Partagez | 
 

 Une maison sans chat, que c'est vide !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ӽ Hybride Ӽ

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 233
♦ Messages : 82
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Meow ! Je te connais ?
♦ Date d'inscription : 02/08/2010
♦ Age : 26

MessageSujet: Une maison sans chat, que c'est vide !   Lun 1 Aoû - 9:15

Pour une fois Minako avait quitté les Bas-Fonds. Elle courait sur les toits et dans les ruelles. Alerte au moindre son, à la moindre lueur qui annonçait un humain ou un autre esclave dans les rues. Ce soir, la lune n'était qu'un mince sourire de lune décroissante agrémentée des éternelles étoiles. Le félin bondissait sur les tuiles en prenant garde d'atterrir le plus délicatement possible afin de ne pas en déloger. Ce soir elle se rendait dans le quartier des habitations afin de retrouver ce prêtre étrange qui se disait contre l'esclavage afin d'y mettre un terme. Une vision des plus utopique pour la société Ishtarienne actuelle et presque impossible à concevoir pour l'hybride. L'inquisition et la garde la pourchassaient dès qu'ils en avaient l'occasion avec pour consigne de la renvoyer à l'Ombre à la première occasion, sa mémoire recelait des choses que l'on voulait faire taire à jamais. Alors qu'elle soit dans un monde où les esclaves vivaient libres ou non ne changeait rien à la situation . Non elle allait à sa rencontre par ce que ce prêtre disait vouloir la revoir et lui offrir un lieu où elle pourrait vivre. Un peu comme si il essayait de recueillir un animal trouvé dans la rue. Cette image n'était pas très glorieuse pour Minako mais si il disait vrai elle aurait un endroit où se reposer vraiment et ou échappé à ces poursuites incessantes.

L'espoir et la plus grande méfiance se mêlaient en elle. Dans la poche de son manteau se trouvait, précieusement plié, le message laissé par Kaname dans les égouts. Comme convenu il était venu. Ce jour là c'était la méfiance qui l'avait emporté et elle était restée en retrait à attendre patiemment qu'il reparte. Puis elle s'était emparé du morceaux de parchemin ou s'étirait une écrire posée et fine indiquant l'adresse de l’Église Hazel. L'hybride et sa sœur arrivèrent enfin devant le bâtiment religieux. Il lui avait demandé de venir mais que devait elle faire à présent ? Elle fit le tour, et observa attentivement cherchant à mémoriser la structure, la hauteur les endroit où elle pouvait grimper et par dessus tout un signe que le prêtre était bien là. Finalement elle trouva une fenêtre allumée. On y voyait les lueurs tremblotante d'une bougie. Minako escalada la façade latérale de l'habitation qui faisait face à l'église afin de pouvoir être suffisamment haute pour voir à l'intérieur de cette fenêtre . Mathilde n'était pas d'accord, elle était bougonne car elle affirmait que ce prêtre cherchait à leurs tendre un piège. Les deux sœurs s'était disputée d’ailleurs. La créature soutenait qu'elle voulait savoir si cela pouvait être vrai ou non tandis que la cadette ne voulais rien savoir et pestait après les prêtres en la traitant d'idiote. Après tout c'était à cause d'un prêtre qu'elle en était là aujourd'hui.

Minako se hissa sur une cheminée, éteinte à cette période de l'année, elle aperçu Kaname penché sur un bureau sûrement en train de lire quelque texte sacré ou en train d'étudier une quelque conque paperasse. Le félin tendit l'oreille et attendit un signe, un mouvement de l'humain vers l'ouverture pour qu'elle puisse attirer son attention. Elle attendit bien une heure ainsi, à s'assurer que le prêtre soit bien seul dans la pièce. Elle n'était qu'une silhouette sombre ponctuée de deux feu follets bleu pâle qui se tournaient parfois vers le pied de la cheminée pour surveiller une fillette imaginaire assise en tailleur les bras croisés. Minako commençait à s'impatienter alors elle descendit au pied de l'édifice s'emparer de quelques petites pierre et retourna à son perchoir. Là elle tira une pierre sur le mur en visant l'encadre ment de la fenêtre. Puis une seconde. Et elle guetta une réaction du jeune homme d'église. Lorsque la fenêtre s'ouvrit, la créature dégénérée eut comme un doute alors elle entonna d'une voix calme et basse, suffisemment pour ne pas attirer l'attention mais aussi assez forte dans le silence de la nuit pour être entendue de l'humain, la citation qu'elle avait compléter avant de tuer l'homme de main dans les égouts.

