : Petite princesse Yue
♦ Date d'inscription : 01/06/2011
♦ Age : 25

MessageSujet: Re: Alors, on re-discute ? (Hector de J.)   Dim 14 Aoû - 14:56

La Princesse ne fit pas attention aux remarques du Sénateur quant à l'ordre des « activités » du jour, d'abord parce qu'elle n'en avait strictement rien à faire, ensuite parce qu'elle n'en croyait pas un mot. Un homme aussi rustre, venant d'une province campagnarde, un homme qui portait à longueur de journée une hache et une armure lourde, un homme haut de deux mètres avec des muscles suffisant pour ouvrir une noix de coco avec les mains, cet homme-là ne serait pas du genre à apprécier le combat ? Non, impensable. De toute façon, ses goûts n'avaient rien à voir dans cette affaire, Yue avait simplement suggéré qu'il aurait eu le désir de tester les gardes en personne … Mais bon, s'il souhaitait juste s'asseoir et observer leur entraînement, la Princesse n'en avait cure.

La jeune fille sentit son cœur se serrer quand elle vit l'homme prendre une gorgée de thé, et durant une seconde, elle craignit qu'il ne serre trop fort, et que la tasse ne se brise. Les secondes furent longues jusqu'à ce qu'il repose la tasse, et le cœur de la Princesse ne reprit son rythme normal qu'une fois que les mains du Comte n'étaient plus en contact avec sa précieuse porcelaine. Alors ? Un goût inimitable, n'est-il pas ?

Raffiné et délicieux Princesse, c’est un réel plaisir.

Yue lui sourit. Bien sûr que c'était raffiné et délicieux … Elle aurait préféré un compliment un peu plus étoffé, une prose qui rendrait honneur à la délicatesse et la subtilité du goût fleuri du thé, mais après tout … Il venait de la campagne, il ne devait pas avoir l'habitude de faire les louanges de ses hôtes. Au moins, il savait reconnaître le bon thé, la Princesse ne pouvait pas nier cela.

- Je suis ravie que le thé soit à votre goût, Sénateur. J'étais inquiète de savoir si les saveurs exotiques de ce thé vous siéraient ; beaucoup de ceux qui ne sont pas habitués à goûter toutes sortes de saveurs ont parfois du mal aux premières gorgées. Mais si vous l'appréciez, j'en suis enchantée.

En dehors de la pièce, les domestiques s'agitaient et discutaient à tout va. L'arrivée du Sénateur de Frickwitch et son comportement n'étaient pas passés inaperçus et constituaient d'ailleurs le principal sujet de conversation.

- Mais c'est qui, ce type ?! C'est lui le Sénateur ?!
- Il ressemble pas à un noble, t'as vu comme il est grand ?
- Il est plutôt pas mal dans son genre … Tu crois qu'il veut faire la cour à la Princesse ?
- Mais j'en sais rien, pourquoi tu me poses la question ?! Enfin, c'est vrai qu'il avait un comportement bizarre …
- Mais enfin, son père voulait pas la marier à l'Empereur ? Elle voudra jamais d'un Sénateur !
- En plus, j'ai entendu dire que le Comte de Jadewood était déjà avec une autre femme, celle qui avait été enlevée et tout et tout …
- Je sais pas, mais s'il veut vraiment faire la cour à la Princesse, je veux être là quand elle va lui mettre un râteau !
- Oh oui, ça va être drôle !


A côté d'eux, Hua s'attelait à sa tâche sans faire attention aux discussions. Enfin, elle écoutait d'une oreille ― elle trouvait ça drôle d'entendre les gens discuter de la Princesse, ils racontaient toujours des choses invraisemblables ― mais elle se concentrait surtout sur les petits gâteaux. De temps en temps, son regard glissait vers l'homme qui accompagnait le Sénateur … Les autres domestiques l'ignoraient et ne le faisaient certainement pas participer à la conversation, c'était un étranger après tout. Hua, quant à elle, était curieusement fascinée … Il était tellement étrange, il ne ressemblait pas aux gens qu'elle croisait habituellement, ni même à un domestique d'ailleurs. D'un autre côté, il était un étranger, il l'intimidait, lui faisait presque peur, et de voir cet homme dans la demeure de la Princesse ― qui était aussi un peu sa demeure à elle ― ça avait quelque chose de dérangeant.
Alors pour ne pas trop y penser, elle faisait de son mieux pour aligner correctement les gâteaux, les trier pour que les couleurs soient harmonieuses, mais aussi faire en sorte qu'ils soient tous facilement accessibles. Sur un autre plateau, elle ajouta les serviettes humides, pour que les invités puissent s'essuyer les mains, et une carafe d'eau fraîche. A côté, un petit pot qui … Hein ? Le bruit était étrange. Le poids aussi. Hua souleva le couvercle et aperçut un petit tas de morceaux de sucre, en lieu et place des glaçons que le pot aurait dû normalement contenir.

- Mia …

Certes, Hua n'était pas bavarde, mais ses gestes étaient éloquents. Elle attira l'attention de la domestique qui lui avait donné le pot, et lui en montra le contenu. Mia eut un petit hoquet de surprise.

- Oh, pardon Hua. Tu sais ce que c'est, la force de l'habitude …

Hua acquiesça. Ça n'était pas la première fois que ça arrivait, parce que Mia travaillait pour un autre noble avant, un qui prenait toujours beaucoup de sucre dans le thé ou dans le café. Hua trouvait ça bizarre ; au Wu Zang, on ne mettait pas de sucre dans le thé, ça gâchait le goût. Et puis, c'était cher le sucre.
Bon, la cérémonie devait être finie maintenant, les domestiques pouvaient retourner dans le salon. Et il valait mieux faire vite, histoire de ne pas faire attendre la Princesse et son invité. Silencieusement ― comme toujours ― la jeune servante souleva les plateaux pour les emmener dans le salon de thé. C'était presque un peu lourd pour ses bras frêles, mais elle avait l'habitude.

