AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 C'est un grand jour que celui-ci (Uriel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: C'est un grand jour que celui-ci (Uriel)   Dim 31 Juil - 9:56

Il pleuvait, ce matin-là, mais malgré le mauvais temps, Kaname était de bonne humeur, ce jour-là. Car aujourd'hui était un jour important, peut-être même le plus important de sa vie … Il allait enfin devenir prêtre. Un vrai prêtre, avec une bague en argent au doigt et une église rien qu'à lui et sans doute même bientôt des novices à son service. Alors qu'importe ce qui pouvait arriver, pluie, neige, tempête, tremblement de terre et explosion de volcan, Kaname était content.

C'était donc trempé qu'il était arrivé à la cathédrale, mais il avait suffisamment d'avance ― deux bonnes heures au moins, il était si impatient depuis ce matin qu'il n'arrivait pas à tenir en place ― pour trouver un endroit chaud et sécher avant le début de la cérémonie. Bon, c'était pas gagné d'avance, parce qu'il n'arrivait toujours pas à se repérer dans cette satanée cathédrale, étant donné qu'on avait toujours pas installé de panneaux indicateurs depuis sa dernière visite pour la mission des jumelles. Kaname se stoppa soudainement. Merde, les jumelles ! Il n'y avait pas pensé, mais il allait peut-être les croiser. Ça, c'était pas bon du tout … Il n'avait pas du tout envie de les revoir. D'abord parce qu'elles lui avaient cassé les pieds avec leur mission stupide, ensuite parce qu'elles risquaient de compromettre sa promotion, enfin parce qu'ils ne les aimait tout simplement. Mais comme il n'aimait personne, ça ne comptait pas vraiment.

A force d'arpenter les couloirs et d'errer en vain à la recherche d'un bon feu de cheminée, il finit par arriver dans une grande salle de toute évidence réservée aux grandes occasions. Il y avait du monde qui s'affairait ici, et plusieurs prêtres et prêtresses discutaient entre eux dans un coin de la salle, tandis que d'autres se contentaient de marcher sans but, attendant visiblement quelque chose. Bon, pas besoin d'être un génie pour comprendre que c'était manifestement ici qu'aurait lieu la cérémonie de promotion, surtout quand trois abrutis s'extasiaient sur leurs futures bagues en argent. Kaname n'avait pas trouvé de cheminée, mais ces vêtements étaient déjà quasiment secs … Par contre, il aurait bien mangé un petit quelque chose. Avait-on prévu un buffet après les mondanités ? Les cuisines ne devaient pas être loin, il pouvait sans doute aller chercher un petit casse-croûte … ou pas. Mieux valait ne pas prendre le risque de se perdre pour aller manger et arriver en retard pour la remise des bagues. Ou ne pas arriver du tout. Le prêtre n'avait pas vraiment envie d'attendre la prochaine cérémonie pour être ENFIN confirmé.

Kaname regardait fixement la bague d'un des prêtres. Cette bague en argent … il l'avait tellement désiré. Elle signifiait la liberté. La liberté d'avoir sa propre église, de ne plus avoir à obéir aux ordres d'un vieux gâteux acariâtre, ne plus avoir à chercher mille et une cachettes pour ses petites affaires, ne plus avoir en permanence peur d'être surpris et découvert. Oui, Kaname visualisait très bien ce à quoi allait ressembler sa vie à présent. Et puis, il pourrait accueillir Minako. Cette hybride ― Kaname frissonna rien qu'à l'image de cet être dégénéré ― allait pouvoir lui apporter tellement de choses …

Quelle heure était-il ? Est-ce qu'on allait enfin commencer ? Les vêtements du prêtre étaient secs depuis longtemps désormais. Les minutes lui semblaient des heures, et il s'ennuyait ferme, assis à attendre les officiels et les hauts dignitaires. D'ailleurs … qui allait animer et conduire la cérémonie ? Kaname n'en avait aucune idée. En fait, à la réflexion, il n'avait aucune idée de comment se déroulerait la cérémonie. Il imaginait vaguement qu'on allait lui passer la bague au doigt ― sans mauvais jeu de mots ― à un moment ou à un autre, mais à part ça … Et s'il fallait faire un discours ? Kaname déglutit. Faire des discours, c'était pas son fort. Surtout quand il fallait parler devant autant de gens …

Pas le temps de passer à ça maintenant, ça commençait à s'agiter. Les novices commençaient à s'aligner, et les officiels allaient arriver d'une seconde à l'autre. Kaname se mit en bout de file, histoire d'avoir le temps d'observer comment cela allait se passer avant que son tour n'arrive. Dans sa poitrine, son cœur commençait à s'emballer, et ses mains tremblaient. Enfin !
Revenir en haut Aller en bas
Mort(e) tragiquement

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 620
♦ Messages : 2351
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : It's me, Uriel !
♦ Protecteur : The Emperor Protects !
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 27

MessageSujet: Re: C'est un grand jour que celui-ci (Uriel)   Lun 1 Aoû - 17:58

L'Eglise, comme toute organisation vieille de trois millénaires, était hautement hiérarchisée. Chacun connaissait sa place et tentait, à sa façon, de grimper cette longue échelle. Souvent, cela se faisait à coups de duels. Si les certaines places étaient pratiquement illimitées, d'autres étaient rares, voire uniques. La Capitale impériale était le meilleur endroit pour faire carrière. Non seulement c'était bien là qu'on pouvait atteindre le plus haut rang ecclésiastique, mais même plusieurs postes de Grand Prêtres, alors qu'en Province, on en trouvait qu'un par ville, voire par Province entière. A priori, il y avait donc pas mal de personnes susceptibles de mener cette cérémonie, en aucun cas extraordinaire.

