AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un petit dernier pour la route ? [PV Marius]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
₳ Terroriste ₳

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 348
♦ Messages : 161
♦ Âge du perso' : 17
♦ Fiche : Mémorisation intempestive
♦ Protecteur : Marius De l'Ombrage
♦ Date d'inscription : 13/07/2011
♦ Age : 31

MessageSujet: Un petit dernier pour la route ? [PV Marius]   Jeu 21 Juil - 20:45

Alysse avait laissé le chef la porter jusqu'à la vieille masure qui leur servait de lieu de vie. Elle était partagée entre plusieurs émotions et, à cause de l'alcool probablement, elle n'arrivait ni à faire le tri, ni à les ranger dans un coin de son esprit comme elle le faisait d'habitude. Pourtant elle savait très bien que les émotions faisaient mal, qu'elle n'en avait pas besoin, et qu'à chaque fois qu'elle les laissait s'emparer d'elle ça finissait toujours de la même façon. Quand ils arrivèrent enfin et que Marius la déposa au sol, elle se détourna sans rien dire et alla se laver le visage pour essayer de se rafraichir et d'avoir à nouveau les idées claires... mais peine perdue... si l'eau fraiche lui fut particulièrement agréable, le reste ne vint pas. Poussant un long soupir, la jeune résistante retourna près de Marius avec cette étrange démarche hasardeuse (pourquoi diable ce foutu sol ne voulait-il pas rester en place ?)... elle se laissa glisser le long d'un mur jusqu'à être assise à même le sol et prit sa tête entre ses mains. Elle se trouvait lamentable... elle ignorait ce qu'elle avait fait, mais c'était forcément très mal vu l'état de rage dans lequel le chef était rentré quand il l'avait trouvée dans cette taverne.

- Je... je suis désolée...


C'était la seule chose qui lui était venue à l'esprit. "Je suis désolée"... on fait mieux comme excuse quand même... mais c'était tout ce qu'elle avait trouvé à dire. Comment s'excuser convenablement quand on ne savait même pas ce qu'on avait fait de toute façon ? Le jeune homme était resté muet durant tout le trajet du retour, se contentant de tenir fermement la jeune fille contre sa poitrine... était-il si énervé qu'il ne voulait même plus lui adresser la parole ? En temps normal elle aurait vaguement haussé les épaules, serait retourner prendre deux ou trois choses dans sa chambre et se serait installée dans la cuisine pour préparer un bon repas consistant pour tout le monde, indifférente à la colère qu'on pouvait bien avoir contre elle... mais là c'était différent. A cause de l'alcool essentiellement, mais peut-être aussi parce qu'il lui avait dit qu'il la connaissait avant son accident, il connaissait même son nom alors qu'elle même l'avait toujours ignoré... où alors était-ce uniquement à cause de l'alcool... elle ne le saurait sans doutes pas avant un bon moment. Elle finit par relever légèrement la tête, juste assez pour pouvoir regarder Marius dans les yeux, et repoussa ses cheveux en arrière pour qu'ils arrêtent de lui chatouiller les jours. Elle resta comme ça quelques instants puis réussit à se lancer.


- Qu'est ce que j'ai fais ? Je veux dire... je sais que je t'ai mis en colère, que tu es furieux contre moi mais...

Elle baissa à nouveau la tête, enfouissant son visage entre ses genoux qu'elle avait remonté contre sa poitrine et entourés de ses bras.

- Pourquoi ?

Si il lui expliquait ce qu'elle avait fait de mal, elle pourrait ne plus jamais le refaire, plus jamais ! Mais se demander ainsi où était le problème était une véritable torture. Elle fini par relever ses grands yeux turquoises pleins de larmes vers lui en se mordillant légèrement la lèvre inférieure.

- Je suis désolée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 140
♦ Messages : 1058
♦ Âge du perso' : 22
♦ Fiche : Into the Infinity of Thoughts
♦ Protecteur : Une apparente naïveté.
♦ Date d'inscription : 25/05/2010
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Un petit dernier pour la route ? [PV Marius]   Jeu 21 Juil - 22:28

Le jeune homme poussa un soupir de soulagement, lorsqu'il referma la porte, une fois Alysse dans la masure. Il poussa aussi un meuble contre la porte pour en condamner l'accès, et alla chercher une bassine d'eau dans la cuisine pour se laver le visage, il était en sueur, encore plus épuisé que d'habitude, et se demandait encore ce que faisait Mist. Il était obsédé par le terroriste, au point où lorsqu'il ne le voyait pas, il ne vivait plus ; c'était un peu pareil avec Alysse, sans doute parce que malgré l'image de la jeune fille froide qu'elle voulait lui donner, il la savait fragile et douce. Il posa la bassine, et ouvrant les premiers boutons de sa chemise, Marius trempa ses mains dans l'eau froide pour s'asperger la figure. Il passa d'ailleurs ses doigts trempés dans sa chevelure grise, pris de nausée, il fit glisser sa main dans sa nuque, frémissant, le jeune homme trempa finalement sa tête carrément dans la bassine.

Le stress lui donnait d'abominables nausées, et le seul moyen qu'il trouvait pour s'en débarrasser, c'était l'eau froide qui au moins, lui donnait l'impression de se purifier. Le corps, et l'esprit surtout, il était toujours bouleversé, à la fois par la déclaration de Mist, et le retour d'Alysse qu'il avait toujours cru morte. Jamais Marius n'aurait pu imaginer la revoir vivante, il la regarda se confondre en excuse et haussa les épaules. Il prit un torchon traînant dans la cuisine pour se sécher le visage, et secouant la tête, il posa ses yeux sur l'adolescente. Il grimaça en la voyant si perdue et triste, puis il se dirigea vers elle pour poser une main amicale sur la tête, puis il glissa ses doigts sous son menton pour lui faire relever le visage, elle pleurait. Ses beaux yeux turquoises étaient troublés, et les larmes maculaient ses joues pâles, Marius se crispa un peu, et d'un ton le plus doux possible, il fit :


— Allez... ce n'est rien, je me suis juste très inquiété.