«Car aucun honneur ne sera plus grand pour vous que celui d'avoir été l'incarnation de la vengeance sacrée ! »


Elle marqua un court silence pendant lequel elle descendit de la cheminée sur le toit. Les tuiles crissèrent un peu sous le poids du félin car celui ci avait atterrit sans douceur. Elle reprit avec cette même voix, voulant faire croire à une assurance qu'elle n'avais pas du tout.

« Vous vous souvenez mon seigneur ? »

Elle fit une courte révérence. Comme bien souvent face à un prêtre, l'hybride était tendue, nerveuse. La colère contre ces humains particulier venait gronder en plus de l'espoir et de la méfiance qui bourdonnaient dans sa tête. Néanmoins elle s’efforça de demeurer le plus neutre possible, droite sur ses jambes, une main sur la hanche. Si elle réussissait à retenir son bras, ce prêtre pourrait lui donner une éventuelle piste pour retrouvé des morceaux de son passé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une maison sans chat, que c'est vide !   Lun 1 Aoû - 15:56

La vie dans sa nouvelle église était décidément très confortable. Si on mettait de côté les tâches ménagères que se partageaient lui et les deux novices qui travaillaient ici, il se la coulait douce. Bien sûr, il s'occupait de la messe et de diverses tâches juridiques et administratives, mais dans l'ensemble, il se déchargeait du plus pénible sur les deux abrutis ― choisis spécialement pour leur manque de jugeote ― qui l'assistaient. Et comme depuis quelques temps, il avait mis de côté ses activités officieuses, histoire de se faire oublier depuis le fiasco de la dernière fois où il avait failli y laisser la vie ― il serait d'ailleurs sans doute mort, sans l'intervention miraculeuse de l'hybride-chat. Mais toute cette histoire lui était sortie de la tête depuis un bon moment …

Quelle heure était-il maintenant ? Le soleil se couchait à peine. Dans son bureau, Kaname était plongé dans la paperasse. Un livre de compte ouvert devant lui, il vérifiait les récentes rentrées d'argent, plutôt confortables ce mois-ci, ce qui lui permettait de compenser les dépenses excessives qu'il avait dû faire lors de son installation dans l'église fraîchement rénovée : les meubles coûtaient une petite fortune, et Kaname avait tenu à installer au plus tôt une bibliothèque digne de ce nom. Et pour construire tout cela et acheter les livres, il avait dû faire des emprunts … Mais il avait calculé : en accordant une part raisonnable de son budget mensuel, il aurait remboursé la totalité de ses emprunts d'ici à deux ans. Délai plutôt acceptable, quand on savait que d'autres payaient parfois sur plusieurs générations … Le pécule qu'il avait accumulé au fil de ses années d'apprentissage et de formation s'était révélé des plus utiles. Maintenant, il écrivait une lettre à son ancien supérieur ― qui figurait sur la liste de ses créanciers ― pour l'informer qu'il serait totalement remboursé d'ici la fin du mois. Kaname l'avait mis en tête de liste, tant il ne supportait pas de se retrouver en dette auprès de cet homme qu'il méprisait au plus haut point. Et depuis un bon quart d'heure, il cherchait vainement l'inspiration pour débuter sa lettre.
Il poussa un grand soupir d'exaspération et reposa sa plume. Il faisait de plus en plus sombre, il était temps d'allumer une bougie. Bon, les bougies étaient précieuses, il fallait qu'il se dépêche d'écrire cette fichue lettre. Le menton dans le creux de la main, il ferma les yeux, à la recherche d'une ouverture.

Un bruit sourd le réveilla brusquement. Oh mince, il s'était assoupi ! La bougie était pratiquement consumée ― Kaname pesta et la souffla avant qu'elle ne se noie dans la cire fondue ― et dehors il faisait nuit noire. Et sa lettre qui n'était toujours pas écrite … Tant pis, elle attendrait demain, là il abandonnait. Et pas envie de gâcher une autre bougie, ça coûtait beaucoup trop cher. Il s'apprêtait à quitter la pièce quand il entendit à nouveau le même bruit que celui qui l'avait réveillé.

Il se retourna et chercha l'origine du son. Il mit quelques instants à déceler l'impact sur le carreau de la fenêtre et fit une nouvelle grimace. Un gamin s'amusait à saccager son église ou quoi ? Agacé, le prêtre ouvrit la fenêtre pour voir le morveux qui lui envoyait des pierres, mais il n'y avait personne. Etrange tout ça. Le gamin s'était enfui ?