Plusieurs novices quittaient leur statut du bas de l'échelle et montaient en grade pour devenir des prêtres confirmés, digne de la bague en argent, symbole de leur dévouement et de leurs privilèges. Lui-même porteur de la bague depuis plusieurs longues années, Uriel, marquis D'Arken, allait présider la remise de ces précieux bijoux. N'étant plus inquiété depuis fort longtemps, il occupait le poste prestigieux de Haut Prêtre, grade suprême dans la hiérarchie. Conseillé par ses lieutenants et anciens, maîtres et formateurs, le petit blond aux pouvoirs extraordinaires ne trouvait d'égal parmi ses semblables. Le plus fort devant commander, il commandait, jusqu'à ce que quelqu'un le détrône.

Entouré de ses subalternes les plus haut gradés (mais pas forcément les plus puissants), Uriel arriva sur les marches qui menaient vers l'autel... Enfin... L'autel était le terme désignant surtout la tribune, servant aux meneurs des cérémonies pour leurs discours. Il sembla apparaître de nulle part. La vérité était qu'il se déplaçait très rapidement, grâce à la technique du voyage ombreux. Les futurs prêtres étaient là, en file, attendant qu'il parle. Souriant, il parcourut la salle de son regard bleu-glace, imposant le silence à l'assemblée noire. Les maîtres des jeunes initiés étaient là, ainsi que quelques curieux, des familles... Mais pas grand-monde. Au fond, le peuple ne s'y intéressait pas tellement...


"Mes frères, mes soeurs... Mes enfants. Je m'adresse à vous en cette journée pour bénir et saluer ces jeunes gens qui ont décidé de consacrer leur vie à l'Ombre et à notre Empire ! Ils sont des preuves vivantes que notre communauté le traverse aucune crise, comme beaucoup aimeraient bien le faire croire. Nous sommes forts et nombreux ! Je ne saurais dire à quel point je me réjouis de pouvoir leur remettre ces précieux symboles de leur nouveau rôle au sein de cette ville et de cette nation toute entière. Ils ont été guidés au cours de leur formation, leur tour est venu pour qu'ils guident le peuple dans sa vie. L'Eglise est la Mère de l'Empire. Une Mère puissante qui veille, qui nourrit, qui éduque. Et qui ne doit pas hésiter à châtier."

Le message était clair. Même s'il n'y avait pas de terroristes infiltrés dans les rangs de fidèles en ce moment, les ecclésiastiques n'avaient pas le droit d'oublier que l'Eglise fut fondée par les premiers mages de guerre de l'Empire. Leur tâche était de combattre, de tuer les hérétiques. Et de se perfectionner en vue d'une meilleure performance dans le massacre d'infidèles. Chaque discours du grand fanatique qu'était Uriel mentionnait ce fait. Leur faisant signe d'approcher, il prit une bague sur le plateau, tenu par un jeune homme particulièrement séduisant, et embrassa le front de la jeune prêtresse qui était la première dans la file, avant de lui passer la bague au doigt. Alors qu'ils défilaient et allaient s'asseoir, Uriel continuait de parler, plus pour eux que pour le reste de la salle.

"N'oubliez pas que votre enseignement ne se termine pas ici. Ne cessez de vous perfectionner ! Les faibles périront, les suffisants seront humiliés. Soyez toujours insatisfaits et oeuvrez pour la force de notre sainte Mère l'Eglise."

Le dernier novice à recevoir la dernière bague, Kaname Hazel, approcha du Haut Prêtre. Un de ses aînés se pencha vers lui et murmura quelques paroles à l'oreille du petit blond, étirant ainsi son sourire. Uriel hocha la tête et répondit quelque chose à voix basse. Il acquiesçait, de toute évidence. Sa petite main blanche se ferma sur la bague. Se désintéressant de l'assemblée, Uriel fit signe au jeune homme d'avancer et se plaça dans un recoin de la grande salle, à l'écart, derrière l'autel. Il était encore entouré de divers fonctionnaires de l'Eglise. Et il affichait l'un de ses sourires les plus malsains.

"Kaname, c'est bien cela ?"

"Oui, Kaname Hazel, Excellence..."

Un geste de la main, même pas un regard.

"Chuuut. Je suis certain qu'il peut me répondre lui-même. Laissez-le donc parler..."

"Bien, Excellence..."