La Princesse accueillit l'arrivée des gâteaux et le retour des domestiques avec un grand sourire, son sourire habituel de toute occasion en fait. Qu'avait donc ramené le Sénateur ? D'apparence, cela ne semblait pas répugnant. Et de goût ? Pas mal, pour un produit exotique. Ce n'était pas aussi bon que ce qui sortait des cuisines du palais de son père au Wu Zang, mais rien n'était aussi bon que ça. Disons que dans la catégorie inférieure, ils se défendaient bien.

- Ces gâteaux sont délicieux, Sénateur. On aurait pu croire qu'ils étaient très sucrés, mais non, les ingrédients ont été à n'en pas douter dosés avec soin. Vous avez un goût très sûr en matières de sucrerie, je suis impressionnée.

Yue resservit une tasse de thé à son invité ― c'était là la manière du Wu Zang, on ne laissait pas l'invité s'assoiffer et on ne voulait pas qu'il se gêne pour demander une autre tasse ― avant de se resservir elle-même et de déguster un autre gâteau.

- Donc, Sénateur, j'ai cru comprendre à votre attitude que vous aviez quelque chose en tête. Souhaitez-vous que nous en discutions, de cela ou de quoi que ce soit d'autre ? Ou préférez-vous aller voir tout de suite l'entraînement des gardes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Sénateur Ʌ

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 569
♦ Messages : 238
♦ Âge du perso' : 30
♦ Fiche : ma vie, mon œuvre
♦ Date d'inscription : 13/11/2010
♦ Age : 33

MessageSujet: Re: Alors, on re-discute ? (Hector de J.)   Jeu 18 Aoû - 8:05

    L’objet de la venue d’Hector était à l’origine une histoire de test pour les gardes que Yue voulait lui coller dans les pattes, puis une invitation lancée à la volée à laquelle il avait répondue positivement. Hector ne lisait peut-être pas les pensées mais quelque chose lui disait que la jeune femme avait sans doute espéré qu’il refuserait, pas de chance il avait accepté et avait tout fait pour la contredire. D’ailleurs, rien que pour l’embêter, il avait fait l’effort de quitter sa tenue de combat et son air de campagnard pour celle du jeune noble beau, grand, classe et élégant. Dommage que cela n’avait pas marché sur la princesse, c’aurait été très amusant mais bon, on ne peut pas tout avoir dans la vie. Ils s’installèrent donc dans le salon à thé de la jeune femme qui lui fit une cérémonie impeccable avant de le servir. Heureusement d’ailleurs qu’il n’avait pas fait attention à son visage de la princesse. S’il avait pu y lire l’inquiétude dessus, il aurait certainement recraché le thé en riant et là, ca aurait franchement été malvenu mais fort heureusement pour tout le monde, il n’en était rien. Mais bon, ses inquiétudes étaient un peu normal, Hector était grand, large, il avait un air de bûcheron. Mais malgré tout, il était capable d’une grande délicatesse dans ses gestes. Il jouait des apparences et des idées reçues, ca le servait bien jusque là, on le sous-estimait, ca l’arrangeait toujours. Une fois la tasse finie et reposée, il fit un compliment simple à la princesse, parce qu’il n’était pas le genre d’homme à faire des proses, surtout pour elle.

    J’ai toujours apprécié le thé, je ne rate jamais une occasion d’en tester un nouveau, je suis déjà habitué aux saveurs exotiques. Le votre était nouveau pour moi et fort appréciable. Pour ma part, j’espère que les douceurs que j’ai amenées à votre intention seront pour vous plaire.

    D’ailleurs, en parlant de ca, allons faire un petit tour en cuisine. Elyk était adossé contre un mur, dans un coin qui ne gênait pas le travail des serviteurs de la demeure. Même si ceux-ci préféraient le commérage pour le moment. L’homme avait un excellent contrôle de lui-même, sinon il aurait sans doute explosé de rire. Son maître était loin de vouloir faire la cour à la jeune femme. D’ailleurs, il était même inconcevable de les imaginer en couple, ils s’entretueraient en moins d’une journée. La seule qui travaillait sérieusement était la jeune femme sérieuse qui semblait intéressé par lui. Elle était curieuse mais ca semblait être tout. De toute façon, Elyk ne faisait pas dans les ados. Il les observa faire, puis, quant elles partirent pour apporter les douceurs à la maîtresse de maison et son invité, il se retira discrètement, on n’avait pas besoin de lui pour le moment, il allait attendre à la voiture de son maître.
    De retour au salon, la princesse sourit en voyant arrivé les gâteaux, maintenant, ca passait ou ca cassait. Mais visiblement, la princesse semblait les aimer et lui fit même un compliment dessus.

    Merci de vos compliments princesse mais depuis que j’habite la capitale, j’ai eu tout le temps de connaitre certains de ces meilleurs commerces dont celui d’un chef pâtissier de renom, je n’ai que peu de mérites pour être simplement allé chez lui.

    Elle lui resservit du thé alors qu’il parlait et la remercia d’un simple signe de tête poli. Il restait modeste dans ses propos, vraiment pas le genre d’homme à se mettre en avant tout le temps. Mais quoiqu’il en soit, il avait amené quelque chose qui lui plaisait, c’était toujours ca. Elle lui demanda ensuite s’il avait eu en tête une idée bien précise en venant chez elle. Bon, il était vrai qu’il avait tout fait pour la contredire dans sa façon de s’habiller, ses gestes et autres. Il prit une autre gorgée de thé et lui répondit avec le sourire.

    Mais je n’avais rien en tête d’autre que de prendre un bon thé en votre compagnie princesse. Vous m’avez invité, j’ai fait quelques efforts pour me montrer agréable envers vous. Cela vous surprend-t-il ?