«Car aucun honneur ne sera plus grand pour vous que celui d'avoir été l'incarnation de la vengeance sacrée ! »

Kaname frissonna. Impossible de se tromper sur cette voix, c'était celle de Minako. Bon sang, il avait complètement oublié l'hybride ! Pourtant, c'était lui qui lui avait dit de venir le voir … Mais quel idiot !
En quelques mouvements fluides et silencieux, la femme-chat s'était faufilée à l'intérieur. Décidément, elle était impressionnante … Elle respirait le calme et l'assurance, et tout le corps et l'instinct de Kaname lui criait le mot « danger ». Oui, la lumière de la lune n'était pas très forte ce soir, il lui serait difficile de manier les ombres, tandis que Minako profitait au maximum de l'obscurité et pouvait largement le découper en rondelles avant qu'il n'ait eu le temps de dire « Ombre ».

« Vous vous souvenez mon seigneur ? »

Kaname faillit en rire. Comment oublier un truc pareil ?

- Le sang des fidèles peut être versé. Oui, je me souviens, même si j'avoue que ces derniers temps, j'étais pris dans l'organisation de l'église et j'ai un peu oublié ta visite. Mais je suis heureux de te voir, tu as l'air d'aller bien.

Jetant un coup d'oeil aux alentours, il tentait de repérer l'amie de Minako, sans être vraiment certain que cette amie en question existât vraiment par ailleurs.

- Et ton amie ?
Revenir en haut Aller en bas
Ӽ Hybride Ӽ

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 233
♦ Messages : 82
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Meow ! Je te connais ?
♦ Date d'inscription : 02/08/2010
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Une maison sans chat, que c'est vide !   Jeu 4 Aoû - 14:46

Il s'agissait bien du prêtre Kaname. Elle avait reconnaissait sa voix. Minako fut à la fois rassurée qu'il se souvint d'elle et en même temps pas du tout. A chaque seconde quelque chose dans sa tête lui formulait une question : piège ou sincérité ? Pouvait-on proposer le gîte et le couvert à une inconnue sans arrière pensée ? L'image du prêtre sans visage de son souvenir ne cessait de la hantée chaque fois qu'elle pensait à un homme d'église. De toute façon il n'y avait pas trente-six manière de savoir. La faible luminosité donnée par la lune n'offrait pas une visibilité suffisante à l'hybride. N'étant pas douée de vision nocturne, les bâtiments n'étaient que d'imposantes masses noires un peu luisantes au niveau des vitres pour les deux sœurs. Minako attendit que sa sœur s'accroche à son cou et sauta jusqu'au sol au pied de l'habitation qui lui avait servie de perchoir. Elle se réceptionna sur ses jambes puis sur ses bras pour amortir d'avantage les deux étages de hauteur. Quelques foulée de plus et elle avait traversé la rue. Usant de l'élan acquit par cette petite course la femme chat s’élança toutes griffes dehors contre le mur de l'église. Une fois bien fixées entre les pierres, la créature bondit le long du mur en nichant ses griffes un peu au hasard afin de ne pas retomber. C'est ainsi qu'elle passa la fenêtre du bureau sans trop de mal.

Il y faisait plus doux mais aussi plus noir. On sentait qu'un petit vent frais s'introduisait dans la pièce par la fenêtre, créant un petit courant d'air au niveau du sol. Les dalles étaient bien fraîches en comparaison de la tiédeur des tuiles burinées par le soleil pendant la journée. L'hybride s'était brièvement accroupie pour permettre à sa petite sœur de descendre sur son dos. La fillette, demeurait effrayée par le jeune homme et elle se tenait cachée derrière sa grande sœur, bien cramponnée l'épais manteau violet. Les yeux luminescents de Minako situaient vaguement l'humain dans la pièce mais ses oreilles à l'ouïe fine percevait son souffle et le froissement du tissus de ses vêtements, ce qui créait l'illusion qu'elle le voyait dans le noir. Si par malheur un bruit violent lui vrillait les tympans elle ne saurait le situer. Ce dernier confirma la question de l'hybride en citant à son tour un passage des écritures de l'Ombre cité pendant leur rencontre.

« Oui je vais bien. Enfin aussi bien que les bas fonds le permettent. » Dit-elle aussi calmement que possible en faisant une petite révérence.

Oui car ces dernier temps s'étaient avérés un peu plus mouvementés avec la rencontre de ce sénateur hérétique et la confrontation avec quelques brigands locaux. Kaname voulut ensuite savoir où se trouvait son « amie ». L'hybride se dit alors qu'avec le manque de lumière il ne devait pas l'avoir vue. Surtout que cette petite tête de mule refusait de sortir de sa cachette.