Et ce regard bleu, planté dans le visage, pas désagréable, du futur prêtre.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberumarbitrium.net
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: C'est un grand jour que celui-ci (Uriel)   Mar 2 Aoû - 19:44

L'apparition du maître de cérémonie fut si soudaine et si surprenante que Kaname faillit reculer d'un pas lorsqu'il l'aperçut. Quelques haut-gradés commencèrent à réclamer le silence, même s'il n'y en avait pas vraiment besoin : les gens se taisaient d'eux-mêmes, ou bien cessaient de parler dès que le regard du Haut Prêtre se posait sur eux.
Et Kaname ? Il était estomaqué. Premièrement, parce qu'il ne pensait pas que le Haut Prêtre allait se déplacer en personne pour la promotion de quelques pauvres novices. Il n'y avait même pas de fils ou de fille de la noblesse dans le tas ! Il n'avait rien de mieux faire ? Deuxièmement, la technique qu'il avait utilisée pour se déplacer … Kaname en crevait de jalousie. Ce n'était pas vraiment la première fois qu'il voyait cette technique ― durant son apprentissage à Khorafa, certains de leurs enseignants la maîtrisaient et en avaient fait plusieurs fois la démonstration ― mais jamais il ne l'avait vu utiliser avec une telle maîtrise, vitesse et fluidité. Lui-même tentait de l'apprendre depuis des années, mais il n'avait jamais réussi … Ce serait une bonne idée de retenter l'entraînement pour cette technique. Sa maîtrise des ombres s'était bien améliorée depuis la dernière fois, et s'il parvenait à …

"Mes frères, mes soeurs... Mes enfants.

Mince, le discours commençait déjà. Le Haut Prêtre était survolté, et s'était lancé dans une harangue politico-religieuse qui passa loin, très loin, très très loin au-dessus de la tête de Kaname. Lui, le prêtre sans foi ni conviction, se fichait éperdument de l'Église ou de l'Empire, et se sentait à peu près aussi proche d'un autre prêtre que d'un mouton, alors les « frères et soeurs » ou les « enfants », qu'on les donne à un autre … Ce Haut Prêtre, par contre, avait l'air d'y croire dur comme fer. Ce type était un vrai taré, un fanatique de l'Ombre …
C'était la première fois que Kaname voyait Uriel d'Arken pour de vrai. Il ne savait de lui que ce qu'on racontait : sa santé était défaillante, mais personne dans tout l'Empire n'égalait ses talents en matière de manipulation d'ombre … Il était aussi fermement attaché à l'Église et aux traditions, et il avait presque réussi à évincer le Duc-Commandant lors de la Régence. On racontait aussi qu'il avait plusieurs esclaves … Bizarre pour un type censé être attaché aux valeurs traditionnelles de l'Église. On racontait aussi qu'il collectionnait les amants. Et il y avait également quelques autres rumeurs concernant sa vie privée qui étaient sans doute de pures inventions … Enfin, Kaname l'espérait.

Ça y est, on commençait enfin à donner les bagues. Le prêtre vit Uriel embrasser sur le front la première prêtresse à être confirmé. Un frisson lui parcourut l'échine. Il espérait vivement qu'il n'aurait pas à subir un contact physique aussi intime avec un inconnu … Et la distribution des bagues continua. Le Haut Prêtre semblait glisser un mot à chacun, quelque chose que Kaname n'entendait pas, mais apparemment, ça avait un rapport avec l'Église. Rien de bien intéressant, en somme.
Et ce fut enfin son tour … Plus personne ne faisait attention à lui, chacun discutait avec ses proches, mentor, famille et amis, et se réjouissaient de leur promotion. Personne n'attendait Kaname, il était seul. Et seul face au Haut Prêtre et sa horde de toutous hauts dignitaires de l'Église, il se sentait un peu insignifiant et un chouïa intimidé. Pire, lorsqu'il aperçut le sourire de son supérieur, il eut le curieux et désagréable sentiment ; quelque chose lui soufflait à l'oreille que ce sourire n'augurait pas forcément de bonnes choses pour lui.
Et là, c'est le drame. Que répondre lorsque le Haut Prêtre lui parlerait ? Et comment l'appeler ? Monsieur d'Arken ? Haut Prêtre ? Votre Eminence ? Il y connaissait rien, lui, aux histoires de protocoles et autres absurdités de la Haute …

"Kaname, c'est bien cela ?"

Kaname tiqua. Quoi, on l'appela déjà par son prénom ? Il était insignifiant à ce point-là ?

"Oui, Kaname Hazel, Excellence..."

Le prêtre apprécia la correction. Oui, il avait un nom de famille. Mais Uriel l'interrompit sans même le regarder.

"Chuuut. Je suis certain qu'il peut me répondre lui-même. Laissez-le donc parler..."

"Bien, Excellence..."

Répondre ? Répondre à quoi ? L'autre avait déjà tout dit ! Une petite courbette s'imposait sans doute. La bonne nouvelle, c'est qu'il savait au moins comment l'appeler …

- C'est cela, Excellence. Je m'appelle Kaname Hazel.

Il se sentait un peu stupide à dire juste son nom, surtout alors que quelqu'un avait déjà répondu à la question juste avant.

- Je suis d'Al Haïr, Excellence, mais j'ai suivi ma formation à Khorafa.