    Demandait-il avec un air innocent… non mais franchement… Qu’est-ce que ca allait devenir entre eux, une rivalité bâtarde ou une forme d’amitié vache ? Dans tous les cas, ca ne serait pas commun comme relation…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Influence : 488
♦ Messages : 335
♦ Âge du perso' : 17
♦ Fiche : Petite princesse Yue
♦ Date d'inscription : 01/06/2011
♦ Age : 25

MessageSujet: Re: Alors, on re-discute ? (Hector de J.)   Jeu 18 Aoû - 12:46

L'attitude du Sénateur l'agaçait profondément. Il se moquait d'elle, et Yue ne pouvait répondre que par un sourire, tandis que dans son for intérieur, une petite voix soufflait « Tu me paieras ça au centuple, péquenot. » Le coup de l'interminable cérémonie du thé semblait ne pas avoir fonctionné, même si elle va bon espoir d'y voir un autre effet plus pervers : impossible de se relever sans avoir mal aux jambes. Même elle qui était pourtant habituée à cela depuis son plus jeune âge ― elle ne savait pas encore parler qu'on lui apprenait déjà à servir le thé, mais avec des tasses en terre fort heureusement ― elle se sentait toujours un peu engourdie lorsqu'elle se relevait. Enfin, la partie n'était pas terminée …

- Mais votre compagnie m'est des plus agréables, je vous assure, Sénateur ! Si mon attitude vous a fait penser le contraire, je vous prie de croire que c'était bien involontaire et qu'il n'en est rien ! Je suis ravie que nous puissions discuter à nouveau autour d'une tasse de thé et de quelques sucreries …

Ce ton était à peu près le même que celui du Sénateur, ce qui devait laisser peu de doute sur la véracité de ses propos. C'était lui le premier qui avait voulu jouer les innocents. Enfin, s'ils continuaient à jouer à ce petit jeu de mensonges polis, non seulement ça allait devenir ennuyeux ― Yue DETESTAIT s'ennuyer ― mais en plus ils n'iraient nulle part.

- Mais vous m'aviez dit avant-hier que vous souhaitiez mettre mes gardes à l'épreuve … Il est peut-être impoli de ma part d'avoir suggéré que nous pourrions profiter de votre visite pour s'occuper de ce petit détail … D'ailleurs peut-être avez-vous finalement changé d'avis et renoncé à cette histoire ?

Yue lui fit un grand sourire amusé. Après tout, c'était lui qui avait d'abord voulu tester les gardes de Yue, et quand il avait accepté l'invitation de la Princesse, elle avait pensé se débarrasser de la corvée au même moment. Et il avait accepté. Si maintenant il prétendait avoir oublié et n'être venue que pour la Princesse …
Sans lui laisser le temps de répliquer, Yue reprit :

- Mais j'y tiens, il est normal que vous ayez des doutes sur des hommes que vous n'avez jamais rencontré, même si je vous les recommande chaudement …

Celle-là, c'était vraiment juste pour le plaisir de l'enquiquiner. Enfin, enquiquiner l'autre semblait être devenu l'activité principale de leur rencontre, ce qui avait au moins le mérite de rendre toutes ces discussions autour du thé plus joyeuses.
Toujours souriante, elle l'invita à l'accompagner à travers les jardins ― jardins qu'elle trouvait toujours aussi insupportables, d'ailleurs. Oh, bien sûr, la végétation était là : l'herbe était parfaitement coupée et débarrassée de toute mauvaise plante, les arbres étaient entretenus, les quatre jardiniers faisaient au mieux. Mais les arbres n'étaient pas très nombreux, du moins pas aussi nombreux que dans sa précédente demeure, et les fleurs n'avaient pas encore poussé et cela manquait toujours de couleurs … Alors qu'au Wu Zang ! Au Wu Zang, le vent sifflait joyeusement à travers les forêts luxuriantes de bambous, les pivoines imposaient leur parfum délicat sur toutes les autres fleurs, les pruniers fleuris égayaient le paysage de leurs couleurs pâles et les parterres de fleurs étaient tous entretenus par des spécialistes du Khini Lao, région bien connue pour ces fleurs magnifiques. Enfin, pas le temps ni le moment de se lamenter

Ils arrivèrent bien vite à une annexe séparée du palais, d'une taille assez respectable mais dont l'allure modeste laissait à entendre qu'il s'agissait là d'un bâtiment réservé aux domestiques. De l'extérieur, on pouvait entendre des bruits de métal et des cris, indiquant une activité intense à l'intérieur.
Sans chercher à se faire annoncer, Yue ouvrit la porte coulissante, qui donnait sur une grande salle où une vingtaine d'hommes s'entraînant ensemble, pour certains avec des armes en bois, d'autres avec des mannequins pour pratiquants d'arts martiaux, quelques-uns en simulant des combats réels. Ils étaient concentrés sur ce qu'ils faisaient, aussi le silence mit un peu de temps à se mettre en place.

- Messieurs, je suppose qu'il est inutile de vous présenter l'honorable Sénateur de Frickwitch, Hector de Jadewood. Il se peut qu'il vienne requérir votre aide pour certaines affaires, mais il a émis le désir de vous rencontrer auparavant.

Les réactions furent assez diverses (des regards inquiets, des grimaces, des grognements, d'autres qui faisaient même franchement et ouvertement la gueule), mais exprimaient dans l'ensemble une seule et même idée : « C'est quoi, c't'embrouille ? ». D'abord, le type en question ressemblait pas vraiment à un Sénateur, et puis qu'est-ce qui leur voulait aussi ? De quelle affaire on parlait là ?
Ou plutôt : mais qu'est-ce que la Princesse a en tête, aujourd'hui ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Sénateur Ʌ

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 569
♦ Messages : 238
♦ Âge du perso' : 30
♦ Fiche : ma vie, mon œuvre
♦ Date d'inscription : 13/11/2010
♦ Age : 33

MessageSujet: Re: Alors, on re-discute ? (Hector de J.)   Dim 21 Aoû - 9:25

[list]Hector avait fini par se prendre au jeu de l’hypocrisie et à bien y regarder, ca commençait à l’énerver. Tout ca à cause d’une sale gosse de riche. Elle était dangereuse celle-là, vu les extrémités où elle poussait les gens. Bon, au moins, il avait pu profiter d’une bonne cérémonie du thé, il pouvait au moins lui accorder ca. Pourtant, il n’arrivait pas à se défaire de cette idée qu’elle lui faisait perdre son temps. Mais bon, en contrepartie, il se disait qu’il devait aussi lui faire perdre le sien pour l’occasion.