« Elle ne trouve juste derrière moi, mon seigneur. Elle est effrayée par les hommes d'église. »

Minako passa un bras dans son dos pour tapoter celui de sa petite sœur afin de la rassurée un peu. Elle partageait ses craintes mais se devait de la cacher pour intervenir si cela tourne mal. Elle ne savait pas trop si elle devait ajouter des détails ou rester dans le vague, quel degré d'information adopter... Le félin se tendit pour sentir l'odeur de cire qui embaumait la pièce.

« Vous sembliez pencher sur un labeur, nous avons-vous dérangé ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une maison sans chat, que c'est vide !   Jeu 4 Aoû - 19:49

A ces questions, Minako demeura plutôt vague, mais Kaname ne lui en tint pas rigueur. Après tout, c'était plus pour la saluer et être poli qu'il lui avait demandé comment elle allait, il pouvait aisément le deviner rien qu'en la regardant, même s'il était difficile de bien la distinguer dans l'obscurité. Quant à son amie … Hé bien, même dans l'obscurité, il ne distinguait absolument rien, il devait donc se rendre à l'évidence : c'était un fantôme qui n'existait que dans l'esprit de la femme-chat. Enfin, un fantôme de petite fille, ça ne devait pas être bien méchant.
Sans la voir clairement, Kaname pouvait sentir que Minako humait l'air et inspectait la pièce. Quelles choses pouvaient voir ou sentir cet être dégénéré ? Sans doute plus que lui, surtout si on l'avait croisé avec un félin. Il avait entendu dire qu'en plus d'avoir l'odorat plus développé que ceux des humains ― bien que pas autant que celui des chiens ― ils avaient aussi une bonne vision, en particulier dans les lieux sombres. Tant mieux pour elle, ça lui serait utile pour se repérer à l'intérieur de l'Église. Kaname, lui, avait appris par cœur à se déplacer dans le noir dans sa demeure, et à moins de ne pas faire attention ou de ne pas avoir rangé une pièce, il avait peu de chance de se cogner.

« Vous sembliez pencher sur un labeur, nous avons-vous dérangé ? »

Kaname fit la grimace. Ça ne pouvait pas se voir dans le noir, mais rien que de repenser à toute cette paperasse, son visage se contractait malgré lui.

- Juste du courrier et des affaires d'argent. Une église coûte plus chère que ce que j'avais imaginé. Mais je crois bien que j'avais fini par m'endormir quand tu es arrivée. Mais ne parlons pas de cela ! Je t'avais promis quelque chose et je vais te le montrer, suis-moi.

Il quitta la pièce à pas feutrés, en se faisant le plus discret possible, et marqua une pause au milieu du couloir. Les chambres des deux novices étaient côte à côte, près des escaliers, et le prêtre s'efforçait de savoir s'ils étaient bien endormis ou non. Dans la chambre de l'un, on pouvait entendre quelques ronflements, et si l'on n'entendait rien dans la chambre de l'autre, du moins on n'apercevait aucune lumière, ce qui était plutôt encourageant.
Kaname se tourna vers Minako et lui chuchota le plus bas possible :

- Je ne suis pas seul ici, il y a deux autres novices en plus. Ils dorment, je crois, donc je pense qu'on ne craint rien. Ils ne sont pas très malins, mais dans le doute …

Il reprit sa marche et descendit les escaliers jusqu'au rez-de-chaussée où il se remit à marcher normalement : désormais, ils étaient suffisamment loin des chambres pour ne plus avoir besoin d'être discrets. Ils traversèrent la salle de la messe pour arriver aux cuisines, et là, Kaname ouvrit une petite porte donnant sur un sous-sol. Le sous-sol en question était une cave aux dimensions honorables où l'on conservait actuellement surtout de la nourriture, mais l'odeur de vin rappelait sans cesse la fonction première de la pièce. Mais le prêtre ne s'attarda pas et se dirigea directement vers une étagère au fond de la pièce qu'il se mit à déplacer avec beaucoup d'efforts. Quand elle eut bougé de quelques dizaines de centimètres et dévoilé une porte dérobée dissimulée derrière, Kaname sortit de sa poche une petite clé en étain, l'inséra dans la serrure et déverrouilla la porte qui s'ouvrit dans un bruit aigu.

- Alors, qu'est-ce que tu en penses ?