Et sa bague en argent alors ?
Revenir en haut Aller en bas
Mort(e) tragiquement

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 620
♦ Messages : 2351
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : It's me, Uriel !
♦ Protecteur : The Emperor Protects !
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 27

MessageSujet: Re: C'est un grand jour que celui-ci (Uriel)   Mer 3 Aoû - 19:40

Tout le pouvoir corrompt. C'est là un fait si évident que nous n'allons pas nous éterniser dessus. Si vous avez des doutes, parlez-en aux philosophes. Ils vous en parleront aussi longuement que cela est humainement possible, avec leurs interminables arguments et idées saugrenues. Ce qu'ils ignorent, en revanche, c'est bien le fait que le pouvoir est agréable. Le jeune Empereur Ezhekiel en savait quelque chose. Non content de pouvoir tuer une dizaine d'hommes d'un geste, il commandait officiellement au monde connu dans son ensemble et se réjouissait de cela au-delà de l'imaginable. Un autre homme de pouvoir, plus fourbe et plus pervers encore, était Uriel D'Arken. Le petit blond adorait toute forme de pouvoir et d'influence qu'il pouvait exercer sur les autres.

De la magie, à l'autorité politique, le Haut Prêtre ne se privait de rien. En ce moment, il jubilait d'avoir su donné des frissons et d'impressionné ce jeune homme qui approcha de lui pour recevoir une bague et se retrouvait pris dans une conversation dont il ignorait l'objet et l'issue. Mais le sourire d'Uriel en disait long. Il avait une idée derrière la tête. Et la bague d'argent, serrée dans sa petite main blanche et délicate. La même main qui donna la mort à pas mal de gens au cours des dix ou quinze dernières années. Et oui, il fallait bien se rendre compte que rentrer au sein de l'Eglise signifiait irrémédiablement l'abandon de l'individu à l'organisation. On devenait un rouage de la machine. Et les supérieurs étaient vraiment supérieurs. Ils avaient le droit de vie et de mort, tant qu'ils occupaient leur place. Et Uriel était attaché à son siège, comme un crustacé à son rocher, et ce, quelle que soit la force de la marée. Alors se faire appeler par son prénom n'était pas la pire chose qui pouvait être infligée par cet homme, malade et trop puissant pour être honnête.


"Al-Haïr, oui... Parfait, parfait..."

On aurait dit que le blond, le seul à être vêtu de blanc dans l'enceinte sacrée de la Cathédrale, ne portait aucun intérêt aux paroles de Kaname. Le novice (il n'a pas encore reçu sa bague en argent !) était intéressant, quant à lui. Les yeux de glace se scrutaient. Rien de bien perçant, pas de regard hypnotiseur ou perforant. Par contre, c'était le genre de regard qui vous fait oublier que vous avez des vêtements sur vous. Vous ressentez le besoin irrépressible de baisser la tête pour vérifier et vous rassurer. Après un bref instant de silence, le Haut Prêtre fit un autre geste distrait de la main et congédia tout le clergé dirigeant :

"Laissez-nous. Que dirais-Tu de te promener un peu, Kaname ?"

Le genre de questions qui, posées par la bonne personne, n'ont qu'une seule réponse*. Sans attendre de réponse, Uriel poussa, avec une ombre, la porte la plus proche, et quitta la salle principale de la Cathédrale, pour s'engouffrer dans ses couloirs. Il y avait peu de gens et nul ne voulait s'attarder à proximité du Haut Prêtre et être soupçonné d'espionner sa conversation. Ainsi, dans son fief personnel, Uriel parlait bien librement.

"Tes supérieurs t'ont présenté comme un jeune homme remarquable, Kaname. Il était hors de question que je ne te rencontre pas, avec une telle opinion. D'autant plus qu'on m'a annoncé que Tu as déjà reçu l'autorisation de fonder ton propre lieu, dédié à l'Ombre. C'est impressionnant, vraiment. Je te félicite pour ta contribution et pour ton dévouement..."

Son sourire ne disparut que quelques instants plus tard, pour laisser place à une préoccupation hypocrite. Tout le monde savait qu'il n'était pas triste, mais il ne fallait pas le dire et jouer son jeu. C'était moche mais, une fois de plus, Uriel D'Arken usait de sa position et de son pouvoir pour s'amuser.

"On déplore par contre ton manque d'implication dans la communion avec les ombres. Il semblerait que tes progrès soient particulièrement lents à se manifester. J'aimerais beaucoup connaître la raison de ces deux aspects de ta carrière..."



* - "Oui, bien sûr."

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberumarbitrium.net
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: C'est un grand jour que celui-ci (Uriel)   Jeu 4 Aoû - 14:36

Force était de constater que les réponses de Kaname intéressaient assez peu le Haut Prêtre. Pourtant, pour une raison que le prêtre ignorait, d'Arken continuait à le regarder fixement et ce regard commençait à franchement le déranger, surtout parce qu'il ne savait pas comment y réagir. Il avait bien envie de baisser les yeux, mais il craignait d'être impoli devant tous les grands pontes de l'Église, et surtout devant le plus haut gradé d'entre tous …

"Laissez-nous. Que dirais-Tu de te promener un peu, Kaname ?"


- Hé bien …

« La dernière fois que j'ai mis le nez dehors, il pleuvait. » C'est ce qu'il aurait répondu si le Haut Prêtre n'était pas déjà parti, lui laissant le choix entre abandonner sa bague en argent définitivement ou emboîter le pas au marquis … Il ne comprenait pas vraiment où son supérieur voulait en venir, dans tous les sens du terme : d'abord, Kaname n'était qu'un petit prêtre insignifiant venant de la province et officiant dans un quartier banal, ensuite ils avaient déjà franchi les portes de la salle et qu'ils commençaient à arpenter les couloirs de la cathédrale, ceux dans lesquels Kaname n'était toujours pas fichu de se repérer.