Il lui fit signe de se lever et d'une main un peu tremblante, il lui désigna la table, ainsi que la bassine pour finir par disparaître dans la cuisine. Il revint quelques minutes plus tard avec un morceau de pain, et du fromage qu'il posa sur la table, il avait pris aussi un mouchoir et le donna à la jeune fille. Il revint se planter devant elle, et croisant les bras dans le comportement du parent, un parent bien jeune cependant, il lâcha :

— La prochaine fois que tu veux sortit, laisse un message ici que je sache où tu te trouves. D'ailleurs, n'oublis pas de te rendre à l'Oeil du Tigre en demandant cette fois-ci, une « Ypocras » pour savoir si tu as un message de ma part ou non, c'est notre moyen de communication. Ici, ce n'est pas réellement un repaire de terroristes, mais bien un réseau de contrebandiers, je joue seulement avec les règles que je connais. Et évite de boire, on ne sait jamais ce qu'on pourrait révéler dans l'ivresse.

Enfin... il pouvait bien lui donner des leçons, lui, puisqu'il avait bu comme jamais, lorsque Mist lui avait parlé de ses sentiments. Et heureusement d'ailleurs qu'il s'était trouvé à cet endroit, l'Oeil du Tigre, car l'immense serveur avait pu prévenir Magdra, évitant ainsi à Marius de connaître une mauvaise rencontre. Ce n'était pas les bandits de la taverne qu'il aurait pu craindre, mais les âmes errant tout autour, à la recherche de nourriture. Ou de chaleur humaine... chose qui l'effrayait assez, en réalité. Il refoula cette inquiétude dans un coin de son esprit, et haussant les épaules, il observa longuement Alysse. Le jeune homme ne savait plus s'il avait en face de lui une arme redoutable, ou une simple adolescente à la recherche de ses souvenirs. Il n'aimait pas le réseau d'origine auquel elle appartenait, il ne voyait qu'une bande de rapaces jouissant de son petit corps et de ses capacités d'assassins.

Lui, il ne voyait rien d'autre qu'une amie qui avait besoin de lui, certes, il avait tendance à protéger plus que nécessaire les siens, mais pour lui, c'était une jeune fille, et lui son rôle en tant qu'homme, était de la protéger. C'était idiot de sa part, mais Marius avait un petit côté macho disons, même s'il ne pensait pas à mal. Il ne pouvait pas l'envoyer sur les roses, ou être méchant avec elle, il était peut-être parfois sévère, mais il n'était pas cruel. Il avait réellement senti de l'inquiétude en la voyant ivre, avec cette inconnue qu'il espérait revoir au moins pour connaître le sort.


_________________

Merci à Dietrich/Ambroise ♥️


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
₳ Terroriste ₳

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 348
♦ Messages : 161
♦ Âge du perso' : 17
♦ Fiche : Mémorisation intempestive
♦ Protecteur : Marius De l'Ombrage
♦ Date d'inscription : 13/07/2011
♦ Age : 31

MessageSujet: Re: Un petit dernier pour la route ? [PV Marius]   Ven 22 Juil - 6:56

Il n'était pas en colère contre elle ? Pourquoi ? Pourquoi pas d'ailleurs, ou plutôt, pourquoi aurait-il été en colère ? Et pourquoi s'était-il inquiété ? Pour elle ? Ridicule... pourquoi aurait-on besoin de s'inquiéter pour elle ? Elle était capable de se débrouiller toute seule, elle avait tout fait pour ça depuis longtemps, depuis qu'elle avait comprit qu'elle ne se souviendrait jamais de rien, qu'elle ne devait pas se souvenir de son ancienne vie. Tout cela était du passé. Était-ce une si bonne idée que ça de venir à Ishtar ? Cette "Aniya" avait-elle tout planifié ? Pourquoi avait-il fallu qu'elle rencontre le chef ? Quelqu'un qui la connaissait avant son accident ? Il l'avait dit, il avait pensé qu'elle était morte et avait fait un trait là dessus... cette simple phrase confirmait toutes ses hypothèses... alors que faisait-elle là ? Pourquoi était-elle si troublée quand il la regardait avec ses grands yeux bleus ? Pourquoi ? Pourquoi ?

- ... Pourquoi ?

Pourquoi était-elle en train d'exprimer à voix haute ce qu'elle pensait ?

- Pourquoi t'es-tu inquiété pour moi ?

Quelle question ridicule, comme si elle voulait vraiment une réponse. Il lui donnait encore des conseils, toujours pas d'ordres. Bien sûr, elle choisissait toujours de prendre ce que les membres du réseau, que se soit celui de Semini ou celui d'Ishtar, comme des ordres, mais c'était plus facile à Semini... c'était clair et net, elle n'avait pas besoin de se demander ce qu'elle voulait, on lui disait de faire des choses, pas de les analyser... était-ce pour ça ? Était-ce pour cette simple raison minuscule que tout avait basculé ? Est ce qu'en lui demandant de réfléchir par elle-même il avait voulu lui crier de se souvenir ? Et si oui... pourquoi ? Qu'y avait-il de si important là dedans ? La jeune fille sécha ses larmes d'un revers de manche et fit tourner le morceau de pain sur la table d'un air absent. Elle ferma les yeux et se concentra autant que l'alcool le lui permettait...

- Les souvenirs...

Le mur noir était là, il avait toujours été là... Elle essaya une nouvelle fois de l'escalader, mais il était toujours aussi lisse, sombre et glissant. Depuis toujours il y avait une petite fissure dans le mur, mais elle ne s'en approchait jamais. C'était trop douloureux... cette fois-ci elle y alla et regarda à travers. Des yeux verts et pétillants la regardaient. Il y eut un flash de lumière et ils furent remplacés par un seul oeil, le même que ceux de la seconde d'avant, sauf qu'il avait été arraché au visage flou que lequel il était avant, il était éteint et simplement... posé sur le sol. Un nouveau flash... des yeux bleus... des cheveux gris... un nom. Alysse se redressa en sursautant et se mit à fixer le chef d'un air hagard pendant de longues secondes avant de finir par ouvrir la bouche.

- ... M... Marius ?

Était-ce réellement son nom ou simplement un délire de son imagination ? Elle reprit sa tête entre ses mains et la secoua avant de lever à nouveau les yeux vers lui.

- Pourquoi tu fais ça ? Pourquoi est-ce que tu me force à me souvenir ?

Elle se mordit la lèvre.