Non, soyez rassurée, cette cérémonie m’a été très agréable…

Ce qui n’incluait pas forcément la compagnie de la petite peste princière mais elle devait très certainement en avoir autant à son service. Sans doute la cérémonie l’énervait-elle ou alors voulait-elle piéger Hector avec les mots qu’il avait eu l’avant-veille car elle le convia à venir voir ses gardes, quasiment sans lui demander son avis. Cependant, il ne perdit ni son calme ni son sourire et lui répondit en se relevant.

Mais, mes intentions n’ont pas changées princesse, si vous me permettez donc de rencontrez vos gardes pour me faire une idée, ca sera pour moi un grand plaisir.

Sur le chemin, il en profita pour faire passer un message à Elyk. Puis il suivit la princesse dans un petit pavillon à l’écart, franchissant de jolis jardins entre temps. Dès qu’ils furent dedans, Hector engloba du regard toute la vaste salle. Il y avait une vingtaine d’homme qui s’entrainait. A première vue, des combattants doués, même pour des mercenaires. Après tout, le seigneur Wu Zang avait les moyens de se payer des mercenaires d’élites. Yue fit une rapide présentation aux hommes qui regardaient Hector avec des airs surpris, blasés voir condescendants, visiblement, Hector ne leur faisait pas bonne impression. Il fallait dire que le style beau gosse ne leur était pas destiné. Cependant, Elyk arriva vite, accompagné d’un suivant d’Hector avec qui il tenait une malle de taille moyenne. Les deux hommes l’ouvrirent, elle contenue l’armure familiale couleur de jade du comte de Jadewood. Celui-ci enfila les pièces de métal par-dessus ses vêtements, Elyk l’aidant à fixer les sangles les moins faciles d’accès. Déjà son regard avait changé, il avait l’air d’un tout autre homme, assez pour susciter la curiosité des hommes de la princesse qui n’avait pas l’habitude qu’un noble ait une telle prestance guerrière, trop habitués sans doute aux nobliaux grassouillet. Bon, pour un combat d’entrainement, il n’allait pas se servir de sa hache, les hommes de la princesse se battaient aux techniques de poing-pied, à l’épée et à la lance. Hector prit donc une épée d’entrainement en bois, suffisamment lourde tout de même pour reproduire l’équivalence d’une arme véritable. Il se mit ensuite au niveau d’une zone réservée aux combats d’entrainement.

Parfait, si un de ces messieurs veut bien s’avancer.

Les gardes ne comprenaient pas trop ce qu’il se passait mais un d’entre eux prit une arme en bois et s’approcha pour faire face au sénateur. Le combat commença. Les deux hommes se firent quelques passes d’arme, le mercenaire n’y allait pas à fond, il fallait bien laisser au noble le plaisir de la jouer un petit peu, Hector n’eut donc aucun mal à le désarmer rapidement. Celui-ci lui planta un regard froid.

C’est tout ? Avec un tel niveau, vous seriez déjà mort dix fois dans les forêts de Frickwitch.

Lui prouvant qu’il n’était pas là pour s’amuser pour voir leurs capacités de combat réel, il frappa d’un coup de l’épée en bois, directement sur l’épaule de l’homme qui s’écroula dans un cri douloureux. Les autres eurent rapidement la mesure, c’était tout ce qu’il y avait de plus sérieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Influence : 488
♦ Messages : 335
♦ Âge du perso' : 17
♦ Fiche : Petite princesse Yue
♦ Date d'inscription : 01/06/2011
♦ Age : 25

MessageSujet: Re: Alors, on re-discute ? (Hector de J.)   Lun 22 Aoû - 22:08

Yue fronça les sourcils, et la vingtaine de gardes qui l'entouraient en fit autant. Le Sénateur avait mis son armure pour l'entraînement, ce qui n'augurait rien de bon. A vrai dire, la Princesse avait du mal à comprendre le but de ce geste. Certes, il se sentait sans doute plus à l'aise dans sa tenue de combat, mais ça n'avait aucun sens de mettre une armure dans un combat à l'épée de bois.
Un des soldats s'avança, un peu incertain. C'était plutôt bizarre tout ça. Pourquoi ce noble se ramenait avec son armure pour se lancer dans un combat à l'arme de bois ? Bah, on pouvait toujours le contenter et faire joujou pendant quelques minutes, puis le laisser remporter la victoire. Enfin, c'était le plan initial, mais le Sénateur accéléra soudainement le geste et désarma le garde, avant de lancer une petite pique qui agaça un peu les gardes. Il se prenait pas pour de la merde, ce p'tit con de nobliau …

La surprise avait figé le garde, et ses yeux restaient fixés sur l'arme que le Comte venait de faire voler. Mal lui en prit : il ne vit pas s'abattre la lame de bois sur son épaule. Il poussa un cri de douleur et se laissa tomber à terre sur les genoux. Deux autres gardes vinrent l'entourer pour s'assurer qu'il n'était pas sérieusement blessé : il allait avoir un bon gros bleu, mais hormis à son ego, il n'était pas gravement blessé.
Un autre prit le relais, attaquant le Sénateur par une taille au côté gauche. Ils s'engagèrent dans une suite de passes de haut niveau, jusqu'à ce que le garde se retire en profitant d'une petite pause dans le combat. Ce fut un troisième qui le remplaça et se lança à son tour dans l'entraînement avec le fameux Sénateur guerrier.
Yue, quant à elle, s'approcha d'abord du garde blessé. Elle voulait savoir comment il allait, d'abord pour être certaine qu'il n'était pas handicapé ― elle aurait quand même mal pris que le Sénateur abîme SES gardes du corps ― et ensuite pour se rendre compte elle-même du niveau du Comte. Elle s'attarda un instant sur l'épaule rougie du garde, épaule qui commençait à virer au violet bleuâtre. Un soldat lui fit un signe de tête pour lui signifier que le blessé irait bien.