Pour éclairer la pièce, le prêtre avait allumé une petite bougie qui diffusait une lumière discrète. La pièce n'était pas bien grande, sans doute plus petite encore que le bureau de Kaname. On y trouvait dans un coin un lit à peine assez grand pour deux personnes, recouvert de deux couvertures, un petit baril d'eau, une toute petite table et une chaise, un grand récipient en émail pour la toilette, une petite caisse contenant de la nourriture sèche et quelques étagères taillés grossièrement dans le mur.
Bon, c'est sûr, ça n'était pas non plus une auberge de luxe.
Revenir en haut Aller en bas
Ӽ Hybride Ӽ

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 233
♦ Messages : 82
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Meow ! Je te connais ?
♦ Date d'inscription : 02/08/2010
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Une maison sans chat, que c'est vide !   Mar 9 Aoû - 10:43

L'hybride saisit la main de l'enfant et emboîta le pas du prêtre avec la plus grande attention. En effet les griffes non rétractables de ses pieds pouvaient cliqueter bruyamment sur le sol lorsqu'il était dépourvu d'une matière qui étoufferait le son. Minako s'évertua donc à poser d'abord son talon puis la plante du pied le plus délicatement possible. C'était un peu comme marcher au ralentit tout en se forçant à garder une allure normale. Kaname les figea ensuite au milieu d'un couloir en expliquant qu'il ne vivait pas seul, deux humains le côtoyaient dans cette église. Elle tendit l'oreille et inspecta tour à tour les deux pièces qui flanquait leur passage. D'un côté, des ronflements et reniflements bruyants ne laissait aucun doute sur le sommeil du novice, de l'autre aucune lumière n'indiquait une quelconque activité. En se concentrant d'avantage, une fois devant la porte silencieuse, et en faisant fit du prêtre, la femme-chat put percevoir la respiration rauque typique des humains dormant la bouche grande ouverte. Elle se remit en marche pour ne pas perdre le propriétaire des lieux.

Les griffes se firent entendre une fois qu'ils atteignirent l'étage inférieur. Maintenant qu'ils étaient assez loin pour ne pas réveiller les dormeurs chacun avait repris une démarche moins précautionneuse. Cela faisait une étrange impression d'accéder ainsi à l'intérieur du bâtiment sacré tout en sachant qu'il n'était pas ouvert au public à cet instant précis. Les murs de la salle de messe leur rendait l'écho de leur pas. L'infime lumière qui réussissait à filtrer donnait au lieu un aspect quelque peut effrayant. Tout n'était que des nuances de noir et de gris extrêmement foncés. Bien que la créature dégénérée savait pertinemment ces banc de bois vide de tout prieur, son cerveau ne cessait d'interpréter des silhouettes humaines agenouillées en plein murmure, d'autres en train de remonter l'allée pour quitter l'église ou gagner un banc. Elle crut même pendant apercevoir un prêtre en plein sermon devant l'autel alors que les silhouettes prenaient une attitude pieuse.

Minako se frotta les yeux d'une main avant de se rendre compte que Mathilde ne lui tenait plus l'autre main. Elle fit un tour sur elle même avant de la retrouver assise sur un banc, en pleine prière, les paupière clos. L'hybride alla la rejoindre et posa une main sur son épaule, l'enfant leva immédiatement la tête vers elle et lui tendit les bras. Sa sœur la prit dans ses bras et l’emmena vers les cuisines. Cela sentait la graisse brûlée et la farine et le propre surtout. L'odeur de la crasse semblait absente. Minako avait la sensation que cela faisait une éternité qu'elle n'avait humé ces odeurs dans une vraie cuisine. Elle se sentait nostalgique cela aurait du lui évoquer des images, la renvoyer à son enfance peut être mais tout ce qu'elle obtint fut un début de migraine. Apparemment elle devrait attendre encore un peu avant de pouvoir manger quelque chose venant de cette cuisine.

Les charnière faisant pivoter la porte de la cave grincèrent. Un air humide s'insinua depuis le sous-sol. Kaname descendit un escalier et se rendit au sous-sol. Minako haussa un sourcil. Jusqu'où contait-il descendre comme ça ? De plus en plus méfiante, elle descendit la première marche et manqua de tombée à la renverse. Mathilde venait de lui agripper le manteau à nouveau et tentait de la tirer vers la cuisine en faisant de grands « non » de la tête. L'hybride eut une hésitation. Elle regarda sa petite sœur puis les ténèbres de la cave. Elle entendit le crissement d'un meuble très lourd puis le craquement d'une allumette, enfin la faible lueur d'une bougie éclaira le fond de la cave. Elle vit le prêtre sortir quelque chose de sous sa chemise et l'introduire dans le mur, ou plutôt une porte maintenant que Minako s'était approchée, oui une porte dissimulée dans le mur et derrière cet lourde étagère. Le sol était beaucoup plus froid ici. Elle demeura en arrière tout du long, laissant le jeune homme ouvrir la voie afin qu'elle puisse s'enfuir au moindre danger. Il y eut un crissement des plus aigu qui vrilla les tympans sensibles du félin. A présent le Kaname s'engouffrait dans la pièce secrète et la créature demeurait dans l'encadrement de la porte. Elle eut un regard pour la fillette demeurer à l'entrée de la cave en lui faisant de grands signes pour revenir.