- Je ne veux pas me souvenir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 140
♦ Messages : 1058
♦ Âge du perso' : 22
♦ Fiche : Into the Infinity of Thoughts
♦ Protecteur : Une apparente naïveté.
♦ Date d'inscription : 25/05/2010
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Un petit dernier pour la route ? [PV Marius]   Ven 22 Juil - 9:01

Alysse ne semblait pas comprendre une seule seconde l'inquiétude de Marius, c'était pourtant évident pour lui. Comme pour Mist, le jeune homme avait le sentiment qu'il devait la protéger, et curieusement, le seul qui avait échappé à ce côté obsessionnel de sa personnalité, c'était Iraïd, le musicien. Sans doute parce qu'il était plus âgé que lui, et qu'Alysse ainsi que Mist étaient plus jeunes. Bien sûr, il ne ressentait pas vraiment la même chose pour le sourd-muet et l'adolescente, c'était trop complexe en tout cas pour que ça lui apparaisse de manière bien claire, cependant, il tenait à elle aussi, comme il tenait à cet endroit et ses habitants. Il ne voulait rien que de terrible leur tombât dessus, cependant, il était aussi conscient qu'il ne pouvait pas contrôler le déroulement des choses, malheureusement, parce que c'était horrible pour lui de ne rien pouvoir faire.

Il observa Alysse, le visage tiré par la fatigue, les épaules nouées, et frottant ses yeux, il but un peu d'eau tout en continuant de réfléchir sur elle. Que dire ? Il ne savait plus, Marius se retrouvait de nouveau face à un obstacle, il était las de devoir en passé, ses jambes refusaient de le porter, et pourtant, il avançait comme il le pouvait. Alysse était ivre, et dans cette ivresse, le jeune homme avait l'impression par moment de retrouver son amie d'autrefois, ce même côté fragile et fort, ça le perturbait, et lui donnait mal au crâne. Enfin, il répondit toujours sur un ton doux :


— Parce que je tiens à toi, comme le reste de notre organisation.

Voilà. Toujours parler avec sincérité avec ses compagnons de combat, sans à priori, à coeur ouvert, autant parfois Marius y arrivait sans le moindre problème, autant parfois sa voix s'écrasait dans sa gorge, et refusait de sortir. Ses émotions avaient tendance à le dévorer, sans doute parce qu'il les conservait toujours bien au chaud en lui, sans se montrer capable de se mettre à nu, par gêne, ou par timidité peut-être. Chez lui, dans sa famille, avoir des émotions et les mettre devant les autres, ça avait toujours été vu comme un crime, et ça le tuait. Enfin, le jeune homme fit un effort, et mit ses problèmes sur le côté, il devait à présent s'occuper du « cas Alysse » qui paraissait plein de douleur, lorsqu'elle levait les yeux sur lui. Et soudain, un nom fut prononcé et le fit frémir de surprise, avait-il bien entendu son identité ?

Ce « Marius » ? Il sursauta presque, et souriant soudain de joie, il redevint aussi sombre que d'habitude, lorsqu'elle parut se mordre les doigts d'avoir prononcé ce nom. Son véritable nom, et non Léonard, le jeune contrebandier aux airs niais, pourtant capables de trancher la gorge de ceux se mettant au travers de sa route. On n'arrêtait pas un contrebandier dans ses affaires, il était comme eux, un gamin qui cachait toujours dans sa botte une lame redoutable. Il poussa un soupir désolé, et répondit :


— Je ne te force pas à te souvenir, c'est venu de toi sans que je fasse quelque chose. Et pourquoi donc Alysse refuse-tu de ne pas te souvenir ?

Chose qui lui échappait encore, et qu'il aimerait bien comprendre d'ailleurs, mais bon... tant de choses lui échappaient, il ne pouvait pas tout comprendre, malheureusement. Il poussa un autre soupir, fatigué, épuisé, il ne mangeait plus, et dormait peu ; la vie qu'il menait, bercée par ses rêves de voir un jour son utopie étinceler dans le ciel, le dévorait tout doucement, et il ne pouvait rien faire pour l'arrêter. Il la fixa encore sans détacher son regard une seconde d'elle, perdu dans ses réflexions, il ne tarda pas à déduire que ce refus de se souvenir venait encore du réseau de Semini.

Certes, on lui avait dit que le Présage tenait à cette enfant, mais Marius avait l'impression qu'ils avaient cherché à se débrouiller pour qu'elle soit amenée à détester ses souvenirs oubliés, une froide machine de combat exécutant les ordres sans jamais se poser de questions, c'était plus simple qu'une enfant faisant qu'à sa tête, et contredisant les ordres de son chef. Marius ne voulait pas d'un petit animal servile, il avait besoin de personnes capables de lui dire où étaient ses erreurs, l'aidant ainsi à avancer comme il le fallait sur cette voie dangereuse. Il ne voulait pas de machine, ça ne lui servirait à rien, il voulait des compagnons d'armes capables de réfléchir par eux-mêmes, car c'était ce qu'il voulait bâtir comme société, si jamais il parvenait à défaire l'Empire de l'emprise de cette machiavélique et abominable Église.


_________________

Merci à Dietrich/Ambroise ♥️


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
₳ Terroriste ₳

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 348
♦ Messages : 161
♦ Âge du perso' : 17
♦ Fiche : Mémorisation intempestive
♦ Protecteur : Marius De l'Ombrage
♦ Date d'inscription : 13/07/2011
♦ Age : 31

MessageSujet: Re: Un petit dernier pour la route ? [PV Marius]   Ven 22 Juil - 15:07

Pourquoi ne voulait-elle pas se souvenir ? La jeune fille parut choquée. Elle écarquilla les yeux et resta silencieuse, se contentant de fixer Marius comme s'il était devenu brusquement tout vert et lumineux. Pourquoi ne voulait-elle pas se souvenir ? Cette question là, personne ne la lui avait jamais posée. Elle le savait, ou plutôt, elle le sentait, mais elle n'avait jamais vraiment essayé de mettre des mots sur cette étrange sensation qui la prenait aux tripes à chaque fois que quelqu'un essayait de la pousser à se rappeler de quelque chose. Elle finit par baisser les yeux et à regarder sur le côté, évitant soigneusement de regarder Marius, que se soit dans les yeux ou autrement. Elle avait saisit l'une de ses mèches entre ses doigts et la faisait tournée d'un air absent.