Ce fut d'Arken qui le premier brisa le silence :

"Tes supérieurs t'ont présenté comme un jeune homme remarquable, Kaname. Il était hors de question que je ne te rencontre pas, avec une telle opinion. D'autant plus qu'on m'a annoncé que Tu as déjà reçu l'autorisation de fonder ton propre lieu, dédié à l'Ombre. C'est impressionnant, vraiment. Je te félicite pour ta contribution et pour ton dévouement..."

*Mes supérieurs sont des cons.*

Et ça, ça venait du cœur. C'était vraiment bizarre qu'ils aient dit ça sur lui, parce que la plupart de ses contacts avec ses supérieurs se résumaient à « Fais ceci, fais cela. » et Kaname s'exécutant. Bon, c'est vrai qu'il s'était montré plutôt aimable avec les gens du quartier, mais il doutait qu'Uriel en est un jour rencontré un seul. Mais il ne se souvenait pas avoir fait quoi que ce soit de remarquable pour la simple et bonne raison que depuis l'âge de douze ans, il avait évité de faire quoi que ce soit de remarquable.

"On déplore par contre ton manque d'implication dans la communion avec les ombres. Il semblerait que tes progrès soient particulièrement lents à se manifester. J'aimerais beaucoup connaître la raison de ces deux aspects de ta carrière..."

Son manque d'implication dans la communion avec les ombres ? Qu'on aille dire ça au type qu'il avait refroidi il y avait à peine deux jours. En général, il évitait d'utiliser toutes ses capacités en public, mais il était pas trop mécontent de son niveau. Enfin, il fallait dire qu'il avait eu souvent l'occasion de pratiquer dans les bas-fonds … Bon, bien sûr, il n'avait pas la moindre chance contre un prêtre plus expérimenté, encore moins face à un Haut Prêtre … Quoi que, s'il arrivait à porter le premier coup assez rapidement, il avait un espoir. On racontait que le Haut Prêtre avait un corps en papier mâché.

- Je … Je ne sais que dire. Quand je suis arrivé à Ishtar, j'ai été pris par mes obligations, et j'ai voulu faire de mon mieux pour m'intégrer à la communauté. Il est vrai que je me suis assez peu entraîné, par manque de temps et de partenaire, mais je compte bien remédier au plus tôt à cela. Je me suis d'ailleurs inscrit à un cours que va bientôt donner Dame Ceres, j'espère que cela m'aidera à faire des progrès.

Plus le temps passait, plus Kaname était troublé. Il comprenait que le Haut Prêtre n'avait pas l'intention de lui donner tout de suite sa bague, mais pourquoi ? Question subsidiaire : on allait où là ?

- Vous souhaitiez me dire un mot en privé, Excellence ? Je peux faire quelque chose pour vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Mort(e) tragiquement

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 620
♦ Messages : 2351
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : It's me, Uriel !
♦ Protecteur : The Emperor Protects !
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 27

MessageSujet: Re: C'est un grand jour que celui-ci (Uriel)   Ven 5 Aoû - 20:22

Marchant, lentement, d'un pas de promeneur, le souriant et petit Haut Prêtre faisait la conversation à un jeune homme on ne pouvait plus banal. Un jeune novice, prêt à devenir un vrai ecclésiastique. Sur le point de le devenir même. Sa bague n'était pas loin, mais elle demeurait impossible à atteindre. Ce qu'il avait de remarquable n'était même pas (comme dans le cas de beaucoup de novices, invités à suivre le Haut Prêtre) son physique. Il était ordinaire, moyen, gris, presque transparent. Il pourrait vivre deux siècles, il n'accomplirait rien, personne n'apprendrait sa date d'anniversaire, personne ne se souviendrait de lui, ne saurait le décrire. Une chose demeurait spéciale, chez Kaname Hazel : il fut en mesure, dès la fin de son noviciat, de mettre sur la table une somme d'argent suffisante à la construction d'un petit temple en ville. Cela ne manquait guère, mais un nouveau était toujours le bienvenu pour la satisfaction spirituelle des habitants et comme lieu d'entraînement pour les prêtres.

On ne connaissait pas vraiment de parents richissimes, Kaname était trop ordinaire pour avoir une fortune personnelle... Il a dû donc tremper dans une histoire peu légale. Bon, l'Eglise faisait ce genre de choses assez souvent. Tous les dons qu'on lui faisait n'étaient pas volontaires ou de sources sûres. Mais cela impliquait quand même que le jeune homme était du genre débrouillard. Parfait. Il méritait probablement donc de diriger lui-même un lieu de culte. Même s'il manquait cruellement de puissance nécessaire pour impressionner les fidèles qui verront tout de suite la différence entre lui et d'autres ecclésiastiques, plus puissants. Si encore on lui connaissait un talent reconnu pour les discours... Mais même pas. Il risquait d'être un piètre meneur de croyants.


"Ah oui... Helena est une femme très puissante. Tu as sans doute beaucoup à apprendre d'elle. Car, vois-Tu... Une permission est quelque chose qui peut être aisément retiré, je le crains. Peut-être même par tes ouailles qui ne voudront t'écouter. Alors, j'espère que Tu vas vraiment faire des efforts..."