Alors, qu'est-ce que tu en penses ?

Minako observa attentivement la chambre. La pièce présentait un lit assez grand qui semblait plus que douillet en comparaison du sol crasseux des bas-fonds. Les draps et couvertures devaient sentir bon la lessive et le propre, ce qui n'était pas le cas de l'hybride. Il y avait le strict minimum pour y vivre de façon simple. Une table une chaise, un peu d'eau quelque vivre sec, une bassine en émaille. Tout cela représentait un confort nouveau pour elle. Cependant une chose gênait la créature. Pourrait-elle aller et venir à sa guise pour continuer ses recherche pour retrouver sa mémoire ? Elle devait retrouver aussi le sénateur hérétique pour qu'il lui donne des informations. Si elle voulait sortir d'ici il lui faudrait la clé de la pièce, réussir à déplacé le meuble lourd et ne pas se faire remarquer des occupant qui menait leur vie dans la cuisine. Il devait y avoir une porte secondaire dans la cuisine pour faire venir les vivre sans passer par la salle de messe. Cela était bien maigre tout de même si cette porte se trouvait verrouillée.

« Cela à l'air bien confortable, mon seigneur. Il y a de quoi vivre correctement, cependant si j'ai besoin d'aller et venir pour mener à bien mes affaires. Comment le pourrais-je si je suis enfermée ici sous clef ? »

Peut être était-ce bien un piège après tout. Peut être comptait-il l'enfermée ici pour la livrée ensuite à l'inquisition. Elle serait alors fait comme un rat et n'aurais plus qu'à attendre que la mort vienne. Et cette année passée à survivre pour tenter de retrouver son passé aurait été vaine. Surtout maintenant que les choses semblaient se débloquer quelque peu. Oui elle avait un marché avec cet Aleksandr Drowski. Il pouvait lui donner de nouvelle informations.

« Si je ne reviens pas régulièrement mon maître va s'inquiéter. »

Non cet hérétique n'était pas son maître. Elle avait d'ailleurs été à deux doigts de l'étriper lorsqu'il lui avait proposé de se faire passer pour son maître si elle avait des ennuis. Minako devait le reconnaître sa fierté se réjouissait que le sénateur ne l'entende pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une maison sans chat, que c'est vide !   Jeu 11 Aoû - 9:51

Spoiler:
 

La nouvelle fit l'effet d'un coup de poing dans le ventre pour Kaname. Quoi ?! Minako avait un maître ?! Mais elle lui avait dit … Elle ne lui avait rien dit du tout. Kaname avait juste extrapolé à partir d'un « N'est-ce pas évident ? » qui ne signifiait rien du tout. Tout à coup, le prêtre était … déçu. Minako perdait beaucoup de son intérêt si elle n'était qu'un vulgaire chaton à la solde d'un noble quelconque … Et surtout, si elle avait déjà un maître, elle n'avait pas besoin d'un abri où se réfugier et où dormir, non ?
Enfin, chaque chose en son temps. Peut-être avait-il mal compris quelque chose …

- Ne t'inquiète pas, tu n'es pas enfermée. C'est vrai qu'a priori, personne ne peut sortir par la porte si elle est fermée ― et personne ne peut rentrer sans la clé d'ailleurs ― mais il y a un autre passage.

Le prêtre se dirigea à l'autre bout de la pièce, et tendit les bras vers une planche de bois encastrée dans le mur, servant visiblement à boucher quelque chose. Le quelque chose en question s'avéra être un soupirail d'une taille assez conséquente et fermé par plusieurs barreaux en fer qui avaient un peu rouillés avec le temps. Kaname servit d'un bout de tissu pour envelopper les extrémités et retirer ainsi discrètement les barreaux de leur emplacement, le tissu étouffant les bruits de raclement. Dehors, on n'apercevait pas grand chose, la vue étant bouchée par un épais buisson, mais l'ouverture donnait sur un petit espace boisé de l'autre côté de l'église Hazel.