- Parce que...

Comment expliquer ça clairement ? Elle-même n'avait pas l'esprit clair. Mais d'un autre coté, si elle ne le faisait pas maintenant, elle n'y arriverait jamais. L'alcool avait dû débloquer quelque chose en elle, jamais elle ne s'était sentie aussi vivante, ni aussi troublée, depuis son réveil, près de trois ans auparavant. Elle ferma les yeux pour essayer de retenir les larmes qui semblaient avoir décidé d'envahir à nouveau ses joues... mais peine perdue. Alors elle poussa un long soupir et, évitant toujours le regard du chef, elle se lança.


- Je n'ai pas envie de me souvenir de moi avant l'accident. Pour que je disparaisse aussi vite des esprits des gens, que personne ne se pose de questions sur ma disparition ou, comme toi et Aniya, sur ma mort, c'est que je devais vraiment être quelqu'un de mauvais. Je veux dire... si j'avais été une personne agréable et gentille, les gens auraient cherché à savoir ce qui m'était arrivé et pourquoi c'était arrivé, même toi tu as dis avoir tiré un trait sur cette histoire quand tu as apprit que j'étais sans doutes morte... tu es parti sans te retourner... c'était probablement la meilleure chose à faire d'ailleurs. Si tout le monde a fait comme toi, ça veut dire que je n'avais aucuns amis ni aucune famille, du moins personne que ma disparition ai réellement dérangé...

Elle avala lentement sa salive. Elle n'avait encore jamais dit à personne ce qu'elle ressentait réellement... c'était dur, ça faisait mal... mais il semblait avoir été inquiet pour elle pour des raisons qui lui échappaient... il avait le droit de savoir.


- Les seuls vagues souvenirs que j'ai impliquent du sang, des morts, des larmes et ma main tenant une arme ensanglantée. Je ne comprends pas ces souvenirs, se sont peut-être de simples rêves... mais savoir ce qu'ils cachent me fait peur. Qu'est ce que j'ai fais ? Pourquoi ai-je toujours devant les yeux ce visage flou et ces yeux verts qui me demandent pourquoi je n'ai rien fais ? Est-ce que j'ai vraiment envie de découvrir à quel point ma vie était mauvaise ? Cette amnésie est peut-être simplement une chance de recommencer autrement, d'être enfin quelqu'un sur qui on peut compter...


Pourquoi les mots qui sortaient de sa bouche lui donnaient l'impression d'être en fer chauffé à blanc ? C'était comme quand elle essayait de grimper le mur noir, ça brûlait, c'était comme si la chair de sa langue entrait en ébullition, comme si elle venait d'avaler de la lave en fusion...

- Je sais que même maintenant je ne suis pas une personne fiable... mais si je me contente de faire ce qu'on me dit sans poser de questions... peut-être que je pourrais être utile, peut-être que je pourrais rattraper toutes les choses horribles que j'ai dû faire dans mon ancienne vie... peut-être...


La jeune fille se tût... elle ne savait plus quoi dire d'autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 140
♦ Messages : 1058
♦ Âge du perso' : 22
♦ Fiche : Into the Infinity of Thoughts
♦ Protecteur : Une apparente naïveté.
♦ Date d'inscription : 25/05/2010
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Un petit dernier pour la route ? [PV Marius]   Ven 22 Juil - 17:13

Marius attendit... il attendit tout simplement que l'adolescente lui donnât un peu plus d'information, l'ivresse au moins avait du bon, elle avait l'avantage de révéler ce qui était caché, comme lui et... non ! Il ne devait pas y songer, à chaque fois, il avait des réactions bizarres qui le surpassaient, et l'agaçaient, il préférait s'interdire encore et encore de ressentir de l'attirance, porter de l'affection à quelqu'un, oui, ça lui allait. Mais pas d'attirance, il ne voulait pas devenir un monstre qui comme son frère, violait tout ce qui bougeait, enfin tout ce qui avait au moins une paire de seins. Encore et encore, lorsqu'une chose trop dérangeante se glissait dans son oreille pour lui murmurer des idées encore plus bouleversantes, le jeune homme parvenait avec force de lâche à les repousser le plus loin en lui. Ici par exemple, il prétextait que ce n'était pas le moment, et qu'il devait s'occuper de son amie, son amie qui ne conservait pas le moindre souvenir à son sujet, ce qui le rendait amer, et assez esseulé.

Et au bout d'un moment, la réponse vint au jeune homme qui entrelaça ses longs doigts blancs, les coudes posés sur ses genoux noueux, il fixait Alysse de son regard bleu et impassible. Marius avait un gros problème, lorsqu'il s'agissait de montrer ou d'avoir des émotions, il préférait tout garder pour lui, et donner aux autres une image forte, au lieu de se laisser aller. Il ne pleurait jamais, et se mettait rarement en colère, alors c'était presque un miracle, lorsque la fureur perçait sa carapace de titane. Il gratta l'arrière de son crâne, en l'écoutant, notant toutes les intonations de sa voix venir à lui, analysant le regard turquoise de l'adolescente, le jeune homme attendit qu'elle eût terminé. Il comprenait enfin ce qui n'allait pas, et pour quelle raison Alysse était aussi réservée, refusant de se souvenir de son passé. Marius poussa un soupir en secouant la tête, qu'avait pu dire le réseau de Semini sur elle ? Quelles remarques cinglantes lui avait-on faites pour qu'elle songe ainsi ? Il se releva, et lui donnant son mouchoir pour qu'elle puisse essuyer ses larmes, il lui donna une petite pichenette sur le front, et déclara :

— Ne pense pas de telles bêtises, s'il te plait, ce n'est pas vrai. Et puis, refuser de souvenir de ses erreurs, et du mal qu'on a pu faire, c'est agir en lâche, et se museler dans sa quête de s'améliorer, ce n'est pas une solution.