- Il est fort ? Si fort que ça ?
- Il se débrouille.

Le garde qui lui avait répondu avait le regard fixé sur le combat, et la Princesse comprit à son air sérieux que le « Il se débrouille. » n'était qu'un euphémisme. Yue se concentra elle aussi sur ceux qui se battaient. Ce devait être quoi … le sixième ? Apparemment, les gardes avaient mis au point une stratégie simple : échanger quelques passes, puis se retirer pour laisser la place à quelqu'un d'autre. Ça laissait le temps à chacun de s'échauffer et ça permettait au Sénateur de s'entraîner avec chacun. Petit à petit, ils accéléraient le rythme, commençant à y prendre plaisir, tandis que le Sénateur tournoyait, ne laissant aucun répit aux soldats.

Le neuvième fit un pas en arrière, tandis qu'un autre arrivait par derrière. Le coup s'abattit dans un fracas de tous les diables qui fit frissonner Yue. La lame de bois frappa si violemment le dos de l'armure verte qu'elle se brisa sous le choc. Pas une très bonne idée tout ça : l'armure du Sénateur encaissa tout le choc, et s'il n'avait pas dû ressentir autre chose qu'une désagréable sensation au contact de l'arme, son agresseur avait les mains qui vibraient et qui lui lançaient, mais on pouvait toujours voir une certaine colère dans ses yeux.
Le bout de lame brisée vola à travers la pièce et fonça droit vers Yue. Effrayée, la Princesse poussa un petit cri et leva les bras pour se protéger. Un garde s'interposa, tandis qu'un autre, d'un mouvement rapide et agile, parvint à lancer son bras pour dévier la trajectoire du projectile qui vint s'écraser devant la Princesse. Yue fulminait. Mais qu'est-ce qui lui prenait à cet abruti ?! Devinant les pensées de la jeune fille, un soldat répondit à sa question silencieuse.

- C'est parce que c'est le frère de celui qu'a été blessé, t'à l'heure. Il a le sang chaud, c'est pour ça.

En effet, les passes qui s'échangeaient actuellement étaient bien plus violentes qu'auparavant. Yue était plus qu'énervée, et elle en avait marre de rester assise à regarder le spectacle. Sans oublier qu'elle n'avait pas du tout envie que le Sénateur soit blessé, ce serait dommage tout de même. Et puis, c'était un invité, que diable !
Elle s'empara de la lame brisée et la lança sur le frère aîné, toujours en plein combat, pour interrompre l'entraînement, toujours avec sa petite touche personnelle, forcément.

- Ça suffit, ça ne rime à rien tout ça ! Qui est le meilleur à l'épée, ici ?! Qu'il s'avance et qu'il montre au Sénateur ce qu'il sait faire ! Pas la peine que vous défiliez tous pendant des heures, on ne fait que perdre du temps là !

Un jeune soldat s'avança. Il ne s'était pas encore battu contre le Sénateur, mais il avait eu l'occasion de s'échauffer un peu. Son visage n'était pas tout à fait inconnu à Yue … Bon, certes, ils avaient fait le voyage ensemble jusqu'à Ishtar, mais elle sentait qu'elle l'avait déjà croisé auparavant.

- Il vient d'où, celui-là ?
- De la cour du Gouverneur votre père, Princesse. Il était dans la garde, mais il s'est engagé dans l'escorte pour se faire un peu plus d'argent. Ou pour voir du pays, je me rappelle plus très bien. Mais apparemment, ils sont plusieurs dans la famille à travailler dans la garde, alors il a l'habitude de se battre à l'épée. Je sais pas si ça va aller contre votre invité, mais il a au moins l'expérience du combat et de la vie réelle.

En effet, il avait l'air un peu plus sérieux que les autres. Sa garde semblait solide, et il inspirait plus confiance que les autres, du moins une épée à la main. Si lui ne satisfaisait pas le Comte, le Sénateur n'avait plus qu'à tourner les talons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Sénateur Ʌ

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 569
♦ Messages : 238
♦ Âge du perso' : 30
♦ Fiche : ma vie, mon œuvre
♦ Date d'inscription : 13/11/2010
♦ Age : 33

MessageSujet: Re: Alors, on re-discute ? (Hector de J.)   Mer 24 Aoû - 13:53

    Mettre son armure pour un simple entrainement pouvait sembler exagéré mais il n’en était rien aux yeux d’Hector. Tout d’abord, il y avait une symbolique importante, il la portait toujours au combat, même lors des combats d’entrainements. Et puis elle apportait une dimension réaliste. Dans un vrai combat, on part pas avec une arme de bois inoffensive, le corps dégagé de tout poids. On porte sur le corps une charge pour se protéger des trucs tranchants, perçants ou contendants que l’autre en face peut vous sortir. D’un certain point de vue, il annonçait la couleur, l’entrainement allait être sérieux, il n’était pas venu pour se la jouer ou pour tenter d’impressionner la princesse. Car malgré son petit jeu, il n’avait jamais eu l’intention de lui faire la cour. Bon l’épée n’était pas son arme de prédilection et quoiqu’on en dise, la véritable maîtrise de la hache de guerre est un art martial à part entière, il ne suffit pas simplement de taper comme un sauvage, certes il s’agit d’une arme qui exploite efficacement la force physique du porteur mais il a un ravin de différence entre un vulgaire mercenaire qui frappe comme un sourd avec et un guerrier entrainé comme Hector. Donc, à l’épée il avait un handicap, mais fort heureusement, il était compensé par le matériau de l’arme, du bois, ca restait toujours plus léger que de l’acier.