- Ça te convient ? L'ouverture n'est pas très grande et même moi, j'ai un peu de mal à passer, d'autant plus qu'il faut multiplier les acrobaties pour entrer … Mais tu es plus mince que moi, et plus agile aussi, ça ne devrait pas trop te poser problème. Il faudra juste que tu fasses attention au buisson derrière …

Par économie plus que par peur d'être remarqué de l'extérieur, Kaname souffla la bougie. Si la lune faisait face au soupirail, les rayons peinaient à se frayer un chemin dans le feuillage épais du buisson, et on y voyait à peine plus que dans le bureau de Kaname, mais le prêtre s'en fichait. Après tout, personne n'allait venir ici … Et puis, Minako, avec son hybridation féline, devait sans doute y voir mieux que lui.
Finalement, le prêtre s'assit sur le lit. Ce qu'avait dit Minako ne cessait de le turlupiner … Qu'est-ce que c'était que cette histoire de maître ? Il ne put résister plus longtemps et décida de l'interroger, histoire de mettre les choses au clair une bonne fois pour toute.

- Minako, éclaire-moi sur un point … Tu viens de dire que tu avais un maître. Pourtant, j'avais cru comprendre que tu étais … libre.

Il avait hésité sur le mot à employer, mais il était finalement plutôt content de son choix. La connotation de l'adjectif était plutôt positive, ça lui éviterait de se fâcher avec la femme-chat. Et puis, il y avait sans doute un vocabulaire précis pour ça, mais Kaname en connaissait si peu sur les esclaves …

- Je ne comprends pas. Si tu as un maître et un endroit où dormir, ce genre d'abri t'est inutile, non ? Mais si tu as un maître, pourquoi vis-tu dans les bas-fonds ?
Revenir en haut Aller en bas
Ӽ Hybride Ӽ

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 233
♦ Messages : 82
♦ Âge du perso' : 19
♦ Fiche : Meow ! Je te connais ?
♦ Date d'inscription : 02/08/2010
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Une maison sans chat, que c'est vide !   Ven 26 Aoû - 13:17

L'hybride eut l'impression que le poids qui comprimait la gorge venait de s'alléger un peu. L'homme semblait avoir pensé à tout ! Cette issue était plus que bienvenue si les choses tournaient mal ce soir ou n'importe quel autre jour. Elle se voyait déjà semer un garde dans un cul de sac pour ensuite se précipiter ici, à l'abri, quelques jours pour ensuite repartir à la recherche d'indices. Minako étudia avec attention la manière de déchausser les barreaux . Dehors on entendait le feuillage qui bruissait sous un petit vent nocturne. L'air frais s'engouffra dans la pièce sitôt le panneau de bois retiré. Cela rassura d’avantage la créature dégénérée. Le moindre doute et hop elle s'éclipsait pas le soupirail.

« Vous avez donc penser à tout, monseigneur. »

Puis il eut un bruit de souffle et la bougie s'éteignît . Étrange, si cela était un piège, le prêtre avait de nombreuses raisons de garder cette source de lumière afin de préserver une source d'ombres à manipuler. Bon au moins ils étaient sur un pied d'égalité, Minako n'y voyait pas plus que lui dans cette obscurité. Imaginait-il qu'elle y voyait clairement comme un vrai chat ? En tout cas heureusement qu'il faisait si noir car les prochains mots de Kaname la firent grimacer. Alors qu'elle commençait à se sentir à l'aise voilà la panique et le stress qui reviennent sur le devant de la scène. L'amnésique se savait que répondre, une espèce de logique implacable venait de lui renvoyer son mensonge en pleine figure. Il y eut un blanc dans la pièce pendant lequel elle cherchait ses mots. Dire la vérité ? Pour ensuite perdre cet endroit et avoir l'inquisition ou la garde qui rapplique dans la minute ? Quel effet cela ferait si elle lui annonçait :

«  Je … »

« Je suis une hybride sans maître qui est poursuive à mort par tous les représentants de l'ordre de l'empire .» Kaname la chasserait sans aucun doute. De plus elle devait son hybridation à un de ces maudits prêtres ... Minako avait le regard fuyant et les oreilles basses. Peut être qu'elle n'avait pas à tout lui dire. Peut être seulement avouer qu'elle n'avait pas de maître pourrait suffire. Cependant les questions risquaient de suivre, elles allaient être inévitables à un moment ou un autre. Elle s'assit dans l'issue du soupirail. Un frisson courut sur sa nuque. Un jour ou l'autre. On ne recueille pas un être crasseux avec les vêtements recouvert de sang sans poser des questions.