Oui... c'était pour ça qu'il ne voulait pas penser à toutes ces choses qu'il avait faites avec Mist, ni pourquoi son corps réagissait parfois bizarrement, justement vis-à-vis de ces choses, mais ce n'était pas de lui dont il était question, mais bien d'Alysse. Il n'avait pas à penser à ses problèmes, il était censé être son chef, mais aussi un ami, et un confident. Il revint sur sa chaise, posant ses mains sur la table, Marius fixa longuement Alysse en gardant le silence, il fouillait dans sa tête pour lui trouver les bons mots, des mots qui ne la blesseraient pas, et qui parviendraient à la réconforter. Il secoua un peu la tête, et continua toujours d'une voix douce :

— Tu as un passé qui te lie à moi Alysse, tu n'es pas que le « Poison », tu es aussi Alysse, et Alysse possède un passé. Tu ne peux pas te cacher derrière ton rempart de l'oubli éternellement, c'est fuir, et la fuite est juste un moyen comme un autre de repousser le combat à plus tard. Il te semble sans doute plus facile de vivre ainsi, obéissant comme un Objet aux ordres qu'on peut te donner, mais ce n'est pas une façon de faire. Il faut savoir tout affronter, un adversaire, comme ses propres démons, sinon ils continueront de te ronger éternellement. Tu es jeune, tu as encore toute ta vie pour te bâtir, et te souvenir. Cependant, je ne vais pas te rassurer en te disant que tu as fait de bonnes choses, comme des mauvaises, je ne te forcerais pas à te rappeler, et je ne te rassurerais pas sur ton passé. J'estime que je n'ai pas a le faire, et que c'est à toi d'y faire face, toute seule, comme « une grande », ce qui pourrait te paraître comme méchant et douloureux. Pourtant, la douleur est là pour nous aider à nous renforcer, et à avancer. Il faut savoir la contrer, comme l'affronter, et la remettre à sa place, toi comme moi, nous sommes de simples êtres humains, et je ne veux pas te voir agir comme une machine, cette idée est trop... cruelle selon moi. Alors... je te demanderai seulement de réfléchir par toi-même, à tes actes, comme à ceux des autres, d'accord ?

_________________

Merci à Dietrich/Ambroise ♥️


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
₳ Terroriste ₳

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 348
♦ Messages : 161
♦ Âge du perso' : 17
♦ Fiche : Mémorisation intempestive
♦ Protecteur : Marius De l'Ombrage
♦ Date d'inscription : 13/07/2011
♦ Age : 31

MessageSujet: Re: Un petit dernier pour la route ? [PV Marius]   Sam 23 Juil - 10:38

"Pourtant, la douleur est là pour nous aider à nous renforcer, et à avancer."... La jeune fille se contenta de hausser les épaules, mais intérieurement, elle se dit que si c'était vraiment le cas, elle avait dû aller vachement loin depuis son réveil... ironie quand tu nous tiens... Elle ne prit pas le mouchoir que Marius lui tendait, se contentant d'essuyer les dernières traces de larmes sur son visage avec sa manche, comme précédemment. Que lui voulait-il au final ? Il disait qu'il voulait l'aider, il sous-entendait qu'il voulait qu'elle se souvienne, mais il insistait sur le fait qu'il ne comptait pas l'aider à le faire... "Je te demanderais simplement de réfléchir par toi-même, à tes actes comme à ceux des autres..." Plus facile à dire qu'à faire ça... mais elle ferait un effort. Pas parce qu'elle le souhaitait vraiment, elle n'était plus sure de savoir ce qu'elle voulait, mais parce que le jeune homme venait de le lui demander. Refuser d'obéir à un ordre direct était encore impossible pour elle, elle s'était trop conditionnée, le Présage était rentré dans son pendant trop longtemps, c'était pratique, c'était facile, aucune question... Avait-il fait ça pour l'utiliser sans soucis ? Le faisait-il parce qu'il savait que c'était ce qu'elle voulait ? Était-elle simplement une arme à ses yeux ? Aux yeux du reste du réseau c'était ce qu'elle était, elle en était consciente et s'en fichait, mais à ceux du Présage ? Elle n'en avait pas la moindre idée. Quand ils étaient avec les autres il s'était toujours contenté de lui adresser ses ordres froidement, comme à tout le monde d'ailleurs, mais quand ils étaient seuls... elle se souvenait qu'il lui parlait parfois un peu comme Marius... mais que d'autres fois il était pire que les autres...

Poussant un soupir las, Alysse leva à nouveau les yeux vers Marius. Elle avait l'air à la fois mélancolique et absente (et encore clairement bourrée ça va sans dire...). Elle voulait savoir ce qui se cachait derrière les grands yeux bleus qui la fixaient... pas forcément en ce qui la concernait, lesdits "grands yeux" donnaient l'impression de cacher des questions et des souffrances plus tenaces encore que les siennes... habituée à sonder les gens pour savoir de quoi ils souffraient, elle était capable de dire beaucoup de choses sur un simple regard. Elle eut un petit sourire amusé et coupa une petite bouchée de pain dans le morceau qu'avait apporté Marius. Elle porta la "bouchée" à ses lèvres et se mit à la grignoter sans appétit.


- Au moins on peut dire que tu donne l'impression de savoir de quoi tu parles...


Du sarcasme ? Du sarcasme dans la bouche d'Alysse ? L'alcool était vraiment quelque chose de particulier... De toute façon, vu comme c'était parti, la jeune fille se disait que si elle décidait que finalement elle essayerait de se souvenir, il faudrait très probablement qu'elle en repasse par là. Après tout, sans l'alcool elle n'avait encore jamais été capable de discuter réellement avec quelqu'un... et puis ce nom qui venait de surgir du mur de son passé, ce "Marius"... visiblement ça n'était pas un hasard, le chef avait sourit quand elle l'avait prononcé... c'était donc probablement son nom à lui, elle s'était souvenue de son nom... ça n'arrivait jamais... était-ce grâce à l'alcool ? Il faudrait qu'elle recommence pour s'en assurer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 140
♦ Messages : 1058
♦ Âge du perso' : 22
♦ Fiche : Into the Infinity of Thoughts
♦ Protecteur : Une apparente naïveté.
♦ Date d'inscription : 25/05/2010
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Un petit dernier pour la route ? [PV Marius]   Sam 23 Juil - 12:24

Un sarcasme, ce fut la réponse d'Alysse à son discours plein d'ardeur. Marius se contenta de hausser les sourcils, comme simple réaction, et c'était tout. Il ne montra pas la moindre colère, ni le moindre agacement ; il avait toujours été le cadet de sa famille, le plus jeune dont on attendait peu de chose, mis à part de l'obéissance. Et toutefois, Alysse devant lui, il avait le sentiment de se voir en adulte devant faire la morale à une adolescente, il poussa un soupir fatigué. Il la fixa un moment d'un regard encore plus froid et impassible que le sien, et il répondit d'une voix rauque :

— Et toi, tu donnes l'impression à fuir ce qui te tourmente. Voilà tout.