    Une fois qu’il eut proprement expédié le premier garde, faisant comprendre une bonne fois pour toute qu’il n’était pas là pour prendre le thé avec eux et qu’il n’avait rien du petit nobliau poseur, les autres défilèrent. Ce n’était pas le mieux, il se contentait de venir un par un, dans un vrai combat, il vaut mieux s’y mettre à plusieurs pour encercler et submerger un adversaire comme Hector, puissant et bien entrainé. Mais ils avaient tout de même un niveau correct pour des mercenaires, le seigneur de Wu Zang avait les moyens de se payer des trucs potables tout de même. Il en vit donc défiler huit autres comme ca mais aucun qui ne restait longtemps. Ils passaient, échangeaient quelques passes, dès qu’ils sentaient qu’il serait très difficile de trouver une ouverture dans la garde d’Hector, ils se retiraient, ce qui rendait difficile d’évaluer leurs compétences mais au moins avaient-ils assez de jugeote pour comprendre quand se retirer. Il y avait une limite fondamentale entre bravoure et stupidité, lâcheté et replis intelligent. Ils avaient au moins l’air de savoir ca.

    Le neuvième se retira et Hector fit prit dans le dos alors qu’une épée de bois explosait contre son armure. Et oui, elle n’était pas là pour faire jolie, elle avait été faite sur mesure pour lui par un maître forgeron, sur commande de son père. Un tel objet n’allait certainement laisser son porteur être blessé par une vulgaire lame en bois. L’homme l’attaqua avec plus de hargne, cependant, il devenait bourré de faille et Hector le poussait à reculer.

    Émotif, laisse la colère le rendre vulnérable, de gros progrès à faire.

    Une analyse précise et sans pitié, surtout qu’au combat, Hector devenait très froid, ce qui était toujours déstabilisant, même là, il parlait avec une voix monocorde, presque mécanique, une machine de guerre bien huilée. Le morceau qui avait faillit blesser la princesse atterrit en pleine tête de son adversaire, le mettant à moitié KO alors que Yue poussait sa gueulante. Décidément, même eux avait du mal avec son caractère, elle savait s’imposer quant elle le voulait vraiment. Finalement un dernier homme s’avança, il apparaissait clair qu’il avait un niveau supérieur aux autres.

    Enfin les choses sérieuses.

    Si la remarque d’Hector avait un petit côté insultant pour les mercenaires, ils ne lui avaient pas montré toutes leurs capacités, du coup, le jugement était plus méchant. L’homme et Hector commencèrent à échanger des passes d’armes. Il avait un niveau supérieur aux autres. Le combat dura une bonne dizaine de minute. Elyk regardait silencieusement dans son coin, il semblait murmurer quelque chose dans sa barbe en rythme mais quoi ? Pour l’instant, Hector était en position défavorable et son adversaire en profitait pour ne lui laisser aucun temps mort. Puis le combat changea de tournure brusquement, c’était au tour du mercenaire de subir les assauts d’Hector alors que ce dernier esquivait ses attaques maintenant sans peine. Il n’eut donc aucun mal à la désarmer et lui mettre son arme sous la gorge. Les mercenaires étaient déçus, vaincus par un noble et sans doute en passe de subir la colère de leur sale gamine de princesse qui n’allait sans doute pas aimer de perdre la face ainsi. Plusieurs mercenaires qui avaient vu qu’Elyk marmonnait quelque chose vinrent lui demander de lui expliquer. Le serviteur d’Hector, qui fut un de ses maîtres d’arme au passage leur expliqua qu’Hector avait tout simplement analysé et lu le rythme de combat de son adversaire jusqu’à l’assimiler pour le retourner contre lui. Simple sur le papier mais qui nécessitait des années d’expérience au combat tout de même. Hector lâcha son épée et s’approcha de la princesse, l’air serein.

    Moui, je vous l’accorde, ils ne sont pas mauvais. Si vous me les prêtez, j’en profiterais pour vous les entrainer un peu à l’occasion, je vous les rendrais en mieux comme ca.

    Les réactions étaient diverses et variés, si certains mercenaires prenaient une claque à leurs égos, certains, plus pragmatiques, voyaient peut-être là une opportunité de s’améliorer, le comte n’avait pas l’air d’être un combattant de bas étage. Restait maintenant à savoir comment Yue allait réagir à tout ca…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Influence : 488
♦ Messages : 335
♦ Âge du perso' : 17
♦ Fiche : Petite princesse Yue
♦ Date d'inscription : 01/06/2011
♦ Age : 25

MessageSujet: Re: Alors, on re-discute ? (Hector de J.)   Jeu 25 Aoû - 14:35

La main saignait. Yue venait juste de le remarquer, et désormais, elle ne pouvait détacher son regard de la plaie. L'homme qui avait intercepté avec plus ou moins de succès la lame brisée était blessé : sa main saignait. Le choc avait dû être très violent, au fond, c'était un vrai coup de chance que Yue n'ait pas été touchée par le projectile. Et ses yeux étaient fixés sur les gouttes de sang qui coulaient lentement sur la peau du garde.
Les images surgirent tout à coup dans son esprit. Que se serait-il passé si la lame en bois l'avait touchée ? Elle aurait été blessée. Au visage. La lame l'aurait fait saigner, elle aurait sans aucun doute laissé un bleu qui l'aurait défigurée pour plusieurs semaines. Pire, elle aurait pu être vraiment défigurée ! Le nez cassé, l'œil crevé ou n'importe quoi d'autre … Un frisson lui parcourut l'échine.