« Vous avez raison, monseigneur, je n'ai pas de maître. Cela rassure les curieux de croire que j'en ai un. Mes actes paressent justifiés à leurs yeux d'hérétiques. Je vis dans les bas-fonds car je peux y fuir plus facilement, mais ce n'est pas une vie pour une petite fille ... »

Elle se mordit la lèvre et leva brusquement ses yeux fantomatiques vers l'humain. La peur contracta son ventre. Il fallait qu'elle ajoute quelque chose. Les mots avaient franchis ses lèvres trop vite. Elle venait d'en dire trop ou pas assez. Mieux valait ré-orienter la conversation rapidement.

« Et vous, pourquoi vouloir m'aider ? A cause de votre secte ? Vous ne craignez pas de vous attirer les foudres de l'Eglise si des rumeurs circulent à propos d'une hybride qui rôde par ici ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une maison sans chat, que c'est vide !   Dim 28 Aoû - 15:49

Kaname fronça les sourcils. Les explications de la jeune hybride était un peu enfumées, et il la suspectait fortement de ne lui cacher encore beaucoup de choses … D'autant plus qu'elle avait troublée, pour ne pas dire complètement effrayée. Bon, leur relation n'était certes pas la plus claire de tout l'Empire et Kaname ne mettait pas en confiance au premier regard, mais il avait fait le premier pas. Tant pis, il allait attendre un peu avant de gagner sa confiance …

« Et vous, pourquoi vouloir m'aider ? A cause de votre secte ? Vous ne craignez pas de vous attirer les foudres de l'Eglise si des rumeurs circulent à propos d'une hybride qui rôde par ici ? »

Elle changeait de conversation ? Ça le confortait dans l'idée que le sujet précédent était délicat pour Minako. Ça donnait envie à Kaname d'en savoir plus … Mais pas la peine de précipiter les choses et de tout gâcher, il attendrait qu'ils soient un peu plus proche pour lui poser des questions là-dessus.

- Ça n'est pas une secte. C'est juste une association de plusieurs prêtres qui discutent sur quelques points de théologie et … mettent en pratique certaines de leurs idées. Et créer un monde meilleur, un monde où l'esclavage n'existe pas.

Toute cette histoire n'était qu'une invention, mais quitte à faire un bon gros mensonge, autant le tenir jusqu'à la fin. Il avait eu le temps de peaufiner un peu ce cercle de prêtres réfractaires à l'esclavage … L'idée était d'ailleurs assez séduisante ! Peut-être même qu'il existait vraiment un cercle de prêtres opposés à l'esclavage et prêts à tout pour faire en sorte que ces aberrations vivantes disparaissent à tout jamais. Kaname leur souhaitait bien du courage, parce que si même le Haut Prêtre et l'Empereur possédaient des esclaves, ça n'allait pas être de la tarte de les faire changer d'avis.

- Si je veux t'aider … C'est parce que tu m'as aidée, et que je crois que tu as besoin d'aide. C'est aussi la mission des prêtres, n'est-ce pas ? Quant à mes confrères … Les avis divergent. Certains d'entre eux pensent que l'on peut mener des recherches pour transformer les esclaves en véritables êtres humains. Je ne te cacherai pas que d'autres ont des opinions plus … radicales. Ceux-là, tu ferais mieux d'éviter de les croiser.

Finalement, tout cela était vrai. Il avait croisé des prêtres particulièrement hostiles aux esclaves, et il avait même croisé certains qui avaient agressé des esclaves sans raison valable. Et qui en avaient tués. Et puis … il y en avait d'autres qui s'étaient montrés étrangement sensibles à la cause des esclaves. Kaname avait déjà entendu des ecclésiastes parler de financer des recherches pour faire des esclaves des hommes à part entière. Le prêtre doutait toutefois que cela mène quelque part, même s'il n'avait aucune idée de comment les scientifiques créaient les esclaves … Mais franchement, transformer des esclaves en êtres humains ? C'était du délire absolu !

- Et puis, pour les rumeurs … C'est toi que ça concerne. J'ai confiance en ta discrétion, et si personne ne te voit, il n'y aura pas de rumeurs.

Kaname retint un bâillement. La nuit était déjà bien avancée, il avait travaillé toute la journée, et il manquait d'heures de sommeil. Minako l'avait réveillé en plein rattrapage et maintenant, il accusait le coup. Surtout qu'à cause de la position dans laquelle il s'était endormi, il avait mal un peu partout. Il fit craquer un peu les os du cou pour dissiper son torticolis naissant.

- Et donc, Minako, qu'est-ce que tu comptes faire maintenant ? Je veux dire, tu as un endroit où dormir, mais à part ça …
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une maison sans chat, que c'est vide !   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une maison sans chat, que c'est vide !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ѧ Habitations Ѧ :: Eglise Hazel-