Le jeune homme se releva, et continuant de la fixer avec froideur, un nouveau soupir franchit ses lèvres. Il remua un, le dos douloureux, que faire ? Hein ? Alysse paraissait sans cesse l'appeler à l'aide, tout le temps, et pourtant, dès qu'on lui tendait la main pour la tirer de ses souffrances, elle se recroquevillait sur elle-même en laissant voir une lueur furieuse dans son regard. Sûrement par arrogance, il n'en savait trop rien, mais même si Marius gardait son sang-froid, il ressentait un peu de colère à son égard. Les émotions passées, il lui en voulait d'avoir quitté la masure sans le prévenir, et surtout pour aller boire, l'ivresse ne lui allait pas, même si elle l'amenait à lui confier certaines choses. Il voulait bien l'écouter, si elle en avait le besoin, mais il n'allait pas à la forcer à se souvenir, il ne se rappelait d'ailleurs pas l'avoir sous-entendu précédemment. Il aimerait bien certes qu'elle se souvienne, au moins de lui, mais il n'avait pas à faire quelque chose dans ce sens-là, il ne l'aiderait pas, ça ne le regardait pas, en réalité, voilà tout.

Il trempa de nouveau ses mains dans la bassine, dont l'eau n'était vraiment claire, et passa ses mains dans sa nuque pour essayer de détendre ses muscles. Le stress avait tendance à rendre son corps dur comme du fer, et raide comme celui d'un cadavre, et il ne montrait rien, il gardait tout pour lui, qu'importe si ça le tuait. Son éducation avait voulu faire de lui une machine froide, et sans la moindre émotion. Marius ne voulait plus rien ressentir, son attachement à Mist était un cancer, il en avait conscience, tout comme il avait conscience que le problème venait de lui. Il poussa un soupir intérieur en se demandant, où se trouvait d'ailleurs le sourd-muet, priant encore et encore l'Ombre que rien de mauvais ne lui arrivât. En même temps, l'infirme était un véritable pot de confiture, qui n'attirait non pas les mouches, mais les accidents. Et quand il voyait Alysse, Marius ne pouvait pas voir une jeune femme capable de trancher la gorge d'un inconnu, s'il le lui demandait, non. Il voyait juste une adolescente perdue, et ivre à cet instant, il fit de nouveau, sa voix avait perdu sa douceur :

— L'alcool est dangereux, alors évite d'en boire, imagine si tu révélais des informations importantes à l'Inquisition ? Ou la Garde Impériale ? Ce sont nos ennemis, et ils n'auront aucun scrupule à t'utiliser, si tu es complètement ivre. Maintenant, va dormir, demain, tu honniras cette soirée.

Dans le sens, où Alysse se réveillerait avec une abominable gueule de bois, c'était avant tout pour cette raison que le jeune s'était promis de ne plus jamais boire, au point d'en perdre la tête. Il y avait toujours ce trou noir dans son crâne qui le frustrait, car Marius ne gardait pas le moindre souvenir de ce qu'il avait fait avec « son ami », il savait qu'ils avaient fait des choses, et que Mist l'avait embrassé dés son réveil. D'accord... et ensuite ? Il essayait de refouler tout ça, mais il était incapable de garder le moindre souvenir de cette nuit-là.

C'était... quoi comme choses qu'ils avaient fait ensemble ? Hein ? S'embrasser ? Le jeune homme se crispa un peu, et secoua la tête, qu'il pouvait être désolant à imaginer ce genre de gestes. Le problème, c'était que maintenant, Marius ne pouvait plus trop le regarder comme avant, avec un regard plein de bienveillance et tout le reste, c'était plus regard gêné aux souvenirs de tout ça. Et voilà ! Ça recommençait ! Ce n'était pas le moment, et voilà que ses pensées filaient vers toutes ces choses honteuses qui ne faisaient que le mettre mal à l'aise, et Magdra s'entêtait toujours à lui dire que c'était lui, qui... qui avait voulu faire des choses au terroriste, ce que lui cherchait à lui démentir, encore et encore. Il haussa les épaules, bah ! Du moment que sa vertu était préservée — il y tenait en plus —, il n'y aurait pas de problèmes.

_________________

Merci à Dietrich/Ambroise ♥️


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
₳ Terroriste ₳

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 348
♦ Messages : 161
♦ Âge du perso' : 17
♦ Fiche : Mémorisation intempestive
♦ Protecteur : Marius De l'Ombrage
♦ Date d'inscription : 13/07/2011
♦ Age : 31

MessageSujet: Re: Un petit dernier pour la route ? [PV Marius]   Mar 2 Aoû - 10:55

Alysse poussa un petit soupir et chercha machinalement une feuille dans son sac. Elle la regarda quelques secondes puis leva les yeux vers Marius et la rangea sans la manger... elle le ferait plus tard. Fuyait-elle réellement ce qui la tourmentait ? Oui... c'était clair et net, mais ça n'était pas comme si il venait de le lui apprendre... elle le savait depuis toujours. Elle avait décidé assez peu de temps après son réveil qu'il valait mieux fuir ses souvenir qu'essayer de les rattraper. Ça faisait moins mal, c'était moins difficile. C'était lâche, mais tant pis. La jeune fille n'avait rien à prouver à qui que se soit... au niveau de son efficacité en mission, personne n'avait jamais rien trouvé à redire, et c'était la seule chose qui comptait. Elle n'avait personne de toute façon, personne qui la considéra comme une amie ou comme quelqu'un de proche... donc décevoir des gens qui n'en avaient rien à faire d'elle n'était pas franchement grave, au contraire. Mais le regard glacial de Marius la dérangeait... elle n'aimait pas qu'il la regarde de cette façon... pourquoi ? Elle n'en savait rien, mais ça lui faisait plus mal qu'un coup de fouet au creux des reins... Elle baissa les yeux pour ne plus voir ces yeux froids qui semblaient la perforer de part en part et se contenta de hocher la tête. Oui, elle fuyait ses tourments comme elle fuyait son regard... elle fuyait ce qui faisait mal, ce qu'elle ne comprenait pas.