Tout ça à cause de cet abruti de garde du corps … Non, c'était aussi et surtout la faute de ce rustre de sénateur ! C'était lui qui avait voulu se battre contre les soldats, c'était lui qui les avait provoqués en frappant l'épaule du premier type et qui avait mis en colère son frère ! C'était entièrement de sa faute !
Yue en avait assez. Elle se leva et quitta la pièce, lassée par ces combats et énervée par toute cette affaire. Un soldat l'accompagna discrètement, par mesure de sécurité mais surtout par habitude de suivre le « client » partout où il allait. Et puis, Yue était en pétard, il pouvait bien garder un œil sur elle … Pas pour bien longtemps. A l'intérieur le combat s'était achevé de manière prévisible par la victoire du Sénateur. Quant à savoir si on l'avait laissé gagné ou s'il avait battu à la loyale, c'était une autre histoire, toujours était-il que le combat avait été plutôt impressionnant.

- Princesse, le combat est terminé, fit le garde en lui tapotant l'épaule pour attirer son attention.

La Princesse réagit très violemment et s'écarta d'un bond de la main du garde.

- Ne me touchez pas ! Je NE VEUX PAS que vous me touchiez ! Et … mettez quelque chose autour de votre main, je ne supporte pas de voir ce sang …

Elle était sur les nerfs ; l'image de son visage défiguré ne cessait de la hanter. Elle pénétra à nouveau dans la salle d'entraînement pour entendre ce cher Sénateur se pavaner avec une suffisance tout à fait agaçante. Yue avait bien envie de l'étrangler, rien que pour passer ses nerfs sur quelqu'un.

- Moui, je vous l’accorde, ils ne sont pas mauvais. Si vous me les prêtez, j’en profiterais pour vous les entrainer un peu à l’occasion, je vous les rendrais en mieux comme ca.
- Laissez vos soldats une semaine avec moi, et je vous assure que ça vaudra bien trois ans d'entraînement dans les forêts de Frickwitch.

Mais pour qui il se prenait, à la fin ?! Elle allait devoir remettre à sa place cet impudent qui pensait pouvoir parader dans la demeure même de la Princesse …

- L'arrogance ne sied qu'aux princesses, cher Sénateur. Je vous conseille de faire preuve de plus d'humilité. Je vous rappelle qu'il s'agit de combattants professionnels, rompus à l'art de la guerre depuis leur plus jeune âge.

Cette dernière remarque ne s'adressait pas tant au Sénateur qu'aux soldats. Leur prestation avait été des plus pitoyables, et cela ne lui plaisait guère. Elle les assassinait littéralement du regard, en particulier celui qui avait cassé sa lame. Elle allait devoir en discuter très sérieusement avec son père, il était sans doute temps de changer sa garde.

- Bien Sénateur, êtes-vous satisfait ou vous désirez également vous en prendre au reste du personnel ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Sénateur Ʌ

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 569
♦ Messages : 238
♦ Âge du perso' : 30
♦ Fiche : ma vie, mon œuvre
♦ Date d'inscription : 13/11/2010
♦ Age : 33

MessageSujet: Re: Alors, on re-discute ? (Hector de J.)   Ven 26 Aoû - 14:30

    Tout à son combat, Hector n’avait pas vraiment fait attention à Yue, hormis son arrogance, ce n’était pas une combattante, ce qui signifiait que sur le champ de bataille, sa présence en tant que personne était… insignifiante. Mais ce genre de chose, il vaudrait mieux se garder de lui dire, la petite princesse était en effet affublée d’un ego parfaitement surdimensionné. Elle était à peine revenue qu’elle piquait déjà une crise et personne ne comprenait pourquoi. Il fallait dire que personne ne savait ce qu’il y avait dans sa tête, elle ne devait pas s’ouvrir à grand monde, en fait, il était même probable qu’elle n’avait aucun ami et qu’elle n’avait jamais cherché à s’en faire. Vie triste si on y regarde bien. Surtout qu’Hector ne se gêna pas pour lui faire comprendre que sa super garde d’élite avait encore des progrès à faire. Non pas qu’ils étaient mauvais, ce serait leur faire affront mais ce n’était que des mercenaires, ils avaient l’entrainement qui correspondait. La jeune fille ne se gêna pas pour lui renvoyer sa pique au visage. Bon, ce coup-ci, il ne dit rien, fatigué par ce petit jeu idiot. S’il laissait réellement ces hommes ici, ce serait le contraire. Quoique… pour travailler la patience, c’est un bon entrainement, rester une semaine au service de cette sale gamine sans l’égorger relevait de l’exploit, de l’abnégation la plus totale, il eut un regain de sympathie pour les gardes de la princesse, le père devait vraiment bien payer pour les faire tenir ainsi. Elle lui fit une autre remarque, cette fois-ci, elle tendait carrément le bâton pour se faire battre, visiblement, elle aussi sous la colère ne savait plus se contrôler.

    Vous avez entièrement raison, cela sied bien mieux aux princesses… princesse.

    Et on en remet une couche, allez ! De toute façon, pourquoi se montrer sympa avec elle ? Elle l’avait déjà prit en grippe, alors un peu plus ou un peu moins, au final, quelle différence. En fait, ca lui ferait pas de mal pour une fois de tomber sur quelqu’un de franc qui n’aurait aucune hésitation à le remettre à sa place. Si elle était trop bête pour le comprendre, alors tant pis pour elle, elle serait de ceux que l’impitoyable monde politique de la capitale broierait sans merci. De toute façon, elle pouvait faire la fière autant qu’elle voulait, en réalité, elle n’avait pour elle que le nom de son père, un homme qui serait sans doute assez intelligent pour comprendre qu’il n’avait pas intérêt à se mettre à dos un homme qui était le sénateur et l’un des trois grands nobles du comté de Frickwitch. Elle essaya de nouveau de défendre comme elle pouvait sa fierté en parlant de ses gardes. Hector répondit simplement d’une voie calme.

    Je n’ai jamais dit qu’ils étaient faibles. Mais quelque soit leur force, ce ne sont que des mercenaires, des lames qui agissent uniquement pour l’argent, ils se fichent bien de votre personne. Leur « loyauté » envers vous signifie simplement qu’ils seraient beaucoup plus chers à acheter pour les retourner contre vous. Mais croyez-moi, qu’on leur mette la somme suffisante pour dépasser tout ca et ils vous égorgent dans la seconde. Ils ne seront jamais entièrement fiables.