Kaname avait bien raison : à la base, Uriel avait envie de le voir et peut-être même profiter de sa supériorité (sauf au niveau de la taille et du poids) pour abuser de lui. Hélas, il était véritablement quelconque en apparence. Un avantage certain, dans la mesure, où il pouvait se fondre dans la masse et disparaître aisément. Mais le Haut Prêtre ne risquait pas vraiment de le porter particulièrement dans son coeur, comme il le faisait avec des gens séduisants ou puissants et talentueux. Quant à la dernière réplique de Kaname, elle fit qu'Uriel s'arrêta. La question était bien posée. Uriel baissa la tête un instant, rit légèrement et la releva pour répondre.

"Oui... Je voulais faire ta connaissance. Te mettre en garde contre ta faiblesse actuelle aussi. Cela est fait. Je suis encore curieux... Pourquoi tiens-Tu tant à brûler les étapes ? Je t'assure qu'il est préférable de s'entraîner convenablement, avant de tenter de monter en grade. Ça peut-être dangereux..."

Uriel en savait long. Il lui est arrivé de se battre contre ses semblables. Le plus fort devait commander... Et il n'y avait pas de meilleur moyen pour obtenir une promotion que de tuer celui qui occupait avant le poste désiré.


[Je sais, ça casse pas les briques... Mais je manque d'inspiration là, sorry.]

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberumarbitrium.net
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: C'est un grand jour que celui-ci (Uriel)   Dim 7 Aoû - 9:28

Encore un couloir, on tournait à gauche, puis à droite, un autre couloir, on tournait à nouveau à gauche … Ah, enfin. Ça y est, Kaname était officiellement paumé. Pourquoi avait-il tant de mal à se repérer dans la cathédrale ? D'habitude, il s'en sortait plutôt bien, mais bon … Il fallait reconnaître que d'habitude, il ne se baladait pas dans des bâtiments grands comme quinze fois son église et pourvus de couloirs et de portes absolument identiques.
Au moins, il arrivait à suivre sans peine son « compagnon ». A vrai dire, il aurait même préféré accélérer le pas, mais il doutait que le Haut Prêtre apprécie le geste …

"Ah oui... Helena est une femme très puissante. Tu as sans doute beaucoup à apprendre d'elle. Car, vois-Tu... Une permission est quelque chose qui peut être aisément retiré, je le crains. Peut-être même par tes ouailles qui ne voudront t'écouter. Alors, j'espère que Tu vas vraiment faire des efforts..."

Le cœur de Kaname se glaça. Le prêtre comprit que c'était l'effet recherché par le Haut Prêtre : d'Arken voulait l'effrayer en lui faisant croire qu'il pourrait ne pas recevoir sa bague en argent aujourd'hui … Il espérait vivement que ce n'était qu'une menace, parce qu'il savait pertinemment que le Haut Prêtre avait tout à fait le pouvoir de remettre à plus tard sa promotion, voire de l'annuler complètement.
Mais ça aurait été injuste. Kaname avait réellement travaillé dur pour cela : il avait amplement mérité cette promotion, et il défiait quiconque de dire le contraire. Et franchement, on avait vu les autres ?! Kaname aurait pu les tuer en quelques minutes ! Et ceux-là avaient été promus ? Quelle blague !
Allons, du calme, pas la peine de paniquer ou de s'énerver. D'Arken allait en profiter, s'il perdait son calme, et quoi que le Haut Prêtre est dans la tête, Kaname allait faire tout son possible pour que ça n'arrive pas. Demander directement à d'Arken quelles étaient ses intentions semblait la meilleure solution, mais la réponse ne lui apporta pas grand-chose :

"Oui... Je voulais faire ta connaissance. Te mettre en garde contre ta faiblesse actuelle aussi. Cela est fait. Je suis encore curieux... Pourquoi tiens-Tu tant à brûler les étapes ? Je t'assure qu'il est préférable de s'entraîner convenablement, avant de tenter de monter en grade. Ça peut-être dangereux..."

Bon. La réponse « Je voulais un endroit tranquille pour pouvoir mener toutes sortes d'activités illégales en sécurité et héberger des hybrides sans maître. » risquait de ne pas passer très bien. Pourquoi le Haut Prêtre attachait-il tant d'importance à la puissance ? De toute façon, il n'était (officiellement) qu'un petit prêtre de quartier : l'essentiel de sa mission consistait à s'occuper des problèmes des fidèles et il n'aurait sans doute jamais à se battre à moins qu'une guerre n'éclate, et ces derniers temps, l'Empire était plutôt calme. C'était l'idée que se faisait Kaname du rang de prêtre confirmé, et c'était plus ou moins ce à quoi il aspirait, officiellement et officieusement : après tout, moins il serait chargé de travail, plus il aurait de temps pour … autre chose.

- Hé bien … Je dirais que s'occuper des fidèles et répondre la bonne parole sont mes premières préoccupations. Je pense que certains prêtres se servent de l'Église et des pouvoirs qu'elle accorde à ses fidèles uniquement à des fins personnelles, au lieu d'œuvrer pour la communauté et pour l'Ombre, leur mère. Je désapprouve cette attitude : il faut servir l'Ombre, pas s'en servir. Tôt ou tard, ceux qui sont trop arrogants finiront par payer leurs péchés. Si je souhaite ardemment devenir un prêtre confirmé, c'est simplement pour mieux servir l'Ombre. Je pense que c'est là ma place.