Elle se mit à triturer une miette sur la table d'un air absent. Était-ce l'alcool qui la rendait aussi sensible ? Non... ce regard l'aurait faite souffrir aussi en temps normal... seulement elle ne l'aurait pas montré. Elle se serait contentée de lui renvoyer un regard inexpressif, comme toujours. Bloquer son cœur, arrêter de penser, de ressentir, se contenter d'écouter et d'obéir... c'était tellement plus simple. Il avait raison, l'alcool c'était quelque chose de dangereux. Surtout que visiblement ça faisait ressortir des souvenirs cachés ! Et si un jour comme ça brusquement, des souvenirs horribles avaient fait leur apparition sans prévenir ? La jeune fille frissonna rien que d'y penser et, évitant toujours le regard de Marius, lui répondit d'une voix cette fois dépourvue de tout sarcasme.


- Ne t'en fais pas... que se soit à cause de l'alcool ou même sous la torture, je ne dirais rien concernant les réseaux, jamais. Que se soit une information importante ou une simple anecdote amusante, rien de passera la barrière de mes lèvre. Sur ces sujets là, ma bouche est close, définitivement close. Je préfère largement mourir plutôt que parler.

Et c'était normal, tous les membres du réseau de Semini pensaient de cette façon, ceux d'Ishtar aussi sans doutes d'ailleurs. Elle ne s'était pas posé la question mais ça lui semblait naturel... Bon après, bien entendu, c'était plus facile à dire, ou même à penser, qu'à faire, beaucoup de ceux qui étaient arrêtés et "questionnés" finissaient par dévoiler des informations... mais c'était faillir à leur devoir. Alysse se sectionnerait la langue avec les dents s'il le fallait ! Jamais elle ne dirait quoi que se soit à qui que se soit ! Jamais ! Sans sembler avoir prit en compte la dernière phrase de Marius, elle finit par relever enfin les yeux vers lui avec une certaine appréhension, espérant qu'il ne lui renvoi pas à nouveau ce regard polaire qui faisait si mal.

- Ton... ton nom... c'est vraiment Marius ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

♦ Sexe : Masculin
♦ Influence : 140
♦ Messages : 1058
♦ Âge du perso' : 22
♦ Fiche : Into the Infinity of Thoughts
♦ Protecteur : Une apparente naïveté.
♦ Date d'inscription : 25/05/2010
♦ Age : 26

MessageSujet: Re: Un petit dernier pour la route ? [PV Marius]   Mar 2 Aoû - 20:24

Marius poussa un soupir, lorsqu'Alysse lui dit de ne pas s'en faire, et tout le reste ; c'était facile de penser, et de se croire au-dessus des autres pour ne pas se laisser prendre aux pièges. Il avait conscience qu'Alysse derrière son air fragile et apathique, cachait quelqu'un d'assez redoutable pour blesser au moins un Inquisiteur, cependant, une confiance trop aveugle dans ses capacités pouvait mener à l'erreur. C'est ce qu'il avait lancé à Uriel d'Arken, lors de leur face à face que Marius ne parvenait pas à oublier, chose amusante, il ne pouvait depuis plus goûter à du thé, rien que l'odeur lui donnait le tournis. Les bras croisés, le jeune homme continuait de fixer son amie avec la même froideur, ce n'était pas réellement de la colère, juste... une absence d'émotion apparente, comme lorsqu'Akysse choisissait de devenir une statue pour masquer ce qu'elle ressentait ; Marius auparavant avait été bien plus expressif, bien plus doux et tout le reste, mais depuis que le jeune homme faisait partie du « Monde de l'Ombre », il avait abandonné toute expressivité, si bien que ça lui était pénible désormais, lorsqu'il devait montrer ses émotions. En inventer... était moins dérangeait, cependant. Il poussa un soupir pour lâcher :

— On ne peut rien prévoir à l'avance, pas même ses propres réactions, est-ce que tu avais prévu de pleurer ?

Il frotta ses yeux en plissant le front, las, le jeune homme n'avait qu'une envie pour l'instant : aller dormir. La plupart de ses nuits duraient au maximum cinq heures, il se couchait tard, comme il se levait tôt ; ce n'était pas qu'à cause de ses affaires de contrebandes, mais bien à cause de ses difficultés à trouver le sommeil. La venue d'Alysse dans sa vie de terroriste, ou encore le simple fait de la revoir... vivante, avec un coeur, et de la chair non dévorés par les insectes, lui avait tout de même fait un choc. Heureusement que depuis leur dernière rencontre, il s'était assez endurcit pour tenir encore debout, tout en sachant que ça aussi, ça le hantait. Alysse était vivante, mais elle ne se souvenait plus de lui, elle avait tout oublié de son passé, jusqu'à son prénom... qu'elle avait certes retrouvé ici. C'était... assez curieux comme situation, Marius avait en face de lui une jeune fille qu'il connaissait, mais qui elle ne le connaissait pas ; c'était comme se retrouver devant un miroir, et de ne voir rien d'autre qu'un visage confus et sans trait s'y refléter, quelque chose de vraiment étrange. Le jeune homme ne savait pas comment se comporter avec elle, alors il faisait comme s'il avait en face de lui une inconnue, même s'il ne pouvait pas s'empêcher d'avoir un comportement semblable à celui qu'il prenait avec Mist, lorsqu'Alysse se trouvait là. Quoique... ça ne touchait pas encore l'obsession que Marius avait pour son ami sourd-muet, heureusement pour Alysse d'ailleurs.

Et alors, la jeune fille lui demanda si son nom était bien Marius, et Marius justement releva la tête, il approuva silencieusement. Il se leva et poussa un autre soupir, il contourna la table, et il se planta devant elle, un faible sourire étira ses fines lèvres, et il dit sur un ton las :

— Oui... je suis bien Marius, mais ici tu dois m'appeler Léonard, et le Renard, lorsque nous sommes en mission.