    Ce qui était différent de sa garde à lui, des soldats de Frickwitch auquel il pouvait faire confiance, désireux de le suivre dans son projet de rendre leur province plus belle et plus sûre. Des hommes avec qui il avait combattu côte à côte contre les dangers que recelaient les épaisses forêts brumeuses. Du côté des mercenaires, personnes n’osaient dire quoique ce soit. D’abord, parce que les propos du sénateur avaient un fond de vérité, il devait bien y en avoir deux ou trois ici qui n’auraient aucun remords à égorger cette petite gosse de riche pourvu qu’on paie la somme suffisante. Et puis surtout, ils avaient perdus à plusieurs contre lui, les vainqueurs ont tout et les vaincu sont juste en position de la boucler, c’est ca la vie d’un guerrier. La princesse lui fit encore une remarque acerbe mais Hector décida qu’il était temps d’en rester là, tout ca commençait à le fatiguer.

    Non, ce ne sera pas nécessaire. Je vous remercie pour le thé, il était délicieux. Sur ce, permettez que je prenne congé de vous Princesse car d’autres affaires requièrent ma présence maintenant.

    Il s’inclina poliment, ce n’était pas parce qu’il ne l’aimait pas qu’il allait l’insulter ouvertement ou se montrer malpoli, il ne lui ferait pas le plaisir de quoi la conforter dans son idée qu’il n’était qu’un rustre. Puis il tourna les talons et quitta les lieux, Elyk derrière lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ʌ Noble Ʌ

avatar

♦ Influence : 488
♦ Messages : 335
♦ Âge du perso' : 17
♦ Fiche : Petite princesse Yue
♦ Date d'inscription : 01/06/2011
♦ Age : 25

MessageSujet: Re: Alors, on re-discute ? (Hector de J.)   Ven 26 Aoû - 20:29

Vous avez entièrement raison, cela sied bien mieux aux princesses… princesse.

Bien, il avait compris le message. Yue ne supportait pas qu'on se moque d'elle, mais elle était consciente de ses défauts et cela l'amusait d'en parler. Bien sûr, elle n'avait pas du tout l''intention de se corriger, et elle aurait fait torturer quiconque oserait lui dire en face qu'elle n'était qu'une peste par contre …

Elle n'écouta pas son discours sur les mercenaires. Elle avait cette fabuleuse faculté de déconnecter ses oreilles de son cerveau lorsqu'on voulait lui faire la leçon. Et surtout, elle avait confiance dans les capacités et dans la fidélité de ses gardes du corps … D'abord parce que son père ne lui aurait pas assigné n'importe quel bandit pour assurer sa protection … Ensuite parce qu'elle connaissait certains d'entre eux puisqu'il y avait parmi eux des soldats du palais du Wu Zang. Enfin et surtout, ils étaient aux côtés de Yue depuis un certain temps. Ils avaient fait le voyage ensemble jusqu'à Ishtar, ils l'avaient protégée à nombreuses reprises, et ils la supportaient avec beaucoup de patience.
Et puis, aussi … Ils ne trouveraient jamais quelqu'un qui les paieraient mieux que la famille Wu Zang. Ils figuraient parmi les plus grandes fortunes de l'Empire après tout !

Sur ce, permettez que je prenne congé de vous Princesse car d’autres affaires requièrent ma présence maintenant.
- Je vous permets, Sénateur. Moi-même, j'ai d'autres chats à fouetter. Un domestique vous raccompagnera à l'entrée.

Un serviteur se pressa pour les rejoindre, s'inclina respectueusement devant la Princesse et le Sénateur, et invita d'un geste de la main le Sénateur et son compagnon à les suivre jusqu'à l'entrée.
Yue, elle, fit demi-tour et rentra prestement dans sa demeure. La compagnie du Sénateur lui était devenue proprement insupportable. Tant qu'ils en restaient à de petites piques à tour de rôle, c'était amusant. Mais il avait dépassé les bornes … Il avait voulu l'humilier en s'en prenant à ses gardes. Parce qu'il trouvait ça malin d'affronter des hommes armés d'épées de bois en portant une armure ? Ça les désavantageait clairement, pauvre imbécile !
Et pire que tout, il voulait même lui donner des leçons ! Elle n'avait aucune leçon à recevoir de personne, surtout d'un petit Sénateur de campagne. Qu'il aille se faire voir et qu'il retourne gambader dans ses maudites forêts. Et qu'il aille épouser son imbécile de petite amie qui dormait toute les cinq secondes.

- Nettoyez-moi tout ce bazar dans le salon de thé ! Maintenant ! Et je veux que ça brille si fort qu'un fantôme puisse se refaire une beauté rien qu'en voyant son reflet !

Les servantes s'inclinèrent et allèrent chercher le nécessaire, tandis que la Princesse retournait à ses appartements. Les jeunes femmes discutaient avec beaucoup d'intérêt de ce qui s'était passé … Pour l'instant, elles ne savaient pas grand-chose pour la simple et bonne raison que l'essentiel de l'affaire s'était produit dans le pavillon réservé aux gardes du corps et que les gardes du corps communiquaient peu, voire jamais avec les autres domestiques …
Que s'était-il passé ? Apparemment, le Sénateur était allé un peu trop loin et avait mis la Princesse en boule. On racontait même qu'il y avait eu une bagarre et que quelqu'un avait été blessé. La Princesse aurait même failli être blessée au visage ! Ce qui expliquait sans doute pourquoi la maîtresse était aussi en colère …

- Arrêtez de discuter et concentrez-vous sur votre travail !

Les jeunes femmes se turent tout à coup, en attendant que la Princesse s'en aille. Elles allaient devoir être un peu plus discrètes !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alors, on re-discute ? (Hector de J.)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Alors, on re-discute ? (Hector de J.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ѧ Quartier Magna Ѧ :: Résidences-