Étrange d'entendre ces mots sortir de sa bouche. Il avait pourtant l'habitude de les répéter, mais il entendait toujours dans un coin de sa tête quelqu'un qui riait de voir Kaname débitait tout le contraire de sa pensée et condamner ceux qui avaient exactement le même comportement que lui. Les prêtres sans foi ni conviction n'avaient pas toujours la vie facile ...

- Excellence … Je comprends que vous doutiez de mes compétences en tant que manipulateur des ombres. Il est vrai que j'ai rarement eu l'occasion d'en faire la démonstration, et que beaucoup dans l'Église me surpassent … Mais je suis tout de même assez confiant dans mes capacités et j'ai déjà rempli plusieurs missions pour la gloire de l'Ombre. Aussi .. Si jamais vous souhaitiez me … mettre à l'épreuve aujourd'hui, ce serait un honneur pour moi de vous prouver que mes talents sont suffisants et que cette promotion n'est pas imméritée.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mort(e) tragiquement

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 620
♦ Messages : 2351
♦ Âge du perso' : 35
♦ Fiche : It's me, Uriel !
♦ Protecteur : The Emperor Protects !
♦ Date d'inscription : 27/03/2010
♦ Age : 27

MessageSujet: Re: C'est un grand jour que celui-ci (Uriel)   Jeu 18 Aoû - 16:00

Uriel était prêt à parier la moitié de ses possessions terrestres sur le fait que Kaname avait appris son texte par coeur. On aurait cru qu'il récitait le contenu d'un cours ou un discours officiel, comme celui que certains pontes de l'Eglise faisaient au jeunes novices. Il n'y avait rien de faux ou de licencieux. Au contraire : ses paroles respiraient les meilleures intentions à l'égard de l'Organisation la plus ancienne de l'Empire. Cependant, cela ne sonnait pas vraiment juste. C'était de l'hypocrisie. Le petit blond mentait comme il respirait lorsqu'il le fallait (et il le fallait étonnement souvent), mais il ne supportait pas qu'on li mente à lui... Mal en plus de cela.

Il rit. Se gaussant sincèrement des paroles de son interlocuteur. Son rire clair et aigu résonna au travers des couloirs déserts, alors qu'il s'amusait de la situation dans laquelle Kaname s'était fourré. S'il désirait passer inaperçu, il aurait dû mieux étudier les préférences du marquis D'Arken. Il favorisait toujours les forts, selon les bonnes, vieilles doctrines de l'Eglise... Et il aimait les hommes également. Beaucoup d'ailleurs. Et, même si le futur prêtre ici présent n'était pas particulièrement séduisant, cela jouait.


"Te... mettre à l'épreuve ?"

Uriel répéta ces paroles, comme s'il n'était pas certain d'avoir bien entendu. Il s'arrêta, dévisageant son cadet et subalterne avec un amusement sans bornes. C'était un mauvais jour pour ce jeune Hazel. Le Haut Prêtre était en forme et comptait pourrir la vie de quelqu'un. Pas de chance, c'était tombé sur le jeune novice. Le blond tendit légèrement la main vers ce dernier et crispa ses doigts fins et blancs. Kaname fut projeté contre le mur, son propre sang se retournant contre lui, l'empêchant de bouger. Au fond de son coeur, le marquis sentit un soulagement : cela faisait presque deux jours qu'il ne se servit pas de la magie du Sang. Sa dépendance croissante était assouvie pour le moment.

Dévisageant son interlocuteur, il reprit la parole :


"Je dirais que ce n'est pas à moi de le faire... Ou Tu ne verras jamais cette bague..."

Souvent, il donnait des cours, même aux plus jeunes des novices. Le fait qu'ils soient plus faibles que lui était naturel. Mais ce petit hypocrite-là ne devrait pas avoir droit à trop d'indulgence. Sans le relâcher, Uriel ouvrit son autre main et fit danser la fine bague en argent entre ses doigts libres. Neuve elle brillait. Une lueur d'espoir ? Probablement quelque chose comme ça pour Kaname. Il s'approcha du jeune prêtre, avant de lui passer la bague au doigt, puis colla son corps contre le sien et murmura à son oreille :

"Je ne te veux aucun mal, Kaname... Mais s'il s'avère que Tu n'es pas digne de cette bague, je vais te faire couper en des rondelles plus fines qu'elle... J'espère que Tu comprends ça... Ce serait tellement dommage..."

Pour accompagner ces dernières paroles, Uriel fit glisser sans lange dans le cou de son prisonnier, sur le côté, jusqu'au lobe de l'oreille. Cette dernière accueillit son souffle chaud. Après avoir encore caressé la joue du jeune prêtre, il déposa un baiser sur ses lèvres, les humidifiant avec sa langue et le fixa dans les yeux.

"L'Ombre te garde, mon enfant."