Il lui avait sans doute déjà dit, mais mieux vaut prévenir que guérir, ainsi il s'assurait que ça rentrait bien dans l'esprit d'Alysse. Il s'étira et massa sa nuque endolorie, il ne savait pas quelle heure il n’était exactement, ni combien de temps il n’aurait droit au sommeil, lorsqu'il irait monter se coucher, mais Marius pouvait sentir les premiers signes de fatigue. Ses yeux se fermaient doucement contre sa volonté, et quelques picotements couraient dans ses veines ; enfin... il leva la main en direction de la tête de son amie, il alla passer sa main sur sa tête, mais il se ravisa bien vite, et se contenta de lui effleurer les cheveux. Ce n'était pas son genre d'avoir des gestes familiers, vraiment pas... encore une fois, Mist était l'exception qui confirmait la règle, puisqu'ils dormaient ensemble, mais rien ne se passait, et Marius dormait mieux, quand son ami se trouvait avec lui. Il grimaça face à cette étrange pensée, et il décida de l'écarter loin du reste. Il se retourna alors, et posa sa main sur la rambarde de l'escalier, avant de gravir les marches, il tourna la tête vers son amie et il lui dit :

— Si tu as l'occasion de te souvenir... saisis cette chance, mais si actuellement tu ne te sens pas la force de le faire, repousse le combat à plus tard, mais pas éternellement. Ah ! Demain... Magdra risque d'être là, alors si tu as la gueule de bois, va la voir, crois-moi... dans ce domaine, comme en médecine, elle s'y connait bien. Sur ce... bonne nuit, Alysse.

_________________

Merci à Dietrich/Ambroise ♥️


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
₳ Terroriste ₳

avatar

♦ Sexe : Féminin
♦ Influence : 348
♦ Messages : 161
♦ Âge du perso' : 17
♦ Fiche : Mémorisation intempestive
♦ Protecteur : Marius De l'Ombrage
♦ Date d'inscription : 13/07/2011
♦ Age : 31

MessageSujet: Re: Un petit dernier pour la route ? [PV Marius]   Jeu 4 Aoû - 18:15

Marius... c'était bien son véritable nom. Pourquoi le savait-elle ? Il ne le lui avait pourtant pas dit... c'était pourtant bien un souvenir... datait-il d'avant son accident ? Pourquoi lui était-il revenu si subitement en mémoire ? Ce trou dans le mur... à quoi était-il dû ? Était-ce à cause de l'alcool ? Elle nota cette précieuse information dans un coin de son esprit, ça pouvait toujours servir. Si un jour elle avait vraiment envie de se souvenir, ce dont elle doutait, mais sait-on jamais, peut-être que se prendre la cuite de sa vie suffirait à lui rendre la mémoire, ou du moins une partie, non ? En tout cas ça ne coûtait rien d'essayer... enfin du moins pas grand chose. Sentir la main de Marius lui frôler les cheveux la fit brusquement se sentir bien... comme si c'était l'acte le plus naturel du monde, comme si ça avait toujours été ainsi. Pourquoi avait-il fait ça ? Pourquoi cela avait-il déclenché cette réaction de sa part ? Toute à ses questionnements, elle se leva et, sans vraiment s'en rendre compte, déposa un petit baiser rapide sur la joue du jeune résistant qui était désormais son chef. Ça lui avait semblé naturel... aussi naturel que de sentir sa main dans ses cheveux...

- Bonne nuit Marius...


Léonard... elle devait l'appeler Léonard, elle le savait, elle l'avait d'ailleurs toujours appelé comme ça dans sa tête depuis leur rencontre dans le champs le soir où elle était arrivée de Semini, pourquoi "Marius" lui venait-il plus naturellement ? Elle se mordit la lèvre en se disant qu'elle allait devoir faire attention à ne jamais le nommer ainsi en public. Peut-être que même ses amis ignoraient son véritable nom... d'ailleurs, un nom avait-il réellement beaucoup d'importance ? Elle même avait vécu près de trois ans sans connaitre le sien, et ça ne l'avait pas vraiment handicapée...


- Pardon... bonne nuit Léonard... reposes-toi bien, tu as l'air d'en avoir besoin.

Elle laissa le pain en plan sur la table et se dirigea vers l'escalier d'un pas incertain. Elle monta laborieusement les marches, se tenant à la rampe couverte de poussière, et longea le couloir jusqu'à la porte de sa chambre. Elle la poussa, pénétra dans la pièce et referma la porte derrière elle. Restant debout, campée devant la porte, elle inspira à pleins poumons l'odeur de renfermé qui régnait dans la pièce tout aussi poussiéreuse que la rampe d'escalier... et décida qu'il était temps de faire un peu de ménage. Même ivre, la jeune fille refusait de dormir dans une pièce dont l'air ambiant risquait de la faire tousser pendant son sommeil... bien dormir était important pour un résistant, de son sommeil pouvait dépendre l'issue de la prochaine mission.

La jeune résistante ouvrit la fenêtre, prenant soin de ne pas faire de bruit et de bien laisser les planches qui la fermait de l'extérieur. Elle n'alluma pas de bougie de peur de se faire repérer de l'extérieur... elle décida que le lendemain, elle chercherait un tissus bien sombre et bien épais à mettre devant la fenêtre, ainsi elle pourrait allumer une ou plusieurs bougies dans la pièce sans que cela se voit de dehors. Elle s'empara d'un balais et fit la guerre aux moutons de poussière qui avaient fait de la pièce leur camp de vacance préféré. Elle secoua les draps, l'oreiller et frappa le matelas pour le rafraichir le plus possible, puis se mit à déballer ses affaires. Elle rangea les quelques vêtements qu'elle possédait dans la vieille armoire croulante qui meublait l'un des côtés de la chambre, aligna ses poisons et remèdes sur une étagère, déposa ses parchemins, plumes et pots d'encre sur la petite table qu'on avait monté là pour elle et rangea un lourd sac de cuir sous ses vêtements dans l'armoire. Une fois cela fait, elle se déshabilla et se jeta sur le lit avant de s'enrouler dans ses couvertures. Elle était épuisée, la pièce tournait... elle se laverait demain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un petit dernier pour la route ? [PV Marius]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un petit dernier pour la route ? [PV Marius]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Empire Ishtar ::  :: Ѧ Les Bas fonds - Rasés Ѧ :: La vieille masure-