Et il s'en alla, libérant le prêtre, fraîchement ordonné, et l'abandonnant à son errance dans les couloirs de la Cathédrale, à la recherche d'une sortie possible.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberumarbitrium.net
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: C'est un grand jour que celui-ci (Uriel)   Jeu 18 Aoû - 20:40

Spoiler:
 

En y repensant, ça n'était sans doute pas un très bon mensonge. Ce qui donnait cette mauvaise impression à Kaname, c'était la réaction pour le moins inattendue du Haut Prêtre : l'hilarité. Par ailleurs, le rire du Haut Prêtre avait quelque chose d'assez effrayant ; ça n'était pas le rire d'un homme qui vient d'entendre quelque chose de drôle, plutôt comme le rire d'un fou qui a perdu le sens des réalités. Ou le rire d'un sociopathe qui songe à son forfait. Dans tous les cas, cela mettait Kaname encore plus mal à l'aise. En fait, il y eut même un moment où Kaname se sentit encore bien plus mal à l'aise. Quand Uriel arrêta brusquement de rire.
Apparemment, l'idée du test n'était pas une bonne idée. Kaname n'avait pas songé à grand-chose en disant ça, simplement une petite démonstration de son potentiel de manipulation des ombres … Il n'était pas sûr de comprendre ce qui provoquait une telle réaction chez d'Arken. Le Haut Prêtre s'était arrêté, et regardait Kaname avec des yeux que par prudence, le prêtre ne qualifia pas, mais qui n'annonçaient rien de bon. Et puis, sa main qui …

Et là, Kaname était collé au mur. Le choc ne fut pas très impressionnant, mais sa tête avait heurté le mur de pierre, et là, il avait du mal à reprendre ses esprits, vu que tout bougeait très vite autour de lui. Son dos lui faisait mal aussi, mais surtout, il n'arrivait pas à se concentrer, et tout était flou autour de lui. Il entendit également le Haut Prêtre lui parler, mais le sang battait à ses oreilles ― et bizarrement, dans à peu près tout son corps, c'était franchement désagréable ― et il n'entendait rien.
Son premier réflexe fut de tenter de localiser les liens qui le retenaient et l'empêchaient de bouger. Il s'attendait à trouver autour de ses poignets ou de ses jambes des liens d'Ombre qui le collaient au mur, mais il avait beau essayer d'être attentif et de se concentrer, il ne sentait rien du tout. C'était comme si son corps avait juste décidé qu'être là, fixé au mur, c'était la meilleure chose à faire et qu'il ne fallait pas bouger d'ici. C'était une chose étrange de ne plus être maître de son corps, et Kaname détesta ça. Il se débattait de toutes ses forces pour se libérer, mais rien à faire : la cause de tout ça était magique, et c'était seulement par la magie qu'il pourrait se libérer. Et le responsable de cette situation était juste devant lui, en train de savourer le spectacle. Enfin, sans doute, parce que tout bougeait autour du prêtre et il n'était pas sûr de ce qu'il voyait.

Il y eut une petite lueur d'argent, et Kaname fit un gros effort pour se concentrer dessus, histoire de se débarrasser au moins du tournis. Ça marchait plus ou moins, jusqu'à ce que la lueur disparaisse et qu'il sentit quelque chose de lourd et de chaud collé contre lui, si proche qu'il sentait le souffle de l'homme sur sa peau. Ce brusque contact physique fit déglutir Kaname, qui se sentait beaucoup trop en position de faiblesse à son goût.
Il entendit les murmures d'Uriel. Son supérieur le menaçait, si par malheur, il s'avérait indigne de la bague … Mais qu'est-ce que d'Arken entendait exactement par digne ou indigne de la bague en argent ? Il n'eut pas le loisir de se poser la question longtemps. La sensation dans son cou fit cesser son cœur de battre. Le Haut Prêtre le … léchait ? Pire que tout, ce fut le contact de ses lèvres et de sa langue avec celle de Kaname qui répugna le prêtre et lui arracha un frisson de dégoût.

Enfin, enfin, d'Arken le libéra. Kaname ne fit même pas attention à ses mots de départ, tout ce qu'il avait en tête, c'était ce qui venait de se passer.

*Mais il se fout de moi, ce sale pervers !*

Kaname était vert de rage. A vrai dire, il n'avait qu'une envie, c'était de sauter sur le Haut Prêtre et l'étrangler, mais le simple fait de savoir qu'il se ferait massacrer avant même de l'avoir touché le refroidit. Et puis, il avait d'autres choses à penser … La mystérieuse magie à laquelle Uriel avait fait appel … Ça n'était pas l'Ombre, c'est sûr. Est-ce que Kaname pouvait lui aussi maîtriser ça ? En tout cas, il allait tout faire pour.
Mais en attendant … Il jeta un œil à sa main, regardant étinceler la bague en argent flambant neuve qui ornait désormais son doigt. Au moins, maintenant, il était un prêtre, un vrai. Il avait atteint son premier but. Maintenant, il fallait qu'il devienne fort, très fort. Plus que le Haut Prêtre ou que n'importe qui. Peut-être même qu'il tuerait le Haut Prêtre un jour, mais discrètement alors, parce qu'il n'avait pas envie de le remplacer.

Enfin, avant de se monter la tête, fallait déjà qu'il sorte de ce labyrinthe.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: C'est un grand jour que celui-ci (Uriel)   

Revenir en haut Aller en bas
 

C'est un grand jour que celui-ci (Uriel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ѧ Le quartier des Ombres Ѧ :: Cathédrale-